Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoire et nouveaux patrimoines

 | 
Cécile Tardy
, 
Vera Dodebei

Seconde partie. Analyses de cas

Patrimonialiser le rebut : les collections d’inutilités en tant que métaphore capitaliste

Leila Beatriz Ribeiro
Traduction de Sabine Gorovitz

Résumé

Ce chapitre traite de la patrimonialisation et de son apparente incapacité à élever le statut d’un objet inutile, pour lui appliquer les classifications et les différents dispositifs institutionnels et juridiques qu’il inaugure.

Nous présenterons ici des objets qui ont quitté le circuit commercial et ont été collectés, organisés systématiquement, traités et exposés. Pour ce faire, nous partons du principe que l’acte de collectionner vise à ordonner et manipuler ce qui se trouve dans un état de dispersion, même s’il défie parfois toute logique d’investissement classificatoire ou de mise en ordre rationnelle.

Urbano, o Aposentado (Urbano, le Retraité) est né en 1982. Son auteur est le dessinateur Silvério, dont les œuvres sont publiées presque sans interruption depuis 1986 dans le journal O Globo. Ce personnage retraité, qui a travaillé pendant de nombreuses années dans un bureau, trouve refuge sur une petite place à côté de chez lui. Entre autres passe-temps, il recueille, échange et collectionne certains objets qui l’entourent dans la ville. Ces derniers, sans fonctionnalité apparente, ont quitté le circuit des marchandises. Comme ils ont été jetés, ils ne portent pas symboliquement la marque des objets conservés pour composer un héritage postérieur. Ils peuvent être considérés comme des objets morts.

À partir de l’analyse de ce personnage de bande dessinée, nous tentons d’appréhender d’autres aspects de la collection et d’élargir notre approche aux stratégies d’affirmation et de représentation sociale des personnes âgées, en considérant leur lieu de parole, leur insertion dans les espaces publics et privés, et la complexité des significations de leurs habitudes et de leurs souvenirs. Ces derniers trouvent parfois leur matérialisation dans ces différents supports de la mémoire que sont les objets « inutiles » des collections.

Métaphoriquement, ces objets nous renvoient aux collectionneurs eux-mêmes : des hommes retraités, socialement dévalorisés et dégradés, qui cherchent dans ces objets – inutiles et mis au rebut – un sens qui leur a été volé. Ils vivent en effet dans une société qui ne valorise que ceux qui travaillent et produisent. Ces objets, qui expriment une certaine continuité, traduisent la vie quotidienne des individus dans la métropole, ils sont riches de leur vécu et de leurs expériences quotidiennes, même si elles sont méconnues. Il n’est pas étonnant qu’ils parlent des rues, des amis, des choses banales et des différents mystères qui entourent les villes.

Ramasser et collectionner des objets produits par la culture de masse semble refléter une tentative d’entretenir certaines pratiques de travail, qui traduit elle-même une attente de la continuité de l’expérience. Celle-ci va à l’encontre du cycle classique de la logique capitaliste qui produit des objets pour leur consommation puis leur élimination.

La discussion sur la patrimonialisation des collections d’objets d’Urbano conduit à un autre type d’approche : c’est le travail investi dans ce type de tâche, ainsi que la valeur attribuée par le collectionneur, qui justifient le statut de ces objets. Urbano, qui est présenté comme une icône des détritus, constitue un projet du nouveau capital. La vieillesse acquiert un nouveau sens au travers de ces objets, qui renvoient au passé. Il ne s’agit pas seulement d’une référence aux souvenirs, d’un ensemble d’objets destiné à être exposé et regardé par les hommes, mais d’un produit qui pourra être consommé à nouveau (recyclé), dans une représentation iconique de l’époque contemporaine.

Note de l’éditeur

Ce chapitre est traduit du portugais.

Texte intégral

Le déracinement est une condition qui désagrège la majorité.
Ecléa Bosi

Introduction

  • 1  Selon Marx (1980), les objets utiles sont ceux qui deviennent des marchandises par le résultat de (...)

1Comment penser la patrimonialisation, compte tenu de son apparente incapacité à élever le statut d’un objet inutile1, pour lui appliquer les classifications et les différents dispositifs institutionnels et juridiques ? De fait, l’intérêt individuel à l’égard de la conservation et de la valorisation de ces objets ne suffit pas (Davallon, 2006, « L’institution du patrimoine : l’obligation de garder »). En outre, la logique capitaliste qui caractérise la société post-industrielle (Featherstone, 1997, p. 38) repose sur le « triomphe de la culture des signifiés et de la mort du social ».

2Le capitalisme, selon la théorie classique de Marx, se présente comme un processus universel de production des marchandises, où chaque objet produit traduit abstraitement un travail humain (Marx, 1980). À l’époque actuelle, au-delà de son abstraction (consommation de biens, de corps humains et de travail humain) et des mutations dans les modes de développement de la production, le capitalisme inaugure un projet où les copies et les reproductions confondent les individus, dans une explosion symbolique de simulacres qui reflètent l’alliance entre le réel et l’imaginaire (Featherstone, 1997).

  • 2  Pour Walter Benjamin (1995), l’acte de collectionner traduit parfois fidèlement la capacité des in (...)

3Pour appréhender les objets qui ont quitté le circuit commercial et ont été collectés, organisés systématiquement, traités et exposés, nous partons de la catégorie « collectionnement ». Dans cette perspective, collectionner constitue une activité qui vise à ordonner et à manipuler ce qui se trouve dans un état de dispersion. Il peut s’agir (l’objet) d’un reste ou d’un fragment de matériau qui défie parfois la logique de l’investissement classificatoire et de mise en ordre rationnelle2.

4La collection a aussi le pouvoir de représenter l’individu. L’objet se perpétue ainsi comme un facteur de liaison entre l’individu et le monde qui l’entoure. La collection a également vocation à organiser la temporalité (Baudrillard, 2004). Ce monde s’ouvre comme une possibilité d’exploration et de création et devient dans le même temps passible de nouvelles interprétations et réarrangements, pour une éventuelle sauvegarde et conservation.

5La notion de « collectionnement » désigne un processus qui permettra à ces représentants de la culture matérielle (et immatérielle) d’un groupe particulier d’être à l’abri d’une perte imminente. En ce sens, ils seraient de ce fait protégés et acquerraient des attributs tels que « la cohérence, la continuité, la totalité et l’authenticité » (Gonçalves, 2002, p. 23).

  • 3  À cet égard, il est intéressant de faire référence aux écrits d’Abraham Moles (1981) consacrés à l (...)

6Les collections qui nous intéressent contrarient toutefois certains de ces attributs, pour deux raisons : d’abord parce qu’elles sont constituées à un moment relativement proche de la création des objets qu’elles rassemblent. Ensuite, parce que ces objets sont issus du rebut, et parce que leurs collectionneurs cherchent à garantir une certaine identité et authenticité qui peut sembler « exotique » aux yeux du groupe qui les a consommés et rejetés3. On peut aussi se demander si le temps investi par le collectionneur, quel qu’il soit, pourrait représenter un quelconque travail social.

  • 4  Zygmunt Bauman (2001), citant Sennett, observe que la ville est l’endroit idéal pour rencontrer de (...)

7Urbano, le retraité est né en 1982. Son auteur, le dessinateur Antônio Silvério Cardinot de Souza, est originaire de Friburgo (une ville du sud-est du Brésil). En 1986, il obtient la troisième place à un concours organisé par le journal O Globo. Dès lors, ses dessins paraissent presque sans interruption dans ce journal. Le 1er septembre 1986, la retraite d’Urbano est annoncée par son chef. Il obtient d’ailleurs une médaille en reconnaissance de son travail. Ce retraité, qui a travaillé pendant de nombreuses années dans un bureau, trouve son havre de paix sur la place à côté de chez lui. Cette petite place, qui représente l’espace classique des mendiants, des amoureux, des enfants et des retraités, sera le décor d’innombrables aventures, de passe-temps, de réflexions solitaires, mais aussi de rencontres avec des amis et des inconnus4.

8Maria est employée chez Urbano ; elle s’occupe de la maison et de la vie de ce retraité qui rêve de manger du « feijoada » au lieu de la bouillie qu’elle lui sert tous les jours. Elle passe d’ailleurs son temps à s’occuper de sa santé et de son alimentation. Elle s’énerve à chaque fois qu’il cherche à partager avec elle ses souvenirs et ses incursions dans ses collections. C’est aussi elle qui résiste bravement aux nombreuses habitudes et manies de ce personnage qui, tout au long de la bande dessinée, découvre une nouvelle façon de passer le temps, que ce soit dans la rue (sur le banc de la place, dans les supermarchés, sur les marchés, dans les queues aux guichets des banques, au cinéma, etc.) ou à la maison (à dormir, à tester ses inventions, etc.). Des frictions constantes se produisent entre les deux personnages. Outre son hobby de collectionneur, Urbano passe son temps à créer des inventions qu’il teste sur Maria ou sur lui-même. Curieusement, c’est elle – notamment dans la bande dessinée du 7 mars 1987 – qui le pousse à s’occuper davantage de ses collections et à devenir un véritable « collecteur d’heures libres ». Dans la bande dessinée du 11 mars 1987, Urbano, assis dans son fauteuil, discute avec Maria et se demande quel genre de collection il va bien pouvoir entamer. Maria lui répond que peu importe, à partir du moment où il ne met pas la maison en désordre. Urbano décide alors de commencer une collection de têtes empaillées. Celle de Maria en fera partie.

9À travers l’analyse de ce personnage de bande dessinée, nous cherchons à appréhender la manière dont sont perçues les stratégies d’affirmation et de représentation sociale des personnes âgées et de leurs lieux de parole. L’objectif est aussi de comprendre leur insertion dans les espaces publics et privés et les significations attribuées à leurs habitudes et à leurs souvenirs, parfois matérialisées dans ces divers supports de la mémoire que sont les objets « inutiles » de leurs collections.

10Dans le dessin publié le 15 octobre 1986, Urbano réfléchit à l’évolution, à la décadence et au peu d’importance accordé au personnage du vieil homme, autrefois considéré comme le gardien des traditions. Aujourd’hui, il est perçu comme inutile, ne servant à rien, même pas à transmettre un message à quelqu’un d’autre, à quelqu’un d’utile. Les pensées d’Urbano sont interrompues par la sonnerie du téléphone auquel il s’apprête à répondre. Mais le répondeur s’est enclenché avant qu’il n’ait eu le temps de se lever.

  • 5  Pour Moles (1972, 1981), un « parc » constitue un ensemble d’objets en situation de « vie », carac (...)

11À partir des souvenirs de ce personnage de bande dessinée, nous cherchons à comprendre un type de société dans laquelle, selon Bosi, la personne âgée, qui a vu passer quelques décennies, témoigne aussi de la succession des « cadres de référence familiale et culturelle » (1994, p. 60). Parmi ses diverses activités, Urbano ramasse, échange et collectionne certains objets qui l’entourent dans la ville. Ces derniers peuvent être considérés comme dépourvus de fonctionnalité apparente. Mis au rebut, ils ont en effet non seulement quitté le circuit des marchandises, mais ils ne méritent pas symboliquement de devenir des objets à conserver en vue d’un héritage postérieur. Ce sont des objets morts5.

12Métaphoriquement, les objets collectés par Urbano nous renvoient à leurs collectionneurs. Ce sont des hommes retraités dévalorisés et socialement dégradés qui cherchent, dans ces objets inutiles et abandonnés, un sens qui leur a été volé par l’éphémérité de l’expérience du présent au sein d’une société qui ne reconnaît que ceux qui travaillent et qui produisent. Pour illustrer cette situation, il semble pertinent de rappeler ici les mots de Simone de Beauvoir : « […] la matière humaine n’intéresse que lorsqu’elle produit. Elle est ensuite jetée à la poubelle » (1990, p. 13). Dans un des dessins (19 janvier 1987), le personnage est par exemple représenté par des pensées et des images qui illustrent clairement cette situation :

Il y a des jours où je me sens tellement inutile… [case 1 aux traits bien délimités] ;

J’ai l’impression de passer inaperçu… [case 3 aux images qui montrent seulement les contours] ;

Un personnage totalement superflu [case 4, dans laquelle Urbano est effacé].

  • 6  Bosi qualifie de « dé-partenarisés » ces objets extérieurs à un ordre spatial rationnel (2003, p.  (...)

13Ces objets représentent aussi une sorte de continuité. En effet, de façon générale, ils expriment la vie quotidienne des individus dans la métropole et leurs expériences journalières, qui passent souvent inaperçues : ils racontent les rues, les amis, les banalités et les différents mystères qui entourent les villes. Ils peuvent aussi être des débris ou des objets dont le propriétaire est inconnu6. Lorsqu’ils sont collectés et resignifiés, ils peuvent aussi raconter des aventures chargées d’affects.

14Dans l’une des cases de la bande dessinée, nous suivons Urbano qui rassemble successivement, tel un enfant, de petits morceaux de fil de fer qui servent à fermer les emballages de pain de mie. Il imagine qu’ils représentent le parcours possible d’un voyage autour de la Terre. Ce mécanisme de collecte, de tri et de préservation fonctionnerait comme une sorte d’alerte vis-à‑vis de la société de masse, qui dissipe et use rapidement des objets auparavant chargés de statut (Bosi, 2003).

15Lorsqu’ils récupèrent leur statut d’exceptionnalité, ces objets restaurent une « mémoire matérielle » incarnée dans un type de marchandise stockée « comme des choses à la maison » (Marx, cité dans Stallybrass, 1999, p. 105, nous soulignons). Appréhender ces objets en tant que patrimoine nous permet d’analyser les transformations des sociétés qui les ont produits (Jeudy, 1990).

16En ce sens, nous nous demandons si ces objets – dont la trajectoire procédurale va du rebut à l’objet de collection – peuvent acquérir le statut d’objets « patrimonialisés », de par leur nature singulière. Il est ainsi important de savoir à quel type de patrimoine nous faisons référence ou encore quels discours seront capables de légitimer les pratiques patrimoniales qui se rapportent à notre objet d’analyse. Pour Davallon (2006), il s’agit moins de connaître la définition sémantique du terme, que d’appréhender l’ensemble des règles et des procédures institutionnalisées. Gonçalves (2003, p. 22), à son tour, affirme qu’il est important de prendre certaines précautions dans l’utilisation de la notion de patrimoine. Il souligne néanmoins la possibilité de s’en servir pour « parcourir analytiquement différents mondes sociaux et culturels ».

17Pour tenter de comprendre le genre de société dans laquelle notre collectionneur d’inutilités s’insère, nous partons des réflexions de Bosi qui présente les personnes âgées comme un type singulier d’« obligation sociale ». Par opposition aux hommes actifs et plus jeunes, qui se souviennent moins, les vieux retraités passent davantage de temps à se remémorer. Dans les mots de l’auteure, ils sont « en position de se souvenir, et de bien se souvenir » (Bosi, 1994, p. 63).

Les objets d’une collection d’inutilités dans une société précarisée

18Notre personnage Urbano est inséré dans un contexte où l’existence a subi les impacts de la circulation des marchandises, qui liquéfie les choses (Bauman, 2001). La société capitaliste classique, selon l’analyse de Marx, est définie par l’universalisation de la production de biens de consommation. Si abstraite soit-elle, cette société se traduit dans les faits par une pratique consumériste qui « dévore » les corps humains et dont l’abstraction est représentée par le format même assumé par la marchandise (Stallybrass, 1999, p. 53-54).

  • 7  Ces objets, du point de vue de Bauman (2001), ne portent plus le volume, la solidité, la durée et (...)

19En tant que restes de l’accumulation ou du rebut7, les objets inutiles ramassés et collectionnés par Urbano quittent le circuit commercial et peuvent alors être évoqués à partir de la représentation de l’« imaginaire du rebut ». Cette métaphore, conçue par Teixeira Coelho et reprise par Fabrício Silveira (2010, p. 9), renvoie à un désir de destruction superposé à celui de construction.

  • 8  Nous avons écarté de cette liste les objets collectés qui n’ont pas encore été intégrés, par le pe (...)

20Voici une petite liste de quelques-uns des objets collectionnés par Urbano8 : tubes de dentifrice vides ; couverts et assiettes jetables ; sons exotiques (sifflets d’oiseaux, éclats de rire, cris hystériques, sons de la nature, sirènes d’ambulances et de voitures de police) ; fermoirs de sacs de pain de mie ; chariots ; ampoules grillées ; bouchons ; ballons dégonflés de fêtes d’anniversaire ; pneus usés ; tracts ; emballages vides ; prospectus ; vieilles brosses à dents ; parapluies cassés ; vieilles éponges ; effigies de magasins et de stations-service ; trombones ; écrous, boulons et clous rouillés ; vieux peignes ; boîtes hermétiques vides ; affiches électorales ; cartons de lait vides ; papier d’emballage ; boîtes vides de médicaments ; vieux annuaires téléphoniques ; tickets de cinéma ; étiquettes ; bouts de verre ; brochures promotionnelles ; déchets spatiaux, etc.

  • 9  Bauman (2001) utilise la métaphore de la liquidité pour souligner la redistribution et la réaffect (...)
  • 10  Un article du journal O Globo daté du 6 juillet 2011 dévoile l’existence de projets russes et nord (...)

21En parallèle à la « fusion des solides9 », l’espace se vide et le temps devient historique, car il acquiert de l’instantanéité, même s’il n’a plus la force d’attraction qui émanait auparavant de sa durabilité10.

22Dans cette société contemporaine caractérisée par la « précarité matérielle », nous tentons d’appréhender la mémoire collective et la façon dont elle se projette matériellement, puisque la précarité de notre existence sociale se traduit par une perception du monde « comme un assemblage de produits destinés à la consommation immédiate ». Cette perception du monde, où les individus deviennent des biens de consommation, « rend excessivement difficile la négociation de relations humaines durables […] » (Bauman, 2001, p. 188).

23L’idée de précarité fait écho aux réflexions de Pierre Bourdieu (1998, p. 120). Ce dernier soutient qu’à l’époque contemporaine, il nous faut être vigilants face à une sorte de « maintien de l’ordre symbolique » qui contribue au « fonctionnement de l’ordre économique » et dont les effets s’étendent à tous les individus, dans le secteur public comme dans le privé. Nous ne sommes plus irremplaçables professionnellement, nous nous sentons fragiles et démobilisés, et notre perception de l’avenir est de plus en plus incertaine face aux stratégies de précarisation imposées par la « flexibilité », par la déterritorialisation des entreprises qui parviennent, en règle générale, à se dissocier d’un État-nation ou d’un territoire.

24Analyser la notion de mémoire dans ces conditions revient à repenser ce concept dans un espace de la fluidité, où les objets exclus du circuit remplissent davantage le temps que l’espace lui-même. Bauman (2001) soutient que de par son instantanéité, qui annule la résistance de l’espace et liquéfie la matérialité des objets, le « moment » devient infini. La capacité d’extraction de ce moment, si éphémère soit-il, n’a alors plus de limite. En ce sens, comment traiter le paradoxe de ces objets inutiles dépourvus de datation ? Autrement dit, si l’idée de « long terme » ne tient plus, comme le suppose Bauman, comment analyser les collections dont le projet est précisément le long terme ?

  • 11  Moles (1981, p. 109) parle d’une « éthique de l’éternel » qui représente l’homme (notamment celui (...)

25Contrariant la consommation, vorace et instantanée, Urbano donne une permanence à ses objets inutiles et s’oppose au processus de « dévalorisation de l’immortalité11 ». Selon Bauman, il est important de problématiser une culture moralement insensible aux changements qui découlent de la logique de l’éternel, du transmissible et de l’héritage pour les générations futures. Il nous faut ainsi repenser une société où la mémoire et le passé seront perçus à partir d’un autre point de vue, qui privilégie le vécu du moment.

26Interpréter ces collections comme un « acte autobiographique » revient alors à poser la question suivante : dans les processus de formation de la subjectivité, retraité serait-il synonyme d’« inutile » ou de « vieux » ? Autrement dit, la représentation métaphorique de la résistance à l’abandon des objets serait-elle une critique des habitudes de consommation, de la mort des choses ? Enfin, Urbano propose-t‑il un nouvel ordre taxinomique de l’espace du rebut ?

La transformation des objets de collection en signes

  • 12  « Se a mobilidade e a contingência acompanham nossas relações, há algo que desejamos que permaneça (...)

Si la mobilité et la contingence accompagnent nos relations, quelque chose doit rester immobile, tout au moins dans la vieillesse : l’ensemble des objets qui nous entourent.
(Bosi, 2003, p. 5)12

27L’espace de la consommation se construit à travers des pratiques de séduction et des désirs croissants et jamais satisfaits. En effet, chaque objet consommé (ou le système symbolique qu’il représente), chaque désir réalisé aujourd’hui rend le lendemain moins lointain : les désirs présents se transforment en besoins du lendemain, sémiologiquement représentés par un système de codes (Bauman, 2001 ; Featherstone, 1997).

28Récupérer et accumuler les objets exclus du circuit marchand et sans valeur d’usage et d’échange aboutit à occuper des espaces physiques. En ce sens, la référence à la territorialité historique se perd au profit de la temporalité historique, fluide et déterritorialisée. Il convient ici d’introduire Davallon (2006) qui, dans ses réflexions sur la patrimonialisation, signale que ce mouvement va au-delà de la simple reconstruction cognitive du passé dans le temps présent. Il est tributaire de nouvelles formes de compréhension de son processus qui tiennent compte de sa diversité dans l’espace public.

  • 13  « A capacidade de descartar – e não mais de possuir – objetos parece reconfigurar os sistemas de a (...)

29Urbano se bat contre l’individuation et cherche à préserver un type d’identité qui transforme en « objet du désir » tout ce qui est proche. Il raconte également, à travers son discours, une histoire de gaspillage des objets considérés comme des déchets et des rejets du monde. Il propose de déplacer les objets de leur lieu original pour leur donner un nouveau sens. Citons ici Silveira (2010, p. 38, souligné dans l’original) qui affirme que « la capacité à jeter – non plus à posséder – des objets semble reconfigurer les systèmes d’attribution et d’acquisition de statut social, de légitimité et de capital symbolique. Et que la substitution soit aussi vaste et irréversible que constante et rapide !13 » Ainsi, en termes pratiques, le recueil et la collection des objets produits par la culture de masse semble refléter une tentative de préservation de certaines pratiques de travail pour satisfaire un besoin de continuité d’expérience. Ce mouvement va à l’encontre du cycle classique de la logique capitaliste qui produit des objets pour la consommation et pour leur élimination. Moles (1981, p. 104) attire l’attention sur un type d’objet caractéristique du domaine de la technologie, qu’il nomme « objet mixte ». Celui-ci a une durée de vie limitée et n’est pas fait pour durer éternellement.

  • 14  Sous une autre perspective, sans considérer l’acte de collectionner comme une pratique d’accumulat (...)

30La pratique de la collection requiert aussi, selon nous, une posture citoyenne, liée à la reconnaissance du rôle des collectionneurs comme sujets historiques et médiatisés, et qui soulève des questions concernant les objets. Légitimer Urbano en tant que collectionneur et ses objets en tant que choses pouvant être collectionnées revient à les introduire dans l’espace du débat public. Il s’agit ainsi de remplir l’espace public de questions publiques, de les mettre en perspective et de leur attribuer une nouvelle dimension, à partir de questions telles que la retraite, la vieillesse, la consommation effrénée et le rejet de plus en plus vorace des objets. Bien qu’il soit de plus en plus difficile d’entrevoir un projet émancipateur dans la société contemporaine, poser ces questions permet de dépasser l’anéantissement de la sphère publique et ses projets individualisants et médiatiques14.

Urbano, encyclopédiste et collectionneur visionnaire du rebut ?

Pour Marx, comme pour les travailleurs sur lesquels il a écrit, il n’y avait pas de « simples » choses. Les choses étaient les matériaux – vêtements, literie, mobilier – avec lesquels on construisait une vie ; elles étaient le supplément dont l’élimination signifiait l’anéantissement du soi.
(Stallybrass, 1999, p. 105)

  • 15  « Os objetos que não reúnem nem a primeira nem a segunda destas condições são privados de valor; d (...)

31Pomian (1984, p. 72) soutient que l’objet n’a de valeur que s’il est utile ou chargé de sens. « Les objets qui ne réunissent aucune des deux conditions sont privés de valeur ; en effet, ils ne sont plus des objets, mais du gaspillage15 ». En ce sens, l’auteur lui-même établit une des clés de lecture pour comprendre les objets collectionnés par Urbano : socialement, ils constituent un « gaspillage », individuellement, ils sont chargés de signifiés et sont considérés comme « précieux » en tant que pièces de collection. L’auteur fait valoir que cette préciosité tient à une valorisation représentative de l’invisible, qui donne à ces objets « précieux » une place supérieure et féconde. En revanche, socialement, ces objets, qui ne sont plus utiles pour une grande partie de la société, sont aussi dépourvus de sens. Leur seule caractéristique est l’absence d’utilisation, qui en fait des « déchets » ou des restes.

  • 16  « Desaparecimento e reconstrução imaginativa, perda e apropriação, dispersão e coleção, destruição (...)

32Il est en ce sens utile de s’intéresser à la manière dont Gonçalves présente la rhétorique de la perte, car elle peut nous éclairer sur cet apparent paradoxe du personnage : l’accumulation de ce qui est produit pour l’élimination. L’auteur soutient que les récits nationaux élaborés pour attribuer aux objets le label de patrimoine culturel revêtent des aspects doubles : « disparition et reconstruction imaginative, perte et appropriation, dispersion et collection, destruction et préservation, contingence et rédemption16 » (2002, p. 30). Ainsi, ces processus ne peuvent pas être analysés séparément, ou de manière dichotomique.

  • 17  « Uma ruína é algo que desaparece. Paradoxalmente, é algo que não é mais. Foi, certa vez, parte de (...)

33Nous pourrions donc affirmer que ce qui justifie la logique de la préservation et permet la compréhension des collections d’inutilités d’Urbano renvoie à une réflexion systématisée sur la redondance de l’acte de collecte et de préservation de ce qui devrait être jeté. « Une ruine est quelque chose qui disparaît. Paradoxalement, c’est quelque chose qui n’est plus, qui faisait autrefois partie d’un tout. En même temps, elle invite à une reconstruction permanente » (Gonçalves, 2002, p. 114)17. Urbano, lorsqu’il conserve des objets représentant des inventaires exhaustifs et encyclopédiques des choses du monde, préserve, à travers leurs variations et leurs particularités, ce qui pourrait être classé comme des restes et des redondances. Le personnage produit des discours axés davantage sur le risque de disparition des objets que sur les objets eux-mêmes (Maciel, 2009).

34« Tout garder, ne rien jeter », cette citation sert aussi de base à notre réflexion. Selon Jeudy (1990, p. 64), plus que les significations présentes dans l’objet, ce sont l’histoire et le récit qu’il peut raconter qui représentent une nouveauté. Ainsi, la tâche d’Urbano est selon notre analyse de transmettre l’histoire des hommes, principalement à partir du gaspillage et de la représentation de la consommation vorace et effrénée. Il représente donc le collectionneur-symbole de l’époque contemporaine, le collecteur de la société du rebut. Mais il s’agit également de récupérer et de mettre à jour les processus d’interaction contenus dans les objets. Autrement dit, si ces objets, dans l’espace des marchandises et de la modernité physique, ont possédé une valeur d’échange, quel serait leur sens dans le circuit du rebut ? Serions-nous alors face à un discours rédempteur, pour paraphraser Reginaldo Gonçalves ? Ou devons-nous être attentifs à ce qu’Abraham Moles préconisait déjà au siècle dernier :

  • 18  « Parece que esta invasão pelos objetos, a poluição do mundo pelas formas sólidas que o homem real (...)
  • 19  À cet égard, il est intéressant de faire référence au film d’animation Wall-E (2008) qui raconte l (...)

Il semble que cette invasion d’objets, la pollution du monde par les formes solides produites par l’homme, devrait devenir un problème fondamental dans la société future. L’image du « prêt à jeter » est centrale pour le psychanalyste qui cherche à analyser l’ensemble social. Une théorie de l’élimination des produits fabriqués par l’homme s’impose, si l’on imagine que l’habitant de la ville moderne rejette environ un kilogramme de déchets par jour (dont 30 % sont des emballages).18 (Moles, 1981, p. 182)19

  • 20  Le PNAD (Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios), soit : Recherche nationale par échantillonn (...)

35Il est possible de donner un autre type de réponse à cette impasse en partant du principe que les objets peuvent représenter métaphoriquement le collectionneur lui-même. Autrement dit, « nous nous collectionnons toujours nous-mêmes ». En ce sens, le vieillard, en tant que catégorie sociale, ne peut plus être ignoré, notamment si l’on tient compte du vieillissement accéléré de la société brésilienne. Selon le recensement national brésilien20, la population du pays était en 2009 d’environ cent quatre-vingt-onze millions huit cent mille habitants, parmi lesquels un million de citoyens avaient déjà soixante ans ou plus. Entre 1999 et 2009, cette tranche d’âge est passée de 9,1 % à 11,3 % de la population totale et elle occupe désormais une place importante au sein de la société brésilienne (IBGE, 2010).

36Mais les collections d’objets qui ont un jour été des marchandises traduisent leur ancienne insertion dans l’espace des échanges. Dans la société d’avant, où la production était le fait d’individus dotés d’un domicile fixe, ces objets renvoyaient encore à un métier. Qu’en est-il aujourd’hui ? Évoquent-ils une force de travail gaspillée, tout comme l’ont été ces travailleurs qui l’ont produit ? Des espaces qui ne nous renvoient qu’aux temples de la consommation ? Quel « régime de valeur » (Appadurai, 2008) de notre société permettrait de définir Urbano et ses objets non plus comme des « marchandises », mais comme des « choses » ou des artefacts qui constituent des représentations matérielles d’une culture industrialisée ? Ces objets collectionnés n’ont pas le droit de revenir à leur état naturel de marchandises. Néanmoins, ces collections d’inutilités ne pourraient-elles pas signifier des détournements de parcours ? Des transgressions en sens inverse, ou bien la possibilité de conférer à l’objet un certain type de valeur, même s’il ne s’agit pas d’une valeur esthétique, d’authenticité ou d’originalité ? Les choses et les objets, selon Appadurai (2008), peuvent être appréhendés, à partir de leur propre trajectoire sociohistorique, au travers d’une analyse de leurs formes et de leurs utilisations. Lorsqu’ils se déplacent, ils nous parlent des individus et de la société, en leur donnant un sens.

  • 21  « “É o objeto que nos pensa” […] Trata-se claramente de uma relação mágica que contém o reverso de (...)

« C’est l’objet qui nous pense » […] Il s’agit clairement d’une relation magique qui traduit le revers de nos projections. L’objet absorbe toutes les positions du sujet et les lui renvoie, tel un miroir de ses intentions. Et pour nous prémunir contre les éventuels sortilèges de l’objet, nous le mettons dans un musée.21 (Jeudy, 2005, p. 47)

  • 22  Dans une des cases, Urbano, assis sur le banc de la place avec sa collection de prospectus, montre (...)

37Considérer les objets comme des signes dotés d’un attribut de contemporanéité implique de leur attribuer un possible statut de passeurs, capables de conserver des souvenirs et de les transmettre à ceux qui ne sont pas encore nés, ou à ceux qui ignorent la fonction potentielle de ces objets lorsqu’ils sont évoqués22. En ce sens, Urbano, lorsqu’il confère ce statut aux objets de sa collection, leur attribue symboliquement une utilité sociale, pour lui comme pour son groupe. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de prendre soin de ces objets, à travers leur conditionnement, leur catalogage et leur indexation, entre autres. Ces processus de préservation et de tri contribuent à faire des objets les produits d’un travail singulier, celui du collectionneur qui affecte aux « objets inutiles » une valeur spécifique, celle de l’égalité. En effet, dans les collections, les objets possèdent tous une valeur similaire, bien qu’ils soient tous matériellement différents. Ils représentent ainsi le résultat productif du travail d’un collectionneur qui a investi du temps pour s’occuper de chaque objet, en lui appliquant les actions décrites ci-dessus :

  • 23  « […] Ora, a “história de sua valorização” é a história de qualquer coisa, porque une magicamente (...)

[…] Or, « l’histoire de sa valorisation » traduit l’histoire de toutes les choses, car elle unit de façon magique les récits de la vie psychique la plus individuelle et le mouvement projectif du syncrétisme symbolique. La valeur est le discours que l’objet renvoie comme un miroir à l’individu et à la collectivité.23 (Jeudy, 1990, 65)

38En ce sens, si nous partons du présupposé que les collections d’inutilités représentent la valeur de travail d’un groupe, qu’il soit grand ou petit, il est possible d’entrevoir une nouvelle forme de collection, celle des objets « utiles ». Ces derniers seraient ainsi convertis en signes abstraits d’une productivité matérielle et pourraient donc racheter la relation entre l’homme et la nature.

39La discussion au sujet de la patrimonialisation des collections d’objets d’Urbano le retraité peut par conséquent renvoyer à une autre réflexion. Il s’agit de partir d’une nouvelle perception du travail investi dans ce type de tâche et de considérer que la valeur qui est attribuée à ces objets par le collectionneur justifie leur statut.

40L’idée de mélange, qui apparaît relativement désorganisée et chaotique, va à l’encontre du besoin de contrôle et d’organisation du monde manifesté par Urbano, à partir de ses objets de collection. Toute proportion gardée, son projet constitue moins un « cabinet de curiosités » que la création ou la réinvention d’un « théâtre de la mémoire ».

41Comment savoir alors si les collections d’Urbano possèdent une valeur d’usage et une valeur d’échange apparente, au-delà du statut qui leur est attribué par leur propriétaire ? Regarder et se souvenir suffit-il ? Faut-il en revenir à la résistance des choses, au monde qui recycle des objets et légitime de façon croissante les personnes âgées comme catégorie sociale (Ribeiro, 2011) ?

42La valorisation de la résistance, en tant qu’attribut idéologique, est-elle actuellement une réponse suffisante ? De plus en plus d’objets sont aujourd’hui retirés du circuit marchand, y compris des objets qui étaient destinés au rebut. Ces derniers sont valorisés et élevés à un certain rang symbolique, à partir duquel ils peuvent parfois réintégrer ce circuit à travers l’espace du recyclage, pour redevenir des biens de consommation. Urbano, en tant qu’icône du rebut, traduit-il un projet du nouveau capital ? Une représentation du lien entre rebut et circuit des marchandises ? La vieillesse resignifiée à travers ses objets fait en effet resurgir le passé (et ses objets inutiles). Il ne s’agit pourtant plus de donner une simple référence aux souvenirs ni de les exposer aux regards des hommes. Il s’agit plutôt de produire un bien qui sera à nouveau consommé (recyclé), une représentation iconique de l’époque contemporaine.

43Pomian (1984, p. 67) soutient que l’interprétation de l’histoire des collections contemporaines reste encore à construire. Et c’est en ce sens qu’il faut penser Urbano le retraité, le collectionneur d’inutilités. Il produit en effet un type de langage grâce auquel il parvient à entretenir une relation avec l’invisible, et à relier, dans la mesure du possible, le passé et le présent, à travers l’évocation des objets qui n’existent plus ou de ceux qui résistent tant bien que mal à la disparition. C’est grâce à cette capacité linguistique d’interprétation des choses, des personnes et des événements dans des temps et des espaces distincts qu’Urbano parvient à énoncer ce qui est caché, le monde immergé des « choses que personne n’a jamais vues ».

  • 24  A necessidade de assegurar a comunicação linguística entre as gerações seguintes acaba por transmi (...)

Pour assurer la nécessaire communication linguistique entre les générations, les savoirs des personnes âgées sont progressivement transmis aux jeunes. Ils correspondent à un ensemble d’énoncés qui parlent de ce que les jeunes n’ont jamais vu et ne verront peut-être jamais. Le langage engendre donc l’invisible. En effet, de par son propre fonctionnement, dans un monde où les fantômes apparaissent, où les personnes meurent et où des changements surviennent, la conviction s’impose que ce qui se voit ne représente qu’une partie de ce qui existe. L’opposition entre le visible et l’invisible traduit avant tout la dichotomie entre ce dont on parle et ce que l’on perçoit, entre l’univers du discours et le monde de la vision. (Pomian, 1984, p. 68)24

  • 25  Pour Marshall (2005), les actes de collectionner, de mettre en ordre et d’énoncer un discours sont (...)

44L’auteur lui-même soutient pourtant que le langage ne suffit pas à assurer la relation entre la représentation et les objets. Néanmoins, il contribue à faire d’elle une relation active et politiquement engagée capable, entre autres, de bouleverser certaines institutions. Ainsi, les collections de rebuts peuvent présager un acte de célébration et faire d’Urbano un médiateur entre le monde visible et celui de l’invisible. Il est en outre capable de transmettre, à partir de ses collections, une certaine résistance aux pratiques de production25.

45Il semble d’ailleurs intéressant de permettre aux objets de la collection d’Urbano de dialoguer, afin d’acquérir le statut de document et de quitter l’espace des restes, du gaspillage et du rebut. S’ils sont capables de suspendre le temps et d’évoquer, à certains moments, des souvenirs tels que l’arrivée de l’homme sur la lune, les fêtes d’anniversaires des petits-enfants des amis, les usages passés des objets, les aliments interdits aujourd’hui et savourés autrefois, comment alors ne pas les légitimer en tant qu’objets de collection ? La collection d’inutilités d’Urbano, en tant que représentation imagétique exposée aux regards des hommes, a pour projet de rassembler les objets témoins de sa propre histoire, qui sont aussi ceux, historiques, de la matérialité des choses, de l’essence fonctionnelle, de l’incapacité de retenir la durabilité dans l’espace et dans le temps du circuit des marchandises.

  • 26  « Coleção de cacos / Já não coleciono selos. O mundo me / enquizila. / Tem países demais, geografi (...)

Collection de bouts de verre
Je ne collectionne plus les timbres. Le monde me
tourmente.
Il y a trop de pays, trop de géographies.
J’abandonne.
Jamais je ne parviendrais à avoir un album comme celui du
docteur Grisolia,
la fierté de la ville.
Et tout le monde collectionne
les mêmes bouts de papier.
Maintenant je collectionne des tessons de vaisselle
brisée depuis longtemps.
Pas les débris nouveaux.
Ni les blancs.
Ils doivent être colorés et désuets,
déterrés – j’insiste – du potager.
Je garde une fortune faite de petites roses
brisées,
de restes de fleurs méconnues.
Si peu : seulement du mauve flou,
Le carmin absolu,
le vert qui ne sait pas
à quelle tasse il a servi.
Mais je refais la fleur pour sa couleur,
et ce n’est ma fleur que si c’est ma couleur
dans le débris du bol.
Le débris vient de la terre comme un fruit
qui m’attend, un secret
qu’une cuisinière morte a déposé
pour qu’un jour je le dévoile.
Labourer, labourer avec des mains impatientes
un or méprisé
par toute la famille. De petites bêtes
fuient leur maison souterraine déterrée.
Des verres agressifs
blessent les doigts, le prix
de la découverte :
la collection et son signe de sang ;
la collection et son risque de tétanos ;
la collection que personne n’imite.
Je la cache de José, qui pourrait rire
ou jeter ce musée de rêve.
(Carlos Drummond de Andrade)26

46Mais ces objets sont encore les témoins de ceux qui perçoivent en eux le temps lui-même : des candidats à un mythe d’origine de l’époque contemporaine, des exemplaires « authentiques » de la culture du rebut. Un temps qui nous renvoie à l’espace du triomphe du capitalisme, d’une « éthique de la destruction créatrice » (Moles, 1981), un temps où « quelque chose de plus » se cache (Vieira, 2008).

Notes

1  Selon Marx (1980), les objets utiles sont ceux qui deviennent des marchandises par le résultat de la production émanant du travail privé et qui, rassemblées, forment la totalité du travail social.

2  Pour Walter Benjamin (1995), l’acte de collectionner traduit parfois fidèlement la capacité des individus, en particulier des enfants, à établir des liens qui n’avaient pas été imaginés ; il signifie davantage un processus de démantèlement, de désordre et de resignification des choses et des fonctions que ces objets portaient auparavant (Sanches Neto, 2011).

3  À cet égard, il est intéressant de faire référence aux écrits d’Abraham Moles (1981) consacrés à l’application du concept de mort à un ensemble d’objets. Cet auteur se penche, entre autres, sur l’(in)capacité de l’objet à défier le temps et son obsolescence psychologique. Il introduit ainsi une nouvelle philosophie de la matérialité des objets : la devise de l’ère technologique, fondée sur la fabrication continue d’objets sur la chaîne de montage, est l’idée que la destruction de ces derniers est en elle-même une vertu. Cette « vertu » des objets est une condition qui doit être acceptée par le consommateur, face à la faculté qu’a l’industrie de fabriquer des objets avec une durée de vie limitée et que les consommateurs pourront facilement remplacer.

4  Zygmunt Bauman (2001), citant Sennett, observe que la ville est l’endroit idéal pour rencontrer des inconnus. Ce type de rencontres est marqué par l’absence de souvenirs et de projet de continuité, l’événement réside donc dans l’acte, il n’a ni passé et ni avenir.

5  Pour Moles (1972, 1981), un « parc » constitue un ensemble d’objets en situation de « vie », caractérisée par leurs fonctions. En ce sens, les objets inutiles d’Urbano peuvent être perçus, à la limite, comme des objets morts.

6  Bosi qualifie de « dé-partenarisés » ces objets extérieurs à un ordre spatial rationnel (2003, p. 29).

7  Ces objets, du point de vue de Bauman (2001), ne portent plus le volume, la solidité, la durée et le poids de la société capitaliste classique. S’ils étaient auparavant les témoins du pouvoir de leurs propriétaires, ils sont aujourd’hui légers, rapides – à l’image de leurs détenteurs –, de préférence portables et traditionnellement jetables. Ils traduisent ainsi l’idée d’instantanéité et de maniabilité.

8  Nous avons écarté de cette liste les objets collectés qui n’ont pas encore été intégrés, par le personnage, dans les collections déjà « légitimées socialement », tels que les timbres, les jouets (soldats de plomb, petites toupies), les cartes postales, les photographies, les visionneuses de diapositives, les médailles, les instruments de musique (maracas, percussion), les boîtes à musique, les sabliers, les figurines de bandes dessinées, etc.

9  Bauman (2001) utilise la métaphore de la liquidité pour souligner la redistribution et la réaffectation actuelle des pouvoirs. Selon l’auteur, ces pouvoirs ont d’abord concerné les institutions. C’est ensuite à partir des standards relationnels, de la dépendance et de l’interaction que les individus – aujourd’hui détachés, déterritorialisés, solitaires et emplis d’une « sensation » de liberté – se sont trouvés confrontés aux nouvelles formes de ces normes relationnelles.

10  Un article du journal O Globo daté du 6 juillet 2011 dévoile l’existence de projets russes et nord-américains de traçabilité et de recueil des déchets spatiaux autour de la Terre. Selon les informations présentées par le journaliste, si l’on considère seulement les gros déchets, il existe plus de vingt mille objets autour de l’orbite terrestre.

11  Moles (1981, p. 109) parle d’une « éthique de l’éternel » qui représente l’homme (notamment celui qui émane des classes supérieures). Celui-ci, fragilisé face au monde matériel, a vécu une époque où il pouvait se projeter vers l’avenir. Il cherchait alors à construire et éterniser des bijoux, de grands temples et des palais, bref, un ensemble de constructions et d’objets capables de simuler un défi lancé au temps.

12  « Se a mobilidade e a contingência acompanham nossas relações, há algo que desejamos que permaneça imóvel, ao menos na velhice: o conjunto de objetos que nos rodeiam. » [Notre traduction]

13  « A capacidade de descartar – e não mais de possuir – objetos parece reconfigurar os sistemas de atribuição e aquisição de status social, legitimidade e capitais simbólicos. E que a substituição seja tão ampla e irreversível quanto constante e veloz! » [Notre traduction]

14  Sous une autre perspective, sans considérer l’acte de collectionner comme une pratique d’accumulation capitaliste, Oliveira, Siegmmann et Coelho (2005, p. 11-119), dans un article passionnant intitulé « As coleções como duração: o colecionador coleciona o quê? » (« Les collections en tant que durée : le collectionneur collectionne quoi ? »), proposent d’appréhender ces pratiques contemporaines du point de vue de la philosophie de la différence plutôt qu’à partir d’une approche plus économiste. Les auteurs, qui rapprochent les collections de l’espace de l’esthétique, perçoivent le collectionneur comme un artiste capable d’« actualiser l’immémorial », de créer et rechercher de nouveaux arrangements de la mémoire.

15  « Os objetos que não reúnem nem a primeira nem a segunda destas condições são privados de valor; de fato, já não são objetos, são desperdícios. » [Notre traduction]

16  « Desaparecimento e reconstrução imaginativa, perda e apropriação, dispersão e coleção, destruição e preservação, contingência e redenção. » [Notre traduction]

17  « Uma ruína é algo que desaparece. Paradoxalmente, é algo que não é mais. Foi, certa vez, parte de uma totalidade. Ao mesmo tempo, convida a uma permanente reconstrução. » [Notre traduction]

18  « Parece que esta invasão pelos objetos, a poluição do mundo pelas formas sólidas que o homem realiza, deve se tornar um problema fundamental na sociedade futura. A imagem do “pronto para jogar fora” impõe-se como uma das suas imagens-chaves, da qual o psicanalista se serve para analisar o conjunto social. Uma teoria da eliminação dos produtos fabricados pelo homem é exigida, se se sonha que o cidadão da cidade atual dissipa cerca de um quilograma de lixo por dia (dos quais 30% são embalagens) nas lixeiras. » [Notre traduction]

19  À cet égard, il est intéressant de faire référence au film d’animation Wall-E (2008) qui raconte l’histoire d’un robot dans le futur, alors que la Terre est couverte d’ordures. L’état de la planète oblige les gouvernements à prendre des mesures drastiques et à tracer un plan de dépollution où les robots Wall-E sont responsables du nettoyage de la planète pendant une période de cinq ans, jusqu’à ce que la Terre puisse être de nouveau habitable. Toutefois, face à l’ampleur de l’insalubrité, cette période s’étend pendant sept cents ans. Au bout du compte, un seul robot, Wall-E, résiste et continue de fonctionner. Il se met à vagabonder tout en effectuant la tâche pour laquelle il a été programmé, en écoutant de vieilles mélodies. Il collectionne de nombreux objets trouvés lors du nettoyage. À travers les objets mis au rebut, Wall-E se rapproche de l’humanité et de son histoire, et reconfigure son propre monde. Voir Ribeiro, Thainá et Castro, 2010 ; Ribeiro, 2006.

20  Le PNAD (Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios), soit : Recherche nationale par échantillonnage des ménages.

21  « “É o objeto que nos pensa” […] Trata-se claramente de uma relação mágica que contém o reverso de nossas projeções. O objeto absorve todas as posições do sujeito, para devolvê-las como espelho de suas intenções. E, para nos resguardar dos eventuais sortilégios do objeto, nós o botamos no museu. » [Notre traduction]

22  Dans une des cases, Urbano, assis sur le banc de la place avec sa collection de prospectus, montre à ses amis le prix d’un grille-pain en 1993. L’un d’entre eux fait ce commentaire : « On ne manque jamais de sujet de conversation quand Urbano inspecte sa collection de prospectus. »

23  « […] Ora, a “história de sua valorização” é a história de qualquer coisa, porque une magicamente os relatos da vida psíquica mais individual ao movimento projetivo do sincretismo simbólico. O valor é o dizer do objeto devolvido como um espelho ao indivíduo e à coletividade. » [Notre traduction]

24  A necessidade de assegurar a comunicação linguística entre as gerações seguintes acaba por transmitir aos jovens o saber dos velhos, isto é, todo um conjunto de enunciados que falam daquilo que os jovens nunca viram e que talvez jamais verão. A linguagem engendra então o invisível, porque o seu próprio funcionamento, num mundo onde aparecem fantasmas, onde se morre e acontecem mudanças, impõe a convicção de que o que se vê é apenas uma parte do que existe. A oposição entre o visível e o invisível é antes de mais a que existe entre aquilo de que se fala e aquilo que se percebe, entre o universo do discurso e o mundo da visão. » [Notre traduction]

25  Pour Marshall (2005), les actes de collectionner, de mettre en ordre et d’énoncer un discours sont liés entre eux par le tri, la collection et le récit. L’auteur suggère également, de façon provocatrice, que le tri des déchets réalisé par les « collectionneurs indigents » des villes revêt une « intense ardeur de classification ».

26  « Coleção de cacos / Já não coleciono selos. O mundo me / enquizila. / Tem países demais, geografias demais. / Desisto. / Nunca chegaria a ter álbum igual ao do / dr. Grisolia, / orgulho da cidade. / E toda gente coleciona / os mesmos pedacinhos de papel. / Agora coleciono cacos de louça / quebrada há muito tempo. / Cacos novos não servem. / Brancos também não. / Têm de ser coloridos e vetustos, / desenterrados – faço questão – da horta. / Guardo uma fortuna em rosinhas / estilhaçadas, / restos de flores não conhecidas. / Tão pouco: só roxo não delineado, / O carmesim absoluto, / o verde não sabendo / a que xícara serviu. / Mas eu refaço a flor por sua cor, / e é só minha tal flor, se a cor é minha / no caco da tigela. / O caco vem da terra como fruto / a me aguardar, segredo / que morta cozinheira ali depôs / para que um dia eu desvendasse. / Lavrar, lavrar com mãos impacientes / um ouro desprezado / por todos da família. Bichos pequeninos / fogem de revolvido lar subterrâneo. / Vidros agressivos / ferem os dedos, preço / de descobrimento: / a coleção e seu sinal de sangue; / a coleção e seu risco de tétano; / a coleção que nenhum outro imita. / Escondo-a de José, por não ria / nem jogue fora esse museu de sonho. » [Notre traduction]

Auteur

Professora adjunta IV do Programa de Pós-Graduação em Memória Social
Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro – Unirio.
Doutora em Ciência da Informação, Universidade Federal do Rio de Janeiro – UFRJ/ Instituto Brasileiro de Informação Científica e Tecnológica – IBICT.
leilabribeiro@ig.com.br
CV Lattes: http://lattes.cnpq.br/4234602401995614
Sabine Gorovitz (Traducteur)