Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

 | 
Jean-François Bert

Archiver les sciences ou les manières de chercher ?

Texte intégral

1Avant d’étudier plus avant les archives des chercheurs, leur nature, leur traitement et leur incontestable intérêt dès lors qu’il s’agit d’analyser les modes de recherche dans les sciences sociales de la première moitié du xxe siècle, rappelons quelques étapes de la réflexion patrimoniale sur les archives de la recherche, des chercheurs et plus généralement des savoirs.

La récente prise en compte des archives de chercheur

2On résume souvent par deux projets le premier moment de cette réflexion sur les archives des savants. Ainsi le Mundaneum1, créé à l’initiative des juristes belges Paul Otlet (1868-1944) et Henri La Fontaine (1854-1943), est un projet habité par le rêve d’une taxinomie générale et totalisante des savoirs de l’humanité. Il s’agit de rassembler tous les savoirs du monde en les classant selon un système de classification décimale universelle (CDU) inventé pour l’occasion. Rebaptisé dans les années 1930 Institut international de documentation, le Mundaneum a rapidement été rattrapé par l’ampleur du développement technique et scientifique. Aussi, et malgré la passion d’Otlet pour les sciences de l’information et la rédaction de plus de sept millions de fiches bibliographiques, sa vision irréaliste de la synthèse des savoirs n’a jamais pu suivre le rythme des progrès de plus en plus rapides des sciences (Levie, 2006). S’ajoutent à cela, à partir des années 1930, des problèmes politiques et financiers qui mettront un coup d’arrêt définitif au projet.

3C’est à la fin de la même décennie que le palais de la Découverte, conçu par Jean Perrin en 1937, ouvre ses portes. Le palais avait au contraire pour but de montrer la science en train de se faire pour initier en même temps le public à la logique de la découverte scientifique qui jusque-là était enfermée dans le laboratoire. Ce dispositif tout aussi innovant que le Mundaneum a su articuler patrimonialisation, vulgarisation de la culture scientifique et reconstitution dans le but de donner à voir l’esprit scientifique. C’est ainsi que le palais a pu pérenniser ses actions (enseignements, expositions, médias) en établissant des liens forts avec l’université de Paris (Eidelmann et Welfelé, 1990).

  • 2  À cela s’ajoutent aussi les imprimés, les dessins cartes et plans, mais aussi les photos et les fi (...)
  • 3  Le texte de la loi du 3 janvier 1979 est consultable sur le site Légifrance : http://www.legifranc (...)
  • 4  La loi propose une définition volontairement large de l’archive en ne se référant ni à l’âge des d (...)

4Il faut attendre juin 1949 pour que la question de la collecte, du classement, de la conservation, et de la communication des archives scientifiques soit concrètement posée après la création, par Charles Braibant (1889-1976), alors directeur des Archives de France, de la sous-série AB XIX intitulée « papiers d’érudits et documents isolés ». C’est là qu’une première typologie des documents qui composent ces fonds « d’érudits » est mise en place (Charmasson, 2008). Trois types principaux ont été distingués : les documents à caractère biographique (comme les agendas et les carnets d’adresses), ceux à caractère proprement scientifique (notes de travail, documentation, notes de cours, correspondance envoyée ou reçue), enfin ceux administratifs et institutionnels qui sont relatifs à l’activité du chercheur dans son laboratoire2. Malgré cette distinction opératoire, une zone d’ombre va entourer la question des archives personnelles des savants et la loi de 1979 sur les archives, loi qui fait encore aujourd’hui autorité dans le Code du patrimoine3, n’y changera pratiquement rien. En effet, jamais l’archive privée n’y est définie avec précision, sinon par opposition aux archives publiques qui procèdent, de manière classique, de l’activité de l’État, des collectivités locales, des établissements et collectivités publics4. À ce flou législatif autour de la distinction du public et du privé qui explique en partie le retard pris par la France dans le cas du traitement de ses archives scientifiques, d’autres éléments doivent encore être pris en considération pour esquisser la situation actuelle de ces archives comme, par exemple, l’autonomie des universités, la transformation des modes de financement de la recherche, la propriété intellectuelle ou les droits d’auteurs (Luc, Méchine et Picard, 2014 ; Müller, 2012).

5C’est au début des années 1980, troisième moment pivot de la réflexion patrimoniale sur les archives scientifiques, que les archives des chercheurs comme celles des grandes institutions de la recherche vont être considérées comme des ressources utiles pour retracer l’évolution des politiques scientifiques. C’est à l’occasion de commémorations d’institutions prestigieuses comme l’Institut Pasteur, le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) ou encore le CNRS qu’émergent de nouvelles interrogations autour des influences intellectuelles, des détails techniques et instrumentaux propres à l’activité scientifique (Latour et Woolgar, 2006), ou encore de la nature plus ou moins contraignante du cadre décidé par les laboratoires et par les instances de la recherche sur l’activité des chercheurs (Lamy, 2010). La réponse à de telles interrogations passe par un long et patient travail d’archive.

6Ce regain d’intérêt pour les fonds privés des chercheurs a donné lieu à des échanges souvent fructueux entre chercheurs et professionnels des archives, surtout pour ce qui concerne le traitement des archives des sciences humaines.

7L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (Imec)5 a été à cet égard exemplaire. Créé en 1988, l’Institut a tout de suite cherché à dessiner entre les fonds d’archives déposés un effet de contemporanéité, permettant ainsi de renvoyer les chercheurs venus consulter un fonds spécifique vers d’autres fonds. Les inventaires font apparaître les différents liens qui peuvent se manifester soit par la correspondance échangée, soit par des amitiés ou des inimitiés reconnues, soit encore à travers l’aventure d’une revue (Corpet, 2002)6. Si la juxtaposition des fonds dans un même endroit permet un effet de croisement et d’enrichissement réciproque, c’est surtout la réalité complexe des pratiques savantes contemporaines qui apparaît, comme les multiples positions dans lesquelles œuvrent les savants, ou encore l’évolution de certaines lignes de partage (politique et idéologique) en fonction des événements sociaux ou académiques. Victime de son succès, l’Institut peine à suivre l’ensemble de ses 600 fonds d’archives privées, atteignant désormais les limites de ses capacités de conservation.

8Les réflexions techniques portant spécifiquement sur les archives des sciences humaines sont elles aussi, et depuis plus de quinze ans maintenant, la preuve de ce regain d’intérêt. Plusieurs outils permettent désormais au chercheur, comme au simple lecteur, de naviguer entre les diverses ressources textuelles et iconographiques qui peuvent composer une archive de chercheur. Le site Hyper Nietzsche7 a été de ce point de vue un système pionnier qui a ouvert la voie à d’autres propositions du même type, dont celle portant sur les archives textuelles sonores et visuelles de Michel Foucault8. Les archives du philosophe Jean-Toussaint Desanti (1914-2002), entièrement numérisées au plus près de l’état dans lequel elles avaient été découvertes9, ont permis de mettre en évidence le rôle déterminant des classements sur la lecture des œuvres, assumant même une véritable démarche collaborative10. C’est ce type de réflexion qui est engagée à l’Université libre de Bruxelles sur les archives de l’historien belge Henri Pirenne11.

9Ce « goût » pour les archives personnelles des chercheurs apparaît enfin dans la récente multiplication de grandes campagnes de collecte. Presque toujours suivies de témoignages de ceux qui ont été des acteurs directs de l’histoire de leur institution de rattachement, ces campagnes se donnent pour but de retrouver des pratiques, des lieux, des groupes, des instruments, des réseaux… Citons, à titre d’exemple, les entretiens réalisés pour les cinquante ans du CNRS, publiés dans les Cahiers pour l’histoire du CNRS12 ; le vaste programme mis en place dans les années 1990 par le Service d’histoire de l’enseignement de l’Institut national de la recherche pédagogique qui a permis de recueillir les témoignages des personnels dirigeants de l’Éducation nationale depuis 1945 ; ou encore « Archorales » de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), projet entamé depuis 1995, qui a donné lieu à la publication de nombreux témoignages de chercheurs désormais à la retraite13. L’Institut Pasteur a su quant à lui développer une politique d’archivage novatrice qui offre la possibilité à ses chercheurs de déposer leurs archives privées dans l’institution14. Il s’agit d’un modèle souvent cité en exemple pour sa manière d’appréhender la patrimonialisation de documents et de données scientifiques produites la plupart du temps collectivement.

  • 15  Cirad signifie « centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développeme (...)

10Outre les archives nationales et départementales, l’Imec, la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BLJD) ou la BNF, ainsi que les grands centres de recherches nationaux comme le CNRS, le Cirad, l’Institut de recherche pour le développement (IRD), le Collège de France, Sciences Po, l’École polytechnique ou l’EHESS, on peut trouver aussi des fonds de chercheurs au sein des universités qui se sont organisées, depuis 2007, autour du réseau Aurore, ainsi que dans les Maisons des sciences de l’homme (MSH), en particulier celles de Dijon, de Toulouse ou encore la Maison René-Ginouvès de Nanterre15. On peut encore ajouter les nombreux fonds conservés dans des institutions à vocation muséale comme le Muséum national d’histoire naturelle (MNHM) ou l’ancien musée national des Arts et Traditions populaires, aujourd’hui Mucem (musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) à Marseille.

Les limites d’un traitement archivistique classique

11Ces réflexions et ces actions, engagées tant du côté des archivistes que des chercheurs intéressés par l’histoire de leur discipline, montrent que l’usage des archives n’est pas dépourvu d’obstacles.

12La particularité des documents qui composent un fonds de chercheur, connu ou inconnu d’ailleurs, oblige le plus souvent à un traitement archivistique et scientifique à part. Chaque chercheur est ce « typapart » dont parle François Matheron lorsqu’il évoque son expérience d’inventaire du fonds Louis Althusser à l’Imec16. Chaque fonds est unique, que ce soit par le personnage concerné, son objet de recherche, la manière dont il le traite… Dès lors, à typapart, « embaumement archivistique à part » (Matheron et Moulier-Boutang, 2002). Un embaumement qui se complique dans le cas des sciences humaines et sociales où la pratique de la revisite a pris une certaine importance, en particulier dans le cas des « terrains » ethnographiques, sociologiques ou linguistiques. Très tôt l’ethnologie a développé une attention particulière envers ses archives17. La revue Gradhiva s’en était fait l’écho en 2002, soulignant les nombreuses spécificités de ces « papiers » d’ethnologues dont les matériaux de terrain forment la partie la plus passionnante et la plus originale :

les archives ethnographiques constituées en un certain lieu, à une certaine date, gardent la trace d’un temps passé, d’une époque révolue. Elles permettent, dès lors, quelques décennies plus tard, au même chercheur ou à d’autres, de revisiter son ou le terrain, « archives en main ». (Jamin et Zonabend, 2001)

13« Revisiter » une recherche scientifique, un terrain d’enquête ou une découverte à partir des archives disponibles ne doit pas s’entendre seulement sur un plan théorique, méthodologique ou critique (Laferté, 2006 ; Zonabend, 2011 ; Rochette, 2013). Il s’agit d’abord d’un geste topographique. « Aller » dans les archives, accomplir ce geste qui consiste à voir les documents, a pour premier effet de montrer des pensées « vivantes » qui n’ont jamais cessé de se reprendre, de se réorienter et de bifurquer. Des pensées indisciplinées, pour certaines, qui ont sans cesse été remises en question (par leurs auteurs ou par d’autres) et redéfinies en fonction des urgences et des soubresauts qui affectent le monde. Faire ce geste qui consiste à aller dans les archives, c’est prendre encore la mesure des investigations tâtonnantes qui jalonnent tout parcours intellectuel. C’est voir en acte des pratiques concrètes, comprendre la part du travail documentaire, saisir la place de certains gestes qui ont été patiemment et inlassablement répétés, mesurer l’importance de ces « savoir-faire » nécessaires à tout travail de recherche et qui peuvent se décliner dans plusieurs opérations tant manuelles qu’intellectuelles telles qu’observer, prélever, classer, hiérarchiser, mémoriser, calculer, interpréter, lire, écrire, annoter ou citer…

Comment archiver une activité ?

14Tout archiviste confronté à la collecte et au déménagement des archives d’un chercheur est amené à se poser un certain nombre de questions. En premier lieu il s’agit de savoir comment transférer dans les meilleures conditions possibles les archives d’un chercheur du lieu privé où elles ont été produites vers le dépôt qui va les accueillir et qui doit permettre leur mise à disposition, sans pour autant rompre le lien organique qui réunit l’ensemble des documents. Quelles traces de la science en train de se faire faut-il garder ? Quel est le critère discriminant que l’archiviste doit mettre en place pour choisir entre les fonds d’auteurs, puis pour établir des classements valable : la notoriété, le succès, l’intérêt, l’exemplarité, le statut ? Pour répondre à ces interrogations, il dispose de principes généraux qui doivent lui permettre d’inventorier des fonds où, bien souvent règne un chaos indescriptible. La correspondance reçue sera classée soit chronologiquement soit alphabétiquement. Les cahiers et carnets le seront chronologiquement (lorsque cela est possible). Les dossiers de travail, les notes de lectures et les brouillons seront quant à eux rassemblés thématiquement. Ce vade-mecum encore en vigueur dans tout bon manuel d’archivistique permet-il de répondre aux spécificités de ces archives (Nougaret et Éven, 2008) ? Peut-on envisager d’autres manières de faire, d’autres manières de prendre en compte les documents et, pourquoi pas, d’autres plans de classement dans lesquels serait prise en compte, d’abord, la dimension incarnée et matérielle des gestes du savant ?

15Le bureau deviendrait alors un lieu d’observation essentiel pour comprendre les grandes spécificités des pratiques et des opérations savantes de la première moitié du xxe siècle. En effet, comme le cabinet de curiosités, ou l’ensemble des instruments et des objets qui entourent le chimiste ou le physicien, le bureau et son fauteuil, mais aussi les fichiers de rangement, les corps des bibliothèques, ou les casiers extensibles qui permettent d’augmenter progressivement le nombre des tiroirs à fiches sont des éléments à prendre au sérieux car ils sont représentatifs des habitudes intellectuelles comme de la productivité des savants. Si l’inventaire, la description et l’histoire de ces objets liés à la recherche sont encore à faire avec précision (Jacob, 2011 ; Krajewski, 2011), le livre du docteur Chavigny sur l’organisation du travail intellectuel ne laisse planer aucun doute sur l’importance de ces dispositifs techniques durant la première moitié du xxe siècle :

Sur une table où les dossiers s’accumulent pêle-mêle en un enchevêtrement indéchiffrable, vous pouvez être assuré que sur ce bureau travaille quelqu’un qui peut être un laborieux, mais dont la productivité est relativement restreinte. Une table bien rangée, où chaque objet occupe sa place, est l’indice d’un esprit d’ordre. (Chavigny, 1918, p. 93-94)

  • 18  En 2011, les amateurs de Stendhal pouvaient profiter de trois lieux à Grenoble : le fonds de manus (...)
  • 19  C’est la chambre, jusqu’au lit même de Bousquet qui a fait l’objet d’une conservation patrimoniale (...)
  • 20  Voir sur ce point : http://imgur.com/taJdUQF.
  • 21  Il existe une biographie de Marcel Mauss, mais on peut renvoyer le lecteur vers un documentaire br (...)
  • 22  Plusieurs documents vidéo sont disponibles sur le site de la Radio télévision suisse (RTS) : http: (...)

16Une telle attention a été portée depuis plusieurs années aux outils, instruments et mobiliers d’écrivains qu’il s’agisse par exemple de Stendhal à Grenoble18, ou encore de Joë Bousquet à Carcassonne19 (Poisson, 2003). Dans le cas des sciences humaines et sociales, les exemples sont plus rares. La table, le bureau et la bibliothèque de Sigmund Freud (comme celle de Carl Gustav Jung d’ailleurs) ont fait l’objet d’une reconstitution fidèle20. Celui de l’anthropologue Marcel Mauss21 nous est connu par le biais des descriptions qu’il a pu en faire dans sa correspondance. Celui du psychologue et épistémologue Jean Piaget22 (1896-1980) était un véritable conservatoire de la diversité malacologique. Piaget passa plusieurs années, à partir de 1911, à étudier, y compris sur le terrain, cette branche de la zoologie, publiant même une série une série d’articles sur les mollusques de Suisse, de Savoie, de Bretagne et de Colombie. Il poursuivit cette carrière de naturaliste avant que la question de l’épistémologie ne devienne centrale dans ses préoccupations théoriques.

17Pour d’autres cas, nous possédons des photographies et des films. On connaît celle du bureau de Foucault, rue de Vaugirard23 ou encore celle de l’historien Henri Berr, assis derrière son bureau du 3étage de l’hôtel de Nevers24 qui contraste d’ailleurs avec celle du bureau d’Albert Einstein25. Il existe un film réalisé sur celui de Claude Levi-Strauss26. Tous ces exemples montrent l’existence d’un lien étroit entre l’activité scientifique et le lieu où celle-ci se déroule. Lien d’autant plus fort que depuis la fin du xixe siècle, les bureaux (comme meubles) ont pour fonction de pallier la profusion des ressources documentaires, d’en rendre l’accès à la fois aisé et rapide – mais aussi d’en organiser le rangement, par exemple en y ajoutant des tiroirs sur les côtés –, de les retrouver, alors qu’elles sont dispersées au sein d’ensemble plus vaste.

Figure 2.
Un travail de documentation est en cours sur les archives personnelles de Jean Piaget (1896-1980). Il s’agit d’étudier les nombreux aspects de « l’industrie » Piagetienne : des modes de construction d’un champ disciplinaire – la psychologie génétique –, à la transmission du savoir autour de Piaget et de ses collègues, en passant par les différents réseaux et les diverses stratégies de carrière qu’ils avaient mis en place. La question de son environnement de travail fait également partie de cette recherche27.

© Archives Jean Piaget

Numériser, pérenniser, mettre en ligne ?

  • 28  La tribune de Philippe Artières et de Mathieu Potte-Bonneville, publiée dans Le Monde des livres d (...)

18Ces trois objectifs sont d’autant plus fondamentaux aujourd’hui que la récente constitution de fonds d’archives de chercheurs en sciences sociales (archives privées mais aussi de laboratoires) pose frontalement la question du rôle que la numérisation doit jouer dans cette démarche de sauvegarde des traces de l’activité scientifique et savante28. Le cas sans doute le plus emblématique de cette réflexion actuelle est celui des correspondances. Cette catégorie est en effet la plus menacée par les innovations techniques. La multiplication des courriels, avec leurs corollaires d’envois multiples, d’accusés de réception, et peut-être surtout de pièces jointes sous formes multiples – fichiers texte, son ou image – rend leur conservation très difficile en même temps qu’improbable. Les moyens d’échanger entre chercheurs sont d’ailleurs de plus en plus nombreux : de la messagerie instantanée qui permet d’intervenir directement dans un projet jusqu’aux réseaux internes, en passant par les disques partagés et les outils de création collaboratifs qui permettent une participation concrète de tous les inscrits à un projet commun, sans oublier les plates-formes d’échanges de fichiers. Que restera-t-il de nos échanges formels et informels dans plusieurs années, pourra-t‑on en avoir une trace, de quel ordre ?

19Malgré la multiplication des sites et des portails qui ouvrent grand les portes des archives, comme celui concernant les « papiers » d’Albert Einstein, ouvert en 201229, il reste encore à savoir si la numérisation à grande échelle des documents relatifs au travail scientifique quotidien a un réel intérêt, et, le cas échéant, lequel ? Deux arguments sont mis en avant pour faire valoir ce choix « innovant » de la numérisation à grande échelle : libérer de l’espace de stockage et faciliter la communication (internationale) des documents (Potin, 2011). Pour autant, y a-t‑il un sens à vouloir numériser un fichier bibliographique, plusieurs exemplaires d’un même article corrigé ou les pages d’un ouvrage qui contiendrait des marginalia ou des inserts ? Il est de même tout aussi absurde de vouloir accumuler des archives inintelligibles pour nous en pensant que le futur et l’innovation technique saura s’en débrouiller. Difficile donc de répondre à cette nouvelle offre car elle dépend tout autant des capacités financières de l’institution que du temps que celle-ci voudra passer à constituer et à collecter l’ensemble des métadonnées nécessaires à la compréhension du document une fois celui-ci numérisé et mis en ligne. Un enjeu pourtant central car ce sont ces métadonnées qui devront servir à renseigner tout autant le contexte de création du document que son contenu. L’archiviste est d’ailleurs obligé de se mettre à la place du chercheur et d’anticiper sur ses besoins spécifiques. À cela s’ajoutent encore diverses contraintes techniques, dont l’évolution est rapide et ne cesse d’accélérer : des résolutions des images et des formats, les instruments de recherche qui doivent permettre de faciliter les croisements et de gérer sur le long terme des masses de plus en plus importantes de données30. On sait que ces logiciels de traitement, même s’ils sont de plus en plus performants, ont des difficultés à permettre une indexation en fonction du contenu – ce qui serait pourtant le plus efficace et le plus pratique. Seuls certains marqueurs peuvent être formellement reconnus comme les dates, les images ou les noms propres… Une reconnaissance d’autant plus difficile s’il s’agit, comme souvent pour un brouillon, d’une écriture manuscrite de mauvaise qualité.

  • 31  Plusieurs infrastructures rendent aujourd’hui possible un tel travail : le Centre informatique nat (...)
  • 32  Voir les informations présentées sur le site de l’Institut du numérique (http://ecrin.u-paris10.fr (...)
  • 33  Voir http://www.archivesportaleurope.net.
  • 34  Plusieurs normes sont aujourd’hui internationalement reconnues comme l’Encoded Archival Descriptio (...)

20Le développement récent des « humanités numériques » (ou « digitales ») ouvre sans aucun doute un nouveau champ d’études, mais pour ce qui concerne les archives savantes, il s’agit sans contredit d’un véritable tournant épistémologique. Le passage au tout numérique, à cette possibilité de donner accès aux documents et aux données à tous, tout le temps, tout de suite implique de facto de penser une nécessaire complémentarité entre les nombreuses professions concernées par les archives et leur traitement. Il s’agit par exemple de réfléchir ensemble aux conditions d’accès, aux conditions matérielles de consultation ou de reproduction, mais aussi aux pratiques de tri, à la durée de conservation, à l’organisation, aux inventaires, et surtout à la pérennisation des données31. Avec ce nouveau tournant du numérique, il devient possible de créer des bases de données en ligne ; de trouver un langage d’indexation adapté à la nature des documents, de permettre l’interopérabilité et donc plus de finesse dans la structuration de l’information32. Surtout, il est possible de lutter activement contre l’inévitable dispersion des archives créées par la pluralité des lieux de conservation en organisant une coordination scientifique comme c’est déjà le cas, au niveau européen, avec le portail européen des archives33. Il reste néanmoins plusieurs barrières à franchir – dont celle d’une formation commune qui permettra de s’entendre sur les méthodes, les langages et les outils de traitements et d’analyses des archives34.

Notes

1  Voir http://www.mundaneum.org/.

2  À cela s’ajoutent aussi les imprimés, les dessins cartes et plans, mais aussi les photos et les films.

3  Le texte de la loi du 3 janvier 1979 est consultable sur le site Légifrance : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000322519&dateTexte=19790105.
La loi a été reprise le 15 juillet 2008 avec cinq grands objectifs : adapter le droit applicable aux archives publiques, faciliter leur accès, donner un statut juridique aux archives des autorités politiques, améliorer la protection des archives privées classées et renforcer la protection des archives au moyen d’un réajustement des sanctions pénales : voir http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019198529. Plusieurs textes reviennent sur les principales conséquences en termes de recherche de ces deux lois : Laurent, 2003 ; Combe, 2010 ; Birnbaum et Herzberg, 2008 ; Cœuré et Duclert, 2011. Pour une revue de presse concernant la loi de 2008, on pourra aussi se tourner vers : http://www.parlements.org/actualites/projet_de_loi_relatif_aux_archives_2008.html.

4  La loi propose une définition volontairement large de l’archive en ne se référant ni à l’âge des documents, ni à la nature des supports, ni aux lieux de conservation.

5 Voir http://www.imec-archives.com.

6  L’opération de l’Imec avait été précédée en Allemagne par les archives littéraires de Marchbach qui fonctionnent, elles aussi, sur cette technique de la juxtaposition : http://www.dla-marbach.de.

7  Devenu aujourd’hui Nietzsche Source : voir http://www.nietzschesource.org.

8  Voir http://portail-michel-foucault.org.

9  Voir http://institutdesanti.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique4.

10  Il existe aujourd’hui de nombreux logiciels qui permettent de rédiger des descriptions d’archives conformes aux normes DACS (Describing Archives: a Content Standard) et de faire des imports et des exports conformes à l’EAD (Encoded Archival Description). Pour les plus célèbres : Text Encoding Initiative (TEI), Picture Encoding Initiative (PEI), Functional Requirements for Bibliographic Records (FRBR), Cultural Records Modelling (CRM), Open Archival Information System (OAIS), Archivists’ Toolkit (AT).

11  Une partie de ses textes publiés est mise en ligne via la Digithèque de l’université, qui contextualise bien son œuvre : http://digitheque.ulb.ac.be/fr/digitheque-henri-pirenne/index.html.

12  Le CNRS a mis aussi en place le programme ARISC (Archives issues des sciences contemporaines) qui se proposait d’étudier les documents, matériaux et objets produits et utilisés dans la recherche à partir des années 1950 : http://www.dgdr.cnrs.fr/mpr/pratique/archives/archives.htm.

13  Voir http://www7.inra.fr/archorales.

14  Voir http://www.pasteur.fr/infosci/archives/f-col.html.

15  Cirad signifie « centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement » ; quant au réseau Aurore, il s’agit du réseau « des archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants ». Pour le Collège de France, voir https://salamandre.college-de-france.fr ; pour Science Po, voir http://www.sciencespo.fr/content/10819/mission-archives ; pour l’EHESS, voir http://www.ehess.fr/archives ; et pour la Maison René-Ginouvès, voir http://archives.mae.u-paris10.fr.

16  Pour en savoir plus sur ces archives : http://www.imec-archives.com/fonds/althusser-louis.

17  Suite, principalement, à la création en 1996 du Fonds Marcel Griaule à la bibliothèque Éric-de-Dampierre de l’université de Nanterre.

18  En 2011, les amateurs de Stendhal pouvaient profiter de trois lieux à Grenoble : le fonds de manuscrits à la bibliothèque d’étude, l’appartement natal de Stendhal et l’appartement du grand-père.

19  C’est la chambre, jusqu’au lit même de Bousquet qui a fait l’objet d’une conservation patrimoniale. Blessé au front en 1918, Bousquet a vécu alité jusqu’en 1950. C’est là qu’il recevait Louis Aragon, André Gide, Jean Paulhan, Saint-Exupéry mais aussi Max Ernst ou René Magritte.

20  Voir sur ce point : http://imgur.com/taJdUQF.

21  Il existe une biographie de Marcel Mauss, mais on peut renvoyer le lecteur vers un documentaire brésilien Mauss segundo suas alunas, disponible en ligne : http://youtu.be/4_bsGMv1Ns8.

22  Plusieurs documents vidéo sont disponibles sur le site de la Radio télévision suisse (RTS) : http://www.rts.ch/archives/dossiers/3478093-jean-piaget-et-les-chemins-de-la-connaissance.html.

23  Voir http://specularimage.files.wordpress.com/2011/10/foucault_bureau.jpg.

24  Voir http://cirphles.ens.fr/caphes/centre-documentaire/fonds-collectes/fonds-institutionnels/article/henri-berr-1863-1954-et-le-centre.

25  Voir http://timpanogos.wordpress.com/2011/12/30/missing-typewriter-of-the-moment-albert-einstein/.

26  Voir http://www.myskreen.com/emission/archives/3172750-plans-du-bureau-de-claude-levi-strauss-avec-des/.

27  Pour en savoir plus, voir http://www.unige.ch/rectorat/maison-histoire/Recherche/fabrique-des-savoirs/Equipesderecherche/Equiperatcliff.html.

28  La tribune de Philippe Artières et de Mathieu Potte-Bonneville, publiée dans Le Monde des livres du 17 mai 2012 et concernant le devenir des archives Foucault et leur possible numérisation en est un exemple (Artières et Potte-Bonneville, 2012).

29  Voir http://www.alberteinstein.info.

30  Cette question de l’évolution des données est d’autant plus sensible dans le cas des archives de chercheurs que les universités, en s’autonomisant, se sont regroupées en grands établissements. Il s’agit désormais de savoir comment faire pour archiver des données volumineuses (données quantitatives, corpus textuels, collections photographiques, audiovisuelles, etc.) mais aussi, et si l’on en reste à la vie d’un chercheur, les disques durs, forums, blocs-notes en ligne, courriels, dépôt d’archives ouvertes, archives d’éditeurs, comptes Twitter, Facebook ou d’applications et de stockage en ligne qu’il utilisera tout au long de sa vie scientifique… À cela s’ajoute encore trois situations critiques que les archivistes tentent de prévenir : 1o les changements de matériel, notamment d’ordinateur ; 2o les déménagements ; 3o les départs définitifs (mobilité ou retraite).

31  Plusieurs infrastructures rendent aujourd’hui possible un tel travail : le Centre informatique national de l’enseignement supérieur (CINES – voir http://www.cines.fr/) ou la très grande infrastructure de recherche des Humanités numériques (TGIR Huma-Num – voir http://www.huma-num.fr/) qui se proposent de traiter, diffuser et conserver des données textuelles, orales, iconographiques et audiovisuelles à grande échelle.

32  Voir les informations présentées sur le site de l’Institut du numérique (http://ecrin.u-paris10.fr/) ou sur celui de la MSH de Dijon, pionnière dans le traitement des archives des sciences humaines (http://msh-dijon.u-bourgogne.fr/ressources/etat-des-lieux-des-corpus.html).

33  Voir http://www.archivesportaleurope.net.

34  Plusieurs normes sont aujourd’hui internationalement reconnues comme l’Encoded Archival Description (EAD, 2002 pour la version désormais en vigueur) qui permet une description ouverte, mais aussi d’opérer en réseau et de dialoguer avec d’autres modèles de description en utilisant les possibilités offertes par le langage XML (Extensible Markup Language ou en français : langage de balisage extensible). Cette structuration de l’information est aussi associée à la norme générale et internationale de description archivistique ISADG. Pour le versant numérique, il existe la norme OAIS (Open Archive Information System, soit système ouvert d’archivage de l’information) qui décrit les fonctions d’un système d’archivage électronique et assure la pérennisation de l’information numérique. Les Archives nationales ont mis en ligne plusieurs didacticiels sur ce point précis de l’encodage ; voir http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/classement/normes-outils/ead/.

Table des illustrations

Légende Figure 2. Un travail de documentation est en cours sur les archives personnelles de Jean Piaget (1896-1980). Il s’agit d’étudier les nombreux aspects de « l’industrie » Piagetienne : des modes de construction d’un champ disciplinaire – la psychologie génétique –, à la transmission du savoir autour de Piaget et de ses collègues, en passant par les différents réseaux et les diverses stratégies de carrière qu’ils avaient mis en place. La question de son environnement de travail fait également partie de cette recherche27.
Crédits © Archives Jean Piaget
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/723/img-1.png
Fichier image/png, 2,1M