Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoire et nouveaux patrimoines

 | 
Cécile Tardy
, 
Vera Dodebei

Première partie. Approches théoriques

Mise en mémoire et patrimonialisation en trois temps : mythe, raison et interaction numérique

Vera Dodebei
Traduction de Sabine Gorovitz

Résumé

Le chapitre décrit les modes de transmission des connaissances tributaires des conditions technologiques propres à la société où la production des mémoires a lieu, à partir de trois processus mémoriaux ou de mise en mémoire. Le premier est directement lié à l’idée de dissolution des mémoires et peut être explicité par la transmission orale des connaissances qui ne génère pas de registres mémoriaux. Dans ce mode, les souvenirs sont de nature procédurale et non cumulative. Ils se dissolvent lorsque le groupe social les intègre et les transforme, et donne lieu à la création de nouveaux souvenirs. En conséquence, il n’y a pas d’accumulation, de répétition, d’origine ou de qualité d’auteur de la mémoire, car cette dernière est toujours un seul produit, à l’instar de la mémoire virtuelle de Henri Bergson. Le second mode de production de mémoires est de l’ordre de la somme, de l’addition, ce qui signifie que l’idée d’accumulation fait partie de sa mise en mémoire. Et, comme il est absolument impossible de posséder la totalité de nos souvenirs dans notre mémoire individuelle, la société crée, grâce à la technique de l’écriture et des supports analogiques, les mémoires artificielles qui sont les objets auxiliaires de la mémoire individuelle. De ce concept d’accumulation naissent les angoisses de la perte, du manque, de l’erreur et les actions de protection « patrimoniale des souvenirs » qui en découlent.

Le troisième mode de production de mémoires s’opère au moyen d’une hybridation des deux précédents, c’est-à-dire par combinaison de dissolution et d’accumulation, qui peut provisoirement être appelée interaction. Dans ce cas, l’idée de métamorphose de l’interactivité, de Frédéric Kaplan, selon laquelle les objets mémoriaux sont des interfaces privilégiées d’un univers numérique, est tout à fait appropriée. Ce mode de production de mémoire requiert l’interaction homme-machine et incorpore aux mémoires artificielles ce que l’on appelle la mémoire électronique. Dans l’environnement en ligne (virtuel et électronique), si les souvenirs postés ou communiqués se dissolvent dans le processus de reformatage et de création collective, ils peuvent encore générer de l’accumulation, car les technologies actuelles permettent de reproduire l’information dans les différents médias et assurent l’existence de registres aussi bien analogiques que numériques.

À partir de l’idée selon laquelle nous vivons simultanément dans au moins deux mondes – un monde analogique et l’autre numérique –, il est possible de conclure que, dans les deux cas, les mémoires comme leur valeur documentaire et patrimoniale sont construites, transitent, laissent des traces et se dissolvent. La notion de patrimoine institutionnel est récente. De par son caractère représentationnel, elle tend à entrer en conflit avec la nature de la mémoire, qui est absolument virtuelle. Selon l’hypothèse qui suggère que la mémoire pourrait devenir un patrimoine et que le patrimoine aurait besoin du processus mémoriel pour se perpétuer, le domaine de la connaissance appelé « mémoire sociale » est le plus approprié pour mettre en rapport différents types de question. Que celles-ci soient théoriques, méthodologiques ou conceptuelles, elles se rapportent aux valeurs documentaires et patrimoniales des objets ainsi qu’au comportement des productions de la subjectivité et de l’objectivité dans un espace-temps entretenu par les réseaux de communication électroniques. La notion de mémoire n’est pas encore remise en question, car elle peut être de nature virtuelle. À l’inverse, la notion de patrimoine, de par sa nature représentationnelle, est encore associée au document et à sa reproductibilité.

Note de l’éditeur

Ce chapitre est traduit du portugais.

Texte intégral

Les temps de la mémoire

1Mémoire et patrimoine sont deux thèmes qui occupent de plus en plus d’espace dans les moyens de communication contemporains. Des livres et des articles scientifiques publiés sur les supports traditionnels aux blogs construits dans l’espace omniprésent du Web, les études sur les mémoires en ligne et le patrimoine numérique s’imposent progressivement. En revanche, les travaux empiriques sur la création, la préservation et la dissolution des registres de mémoires et des biens patrimoniaux sur le Web sont encore peu nombreux. Plus rares encore sont les élaborations théoriques qui traitent de façon spécifique des relations entre les pratiques mémorialistes et patrimoniales et les médias électroniques.

2Pour répondre à l’objectif général de ce travail, ce chapitre tente de mettre en dialogue des concepts préalablement consolidés dans les domaines de la mémoire et du patrimoine avec les notions inhérentes aux domaines de l’informatique, de l’information et de la communication. En d’autres termes, l’intention est de vérifier comment les concepts créés dans l’environnement analogique se comportent, s’adaptent et se transforment lorsqu’ils sont transposés dans l’environnement virtuel. Il est important de noter que l’environnement virtuel fonctionne uniquement avec des chiffres ; par conséquent, lorsque les registres mémoriaux et patrimoniaux quittent le monde analogique des sensibilités corporelles, ils sont transformés en représentations numériques qui possèdent potentiellement un sens.

  • 1  Le flocon de Koch : « si l’on considère chaque étape, nous notons que, pour passer d’une ligne à l (...)

3Bien que les concepts de mémoire et de patrimoine puissent être construits dans l’environnement virtuel, ils sont toujours médiatisés par des objets informationnels. Ces objets ou codes numériques se métamorphosent en images qui deviennent leurs substituts. Tout ce processus « vestimentaire » des codes est mis en œuvre par des logiciels conçus essentiellement pour permettre la communication. Le vestimentaire des codes numériques fonctionne comme la peau qui confère à l’homme son identité. Que ce soit au travers de symboles visuels créés pour l’écriture textuelle ou figurative, ou de symboles sonores, nous communiquons électroniquement par des chiffres. Notre épigraphe est une équation fractale qui illustre la structure mathématique de l’information1.

4Pendant près de vingt siècles, la culture occidentale a considéré les dimensions du temps et de l’espace comme des attributs indépendants. Nous nous sommes donc habitués à penser que les espaces sont fixes et que le temps est linéaire, caractérisé par le passé, le présent et le futur (Dodebei, 2000). La science contemporaine nous oblige à revoir ce statut du temps et de l’espace. Pour comprendre le monde informationnel dans lequel il vit, l’homme doit trouver d’autres explications capables de rendre compte de ce nouveau « désordre » caractéristique de l’environnement chaotique où il est immergé. Force est de constater que le concept d’« événement », inauguré par les stoïciens et illustré par Deleuze (1974, p. 6), permet de comprendre la circularité du temps : « Seul le présent existe dans le temps, et rassemble, résorbe le passé et le futur ; mais le passé et le futur seuls insistent dans le temps, et divisent à l’infini chaque présent. Non pas trois dimensions successives, mais deux lectures simultanées du temps. »

5Cette conception du temps, ainsi que ses conséquences pour le statut de la mémoire, survient avec l’avènement des réseaux électroniques et le phénomène de la mondialisation, qui actualisent le discours sur la circularité du temps et sur la virtualité de l’espace, et met en évidence le présent comme seule possibilité temporelle, comme le pensaient les stoïciens. L’espace virtuel et le temps réel font partie de la vie quotidienne. Ils font valoir la fonction de la technique médiatique qui emprisonne l’homme dans le temps présent et dans l’ubiquité de l’espace.

6Ce sentiment d’emprisonnement dans le présent peut toutefois être illusoire. En effet, nous pensons vivre uniquement dans le présent, mais en réalité, celui-ci nous échappe en permanence. Les relations sociales médiatisées par des réseaux, qui se connectent à une vitesse que seuls les progrès des technologies de la communication et de l’information ont permis, révèlent que les temps classiques qui configurent la mémoire (passé – présent – futur) sont aujourd’hui perçus d’une façon singulière. Contrairement à la présentification du temps, nous pouvons avoir le sentiment – comme l’indiquait déjà Walter Benjamin (1985) en insistant sur la perte d’expérience engendrée par l’avènement de l’information – que personne ne vit pleinement le temps présent. Aujourd’hui, en effet, il est plus intéressant de sauvegarder par un « clic » le moment présent pour le communiquer et le socialiser sur les réseaux, et ainsi de protéger ce qui est déjà passé, que de vivre l’action en cours et la conserver dans sa mémoire personnelle. Aujourd’hui, notre image et nos expériences sont sans arrêt enregistrées par les appareils photo et partagées avec les « amis » et les membres des différents réseaux. Dans la plupart des sociétés contemporaines, les événements sont ainsi plus fortement ancrés dans le binôme passé-futur, au détriment du présent.

7Il est difficile de comprendre que la photographie, par exemple, soit l’un des principaux artefacts capables d’évoquer si fortement les souvenirs. La technique ou la reproductibilité technique (analogique et numérique) nous permet d’emmagasiner, en une fraction de seconde, la même image dans les tiroirs numériques de centaines de milliers de personnes connectées sur les réseaux de communication électronique. La technologie nous permet ainsi de percevoir le temps et l’espace de façon singulière. Notre hypothèse suggère que ce processus concernant la mémoire est semblable à notre perception du temps. Lorsque nous conservons une expérience vécue dans notre mémoire personnelle, celle-ci est toujours de l’ordre du présent, puisque l’état ou la qualité de la mémoire est le mouvement, la mise à jour constante des informations et des souvenirs. La virtualité de la mémoire, selon Bergson (1999), nous impose toujours le temps présent, qui masque le passé. Au moment où les registres techniques – représentations des mémoires intérieures ou naturelles – sont créés, leur existence est rendue possible par la technologie disponible dans un temps et un espace donnés. En ce sens, les mémoires externes, artificielles, auxiliaires ou exomémoires formées par ces registres peuvent être considérées comme des matériaux du passé.

8Les registres techniques, les restes, les traces, les traits ou les vestiges mémoriaux (désignations qui varient selon le point de vue théorique) constituent, au sens large, les archives. Il importe alors de comprendre l’influence de la technique médiatique dans la constitution des exomémoires et la façon dont cette influence transforme la construction de la mémoire elle-même. Il faut désormais distinguer la mémoire, toujours virtuelle, des registres mémoriaux qui habitent les mémoires externes ou artificielles.

9Les objets, considérés comme des informations individuelles, peuvent être représentés par des photographies personnelles, des films, des pièces archéologiques, muséologiques, bibliographiques, d’archives ou même imaginaires. Les récits, perçus sous une perspective plurielle ou collective, seraient quant à eux représentés par des expositions, des exhibitions, des textes littéraires et des entretiens. Les objets et les récits ne s’excluent pas mutuellement, ce qui peut générer les conflits, déjà largement analysés dans le domaine de la mémoire, entre subjectivité et collectivité. Le processus de transposition du concept de mémoire individuelle vers le collectif est de nature métaphorique : mémoire nationale, mémoire religieuse, mémoire littéraire. La mémoire peut alors être envisagée du point de vue individuel, objet principal des neurosciences ; à l’inverse, elle peut être appréhendée comme une construction sociale où des groupes sociaux créent un passé partagé à l’aide du contexte social et des médias.

  • 2  L’expression utilisée par de nombreux auteurs est « reconstruire » et « re-présenter ». Je préfère (...)

10Dans les études sur la mémoire, la manière dont on « se souvient » fait l’objet de nombreux débats. Maurice Halbwachs (2004), lorsqu’il oppose histoire et mémoire, explique que la première ne concerne que le passé (mort) alors que la seconde renvoie au présent (vivant). Partant de cette polarité, Pierre Nora présente les « lieux de mémoire » comme une possibilité (inter)posée entre histoire et mémoire. Il faut donc considérer qu’il existe différentes façons de se souvenir, en fonction des cultures. Cette approche part du présupposé que le passé n’est pas donné, mais qu’il est constamment construit et présenté2.

11Certes, la contribution de Maurice Halbwachs est incontestable : non seulement il invente le terme « mémoire collective », mais il inaugure les discussions concernant les « cadres sociaux de la mémoire » (1925), où il oppose les concepts de mémoire individuelle et collective. Avec ses études sur les mémoires familiales, Halbwachs (2008) alimente les débats ultérieurs sur l’histoire orale. En outre, à partir de ses recherches sur la mémoire des communautés religieuses, il met en lumière les aspects topographiques de la mémoire et anticipe ainsi la notion de « lieux de mémoire » (Nora, 1993).

12Paul Ricœur affirme que l’objet de la mémoire est certainement le souvenir (mnèmè insistant sur le que) dont le processus de recherche est nommé rappel (anamnèse insistant sur le comment). Pour l’auteur, ce qui compte n’est pas celui qui se souvient, mais ce dont il se souvient. En modérant les discussions concernant le statut de la mémoire, Ricœur apaise la tension constante entre la mémoire individuelle et la mémoire collective. Son intention n’est toutefois pas d’éliminer une ou l’autre mémoire, qu’elle soit individuelle ou collective. En introduction à son travail, il pose clairement que le chemin à parcourir va du « quoi ? » vers le « qui ? » en passant par le « comment ? », soit du souvenir à la mémoire réfléchie, en passant par la réminiscence (Ricœur, 2007, p. 24).

13La mémoire peut également être appréhendée dans sa dimension culturelle, ce qui la rapproche du contexte numérique contemporain. Cette approche permet de franchir les frontières d’autres disciplines consacrées à l’étude du passé, telles que l’histoire, l’archéologie et les sciences de l’information. Dans son livre organisé avec Ansgar Nünning, Astrid Erll présente une généalogie de la mémoire culturelle et les différentes branches qui s’y intéressent. Cette généalogie décrit l’évolution du domaine d’étude sur la mémoire. Elle indique notamment que son origine remonte à Platon et Aristote, mais que son développement ne se consolide qu’au xixe siècle, pour atteindre son apogée (Huyssen, 2000), ce que Nora appelle « la boulimie mémorielle » (1997), dans les dernières décennies du xxe siècle. Certains concepts ont largement contribué à consolider la métaphore de la mémoire collective : par exemple, Pierre Nora (1993, p. 1-78) parle de « lieux de mémoire » et Jan et Aleida Assmann (2008) de « mémoire culturelle » (kulturelles Gedächtnis). Les auteurs s’inspirent des travaux de Halbwachs sur les communautés, qui montrent que la mémoire peut survivre des centaines d’années, ce qui révèle un puissant ancrage à la culture.

14Du point de vue de la médiation mémorielle et patrimoniale des objets et des récits qui peuplent l’environnement virtuel, la notion de « mémoire intermédiée » proposée par Jose van Dijk (2007) tente de décrire l’articulation du social et de l’individuel face aux modalités contemporaines de création de liens entre passé et présent. Dijk part de l’hypothèse que les artefacts individuels sont intégrés à des milieux (socialement partagés) d’enregistrement et de remémoration du passé. Ces environnements sont, à leur tour, étroitement liés aux médias utilisés. Les photographies ou les images en mouvement dépeignent le noyau familial et mettent en évidence une pratique partagée de vécu du présent. Si l’auteur reconnaît que Halbwachs instaure les bases des études sur la mémoire, elle propose un modèle théorique qui transcende les contributions du père fondateur de la sociologie de la mémoire. Les travaux de Henri Bergson (1999) et de Gilles Deleuze (1988 et 1999) constituent les principales références de sa démarche, qui cherche à établir un lien avec la psychologie cognitive. De ce dialogue théorique émerge un modèle capable d’appréhender les registres de la mémoire dans leur créativité. Ses travaux se penchent néanmoins sur l’aspect culturel du phénomène et développent ainsi les postulats de Bergson et Deleuze (Dijk, 2007, p. 127-129).

15Nous posons que seul le champ d’études dénommé « mémoire sociale » est capable de prendre en compte tous les qualificatifs apposés à la mémoire. Qu’elle soit collective, culturelle ou sociale, intermédiée ou virtuelle, il semble néanmoins qu’elle reste une abstraction de la pensée et une métaphore de la mémoire individuelle telle que nous l’imaginons. Au mieux, ces mémoires constituent une extension imaginée de notre mémoire individuelle (Dodebei, 2005, p. 27-39).

16Pour tenter de répondre à cette question, nous soulevons l’hypothèse suivante : si les modes de transmission des connaissances sont tributaires des conditions technologiques de la société, les mémoires seraient produites au moyen de trois processus mémoriaux ou de mise en mémoire. Le premier est directement lié à l’idée de dissolution des mémoires, pouvant s’expliquer par la transmission orale des connaissances qui ne génère aucun registre mémoriel. Dans ce mode, les mémoires sont de nature procédurale et non cumulative ; elles se dissolvent lorsque le groupe social les incorpore et les transforme, pour engendrer la création de nouvelles mémoires. Ainsi, il n’y a pas d’accumulation, de répétition, d’origine ou de qualité d’auteur, car la mémoire est toujours un seul et même produit, à l’instar de la mémoire virtuelle de Henri Bergson (1999). Le deuxième mode de production des mémoires est de l’ordre de la somme, de l’addition ; cela signifie que l’idée d’accumulation fait partie de la mise en mémoire. Or, comme il est impossible de posséder la totalité des souvenirs dans notre mémoire, la société crée, à l’aide de la technique de l’écriture et des supports analogiques, des mémoires artificielles qui deviennent les auxiliaires de la mémoire individuelle. De ce concept d’accumulation naissent l’angoisse de la perte, du manque, de l’erreur et les actions de protection « patrimoniale » des souvenirs qui en découlent. Le troisième mode de production des mémoires est une combinaison des deux modes précédents. Il s’agit d’une alliance entre dissolution et accumulation, dénommée provisoirement interaction. Cette approche renvoie à l’idée de métamorphose de l’interactivité de Kaplan (2009), où les objets mémoriels sont les interfaces privilégiées de l’univers numérique. Ce mode de production de mémoire requiert l’interaction homme-machine et incorpore aux mémoires artificielles ce que l’on appelle la mémoire électronique. Dans l’environnement en ligne (virtuel électronique), les souvenirs emmagasinés ou déposés se dissolvent dans les processus de reformatage et de paternité collective. À l’inverse, ils peuvent générer de nouvelles accumulations, dans la mesure où les technologies actuelles permettent la reproduction de l’information par les divers médias et assurent l’existence de registres à la fois analogiques et numériques.

17Pour confirmer cette hypothèse, nous dressons ici une synthèse de la pensée des auteurs qui, directement ou indirectement, se prévalent de cet argument pour analyser la création et la circulation des registres mémoriaux. Ces derniers sont considérés comme des discours de nature spatio-temporelle, des classiques de la littérature historiographique et des sciences sociales, comme le montrent les travaux de Leroi-Gourhan et de Jack Goody (respectivement archéologue et anthropologue social), cités par le médiéviste Jacques Le Goff dans Histoire et Mémoire (Le Goff, 2003), qui traitent notamment de l’oralité et de l’écriture. Néanmoins, rares sont encore les travaux qui abordent la condition contemporaine des registres mémoriaux dans un environnement en ligne. Les analyses de Pierre Lévy (1993, 1998, 2003, 2005, 2007) et de certains théoriciens (Lemos, 2007 ; Manovich, 2001, 2003, 2008 ; Kaplan, 2009) en constituent quelques exemples. Elles cherchent à appréhender les espaces hybrides qui combinent des environnements analogiques et numériques, les prétendues interfaces.

18Selon Le Goff, l’idée de mémoire, qui apparaît entre la Préhistoire et l’Antiquité dans le contexte de la culture orale, est éminemment collective. La société mémorielle est représentée par des hommes-mémoire dont la fonction est de transmettre les connaissances pratiques et techniques ainsi que le savoir-faire inhérents à la société à laquelle ils appartiennent. La mémoire, de nature narrative et créative, se base alors sur la construction des mythes d’origine et des connaissances techniques et magico-religieuses. Avec le développement de la technique, la mémoire médiévale trouve son équilibre entre l’oral et l’écrit. L’idée de reproduction mnémonique et de mémoire répétitive s’impose avec la création des commémorations, des monuments et des documents. Cette technologie médiatique (l’écriture) transforme la façon de penser : nommer signifie connaître. Ce mouvement engendre au sein des sociétés de nouvelles aptitudes intellectuelles. Ainsi, la conscience de l’oubli s’accentue. En réaction, de nouveaux instruments de préservation de la mémoire apparaissent, avec la création d’un nombre considérable d’archives, de bibliothèques et de musées. À ce stade, la mémoire est en expansion ; l’accumulation remplace la dissolution. L’ère de l’écriture donne naissance aux mémoires artificielles et auxiliaires, face à l’impossibilité pour les hommes-mémoires d’absorber individuellement la totalité de la production du savoir enregistré. Le Goff ne traite que très superficiellement de la mémoire à l’ère contemporaine. Il se contente d’indiquer qu’il s’agit de la plus complexe des mémoires, car elle adapte, dans une certaine mesure, les caractéristiques des précédentes à la structure des bases de données et de la mémoire électronique (des ordinateurs).

  • 3  Inspirés par le travail de Jack Goody, anthropologue social spécialiste de l’étude de la structure (...)

19Pour Jack Goody, les principaux changements de la structure sociale sont engendrés par trois facteurs de base. Le premier est le développement de l’agriculture intensive qui entraîne la production d’excédents. Ce processus permet d’expliquer de nombreux aspects des pratiques culturelles, telles que le mariage ou les funérailles, ainsi que le grand fossé entre les sociétés africaines et européennes. Deuxièmement, les changements sociaux peuvent être appréhendés en termes d’urbanisation et d’évolution des institutions bureaucratiques qui modifient ou suppriment les formes traditionnelles d’organisation sociale, comme la famille ou la tribu. La civilisation se traduit alors par la « culture de la ville ». Troisièmement enfin, Goody attribue une grande importance aux technologies de communication comme instruments de transformation psychologique et sociale. Il associe l’ère de l’écriture à la gestion de l’excédent. Dans un article fondateur écrit avec Ian Watt (Goody et Watt, 1963), l’anthropologue social défend la thèse selon laquelle le développement des sciences et de la philosophie dans la Grèce classique est fortement influencé par l’invention d’un système d’écriture efficace, l’alphabet3.

20Il est donc possible de déduire que le sens de l’accumulation de tout type de bien social commence par son excès ; en termes économiques, il s’agit de l’excédent. La représentation de ces biens par le système d’écriture engendre chez l’individu le sentiment de pouvoir accumuler tout ce qui est produit. À l’inverse, elle fait croire que ce qui nous échappe est oublié ou perdu, tel un échec ou, du moins, une situation indésirable. L’homme apprend alors à ne rien oublier, ce qui va, entre autres, à l’encontre du bon fonctionnement de notre mémoire individuelle. Jorge Luis Borges (2000) et Viktor Mayer-Schönberger (2007) présentent de bons exemples de cette duperie, où il faut se souvenir de tout.

21Borges, dans son conte Funes, le mémorieux, affirme, à travers son personnage Irénée Funes, que le souvenir permanent d’une existence empêche l’existence elle-même : « […] le présent était presque insoutenable tant il était riche et clair […] ma mémoire, monsieur, est comme un dépotoir ». Dans sa prépublication du référentiel de l’université de Harvard, Mayer-Schönberger, lorsqu’il se réfère à l’art de l’oubli à l’ère de l’informatique omniprésente, déclare :

En tant qu’êtres humains, nous avons la capacité de nous souvenir et d’oublier. Pendant des millénaires, il était facile d’oublier et difficile de se souvenir. En principe, nous oublierions. La technologie numérique a inversé cette condition. Aujourd’hui, grâce à un espace de stockage économiquement accessible, facilement récupérable et d’accès global, l’acte de se souvenir est devenu standard, qu’il s’agisse de l’individu ou de la société. Nous stockons nos photographies numériques, qu’elles soient bonnes ou mauvaises – car la sélection de ce qui sera éliminé prend trop de temps. Nous conservons différentes versions d’un même document de travail, au cas où nous en aurions besoin. Google sauvegarde chaque recherche effectuée et des milliers de caméras de surveillance enregistrent nos mouvements. [Notre traduction]

  • 4  Halbwachs, lorsqu’il se réfère à l’opposition entre la mémoire collective et l’histoire, utilise m (...)

22Le travail de Pierre Lévy (2005, p. 123) sur la culture numérique reprend la structure de pensée des auteurs de l’histoire et de l’anthropologie, lorsqu’il considère qu’à la dimension de l’espace-temps s’ajoute celle de la technique. Toutes deux intègrent, tel le continuum de Halbwachs4, les trois pôles de l’esprit : l’oralité primaire (mythe), l’écriture (théorie), et l’informatique-médiatique (simulation). Ces pôles ne renvoient pas à une époque, ils transitent et surviennent simultanément, à des degrés divers d’intensité et de manifestation explicite.

23Pour comparer les trois pôles, Lévy se sert des attributs temps, pragmatique de la communication, mémoire sociale et formes de connaissance. Mais l’auteur ne présuppose jamais la domination d’un pôle sur un autre. Au contraire, il indique que l’utilisation d’un certain type de technologie intellectuelle, qu’il s’agisse du mythe, de la théorie ou de la simulation, met particulièrement l’accent sur certaines valeurs, certaines dimensions de l’activité cognitive ou de l’image sociale du temps, plus explicitement thématisées et autour desquelles se cristallisent des formes culturelles particulières. Ernst Cassirer (2000, p. 19), à son tour, dans son analyse de la relation entre langue et mythe, considère également que l’espace mythique ne renvoie pas à une époque, mais plutôt à une perception, à une forme symbolique qui ne disparaît jamais complètement, même si elle survient au tout début de l’histoire de la pensée. Tel est le présupposé qui guidera notre approche du cadre proposé par Lévy.

24Soulignons enfin dans cette introduction que la question du patrimoine – la valeur patrimoniale attribuée aux souvenirs – sera ici envisagée en fonction de chacun des temps mémoriaux proposés dans notre hypothèse. Il s’agit de comprendre les relations entre mémoire et patrimoine, à la lumière de deux processus interdépendants : le processus de patrimonialisation de la mémoire et la nécessaire mise en mémoire du patrimoine institué. Notons que la périodisation des temps de la mémoire ne sera présentée qu’à des fins d’analyse du phénomène. En effet, comme le soutiennent les auteurs mentionnés, les milieux de mémoire ou les techniques médiatiques qui favorisent sa transmission, son entretien et sa dissolution peuvent être concomitants des espaces-temps considérés, et peuvent exister à des degrés variables de persistance.

Oralité mythique et dissolution de la mémoire : le patrimoine en tant qu’héritage

25Vernant (2000) explique que le mythe – en l’occurrence le mythe grec – est un récit. La manière dont ces récits ont été constitués, transmis et actualisés dans la mémoire sociale est décrite par des textes qui, à l’exception d’œuvres littéraires comme l’Iliade et l’Odyssée, nous parviennent dispersés et fragmentés. La compilation de ces traditions multiples porte le nom de mythologie grecque. Plusieurs aspects marquent la distinction entre le récit mythique et d’autres types de récits, par exemple le récit littéraire ou historique. Le premier aspect concerne la qualité d’auteur. Selon Vernant, le récit mythique n’est pas le résultat d’une invention individuelle ou de l’imagination créatrice ; il émane de la transmission de la mémoire. Ainsi, le mythe ne vit que s’il est raconté, de génération en génération, au quotidien. Les conditions de sa survie sont précisément la mémoire, l’oralité et la tradition. La deuxième caractéristique concerne l’intégrité informationnelle ou l’unicité du mythe, dont la forme n’est jamais définitivement fixée. Elle varie constamment en fonction de l’agent – le « conteur », l’aède – ou du processus – la transmission – qui incorpore de nouvelles analogies et en abandonne d’autres, tissant ainsi un continuum formé par les souvenirs et les oublis et mis à jour en permanence dans la mémoire collective. Le mythe comporte toujours des variantes, de multiples versions dont le narrateur dispose et qu’il choisit en fonction des circonstances, de son public et de ses préférences. Il peut en outre supprimer, ajouter et modifier ce qui lui semble approprié.

  • 5  Voir, chez Vernant (2000, p. 19), la naissance de Cronos, fils de Gaïa et d’Uranus, qui établit le (...)

26La troisième différence entre le mythe et les autres récits renvoie à l’espace-temps. Ce sont les Muses, filles de Mnémosyne (la mémoire), qui présentent la création du monde depuis que Gaïa s’est opposée à Khaos (Chaos). Gaïa, ou la Terre, est limpide, ferme et stable, à l’inverse du Chaos, même si elle émerge de lui. C’est donc sur terre que les dieux, les hommes et les animaux peuvent vivre en toute sécurité. Ainsi commence l’histoire des origines. L’origine du cosmos rapportée par la mythologie5 ne doit pourtant pas être considérée dans un continuum temporel, comme le soutient Vernant (1973, p. 71-112) : « cette genèse du monde, dont le parcours est raconté par les Muses, implique ce qui vient avant et après, mais ne s’étend pas au-delà d’une durée homogène, sur un temps unique ». Le passé n’est pas rythmé par une « chronologie », mais par une « généalogie ».

27Au-delà du mythe d’origine lui-même (Chaos – instable, infini, espace en chute –, et Gaïa – stable, définie et fixe –), la mythologie représente l’expérience de l’univers spatial par la figure du couple Hestia et Hermès, la première symbole du centre et l’autre, du mouvement. Ces pôles, plus dynamiques qu’opposés, vont néanmoins bien au-delà de la notion ordinaire d’espace et de mouvement. Ils expriment ce que Vernant appelle la tension observée dans la représentation archaïque de l’espace : l’espace a besoin d’un centre, d’un point fixe, d’une valeur privilégiée, à partir de laquelle sont définies les directions, toutes qualitativement distinctes. Il se présente simultanément en tant que lieu du mouvement, ce qui implique une possibilité de transition et de passage d’un point quelconque à un autre.

28L’union entre centre et mouvement, alliée à la circularité temporelle, engendre un concept unique, celui d’espace-temps. Comme dans la mythologie, ce concept peut être perçu comme une dimension où, à partir de la lecture du présent, se célèbrent les événements qui surviennent entre passé et futur. La fonction créative du mythe réside précisément dans le fait que celui-ci peut être interprété à la lumière du cadre conceptuel du présent. En effet, même si l’oralité mythique a fait place au pôle de l’écriture, ses caractéristiques de récit singulier (qualité d’auteur, forme et espace-temps) se retrouvent dans la transmission de la connaissance à l’heure actuelle et donc dans la configuration, également présente, de la mémoire sociale.

29S’il est facile de considérer que la mémoire est toujours virtuelle, il n’en est pas de même pour la notion de patrimoine, qui implique des attributs de valeur et leur préservation. Il est toutefois également difficile de séparer la notion de patrimoine d’autres catégories de la pensée telles que la « culture », la « tradition » et l’« héritage », présentées par l’anthropologue Regina Abreu dans son article sur l’émergence du patrimoine génétique (2003, p. 30-45). La contribution de l’anthropologie est en ce sens fondamentale pour la réflexion sur l’évolution ou sur les perspectives de conceptualisation du patrimoine, appréhendé dans sa dimension spatio-temporelle, et cela conformément à la structure polaire de transmission du savoir, évoquée précédemment. Comment donc situer la notion de patrimoine dans le pôle de l’oralité mythique, sans perdre de vue son attribut essentiel – l’éphémérité du bien valorisé, et donc l’importance de sa sauvegarde pour l’avenir ?

30José Gonçalves Reginaldo Santos (2003, p. 21-29) affirme que la notion de patrimoine, du point de vue anthropologique, est millénaire. Elle est en effet présente dans les sociétés tribales, dans le monde classique et au Moyen Âge, même si c’est au xviiie siècle seulement que le concept est systématisé par des approches scientifiques, au moment de la formation des États-nations. Pour cet auteur, si la notion de patrimoine est découplée de l’attribut d’attribut cumulatif, il est alors possible de l’appréhender au-delà de la raison. Ainsi, cette catégorie pourrait être reprise dans d’autres contextes socioculturels. Selon l’anthropologue, pour de nombreuses sociétés, le concept de patrimoine est défini comme l’héritage de savoirs, sans que l’accumulation soit pour autant perçue comme une évocation de la mémoire. Pour elles, les objets accumulés sont de nature utilitaire et l’accumulation d’objets n’est que temporaire, car ils sont destinés à la redistribution ou à la destruction. Dans certaines sociétés, les objets matériels sont tributaires de leurs propriétaires. Ils revêtent une nature à la fois économique, juridique, morale, magique, esthétique et psychologique, et sont donc inséparables de la totalité sociale et cosmique qui transcende la condition de l’individu. Dans les sociétés à tradition orale, l’accumulation semble être un attribut qui n’appartient pas au concept de patrimoine.

31Sans accumulation de biens, le risque de perte disparaît ; il n’est d’ailleurs plus nécessaire de protéger les objets ou de les sauvegarder. Toujours selon l’anthropologue, à l’instar du « mana » mélanésien, on parle de la présence ou de l’absence de patrimoine, de la nécessité ou pas de le conserver, mais on ne parle jamais de son existence. Cette catégorie est une donnée de notre conscience et de notre langage, une prémisse sur laquelle se fondent nos jugements et nos raisonnements. Le patrimoine, appréhendé comme une catégorie de la pensée, trouve son existence dans la relation avec l’autre. Son concept est ainsi associé à celui de culture. Selon la pensée anthropologique, l’idée de patrimoine peut assumer plusieurs formes sémantiques dans le temps et dans l’espace. Partant de ce présupposé, la notion de patrimoine peut être également pertinente dans le monde virtuel, du moins en termes de transmission numérisée. Bien qu’elle y soit davantage partagée, elle n’est pas principalement destinée à l’accumulation, mais au partage d’information.

Écriture, raison et expansion mémorielle : le patrimoine en tant que document

32La caractéristique dominante de ce pôle de technologies de transmission du savoir est la linéarité, si l’on considère la figure temporelle selon laquelle la circularité renvoie à l’oralité, et où les segments-points configurent, pour Lévy, l’ère informatique et médiatique. Les frontières mal définies, du point de vue de la distance temporelle entre l’écriture et l’imagerie, entravent notre réflexion sur une époque qui abandonne l’histoire au profit d’autres perspectives : la réalisation, les vestiges et l’accumulation des registres. Le retard, l’acte de différer et l’inscription dans le temps s’opposent à l’immédiateté de la transmission orale et au temps réel du réseau informatique-médiatique. Même si l’on perçoit le processus de communication dans les trois pôles comme hypertextuel, la distance entre les hypertextes de l’auteur et ceux du lecteur est supérieure dans le pôle de l’écriture, ce qui exige une plus grande objectivité de l’auteur et une plus grande capacité d’interprétation de la part du lecteur. Pour Lévy, la configuration de la mémoire change également. Si dans les pôles de l’oralité et de la simulation, la mémoire ne peut être appréhendée que comme une construction procédurale, et donc constamment en mouvement, dans celui de l’écriture, elle peut faire l’objet d’une critique qui porte sur la séparation partielle de l’individu et du savoir et met l’accent sur le statut de vérité.

33En ce qui concerne les formes canoniques du savoir, le pôle de l’écriture est fondé sur la construction théorique (explication, exposition, systématique) et sur l’interprétation, alors que les instances du savoir de l’oralité sont le rite et le récit ; l’informatique-médiatique repose quant à elle sur la modélisation opérationnelle et sur la simulation. Ainsi, permanence et signification caractérisent la transmission orale du savoir ; la vérité (critique, objectivité, universalité) est dominante dans le pôle de l’écriture ; et l’efficacité, la pertinence locale et le changement, ou la nouveauté sont les attributs du pôle de l’informatique-médiatique.

34Si le récit est la forme dominante de la transmission du savoir dans le pôle de l’oralité mythique, le document, avec son statut de preuve et de vérité, est l’institution prédominante du savoir scientifique dans le pôle écriture-raison-théorie. La mémoire documentée, c’est-à‑dire accumulée dans les archives, les bibliothèques et les musées, assure la relation de dépendance entre document et mémoire, même si l’on considère que le concept de document (Dodebei, 2001, p. 59-66) est basé sur l’existence de valeurs circonstancielles et temporaires attribuées aux objets.

35Dans le monde matérialisé des représentations ou des registres de mémoire, l’ère de la technologie de l’écriture se caractérise par l’attribution de valeurs patrimoniales aux objets textuels, imagétiques, monumentaux et aux collections matérielles et symboliques que Nora appelle « lieux de mémoire ». Le désir de perpétuer la mémoire, ainsi que la reproductibilité technique et la création de collections qui en résulte, a entraîné la production, par la société, de prothèses de ses mémoires individuelles, de véritables mémoires auxiliaires, de plus en plus vastes, diversifiées et même dupliquées. À l’image des bibliothèques, des musées, des archives et des monuments historiques, ce processus entraîne une gigantesque expansion de la capacité de mémoire du monde.

36Selon Choay (2001), la notion de patrimoine renvoie à l’origine aux structures familiales, économiques et juridiques d’une société stable, enracinée dans l’espace et dans le temps. Aujourd’hui requalifiée par plusieurs attributs, comme on le voit en suivant l’évolution des registres de la connaissance sur ce thème, elle admet une pluralité d’adjectifs – historique, artistique, culturelle, matérielle, intangible, virtuelle ou encore numérique – qui font du terme un concept « nomade ». L’institution patrimoniale serait une invention moderne, si l’on considère que le souci de préservation des bâtiments n’est formalisé qu’en 1837, en France, avec la création de la Commission des monuments historiques. Le maintien des États-nations aux xixe et xxe siècles engendre le processus de patrimonialisation des biens architecturaux. Ce dernier s’explique tout autant par le désir de protéger l’art que par celui de préserver le pouvoir économique et symbolique des institutions.

37Après la Première Guerre mondiale, le processus d’institutionnalisation du patrimoine devient davantage expansionniste, du point de vue conceptuel. Dans le but d’établir une coopération culturelle entre les peuples, l’Assemblée et le Conseil de la Société des Nations ont créé la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle. Elle se réunit pour la première à Genève, du 1er au 6 Aout 1922, sous la présidence de Henri Bergson. Cette commission d’intellectuels, composée de onze membres titulaires et de six assistants, réunit à l’époque les grands noms de la philosophie et des sciences : Mlle Bonnevie (zoologiste), Mme Curie-Sklodowska (physicienne), M. D. N. Bannerjea (économiste politique), M. H. Bergson (philosophe), M. A. de Castro (médecin brésilien), M. J. Destrée (écrivain), M. G. A. Murray (philologue), M. G. de Reynold (écrivain), M. F. Ruffini (juriste), M. L. de Torres-Quevedo (ingénieur en électromécanique) et A. Einstein (qui ne s’y est pas rendu car il était en mission scientifique au Japon) (Mossé Bastide, 1959). Le but de cette commission est de mener une recherche sur les conditions de travail intellectuel dans chacun des pays membres de la Société des Nations. L’intérêt de la commission porte également sur l’organisation internationale de la documentation scientifique (bibliographie actuelle et rétrospective), sur les progrès de la recherche scientifique et sur la coopération internationale en matière d’éducation. Elle se penche particulièrement sur les sciences humaines, considérées comme peu agiles en termes de transfert de l’information. Pour mettre en route une coopération internationale, la commission doit en outre dresser un état des lieux de la production culturelle des pays. Commence alors l’ère des inventaires de la production intellectuelle, de la création des centres internationaux de documentation, de la propriété intellectuelle et scientifique en général, et surtout de la protection des biens culturels. Henri Bergson serait, semble-t‑il, un des pères fondateurs de la notion de patrimoine culturel, alors qu’il préside, entre le 1er et le 6 août 1922, la Commission internationale de la coopération intellectuelle, institution qui précède l’Unesco, elle-même créée juste après la Seconde Guerre mondiale, en 1945.

38Selon Choay, ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, dans les années cinquante, que d’autres objets encore considérés comme de moindre valeur intègrent les catégories définies par la Commission des monuments historiques. Ce mouvement laisse alors pressentir un élargissement de la notion de patrimoine institutionnel au sein de la société. En effet, aux côtés des bâtiments religieux et des palais, les usines, les théâtres et toutes les constructions du tissu urbain intègrent la liste des biens patrimoniaux : maisons, quartiers, villages, villes entières, voire même des ensembles de villes.

39En 1997, l’Unesco crée une nouvelle distinction internationale intitulée « chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité6 ». Ce label est concédé aux espaces et aux lieux considérés comme des berceaux d’expressions culturelles et de manifestations de la culture traditionnelle et populaire. La création de ce titre est un moyen d’alerter la communauté internationale sur l’importance de ces manifestations et sur la nécessité de leur préservation, puisque ces espaces représentent le « trésor culturel du monde dans sa diversité ». La proclamation des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité a lieu tous les deux ans. Ils sont choisis par un jury international parmi les œuvres candidates proposées par les pays membres de l’Unesco. La première proclamation, en 2001, en sélectionne dix-neuf. En 2003, vingt-huit nouveaux chefs-d’œuvre intègrent cette liste, dont l’art kusiwa (peinture corporelle et art graphique wajãpi), qui dresse un panorama de la cosmologie et du langage graphique des Indiens wajãpi de l’Amapá, au Brésil. Le dossier de candidature a été préparé par le Musée de l’Indien (Rio de Janeiro). La troisième proclamation a lieu en novembre 2005 et accorde plus de quarante-trois nouveaux titres de patrimoine oral et immatériel. Une fois de plus, le Brésil est à l’honneur, avec l’inclusion de la « samba de roda » du « Reconcavo baiano », région géographique du nord du pays. En 2011, c’est le « Yaokwa », le rituel de préservation de l’ordre cosmique et social du peuple Enawene Nawe, d’Amazonie brésilienne, qui est inscrit sur la liste du patrimoine culturel intangible, et doit faire l’objet d’une sauvegarde urgente.

40Au Brésil, les politiques du patrimoine, promues par l’Institut du patrimoine historique et artistique national – l’IPHAN7, créé en 1937 –, considèrent un large univers de biens culturels. Ces derniers sont classés selon leur nature dans les quatre livres du « Tombo » (registres de classement) en fonction du domaine culturel auxquels ils sont rattachés : archéologie, ethnographie et paysage, histoire, beaux-arts et arts appliqués. Les actions menées par l’IPHAN – identification, documentation, restauration, conservation, préservation, diffusion et suivi – sont prévues par des lois spécifiques. Ces dernières sont votées pour chacun des thèmes pertinents de l’univers d’action de l’institution, qu’ils se réfèrent à des biens immobiliers (centres urbains, sites archéologiques et paysagers, biens individuels) ou mobiliers (collections archéologiques, collections des musées, documentaires, archivistiques, bibliographiques, vidéographiques, photographiques et cinématographiques). Le Décret no 3551, du 4 août 2000, institue le « registre », instrument juridique pour la reconnaissance et la valorisation du patrimoine culturel immatériel brésilien. Les biens classés sont inscrits dans quatre livres : registre des savoirs, des célébrations, des formes d’expression et des lieux. Les savoirs ou savoir-faire sont considérés comme des activités réalisées par les acteurs sociaux connaisseurs des techniques et des matières premières et à partir desquelles il est possible d’identifier un groupe social ou une localité. Les célébrations sont des rites et des festivités associés à la religiosité, à la civilité et aux cycles du calendrier, et qui participent fortement à la production de significations spécifiques des lieux et des territoires. Les formes d’expression sont des formes non linguistiques de communication associées à un groupe social particulier ou à une région. Elles se traduisent par des manifestations musicales, scéniques, plastiques, ludiques ou littéraires. Les lieux, enfin, sont les espaces où se produisent les pratiques et les activités de nature variée, quotidiennes ou bien exceptionnelles, qui constituent une référence pour la population.

41La valeur patrimoniale est attribuée à des objets en cours de création et à ceux qui sont le fruit de manifestations culturelles. La plupart sont de nature essentiellement artistique et collective, comme les arts populaires, amérindiens, urbains, des périphéries et qui sont produits par des communautés défavorisées, entre autres. En outre, influencé par le mouvement écologique, le patrimoine intègre également certains espaces naturels tels que les bois ou les forêts et leur faune, les lacs et les plages. De cette extension conceptuelle surgit le patrimoine paysager, génétique, médicinal. Toutes ces nouvelles catégories révèlent que les sociétés sont davantage préoccupées par la survie actuelle de l’humanité que par l’héritage qui sera laissé aux générations futures.

42En raison de son institutionnalisation, la création du patrimoine dénommé immatériel transforme les objets mémoriaux de l’époque mythique et de l’oralité en documents. En effet, tenir le registre des mythes, dans le but de préserver leur nature procédurale transformatrice, est une tâche toujours inachevée, voire impossible. Si d’une part, le registre patrimonial protège, entre autres, les droits d’auteurs, d’autre part, son actualisation constante est indispensable pour conserver une représentation fiable des pratiques culturelles.

43Le patrimoine du pôle de l’écriture, du document, se caractérise donc par sa nature représentationnelle. Les connaissances sont perçues à travers des substituts qui les représentent : pour devenir des biens publics, elles sont publiées, utilisées et intentionnellement accumulées. Les stocks d’information-mémoire sont composés de l’ensemble de ces représentations des connaissances, qui doivent être organisées au moyen de mémoires documentaires. Ces mémoires sont, à leur tour, des constructions symboliques de la connaissance, qui regroupent des chaînes de représentations présentes dans la dynamique sociale. Elles vont de la production des connaissances jusqu’à leur assimilation et sont médiées par une forme artificielle de communication.

44Antonio García Gutiérrez attire l’attention sur l’une des questions les plus complexes de la formation et de la préservation des mémoires artificielles, qu’il appelle « exomémoires » – ou registres de la mémoire. Il considère que l’intermédiation nécessaire entre les documents et leurs lecteurs doit être fondée sur une éthique spatio-temporelle. Le monde contemporain exige, par exemple, de porter une attention particulière aux principes de la transculturalité et de la reconnaissance de réseaux de sensibilité et d’interprétation transversale qui constituent la réalité, la mémoire et leurs médiateurs. Sous l’influence d’un héritage positiviste (une place pour chaque chose et une chose pour chaque place), les processus de représentation documentaire ont tendance à rechercher uniquement les significations importantes et à laisser de côté les aspects mineurs ou distincts : « nous devons nous munir d’une éthique sensorielle, équilibrée et culturellement acceptable, qui n’oublie pas les aspects de la rationalité et de la sensibilité qui doivent être présents dans la construction de la mémoire enregistrée » (García Gutiérrez, 2011, p. 31). Ses observations peuvent également s’appliquer au processus de patrimonialisation des objets, qui doivent eux aussi faire l’objet d’une valorisation éthique-mémorielle.

Interactivité mémorielle : le patrimoine comme information

45Dans l’introduction de cet article, nous avons posé que les objets numériques sont essentiellement des chiffres. Par conséquent, peu importe si l’objet patrimonialisé, par exemple, est de nature matérielle ou immatérielle car, dans l’environnement électronique, il est représenté en bits (0/1). Ce processus de numérisation des objets créés en milieu analogique (par exemple, le plan directeur de la ville de Brasilia, capitale du Brésil) et de ceux qui sont déjà nés en milieu numérique (le registre des pratiques yaokwa, rituel de préservation de l’ordre cosmique et social du peuple Enawene Nawe en Amazonie, au Brésil ; l’art fractal) présente un avantage : ces objets se métamorphosent en unités mémorielles numériques qui peuvent être combinées et recombinées pour créer de nouveaux objets. Tel est le cas, par exemple, de la collection numérique de l’Unesco, dénommée Mémoire du monde, dont l’existence n’est rendue possible que par son caractère virtuel.

46Composée de biens patrimoniaux de nature matérielle et immatérielle qui proviennent des quatre coins du monde, cette collection, destinée à représenter une synthèse des réalisations de l’humanité, est accessible sur le Web. À première vue, les critères de sélection des biens qui composent la Mémoire du monde révèlent la forte présence du concept classique de collection. Les adjectifs utilisés pour caractériser ces objets sont : rare, exceptionnel, génial, unique, mémorable, important, significatif, authentique. En outre, le type d’objets montre qu’il s’agit de tout collectionner : êtres humains, animaux, plantes, paysages et constructions, mais aussi phénomènes, propriétés, valeurs, créations artistiques, historiques et technologiques, traditions, croyances et idées. Plusieurs questions peuvent alors être soulevées concernant ces critères de sélection. En fin de compte, qu’est-ce que la mémoire du monde ? Qui sélectionne l’objet qui à lui seul devra représenter l’ensemble des catégories conceptuelles qui lui sont associées ? Pourquoi un exploit, un paysage, une communauté, une chanson ou un livre serait plus apte que les autres à représenter tous les objets de sa catégorie ?

47Le fait est que le processus de numérisation de ces patrimoines offre à l’humanité la possibilité de cartographier des concepts matériels et immatériels et de les transférer vers l’espace virtuel, où la mémoire du monde est déjà construite comme une collection délimitée sur le plan conceptuel. Textes, images ou sons organisés comme dans un découpage encyclopédique sont accessibles en temps réel par un nombre toujours plus grand d’internautes qui se les approprient, les reformatent et renvoient au cyberespace de nouvelles informations.

48Mais, de par sa constitution informationnelle, la nature du cyberespace est aussi chaotique. Ainsi, la communication interpersonnelle (système ouvert) dans l’espace virtuel subit les interférences naturelles du monde analogique et celles créées par l’interopérabilité numérique – personne/ordinateur/personne (système fermé). Notons qu’une grande partie de la communication entre les personnes, à partir des années quatre-vingt-dix, dépend de l’interaction avec l’ordinateur. Cette médiation électronique nous oblige à maîtriser la technique, d’une part, et, d’autre part, nous offre un univers mythique d’expériences simulées qui, à un certain égard, compense l’aridité caractéristique des systèmes fermés.

49Pour de nombreux penseurs contemporains, il n’y aurait pas de mémoire dans l’environnement virtuel, ce qui laisserait entrevoir un avenir insipide et cruel. Hervé Fischer (2008, p. 351-352), dans son essai sur l’art, nous dit qu’« il faut échapper à l’éphémérité fatale de la culture numérique dépourvue de mémoire. Les arts numériques se dissolvent, ils apparaissent à peine. Plus une technologie est sophistiquée, plus elle vieillit vite, et plus elle s’efface vite ». Aussi faut-il comprendre que l’environnement virtuel est saupoudré de mémoires numériques. Bien qu’éphémères, elles permettent l’interaction avec un grand nombre d’internautes qui peuvent profiter des œuvres d’art, interagir avec elles, se les approprier et les transformer, créant ainsi une chaîne de significations qui devient indépendante de l’objet original. Si les objets se fondent dans des artefacts interactifs et si les objets électroniques sont progressivement réduits à des interfaces, c’est à la société de mettre en œuvre des moyens de diffusion de significations.

50En ce sens, Pierre Lévy (2007) travaille sur le développement de la mémoire virtuelle de l’intelligence collective pour la construction d’un langage artificiel appelé IEML (Information economy metalanguage). Il s’agit d’un langage en système de communication ouvert sur le cyberespace, qui a pour but de faciliter l’accès à ce qu’il appelle « la mémoire virtuelle électronique ». Le projet, dans son analyse de l’architecture de la mémoire virtuelle, distingue quatre plans pour représenter l’évolution des technologies de l’information et de la communication.

  • 8 Il faut comprendre ici l’expression de manière insécable : il s’agit du protocole de l’Internet (In (...)

51Le premier plan est appelé « couche d’adressage des bits », ou interconnexion de transistors, et se réfère aux ordinateurs qui constituent les points de connexion dans le cyberespace. Il s’agit de la mémoire des ordinateurs, ou adresses des bits, qui voit le jour dans les années 1950, et intègre les systèmes d’exploitation et les applications, de nature logique et arithmétique. Le deuxième plan, celui de l’« adressage des serveurs » ou de l’interconnexion entre ordinateurs, est représenté par l’adresse IP (Internet Protocol)8 qui connecte les ordinateurs personnels avec les communautés virtuelles et permet la convergence des médias numériques. Cette étape date de 1980. Le troisième plan, l’« adressage des pages » ou interconnexion des documents, comprend la sphère publique mondiale hypertextuelle multimédia, avec la création du World Wide Web, des outils de recherche, des navigateurs, des adresses (URL ou uniform resource locator) et des liens (HTTP ou hypertext transfer protocol). La vulgarisation du Web date de 1995. Outre ces trois plans, déjà bien connus, Lévy introduit la « noosphère », qui correspond au quatrième plan supplémentaire de la mémoire virtuelle et repose sur le langage IEML. La noosphère, qui devrait être pleinement opérationnelle en 2015, représente dans le schéma global de l’architecture de la mémoire virtuelle les adresses de concepts (semiographs), les connexions entre les significations et la gestion des connaissances.

52La mémoire virtuelle de l’intelligence collective, projet international coordonné par Levy à l’université d’Ottawa au Canada, peut être considérée, dans un certain sens, comme la mise à jour pour le cyberespace du concept de mémoire collective développé par Maurice Halbwachs et du concept de mémoire pure ou virtuelle de Henri Bergson. Un dialogue intéressant s’établit entre les trois auteurs concernant les concepts de mémoire et de patrimoine culturel. Bergson a non seulement inspiré Halbwachs et Lévy, mais il a aussi inauguré, comme nous l’avons vu, la notion de patrimoine culturel.

  • 9  Frédéric Kaplan est ingénieur, expert en intelligence artificielle et en nouvelles interfaces et c (...)

53Les unités mémorielles numériques permettent également de créer l’histoire de chaque objet, à partir de ce que Frédéric Kaplan9 (2009, p. 13) appelle « Les métamorphoses de la valeur ». Pour expliquer la dynamique de l’évolution technologique, l’auteur affirme qu’il est nécessaire de construire non seulement l’histoire des objets, mais surtout leur généalogie. C’est d’ailleurs cette action mémorielle qui attribue de la valeur aux objets. Baudrillard (2009), dans son ouvrage Le Système des objets écrit en 1968, affirme également que la technologie raconte rigoureusement l’histoire des objets. Une signification indépendante de celle attribuée aux objets par ceux qui les ont créés émerge alors de chaque transition d’un système à un autre, mieux intégré, et de chaque synthèse de fonctions.

54Kaplan constitue une histoire des objets (métamorphoses de la valeur) ; Baudrillard leur attribue un sens indépendant (technèmes) ; et Lévy crée les adresses des concepts (semiographs). À partir de là, il est possible de dissocier l’objet de sa mémoire : la valeur n’est plus attribuée à l’objet, mais uniquement à son sens. Il est désormais possible d’appréhender le sens, l’histoire et la mémoire des objets numérisés et mis en interaction avec le public, mais aussi de les reproduire sur des supports analogiques. Cette caractéristique hybride de production de la mémoire est tributaire de l’interaction homme-machine, dans un environnement virtuel électronique où les mémoires déposées et communiquées se dissolvent dans des processus de reformatage et de création collective. Ils peuvent aussi engendrer une accumulation. En effet, comme nous l’avons vu, cet environnement permet l’existence de registres aussi bien analogiques que numériques.

55Pour Virilio (1994, p. 9), le temps de l’interactivité mémorielle remplace les symboles de l’écrit par les symboles visuels. Cette idéographie peut être comprise par ce que l’auteur appelle la logique de l’image ou imagétique. L’imagétique habite un espace-temps auquel se superpose une autre dimension, celle de la vitesse. Elle peut être caractérisée par trois phases : l’ère de la logique formelle (peinture, gravure et architecture), qui s’achève au xviiie siècle ; l’ère de la logique dialectique (photographie, cinéma), au xixe siècle ; et l’ère de la logique paradoxale, qui commence avec la vidéographie, l’holographie et l’infographie (information numérique).

56Parmi les types de technologies de la connaissance cités par Virilio, l’infographie peut être considérée comme une sorte d’évolution de l’écriture. Nombreux en sont les exemples et il suffit de citer le préfixe e- (qui signifie « électronique ») pour retrouver les e-books, la e-musiques, les e-jeux, etc., des services et des produits culturels disponibles sur le plus grand réseau de communication du monde, le World Wide Web. Alliée aux autres signes imagétiques, l’infographie, bien que constituée par la langue naturelle, dépasse l’écriture conventionnelle (qui, à son tour, a dominé l’espace de la transmission des connaissances par opposition à l’oralité) et se constitue sous forme de récit de l’actualité. Nous avons ainsi un cadre mémoriel, pour paraphraser Halbwachs, composé de matrices de textes, d’images et de sons, qui configure un nouveau langage que Lévy (2003) appelle « le langage ludique », en raison de son mode d’interaction communicationnel.

57Toujours selon Lévy (2003), parmi les trois temps de la mémoire – oralité primaire (mythe), écriture (théorie) et informatique-médiatique (simulation) – c’est le dernier qui est en constante transformation. Le temps de l’informatique-médiatique est presque entièrement objectivé par les dispositifs techniques. Les acteurs de la communication partagent de plus en plus le même hypertexte et les messages sont de moins en moins faits pour durer. Le modèle de connaissance se configure ainsi par simulation, en opposition au modèle interprétatif du pôle de l’écriture où la mémoire est objectivée par un texte fini, qui impose l’identification de l’individu et donc de l’auteur. Il est certes possible de considérer, comme chez Foucault (1986), que le livre est un parallélépipède qui ne s’achève pas au point final en raison des inférences inépuisables proportionnées par le réseau des citations, bien que ces dernières protègent encore l’intégrité de l’auteur.

58L’hybridation entre analogique et numérique peut aussi être observée dans certaines tentatives de médiation ou de frontière qui émergent dans le scénario empirique des domaines de la mémoire et du patrimoine. C’est dans le cadre du processus de patrimonialisation du présent que s’établit la catégorie de bien intangible ou immatériel, distincte du patrimoine matériel. Cette séparation révèle d’une part l’importance du contexte de création du patrimoine matériel, qui acquiert un sens culturel. D’autre part, la protection de la production culturelle doit être considérée comme un acte de préservation des produits et de l’environnement dans lequel cette production a lieu, et non pas comme une autre catégorie de patrimoine. Cette question est évidemment soulevée dans le souci de sauvegarder les vestiges du passé, mais aussi d’inclure dans ce processus les actions déclenchées dans le temps présent. Les biens de nature immatérielle relèvent de l’ordre du savoir, du faire, des célébrations, de la tradition orale, que ce soit la musique, la danse, la littérature ou la langue. Ils sont circonstanciels, vivants et se préservent par tradition. Il en résulte que l’absence apparente d’un corps matériel et sa condition éphémère de production n’excluent pas la matérialité de l’immatériel ni l’immatérialité du matériel. Préserver un bâtiment religieux sans liturgie, ou une langue sans locuteur revient à considérer une seule face ou une seule nature de l’objet. Et, malgré la création de lois, de normes et de procédures de protection des biens patrimoniaux de nature intangible ou immatérielle, il est nécessaire de comprendre le caractère virtuel de ces biens et l’impossibilité pratique de séparer le bien matériel du bien immatériel (Dodebei, 2007).

59Mario Chagas (2003, p. 95-110) réaffirme en effet ce postulat selon lequel la séparation entre biens tangibles et intangibles est impropre. L’auteur soutient que la préservation des biens tangibles puise son argument et le consolide non pas dans la matérialité de l’objet, mais plutôt dans les connaissances, les techniques, les valeurs, les fonctions et les significations que ces biens représentent et la place qu’ils occupent dans la vie sociale. Le patrimoine culturel est alors créé à partir de valeurs immatérielles ou intangibles, des valeurs qui représentent des objets matériels ou des savoirs, des productions et des significations présentes dans la vie sociale.

60L’idée qui se dégage ici est qu’il est possible de préserver des significations, indépendamment de la protection des objets matériels auxquels elles renvoient. D’un point de vue patrimonial, il a été nécessaire de créer le concept de bien immatériel probablement pour permettre de penser la préservation au-delà de son référent matériel. Les politiques patrimoniales séparent par conséquent les registres en deux livres distincts, un pour les biens tangibles (matériel) et l’autre pour les biens intangibles (immatériels). Le processus de représentation du bien patrimonial contemporain est pourtant le même, c’est-à‑dire que le registre numérique transforme le bien, « matériel ou immatériel », en information. L’invention ou la réinvention du patrimoine immatériel, avec le passage de la technologie de l’écriture à celle de l’interaction, nous rapproche du temps mémoriel mythique et rapproche aussi le récit de l’information (Dodebei et Gouveia, 2007, p. 293-307).

61Si par le passé l’on s’accordait à dire que le récit était reproductible et qu’il avait valeur de preuve, aujourd’hui ces attributs ne lui conviennent plus. La première grande menace pour la stabilité de l’écriture est, comme pour le récit mythique, la possibilité de multiples auteurs pour un même texte. Le libre accès aux stocks de connaissances de l’espace virtuel engendre un processus de découpage et de recompositions de l’information-mémoire, en dépit de toutes les tentatives de protection des droits d’auteur. Toujours à partir d’une vision de la communication fondée sur l’auteur et dans une perspective d’accumulation-répétition des objets, des recherches sont menées pour tenter d’attribuer la responsabilité de la préservation de la mémoire au World Wide Web (Sayão, 1996). Cette préoccupation, marquée par l’esprit de scientificité et la recherche d’une consistance théorique et méthodologique, naît précisément de l’inconsistance, l’inconstance, la mutation et l’obsolescence des informations affichées sur le réseau mondial de communication. En effet, la mémoire assume aujourd’hui une forme paradoxale : sous la forme de l’hypertexte, elle est simultanément plurielle (un processus de construction permanent soumis à de multiples interférences) et singulière (un ensemble unique).

62Enfin, dans le cadre de cette réflexion sur ce temps de l’interaction mémorielle et patrimoniale en tant qu’information, nous nous penchons sur un objet empirique et pourtant très actuel, qui permet d’approcher les possibilités de mise en mémoire en ligne. Il s’agit du projet Memoryshare, coordonné par la BBC de Londres. Cette initiative révèle la fragmentation des sujets et l’absence de tout effort de réflexion sur les mémoires qui y sont enregistrées. Elle met en scène ce que Beatriz Sarlo (2007, p. 9-22) appelle « une culture de la mémoire dépourvue de pensée sur la mémoire ». Les objectifs du projet, qui se propose de créer une « histoire des citoyens », sont présentés dans l’extrait ci-dessous, tiré de l’éditorial du site :

  • 10  « No Memoryshare você coloca suas memórias on-line para que se possa construir um retrato da vida (...)

Sur Memoryshare vous mettez vos mémoires en ligne afin de construire un portrait de la vie dans les îles britanniques depuis 1900. Il s’agit d’un projet unique, visant à dresser un portrait de notre histoire à partir des citoyens britanniques. Toute personne qui vit, étudie, travaille ou s’amuse dans ce pays peut contribuer à décrire la vie telle qu’elle était au xxe siècle et telle qu’elle est au xxie siècle. (What is Memoryshare, 200910)

63D’une certaine manière, ce passage révèle un « désir de mémoire » associé à un projet national qu’il est question de perpétuer pour les générations futures. Comment comprendre qu’un tel projet puisse être inséré dans une plateforme de visualisation si fragmentaire ? Comment penser la possibilité de tels registres à partir d’ordinateurs personnels situés aux quatre coins du monde ? Comment penser la construction d’une identité à partir de registres anonymes ? Ce sont là quelques questions que soulève cet artefact culturel du cyberespace qu’est le portail Memoryshare (Dantas e Dodebei, 2012).

64À partir de l’exemple de Memoryshare, il est possible de rapprocher la dynamique de l’époque de l’oralité mythique à celle du temps de l’interaction, sans pour autant renoncer à l’écriture, puisque les messages sont encore saisis sur un clavier. Et, à l’instar de l’imaginaire social de l’oralité, beaucoup plus créatif qu’objectif, l’espace-temps de l’interaction mémorielle est habité-vécu par une mémoire dynamique, interactive et en temps réel. Comme le montre Virilio, ce qui importe aujourd’hui est la rapidité de médiatisation des actions sociales promue par le progrès technique.

Dissolution et accumulation de mémoires : une proposition pour penser le patrimoine numérique

65Dans un premier moment, caractérisé par la transmission orale du savoir, la réflexion portait sur les mythes et les héritages en tant que bases pour la construction des concepts de mémoire et de patrimoine. Dans ce cadre d’analyse de la configuration du récit en tant que moyen de transmission d’informations, le concept de dissolution est perçu comme une possibilité de construction de la mémoire individuelle. La transmission de la mémoire ou de l’héritage mémoriel, sous sa forme narrative, donne le sens de l’expérience du présent, comme le soutient Walter Benjamin. Elle intègre les deux lectures possibles du temps stoïcien : le présent et l’insistance, dans le temps, du passé et du futur. Dans cette configuration mémorielle, le risque de perte de souvenirs n’existe pas. Nul besoin donc de développer des actions pour sauvegarder la mémoire. Après réflexion, force est de constater qu’il n’y a pas beaucoup d’objets conçus pour aider la mémoire ni même pour la représenter. La mémoire est intrinsèquement personnelle et virtuelle.

66Le deuxième moment, consacré à l’espace-temps de la raison et des techniques de l’écriture, renvoie aux excès et aux débordements de la mémoire. Le document constitue l’explication de l’existence des mémoires artificielles et auxiliaires, des mémoires externes ou « exomémoires ». Le concept d’accumulation de souvenirs s’oppose à celui de dissolution qui caractérise l’espace-temps procédural, typique de l’oralité. L’ère de la raison, de la preuve, de la paternité/autorité, de la garantie des biens patrimoniaux, de l’accumulation ou de l’excédent engendre au sein de la société un sentiment d’attachement aux objets. Nous pouvons dire qu’il s’agit de l’ère des collections, de la constitution des archives, des « lieux de mémoire », dont parle Pierre Nora. Le fétiche de l’objet comme preuve de possession de la connaissance conduit la société à accumuler des biens et à subir les conséquences de leur perte. Garder, protéger, restaurer sont des actions typiques de l’espace-temps de la raison, permises par la technique de l’écriture. Et c’est précisément à la fin du xxe siècle que la société se rend compte que la diminution des objets créés, ou de ce que nous appelons la convergence des médias promue par la communication électronique, peut entraîner la fin des registres de mémoires ou des mémoires auxiliaires de la mémoire individuelle. La fin des objets, d’ores et déjà annoncée par les médias, engendre le désir excessif de tout sauvegarder. Dans ce contexte, la mémoire individuelle est complétée par les registres mémoriels.

67Le troisième moment est caractérisé par l’interactivité mémorielle, où l’information et l’électronique créent des interfaces qui deviennent les médiateurs des processus de communication des souvenirs. Le concept d’interaction est conçu pour l’analyse de ce phénomène. Pour ne citer qu’un exemple, l’environnement, de nature virtuelle, est appelé cyberespace, et les objets sont numériques, c’est-à‑dire qu’ils sont des chiffres qui ressemblent à des choses. Au milieu du xxe siècle déjà, alors que la société privilégie l’information au détriment de l’objet dans le cadre de la recherche scientifique, il est possible d’entrevoir la suprématie de l’information sur les objets, les choses et les artefacts. Les collections sont peu à peu numérisées et commencent à habiter l’environnement virtuel. La course à la numérisation du passé illustre ce que nous disions à propos de la soi-disant perte de la mémoire du monde. De quelle mémoire s’agit-il ? Évidemment pas de la mémoire individuelle, virtuelle, mais de la mémoire relative aux registres de mémoire. Pourtant, la transmission de l’information-mémoire existe encore, comme au temps de l’oralité mythique. Elle intègre toutefois les nouveaux souvenirs postés dans le cyberespace, qui, à l’avenir, ne pourront peut-être plus être reproduits sur support analogique ou seulement dans une certaine mesure. Il est encore possible aujourd’hui de parler d’hybridation dans la production des souvenirs, car la mémoire orale et la mémoire documentaire/numérique cohabitent.

68Notons, en guise de conclusion, qu’il faut consolider le dialogue entre certains concepts présentés ici. À propos du couple numérique/virtuel, soulignons que la numérisation correspond à la représentation d’un objet concret (ou analogique) en bits qui pourront être interprétés par des programmes informatiques. Par exemple, à partir des bits, un logiciel approprié génère un ensemble de pixels qui seront traduits en image par l’œil humain. Une distinction sépare le numérique du virtuel : le numérique renvoie à un processus, alors que le virtuel renvoie à un milieu ou à environnement. Il peut ainsi exister des objets numérisés qui habitent à la fois le monde réel et le monde virtuel, alors que le monde virtuel n’est habité que par des objets numériques.

69En termes de patrimonialisation de la mémoire, notre réflexion doit principalement porter sur le choix de ce qui doit être patrimonialisé. Sinon, nous risquons de confondre carte et territoire. En outre, selon l’hypothèse de Choay (2001), le patrimoine peut être perçu comme une allégorie des êtres humains à l’aube du xxie siècle. Nous ne savons pas encore si la mémoire virtuelle électronique pourra assurer l’accumulation et l’intégrité des données, ce qui constitue la principale caractéristique d’une collection documentaire ou patrimoniale. La représentation de la mémoire par des réseaux de concepts, dans un système de communication ouvert, suggère que le reformatage constant de l’information, à l’image d’un jeu de mémoire et d’oubli, est l’attribut essentiel de cette mémoire virtuelle.

70Quant à la valeur mémorielle du patrimoine, il nous semble que, si la société veut conserver les biens patrimoniaux pour les générations futures, il est nécessaire de considérer que les objets quotidiens sont produits à un rythme exponentiel dans les milieux numériques. La valeur patrimoniale attribuée aux objets numérisés ou créés numériquement doit néanmoins toujours être considérée comme temporaire et circonstancielle, tout comme leur valeur documentaire. Document et patrimoine sont des valeurs et doivent donc être appréhendés comme des constructions virtuelles. Cela pourrait être le seul moyen, à l’heure actuelle, de garantir l’existence de ces valeurs à la frontière entre analogique et numérique. Au xxie siècle, la course patrimoniale semble se ralentir, non seulement en raison du détachement progressif vis-à‑vis des biens matériels, processus qui caractérise déjà de nombreuses cultures, mais aussi en raison d’une véritable incapacité technologique de tout emmagasiner. La mémoire, envisagée comme un art des sociétés à tradition orale, associée à la structure de la mémoire virtuelle préconisée par Henri Bergson, semble être récupérée à l’aide de logiciels qui organisent les lieux et les images dans le cyberespace.

71Enfin, il est possible d’affirmer que nous vivons simultanément dans au moins deux mondes : l’un analogique et l’autre numérique. Dans les deux univers, les mémoires et leurs valeurs documentaires et patrimoniales sont construites, transitent, laissent des traces et se dissolvent. L’idée de patrimoine institutionnel est récente. De par son caractère représentationnel, cette notion entre en conflit avec la nature de la mémoire, qui est absolument virtuelle. Partant de la prémisse selon laquelle la mémoire pourrait devenir patrimoine et le patrimoine aurait besoin du processus mémoriel pour se maintenir au fil du temps, nous présentons une analyse théorique et empirique du champ de la mémoire sociale, notamment des études documentaires et patrimoniales. En outre, nous cherchons à appréhender la façon dont se comportent les productions de la subjectivité et de l’objectivité dans un espace-temps entretenu par les réseaux de communication électronique. L’existence de la mémoire n’est pas encore mise en question, puisqu’elle est de nature virtuelle. À l’inverse, la notion de patrimoine, en raison de sa nature représentationnelle, est tributaire du document et de sa reproductibilité.

  • 11  « Melhor do que a criatura, / fez o criador a criação. / A criatura é limitada. / O tempo, o espaç (...)

Mieux que la créature,
le créateur a fait la création.
La créature est limitée.
Le temps, l’espace,
les normes et les coutumes.
Erreurs et réussites.
La création est illimitée.
Elle excède le temps et le milieu.
Elle se projette dans le Cosmos
Cora Coralina11

Notes

1  Le flocon de Koch : « si l’on considère chaque étape, nous notons que, pour passer d’une ligne à l’autre, nous remplaçons trois segments par quatre de même longueur, c’est-à‑dire que la longueur totale est multipliée par 4/3. La limite de la suite géométrique de rapport 4/3 est l’infini, ce qui signifie que la figure finale (ou vers laquelle tend cette suite) aura une longueur infinie (désignée par Mandelbrot comme “infini interne”). » [Notre traduction] Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Flocon_de_Koch, consulté le 21 novembre 2014.

2  L’expression utilisée par de nombreux auteurs est « reconstruire » et « re-présenter ». Je préfère supprimer la particule « re », qui renvoie à l’idée de répétition, car la mémoire permet toujours une (nouvelle) création, sans se cantonner à la répétition d’un élément prédéterminé.

3  Inspirés par le travail de Jack Goody, anthropologue social spécialiste de l’étude de la structure et des changements sociaux, Olson et Cole abordent, aussi bien dans leur préface « Technology and social change » en hommage à Goody que dans « Technology, literacy, and the evolution of society », les perspectives émanant de vingt penseurs de renom, historiens, anthropologues, psychologues et éducateurs, concernant l’influence des technologies sur la stabilité et le changement au sein des sociétés traditionnelles et modernes. Dans ce texte interdisciplinaire, des chercheurs examinent comment les langues locales et les traditions culturelles, les modes de production et de communication, et les modèles locaux de connaissance et d’autorité affectent la façon dont les populations et les cultures résistent ou s’adaptent à ces changements (Olson et Cole éd., 2006).

4  Halbwachs, lorsqu’il se réfère à l’opposition entre la mémoire collective et l’histoire, utilise moins l’argument de la scientificité et davantage la notion de continuité spatio-temporelle pour distinguer ces notions. En effet, la mémoire sociale s’intéresse aux événements du passé, car elle les perçoit comme des événements qui continuent d’exister dans le présent. Autrement dit, ils appartiennent à un continuum, modifié par les oublis progressifs et enrichi par de nouveaux souvenirs (Halbwachs, 2004, p. 80).

5  Voir, chez Vernant (2000, p. 19), la naissance de Cronos, fils de Gaïa et d’Uranus, qui établit le temps sur terre.

6  Voir le site de l’Unesco : http://fr.unesco.org/, consulté le 21 novembre 2014.

7  Voir le site de l’IPHAN : http://portal.iphan.gov.br/, consulté le 21 novembre 2014.

8 Il faut comprendre ici l’expression de manière insécable : il s’agit du protocole de l’Internet (Internet protocol, abrégé couramment en IP) et non pas d’affirmer qu’Internet est un protocole, ce qu’il n’est pas.

9  Frédéric Kaplan est ingénieur, expert en intelligence artificielle et en nouvelles interfaces et créateur d’objets électroniques. Son livre La Métamorphose des objets est presque une autobiographie, car il y raconte son expérience personnelle, familiale et entrepreneuriale dans le domaine de la création d’objets et d’interfaces.

10  « No Memoryshare você coloca suas memórias on-line para que se possa construir um retrato da vida nas Ilhas Britânicas desde 1900. É um projeto único, para construir um retrato de nossa história a partir dos cidadãos britânicos. Qualquer pessoa que viva, estude, trabalhe ou se divirta neste país pode contribuir para registrar como era viver a vida no século xx e como é no século xxi. » [Notre traduction]

11  « Melhor do que a criatura, / fez o criador a criação. / A criatura é limitada. / O tempo, o espaço, / normas e costumes. / Erros e acertos. / A criação é ilimitada. / Excede o tempo e o meio. / Projeta-se no Cosmos. » [Notre traduction]

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/856/img-1.png
Fichier image/png, 16k

Auteur

Professora associada IV do Programa de Pós-Graduação em Memória Social
Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro – Unirio. Doutora em Comunicação e Cultura, Universidade Federal do Rio de Janeiro – UFRJ.
dodebei@gmail.com
CV Lattes: http://lattes.cnpq.br/1112112146102164
Sabine Gorovitz (Traducteur)