Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Lieux de mémoire, lieux de savoir

Texte intégral

  • 1 Deux références dans une riche bibliographie : Yates, 1987 ; Carruthers, 2004.

1L’expression « lieu de mémoire » renvoie aux arts de la mémoire développés dans l’Antiquité classique et théorisés notamment par Cicéron et Quintilien avant de donner lieu à une longue tradition dans l’Europe moderne1. L’art de la mémoire était une technique mentale permettant de composer, puis de mémoriser un discours, soit littéralement, soit dans ses principaux points et articulations, afin de pouvoir le prononcer par exemple lors d’une plaidoirie ou d’un discours politique (Guérin, 2011). Cette technique reposait sur une séquence de lieux reliés par un parcours mental ou visuel. Ces lieux pouvaient s’appuyer sur une configuration architecturale ou topographique réelle, préalablement mémorisée, ou être une construction de l’imagination. Ils se présentaient le plus souvent comme des lieux clairement délimités, comme les pièces d’une maison, les intervalles créés par une colonnade, ou l’espace compartimenté d’une fresque murale. Chacun de ces lieux mentaux pouvait accueillir une image qui encodait visuellement et d’une manière analogique soit les mots soit l’argument d’une partie du discours à mémoriser. Au moment de la performance oratoire, il suffisait de parcourir mentalement ce dispositif spatial, en visualisant chacune de ses étapes, pour retrouver dans les lieux l’image ou le signe permettant de réactiver le contenu qui s’y trouvait encodé.

2Le grand projet historiographique dirigé par Pierre Nora dans les années 1980, Les Lieux de mémoire, se réfère implicitement à cette tradition, tout en donnant une dimension nouvelle au dispositif. Cette enquête collective visait à identifier les lieux d’objectivation, de fixation, de transmission de la mémoire collective, celle de la République, de la Nation, de la France, ou plutôt des Frances, selon une progression qui conduisait du plus simple au plus complexe. Ces lieux constitutifs d’une identité partagée dessinent une mythologie collective, balisant ce que Pierre Nora appelle une « géographie mentale » (Nora, 1984, p. VII). Ils sont aussi les cadres de référence de valeurs et de repères communs, inscrivant dans le présent des monuments et des célébrations des moments du passé saisis dans leur singularité et leurs significations propres. Les lieux de mémoire présentifient le passé collectif, par exemple dans la permanence d’un monument ou dans le temps cyclique d’un anniversaire. Le passé connaît ainsi différentes formes d’actualisation, il est aussi un enjeu pour les politiques de la mémoire qui peuvent modifier le sens et la hiérarchie des lieux qui la composent. Les lieux de mémoire sont en effet des constructions, qui peuvent être instrumentalisées à différentes fins, être resémantisées, être désactivées et tomber en déshérence ou au contraire être institutionnalisées. La nature des lieux de mémoire, leurs contenus, leur sens, leurs fonctions sont l’objet de stratégies multiples, elles sont des enjeux de pouvoir, des objets de conflits. À travers leur évolution, on peut observer les formes de réflexivité d’une société sur ses valeurs et son histoire, ce qui fonde son identité et la différencie des sociétés voisines. Là se joue également le lien complexe qui permet à un individu de se reconnaître ou non dans une collectivité, à travers le partage d’une mémoire, de valeurs et de symboles. Car les mythes identitaires font l’objet d’un apprentissage et d’une transmission, à différentes étapes de l’éducation et de la socialisation, dans l’environnement familial comme dans l’institution scolaire, et Pierre Nora insiste à juste titre sur le rôle de la pédagogie, de ses manuels comme de ses acteurs, dans la transmission des savoirs et des représentations sur la République, la Nation et les Frances.

3Que sont ces lieux de mémoire ? On trouve dans cet ensemble des toponymes et des sites géographiques, comme Roncevaux, des lieux génériques comme les cimetières et des sites particuliers, comme la Bibliothèque nationale – celle d’hier ou celle d’aujourd’hui –, le patrimoine artistique, des institutions, des rituels, des fêtes, des anniversaires, des chansons, des textes, des savoir-faire artisanaux, des figures individuelles ou des associations.

4Pierre Nora identifie trois aspects dans les lieux de mémoire : matériels, symboliques et fonctionnels. Ces dimensions se prêtent à de multiples combinaisons, selon le degré de réflexivité et les savoirs de ceux qui les fondent et les instrumentalisent (Nora, 1984, p. XXXIV). Par exemple, un lieu en apparence purement matériel, comme un dépôt d’archives ou la Bibliothèque nationale, ne devient lieu de mémoire qu’en symbolisant un rapport particulier au passé collectif, au patrimoine, à l’histoire, en reflétant une valorisation et une autorité singulières du livre et de la trace écrite.

5Des mnémotechniques de l’Antiquité, les lieux de mémoire de Pierre Nora perpétuent le principe d’une topographie (matérielle, symbolique, architecturale) où viennent s’inscrire des signes renvoyant à un moment historique, à un personnage, à un mythe collectif, à une idéologie politique. Mais là où les arts de la mémoire antique sont une technique mentale et individuelle, se prêtant à la remémoration de contenus adaptés à des circonstances particulières, les lieux de mémoire de Pierre Nora sont des dispositifs objectivés et matérialisés, partagés par des communautés, voire par une société entière. Ils sont une interface entre la mémoire collective et la mémoire individuelle, et différents médiateurs sociaux s’attachent à identifier ces lieux d’ancrage et à expliciter les contenus qui y sont encodés. C’est une mémoire collective, politique et nationale qui est ainsi inscrite sur différents supports, matériels, symboliques et fonctionnels.

6Les Lieux de mémoire de Pierre Nora ont ouvert la voie d’une nouvelle forme d’histoire culturelle, et les Lieux de savoir partagent avec cette grande entreprise l’exploration d’un vaste ensemble de dispositifs à la fois matériels, fonctionnels et symboliques, relevant de différentes échelles d’observation, et permettant d’apporter un éclairage nouveau sur des champs massifs, la République, la Nation, les Frances, dans un cas, les savoirs humains dans l’autre.

7Les savoirs constituent d’ailleurs une dimension centrale des lieux de mémoire, car la mémoire se transmet et s’actualise grâce à la reproduction et à la transmission de récits fondateurs, de savoir-faire, de manières de dire, d’une mythologie collective. Les institutions et les manuels scolaires, les musées, les académies, les sociétés savantes, les savoirs de l’archive et de la généalogie, les grandes œuvres historiographiques relèvent des topographies de la mémoire autant que de celles des savoirs.

8Le projet des Lieux de savoir se différencie cependant des Lieux de mémoire sur un premier point : il n’est pas défini par un cadre national, il a opté pour une visée comparatiste, dans la diversité des cultures et sur la longue durée historique. Il sort également du champ de l’histoire stricto sensu pour se déployer dans celui de l’anthropologie cognitive et culturelle. Si elle ne poursuit pas l’exigence d’exhaustivité des Lieux de mémoire, l’enquête sur les lieux de savoir partage un souci de systématicité comme en témoigne le choix d’un plan thématique plus que chronologique. Je vois deux autres différences. D’une part, les Lieux de savoir mettent davantage l’accent sur les pratiques, sur les sphères d’activité, même individuelles, que sur les institutions et les monuments : ce qui fonde un lieu de savoir peut être le projet de matérialiser, de partager et de transmettre le savoir, sous la forme par exemple d’une bibliothèque, mais ce lieu peut également être le cadre de l’activité savante, de la pièce à la table, de la table à l’instrument et jusqu’au support inscrit. D’autre part, les lieux de savoir, s’ils se prêtent aux desseins politiques et s’ils ont eux aussi le pouvoir de diffuser des représentations dans une société, ne se réduisent pas à la matérialisation d’une tradition ou d’un rapport communautaire et identitaire au passé. Le champ des savoirs est plus vaste, davantage découpé et feuilleté que celui de la mémoire collective. L’accent est mis davantage sur les modalités de production, de fabrication, d’appropriation que sur celles de la réception et de l’usage politique et idéologique des représentations.

Notes

1 Deux références dans une riche bibliographie : Yates, 1987 ; Carruthers, 2004.