Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Cadres et environnement des activités savantes

Texte intégral

1Si l’on considère les savoirs non du point de vue de leurs contenus, mais de celui de leur processus de construction, de circulation et de transmission, à travers des pratiques, des acteurs et des instruments spécifiques, leur inscription dans l’espace est l’un des paramètres de leur intelligibilité. En tant que formes de l’activité humaine, individuelles ou sociales, en tant qu’artefacts résultant de cette activité, les savoirs sont toujours situés, non seulement dans une époque, dans une culture et dans une société, mais aussi dans des lieux particuliers, qui peuvent leur être dédiés temporairement ou de manière durable. Les lieux de savoir ne sont pas nécessairement des bâtiments ni des lieux permanents, même s’ils prennent souvent cette forme. À un niveau fondamental, un lieu de savoir est institué comme tel par les acteurs, les instruments et les formes d’activité, réflexive, graphique, technique, spirituelle qui y prennent place, qu’il s’agisse d’une activité de production, d’objectivation ou de transmission, que cette activité soit individuelle ou collective.

  • 1 Deux entrées dans une très riche bibliographie : Bourguet, Licoppe et Sibum, 2002 ; Delbourgo et De (...)

2Un lieu de savoir peut être fixe ou mobile. Une expédition scientifique terrestre, navale et à présent spatiale peut prendre la forme d’un laboratoire et d’un centre de recherche mobile, habité ou non, qu’il s’agisse de recueillir un ensemble de données au cours d’un voyage ou d’explorer le sol d’un corps céleste lointain, comme la planète Mars. L’histoire des voyages scientifiques offre de multiples exemples de campagnes visant à rassembler des mesures géodésiques et climatiques, des observations astronomiques, des échantillons de la flore ou de la faune, des sols et des pierres, comme des artefacts créés par les populations locales1. Que l’expédition revienne vers son point de départ, ou qu’il s’agisse d’un voyage sans retour, comme les sondes envoyées vers Mars ou dans l’espace profond, il s’agit de faire converger les observations et les objets collectés vers des centres de calcul, des lieux d’accumulation et de classement, où les mesures, les données numériques, les échantillons seront mis en série, analysés, combinés de manière à compléter les cartes géographiques, à enrichir les taxonomies naturelles, à déterminer la nature d’un sol ou d’une atmosphère extraterrestres, à reconstituer la culture et l’histoire d’une population à partir de ses artefacts comme de l’ensemble des enregistrements audiovisuels réalisés au cours de la mission. Les lieux de savoir mobiles reposent sur une logistique de la captation et de l’enregistrement, destinée à garder trace des observations faites à distance et à les ramener vers le centre, laboratoire, musée, institut scientifique, sous la forme d’échantillons matériels et de traces analogiques ou numériques. Le rapport entre ces lieux centraux et les espaces lointains parcourus et explorés définit le champ d’action de certaines sciences, ainsi que les moyens technologiques, politiques, économiques d’opérations qui peuvent accompagner la colonisation ou la conquête d’une région, proche ou lointaine (Jolly, 2007 ; Benazera et Meuleau, 2007).

3Je m’attacherai plus précisément aux lieux de savoir fixes, qu’ils soient naturels ou artificiels, permanents ou éphémères.

4Un lieu de savoir peut être un emplacement naturel : le sol sur lequel on s’assied, la rive d’un cours d’eau, l’ombre d’un arbre, une grotte. Il peut aussi s’agir d’un lieu construit, mais non exclusivement dédié aux activités savantes : une pièce dans une maison privée, le portique d’un gymnase grec, la rue d’une cité ou sa place publique, son agora. Il peut être un lieu dédié aux activités savantes : un atelier, une école, un laboratoire, une salle de séminaire. Et enfin, il peut être un lieu voué à la conservation et à l’exposition des objets associés à ces activités, ou en découlant : un cabinet de curiosités, un dépôt d’archives, un jardin botanique, un zoo, un musée, une bibliothèque. Ces différents lieux ne déterminent pas mécaniquement les contenus et les formes de savoir qui s’y trouvent pratiqués. Mais il est néanmoins possible de distinguer différents scénarios : certaines formes d’activité savante demandent la solitude, d’autres l’interaction sociale, et cette dernière comprend des situations qui vont du face-à‑face de deux interlocuteurs à l’organisation complexe et hiérarchisée de communautés d’enseignement, de recherche ou de travail ; certaines interactions sont brèves et ponctuelles, d’autres sont récurrentes et distribuées dans la durée, professionnalisées, voire institutionnalisées, par exemple les cours et séminaires des universités, les réunions des académies, les différentes activités qui se situent dans un laboratoire ; il y a des formes de savoir qui peuvent être aisément déplacées et relocalisées, car elles ne nécessitent que peu d’instruments ; d’autres en revanche reposent sur des équipements lourds, bibliothèques, laboratoires, complexes industriels, installations techniques de la big science. Enfin, il est des lieux de savoir autonomes et isolés, et des lieux en réseau permettant grâce aux technologies numériques échanges et travail collaboratif à distance (Paravel, 2007).

5Dès lors, l’étude des lieux de savoir, comme cadre et contexte d’activités savantes spécifiques, peut se déployer dans différentes directions.

  • 2 Ce type de questionnement ne concerne pas seulement les cultures les plus lointaines. Les noms des (...)

6Il convient en premier lieu de réfléchir aux propriétés intrinsèques de ces lieux, qui peuvent être liées à leur emplacement géographique, à leur cadre architectural et à leur aménagement mobilier, à un appareillage technologique, mais aussi aux pouvoirs particuliers dont ils sont investis : pouvoirs permanents, pouvoirs temporaires, qui font d’un lieu un espace privé ou public, profane ou sacré, un lieu habité par les ancêtres, par des puissances surnaturelles ou par une tradition, un lieu de communication avec l’invisible ou la transcendance, avec le passé ou une source de vérité, ou encore avec les lois de la nature qui se révéleront dans le théâtre de l’expérimentation. Qu’il s’agisse de la chaire d’un prédicateur dans une église, de la case d’un devin africain, d’un sanctuaire des Muses, d’Apollon ou d’Asclépios en Grèce, d’une grotte dans l’Himalaya accueillant un ermite dans sa retraite spirituelle ou d’un accélérateur de particules, d’un observatoire astronomique avec un télescope ou d’une école védique, d’un monastère tibétain ou encore d’un site perdu dans la brousse ou dans la forêt, les lieux de savoir diffèrent non seulement dans leurs configurations matérielles et leur organisation sociale, mais aussi dans leur statut ontologique, dans leurs propriétés qualitatives, par les dimensions auxquelles ils donnent accès et qu’ils relient, par ce qui les isole de l’espace environnant ou les rattache à lui, par les seuils à franchir et les épreuves qualifiantes à subir pour y accéder, par leur visibilité et leur vocation publique ou le secret qui les entoure. L’anthropologie des lieux de savoir présuppose ainsi en premier lieu une anthropologie du lieu et de l’espace, attentive à leur construction sociale, culturelle et religieuse, à leurs spécificités visibles et invisibles, à leur rapport au temps, à leur orientation (points cardinaux, course du soleil…), à leur délimitation et leur géométrie propre, verticale, des profondeurs de la terre au ciel, ou horizontale, du centre à la périphérie2. Ces propriétés des lieux déterminent les gestes, les paroles, les silences et les postures des acteurs qui s’y trouvent, mais aussi le statut et la portée des discours et des opérations qui y sont situés.

7Comme le soulignent Adi Ophir et Steven Shapin, les lieux de l’activité scientifique en Europe, à partir du xvie siècle, conjoignent deux traits spécifiques : le premier est la clôture, physique et sociale, qui isole et protège la science en train de se faire des regards non autorisés ; le second est la nécessaire publicité des phénomènes qui deviennent visibles, dicibles et pensables grâce à des dispositifs d’expérimentation qui les convoquent ou les provoquent dans ce lieu particulier. L’observation les institue en objets de savoir, qu’il s’agisse des cellules, des gènes, des particules, de la folie ou des corps célestes (Ophir et Shapin, 1991, p. 13-14). Steve Shapin a magistralement étudié les lieux de l’expérimentation et de la validation scientifiques dans l’Angleterre du xviie siècle, partagés entre l’espace privé et l’espace public de la Royal Society. Ce dernier est le lieu de la démonstration et de la validation des résultats. L’espace privé est le lieu de l’expérimentation proprement dite. L’un et l’autre sont des lieux de savoir, mais aussi des lieux dont l’accès est régulé par des codes sociaux particuliers. Il n’est pas de savoir sans preuve expérimentale, et celle-ci, pour être socialement validée, demande des témoins dignes de foi, c’est-à-dire des gentlemen (Shapin, 1988 et 1993). Le laboratoire, l’observatoire, l’hôpital, la bibliothèque, le musée, le jardin (zoologique et botanique) seraient ainsi représentatifs des lieux « hétérotopiques » de Michel Foucault, puisqu’ils articulent des dimensions, des espaces différents et hétérogènes, permettent le passage des uns aux autres, des va-et-vient entre le centre et la périphérie, entre le spécimen et l’espèce, entre le proche et le lointain, entre le macrocosme et le microcosme, entre le visible et l’invisible, entre le passé et le présent, entre la norme et la déviance. Une salle de bibliothèque ou de musée, un parc botanique ou zoologique, un lieu de conservation d’échantillons biologiques sont des microcosmes rassemblant et ordonnant dans un même espace ce qui est disséminé et mélangé, filtrant et réorganisant la profusion du réel en séries d’objets dont chacun conserve la mémoire de son origine, mais où la collection l’insère dans un nouvel espace, totalisant, rationnel et encyclopédique. Cet espace est celui des différents règnes naturels et de leurs subdivisions, celui d’une école artistique ou d’une tradition artisanale, celui d’une culture humaine, située et datée, sous la forme des artefacts matériels qu’il a produits et utilisés, des traditions savantes et de son patrimoine littéraire, condensés dans un même lieu. Chacun des échantillons, des artefacts, des livres renvoie à un lieu géographique, à un moment historique, mais s’inscrit aussi dans un nouvel espace, ordonné et normé, régi par des liens intellectuels ou esthétiques qui président au classement et à la mise en exposition.

8On peut dresser une typologie de ces lieux, aussi fine que possible, éclairant leur insertion dans un environnement construit ou naturel, dans un contexte social, politique et culturel particulier : une telle typologie doit s’appuyer sur un protocole de description quasi ethnographique des lieux, de leurs acteurs, de tous les objets qu’ils renferment, des formes d’activité et d’interaction qui y prennent place. Que ce lieu soit temporaire ou permanent, on décrira sa configuration et son aménagement, les meubles, instruments et ornements qu’il peut renfermer (Galison et Thompson, 1999). Cette observation peut être conduite sur les lieux de savoir contemporains auxquels nous avons accès : une salle de séminaire, la salle de lecture d’une bibliothèque, une salle de laboratoire, un bureau de chercheur, mais aussi un atelier artisanal, la maison où chante un poète palawan (Revel, 2011), la case où opère un devin africain (Liberski-Bagnoud, 2011). Elle peut aussi s’appuyer sur la médiation des sources iconographiques et écrites qui mettent en scène et décrivent des lieux de savoir du passé, selon de multiples points de vue et stratégies. Dans ce cas, les sources nous renseignent peut-être moins sur les dispositifs qu’elles décrivent que sur les filtres sociaux, idéologiques, religieux, politiques qui informent ces représentations, ou encore sur les effets pragmatiques escomptés de la représentation elle-même. Qu’il s’agisse du portrait d’un humaniste dans son studiolo (Celenza, 2007) ou de celui de saint Jérôme méditant dans sa retraite (Thornton, 1997), d’une photographie du personnel d’un laboratoire scientifique ou d’un tableau représentant Pasteur absorbé dans la contemplation d’un flacon de verre, les images mettent en scène différentes idées de la science, de l’érudition, de la spiritualité, de l’autorité, de la vérité, de la preuve, de l’objectivité, du travail et de la concentration intellectuels. Comprendre la construction rhétorique et énonciative de ces représentations, leur éclairage propre, est indispensable pour saisir les effets d’accentuation, les ellipses et les angles morts, la part de la fiction dans la représentation qu’elles construisent des lieux de savoir pour les spectateurs de leur temps. La même distance critique est du reste nécessaire lorsque l’on se trouve face à des descriptions ou à des archives visuelles d’anthropologues de terrain ou d’historiens des sciences, qui projettent leur savoir, leurs attentes, leurs présupposés théoriques parfois, tout en restant tributaires des limitations inhérentes à leurs instruments de captation visuelle ou sonore, en termes de cadrage et donc de hors-champ.

9Lorsqu’il est possible d’observer directement un lieu et ses acteurs, la description doit rendre compte de la surface et des volumes, des portes et des ouvertures, de ce qui rend ce lieu privé ou public, accessible ou non, de son insertion dans un ensemble plus vaste, un bâtiment ou un complexe de bâtiments. L’ornementation des murs comme les sources d’éclairage, le mobilier comme les objets et instruments sont autant de traits pertinents qui introduisent des différences qualitatives, déterminent la localisation et les opérations des acteurs. Les choix d’aménagement reflètent différentes conceptions du savoir, qu’il s’agisse du dénuement d’un studiolo meublé d’une table de travail et de quelques livres, ou de l’environnement surchargé d’objets et d’ornements d’un cabinet de curiosités, d’une salle de laboratoire encombrée d’instruments et de machines ou d’un amphithéâtre universitaire, mettant en scène l’autorité de la parole magistrale. La configuration du lieu détermine le positionnement des corps, la focalisation des regards, la circulation ou le monopole de la parole, l’amplitude des gestes à accomplir pour saisir un instrument, un livre, un support d’écriture ou pour interagir avec d’autres personnes.

10Un lieu de savoir est donc un système de relations, entre ses acteurs, entre ceux-ci et le mobilier, entre les acteurs humains et les acteurs non humains que sont les livres, les machines, les échantillons. Un lieu de savoir est toujours pris également dans un emboîtement d’espaces, dans un jeu de contiguïtés et d’échelles.

  • 3 Voir Ophir et Shapin, 1991, p. 9-10, sur les frontières infranchissables instituées par de simples (...)

11La description architecturale et matérielle est indissociable de l’observation des interactions sociales et de la distribution des tâches. Quels sont les acteurs présents ? Quelles positions occupent-ils ? À quelles opérations se livrent-ils ? Quelle est la temporalité, la périodicité de leur activité ? La répartition des acteurs dans l’espace peut refléter une hiérarchie, des différences de genre, de statut, des spécialisations, non seulement entre profanes et initiés, mais aussi entre acteurs ayant accès à différents lieux, différents instruments, différentes étapes de la production du savoir3. Ces paramètres définissent les propriétés et les fonctions spécifiques comme les significations symboliques d’un lieu de savoir. Il peut être réservé à un usage personnel et privé ou avoir une vocation sociale, une ouverture publique. Ces qualifications reflètent l’histoire plus large de la vie privée, de la mise en scène de soi, des degrés et des formes de sociabilité et d’intimité, mais aussi de la proximité ou de la séparation des sphères de vie et de travail. Elles dessinent aussi les contours de la présentation sociale des savoirs et des sciences, dissimulés à la vue ou montrés au grand jour, voire mis en scène et exposés : l’histoire du laboratoire et de l’expérimentation scientifique comme celle de l’amphithéâtre où l’on procédait à la leçon d’anatomie rejoignent celles des académies savantes et des salles de cours magistraux et de soutenances de thèse de nos universités occidentales contemporaines.

12Les lieux de savoir peuvent être des lieux de production – un atelier, un laboratoire, un scriptorium –, d’archivage et de conservation – un musée, une bibliothèque –, ou de transmission – une école, un lieu d’apprentissage, régulier ou occasionnel. Les limites entre production, conservation et transmission, du reste, sont difficiles à tracer : la rédaction et la copie d’un commentaire, par exemple, sont des opérations relevant de ces trois catégories. Les lieux de savoir sont le théâtre d’activités qui prennent la forme d’échanges verbaux, de discours magistraux – auxquels répondent l’écoute ou le geste de l’écriture –, de la manipulation d’échantillons et d’instruments, de la fabrication d’artefacts avec différents outils, mentaux, discursifs ou techniques. Dans sa forme la plus fondamentale, quel que soit son aménagement, un lieu de savoir constitue le cadre de ces opérations, avec leurs acteurs, leurs routines, leurs instruments et leurs matériaux.

13Au-delà de leur grande diversité, les lieux de savoir se définissent par leur performativité, c’est-à‑dire par ce qu’ils permettent de réaliser, d’accomplir, de produire et d’exposer. Plus encore que les dispositifs architecturaux ou les aménagements, ce sont les modalités de cette production qui fondent leur spécificité. Du lieu constitué par le face-à-face de deux interlocuteurs au complexe de bâtiments d’un centre de recherche, reposant sur des équipements lourds, nous voyons s’ouvrir un large spectre de configurations possibles.

14Une seconde perspective de recherche s’attachera, dans une aire culturelle donnée, à suivre l’émergence, la spécialisation, l’institutionnalisation des lieux de savoir, les formes de leur standardisation et leur hiérarchie, mais aussi leur interdépendance, par exemple à l’échelle d’une ville, d’une région ou d’un pays : il s’agira alors de saisir les lieux de savoir comme des pôles connectés dans des réseaux plus ou moins étendus, plus ou moins institutionnalisés, des lieux entre lesquels peuvent circuler les acteurs des savoirs, les livres, les techniques, les innovations intellectuelles. Une telle approche permet d’écrire une histoire des savoirs à travers l’évolution des lieux où ils sont pratiqués et matérialisés, mais aussi à travers la création et l’évolution des réseaux spatiaux qui les relient et les articulent.

  • 4 Voir Natali, 2013. Précisons que ce moment de fixation spatiale et institutionnelle ne correspond p (...)

15Je prendrai un exemple : les lieux d’enseignement de la rhétorique et de la philosophie à Athènes aux ve et ive siècles avant J.-C. On ne trouve pas dans les cités grecques classiques d’institutions d’enseignement public, mais des maîtres qui dispensent à titre privé et onéreux les enseignements élémentaires (lecture, écriture). L’enseignement que nous qualifierions de « supérieur » est donné par les sophistes, alliant finalité pratique et culture générale, apportant en particulier une formation sur les techniques de discours et de raisonnement, à l’intention des jeunes Athéniens se préparant à une carrière politique ou juridique. Les sophistes sont des maîtres itinérants, qui vont de cité en cité. Ils n’ont pas de lieux d’enseignement fixes. Ils donnent des conférences dans les espaces publics de la cité ou dans des maisons privées. Ils se font payer pour leur enseignement. Socrate suit ce modèle itinérant, mais à l’intérieur même de la cité d’Athènes, dont il ne s’est que rarement éloigné : il n’a pas de lieu d’enseignement fixe, mais il déplace son lieu de savoir partout où il va, il est lui-même ce lieu de savoir, où qu’il soit, sur l’agora, chez un ami, dans la rue, à partir du moment où il noue une conversation avec un ou plusieurs interlocuteurs. Cet enseignement, toutefois, n’est pas temporaire, mais durable, sans être formalisé. Socrate, de plus, ne se fait pas payer. Être disciple de Socrate, c’est le fréquenter, le suivre là où il va et tirer parti de ce qu’il dit et fait. Une étape nouvelle est franchie par Isocrate, philosophe et rhétoricien, qui décide lui aussi de faire école, mais chez lui, à Athènes, dans sa propre maison. Son enseignement ne se réduit pas à des conférences ponctuelles, mais s’inscrit dans la durée, sur plusieurs années. L’étape suivante est celle d’un enseignement sédentaire et inscrit dans la durée, lui aussi, mais qui se perpétuera au-delà de la mort du maître et fondateur, ce qui ne fut pas le cas d’Isocrate. Ce fut le modèle des écoles philosophiques athéniennes, l’Académie de Platon, suivie du Lycée (ou Péripatos) d’Aristote. Dans les deux cas, la communauté constituée autour du fondateur lui survit, un nouveau scholarque prend la direction de l’école. Cette communauté trouve son unité dans un programme intellectuel associant la philosophie et différents champs de savoir, les mathématiques, l’astronomie, et, dans le cas de l’école aristotélicienne, des sciences naturelles et des savoirs antiquaires, politiques et poétiques. Contrairement aux sophistes et à Isocrate, le scholarque ne se fait pas rémunérer pour son enseignement. Il s’agit davantage d’une forme de vie communautaire organisée autour d’une quête intellectuelle et spirituelle, réunissant des auditeurs de différentes générations, dont certains deviendront maîtres à leur tour ou partiront fonder de nouvelles écoles4.

16Les écoles de Platon et d’Aristote se sont établies dans deux gymnases de la cité athénienne, lieux dévolus aux activités sportives, mais aussi aux enseignements intellectuels, où pouvaient se succéder et coexister différents maîtres, comme les sophistes. Les lieux occupés par ces philosophes étaient donc des portiques, des exèdres entourés de jardins. À la faveur de l’influence macédonienne, Aristote obtiendra la propriété d’un terrain à Athènes. L’école n’a pas de statut officiel ni étatique : elle ressort de l’initiative privée du scholarque, qui lègue par testament ses biens à son successeur, ceux-ci contenant notamment les livres de sa bibliothèque.

17L’institutionnalisation survient lorsqu’un projet intellectuel, une certaine idée du savoir, de la sagesse, de la vérité, de la science s’inscrivent dans un lieu et donnent corps à une communauté indépendamment des individus qui la composent. L’institution apporte une autorité particulière aux savoirs qui y sont construits, validés, transmis. Lieu de savoir, elle est aussi un lieu de pouvoir, dans un double sens, lieu placé sous la tutelle et le contrôle d’un pouvoir politique ou spirituel, lieu qui confère un certain pouvoir à ceux qui en font partie, mais aussi à leurs discours, à leurs écrits, à leurs idées. On peut penser à différentes formes d’institutions, les académies, les sociétés savantes, les universités, les organismes de recherche contemporains, les ordres religieux, les fraternités d’artisans.

18L’étude de ces lieux institutionnels peut s’orienter dans différentes directions. On peut décrire les bâtiments, la répartition des espaces, les salles de réunion et les bibliothèques. On peut s’attacher à la ritualité de leur fonctionnement, à leur décorum, à la formalité de leurs interactions, de leurs débats. On peut aussi les considérer comme des centres de réseaux à différentes échelles, locale, régionale, nationale, internationale et s’attacher à comprendre les moyens logistiques qui permettent cette extension et ces zones d’influence : collecte et diffusion de l’information, correspondants locaux, publication de périodiques ou de collections, invitations, missions envoyées à l’étranger. On peut enfin s’interroger sur les opérations savantes accomplies dans ces lieux : démonstration, expérimentation, validation, authentification, ainsi que sur l’organisation d’expéditions ou d’entreprises scientifiques nécessitant des moyens importants (par exemple le tracé du méridien de la carte de Cassini).

19L’anthropologie historique des lieux de savoir propose ainsi un protocole d’enquête en plusieurs étapes, qui peuvent être plus ou moins développées, selon les contextes et les sources disponibles. On part de ce qu’il y a plus matériel et de plus concret, l’organisation de l’espace dans toutes ses composantes matérielles, avec sa répartition de positions et d’objets, pour aborder ensuite l’espace habité et pratiqué par les acteurs, dans les gestes de leur travail comme dans les formes de leurs interactions sociales. On s’attache ensuite à la performativité particulière de ces gestes et de ces interactions : que permettent-ils de produire ? Que transforment-ils ? Que font-ils émerger ? La science, la vérité, l’autorité, l’évidence, la sagesse, le savoir-faire sont autant d’artefacts construits, négociés, pris dans des controverses et des rapports de force, avant de s’imposer par le consensus ou l’argument d’autorité. Et enfin, on se demandera quels espaces spécifiques sont configurés par ces lieux : centres ou points périphériques de réseaux plus vastes, centres de calcul produisant de la totalité à partir de l’accumulation de données partielles et brutes, lieux uniques ou reproductibles à l’identique.

Notes

1 Deux entrées dans une très riche bibliographie : Bourguet, Licoppe et Sibum, 2002 ; Delbourgo et Dew, 2008.

2 Ce type de questionnement ne concerne pas seulement les cultures les plus lointaines. Les noms des bibliothèques, des salles de cours et amphithéâtres de nos universités, les fresques allégoriques ou les bustes qui les décorent sont autant d’éléments qui inscrivent une mythologie, une histoire, des ancêtres tutélaires dans nos lieux de savoir occidentaux.

3 Voir Ophir et Shapin, 1991, p. 9-10, sur les frontières infranchissables instituées par de simples panneaux « Accès interdit » ou « Personnel autorisé uniquement ».

4 Voir Natali, 2013. Précisons que ce moment de fixation spatiale et institutionnelle ne correspond pas à un processus généralisable ni irréversible. L’histoire de la philosophie antique, du reste, témoigne de la mobilité de ses acteurs et de la reconfiguration géographique de ses centres d’activité. Voir Lévy, 2007.