Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Interactions, positionnements

Texte intégral

1Nous avons jusqu’à présent évoqué différents types de lieux de savoir, qu’il s’agisse de villes, de bâtiments, de tables de travail, d’écrans ou d’inscriptions. Au-delà de leurs différences d’échelle et de matérialité, ces lieux partagent une caractéristique commune : ils sont des lieux de construction, de fixation et de communication des savoirs ; ils sont des lieux d’archivage et de conservation des inscriptions et des artefacts produits pas ces savoirs ; ils sont aussi des lieux de réactivation et d’appropriation des savoirs. Ces trois aspects sont indissociablement liés : il n’est de lieu de savoir que constitué par des pratiques associant les gestes de la main, les opérations mentales, les interactions sociales.

2C’est sur ce dernier aspect que je voudrais apporter à présent quelques éléments de réflexion : les lieux de savoir comme scènes d’interactions.

3Les lieux de savoir peuvent résulter de la disposition des acteurs les uns par rapport aux autres dans un espace physique : par exemple un enseignant-chercheur face à un amphithéâtre ou entouré par ses étudiants dans un séminaire ; un maître-artisan à côté de son apprenti ; des techniciens et des chercheurs dans une salle de laboratoire ; les membres d’un jury face à un candidat ; des interlocuteurs face-à-face dans une discussion formelle ou informelle. Ces différentes situations sont déterminées par des configurations spatiales et des dispositifs mobiliers, la salle de séminaire, la salle de colloque ou de conférence, l’amphithéâtre, l’atelier, le laboratoire scientifique, mais aussi et surtout par des rituels et des routines, qui distribuent les positions et les rôles de chacun, les modalités d’action et de prise de parole, les protocoles de travail, les règles d’interaction. Les degrés de proximité et de distance, la répartition spatiale des acteurs et la possibilité ou non de circuler, les gestes et les registres de la voix, les formes d’autorité qui font circuler ou monopolisent la parole, les rapports de pouvoir et les hiérarchies implicites ou explicites sont autant d’aspects régis par des conventions, le plus souvent non écrites, qui perpétuent dans la vie académique contemporaine une dimension rituelle et parfois initiatique – que l’on pense aux séminaires ou aux soutenances de thèse, véritable épreuve qualifiante pour les impétrants (Clark, 2006, 2007).

4Ce n’est pas seulement dans la parole vive et les interactions physiques que s’affirment ces jeux de positionnements, symétriques ou dissymétriques, institutionnalisés ou non. Les registres de la communication médiatisée par l’écrit, manuscrit, imprimé et aujourd’hui numérique (courriels, interactions sur les réseaux sociaux…), tissent de multiples liens, matérialisent des appartenances disciplinaires et communautaires, déploient des codes, implicites le plus souvent, pour moduler les proximités et les distances, pour éclipser ou affirmer les hiérarchies, pour intégrer ou exclure.

5Un exemple particulièrement intéressant est offert par les pratiques de signature des articles scientifiques contemporains. La cosignature, qui peut parfois aligner des dizaines de noms, est régie par des codes tacites, parfois controversés, où les positions de chacun sont signifiantes, la première position étant généralement celle du chercheur à l’origine de l’expérimentation, la dernière étant celle du directeur d’équipe ayant rendu la recherche possible en mettant à disposition des équipements, des financements, des ressources humaines. Les noms des signataires intermédiaires peuvent recouvrir une grande diversité de statuts : techniciens, doctorants, collègues, mais aussi des chercheurs étrangers au processus d’expérimentation et de rédaction, dont la mention s’explique par une économie de la rétribution pour services rendus, entre différentes équipes, ou encore celle de chercheurs expérimentés qui apportent leur autorité institutionnelle aux chercheurs plus jeunes qu’ils parrainent. La liste des signataires déploie donc une écologie spécifique du travail scientifique, selon l’expression du sociologue David Pontille, avec sa hiérarchie, ses clivages, ses multiples positionnements (Pontille, 2012).

6Les lieux de savoir peuvent donc être institués par des positionnements abstraits. Dans le monde académique contemporain, les acteurs des savoirs peuvent se définir comme des insiders, comme des spécialistes inscrits dans un lieu disciplinaire bien identifié, reconnus dans un champ intellectuel ou institutionnel. Ils peuvent avoir l’assurance de ceux qui ont patiemment investi, délimité et fortifié un terrain particulier, dont ils sont reconnus comme les occupants légitimes, voire exclusifs par leurs pairs. D’autres acteurs, en revanche, sont des outsiders, des nomades et des braconniers, qui traversent différents champs intellectuels en suivant la logique ou les contingences d’un itinéraire intellectuel et professionnel. Les régimes de la sédentarité et du nomadisme dans les espaces savants ne définissent pas une polarité absolue, mais déploient plutôt un arc de positionnements possibles relevant de tactiques ou de stratégies particulières. La mobilité intellectuelle peut en effet favoriser l’importation de mots, de concepts, d’instruments, de textes d’un champ intellectuel à l’autre. Au-delà de la métaphore du braconnage proposée par Michel de Certeau, on peut caractériser des styles savants par les stratégies spatiales qui les sous-tendent, comme la fondation, l’approfondissement, la délimitation, le passage, le déplacement, le quadrillage, le relevé cartographique. Ces stratégies sous-tendent les projets intellectuels, la portée des œuvres, mais aussi le déroulement des carrières, l’insertion dans des communautés et des traditions qui peuvent être fracturées par de multiples clivages.

7Tout praticien, tout détenteur d’un savoir s’inscrit en effet dans un lieu qui lui est propre, mais qu’il partage nécessairement avec d’autres, un lieu qui se définit comme le nœud d’un ensemble de relations : l’appartenance à un milieu professionnel, à une institution ou à une discipline, détermine son identité, son autorité, sa sphère d’activité et sa circulation sociale ; son ancrage dans une tradition, dans une généalogie de maîtres et d’autorités, dans un champ intellectuel, dans une bibliothèque. Ces formes d’appartenance vont de pair avec des traits de comportement, des manières de dire et de faire, une éthique et un ethos, des modes de présentation de soi et de rapport aux autres. Ces dispositions acquises par différentes épreuves qualifiantes (initiation, examens, concours, soutenance de thèse, etc.) ainsi que par l’imitation de modèles et la soumission à des normes et à des autorités définissent ce que Pierre Bourdieu désigne comme l’habitus, un ensemble de qualités incorporées qui tiennent lieu de marqueurs identitaires, de signes de reconnaissance et de légitimité pour ceux qui les partagent (Bourdieu, 1984).

8Le lieu qu’un artisan, un chercheur, un savant, un lettré, un maître spirituel, un expert occupent dans la société et la culture de leur temps se définit par des liens de proximité, d’obligation, de filiation intellectuelle, de collégialité, par des alliances, mais aussi par des écarts, voire des fossés et des lignes de front qui les opposent à des concurrents, à des adversaires idéologiques ou politiques, à des institutions ennemies, à des choix spirituels ou intellectuels incompatibles. De multiples facteurs peuvent alimenter cette conflictualité : personnels, politiques, religieux ou épistémologiques.

9Ces rapports de proximité et de distance ne définissent pas seulement des positionnements statiques, qui se traduiraient par un lieu stable sur la carte des savoirs comme sur l’échiquier des rapports de force et des relations sociales. Ils se négocient et se reconfigurent de manière permanente dans les pratiques savantes elles-mêmes, dans les opérations techniques et intellectuelles, à l’oral comme à l’écrit. Les notes de bas de page et la bibliographie d’un article, d’un livre ou d’une thèse aujourd’hui sont à cet égard très révélatrices : c’est une fracture invisible, mais souvent très significative, qui sépare les auteurs cités de ceux passés sous silence, les auteurs contestés et critiqués de ceux qui sont mis en avant et suivis, les sources qui donnent une impulsion à un travail de celles qui conduisent à des impasses. Ce faisant, le chercheur choisit son camp, noue des alliances, se rapproche de certaines autorités et prend ses distances par rapport à d’autres, attaque de front la communis opinio ou se réfugie dans les savoirs consensuels (Grafton, 1998). Par ces jeux de positionnements, les notes contribuent à valider les faits et les interprétations auxquels elles renvoient. Les notes peuvent stabiliser temporairement la ligne de front d’une controverse, ou la déplacer dans un sens ou dans l’autre. Elles participent en effet d’une rhétorique de la preuve. Lester un argument d’un grand nombre de sources premières ou secondaires rend plus difficile, voire impossible sa contestation. Les notes inscrivent l’auteur dans une continuité, dans une tradition. Inversement, elles permettent parfois de saper l’autorité d’un collègue ou d’un prédécesseur. Il s’agit bien là de jeux tactiques où l’on fortifie sa position, où l’on mine celle des autres, où l’on recherche les alliés les plus efficaces, où l’on tente de débaucher les alliés de l’adversaire. De même les liminaires, les remerciements, les hommages aux maîtres et autres éléments des paratextes académiques, sont des topoï rhétoriques à l’efficacité redoutable, ils figent pour un temps la carte toujours mouvante des champs d’opérations savantes. Ils ont une valeur performative, en entourant l’auteur d’une armée d’alliés, en fortifiant son ancrage disciplinaire, son identité intellectuelle, son appartenance à une école ou à une institution, ou au contraire en exposant sa position d’avant-garde, voire de rupture. Les expressions convenues de la reconnaissance et de la filiation ont pour effet de marquer l’intégration dans une lignée savante : tout en affirmant son obligation aux maîtres et aux collègues, on affirme aussi un désir d’émancipation, l’ambition de devenir maître à son tour (Waquet, 2008).

10Un savant, un chercheur, un lettré, en évoquant ses prédécesseurs, en lestant ses écrits de notes et de références bibliographiques, crée donc un espace de dialogue et d’échanges, ce qu’Anthony Grafton appelle des « conversations » (Grafton, 1998, p. 176), mais que nous pourrions aussi définir comme une « arène », en reprenant ce concept à la sociologie interactionniste. Dans cette arène, les auteurs convoqués, avec leurs hypothèses, leurs idées et leurs apports documentaires contribuent à la construction du savoir. Qu’il s’agisse de contemporains ou de devanciers plus anciens, l’auteur peut interagir avec eux, leur emprunter des matériaux. Le texte savant est ainsi un atelier dans lequel de multiples acteurs peuvent être à la tâche, une arène où interagissent de multiples instances, des humains, des textes, et parfois des machines et des objets d’expérimentation.

11Pour illustrer ces jeux de positionnements à l’intérieur même d’un texte savant, je prendrai l’exemple de la Géographie de Strabon, un auteur grec dont l’activité coïncide avec le principat d’Auguste, au début de l’ère chrétienne. Depuis l’école d’Aristote à Athènes, au ive siècle av. J.-C., les bibliothèques permettent de dérouler la généalogie des champs de savoir ou de certains problèmes intellectuels, de leur assigner des fondateurs, d’identifier les prédécesseurs proches, de valider les sources faisant autorité et d’écarter les auteurs trop peu fiables pour être utilisés. L’enjeu est de taille dans un savoir comme la géographie, puisque la description de la terre comme le tracé d’une carte reposent presque exclusivement sur des sources écrites, sur les informations livrées par les géographes, historiens et voyageurs antérieurs ou contemporains. Faute de pouvoir vérifier les informations relatives aux régions les plus éloignées, on se base sur la crédibilité et la fiabilité des auteurs qui en sont la source. Le choix de ces auteurs est donc fondamental : la présence ou le retrait d’une île sur la carte, la latitude d’une région, l’orientation d’une chaîne montagneuse en Inde dépendent de la crédibilité de l’informateur utilisé, en particulier lorsque plusieurs auteurs donnent des informations contradictoires et incompatibles. Le traité de Strabon s’ouvre ainsi sur une histoire de la géographie qui est aussi le tribunal des prédécesseurs : leur crédibilité même est passée au crible. On peut s’appuyer sur un auteur qui a lui-même commis des erreurs involontaires, qui ignore l’existence de certaines régions car elles n’étaient pas connues de son temps, mais qui a dit vrai dans la plupart des cas. En revanche, il faut rejeter totalement l’auteur pris en flagrant délit de mensonge, de fiction. Un seul mensonge avéré disqualifie l’informateur et l’ensemble de son œuvre. Celui-ci doit dès lors être exclu de la lignée des géographes, du champ de la géographie et il ne faut plus le citer du tout. Il faut donc déterminer, auteur par auteur, si l’on a affaire à des erreurs ou à un mensonge. Strabon consacre les deux premiers livres de sa Géographie à cette critique, pour déterminer leur fiabilité, mais aussi à la façon dont ces prédécesseurs ont eux-mêmes sélectionné leurs sources : critique au second degré, où l’on remonte le fil de la tradition savante pour exclure des informateurs, et donc des informations géographiques. Cet exercice critique, cependant, est régulé par des principes éthiques : il ne faut pas se comporter en polémiste hargneux, il ne faut pas reprocher aux prédécesseurs des erreurs par définition involontaires, il faut respecter une certaine mesure. En explicitant ces principes, Strabon invite les géographes qui lui succéderont à les lui appliquer. Il construit ainsi sa propre position dans la continuité de la tradition géographique, entre ses prédécesseurs et ses successeurs. Il se soucie aussi de la réception de son œuvre et de la forme de critique qui lui sera appliquée.

12Strabon nous invite à réfléchir aux ruses tactiques, aux principes juridiques, aux coups de force rhétoriques qui animent et sous-tendent les controverses scientifiques. Duels en face-à-face, affrontements par tiers interposés, les controverses tiennent une place importante dans les deux premiers livres de la Géographie. Entre Ératosthène, Hipparque, Posidonius et Strabon lui-même, sur trois siècles de distance, on observe différents angles d’attaque, de franches offensives, des contre-offensives aussi. Les péripéties des controverses sont sédimentées dans le texte de Strabon, à la fois archive, terminus ante quem, et scène juridique. Il revenait sans doute à son lecteur de prendre position, comme médiateur, comme juge, éventuellement comme nouveau géographe qui serait conduit à reconsidérer toutes les étapes du débat.

13Toute activité savante implique un lieu, un positionnement dans l’espace : devant et derrière soi, au-dessus et en dessous, d’un côté et de l’autre. On se situe par rapport à des traditions, par rapport à ceux à qui nous transmettons, par rapport à la pensée des autres, par rapport aux objets sur lesquels on travaille. On se situe parfois aussi par rapport à la transcendance, qui définit le champ des savoirs humains, ses limites, leur vérité, leur finalité. Les acteurs se situent par rapport à leurs contemporains, dans des jeux d’alliance, de concurrence, de conflictualité, ou simplement de coexistence et d’indifférence. La métaphore du lieu permet de rendre compte non seulement de la position que l’on occupe, du lieu d’où l’on parle, d’où l’on pense, d’où l’on écrit, d’où l’on travaille, mais aussi des configurations spatiales créées par l’activité savante elle-même, qu’elle soit technique, artistique, lettrée, scientifique.

14Dans la communauté d’étude réunie autour d’Aristote, dans le gymnase du Lycée à Athènes, au ive siècle, la bibliothèque personnelle du chef de l’école témoigne du rôle nouveau dévolu aux livres dans la construction des savoirs. Les œuvres des prédécesseurs, en particulier des « physiciens » présocratiques, s’intègrent dans un horizon intellectuel et offrent différentes réponses à des questions fondamentales, sur le monde naturel, son origine, ses éléments constitutifs, les phénomènes qui s’y produisent. La continuité et la cohérence des traités anciens sont déconstruites pour en extraire des « opinions » (doxai), regroupées par sujets : leur juxtaposition, leur confrontation et leur examen critique révèlent une pluralité de thèses incompatibles, mais constituent aussi l’horizon des recherches aristotéliciennes pour apporter des réponses nouvelles et décisives à ces questions fondamentales qui étaient posées. La forme de la doxographie repose sur des opérations concrètes de lecture, de copie, de réécriture, de juxtaposition d’énoncés décontextualisés. Elle prend sens par le positionnement intellectuel d’un lecteur, d’un scripteur qui compare, critique, met à l’épreuve, réfute les différentes thèses proposées, faisant de la discussion le moyen de parvenir à une nouvelle solution au problème posé. Cette pratique intellectuelle crée un espace utopique, un temps uchronique, où des philosophes disparus peuvent contribuer au travail d’une pensée vivante et dialoguer avec elle, jouer un rôle dans leur propre dépassement, dans la quête de la vérité. Il serait d’ailleurs intéressant de rechercher les modèles sociaux, politiques et institutionnels qui sous-tendent ces positionnements : tribunal où l’on juge de la crédibilité des sources et de la fiabilité des témoignages, lieu d’enseignement où l’on est soumis à une autorité, agora du débat contradictoire.

15À titre d’hypothèse pour des recherches futures, on pourrait s’interroger sur les lieux spécifiques d’où l’on pense, d’où l’on apprend, d’où l’on enseigne, d’où l’on parle. La théorie de l’énonciation, développée par Roman Jakobson, identifie le lieu propre du locuteur – je, ici, maintenant –, et analyse les formes d’embrayage qui articulent ce lieu avec l’objet, le lieu, la temporalité de l’énoncé, qu’il s’agisse d’un récit, d’une description ou encore d’un énoncé abstrait. Selon les propriétés syntaxiques et logiques des langues, mais aussi selon les contraintes qui régulent les différents genres discursifs, un locuteur peut passer de son lieu propre vers des lieux, des temporalités, des objets plus ou moins lointains. Son énoncé permettra la transition entre l’un et les autres, selon les modalités du savoir, du croire, du discours rapporté, de la tradition, de l’observation directe, du questionnement. Plus généralement, tout rapport au monde, au temps ou à l’espace est inscrit dans un lieu qui oriente et informe ce point de vue : ce lieu est déterminé par une langue, par une culture, par une organisation sociale, par des traditions et leurs savoirs spécifiques. Malgré les effets d’uniformisation et de standardisation de la mondialisation contemporaine, la vision du monde d’un étudiant sur un grand campus américain est différente de celle d’un pasteur dans une société tribale africaine, d’un moine bouddhiste au Tibet ou d’un pêcheur inuit.

16De même, on pourrait comparer, dans la diversité des périodes historiques, des sociétés et des aires culturelles, les positionnements et le rapport d’un lecteur à un texte, d’un auditeur à un discours, d’un philosophe à un concept, d’un historien à ses sources, d’un scientifique aux corps ou aux phénomènes qu’il étudie, d’un mathématicien à son problème, d’un artisan à la matière brute qu’il travaille. Ces différents positionnements sont des constructions culturelles et sociales, acquis par des savoir-faire, formalisés par des apprentissages et des modèles, par des traditions savantes porteuses de techniques intellectuelles et de savoirs pratiques.

17Une catégorie particulière de lieux de savoir réside en effet dans les modalités du face-à‑face des acteurs avec les objets de la pensée, matériaux bruts, organismes vivants, mots, idées, concepts, discours, phénomènes naturels. Ces lieux de savoir impliquent des positionnements du corps, de la main, du regard, de l’intelligence, de l’imagination face à ces objets. André Leroi-Gourhan a médité dans des pages superbes sur l’homme de Néandertal qui prenait en main un bloc de pierre, le faisait tourner sous ses yeux avant de porter le premier coup avec un percuteur qui débiterait la première lame d’une série aussi importante que possible (Leroi-Gourhan, 2009, p. 143-146). De même un érudit, un lettré, un scientifique adoptent par rapport à leurs objets des positionnements, des angles de vision particuliers, verticalement, horizontalement, de biais, de près, de loin. On ne travaille pas de la même façon un objet intellectuel selon qu’on l’affronte de face, qu’on le circonscrit ou le déconstruit ou encore qu’on l’approche par différentes médiations, avec un outillage spécifique. L’effort, les ressources tactiques et stratégiques, la temporalité, les instruments ne sont pas les mêmes. L’espace matériel configuré par le travail savant, celui de l’écriture, de la lecture, de l’expérimentation ou de la réflexion se double d’un espace mental où surgissent des hypothèses, où est mobilisé un savoir antérieur, où sont testés différents scénarios opératoires, différents outils méthodologiques. L’interprétation d’un texte, par exemple, se joue dans le face-à-face avec l’écrit, mais aussi dans le questionnement mental, dans la perception d’une structure logique ou de jeux formels, dans l’identification de liens avec d’autres textes que l’on a mémorisés, dans l’activation des savoirs acquis. La traduction d’un texte implique le maniement d’un dictionnaire, mais aussi des opérations mentales de construction du sens, de structuration des phrases, d’identification morphologique des mots, de mise à l’épreuve de différentes hypothèses lexicales, de transposition du sens entre des univers sémantiques intraduisibles. Le travail de rédaction d’un article ou d’un livre universitaire se déploie lui aussi entre des opérations matérielles – saisir le texte sur un clavier d’ordinateur, le voir s’afficher sur l’écran – et des opérations mentales, par lesquelles des idées, des questions, des hypothèses sont traduites en mots et en phrases.

18On pourrait ainsi imaginer une histoire des savoirs qui reposerait sur l’observation de ces positionnements, matériels ou immatériels, physiques ou intellectuels, et des dynamiques qui les reconfigurent et les déplacent. Cette histoire pourrait se déployer sur différentes échelles, macro ou microscopiques, dans la diachronie, dans la synchronie, et s’attacher à comprendre les modalités d’interaction des acteurs à l’intérieur des mondes savants auxquels ils appartiennent, mais aussi avec leurs objets de pensée, leurs matériaux de travail, leurs prédécesseurs, leurs contemporains et leurs successeurs.

19On pense, on écrit, on imagine, on fabrique toujours depuis un lieu particulier, non seulement un lieu géographique, un lieu physique, un lieu institutionnel, mais aussi depuis un lieu où sont sédimentés les savoirs antérieurs, les choix théoriques, les influences, les savoir-faire intériorisés.