Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

 | 
Jean-François Bert

Conclusion

Texte intégral

  • 1  C’est un « labeur », au sens du Labor eruditus, comme l’évoque Pascale Hummel (Hummel éd., 2012).

1Les archives des chercheurs témoignent de l’étendue des manières de chercher, de l’inventivité des concepts et des hypothèses, de l’organisation du travail d’observation, mais peut-être aussi de l’incroyable difficulté à adopter, comme activité principale, une posture de recherche. Celle-ci ne peut pas se mesurer seulement à sa capacité à enrichir la connaissance, à produire des savoirs nouveaux. Il s’agit d’abord d’une pratique1 qui mobilise des objets, des dispositifs, des représentations, des schèmes de pensée.

2La prise en compte des archives personnelles des chercheurs, et plus précisément de certaines catégories de documents qui jusque-là ont été négligées des historiens (brouillons, agendas, fichiers, équipement de classement…), apporte des données inédites sur les phases souterraines du processus qui mène un chercheur à une découverte ou à l’élaboration d’une théorie (Bert, 2012 ; Fabiani, 2010). Elles sont aussi une occasion pour reformuler des questions anciennes concernant le statut de certaines productions théoriques en montrant comment un savoir, une connaissance est aussi liée aux postures, aux gestes, au corps du savant qui la formule, ainsi qu’ à son environnement.

  • 2  Les deux approches ne sont pas exclusives même si le choix de l’une ou de l’autre a des conséquenc (...)

3Mener à bien une telle réflexion exige cependant de redéfinir le statut et les cadres classiques de l’histoire des sciences sociales. Grâce à ces archives, il est possible de produire une histoire qui ne s’inscrit ni dans une histoire des œuvres (ce que fait l’histoire internaliste), ni dans la description des divers déterminants sociaux qui contribuent à l’innovation et aux découvertes (ce que fait l’histoire externaliste2). Les archives obligent à articuler ces deux points de vue en offrant, par exemple, la possibilité de réfléchir aux dynamiques des idées tout en conservant la cohérence du système intellectuel, ou en examinant les compétences mobilisées par les savants, les lieux d’acquisition et de transmission des savoirs, les supports matériels et institutionnels, les prises de position, les démarches des auteurs. Ce sont les différentes logiques qui commandent une découverte que ces archives révèlent : de grandes évolutions qui touchent une discipline aux habitudes personnelles, aux stratégies, et aux savoir-faire qui sont mobilisés par ceux qui participent à ce métier de la recherche.

4Rappeler le caractère historique et situé des démarches gnoséologiques est primordial mais ne suffit pas. S’interroger sur les pratiques savantes, c’est se mettre de facto à la croisée de plusieurs perspectives critiques puisque, comme nous venons de l’indiquer, ces pratiques varient selon les époques, les modes académiques, les remaniements conceptuels qui se produisent à l’intérieur d’une discipline, mais aussi suivant les conventions d’écriture tacitement partagées par les acteurs. L’archive permet de se poser des questions concrètes qui tiennent à la fabrication du savoir. Quelles sont les conditions de cette production et quelle place les routines académiques ont-elles dans ce processus ? Comment une connaissance scientifique assure-t-elle sa légitimité et quels sont ses critères de validité ? C’est aussi la question épineuse de « l’originalité » qui se pose – une question d’autant plus difficile à résoudre lorsque l’œuvre a été sacralisée. Pour y répondre, il faut pouvoir faire appel à une histoire des techniques et des objets, du corps et des perceptions, du temps et de la documentation, des intellectuels, des théories et des concepts, et enfin à une histoire de l’idée que les savants se font de leur travail et de la scientificité.

5Travailler sur ce type d’archives, c’est donc se tenir à cette croisée et savoir, lorsque c’est nécessaire, emprunter l’une ou l’autre de ces voies. Ainsi, plutôt que de suivre ces deux tracés parallèles et distincts, nous proposons dix recommandations qui permettront concrètement de comprendre une archive de chercheur :

  1. Les archives des chercheurs sont éclatées, lacunaires, percées et dispersées. Elles sont à l’image d’une carrière professionnelle et d’un cheminement intellectuel qui, on le sait, sont rarement linéaires. Aussi, pour l’historien, qu’il soit spécialiste du Moyen Âge ou des pratiques savantes du xixe et du xxe siècle, tous les documents, quels que soient leur nature et leur statut sont dignes d’intérêt.

  2. Étudier les archives d’un chercheur, c’est décider de les lire de manière exhaustive, à la lettre pour ainsi dire, sans faire de distinction entre ce qui nous paraît aujourd’hui important ou accessoire, rationnel ou non, moderne ou archaïque, inachevé ou construit. L’archive donne à voir des postures, des manières de faire et d’être, des savoir-faire, des éthiques et des pratiques du travail intellectuel qui traversent toute la vie des acteurs concernés.

  3. Il est important de reconstruire aussi exactement que possible l’historique des fonds, les différentes répartitions et les tris qui ont été faits pour comprendre les disparitions et les pertes qui ont pu en résulter. Décrire les mécanismes politiques et sociaux de production et de conservation des archives permet en retour de comprendre les classifications utilisées ; classifications qui finissent par devenir un cadre naturel pour le chercheur ou pour l’archiviste qui ne pense plus à les mettre en question.

  4. Les archives des chercheurs nous font voir comment s’élaborent des concepts, des projets, des hypothèses. Elles expriment des pratiques de lecture et d’écriture. Il est primordial pour cela de retisser les liens qui rassemblent tous les documents disponibles et qui malheureusement peuvent être conservés dans plusieurs endroits, plusieurs institutions qui possèdent leur propre plan de classement, leur règle d’accessibilité et de communication.

  5. L’histoire des idées ou des théories scientifiques tend classiquement à ne considérer que les produits finis de l’écriture. Les archives des chercheurs offrent au contraire la possibilité de mieux comprendre l’univers des savants par la prise en compte de la dynamique des savoirs.
    Se confronter à une archive de chercheur consiste donc à entrer dans une démarche, à expérimenter l’espace de l’autre, à l’éprouver en essayant de décrire le plus finement possible des séries de gestes, de discours, de pratiques, d’agencements, mais aussi les stratégies mobilisées dans le temps par un chercheur pour donner sens à ses réalisations théoriques.

  6. Aller dans les archives, c’est envisager différemment les relations entre l’activité savante et les autres registres de pratiques dans lesquels se joue l’identité du savant. Celui-ci écrit des livres, mais il est loin de ne faire que cela et ces autres activités permettent dans bien des cas de mieux comprendre, en retour, ses productions scientifiques.

  7. Retracer l’histoire d’un texte ne suffit pas, encore faut-il analyser les négociations qui entourent l’autorité et la légitimité d’une théorie, suivre la trajectoire des auteurs à partir d’objets échangés ou hérités, comme les lettres ou les livres qui ne cessent de circuler dans l’univers des savants. Il faut encore se demander comment les auteurs donnent sens aux énoncés qu’ils fabriquent et, inversement, de quelle manière se construit, au travers de ces pratiques, l’identité du chercheur ? C’est encore la question de « l’autorité » que l’on peut décider d’observer à partir des stratégies utilisées par les chercheurs dans les notes de bas de page : que cite-t-on, à quelle occasion et pourquoi ? Les pratiques citationnelles font toujours sens.

  8. Dans le cas des bibliothèques, un travail de description de chaque ouvrage est requis : le livre a-t-il été acheté ; le cas échéant, où et à quel prix ? A-t-il été offert et par qui ? Existe-t-il une dédicace ? On s’enquerra de la présence ou non de marginalia, d’un insert. A-t-il fait l’objet d’un compte-rendu par son possesseur dans une revue savante ? Dans le cas d’une dédicace, celle-ci doit être transcrite. De même, la page où se trouve la marginalia doit être indiquée. Seul un tel relevé « topographique » de l’ensemble des marques de lecture laissées par un lecteur dans les marges de ses livres peut donner à voir les habitudes graphiques des auteurs, comme les stratégies rhétoriques déployées.

  9. En mettant l’accent sur l’inattendu, sur la logique d’une découverte, sur l’historique d’un cheminement, sur la routine du travail ou encore sur la difficulté des problèmes affrontés, les correspondances sont un important lieu de réflexivité qui reflètent la structuration et l’ethos des milieux savants. Elles nous font entrer dans la coulisse de l’œuvre savante. Pour cela, il est important de se demander à chaque fois ce qui motive la correspondance. En effet, on peut décider de s’écrire pour échanger des connaissances, chercher de l’aide, diffuser une hypothèse. La correspondance est un lieu où se constitue et où circule le savoir, un lieu où se confrontent les hommes et les idées et où, parfois, se nouent et se résolvent des controverses.

  10. L’histoire des pratiques savantes ne peut s’écrire sans tenir compte du contexte, en simplifiant les processus, ou en faisant appel à des analogies trompeuses. Il ne faut pas perdre de vue non plus les dynamiques plus longues qui structurent les sciences humaines depuis la fin du xixe siècle. Mais dans tous les cas, il faut essayer de considérer – et les archives nous poussent à le faire – le chercheur comme un praticien qui a acquis ses compétences au fil d’une longue expérience, compétences qu’il exerce dans le cadre d’une communauté professionnelle, avec ses règles, ses normes, son organisation, et ses clivages théoriques. C’est à cet ensemble qu’il faut porter attention.

Notes

1  C’est un « labeur », au sens du Labor eruditus, comme l’évoque Pascale Hummel (Hummel éd., 2012).

2  Les deux approches ne sont pas exclusives même si le choix de l’une ou de l’autre a des conséquences très directes sur la manière dont le chercheur va prendre connaissance des archives qui sont à sa disposition. Pour les premiers, il s’agira surtout des découvertes, des publications et des débats ; pour les seconds, ce seront les institutions, les faits politiques et sociaux, idéologiques et religieux.