Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paroles en images

 | 
Carlos Fausto
, 
Carlo Severi

Dessins de monstre, motifs graphiques, écriture : autour d’un texte wayana

Ipo milikut ïlïtpë, imilikut : wajana nïlïtpï

Mataliwa Kulijaman et Pierre Déléage

Résumé

Dans ce texte expérimental à quatre mains, les auteurs s’appuient sur la rédaction d’un texte issu de la tradition orale des Wayana de Guyane française pour aborder les problématiques de l’écriture, des répertoires graphiques traditionnels, de l’invention de traditions artistiques amazoniennes et de la relation de l'auteur à son texte.

Texte intégral

Circonstances (Pierre Déléage)

  • 1 Kulijaman et Camargo, 2007.

1Le 28 janvier 2010 Mataliwa Kulijaman, Wayana de Guyane française, vint me rendre visite au Laboratoire d’anthropologie sociale. Je ne le connaissais que par Kaptelö, un recueil de récits traditionnels qu’il avait écrit quelques années auparavant avec la linguiste Éliane Camargo1. Sur les conseils de cette dernière, qui préparait avec lui un dictionnaire bilingue wayana et français, il souhaitait me présenter son nouveau projet : un répertoire de l’ensemble des motifs graphiques traditionnels des Wayana, aussi bien de ceux que l’on se peint sur le corps et le visage que ceux que l’on tresse dans les vanneries. Il me montra un cahier de petit format où il avait déjà inventorié, à partir de diverses sources, une centaine de motifs, tous dessinés au crayon de papier et la plupart accompagnés de leur nom en wayana (fig. 11). Ce riche recensement, où les motifs complexes étaient parfois décomposés en unités autonomes, m’évoqua sur le moment La Grammaire de l’ornement d’Owen Jones. Nous nous promîmes de nous revoir.

Figure 11. Cahier à motifs de Mataliwa Kulijaman (2010)

Figure 11. Cahier à motifs de Mataliwa Kulijaman (2010)
  • 2 Van Velthem et Linke, 2010.
  • 3 Van Velthem et Linke, 2010, p. 24.

2Mai 2011, Mataliwa était de retour à Paris, cette fois en tant que chercheur invité au Laboratoire d’anthropologie sociale. Il était venu, entre autres choses, pour continuer ses recherches sur l’histoire des motifs graphiques wayana. Un peu avant son arrivée, on m’avait proposé d’écrire le compte rendu d’un livre récent concernant les traditions graphiques des Wayana du Brésil2. Il me sembla naturel de demander à Mataliwa ce qu’il pensait de l’ouvrage. Le texte était en portugais, langue qu’il connaît mal, mais parsemé de courts extraits wayana dépourvus de traduction. Mataliwa s’attacha donc à la traduction française de ces trois ou quatre fragments. Une fois le travail terminé, il apparut clairement que le texte de loin le plus intéressant était un récit d’Ikuwamano Wajana concernant un monstre nommé Tulupele3 – récit bien connu à la fois des peuples amérindiens de la région et de leurs anthropologues qui en ont recueilli de nombreuses versions.

3La variante rédigée par Ikuwamano Wajana était néanmoins quelque peu schématique et je demandai à Mataliwa de la développer, ce qu’il fit d’une part en rédigeant, en wayana et en français, le dénouement de l’histoire, et d’autre part en insérant, çà et là, une série de commentaires, parfois en wayana, parfois seulement en français. Le texte hybride qui suit est le premier résultat de cette double opération de traduction transfrontalière et de bouturage littéraire qui s’inspire à la fois d’un modèle écrit et d’une tradition orale dont Mataliwa est l’un des dépositaires contemporains.

Tulupele (Mataliwa Kulijaman)

Maa, uhpak aptau eitoponpë helë Asiki kumtapo man ïpï. Molo man kunehak ëlukë ipo inëlë, ïpï emopo ikutpë mëlëkwau inëlë. Matawanaimë mënkehnë tot Tulupelepëk. Tulupele ïlïtpon kunehak kalipono, wëlïi, tanme eluwa. Ënïk ëhponëpïla tanme Wajana, Apalai. Tulupele omi : pelep, pelep, pelep, pelep, tïkai.

4L’histoire commence à l’embouchure du fleuve Asiki, là où il n’y a plus de méandre, là d’où l’on voit la montagne. Le monstre aquatique, une chenille, vivait dans un lac au sommet de la montagne. On le nommait Tulupele, et aussi Matawanaimë. Le monstre était dangereux, de grande taille, comme un petit tapir dont la peau serait rouge clair et le tracé des motifs noir. Il criait : pelep, pelep, pelep, pelep ! On le nommait Tulupele.

La création de Tulupele

5Un créateur imagina la forme du monstre. Il tailla du bois de fromager et fabriqua une forme de tapir ; un tapir petit comme un jouet, avec des oreilles, des yeux et des pattes. Le créateur coloria la chose. Il la couvrit de dessins, de nombreux dessins, de motifs. Hirondelle, écureuil, chauve-souris, jaguar, petit poisson, mollusque, etc. Pour la langue, il utilisa une plume d’ara. Pour la queue, il trancha la queue d’un lézard téju.

6Le créateur creusa un trou, versa un peu d’eau et immergea le monstre jouet. Il continua à ajouter de l’eau petit à petit à l’aide d’une poterie et créa un petit lac. Il lava le monstre avec de nombreuses feuilles différentes jusqu’à ce qu’il s’anime. Les feuilles transformèrent le jouet en une vraie bête. Il fabriqua alors l’animal domestique : un oiseau, l’ara bleu, l’annonceur de ses proies.

Masike alalawa kunehak ëlukë ekï. Malonme wajana tïtëi kanawa ailë. Wajana enetpo towomitai inëlë kawë aptau tëmëmhe tunakwak. Masike Wajana tïtëilep apëihe lome ëlukë tïtëi, tëkï kuptëlë tunakwak tëmëmhe iloptailë tïtëi Wajana tëhe eja. Hunwa kunehak upak aptau mïhen, kole takïhe emna tamu mïhen.

7L’ara bleu était l’animal domestique du monstre. C’était un grand oiseau, un perroquet au bec court et pointu, à la queue longue, aux plumes bleu vert sur les ailes, jaune sur le ventre. C’était l’animal domestique de la grande chenille. Il épiait les proies de son maître. Lorsqu’il voyait au loin des Wayana passer en pirogue, il criait kalalam ! kalalam !, volait autour d’eux et faisait mine de tomber à l’eau. Les Wayana s’approchaient et essayaient d’attraper l’ara bleu. Alors le gros monstre, la chenille descendait de la montagne, plongeait et attaquait. De nombreux ancêtres ont failli être massacrés par Tulupele. C’est l’histoire de nos ancêtres.

Moloinë tënei hemele ëlukë Wajana. Masike tïpohnëphe ejahe tala kutïjatëu, tïkai tot. Ëtïke silëmëpkapojatëu mïhen ëlukë, tïkai tot. Uwa tuwëihe man pïlëuke, tïkai tot. Malonme tuwëi hemele ejahe, alalawa tuwë, ëlukë ipo tuwëi, hunwa. Masike man, uwa man. Hemalë tuwëi esike. Ipok man hemalë ïtëtop ametak, hunwa lëken. Maka neha.

8Les Wayana voulurent tuer Tulupele. Ils attaquèrent le monstre et l’ara bleu. Ils les tuèrent. Depuis il n’y a plus de problème pour voyager sur le fleuve. Voilà.

Tulupele wëtoponpë. Akename pitë tïtalamtëi weweke, mëlë ehema wala. Junutpë weweke ehelowaome tïtalamtëi malalë kawë tïtalamtëi hunwa. Ëheto asimha tïtalamtëi Wajana, Apalai tomoja Tulupele wëtop. Maka ijalamtëtop aptau mënëhalëimëja pitë tot. Malalë tëwëtuhe tot Wajana, Apalai malë tuwëtoppëk. Lome, ipokela anon tawam tëtïhe aptau, mëklë malalon ïtëla, anumna ipun, mëklë malalon. Pïlëwuna tom alëneme lëken, tïtëi. Moloinë tumëkëmëi. Moloinë mëkja ipokan anumhakan kom tëwëhalëi Tulupele wëi. Maa, hakëne kalipono, kanawa hunwa tënokhe ejahe Wajana, Apalai malë imëktopme. Moloinë tumëkhe mëklë Tulupele mëje ïpïhtawëinë « pelep, pelep, pelep, pelep », tïkai awomi. Wajana Apalai malë tëtakïmai tuwëi pïlëuke « tahpule, tahpule » ilëmëppololanma inëlë tïtëi tunakwak topon. Tunakwak tïtëi, ilëmëphe mïhen. Moloinë ilëmëptïhwë aptau akon mëktop tëlaimai uwa imna.

Le massacre de Tulupele

9On planta une barrière de bois le long du chemin, sur trois rangées, les unes derrière les autres. Wayana et Apalaï de chaque côté du chemin fabriquèrent rapidement la barrière et rentrèrent chez eux. Ils se demandèrent comment ils tueraient Tulupele. Le faible ne participerait pas, il porterait les flèches mais ne resterait pas, il ferait demi-tour. Le fort partirait à la chasse au Tulupele.

10Wayana et Apalaï étaient prêts à passer à l’attaque. Deux d’entre eux, chacun dans une petite pirogue, attirèrent le monstre qui descendit soudain de la montagne hurlant : pelep, pelep, pelep, pelep ! Wayana et Apalaï décochèrent leurs flèches, flash, flash, flash, flash ! Blessé, Tulupele plongea, disparut dans l’eau et mourut. Tulupele était mort.

Tuwëkeptïhwë aptau tëwëtuhe tot imilikut pëk. Wajana, Apalai tom tïkai. Ëlekomoina ipikatëk tïkai Wajanaja Apalai, emna nipikei emnapïleinalë tïkai. Lome Wajana tom tumëkhe akename kohkopsik, Apalai tom umëkïlahnë aptau ipikai. Moloinë Wajanaja tïpikai Apalai tom nuwëtoponpïlïina pëtukulanuina. Malonme Apalai tom mïhen tumëkhe ëkëmnë. Upak Wajanaja tïpikakephe inuwëtoponpï komoina, pëtululan kom tïpikakephe. Epola man Apalai tom mïlïme malapi man kom lëken.

11Wayana et Apalaï se réunirent autour de la bête morte. Sa belle peau rouge clair était couverte de motifs aux traits noirs. Ils voulurent reproduire les motifs pour orner leurs vanneries. Ils partagèrent la peau du monstre en deux parties. Les Apalaï dirent aux Wayana : « Prenez la peau du côté de vos flèches et nous prendrons la peau du côté de nos flèches ». Les Wayana arrivèrent en premier très tôt le lendemain, avant l’arrivée des Apalaï. Ils prirent les deux côtés de la peau et reproduisirent tous les motifs.

Apalai tom nïlï : malapi, ilikai, panawan, meli, matuluwana, pupu. Wajana nïlï : kaikui, wamamit, kuweimë, kalapu, wanahjeku, julu amat, matawat, mamaktelele. Mëha kunehak Tulupele milikutme Wajana, Apalai tom katopme kunëtïlï imilikutpï. Maka neha.

12Les motifs des Apalaï sont Hirondelle, Petit poisson, Chauve-souris, Écureuil, Chenille matuluwana, Tortue d’eau douce. Les motifs des Wayana sont Jaguar chien, Racine d’arouman, Mollusque, Crabe, Fleur rouge du bananier sauvage, Arbre au fruit apprécié des aras, Chenille matawat, Oiseau mamaktelele. Ces motifs couvraient la peau de Tulupele, ils sont devenus les motifs des Wayana et des Apalaï. C’est la fin de l’histoire.

Figure 12. Motifs graphiques des Apalaï et des Wayana

Figure 12. Motifs graphiques des Apalaï et des Wayana

Quatre commentaires (Pierre Déléage)

  • 4 On en trouvera dans Van Velthem, 1998, p. 119-127, ou dans Fávero Gongora, 2007, p. 53-72.

13Il ne sera pas question dans ces quatre commentaires de mener une analyse détaillée du récit traditionnel recréé par Mataliwa Kulijaman4. En accord avec lui, j’ai plutôt voulu expliquer comment ce double processus de transposition de l’oral à l’écrit et de variation intertextuelle a débouché, durant notre collaboration, sur deux autres innovations, la première iconographique, la seconde calligraphique. Pour comprendre et apprécier les conditions de ces inventions, il faut d’abord revenir sur la nature du Tulupele, ce monstre composite à la frontière de différentes espèces animales.

Un nom propre

  • 5 Gillin, 1936, p. 192-193. Les traductions sont de l’auteur.
  • 6 De Goeje, 1955, p. 138.

14L’examen des sources historiques révèle que le nom du monstre du récit rédigé par Mataliwa, « Tulupele », se retrouve dans des contextes variés parmi de nombreux peuples de langue caribe de la région des Guyanes. Ainsi, au tout début du xxe siècle, il était question, chez les Caribéens de la rivière Barama, d’une créature nommée Orupere, « un gigantesque et mystérieux serpent doté de deux langues5 ». Au même moment, on repérait, chez les Kali’ na, un tatou géant, nommé Ulupere : il vivait sous terre et ses trois langues, qui mesuraient chacune dix mètres de long, avalaient ses victimes humaines ; certains le dotaient aussi d’une multitude d’yeux et de mille bras6. Un peu plus tard chez ce même peuple, apparaissait Urupere dont un missionnaire hollandais donna la définition suivante :

Serpent légendaire dont le corps ressemble au tatou géant et qui vit dans un trou. Cependant sa langue va à la chasse. Cette langue sur laquelle ont poussé des dents saisit sa proie, de grandes bêtes sauvages, et même des hommes. Un jour, un homme partant à la chasse l’aperçut. Il suivit les sentiers parcourus par cette langue, sentiers ressemblant à des « sentiers de fourmis ». Enfin il atteignit la langue et la coupa. (Ahlbrinck, 1956, p. 473)

  • 7 Whitehead, 2003, p. 70.
  • 8 Fock, 1963, p. 91-92.
  • 9 Yde, 1965, p. 258.

15Dans la seconde moitié du siècle, c’est chez les Patamuna que l’on parlait d’un dragon Ulupelu qui surveillait une grotte remplie d’or et de diamants7, tandis que chez les Waiwai, il était question d’un dragon nommé Uruperi qui « avait l’apparence d’un grand serpent dont le corps était couvert de fourrure. Ses pattes ressemblaient à celles du jaguar et sa queue à celle du fourmilier. Son corps était orné d’un motif en méandre nommé waratapi8 ». Ailleurs, il est précisé que ce monstre, à la voix de tonnerre, se nourrissait d’humains et que le motif qui ornait son corps, indifféremment appelé waratapi ou uruperi, était tressé dans certains tamis de farine de manioc9. Plus tard, chez ces mêmes Waiwai, d’autres témoignages complétèrent cette description : l’anthropologue George Mentore entendit

  • 10 Roe, 1989, p. 45.

un récit sur un étrange animal nommé Urufëri ou Urufiri, une créature proche du dragon qui tue ses victimes grâce aux éclairs qui sortent de ses yeux. Il fait un bruit de tonnerre, ses doigts sont ceux d’une tortue, ses pattes celles d’un alligator et il mesure douze pieds de long10

  • 11 Ibid., p. 23-24.

16tandis que Peter Roe apprit que ce dragon multicolore, couvert de motifs, ressemblait à un anaconda dont émanaient des éclairs et de petits flashs de lumière11.

17Les variantes de ce nom propre et le bestiaire bigarré qu’elles évoquaient apparaissent donc beaucoup plus diffusés au sein de l’aire linguistique des Caribéens des Guyanes que le récit que les Wayana lui attachaient : ce n’est en effet qu’avec les Waiwai que le monstre polymorphe apparaît dans un récit en rapport avec les motifs graphiques traditionnels.

Un petit schème narratif

  • 12 Frikel, 1970, p. 12-16 ; Schoepf, 1972, p. 33-64 ; Van Velthem, 1976, p. 1-19 ; Raushert-Alenani, (...)

18Toutefois si l’on focalise l’enquête sur le schéma narratif du récit et non sur le seul nom de son principal protagoniste, on s’affranchit rapidement des frontières linguistiques caribes. Très brièvement résumé, le récit raconte l’origine du répertoire de motifs graphiques des vanneries ou des peintures corporelles des Wayana. Ce répertoire n’avait pas été inventé par des humains : il résultait de l’observation, par les hommes des temps passés, des motifs ornant la peau d’un monstre protéiforme. Ces motifs graphiques avaient été copiés, mémorisés puis transmis de génération en génération jusqu’à aujourd’hui. Il existe certes de nombreuses variantes de ce thème narratif chez les Wayana et leurs voisins caribes, Apalaï, Kali’ na, Kaxuyana, Tiriyó et Waiwai donc. Chaque fois, si le thème central reste identique, le récit se construit quant à lui autour de cellules narratives très variables et le monstre, nommé Tulupele ou Matawanaimë, ne cesse de changer de nature : c’est un grand serpent, une chenille géante, un gros poisson ou un félin, en général un jaguar ; on lui prête une queue de lézard, de chenille ou de gymnote, une multitude de langues, une tête – voire une douzaine – en bois de fromager ; toujours sa peau est couverte de différents motifs graphiques plus ou moins colorés12.

19La version racontée par le père de Mataliwa mérite d’être citée en entier :

Le Tulupele fut fabriqué par son créateur de cette façon : il coupa la queue d’un anaconda, il coupa aussi la queue d’un gymnote avec laquelle il fouetta la queue de l’anaconda. Ensuite il utilisa un fromager en guise de tête. Puis, dès que le Tulupele grandit un peu, son créateur lui fit une mare. Et sa mare devint un peu plus grande. Il devint comme un gros bébé tapir, mais noir. Celui du fleuve Litany était noir, le Matawanaimë était noir. C’était pourtant bien un Tulupele, bien que son cri fasse : pïtum… (Chapuis et Rivière, 2003, p. 826-827)

20On remarquera que si Mataliwa s’est clairement souvenu de la version de son père lors de l’écriture de son propre texte, les détails de la description ne sont cependant pas les mêmes : par exemple, selon lui, la langue du monstre chimérique avait l’apparence d’une queue d’ara.

  • 13 Schultz, 1965, p. 76-80.

21Le polymorphisme exubérant du Tulupele ne dissimulait pas vraiment la constante des récits qui nous intéressait, Mataliwa et moi, lors de ce travail : l’association étiologique entre les dessins de la peau d’un grand serpent aquatique, parfois un anaconda, et les motifs du répertoire graphique ornemental. En dehors de l’aire linguistique caribe, on retrouve cette association narrative chez les Wauja du Haut Xingu, dans un récit traditionnel où il est question d’un ancêtre nommé Arakoni, qui s’enveloppa de tous les motifs du répertoire graphique wauja et se transforma en un monstre aquatique. Si une première version du récit publiée en 1965 ne fait qu’une brève allusion à cette association13, la variante traduite en 1981 par l’anthropologue Vera Penteado Coelho est plus explicite. La voici :

Arakoni fut le premier à dessiner les motifs Ualamá neptakô (tête de serpent), Kulupeienê, Kupáte nábe (arête de poisson), Sapalakô, Kuarráta, Uêne Uêne Suco, Kunhékunhé Rute Kana (dessin de papillon). C’est lui qui les dessina.

Arakoni avait une sœur, Kamayulalo. Arakoni n’avait pas d’épouse. Il était célibataire. Sa sœur restait à la maison. Un jour, sa mère s’en fut à l’essart et, à son retour, demanda à sa fille de l’aider. Elle vit que la jeune fille avait des traces de peinture. Le motif Kulupeienê. Puis la mère s’en fut se laver. Elle vit qu’aucun des jeunes hommes ne s’était peint. Seul Arakoni était peint. La mère comprit alors qu’Arakoni faisait l’amour avec sa sœur. Elle battit la sœur, elle battit Arakoni. Elle ne donnait plus à manger à la sœur, elle ne donnait plus à manger à Arakoni. Alors Arakoni s’en fut chez un ami.

Mais le singe fit courir un bruit :
— Arakoni fait l’amour à sa sœur !
— Que dit ce singe ? demanda l’ami.
— Il dit qu’Arakoni fait l’amour à sa sœur !
Alors Arakoni dit :
— Je m’en vais.
En partant, il dit à son ami :
— Je m’en vais, faites une cérémonie funéraire. Ma mère ne veut plus me donner à manger, elle a brûlé mes flèches, elle a brûlé mon collier. Je m’en vais.
Alors Arakoni se peignit afin de se transformer en bête. Arakoni se transforma en bête. Il s’en fut vers Morená. Tout cela s’était passé dans l’ancien village wauja nommé Tsarwapuhe. La mère pleura beaucoup. Elle voulait qu’Arakoni revienne :
— Reviens, Arakoni ! Tu peux faire l’amour à ta sœur.
Mais Arakoni n’écoutait plus. Il était à Morená. Il fut le premier à dessiner les motifs Ualamá neptakô, Kulupeienê, Kupáte nábe, Sapalakô, Kuarráta, Uêne Uêne Suco, Kunhékunhé Rute Kana. C’est aussi Arakoni qui nous enseigna la musique de la cérémonie funéraire. (Coelho, 1981, p. 60-61)

  • 14 Barcelos Neto, 2001, p. 193-218, et Barcelos Neto, 2002, p. 161-168. On remarquera au passage que (...)

22Dans un contexte narratif très différent, on retrouve donc l’association étiologique entre un monstre aquatique et un répertoire de motifs graphiques, cette fois une série de peintures corporelles utilisées durant une cérémonie funéraire. D’autres variantes de ce récit précisent la nature de cette bête : Arakoni s’était transformé en serpent après s’être fabriqué un vêtement couvert de motifs graphiques multicolores14. On sait que ce genre d’homologies n’a rien de rare dans la « littérature orale » amazonienne. Si elle nous a retenu ici, c’est parce qu’elle permet de comprendre la suite du travail entrepris avec Mataliwa.

Une tradition artistique

23Le récit des Wauja se singularise par la tradition iconographique à laquelle il a donné naissance. En effet, à partir du début des années 1980, l’anthropologue Vera Penteado Coelho publia plusieurs dessins réalisés par deux Wauja. Le dessin de Laptauana représentait Arakoni sous forme ophidienne :

  • 15 Coelho, 1981, p. 76.

La même figure est observée à deux reprises, chaque fois avec des motifs différents. À gauche, on voit, de haut en bas : ikehu-nana-tapa (dent d’agouti), iana pa akae (traduction inconnue), atirrua paca (bête), ualama neptako (tête d’anaconda), karrurrote tapaca (œil d’ara) et kulupeienê (traduction inconnue). À droite : kupate nabe (arête de poisson), kinkerre tianá (papillon), kutahe napula (chemin de fourmi), kulupeienê (traduction inconnue), kuarrata (écaille de poisson), karrurrote tapaca (œil d’ara) et sapalacurtana (uluri)15. (Fig. 13)

Figure 13. Arakoni selon le Wauja Laptauana (1978)

Figure 13. Arakoni selon le Wauja Laptauana (1978)

24Le premier dessin d’Apyká représentait, quant à lui, Arakoni dans deux états différents.

  • 16 Ibid., p. 75.

On le voit en bas sous forme d’humain et en haut après sa transformation en bête avec, sur le corps, plusieurs motifs décoratifs wauja. De gauche à droite : kupate nabe (arête de poisson), kunhékunhé rute (ailes de papillon), kupate rata (écailles de poisson), kulupeienê (traduction inconnue), eptakui (traduction inconnue), kupate rata (arête de poisson), eptakui (traduction inconnue), sapalacurtana (uluri), carrurrote tapaca (œil d’ara) et teme pianá (dessin de serpent)16. (Fig. 14)

Figure 14. Arakoni selon le Wauja Apyká (1978)

Figure 14. Arakoni selon le Wauja Apyká (1978)

25Plus tard, en 1991, un autre dessin d’Apyká fut publié qui proposait une synthèse anthropomorphe du serpent orné :

  • 17 Coelho, 1991, p. 20 et p. 29.

Le dessin illustre le mythe de l’origine des motifs. Dans le récit, un jeune homme nommé Arakoni commet un inceste et se transforme en serpent. Le dessin le montre en cours de métamorphose : son corps est déjà celui d’un serpent mais sa tête est encore celle d’un homme et il porte toujours son diadème de plumes. Plusieurs motifs de l’art décoratif wauja sont disposés sur le corps du serpent : serpent kulu, œil de singe, écailles de poisson et tête d’anaconda17. (Fig. 15)

Figure 15. Arakoni selon le Wauja Apyká (circa 1980)

Figure 15. Arakoni selon le Wauja Apyká (circa 1980)

26Si les motifs graphiques appartenaient depuis longtemps à la tradition esthétique des Wauja, ces dessins étaient, eux, tout à fait nouveaux. Les artistes wauja exploraient plusieurs solutions graphiques pour résoudre le problème de la représentation d’un être qui tenait autant de l’humain que du serpent.

  • 18 Barcelos Neto, 2001 (p. 200) et 2002 (fig. 11-21, fig. 53-58).

27Une vingtaine d’années plus tard, les dessins du chamane chanteur Aruta Waurá, figurant de nouveau Arakoni sous forme de serpent, furent à leur tour publiés par l’anthropologue Aristóteles Barcelos Neto, en compagnie de ceux, de plus en plus inventifs, du jeune apprenti Aulahu et des chamanes visionnaires Kamo et Itsautaku18 (fig. 16). Chez les Wauja, cette invention iconographique a donc fait école : elle commence à s’inscrire dans la durée.

Figure 16. Monstre Serpent selon le Wauja Istautaku (1998)

Figure 16. Monstre Serpent selon le Wauja Istautaku (1998)
  • 19 Van Velthem, 2003, p. 240 ; Van Velthem et Linke, 2010, p. 25.

28La nouvelle pratique artistique se propagea, très probablement sous l’impulsion de leurs anthropologues, chez les peuples caribes qui connaissaient un schéma narratif semblable à celui du récit d’Arakoni, associant les motifs ornant le corps d’un monstre à l’origine d’un répertoire graphique traditionnel utilisé par les humains. Ainsi, dès les années 1990, l’Apalaï Anakari dessinait Tulupele comme un étrange hybride de jaguar et de mollusque orné de motifs de vannerie. Plus d’une décennie plus tard, un Wayana ou un Apalaï le dessina de nouveau sous la forme d’un félin très stylisé recouvert lui aussi de ces motifs19 (fig. 17).

Figure 17. Tulupele selon un Wayana ou un Apalaï (2010)

Figure 17. Tulupele selon un Wayana ou un Apalaï (2010)
  • 20 Vidal, 2008, p. 60.
  • 21 Fajardo Grupioni, 2009, p. 34 et 40. On trouve une version du récit kaxuyana dans Frikel, 1970, p. (...)

29Les Wayana ne demeurèrent pas les seuls à adopter cette forme de représentation : on trouve maintenant des dessins élaborés à partir du même principe chez d’autres peuples caribes de la région. Ainsi, les Galibi-Marworno figurèrent sous forme de chenille l’être surnaturel Sini Kapukuia à l’origine des peintures corporelles20 (fig. 18). Les Tiriyó et les Kaxuyana, quant à eux, donnèrent au monstre l’apparence d’un grand serpent doté de multiples langues21 (fig. 19).

Figure 18. Sini Kapukuia en chenille selon un Galibi-Marworno (2008)

Figure 18. Sini Kapukuia en chenille selon un Galibi-Marworno (2008)

Figure 19. Marmaruime ou Wes’peme selon un Kaxuyana ou un Tiriyó (2009)

Figure 19. Marmaruime ou Wes’peme selon un Kaxuyana ou un Tiriyó (2009)

30Je suggérai donc à Mataliwa de nous inscrire, nous aussi, dans cette nouvelle tradition graphique émergeant d’un dialogue continu entre anthropologues et Amérindiens. Il proposa alors ses propres interprétations iconographiques du Tulupele. Son premier essai, resté inachevé, partait de l’idée d’un monstre aquatique à la fois ophidien et félin. Il dessina la peau de l’animal une fois celui-ci tué : le côté droit des Apalaï et le côté gauche des Wayana devaient ensuite recevoir les motifs correspondants. La colonne vertébrale de la bête avait la forme d’un serpent et était recouverte de motifs de décoration arbitraires (fig. 20).

Figure 20. Tulupele selon Mataliwa (première ébauche inachevée, 2011)

Figure 20. Tulupele selon Mataliwa (première ébauche inachevée, 2011)

31Puis Mataliwa décida d’accentuer le caractère félin du Tulupele : le monstre, vu de profil, fut alors doté des pattes et de la queue d’un lézard ; mais, étrangement, la créature composite finissait par ressembler à un caïman, ce qui n’était toujours pas satisfaisant. La fourrure de la bête était ornée des motifs de vannerie disposés horizontalement sur trois étages (fig. 21) ; de gauche à droite et de bas en haut, le premier étage comportait le motif okomë watkï (dard de guêpe) entouré d’ornements arbitraires, le deuxième étage les motifs kaikui (félin), kalapu (crabe), matawat (chenille), kaikui (félin), mamaktelele (chenille), kaikui (félin) et ilikai (petit poisson), et le troisième étage les motifs wanahje eku (fleur de bananier sauvage), julu amat (branche d’arbre) et une multitude de hololo uhmït (coiffe de perdrix).

Figure 21. Tulupele selon Mataliwa (deuxième ébauche, 2011)

Figure 21. Tulupele selon Mataliwa (deuxième ébauche, 2011)

32Finalement, Mataliwa opta pour une forme générale tenant essentiellement du jaguar dont on remarquera la queue bizarrement relevée et la langue plume d’ara. Les dessins de sa fourrure rouge clair étaient tous empruntés au répertoire des motifs de vannerie. La patte de devant était ornée du motif wanahje eku et celle de derrière du motif julu amat. Le premier étage faisait se succéder, de gauche à droite, les motifs ilikai, meli (écureuil), matuluana (chenille), panawan (chauve-souris) et pasiemekun (poignet d’agouti) ; le deuxième étage les motifs kuweimë (félin), sipalat (crabe), kaikui et mamaktelele ; le troisième étage, correspondant au dos et à la tête de la bête, ne comportait que le motif hololo uhmït répété à quatre reprises (fig. 22).

Figure 22. Tulupele selon Mataliwa (2011)

Figure 22. Tulupele selon Mataliwa (2011)

Une synthèse calligraphique

33Mataliwa compléta ses dessins d’une légende qui mérite que l’on s’y arrête : il s’agit du mot « Tulupele » calligraphié à l’aide des motifs du répertoire graphique des vanneries wayana (fig. 23). De gauche à droite, ces motifs ont pour noms : kawatkï (queue de poisson), kalapu emekun (pince de crabe), meku wililin (bout de la queue du macaque), kalapu emekun, kuliputpë (tortue), mekuwom (traduction inconnue), meku wililin et mekuwom.

Figure 23. Calligraphie de Mataliwa (2011)

Figure 23. Calligraphie de Mataliwa (2011)

34Pour bien apprécier cette trouvaille graphique, il faut faire un détour par le lexique de la langue wayana : d’après un texte inédit de Mataliwa

le mot imilikut signifie motif, comme des lignes parallèles, des triangles parfois, des traits, des tourbillons. Le mot imilikut signifie aussi dessin, comme des dessins de crabes, de bêtes, de branches, de racines, de fleurs, de traces d’animaux, d’esprits d’eau douce, etc. Le mot imilikut signifie aussi écriture.

35Le même terme wayana dénote donc à la fois les motifs graphiques ornementaux, les représentations figuratives et l’écriture. On ajoutera que c’est la même racine qui est utilisée pour désigner, par exemple, la robe tachetée du jaguar (kaikui tïmilikhem), les motifs formés par la disposition des écailles d’un serpent (ëkëi tïmilikhem) ou encore les mouchetures de certaines chenilles (ëlukë tïmilikhem).

36La légende calligraphiée de Mataliwa donne ainsi à voir la synthèse de l’écriture et des motifs géométriques wayana tandis que le dessin figuratif du monstre Tulupele dépeint les motifs de la parure d’un être à la fois jaguar, serpent et chenille, sous forme de motifs de vannerie. Sont ainsi résumés, en un élégant raccourci exploitant l’extension maximale d’une catégorie sémantique wayana, à la fois les multiples dimensions du récit du Tulupele et leur transposition, par Mataliwa, de l’oral à l’inscrit.

Notes

1 Kulijaman et Camargo, 2007.

2 Van Velthem et Linke, 2010.

3 Van Velthem et Linke, 2010, p. 24.

4 On en trouvera dans Van Velthem, 1998, p. 119-127, ou dans Fávero Gongora, 2007, p. 53-72.

5 Gillin, 1936, p. 192-193. Les traductions sont de l’auteur.

6 De Goeje, 1955, p. 138.

7 Whitehead, 2003, p. 70.

8 Fock, 1963, p. 91-92.

9 Yde, 1965, p. 258.

10 Roe, 1989, p. 45.

11 Ibid., p. 23-24.

12 Frikel, 1970, p. 12-16 ; Schoepf, 1972, p. 33-64 ; Van Velthem, 1976, p. 1-19 ; Raushert-Alenani, 1981, p. 233-254 ; Solimões, 1982, p. 13-16 ; Magaña 1987 (p. 50, p. 241) et 1992 (p. 236-237) ; Fleury, 2000, p. 31-44 ; Chapuis et Rivière, 2003, p. 587-593, p. 816-835 ; Van Velthem, 2003, p. 292-299, p. 409-411 ; Duin, 2006, p. 126 ; Fajardo Grupioni, 2009, p. 32-40 ; Duin, 2009, p. 483-485 ; Camargo et Ibañez, à paraître, p. 82-85, p. 93-95.

13 Schultz, 1965, p. 76-80.

14 Barcelos Neto, 2001, p. 193-218, et Barcelos Neto, 2002, p. 161-168. On remarquera au passage que cette association narrative se retrouve, transposée dans un contexte chamanique, chez de très nombreux autres peuples d’Amazonie : par exemple les Kalapalo, les Desana, les Yanomami, les Shipibo, les Yine, les Cachinawa ou les Sharanahua.

15 Coelho, 1981, p. 76.

16 Ibid., p. 75.

17 Coelho, 1991, p. 20 et p. 29.

18 Barcelos Neto, 2001 (p. 200) et 2002 (fig. 11-21, fig. 53-58).

19 Van Velthem, 2003, p. 240 ; Van Velthem et Linke, 2010, p. 25.

20 Vidal, 2008, p. 60.

21 Fajardo Grupioni, 2009, p. 34 et 40. On trouve une version du récit kaxuyana dans Frikel, 1970, p. 12-16.

Table des illustrations

Titre Figure 11. Cahier à motifs de Mataliwa Kulijaman (2010)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-1.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Figure 12. Motifs graphiques des Apalaï et des Wayana
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-2.jpg
Fichier image/, 1,2M
Titre Figure 13. Arakoni selon le Wauja Laptauana (1978)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-3.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Figure 14. Arakoni selon le Wauja Apyká (1978)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-4.jpg
Fichier image/, 1,3M
Titre Figure 15. Arakoni selon le Wauja Apyká (circa 1980)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-5.jpg
Fichier image/, 354k
Titre Figure 16. Monstre Serpent selon le Wauja Istautaku (1998)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-6.jpg
Fichier image/, 944k
Titre Figure 17. Tulupele selon un Wayana ou un Apalaï (2010)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-7.jpg
Fichier image/, 665k
Titre Figure 18. Sini Kapukuia en chenille selon un Galibi-Marworno (2008)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-8.jpg
Fichier image/, 90k
Titre Figure 19. Marmaruime ou Wes’peme selon un Kaxuyana ou un Tiriyó (2009)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-9.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Figure 20. Tulupele selon Mataliwa (première ébauche inachevée, 2011)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-10.jpg
Fichier image/, 1,7M
Titre Figure 21. Tulupele selon Mataliwa (deuxième ébauche, 2011)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-11.jpg
Fichier image/, 79k
Titre Figure 22. Tulupele selon Mataliwa (2011)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-12.jpg
Fichier image/, 82k
Titre Figure 23. Calligraphie de Mataliwa (2011)
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/812/img-13.jpg
Fichier image/, 61k

Auteurs

Chercheur indépendant
Laboratoire d’anthropologie sociale

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr