Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Les inscriptions

Texte intégral

  • 1 Quelques pistes bibliographiques : Lynch et Woolgar éd., 1990 ; Palsky, 1996 ; Pauwels, 2005 ; Kemp (...)

1Après les lieux construits et les plans de travail, j’en viens à une troisième catégorie de lieux de savoir, que je désignerai par le terme générique d’« inscriptions ». J’entends par là non seulement les textes écrits, mais aussi les schémas, les tableaux, les cartes, les photographies, les images, les diagrammes1. Ces inscriptions peuvent être produites par les technologies les plus primitives comme les plus sophistiquées, du graffiti sur un rocher à l’imagerie médicale par résonance magnétique nucléaire. Elles peuvent être uniques ou reproduites en de multiples exemplaires par des moyens manuels, mécaniques ou numériques. Ces lieux de savoir graphiques au sens large ne sont pas seulement les supports de fixation et d’archivage d’un savoir qui leur préexisterait. Ils construisent ce savoir, ils l’objectivent, ils le matérialisent. Ils l’inscrivent dans le champ du regard, de l’interprétation et de la circulation sociale. Ce sont donc des dispositifs actifs, des interfaces entre celui qui les a produits et celui qui les déchiffre et les utilise. La production des inscriptions suppose des opérations intellectuelles et techniques particulières. De même, leur réception et leur interprétation sont aussi des opérations créatives et pour une certaine part imprévisibles, non réductibles au décodage mécanique d’un ensemble de signes. Pour son producteur comme pour son lecteur-interprète, l’inscription donne forme et matérialité à l’invisible, qu’il s’agisse d’une idée, d’un concept, d’un récit, de la représentation d’un espace ou de l’intérieur d’un corps, du processus d’un calcul ou des étapes d’un raisonnement : quel que soit leur degré de complexité, les inscriptions matérialisent leur objet par la médiation de différents systèmes de signes. Ces systèmes de signes peuvent correspondre à l’écriture d’une langue naturelle ou artificielle (par exemple le langage mathématique, l’écriture logique), à des codes de représentation, figuratifs, symboliques ou abstraits. La maîtrise partagée de ces codes sémiologiques est nécessaire pour permettre la circulation sociale des inscriptions, la réactivation et l’interprétation de leurs contenus. Dans cette perspective, la typologie et l’étude morphologique des inscriptions permettent d’analyser les mécanismes perceptifs et cognitifs mobilisés dans le maniement des signes, c’est-à-dire dans ces opérations d’encodage comme de décodage.

2Schémas, cartes, arbres, tables, tableaux de statistiques, illustrations techniques et scientifiques relèvent de ce que Bruno Latour appelle les « vues de l’esprit » (Latour, 1985) : ces dernières donnent forme, contour et visibilité à des abstractions, elles peuvent articuler des points de vue incompatibles dans le monde empirique (par exemple montrer simultanément un même objet sous différents angles de vision, l’intérieur et l’extérieur d’un corps ou d’une machine), elles confèrent une réalité sensible à ce qui ne préexiste pas à la représentation, elles construisent un objet à la fois visible, pensable et dicible.

3Elles peuvent aussi constituer des « mobiles immuables », pour reprendre un autre concept latourien (Latour, 1989) : elles résultent en effet parfois d’une séquence de traitements où des données locales et hétérogènes, des résultats d’expériences particulières, des observations partielles sont collectés, édités, rendus cohérents et commensurables, normalisés et standardisés, afin de produire un savoir homogène, englobant et synthétique, qui ne se réduise pas à l’addition des éléments qui le composent. On peut par exemple passer des estimations de distance et de temps de parcours, des localisations et des orientations relatives, des observations qualitatives sur un paysage à une représentation cartographique qui réunit et homogénéise ces données hétéroclites dans un espace de représentation régi par une échelle et des codes sémiologiques particuliers. De même, les observations empiriques de spécimens botaniques, de formes et de provenances diverses, peuvent se fondre dans un dessin ou une description générique qui combinera la totalité de leurs caractéristiques. Cette image pourra alors être insérée dans une taxonomie botanique générale, dans un herbier ou un atlas des plantes. Les mêmes processus d’abstraction et de généralisation se retrouvent dans l’imagerie anatomique comme dans les classifications zoologiques ou encore dans les dessins d’artefacts, par exemple en archéologie, où jusqu’à un certain point les variations des objets singuliers sont occultées afin de définir des typologies.

4Un trait commun à ces dispositifs réside dans les changements de statut et de format qu’ils font subir aux données et aux observations ainsi collectées et traitées. Ces changements correspondent pour une part à des seuils successifs de décontextualisation et de recontextualisation, à des variations d’échelles. On passe du local au global, du particulier au général, du ponctuel au récurrent, de l’événement à la structure, de la variante à la norme. Ce processus de traduction et d’abstraction s’appuie sur la transformation des données empiriques initiales, qu’il s’agisse de mesures, d’observations, de faits, de mots, d’échantillons. Le changement d’échelle permet d’accéder à une visibilité nouvelle, où ce que l’on perd en détail et en singularité, on le gagne sur le plan de la maîtrise synoptique, de l’intelligibilité et de l’interprétation. Les catalogues, les dictionnaires, les encyclopédies, les histoires naturelles comme les histoires nationales ou universelles, les cartes, les atlas et les géographies, régionales ou universelles, les bases de données sont autant d’exemples de lieux de savoir se prêtant à l’encodage d’une grande quantité d’éléments composites et d’informations empiriques, à leur mise en forme et à leur filtrage, à leur transformation, à leur traduction dans un ordre englobant et dans un langage discursif ou visuel normalisé, à leur articulation dans un discours continu et ordonné selon différents principes taxonomiques, comme l’ordre alphabétique, la chronologie, les contiguïtés spatiales.

5Ces différents dispositifs, visant une efficacité synoptique ou synthétique, régis par une logique centripète, se prêtent aussi au processus inverse, à une dynamique centrifuge qui conduit leur lecteur du global vers le local, de la mappemonde vers le détail topographique. Prenons le cas d’un dictionnaire qui rassemble tous les mots d’une langue, les accompagne de définitions, de synonymes, de clarifications grammaticales et d’exemples significatifs, locutions ou citations littéraires permettant de déployer la complexité et le foisonnement des usages, ainsi que leur évolution. Un dictionnaire totalise les usages du lexique d’une langue, les emplois et les sens des mots, tout en permettant, depuis un petit nombre de définitions, de revenir vers les occurrences singulières et leurs contextes. De même l’index d’un livre peut déployer la topographie analytique de son contenu lexical, conceptuel ou thématique, de ses sources premières ou secondaires. Pour qui sait le lire et l’utiliser, il est une table d’orientation qui conduit de la mappemonde au lieu singulier, du paysage intellectuel d’ensemble au détail de ses composantes. L’index d’un livre permet de se diriger vers une page particulière et donc se déplacer dans un texte d’une manière non linéaire, d’une occurrence à l’autre. Les concordances, qui réunissent toutes les occurrences d’un mot avec son contexte immédiat, remplissent elles aussi un rôle de table de navigation dans un corpus textuel : elles offrent au traducteur ou à l’exégète une visibilité inédite sur le texte, parcouru non plus dans sa continuité, mais dans une fragmentation signifiante, selon certains mots-clés (Blair, 2010). De même, un tableau de statistiques conduit aussi son utilisateur du local au global et inversement, dans l’espace qui se déploie entre cas singuliers et phénomène général, des données empiriques de terrain à leur encodage quantitatif (Desrosières, 2000).

  • 2 Pour une histoire de ces dispositifs dans le champ des sciences naturelles, voir Barsanti, 1992.

6Tableaux, listes, courbes de statistiques, arborescences, nuages de mots-clés, bases de données relationnelles, cartes géographiques invitent à penser des corrélations, des équivalences, des liens logiques d’opposition, de cause, de conséquence, de dérivation, des rapports de proportion, des distributions dans des espaces à deux ou trois dimensions. Ils relèvent de ce que Jack Goody définit comme la « raison graphique » (Goody, 1978). Ce sont des lieux où des données, des informations, des nombres, des mots, des énoncés sont rassemblés, distribués et inscrits. Ce sont aussi des lieux où ces données et ces informations peuvent être isolées et analysées soit pour leur valeur absolue, soit pour leur valeur relative à l’intérieur d’un système de relations, d’une hiérarchie, ou d’une classification2.

7Ces différents dispositifs graphiques partagent en effet une même propriété : ils permettent de faire varier la focale d’une réflexion, d’une observation, d’une recherche, du panoptique vers le détail, du global au local, du tout vers ses parties, et inversement. Sans doute conviendrait-il de comparer les usages culturels et disciplinaires de ces mécanismes de condensation et d’expansion dans l’inscription et la matérialisation des savoirs. On pourrait suggérer à titre d’hypothèse une tension entre deux pôles fondamentaux :

  • l’encodage synoptique, la miniaturisation, la réduction, la maîtrise visuelle et mnémotechnique, la généralisation, l’accent mis sur la structure, la charpente, la logique d’ensemble, le gain d’intelligibilité, c’est-à-dire au sens propre un processus d’abstraction, une prise de hauteur intellectuelle et visuelle par rapport au foisonnement des données et des informations d’un champ de savoir ;

  • l’inventaire, le catalogue, la liste ouverte, l’expansion quantitative, le découpage analytique, la recherche d’une forme d’exhaustivité visant à rassembler le plus grand nombre de données et d’informations possible.

8Ces deux pôles, qui reposent sur des variations d’échelle, ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, ils ouvrent un spectre de possibles et engendrent aussi des relations complexes et symétriques, des dynamiques intellectuelles et visuelles, entre désir de maîtrise et fantasme d’exhaustivité.

9On pourrait ainsi interroger les outillages et les procédures qui permettent, en amont, d’encoder et de compresser la plus grande quantité d’informations possible et en aval, de réactiver ces données dans un processus d’expansion, mais aussi par différents niveaux de filtrage des informations pertinentes. Ce sont des pratiques intellectuelles situées et partagées qui fondent l’usage et l’efficacité des inscriptions, mais aussi des technologies particulières d’observation et de mesure, d’écriture et de dessin, de condensation, de renvois à une bibliothèque et à des savoirs communs.

10Je prendrai l’exemple de la cartographie terrestre, dans la tradition européenne, depuis le Moyen Âge (Jacob, 2006). Une mappemonde est régie par une volonté de totalisation, de clôture synoptique : englober tout ce qu’il y a à savoir, à voir, à méditer, à se remémorer, à transmettre, dans un contour bouclé sur lui-même. Le monde s’offre au regard dans sa forme d’ensemble, dans sa structure intelligible, il est mis à plat et dans certaines formes de cartographie, il est organisé par une géométrie particulière, quadrillage des méridiens et des parallèles ou « marteloire » des lignes des vents, rayonnant à partir de points centraux et marquant les différentes directions de la boussole. Cette surface peut être constellée de vignettes figuratives (animaux, autochtones, rois fabuleux, villes, vaisseaux aux couleurs des différentes puissances européennes, etc.) et d’inscriptions, toponymes et légendes qui, dans certains cas, renvoient à une bibliothèque entière, par exemple, au Moyen Âge, à des autorités comme Pline l’Ancien, Marco Polo, Jean de Mandeville. Il appartient au lecteur ou plutôt au spectateur de la carte d’activer ces liens hypertextuels avant la lettre, de déployer et d’articuler ces savoirs implicites, d’actualiser le sens et les informations encodés dans une vignette, dans un cartouche, dans les quelques mots d’une légende, dans un toponyme. La carte et le globe géographiques sont des formes d’encyclopédies condensées, elliptiques et allusives, déployées sur un support bi ou tridimensionnel, adaptées au format d’une feuille, parfois distribuées dans un livre de cartes, c’est-à-dire dans un atlas, ou projetées sur une sphère : ils se prêtent à l’expansion du commentaire, des récits, des digressions par analogie, des réminiscences érudites.

11Dans la tradition européenne, la cartographie offre sans doute l’exemple le plus évident du fonctionnement des lieux de mémoire et des lieux de savoir. Artefact graphique construisant un monde davantage qu’il ne le reflète, la carte repose sur un emboîtement et une juxtaposition de territoires et de lieux, matérialisés par des signes, des noms ou des vignettes, délimités par des rivages, des fleuves, des chaînes montagneuses et parfois des frontières. Ces différents lieux et territoires permettent d’organiser et d’encoder comme de raviver une part importante de la mémoire culturelle et des savoirs d’une époque et d’une tradition. Parcourir ces lieux selon les multiples logiques visuelles permises par une carte conduit à activer des savoirs fragmentés, une encyclopédie découpée et distribuée : c’est un art de la digression et de l’analogie qui rend possible la corrélation des lieux de savoir et des lieux géographiques.

12Ce pouvoir particulier des cartes dans la tradition européenne est partagé par d’autres catégories d’inscriptions, par exemple les dispositifs qui permettent de produire une représentation spatialisée de la pensée et que l’on désigne aujourd’hui sous le terme de mind mapping ou de cartographie heuristique (Buzan et Griffiths, 2011 ; Buzan et Buzan, 2012). Il s’agit d’objectiver des liens logiques sous la forme d’une constellation de mots ou de concepts déployés sur un espace bi ou tridimensionnel, rayonnant depuis un centre ou organisés selon un ordre séquentiel. On construit ainsi une représentation synoptique et articulée de la diachronie d’une pensée, de ses associations et digressions, de ses carrefours comme de ses orientations. Une sémiologie particulière permet de qualifier les liens comme les entités qu’ils relient, de souligner les rapports de présupposition, de conséquence, d’association analogique. C’est l’acte même du tracé de ces constellations qui matérialise les dynamiques de la pensée, les archive, mais en permet également la réactivation et la transitivité, par exemple sous la forme d’un support d’enseignement ou d’un plan de texte à rédiger. Les rapports de proximité et d’éloignement, la disposition dans un espace bi ou tridimensionnel, les significations particulières investies dans l’orientation et la distribution spatiales sont autant d’éléments qui rendent visibles des opérations intellectuelles de mise en relation. Les logiciels de cartographie heuristique s’inscrivent dans une tradition multiculturelle où des diagrammes ont permis de mémoriser et de visualiser des systèmes complexes de relations, tels les dispositifs utilisés par les lettrés chinois entre le xiie et le xive siècle qui proposent dans le cadre de leurs pratiques d’exégèse et d’enseignement une représentation non linéaire des textes canoniques (Lackner, 2011).

13Cependant, la linéarité du discours, écrit ou oral, offre elle aussi de multiples principes d’ordre pour l’organisation des savoirs, tant du point de vue du scripteur ou du locuteur, que de celui du lecteur ou de l’auditeur. Ces principes permettent de classer, distribuer et organiser des objets de savoir, des informations, des faits, des observations ; ils permettent aussi au destinataire de trouver l’information dont il a besoin à un moment donné. En d’autres termes, un principe d’ordre a priori rend possibles des déplacements non linéaires dans un corpus écrit, pour atteindre directement les lieux correspondant à l’information recherchée.

14Il en va ainsi des textes régis par l’ordre alphabétique, comme les dictionnaires, les encyclopédies, les catalogues, où des éléments nouveaux, mots, noms, notices, peuvent être ajoutés sans que jamais le principe de distribution ne soit saturé : le texte est organisé en autant de sections qu’il y a de lettres, et dans chacune d’elles, les entrées individuelles sont ordonnées selon l’ordre alphabétique. Il en va de même avec l’ordre chronologique, qui sous-tend les chroniques historiques et les généalogies, mais aussi des tableaux, parfois des tableaux synchroniques permettant de dérouler les histoires parallèles de différentes aires culturelles. Les périodes, les siècles, les années, les jours constituent autant de lieux où ranger des faits, des personnages, des objets.

15L’espace géographique offre un autre principe de distribution et d’organisation des objets de savoir : non seulement sous la forme de la carte, comme nous l’avons vu, avec le déploiement bidimensionnel des lieux de mémoire et de savoir, mais aussi sous celle de l’itinéraire, fil discursif reliant des informations sur tous les lieux traversés lors du parcours. Tel était le principe structurant des récits de voyage, des périples et des descriptions antiques de la terre (Jacob, 1990). Le découpage de l’espace géographique et l’emboîtement hiérarchique des régions et des lieux offrent un principe d’exposition que l’on trouve par exemple sur les atlas de la Renaissance, ceux de Münster, Ortelius et Mercator : les cartes régionales étaient accompagnées de textes encyclopédiques, permettant de mobiliser un ensemble d’informations selon ce découpage spatial. Qu’il s’agisse de lignes tracées sur une carte (un rivage, une route, une frontière, un fleuve) ou d’un récit de voyage, réel ou fictif, le fil conducteur du parcours permet de greffer un ensemble d’informations sur les lieux ainsi reliés : données géographiques, naturalistes, ethnographiques, historiques, antiquaires.

  • 3 Sur ces dispositifs, parmi une vaste bibliographie, deux ouvrages incontournables : Martin et Vezin (...)

16Il nous faut enfin considérer les lieux du discours lui-même. Un texte, écrit ou oral, lu silencieusement ou à haute voix, se présente en effet sous la forme d’un parcours continu reliant des mots, des phrases, des épisodes narratifs, des idées, les étapes d’un raisonnement, c’est-à-dire autant de lieux se prêtant à l’ancrage de commentaires, de digressions, de compléments, de notes réflexives ou critiques. Toutes les traditions qui ont fait usage de l’écriture ont utilisé ce potentiel des textes à produire, fixer et transmettre des savoirs spécifiques, qu’il s’agisse d’en approfondir le sens, d’en corriger la lettre, d’en déployer les contenus implicites, dissimulés par exemple sous un voile allégorique, de les relier à la totalité d’une bibliothèque ou d’une encyclopédie par de multiples liens de référence, ou encore de les organiser en corpus ou en canon. Ces savoirs peuvent être exposés par la voix du lecteur qui commente, traduit et explique, ou être greffés sur les marges du texte écrit, entre ses lignes, en bas de la page ou de la colonne. Ces savoirs analogiques, critiques, réflexifs, herméneutiques sont alors inscrits au plus près des lieux du texte auquel ils se réfèrent. Il convient dès lors de considérer le support matériel et l’espace de la mise en page (ou en colonne) d’un texte comme un ensemble structuré, hiérarchisé et signifiant de lieux de savoir, permettant de répartir et de qualifier des énoncés, de définir des cheminements de lecture et de pensée des uns aux autres selon de multiples rapports de présupposition. Le frontispice d’un livre imprimé de l’Europe moderne présente parfois le programme intellectuel du texte qu’il introduit sous la forme d’une riche construction iconographique et symbolique, contrôlée, le cas échéant, par l’auteur lui-même (Corbett et Lightbown, 1979). Une page de livre propose également une topographie, qu’il s’agisse d’une illustration enchâssée dans le texte lui-même et de sa légende, du découpage du texte en unités distinctes (parties, chapitres, paragraphes), des liens intellectuels qui peuvent être visuellement exprimés entre un texte et sa traduction, ses notes, les différents niveaux de commentaires qui l’explicitent, voire se complètent et s’explicitent eux-mêmes, les espaces blancs laissés aux annotations du lecteur. Un tel dispositif, qui referme le texte sur lui-même ou l’ouvre sur un espace exégétique, décline différentes formes d’autorité, contraint ou non la liberté d’interprétation du lecteur dans les grilles herméneutiques d’une tradition, est pensé pour se prêter à des formes de lecture et à des opérations intellectuelles particulières. Sa composition en blocs visuels distincts et hiérarchisés, les choix typographiques (caractères, style, taille, graisse), le balisage et le système des renvois internes font d’une page manuscrite ou imprimée un espace organisé en lieux, efficaces et signifiants pour les lecteurs qui en maîtrisent les codes et peuvent passer des uns aux autres3.

  • 4 C’est tout l’enjeu des réflexions menées par Marc Jahjah sur les pratiques d’annotation aujourd’hui (...)

17Les savoirs produits par la lecture d’un texte peuvent aussi être fixés sur un autre support matériel et se prêter dès lors à des usages plus ou moins autonomes. Dans certains cas, il faut qu’un système de balisage et de coordonnées, quasi cartographique, permette de sauvegarder le lien entre le lieu du texte source et le lieu du texte cible, quels que soient les relais entre le premier et le second. Le meilleur moyen de préserver ce lien est d’imposer au texte source un découpage cohérent en unités hiérarchisées et numérotées, par exemple livre, chapitre, paragraphe et ligne, ou numéro de page. Dans un cas, le découpage porte sur la structure du texte, indépendamment de ses différentes éditions, manuscrites ou imprimées. Dans l’autre, il porte sur une édition particulière, faisant suffisamment autorité pour imposer un découpage particulier du texte. Il est intéressant de noter que les textes numériques aujourd’hui, dans leur forme la plus fluide (formats « epub » et « mobi »), posent un problème analogue de découpage et de repérage : pour que des lecteurs puissent échanger des notes ou des citations, il est nécessaire que le texte soit structuré par des découpages indépendants des variations de mise en page ou des formats propriétaires de structuration4.

18L’histoire du balisage et de la structuration des textes est indissociable de celle des techniques matérielles et graphiques de leur édition et de leur reproduction, mais aussi des contextes sociaux et institutionnels de leurs usages. Le découpage interne d’un texte peut être le fait de l’auteur, du copiste, de l’éditeur, de l’imprimeur, mais aussi du lecteur. Ces opérations peuvent être incommensurables dans leur singularité ou être gouvernées par des normes, de manière à ce qu’un même texte, dans sa lettre, dans son découpage, soit partagé par une communauté de réception où l’on pourra se référer à un même locus par un système conventionnel. Les formes de balisage des textes varient selon les usages qui en sont attendus : marquage du texte pour mesurer le travail du copiste, pour organiser l’assemblage des feuilles imprimées, pour identifier des entrées d’index, pour renvoyer à un commentaire se trouvant sur un autre support, pour souligner des passages intéressants, pour vérifier qu’une copie est complète, pour permettre à des lecteurs de se référer au même passage, quel que soit l’exemplaire qu’ils utilisent.

19Ces modes de balisage peuvent prendre la forme de manchettes, avec des mots-clés dans la marge du texte, de signes conventionnels, mêlant lettres et chiffres, de la pagination et du découpage en chapitres. Ils peuvent découper le texte en unités arbitraires (numérotation des lignes par exemple) ou formelles (par exemple les vers), en unités sémantiques, lorsqu’elles existent (paragraphes, chapitres). Au temps de l’imprimé, un texte peut garder la mémoire de la pagination d’une édition de référence plus ancienne (c’est le cas, par exemple, avec les éditions contemporaines de la Géographie de Strabon ou des Deipnosophistes d’Athénée, qui conservent la pagination des éditions de l’érudit Isaac Casaubon au xvie siècle).

20Deux perspectives de réflexion peuvent être ouvertes aujourd’hui sur ces formes de structuration des textes. La première concerne le découpage des textes par balises dans le langage XML, qui permet l’identification et la délimitation de zones particulières ainsi que leur formatage graphique. Ces balises relèvent d’une forme d’écriture qui se superpose au texte lui-même et vise à le rendre lisible par les différents logiciels de traitement de texte ou de navigateurs respectant ce standard. Le langage XML est une norme d’édition qui assure la différenciation et le stylage de zones de texte selon une typologie prédéterminée, que chaque auteur ou éditeur peut adapter aux spécificités de ses documents. Le corps du texte, la citation, la note, la référence bibliographique, et dans cette dernière le nom de l’auteur, le titre, le lieu d’édition et l’éditeur peuvent être ainsi identifiés et balisés. Le texte numérique lisible sur l’écran apparaît comme une topographie complexe de lieux hiérarchisés, normalisés, relevant de différents usages, soumis à différents stylages visuels.

21Une seconde perspective de réflexion concerne les liens hypertextuels, qui permettent aujourd’hui d’associer les mots ou les passages d’un texte source à différents textes cible, par exemple des définitions, des commentaires, des notices encyclopédiques, des variantes, des sources primaires ou secondaires. Un texte peut dès lors être le centre d’un réseau plus ou moins étendu, comprenant un ou plusieurs niveaux hiérarchisés, permettant la circulation du lecteur entre différentes pages qui peuvent avoir une fonction d’explicitation, de complément, de digression, de comparaison. La qualification, l’authentification de ces liens sont des enjeux majeurs de la construction et de la validation du sens et de l’information. Faut-il se fier aux algorithmes des moteurs de recherche ? Ou aux choix raisonnés, éditorialisés d’auteurs-lecteurs qui contrôlent le déploiement de la Toile autour d’un texte donné ?

22L’histoire des pratiques savantes liées aux livres et aux textes est indissociable des stratégies graphiques, éditoriales, techniques qui ont permis et permettent aujourd’hui encore l’expansion des significations, des savoirs, des questions et parfois des réponses attachés aux mots, aux phrases, aux concepts, aux idées, aux noms propres, à leurs sources, à leurs échos dans la bibliothèque contemporaine ou passée de la culture qui a produit ces œuvres et les utilise. Au-delà de la diversité de ces contextes culturels, de ces dispositifs formels, on trouve une conception fondamentale du texte comme concaténation et assemblage de lieux, loci, topoï, passages, comme une topographie où peuvent s’inscrire autant de savoirs à actualiser et déployer par le lecteur.

23Dans le parcours que nous avons suivi dans ce chapitre, nous avons privilégié la description formelle de dispositifs particuliers, permettant d’organiser les savoirs selon différents systèmes de lieux, graphiques, discursifs, textuels. Ces lieux ne relèvent pas d’une topographie inerte, vouée à la fixation des savoirs. Ils sont des médiateurs et des opérateurs, qui résultent d’opérations intellectuelles et en déclenchent de nouvelles. Les lieux de savoir inscrits ne peuvent s’appréhender que dans le cadre des scénarios cognitifs qui les relient et les traversent.

24Le maniement des livres et des textes associe en effet de manière inextricable les gestes de la lecture et de l’écriture : aux déplacements dans le texte lu, cursifs ou s’arrêtant sur un passage particulier, répondent les pratiques du balisage graphique sur la marge, selon une sémiologie propre à chaque lecteur (croix, trait vertical, point d’exclamation ou d’interrogation, bref commentaire ou reprise d’un mot-clé…). Mais le lecteur peut aussi extraire des citations, des références, des informations, et les transférer sur de nouveaux supports, fiches, feuilles volantes, cahiers, document d’un traitement de texte ou base de données numérique. Il peut réorganiser ces matériaux selon de multiples critères, thématiques, chronologiques, bibliographiques, ou encore pour accompagner le déroulement d’une argumentation ou d’un récit. Ces loci décontextualisés deviennent des objets mobiles, qui peuvent être classés, commentés, traduits, expliqués, ou mobilisés et transformés dans la production d’un nouvel écrit. Le travail savant conduit ainsi à des changements d’échelle et des parcours constants, entre le locus textuel et la bibliothèque, entre la fiche et le livre, entre les inscriptions, les schémas, les diagrammes et l’article scientifique en cours de rédaction, entre l’imprimé et le numérique.

  • 5 Ces procédures et ces scénarios de travail sont magistralement analysés par Bert, 2012.

25La rédaction d’un texte savant, article ou monographie, se déploie elle aussi au fil d’une séquence de lieux distincts : annotations marginales sur un livre, notes de lecture, ébauches de plans, idées notées à la volée sur des fiches ou un carnet, livres et documentation, brouillons, premières formulations d’une problématique confiées à une correspondance, une communication orale ou un séminaire, puis tapuscrit ou document numérique, et enfin les épreuves d’imprimerie, qui se prêtent à une dernière étape d’annotations5. Le passage d’un lieu graphique et matériel à l’autre est indissociable des étapes de la pensée, de la progression d’un raisonnement ou d’une démonstration, de la production d’un texte, théorique, descriptif, argumentatif, analytique.

26Avant de refermer ce chapitre, nous voudrions indiquer deux perspectives de recherche complémentaires.

27Le discours oral, le chant, l’interaction dialogique sont-ils eux aussi composés de « lieux » ? La nature topographique d’un texte oral versifié se manifeste dans l’assemblage modulaire des unités métriques, obéissant à des règles combinatoires plus ou moins strictement fixées. Cette modularité a été reconnue comme l’un des principes de base des techniques de composition de l’oral poetry, qui combine des syntagmes métriques, des schémas narratifs en fonction du lieu et du moment de la performance, en fonction de l’auditoire et de ses attentes (Nagy, 1994, 2000). La linéarité apparente d’un chant ou d’un récit repose sur de multiples jeux d’échos, sur des leitmotive, des refrains et variations, elle participe de la technique du récitant.

28La rhétorique comme technique de structuration du discours et d’anticipation de ses effets repose elle aussi sur une combinatoire de modules argumentatifs : ce sont autant de « lieux » qui peuvent aider l’orateur à composer ou à improviser son discours, selon une arborescence qui conduit du général au particulier, et à emporter la conviction de son auditoire. Le discours est construit à partir d’une palette d’arguments, de preuves et de lieux articulés dans le déroulement d’un raisonnement (Guérin, 2011).

29Le découpage et la structuration d’un discours en lieux nous conduit à nouveau vers la technique intellectuelle des lieux de mémoire, associant une performance rhétorique avec un parcours mental permettant de réactiver les mots ou les arguments du discours. Est-ce que le fonctionnement et l’efficacité des arts de la mémoire sont conditionnés par la nature et la structuration des lieux sur lesquels ils reposent ? Espaces réels ou espaces imaginaires, patiemment construits dans un assemblage modulaire, ces lieux s’appuient sur les architectures et les représentations qui leur sont contemporaines. Le système des lieux et les modalités de réactivation des contenus différeront selon que l’on visualise la façade d’un bâtiment ou son plan, un itinéraire urbain ou la succession des pièces dans une construction, un dispositif ornemental compartimenté ou une carte géographique. Les lieux peuvent être des cases abstraites et géométriques ou être différenciés par des traits singuliers, être perçus de manière bi ou tridimensionnelle.

30La seconde perspective de recherche concernerait l’inscription des savoirs dans le corps lui-même : techniques du corps, au sens de Marcel Mauss (Mauss, 2010), mais aussi savoir-faire incorporés par des apprentissages, comme le « tour de main » de l’artisan spécialisé, les performances vocales ou la dextérité manuelle du musicien, l’agilité de l’acrobate, la gestuelle et les mouvements du danseur. Le corps lui-même est modelé et transformé par des entraînements spécifiques, des exercices, un travail quotidien. Cet apprentissage se conforme à des règles, à des traditions, nécessite parfois des instruments ou un appareillage spécifiques. Le savoir est inscrit dans tous les muscles du corps, dans les postures comme dans les mouvements, dans la coordination des gestes comme dans la force et la résistance des membres.

31De la matérialité des inscriptions et de leurs supports jusqu’aux lieux mentaux ou corporels formatés par des apprentissages spécifiques, de l’espace de la page au discours oral ou au corps en performance, nous avons ouvert différentes perspectives de recherche où les signes, les assemblages de signes, les dispositifs matériels ou graphiques, la gestuelle et la motricité sont autant de lieux de savoirs.

32Ce n’est pas, cependant, la dernière étape de notre questionnement.

Appendice : exemples d’inscriptions

33Voici une nouvelle liste, non plus exhaustive que la première, d’objets qui se peuvent subsumer sous le terme « d’inscription » :

  • base de données ;

  • bibliographie ;

  • bibliothèque ;

  • cahier ;

  • carnet ;

  • carte ;

  • catalogue ;

  • codex ;

  • commentaire ;

  • correspondance ;

  • dictionnaire ;

  • encyclopédie ;

  • fiche ;

  • fichier ;

  • graffiti ;

  • graphique ;

  • image ;

  • imagerie médicale ;

  • index ;

  • lien hypertextuel ;

  • liste ;

  • livre ;

  • manuscrit ;

  • note (de bas de page, de fin de volume, marginale…) ;

  • page ;

  • paragraphe ;

  • photographie ;

  • rouleau ;

  • schéma ;

  • table de statistiques ;

  • table des matières ;

  • tableau ;

  • tableau noir ;

  • traitement de texte ;

  • visualisation de données.

Notes

1 Quelques pistes bibliographiques : Lynch et Woolgar éd., 1990 ; Palsky, 1996 ; Pauwels, 2005 ; Kemp, 2006 ; van de Vall et Bray, 2009 ; Dorofeeva-Lichtmann et Métailié éd., 2007 ; Carlino et al. éd., 2010.

2 Pour une histoire de ces dispositifs dans le champ des sciences naturelles, voir Barsanti, 1992.

3 Sur ces dispositifs, parmi une vaste bibliographie, deux ouvrages incontournables : Martin et Vezin éd., 1990 ; Martin éd., 2000.

4 C’est tout l’enjeu des réflexions menées par Marc Jahjah sur les pratiques d’annotation aujourd’hui. Voir ses blogs : http://www.sobookonline.fr (consulté le 26 novembre 2013) et http://marginalia.hypotheses.org.

5 Ces procédures et ces scénarios de travail sont magistralement analysés par Bert, 2012.