Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

 | 
Jean-François Bert

De quelques actes de chercheur

Texte intégral

1L’activité scientifique a principalement été analysée jusque là au travers de la question de l’écriture et de la production des divers écrits qui rendent compte d’une recherche, de la simple inscription au tableau noir jusqu’au texte publié (Doquet-Lacoste éd., 2009). Cette écriture implique cependant des opérations complexes comme la copie, le listage, le fichage, la rédaction, la correction, la schématisation, le résumé ou la vulgarisation. Elle peut prendre aussi de nombreuses formes comme la thèse, l’article, le livre, ou l’entretien. Elle répond à plusieurs objectifs, plusieurs fonctions (comme la réfutation). Elle obéit à des règles et à des conventions, elle emploie des mécanismes particuliers (le référencement, l’état de l’art, l’illustration, la traduction) (Latour, 1985). L’écriture scientifique manifeste aussi l’existence de savoirs tacites, d’automatismes de pensée et de langage, ou plus spécifiquement d’un style lié à une discipline ou à une école et qui s’apprend et se transmet de maîtres à élèves. Comme l’a montré encore Jean-Michel Berthelot, il existe une dernière spécificité des textes scientifiques par rapport aux autres formes de textualité – un paradoxe en fait. Ces écritures sont à la fois « supports irréductibles de la connaissance et de son exposition, et simultanément objets d’un processus ininterrompu d’obsolescence et de relégation » (Berthelot, 2003, p. 29).

2Aussi, qu’il s’agisse du travail de relecture d’un texte, ou des nombreuses étapes qui précédent l’établissement d’un tiré à part définitif, il est essentiel de suivre, grâce aux archives disponibles, les phases de construction d’une pensée – de sa production à sa vulgarisation –, et ce sans négliger les rectifications souvent nombreuses que l’auteur peut faire subir à son texte de son vivant.

Lire un livre

  • 1  Il reste encore difficile de traiter les bibliothèques privées comme des archives car il existe, d (...)

3Tout chercheur est d’abord un lecteur, lecteur boulimique, actif, qui laisse des traces de son activité dans les marges de ses livres. Le savant lit la plume à la main. Il annote, copie, recopie, puis photocopie lorsque la technique se développe à la fin des années 1960. Il est donc important de prendre en considération – comme une archive de plein droit – ces massifs que sont les bibliothèques pour essayer de cerner cette expérience intime qu’un chercheur a de ses livres1.

  • 2 Connaître les bibliothèques privées permet, dans de nombreux cas, de rectifier des interprétations (...)

4Lorsqu’elles ont été conservées, ces bibliothèques nous aident à mieux comprendre des productions scientifiques qui, pour certaines d’entre elles, nous sont devenues de plus en plus énigmatiques. Constituées par les chercheurs eux-mêmes, tout au long de leurs parcours, ces bibliothèques nous renseignent sur ce qui a été effectivement lu et donc, en négatif, sur ce qui n’a pas été lu. À un autre niveau, elles permettent également de s’interroger sur ce qui a été retenu, sélectionné, réutilisé par le savant dans son propre travail de recherche. Quelles ont été les lectures « carrefours », souvent partagées d’ailleurs par l’ensemble d’une même génération ? Tout n’est pas que hasards, bifurcations, ou cheminements accidentels dans une recherche, y compris dans une réflexion de sciences humaines. La pratique scientifique repose aussi sur la faculté de pouvoir s’orienter, de trouver un itinéraire. C’est à cela que certains livres peuvent servir, devenant parfois de véritables points de repère, des bouées de sauvetage ou le lieu du retour2.

Figure 12.
Page extraite du livre de Wilhelm Wundt, Elemente der Völkerpsychologie (Leipzig, 1912) appartenant à Marcel Mauss.
Dans sa marginalia, inscrite sur le coin supérieur gauche de la page, Mauss cherche à indiquer que dans ce passage précis l’auteur évoque la question du matriarcat (Mutterrecht) et de ses principales composantes : la propriété féminine du sol cultivé, les noces, la descendance matrilinéaire, la succession de la propriété en ligne féminine, et l’exogamie.
Les marginalia de la bibliothèque de Mauss ont fait l’objet d’une analyse spécifique : voir http://www.quaibranly.fr/​fr/​enseignement/​les-publications-scientifiques/​publications-et-travaux-de-recherches-sur-les-collections.html.

© Médiathèque du musée du quai Branly

C’est au croisement d’au moins deux perspectives qu’il faut pouvoir étudier ces bibliothèques.

L’approche matérielle

  • 3  Si les systèmes de classement des bibliothèques privées peuvent être chronologiques, géographiques (...)

5La première perspective consiste à être attentif à la question du maniement des livres. Y a-t‑il quelque chose d’exceptionnel dans les manières de lire des chercheurs de la première moitié du xxe siècle ? Ont-ils porté une attention particulière à l’agencement et au classement de leurs ouvrages – sachant que le système de classement d’une bibliothèque privée ne sera jamais celui d’une bibliothèque publique3 ? Comment se sont-ils procurés certains exemplaires rares ? A-t-on une idée du prix de ces ouvrages, surtout pour ceux venant de l’étranger ?

  • 4  Voir sur ce point les journées d’étude qui ont eu lieu au musée du quai Branly et qui sont disponi (...)

6Cette approche « matérielle » permet d’évoquer aussi l’éventail très large des marques d’appropriation du livre : ex-libris, marginalia et autres manifestations graphiques des lecteurs, comme les biffures et les caviardages. Ces gestes à la fois matériels et intellectuels rappellent qu’une recherche, y compris lorsqu’elle passe d’abord par la lecture, se construit dans le voisinage ou le dialogue avec d’autres œuvres4.

Figure 13.
Les marginalia du linguiste Bally ont récemment fait l’objet d’une analyse exhaustive en cours de publication (Alessandro Chidichimo, Les Recueils d’opuscules de Charles Bally, Société d’histoire et d’archéologie de Genève – SHAG).
Les notes de Bally sont ici portées sur le livre d’Albert Sechehaye, « La méthode constructive en syntaxe » (Revue des langues romanes, LIX, janvier-avril 1916, p. 44-76). On peut remarquer deux couches d’écriture, avec stylo et avec crayon, mais aussi que Bally utilise la sténographie, que l’on retrouve dans d’autres notes et qui constitue alors une pratique peu répandue.

© Bibliothèque de Genève – cote BGE FL 12945/9/26.

Stratégies auctoriales

  • 5  Sur ce point, voir les travaux de la Bibliothèque foucaldienne, en partie publiés dans le Cahier d (...)
  • 6  Depuis les travaux d’Antoine Compagnon sur le travail de la citation (1979) et celui d’Anthony Gra (...)

7Vouloir rendre compte du rapport de familiarité que les chercheurs ont avec leurs livres nécessite cependant de réfléchir en même temps à la manière dont un auteur construit son argumentation avec l’aide ou non des références qu’il a glanées au fil de ses lectures5. Il s’agit d’aborder la question de la citation, de la place de la littérature secondaire, des références implicites, des stratégies auctoriales dont on sait l’importance dans les mondes savants de cette première moitié du xxe siècle6. Un passage de l’historien Marc Bloch suffit à montrer l’importance de ce jeu des notes et des références pour la discipline historique, mais aussi pour la plupart des sciences humaines :

Commençons par la plus élémentaire, la plus modeste des règles. Peut-être quelques-uns d’entre vous ont eu entre les mains des livres d’érudition. Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi de tels livres ont des notes au bas des pages ? Oh ! ces notes ! ces pauvres notes ! Vous ne sauriez vous imaginer combien on en a dit de mal. Il paraît qu’il est des lecteurs sensibles qu’elles suffisent à dégoûter d’un ouvrage, si beau qu’il soit, – des yeux distraits qui ne peuvent plus suivre le texte principal, parce qu’ils sont sans cesse attirés vers le rez-de-chaussée du volume. Avant de blâmer, il eût été bon d’essayer de comprendre. À quoi servent les notes ? À donner ce que nous appelons des références (Bloch, 1950).

  • 7  Daniel Defert a mené un travail d’analyse des nombreux envois avec dédicace reçus par Michel Fouca (...)
  • 8  Les motifs de l’envoi peuvent être nombreux. On envoie son article ou son livre à celui qui compte (...)

8Les interrogations sont multiples : on peut se demander encore quels sont les livres non possédés mais lus, ailleurs, en bibliothèque ou lors d’un voyage. Quels sont les livres dont l’auteur a seulement entendu parler mais qu’il décide d’utiliser en faisant « comme si » ? La bibliothèque personnelle n’est d’ailleurs pas le seul « lieu » qui permet de mettre en question ces gestes de lecteurs. Certains, plus insolites, peuvent aussi nous aider à mieux cerner les contours mouvants de cette culture savante du livre : quel rôle, par exemple, ont joué les librairies spécialisées, comme la Librairie orientaliste Paul Geuthner (fondée en 1901), qui a permis à plusieurs générations de chercheurs de se fournir en ouvrages rares ? – on pourrait de même s’interroger sur le cas de la librairie Maspero qui joua un rôle important dans la diffusion du marxisme en France dans les années 1960. Quels sont les changements amenés par la multiplication des bibliothèques universitaires et surtout des centres de documentation à partir des années 1920, par exemple le Centre de documentation sociale (CDS) dirigé par Célestin Bouglé ? De même, il serait tout aussi intéressant de s’interroger sur les tirages, la circulation différenciée des ouvrages en fonction des lieux et des milieux, ou encore de connaître les stratégies de publication des auteurs comme le choix d’écrire dans une collection de poche pour Michel Foucault (Artières et Bert, 2011), ou de faire paraître des « bonnes feuilles » dans une revue. Des questions qui recoupent ce que l’historienne Françoise Waquet a examiné avec attention depuis la fin du Moyen-Âge en repérant ces rituels universitaires, hautement formalisés, qui ont un lien avec le livre. Écrire des remerciements, mettre un portrait en première page, offrir des mélanges, faire une dédicace7, envoyer des tirés à part de ses articles8, rédiger un compte-rendu (Béra, 2012 ; Müller, 2003) : autant d’actes décisifs pour comprendre comment s’élaborent, se transmettent et s’acquièrent les savoirs.

Copier, recopier

9Le savant annote, réagit à ses lectures de multiples manières en soulignant, biffant, barrant des livres qu’on a pu lui prêter, qu’il a consultés en bibliothèque, ou parfois dont il a pu hériter. Certains de ces livres sont devenus au fil du temps de véritables « histoires » en raccourci de l’évolution théorique et méthodologique d’une discipline. Plusieurs couches d’écrits, de marques, de soulignements, apportés par les lecteurs ou possesseurs successifs de l’ouvrage donnent à voir comment un livre, qui a été à un moment central pour la discipline, cesse de questionner et de résonner chez ces nouveaux lecteurs, finissant même par ne plus être aussi incontournable. Parfois, c’est le contraire. L’ouvrage connaît une seconde vie, un nouvel usage.

Figure 14.
Page extraite du livre de Maurice Leenhardt, Gens de la grande terre, publié en 1937 chez Gallimard.
Ce livre appartenant à Marcel Mauss a été mis en accès libre à la bibliothèque du Musée de l’homme. C’est là qu’il a connu d’autres lecteurs comme le montrent les strates successives de marginalia qui se répondent : « Il était temps d’en parler. — On ne devrait pas donner ce livre à n’importe qui. — Effectivement. »

© Médiathèque du musée du quai Branly

Copier et recopier, participent aussi de cette histoire des gestes savants qu’il est possible de retracer au travers des archives de chercheurs.

  • 9  Le copier-coller est un geste qui dérive des ars excerpendi de la Renaissance. Il s’agit, rappelon (...)

10Bien que dévalorisé aujourd’hui, ce geste de la copie a été un mode d’apprentissage qui a perduré jusqu’à l’essor des techniques mécaniques de reproduction – papier carbone et photocopie (Albert, 2000). On copiait pour se souvenir d’un extrait, pour se faciliter l’accès à des informations qui normalement étaient dispersées ou hors de portée, mais surtout on copiait un passage pour s’approprier l’œuvre d’autrui, que ce soit pour s’en inspirer ou pour l’imiter9. Les savoirs savants sont constitués par ces répétitions, ces redites et ces « copies » qui, articulées les unes aux autres, ont fait surgir de nouveaux objets et, dans certains cas, une nouvelle grille d’interprétation du monde. C’est le cas des recherches menées par l’indo-européaniste Georges Dumézil (1898-1986) qui aimait se définir comme un scribe, rappelant les effets positifs de la copie pour son travail de comparatiste :

J’aime copier : Je suis né à un moment où on ne dactylographiait guère et où l’on ne photocopiait pas. J’ai entendu parler de Xerox pour la première fois aux États-Unis en 1968 et 1969. Avant, il fallait transcrire soi-même ce qu’on voulait garder. J’ai copié des légendes, j’ai copié des chapitres de livres que je ne pouvais pas me procurer. C’était une des conditions du travail et j’aimais ça (Dumézil et Eribon, 1984, p. 83).

  • 10  Comme l’indique Luciano Canfora : « Avec la photocopie, nous sommes hélas devenus de simples lecte (...)

11Au-delà du changement évident que l’introduction de la xérographie puis de la photocopie a apporté dans les manières de travailler – supprimant cette tâche fastidieuse de la copie manuscrite10 –, la photocopie a également transformé la nature de certains fonds d’archives. Il n’est pas rare en effet de trouver dans les fonds des chercheurs qui ont connu cette révolution technique des « strates » supplémentaires de documents. Il devenait alors possible d’archiver, par exemple, les doubles de la correspondance envoyée, mais aussi de diffuser plus largement des projets de recherche ou de discuter d’ébauches que l’on n’aurait pas éditées en raison des coûts élevés d’impression. Une diffusion qui en retour a multiplié les lectures, les discussions et les points de vue parfois critiques sur ce que l’on désigne comme des « works in progress ».

Des pratiques d’écriture plurielles

  • 11  Concernant Foucault, on sait qu’il écrivait en suivant trois phases de rédaction : une rédaction d (...)
  • 12  Le logiciel MEDITE (Machine pour l’étude diachronique du travail de l’écrivain) permet de comparer (...)

12Après la lecture, l’annotation et la copie, le moment de la rédaction proprement dit fait lui aussi partie de ces gestes savants que les archives peuvent nous aider à mieux documenter. Comment écrit-on un livre ? En combien de temps – ou plutôt à quel rythme : en plusieurs fois, d’un trait, sur quelques semaines ou plusieurs années11 ? Ces différents rythmes d’écriture ont bien des conséquences sur le texte final. La critique génétique a conçu des outils pour analyser la mise en forme souvent complexe des textes littéraires : de la comparaison de la graphie à l’emploi du papier, en passant par la prise en compte, depuis la fin des années 1970, de la mémorisation offerte par l’informatisation des écrits12. Malgré l’ouverture récente de cette discipline aux productions scientifiques (philosophie et surtout linguistique), de nombreuses procédures concrètes de fabrication des textes savants sont encore sous-documentées, en particulier lorsqu’il s’agit de texte coécrits. Il est certain que du point de vue du contenu des archives, cette pratique de la coécriture apporte des éléments d’intelligibilité et d’information qui, dans le cas d’un écrit individuel, sont bien souvent absents.

13Dans le cas de la collaboration entre l’anthropologue Marcel Mauss et l’historien et archéologue Henri Hubert, le dialogue entre les deux protagonistes s’est effectué par lettres interposées (Mauss et Hubert, 1898 ; Mauss et Hubert, 1903). Celles-ci nous informent à la fois sur la nature de la collaboration, la répartition des tâches, mais aussi sur la manière dont chacun a travaillé de son côté. Question importante surtout lorsqu’il s’agit d’auteurs qui sont à l’interface de plusieurs disciplines, de plusieurs traditions savantes. La collaboration entre Gilles Deleuze et de Félix Guattari est sur certains points assez similaire. En aucun cas ils n’auraient pu écrire l’Anti-Œdipe ou Mille Plateaux seuls. Ces deux livres ont été fabriqués à quatre mains, par versions successives, où chaque hypothèse, chaque direction de recherche, chaque exemple, chaque concept ont été développés par l’un, repris par l’autre, et à nouveau précisés par le premier (Guattari, 2004). Complémentarité, concertation, compromis, partage sont des conditions indispensables à la réussite de la coécriture, conditions que les archives nous donnent à voir sur le vif, dans l’entrelacement des graphies. On peut encore évoquer le cas de Pierre Bourdieu et de Jean-Claude Passeron qui est longuement revenu sur les effets de la pratique de la coécriture en particulier dans le cas de La Reproduction (Moulin et Veyne, 1996) ; celui de Michel Foucault et d’Arlette Farge qui ont travaillé ensemble à la fin des années 1970 pour Le Désordre des familles (Artières, 2010) ; ou encore celui d’A.‑G. Haudricourt et de Louis Hédin qui ont rédigé de concert, à partir de 1943, L’Homme et les plantes cultivés (Brousse, 2011).

Figure 15.
Manuscrit de « l’Esquisse d’une théorie de la magie », article publié dans L’Année sociologique en 1904.
On remarque facilement l’articulation des deux graphies. Dans la partie supérieure de la page, il s’agit de l’écriture d’Henri Hubert, dans la partie basse, celle de Marcel Mauss.

© Fonds Hubert, Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

14La pratique de la coécriture doit nous inviter aussi à interroger le rôle de l’amitié dans le développement des idées (Darmon et Waquet, 2010). Alors que les sociologues et les historiens ont privilégié depuis plus d’une trentaine d’années le modèle de la controverse comme seul capable d’éclairer le fonctionnement réel et ordinairement passé sous silence de la science, fondamentalement compétitive, égoïste et cynique (Pestre, 2007 ; Fabiani, 1997), il est certain que les amitiés savantes ont également joué un rôle important dans ce fonctionnement en faisant surgir des enthousiasmes et des étonnements partagés, ou en débloquant des inhibitions et en permettant la création de nouveaux concepts. L’une des principales conséquences de ces amitiés reste le renoncement à tout désir de maîtrise personnelle du savoir, allant parfois jusqu’à une réelle remise en cause des certitudes de l’un ou de l’autre des deux chercheurs.

Diffuser et vulgariser

15Choisir de s’exprimer dans un entretien, de participer à un numéro de revue, à une émission de radio ou de télévision, accepter de rédiger une notice pour un dictionnaire ou une encyclopédie ou organiser une exposition : voilà quelques-unes des modalités possibles de diffusion et de vulgarisation des savoirs.

16Du choix du style (fictionnel ou scientifique, compilatoire ou descriptif) à la structuration des textes, en passant par le choix de ceux qui auront la difficile fonction de donner vie à votre texte par un compte-rendu, une critique, une référence, la vulgarisation repose sur de nombreuses stratégies, surtout depuis que le scientifique, de plus en plus spécialisé, parle une langue incompréhensible du grand public.

Figure 16.
« États des Services de Presse » daté du 9 août 1949 et concernant la publication croisée, chez Klincksieck, des Principes de Phonologie de Nicolas Troubetzkoy et de L’Essai pour une histoire structurale du phonétisme français d’A.‑G. Haudricourt.
Pour les Principes, Jean Martinet – par ailleurs l’auteur de la préface du livre d’Haudricourt – est pressenti pour le Bulletin de la Société de linguistique. Roman Jakobson l’est pour les revues Word et Langages. Pierre Meile est envisagé pour le Journal asiatique. Haudricourt pour le Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient (un compte-rendu qu’il a effectivement écrit mais qu’il ne publiera pas). Robert Loriot est repéré pour la revue Romania. Georges Gougenheim pour Le Français moderne. André Mirambel pour la Revue des études grecques, André Vaillant pour la Revue des études slaves, André Basset pour la Revue africaine, Aurélien Sauvageot pour la revue Lingua, Jacques Faublée pour la Revue des africanistes…
Le choix des auteurs pour le livre d’Haudricourt semble plus difficile : Jean Cantineau – le traducteur des Principes de phonologie – est noté pour la Revue africaine, ainsi que Robert Loriot pour la Revue des dialectes belgo-romans et Robert Godel pour les Cahiers Ferdinand de Saussure.
Derrière le choix de ces « lecteurs », il faut surtout voir se jouer des stratégies de carrières et de reconnaissance académique.

© Fonds A.‑G. Haudricourt – Imec

  • 13  Des documents qui permettraient également de mesurer les liens verticaux et horizontaux, entre maî (...)
  • 14  Il peut rester, comme pour l’École pratique des hautes études (EPHE) ou le Collège de France, les (...)

17La vulgarisation est encore trop souvent étudiée sous l’angle de son rapport à la forme encyclopédique. L’un des premiers lieux de diffusion des savoirs a été pour nombre de ces savants le cours, qu’il s’agisse du cours magistral, du séminaire ou de la conférence à laquelle le grand public a accès à la fin du xixe siècle (Bruter, 2008). Dans ces cas, l’oralité joue un rôle essentiel dans la transmission des savoirs ; une dimension qui a été encore peu prise en compte (Waquet, 2003). Nous avons amorcé cette réflexion sur les archives savantes par le cas des auditeurs du cours de Saussure dont les notes sont aujourd’hui une ressource essentielle pour faire l’histoire de la linguistique. On pourrait faire la même démonstration avec les auditeurs de Durkheim, par exemple son neveu Marcel Mauss qui a été son étudiant à Bordeaux. Ses notes de cours ont permis de confirmer l’intérêt du sociologue pour la philosophie politique de Hobbes et sa bonne connaissance des penseurs contractualistes (Bert éd., 2011). Mais là encore, nous manquons de données utilisables : comment fait-on cours au xixe siècle et que livre-t‑on à ses auditeurs ? Qui organise les conférences grand public et qui y participe ? Quels sont les programmes des universités populaires qui se multiplient à la fin du xixe siècle ? De quelle manière les professeurs organisent-ils leurs évaluations13 ? À l’inverse, comment les auditeurs captent-ils et fixent-ils la parole de l’orateur ? Finalement, que reste-t‑il d’un cours vingt ans, cinquante ans après avoir été dispensé14 ?

  • 15  Rappelons le site aujourd’hui disparu Blackboard of the day, qui permettait de retrouver chaque jo (...)

18On pourrait d’ailleurs décider de s’intéresser à un autre dispositif, éphémère et écrit celui-ci, qui est pourtant dans le cas de l’enseignement essentiel : le tableau noir. Cette surface qui permet d’inscrire à la craie, d’effacer ses erreurs d’un coup d’éponge, fait partie de ces « objets intermédiaires »comme aujourd’hui le « Powerpoint » ou les « démos », qui permet de mettre en évidence certains mécanismes de production d’un savoir (Grossmann, 2010)15.

Notes

1  Il reste encore difficile de traiter les bibliothèques privées comme des archives car il existe, du moins en France, une forte opposition entre la diplomatique et la codicologie, et entre les conservateurs des archives et ceux des bibliothèques. Les plans de classement utilisés sont très différents. Pour les archives on privilégie la chronologie, alors que pour les bibliothèques on préfère le thématique.

2 Connaître les bibliothèques privées permet, dans de nombreux cas, de rectifier des interprétations obsolètes et de sauver un auteur en traçant, par exemple, son profil culturel. Le site du Groupe de recherche sur les bibliothèques philosophiques privées à l'époque moderne donne aux chercheurs de nombreux outils pour comprendre l'importance d'une telle recherche : http://picus.sns.it/index.php?page=Progetto&lang=it

3  Si les systèmes de classement des bibliothèques privées peuvent être chronologiques, géographiques, biographiques, alphabétiques, ils se font parfois selon des critères esthétiques, thématiques ou selon la langue…

4  Voir sur ce point les journées d’étude qui ont eu lieu au musée du quai Branly et qui sont disponible en ligne : http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/manifestations-scientifiques/manifestations-passees/seminaires-et-journees-detude/de-mauss-a‑levi-strauss-les-bibliotheques-des-chercheurs-et-la-construction-des-savoirs.html.

On peut aussi renvoyer à l’exposition « Le lecteur à l’œuvre » qui s’est tenue à la fondation Bodmer et qui interroge les multiples gestes qu’un lecteur, savant ou non, peut faire avec ses livres : http://fondationbodmer.ch/2012/05/le-lecteur-a‑l-oeuvre/.

5  Sur ce point, voir les travaux de la Bibliothèque foucaldienne, en partie publiés dans le Cahier de l’Herne consacré à Michel Foucault (2010) ou le travail d’André Freijomil (Freijomil, 2009) sur les pratiques de lecture de Michel de Certeau. On peut enfin faire référence au travail engagé par Corinne Bonnet sur la bibliothèque de l’historien des religions Franz Cumont (1868-1947) : http://www.academiabelgica.it/index.php?option=com_content&view=article&id=113&Itemid=90&lang=fr

6  Depuis les travaux d’Antoine Compagnon sur le travail de la citation (1979) et celui d’Anthony Grafton sur les origines de l’érudition (1998), plusieurs outils ont été développé pour analyser les fonctions de la citation et la manière dont une note permet de fonder l’autorité d’un propos, d’une assertion (Jahjah, 2012).

7  Daniel Defert a mené un travail d’analyse des nombreux envois avec dédicace reçus par Michel Foucault. Une bibliothèque qui est conservée à la Beinecke library : http://beinecke.library.yale.edu/programs-events/events/Daniel_Defert_Who_Wrote_Foucaults_Library%3F.

8  Les motifs de l’envoi peuvent être nombreux. On envoie son article ou son livre à celui qui compte, à celui qui peut vous faire avancer dans votre carrière, à celui que le sujet intéresse.

9  Le copier-coller est un geste qui dérive des ars excerpendi de la Renaissance. Il s’agit, rappelons-le, de sélectionner un extrait, le sien ou celui d’un autre, pour l’insérer dans un autre contexte. Aujourd’hui à la limite de la légalité et de la moralité, le copier-coller a pourtant eu une dimension fortement créatrice. Il ne serait d’ailleurs pas inintéressant de relire quelques grandes œuvres de ces cinquante dernières années en pistant la manière dont certains auteurs ont produit des dérivations ou des continuations d’écrits précédents.

10  Comme l’indique Luciano Canfora : « Avec la photocopie, nous sommes hélas devenus de simples lecteurs potentiels : nous savons qu’à un moment quelconque, nous pourrons lire ce que nous avons reproduit par un éclair instantané » (Canfora, 2012, p. 28).

11  Concernant Foucault, on sait qu’il écrivait en suivant trois phases de rédaction : une rédaction d’un jet en quelques semaines, suivie d’une seconde phase, parfois de plusieurs années, dans laquelle il étayait son travail par des recherches approfondies, enfin une troisième phase à proprement parler de rédaction qui a pour principal support la dactylographie, que Foucault corrigeait et reprenait (Defert, 2007).

12  Le logiciel MEDITE (Machine pour l’étude diachronique du travail de l’écrivain) permet de comparer les versions successives et les transformations élémentaires d’un même texte. On peut se reporter à la description de ce logiciel sur le site de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM) : Irène Fenoglio, Jean-Louis Lebrave et Jean-Gabriel Ganascia, « EDITE MEDITE : un logiciel de comparaison de versions », http://www.item.ens.fr/index.php?id=172959.

13  Des documents qui permettraient également de mesurer les liens verticaux et horizontaux, entre maîtres, amis, collègues, collaborateurs, étudiants.

14  Il peut rester, comme pour l’École pratique des hautes études (EPHE) ou le Collège de France, les annuaires et les résumés des séminaires qui, en une page, parfois quelques lignes, indiquent la nature des enseignements, les auditeurs inscrits et les présents.

15  Rappelons le site aujourd’hui disparu Blackboard of the day, qui permettait de retrouver chaque jour en ligne les notes prises au tableau par un scientifique .

Table des illustrations

Légende Figure 12. Page extraite du livre de Wilhelm Wundt, Elemente der Völkerpsychologie (Leipzig, 1912) appartenant à Marcel Mauss. Dans sa marginalia, inscrite sur le coin supérieur gauche de la page, Mauss cherche à indiquer que dans ce passage précis l’auteur évoque la question du matriarcat (Mutterrecht) et de ses principales composantes : la propriété féminine du sol cultivé, les noces, la descendance matrilinéaire, la succession de la propriété en ligne féminine, et l’exogamie. Les marginalia de la bibliothèque de Mauss ont fait l’objet d’une analyse spécifique : voir http://www.quaibranly.fr/​fr/​enseignement/​les-publications-scientifiques/​publications-et-travaux-de-recherches-sur-les-collections.html.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Figure 13. Les marginalia du linguiste Bally ont récemment fait l’objet d’une analyse exhaustive en cours de publication (Alessandro Chidichimo, Les Recueils d’opuscules de Charles Bally, Société d’histoire et d’archéologie de Genève – SHAG). Les notes de Bally sont ici portées sur le livre d’Albert Sechehaye, « La méthode constructive en syntaxe » (Revue des langues romanes, LIX, janvier-avril 1916, p. 44-76). On peut remarquer deux couches d’écriture, avec stylo et avec crayon, mais aussi que Bally utilise la sténographie, que l’on retrouve dans d’autres notes et qui constitue alors une pratique peu répandue.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3M
Légende Figure 14. Page extraite du livre de Maurice Leenhardt, Gens de la grande terre, publié en 1937 chez Gallimard. Ce livre appartenant à Marcel Mauss a été mis en accès libre à la bibliothèque du Musée de l’homme. C’est là qu’il a connu d’autres lecteurs comme le montrent les strates successives de marginalia qui se répondent : « Il était temps d’en parler. — On ne devrait pas donner ce livre à n’importe qui. — Effectivement. »
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Figure 15. Manuscrit de « l’Esquisse d’une théorie de la magie », article publié dans L’Année sociologique en 1904. On remarque facilement l’articulation des deux graphies. Dans la partie supérieure de la page, il s’agit de l’écriture d’Henri Hubert, dans la partie basse, celle de Marcel Mauss.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/725/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Figure 16. « États des Services de Presse » daté du 9 août 1949 et concernant la publication croisée, chez Klincksieck, des Principes de Phonologie de Nicolas Troubetzkoy et de L’Essai pour une histoire structurale du phonétisme français d’A.‑G. Haudricourt. Pour les Principes, Jean Martinet – par ailleurs l’auteur de la préface du livre d’Haudricourt – est pressenti pour le Bulletin de la Société de linguistique. Roman Jakobson l’est pour les revues Word et Langages. Pierre Meile est envisagé pour le Journal asiatique. Haudricourt pour le Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient (un compte-rendu qu’il a effectivement écrit mais qu’il ne publiera pas). Robert Loriot est repéré pour la revue Romania. Georges Gougenheim pour Le Français moderne. André Mirambel pour la Revue des études grecques, André Vaillant pour la Revue des études slaves, André Basset pour la Revue africaine, Aurélien Sauvageot pour la revue Lingua, Jacques Faublée pour la Revue des africanistes… Le choix des auteurs pour le livre d’Haudricourt semble plus difficile : Jean Cantineau – le traducteur des Principes de phonologie – est noté pour la Revue africaine, ainsi que Robert Loriot pour la Revue des dialectes belgo-romans et Robert Godel pour les Cahiers Ferdinand de Saussure. Derrière le choix de ces « lecteurs », il faut surtout voir se jouer des stratégies de carrières et de reconnaissance académique.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/725/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M