Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

 | 
Jean-François Bert

Des papiers ordinaires de savant

Texte intégral

1Comprendre « l’ergonomie » du travail savant dans son histoire récente afin de saisir certains des gestes quotidiens des chercheurs, voilà qui doit nous pousser à considérer d’une manière un peu différente plusieurs catégories d’archives qui jusque-là ont été sous-exploitées. En effet, manuscrits, correspondances et carnets continuent d’être privilégiés par les historiens, de même que les brouillons qui bénéficient des avancées de la génétique textuelle (D’Iorio éd., 2003 ; Fenoglio éd., 2012). Certes, les brouillons donnent à voir certaines pratiques ordinaire d’écriture des chercheurs, une écriture faite d’hésitations, de repentirs, de mots barrés et changés, de passages soulignés, indiqués comme devant être déplacés, où tout simplement supprimés (Lefebvre, 2013). Cependant, cette catégorie du brouillon vaut tout autant pour une feuille griffonnée que pour la première version d’un texte qui pourra par la suite être corrigé et repris. Aussi, l’on peut décider de lire et d’analyser les brouillons, d’abord, comme le « millefeuillage » de la recherche, comme le « lieu1 » d’où il est possible de saisir, sur le vif, le modus operandi des chercheurs.

Figure 3.
Ces liasses de « papiers » et de notes éparses empilées sont l’œuvre du linguiste celtologue Joseph Vendryes (1875-1960), élève d’Antoine Meillet.
Ces notes ont été prises lors de lectures préparatoires. Vendryes utilise tout type de papier pour écrire : papier blanc, publicités, épreuves de ses propres articles publiés, recyclées après avoir été découpées au format voulu. Comme l’explique Paul Chavigny dans son ouvrage, ce début du xxe siècle est marqué par le remplacement du classement vertical (celui des liasses) par le classement horizontal (les fichiers). C’est la fin des piles et le début des casiers aux fiches échancrées, perforées ou articulées. Vendryes est à la frontière, encore, entre les deux modes de travail.

© Collège de France, archives Vendryes.

  • 2  Deux raisons expliquent pourquoi ces catégories d’archives ont été jusque-là peu utilisées. Elles (...)

2Les archives « mineures » du savoir savant que sont les fiches et les fichiers, les dossiers ou les agendas, les notes éparses et les brouillons permettent de documenter certains actes significatifs des chercheurs en sciences humaines2. Se confronter à ce type d’archive, en accepter la complexité et la diversité mais aussi l’aspect fragmentaire, amène de toute façon un déplacement du regard, geste utile dès lors qu’il s’agit de penser à nouveaux frais l’activité savante et de s’essayer à en donner une image plus juste.

Figure 4.
Georges Amoudruz (1900-1975), spéléologue genevois spécialiste de la vie quotidienne de l’arc alpin occidental, a constitué une importante collection de plus de vingt mille objets et sept mille cinq cents images.
Le plus surprenant reste ces mille deux cents classeurs thématiques emplis de notes éparses, de coupures de presse, de cartes postales, de prospectus, de tickets qui concernent la Suisse romande mais aussi le Valais, la France et une grande partie de l’Europe occidentale… Ce vaste regroupement qui couvre cinquante ans de recherche de terrain et de collecte nous montre aussi comment la question du classement est devenue un opérateur fondamental pour la production du savoir. En effet, la principale difficulté pour un ethnographe comme G. Amoudruz, c’est de parvenir à gérer la multiplicité des formats et des supports matériels (photographies, photocopies, cartes postales, coupures de presse, croquis, manuscrits, lettres, dactylogrammes, copie carbone, plan à l’échelle, enregistrements). Pour en savoir plus, voir http://www.ville-ge.ch/​meg/​collections_europe.php.

© Archives de la ville de Genève, Musée d’ethnographie de Genève.

Constituer des dossiers de travail

  • 3  Le carnet est bien souvent un point de départ dans un processus de recherche. L’analyse de ce supp (...)
  • 4  Le cabinet de travail ainsi que la bibliothèque de Jacques Derrida ont fait l’objet d’un travail d (...)

3« Faire » de la recherche, c’est travailler par tâtonnements et reprises successives. C’est se confronter à des phénomènes, mettre en question des objets, formuler des hypothèses, énoncer des points de vue, défendre des vérités… L’analyse précise de certains carnets d’ethnologues, de savants et d’explorateurs l’a clairement montré (Malinowski, 1985 ; Darwin, 2012)3. Les textes des sciences humaines sont des constructions argumentatives qui tentent de tisser un lien plus ou moins fort entre des observations empiriques et des hypothèses théoriques, parfois à portée générale. Cette épaisseur du travail savant s’incarne en premier dans le geste qui consiste à classer et à compiler l’ensemble de ses données. De ce point de vue, les archives du philosophe Jacques Derrida (1930-2004) offrent certainement l’image la plus saisissante de cette phase souterraine qui compose toute activité savante et qui consiste à ouvrir et fermer des dossiers, les numéroter ou les nommer, les classer et les reclasser inlassablement en fonction des intérêts du moment, des questions que l’on se pose, mais aussi des réponses que l’on a pu apporter. L’informatisation n’invente rien, elle n’a fait que faciliter ce penchant des chercheurs pour les rangements successifs ; elle les multiplie et les complexifie4.

Figure 5.
Extrait de la liste des fichiers présents sur l’ordinateur de Jacques Derrida. Concernant ses archives, on pourra se rapporter à l’inventaire en ligne de l’Imec : http://www.imec-archives.com/​fonds/​derrida-jacques/.

© Fonds Jacques Derrida – Imec

4Cette question de l’informatisation est d’autant plus intéressante que Derrida évoqua à plusieurs reprises les conséquences de l’évolution des habitudes informatiques sur ses propres manières d’écrire et parfois de penser. Quelque chose a changé, rappelle-t-il, entre l’usage de la plume, de la photocopieuse et de l’ordinateur qui permet de copier, classer, reclasser, reprendre sans cesse un travail en cours, mais aussi visualiser des raisonnements, déplacer des notes. À cela on peut désormais ajouter, comme c’est le cas dans ce livre, la possibilité de créer des liens hypertextuels ou d’accueillir des documents multimédias, de multiplier les répertoires et les index, les tables et les moteurs de recherche, pour proposer aux lecteurs potentiels un véritable ensemble dialogique.

  • 5  Il est important de connaître l’histoire des différentes mains par lesquelles les archives sont pa (...)
  • 6  S’intéresser à ce qui se trouve écrit sur ces pochettes montre aussi comment les chercheurs invest (...)

5Si l’ordinateur a permis d’introduire de nouvelles pratiques savantes, il en a surtout généralisé d’autres. Quoiqu’il en soit du rôle de l’informatique, les fichiers et les dossiers physiques que les chercheurs continuent de composer au fil de leur travail quotidien de lecture ou d’enquête apportent des informations essentielles à la fois sur les systèmes bâtis par les chercheurs pour gérer ces informations mais aussi sur les « chemins » qui ont été empruntés par les auteurs dans leur réflexion. Il sont d’ailleurs souvent explicitement matérialisés sur les pochettes par des mentions du type : « exemplaire unique », « après corrections », « en rapport avec X ou Y », « à ajouter à Z5 ». Si une même pochette peut contenir plusieurs projets qui se chevauchent, les éléments d’un même projet peuvent aussi être dispersés dans plusieurs pochettes, portant des titres différents6. Il y a de toute façon matière à une réflexion sur l’adéquation des données que l’on choisit de conserver et d’organiser et l’objectif poursuivi. Il paraît aussi tout à fait possible de tracer la carte d’une recherche à partir des déplacements et des manipulations qui peuvent selon les cas devenir des carrefours ou au contraire de véritables impasses. Le dossier est alors clos définitivement. Il est fermé et remisé au fond de la pile ou du meuble.

Figure 6a.
À l’instar de Michel Foucault, nombreux sont les chercheurs qui réemploient leurs travaux antérieurs.
Ici le verso d’un des feuillet du tapuscrit de la première édition de L’Histoire de la folie à l’âge classique (1961) va lui servir à classer les sous-dossiers préparatoires aux Mots et les Choses (1966). En l’occurrence, il s’agit du dossier intitulé « analogie ».
L’ensemble de ces dossiers est disponible sur le site de la Bibliothèque foucaldienne : http://lbf-ehess.ens-lyon.fr/​.

© Centre Michel Foucault – Daniel Defert/BNF

Figure 6b.
Recto du feuillet précédent sur lequel on peut lire un passage de L’Histoire de la folie

© Centre Michel Foucault – Daniel Defert/BNF

6Décider de prendre au sérieux le texte scientifique, c’est commencer par comprendre ce que le texte énonce, mais c’est aussi décrire sa matérialité, par exemple les différents supports ou les habitudes de travail du chercheur – est-ce qu’il plie, découpe, souligne, colle ? C’est encore pénétrer les diverses modalités d’écritures et d’inscriptions du ou des auteurs : utilise-t-il des flèches ou des tableaux ? Part-il d’un plan précis, d’une liste de questions, d’un sommaire ? S’y tient-il ?

Utiliser des fiches et des fichiers

7La pratique de la fiche a connu son apogée dans l’ensemble des sciences humaines à la fin du xixe siècle. Il nous manque encore une meilleure compréhension historique et sociologique de la manière dont ces fichiers ont été constitués comme celle qui a été menée par Umberto Eco sur la liste et qui a démontré ce qu’une telle organisation de la pensée en une suite finie présuppose sur le savoir, devenu une véritable obsession énumérative (Eco, 2009).

  • 7  Le premier à avoir utilisé ce type de dispositif pour ses propres productions scientifiques est l’ (...)

8Comme la liste, l’index ou la note de bas de page, les fichiers impliquent un certain agencement matériel, une disposition spatiale. Il s’agit d’un outil qui, comme la liste, a pour fonction de faciliter la mise en ordre des données, mais aussi de les manipuler et de les gérer, de les fragmenter et de les rassembler, de les réduire et de les redistribuer en fonction de nouvelles questions. Comme le précise Chavigny : « la fiche est indispensable dans toute situation où les éléments d’un travail sont appelés à être modifiés, augmentés, diminués, classés, manipulés » (Chavigny, 1918, p. 56 et suiv.). Cet outil a d’ailleurs une histoire particulière, qui commence avec ces cartes à jouer utilisées dans les bibliothèques à la fin du xviiie siècle et sur lesquelles étaient inscrits le nom de l’ouvrage, celui de son auteur, le lieu de l’impression et la date, jusqu’au passage, dans l’administration, du registre à la fiche que l’on peut dater de 18337. C’est à la suite de ces usages d’abord bibliographiques puis administratifs que le fichier entre dans le travail savant en offrant cette possibilité, nouvelle, de capitaliser des effets de lectures ou d’observations à grande échelle. Ce n’est là, pourtant, qu’un aspect des fichiers. On doit encore réfléchir à la manière dont un chercheur transforme son matériau brut en données exploitables et potentiellement réutilisables. Il s’agit là d’une opération intellectuelle complexe qui demande à la fois des compétences linguistiques et sémiologiques. Il faut en effet pouvoir regrouper un ensemble sous une même dénomination, il faut aussi pouvoir leur assigner une place dans un système de classement qui peut être, selon les cas, alphabétique, méthodique ou décimal… Classer c’est décider d’accorder de l’importance à tel ou tel objet, et donc établir des hiérarchies.

9Grâce au fichier, il semble tout à fait possible de suivre le fonctionnement d’une pensée, d’en dégager les constantes et les évolutions, petites et grandes. Un exemple particulièrement intéressant est celui de Roland Barthes et de son fichier composé de fiches de références, de citations, de notes bibliographiques, de paragraphes rédigés ou de simples mots notés. Il évoqua à plusieurs reprises son système qui mêle lectures, annotations et pensées :

Je me contente de lire le texte en question, et cela de façon assez fétichiste : en notant certains passages, certains moments, voire certains mots qui ont le pouvoir de m’exalter. À mesure, j’inscris sur mes fiches soit des citations, soit des idées qui me viennent et cela curieusement déjà sous un rythme de phrase, de sorte que, dès ce moment, les choses prennent une existence d’écriture. (Barthes, 1973)

10L’important, comme le relevait Barthes, réside surtout dans les propriétés combinatoires de l’outil ainsi que dans la manière dont l’auteur construit, grâce à son fichier, une architectonique des diverses parties de sa pensée.

Figure 7a.
Jean José Marchand (1920-2011), critique littéraire, fondateur des Archives du xxe siècle à l’ORTF, fut un fidèle de la Bibliothèque nationale, dès l’Occupation où il y fut recruté comme bibliographe des revues. Il avait commencé ses recherches en établissant des fiches en marge du travail qui lui était demandé. Servi par une formation d’historien, il ne se départit jamais d’une méthode qui voit la liste primer. Ces fiches thématiques, pour les toutes premières, concernaient l’histoire de la poésie – mais elles témoignent souvent de domaines de recherches éloignés telles l’histoire politique, ou celle des religions. On y retrouve en tout cas l’énumération, l’effet d’abondance, la variété et son immensité, ainsi qu’une certaine forme de travail obsessionnel.

© Coll. part.

Figure 7b.

© Coll. part.

11D’autres fichiers mériteraient une même attention que celui de Barthes, à commencer par ceux qui fonctionnent avec des systèmes de notation et de classification complexes.

  • 8  L’entreprise de papeterie Borgeaud, aussi appelée « La fiche » à partir des années 1930, s’occupa (...)
  • 9  Dans Les Demi-Savants, livre composé de courtes histoires qui raillent, sur le mode de la satire, (...)

12Il reste cependant difficile d’établir une typologie précise de ces dispositifs car ils sont souvent personnels, voire pour certains inventés et « bricolés ». Si certains chercheurs décident d’entreposer leurs fiches dans des casiers prévus à cet effet8, d’autres les conservent dans des boîtes à chaussures comme l’ethnologue Arnold van Gennep (1873-1957)9, d’autres encore, comme le préhistorien André Leroi-Gourhan (1911-1986), vont finir par construire le meuble destiné à recevoir ses fiches perforées.

13Le fichier du philosophe, sociologue et anthropologue polonais Georges-Hubert de Radkowski (1924-1987)10 compile par exemple un classement thématique, géographique et historique. Sur le bord supérieur de la fiche, il inscrit les grandes catégories dont la fiche relève – catégories qui sont abrégées (« ant » pour anthropologie, « capi » pour capitalisme, « myth » pour mythologie, « eco » pour économie, « re » pour religion). Sur le bord droit, Radkowski donne une indication géographique et historique : « Ma » pour Moyen Âge, « Occ » pour occident, « Ind » pour Inde11.

  • 12  De nombreuses publications concernant cet auteur ont vu le jour pour son centenaire en 2012, par e (...)

14Le linguiste et ethnologue André-Georges Haudricourt (1911-1996)12 a développé une autre classification. Ses fiches, tapées à la machine et numérotées, sont réparties par auteur, puis par aire géographique. Chacune de ces aires est ensuite divisée en sous-domaines : linguistique, technique, religion, alimentation…

Figure 8.
Fichier de A.‑G. Haudricourt

Fonds A.‑G. Haudricourt – Imec

  • 13  Les historiens ont largement investi la pratique du fichier. Celui de Robert Mandrou, par exemple, (...)
  • 14  Sur les archives Devereux, voir : http://www.imec-archives.com/fonds/devereux-georges/. Une biogra (...)
  • 15  Ce principe est alors classique : noter le plus soigneusement possible le nom d’auteur, le titre e (...)

15Le fichier de Marcel Bataillon (1895-1977), élu en 1945 au Collège de France à la chaire de langues et littérature de la péninsule Ibérique et de l’Amérique latine, est basé sur un classement alphabétique (nom d’auteur ou de personnalités historiques). Il est circonscrit à une période historique précise, 1537-1570, qui correspond au sujet de sa thèse sur Érasme et l’Espagne du xvie siècle13. Celui de l’ethnopsychanalyste Georges Devereux (1908-1985) est de loin le plus étonnant14. Ce fichier thématique lui a permis de réinvestir l’ensemble de ses lectures, y compris celles venant de la presse régionale. La référence de la citation est donnée dans la partie inférieure de la fiche bristol alors que le mot ou le thème central est toujours souligné15.

  • 16  On pourra se reporter à la notice biographique publiée par l’Institut national d’histoire de l’art (...)

16L’historien et archéologue Henri Hubert (1872-1927)16 a constitué un fichier de plus de dix-huit mille fiches qu’il a thématiquement ordonnées. Ce fichier possède de nombreuses subdivisions marquées par l’emploi de fiches cartonnées de la même largeur que les autres (12,5 × 8 cm), mais un peu plus hautes (15 × 8 cm), sur lesquelles Hubert avait la place pour écrire un titre. C’est entre ces « séparateurs » qu’il agence ses autres fiches : parfois une seule, parfois plusieurs dizaines pour un même thème. Celles-ci sont très différentes dans leurs contenus. Parfois l’historien y fait figurer une référence bibliographique, souvent abrégée ou incomplète dans le cas d’un article de revue, parfois un simple nom, un mot, une traduction, plus rarement un dessin. C’est sur ses fiches, aussi, qu’il fait le résumé des ouvrages qu’il a lus, le plus souvent à partir du sommaire qu’il a totalement recopié. C’est plus rarement que la fiche lui sert pour des notations personnelles, ou pour exposer une hypothèse de travail comme c’est le cas pour sa thèse sur le culte de Hiérapolis.

Figure 9.
Fiche d’Henri Hubert liée à sa thèse – jamais achevée – sur l’ouvrage de Lucien concernant la déesse syrienne et son culte à Hiérapolis. Il n’existe aucune autre trace de ce travail. Cette fiche reproduit un bas-relief conservé au British Museum.

Fichier Henri Hubert – © MNHM

17Ces quelques exemples montrent à quel point ce geste de la mise en fiche est lié à la manière dont un chercheur formule son questionnement et tente d’y répondre sur un temps long. Les réemplois successifs des mêmes fiches, les reformulations faites à partir de ce travail de classification en sont la preuve évidente. Là ne doit pas s’arrêter notre intérêt pour les fichiers. On peut voir également comment le langage évolue, comment certaines références sont distinguées, comment certains thèmes sont finalement catégorisés, comment des questions marginales deviennent de plus en plus centrales… Autant de détails qui informent sur l’état du champ, de la discipline, des auteurs de références. Comme l’indique Christian Jacob, le fichier montre comment chaque

objet d’étude est indissociable d’une longue chaîne de gloses, d’analyses, de jugements critiques, de récits historiques, d’intuitions et d’allusions ou de commentaires détaillés […]. Il est aussi le lieu de visibilité d’un état des savoirs et des problématiques, des lieux communs de nos disciplines comme de leurs terrae incognitae. Le fichier est une table d’orientation, une carte, aidant à baliser tous les cheminements que l’on rêve d’entamer (Jacob, 2012, p. 40-41).

18Processus fondamentalement ouvert, en continuel renouvellement, le fichier anime le savoir en reposant sur le principe du « cela peut toujours servir ». Cette activité de la mise en fiche qui consiste à entasser des données oblige le chercheur à renouveler et à enrichir constamment son stock de fiches « à toutes fins utiles », c’est-à‑dire sans nécessairement savoir ni quand ni comment l’une de ces données lui sera utile (Maubon, 1990). Ce travail lassant, et dont les effets s’avéraient précaires, trouva rapidement ses détracteurs, partisans de constructions scientifiques logiques dans lesquels il ne peut plus y avoir de place pour le bricolage ni pour le braconnage.

Organiser son temps de travail : les agendas

19Classés normalement dans la catégorie des documents privés, les agendas offrent la possibilité de mieux saisir la nature concrète du travail de recherche en montrant, parfois précisément, la manière dont les chercheurs pensent et organisent leur rapport au temps. Cette question a été malheureusement encore peu considérée en raison de l’absence de sources valables, de témoignages et de documents utilisables. La recherche est une activité qui vient sans cesse brouiller la répartition classique entre le temps professionnel, le temps domestique, les temps de récupération (sommeil, repas), et le temps libre. Combien de découvertes ont été faites lors d’une nuit d’insomnies, au réveil, au coin d’une table de déjeuner, lors d’une promenade (Collinot, 2012) ? Combien d’idées ont été formalisées lors d’un voyage de quelques heures, de quelques jours, en visitant un musée, en profitant d’une réunion ennuyeuse sur la répartition des cours, en surveillant des examens ?

  • 17  Cette question du temps, et plus particulièrement du temps de travail, doit également nous conduir (...)

20Les mécanismes sociotemporels qui règlent la vie des savants nous sont encore en grande partie inconnus, mais il est certain que de nouvelles contraintes voient le jour à la fin du xixe siècle. Des contraintes que le savant s’impose personnellement, mais aussi que les institutions académiques imposent désormais avec plus de fermeté. Il devient alors de plus en plus difficile, y compris dans les activités d’érudition et de savoir, de perdre son temps sine fructu. Il serait faux de croire que le savant de la fin du xixe et du début du xxe siècle vit hors du temps, en retrait, ou à son rythme17. Les petites comme les grandes découvertes ne sont jamais le fait de savants isolés, sans relation avec leurs collègues, vivant dans une bulle que rien ne peut atteindre ni dérégler. La plupart enseignent, publient, participent à des congrès internationaux, respectent des dates, un calendrier, des programmes, des horaires.

  • 18  C’est au xviie siècle qu’apparaît la première définition du terme « agenda », mais ce n’est qu’à l (...)

Les informations que contiennent les agendas18 peuvent sur ces différents points nous donner quelques éléments de réponse.

21Le linguiste Antoine Meillet (1866-1936) n’a pas d’agenda au sens classique du terme, mais des petits carnets qu’il remplace chaque année. Quotidiennement il les remplit, date avec précision ses pensées et ses intuitions. Chaque année débute aussi par le même rituel : sur la première page de son carnet, il fait le point sur ses travaux en cours, ceux qu’il a projeté de terminer, et ceux qu’il a abandonnés.

Figure 10.
Première page de l’un des carnets de Meillet, daté du début de l’année 1909.

© Collège de France – Fonds Meillet

22Au début de l’année 1898, le linguiste a « en train » treize titres de livres ou d’articles. Certains sont commencés, d’autres sont « sans aucun commencement de réalisation ». Ce sont encore, comme l’écrit Meillet, de « vagues projets de recherche ». Dix ans plus tard, huit livres et douze articles sont en cours. En 1909, huit livres sont en projet, mais il n’y a plus que six articles en cours. En 1910, six livres sont projetés dont une grammaire arménienne « très avancée », livre qu’il finira par publier au milieu des années 1920.

  • 19  Meillet se dit souvent occupé, débordé, sans temps devant lui pour avancer à son rythme et comme i (...)

23Ce qui prime dans ces carnets, c’est le sentiment de plus en plus agacé qu’a Meillet de la pression temporelle19. Celle-ci est d’autant plus forte qu’elle touche au bon déroulement de ses recherches personnelles. Les contraintes – surtout institutionnelles – que déplore le linguiste dans plusieurs de ses assertions correspondent à un changement plus général qui affecte l’enseignement secondaire et supérieur durant le dernier tiers du xixe siècle. L’intellectuel érudit se transforme en un professeur fonctionnaire. Un changement qui s’explique, entre autres, par l’augmentation des effectifs des étudiants (de vingt-sept mille en 1896 à quatre-vingt-deux mille en 1937 en France). Les réformes républicaines contribuent aussi à redéfinir l’organisation du système universitaire, finissant par entraîner de nouvelles pratiques professionnelles ainsi que la mise en place d’une division scientifique du travail au sein de chaque faculté. C’est cette transformation que les agendas-carnets de Meillet expriment : la transition difficile d’une conception temporelle de la recherche à une autre, qui désormais repose presque uniquement sur le « bon usage » de son temps, en tout cas sa bonne répartition entre le temps de l’enseignement et celui de la recherche.

  • 20  Il s’agit respectivement du Centre de documentation et de recherche sur l’Asie du Sud-Est et le mo (...)

24Les agendas d’A.‑G. Haudricourt dévoilent d’autres logiques de gestion du temps. Tous identiques, ces petits agendas (dont le premier date des années 1930 et le dernier de 1995) ne lui laissent pas la possibilité d’écrire de longues phrases. La fonction de l’objet est de prendre des rendez-vous, de noter des lieux et des heures de réunion, de se souvenir d’une date… C’est toute la vie du savant qui semble scandée par de multiples réunions : celles de son laboratoire, le Cedrasemi, celles du CERM20, celles de la société de biogéographie. La profession de chercheur semble alors entièrement régie par ces formes particulières de sociabilité auxquelles il est difficile d’échapper, surtout lorsqu’on possède une renommée, un statut ou une légitimité importante.

Figure 11.
Agenda de A.‑G. Haudricourt.

Fonds A.‑G. Haudricourt – Imec

25Par contre, ces agendas ne nous disent rien de la répartition réelle du temps de travail d’Haudricourt : avait-il des journées de la semaine dévolues à la recherche en bibliothèque, des journées libres, des journées d’enseignement ? Il ne faut d’ailleurs pas être dupe du fait que l’acquisition de son statut élevé de directeur de recherche au CNRS lui a permis d’ignorer de nombreuses demandes. Il a pu ne pas honorer certaines sollicitations qui, pourtant, étaient inscrites dans ses agendas. Cela amène d’ailleurs à se demander si le découpage hebdomadaire imposé par la forme de l’agenda est le bon pour saisir la complexité de l’activité savante. Un chercheur gère son temps et son activité sur plusieurs mois. Les échéances de rendu de textes, les propositions d’interventions se programment sur un temps plus long. L’inspiration, la logique de la découverte, ont-elles quelque chose à voir avec une organisation rationnelle du temps ?

  • 21  Pour un des rares exemples de description de l’activité quotidienne d’un enseignant-chercheur, voi (...)

26Le temps de travail du chercheur semble être le produit de stratégies individuelles et des compromis inévitables qui s’y attachent ; reste à savoir ce qu’il en est aujourd’hui pour un enseignant-chercheur. Comment organise-t-il son temps, établit-il des stratégies similaires et quels choix est-il amené à faire pour cela21 ? La réalité du quotidien d’un enseignant de faculté ne se limite pas, loin de là, à ses seules cent vingt-huit heures de cours statutaires.

Notes

1  Voir Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? de Christian Jacob, dans cette même collection.

2  Deux raisons expliquent pourquoi ces catégories d’archives ont été jusque-là peu utilisées. Elles sont en effet soit difficiles d’accès – voire pour certaines d’entre elles totalement invisibles dans les inventaires – soit difficiles à manipuler. L’accès à un fichier composé de plusieurs milliers de fiches ne peut se faire sans certaines précautions de conservation indispensables qui empêchent bien souvent de saisir le dispositif, et surtout son fonctionnement, dans son intégralité.

3  Le carnet est bien souvent un point de départ dans un processus de recherche. L’analyse de ce support a contribué à nourrir l’historiographie de certaines disciplines, en particulier l’ethnologie, qui l’a popularisé et même institutionnalisé dès la fin du xixe siècle. Du point de vue des pratiques savantes, le carnet donne à voir des procédures textuelles et rhétoriques tout à fait particulières. Il mêle des observations de situation, des sensations personnelles, des mémoires et des pensées plus vagabondes. C’est là que les opinions, tant sur des questions scientifiques que sur des thématiques sociales et politiques, apparaissent. C’est là encore que certains choix se manifestent et qu’il est possible de saisir les renoncements et les interdits qui peuvent jalonner le cours d’une recherche.

4  Le cabinet de travail ainsi que la bibliothèque de Jacques Derrida ont fait l’objet d’un travail du photographe Andrew Bush ; voir http://andrewbush.net/speech%20acts%20comp.html.

5  Il est important de connaître l’histoire des différentes mains par lesquelles les archives sont passées : descendants, veuves, archivistes… Le rapport aux documents comme à leur classement n’est pas le même.

6  S’intéresser à ce qui se trouve écrit sur ces pochettes montre aussi comment les chercheurs investissent la question du support. Tout est potentiellement lieu d’inscription : le dos d’une enveloppe, un bout de papier déchiré, un morceau de nappe, le bord d’un magazine ou d’un journal.

7  Le premier à avoir utilisé ce type de dispositif pour ses propres productions scientifiques est l’Abbé Rozier, en particulier pour la publication, en 1775 et 1776, de la Nouvelle table des articles contenus dans les volumes de l’Académie royale des sciences de Paris, depuis 1666 jusqu’en 1770, en 4 vol. in-4o. Pour ce qui est de l’usage administratif, cette pratique a été largement employée par l’anthropologie physique et la criminologie qui ont associé au fichage les potentialités de la photographie. Le passage du registre à la fiche ne se fit pas sans difficultés puisque l’administration s’est très vite heurtée à l’inflation des fiches, rendant les manipulations de plus en plus difficiles (Berlière et Fournié, 2011).

8  L’entreprise de papeterie Borgeaud, aussi appelée « La fiche » à partir des années 1930, s’occupa de fournir des casiers extensibles à la plupart des institutions de recherche parisiennes.

9  Dans Les Demi-Savants, livre composé de courtes histoires qui raillent, sur le mode de la satire, les théories évolutionnistes de son époque, A. van Gennep fait une description ironique de la pratique alors en vogue des fichiers. Il raconte l’histoire d’un jeune homme qui avait relevé tout ce qui se rapportait au mauvais œil dans la littérature française, puis dans l’antiquité classique, puis dans d’innombrables commentaires. Mais après le hongrois, le finnois, le basque, l’albanais, loin d’avoir fini son œuvre, le jeune homme s’occupa des recueils de voyages, des relations de missionnaires, des monographies, des revues ethnographiques : « Il passa alors à la deuxième partie de son programme : dépouiller les documents. Il reprit une à une ses fiches bibliographiques et se mit à lire, la plume à la main, tous les auteurs. […] Il y mit environ douze ans » (van Gennep, 1911).

10  Voir http://www.imec-archives.com/fonds/radkowski-georges-hubert-de/.

11  Chavigny précise, dans le cas des fichiers, qu’il est impératif d’éviter deux erreurs : recueillir des données trop vastes ou trop nombreuses et multiplier les subdivisions (voir p. 81 et 82).

12  De nombreuses publications concernant cet auteur ont vu le jour pour son centenaire en 2012, par exemple le numéro de la revue Le Portique (voir http://leportique.revues.org/2525?lang=en). On peut aussi aller voir ce documentaire retraçant une séance d’herborisation du savant dans les bois de Meudon : http://www.canal-u.tv/video/smm/a_g_haudricourt_et_ses_eleves_lecon_d_ethnobotanique_dans_les_bois_de_meudonmai_1986.11116.

13  Les historiens ont largement investi la pratique du fichier. Celui de Robert Mandrou, par exemple, représente cinq mètres linéaires de fiches manuscrites de dépouillement d’archives ainsi que de références bibliographiques de sources imprimées (Mazon, 1997). On peut orienter le lecteur vers L’Histoire continue de Georges Duby, ouvrage dans lequel il raconte son parcours, mais aussi ses gestes de médiéviste dans les archives du Mâconnais (Duby, 2010).

14  Sur les archives Devereux, voir : http://www.imec-archives.com/fonds/devereux-georges/. Une biographie est disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-le-coq-heron-2007-3-page-11.htm.

15  Ce principe est alors classique : noter le plus soigneusement possible le nom d’auteur, le titre exact, le nom de l’éditeur, l’année de publication, parfois même la référence de l’ouvrage et la bibliothèque dans laquelle l’ouvrage a été consulté.

16  On pourra se reporter à la notice biographique publiée par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) : voir http://www.inha.fr/spip.php?article2370.

17  Cette question du temps, et plus particulièrement du temps de travail, doit également nous conduire à prendre en consiédaration le rapport des chercheurs à l’argent. En effet, et comme pour toute activité salariée, il y a une relation qui a été pensée entre la longueur des journées de travail et les niveaux des salaires.

18  C’est au xviie siècle qu’apparaît la première définition du terme « agenda », mais ce n’est qu’à la fin du xixe siècle que les diaries modernes apparaissent sur le marché. Ils sont alors utilisés comme bloc-notes ou pense-bêtes. Les carnets d’adresses et les calendriers seront associés à ces livrets après la Première Guerre mondiale. Ce n’est finalement qu’au début des années 1920 que chaque jour de la semaine est décomposé suivant les heures de la journée, permettant ainsi à l’utilisateur de visualiser, d’un seul coup d’œil, les rendez-vous de la semaine sur une seule double page. Voir sur ce point les histoires croisées de Filofax (http://www.filofax.co.uk/visual-history) et de Quo Vadis (http://quovadis.eu/quo-vadis/notre-histoire/).

19  Meillet se dit souvent occupé, débordé, sans temps devant lui pour avancer à son rythme et comme il le souhaiterait. N’est-ce pas un paradoxe de paraître occupé dans un métier où, justement, l’on bénéficie de temps « libre », et où il est possible de gérer soi-même son emploi du temps ?

20  Il s’agit respectivement du Centre de documentation et de recherche sur l’Asie du Sud-Est et le monde insulindien – laboratoire qu’il a contribué à créer avec Georges Condominas et Lucien Bernot – et du Centre d’études et de recherches marxistes, actif entre 1960 et 1979.

21  Pour un des rares exemples de description de l’activité quotidienne d’un enseignant-chercheur, voir Legavre, 2009.

Table des illustrations

Légende Figure 3. Ces liasses de « papiers » et de notes éparses empilées sont l’œuvre du linguiste celtologue Joseph Vendryes (1875-1960), élève d’Antoine Meillet. Ces notes ont été prises lors de lectures préparatoires. Vendryes utilise tout type de papier pour écrire : papier blanc, publicités, épreuves de ses propres articles publiés, recyclées après avoir été découpées au format voulu. Comme l’explique Paul Chavigny dans son ouvrage, ce début du xxe siècle est marqué par le remplacement du classement vertical (celui des liasses) par le classement horizontal (les fichiers). C’est la fin des piles et le début des casiers aux fiches échancrées, perforées ou articulées. Vendryes est à la frontière, encore, entre les deux modes de travail.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-1.png
Fichier image/png, 2,7M
Légende Figure 4. Georges Amoudruz (1900-1975), spéléologue genevois spécialiste de la vie quotidienne de l’arc alpin occidental, a constitué une importante collection de plus de vingt mille objets et sept mille cinq cents images. Le plus surprenant reste ces mille deux cents classeurs thématiques emplis de notes éparses, de coupures de presse, de cartes postales, de prospectus, de tickets qui concernent la Suisse romande mais aussi le Valais, la France et une grande partie de l’Europe occidentale… Ce vaste regroupement qui couvre cinquante ans de recherche de terrain et de collecte nous montre aussi comment la question du classement est devenue un opérateur fondamental pour la production du savoir. En effet, la principale difficulté pour un ethnographe comme G. Amoudruz, c’est de parvenir à gérer la multiplicité des formats et des supports matériels (photographies, photocopies, cartes postales, coupures de presse, croquis, manuscrits, lettres, dactylogrammes, copie carbone, plan à l’échelle, enregistrements). Pour en savoir plus, voir http://www.ville-ge.ch/​meg/​collections_europe.php.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-2.png
Fichier image/png, 4,0M
Légende Figure 5. Extrait de la liste des fichiers présents sur l’ordinateur de Jacques Derrida. Concernant ses archives, on pourra se rapporter à l’inventaire en ligne de l’Imec : http://www.imec-archives.com/​fonds/​derrida-jacques/.
Crédits © Fonds Jacques Derrida – Imec
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-3.png
Fichier image/png, 360k
Légende Figure 6a. À l’instar de Michel Foucault, nombreux sont les chercheurs qui réemploient leurs travaux antérieurs. Ici le verso d’un des feuillet du tapuscrit de la première édition de L’Histoire de la folie à l’âge classique (1961) va lui servir à classer les sous-dossiers préparatoires aux Mots et les Choses (1966). En l’occurrence, il s’agit du dossier intitulé « analogie ». L’ensemble de ces dossiers est disponible sur le site de la Bibliothèque foucaldienne : http://lbf-ehess.ens-lyon.fr/​.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M
Légende Figure 6b. Recto du feuillet précédent sur lequel on peut lire un passage de L’Histoire de la folie
Crédits © Centre Michel Foucault – Daniel Defert/BNF
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-5.png
Fichier image/png, 2,7M
Légende Figure 7a. Jean José Marchand (1920-2011), critique littéraire, fondateur des Archives du xxe siècle à l’ORTF, fut un fidèle de la Bibliothèque nationale, dès l’Occupation où il y fut recruté comme bibliographe des revues. Il avait commencé ses recherches en établissant des fiches en marge du travail qui lui était demandé. Servi par une formation d’historien, il ne se départit jamais d’une méthode qui voit la liste primer. Ces fiches thématiques, pour les toutes premières, concernaient l’histoire de la poésie – mais elles témoignent souvent de domaines de recherches éloignés telles l’histoire politique, ou celle des religions. On y retrouve en tout cas l’énumération, l’effet d’abondance, la variété et son immensité, ainsi qu’une certaine forme de travail obsessionnel.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 7b.
Crédits © Coll. part.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Légende Figure 8. Fichier de A.‑G. Haudricourt
Crédits Fonds A.‑G. Haudricourt – Imec
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-8.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Figure 9. Fiche d’Henri Hubert liée à sa thèse – jamais achevée – sur l’ouvrage de Lucien concernant la déesse syrienne et son culte à Hiérapolis. Il n’existe aucune autre trace de ce travail. Cette fiche reproduit un bas-relief conservé au British Museum.
Crédits Fichier Henri Hubert – © MNHM
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-9.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Figure 10. Première page de l’un des carnets de Meillet, daté du début de l’année 1909.
Crédits © Collège de France – Fonds Meillet
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-10.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Figure 11. Agenda de A.‑G. Haudricourt.
Crédits Fonds A.‑G. Haudricourt – Imec
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/724/img-11.png
Fichier image/png, 1,9M