Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Avant-propos

Texte intégral

1L’idée de ce livre m’a été suggérée par Marin Dacos lorsqu’il m’a invité à réfléchir avec lui au projet d’une « Encyclopédie numérique » qui offrirait un état des savoirs contemporains sous une forme novatrice et en libre accès, dans le cadre d’OpenEdition Press.

2Sous la forme d’une question directe, « Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? », cette invitation s’est imposée à moi comme une évidence, mais aussi comme un défi auquel je ne pouvais me soustraire. Elle me permet d’affronter un objet au cœur de mon travail depuis la fin des années 1990. Tenter de répondre à cette question, c’est aussi se donner l’occasion d’un examen rétrospectif du travail engagé par le réseau de recherche interdisciplinaire « Les mondes lettrés » que j’ai coordonné dans le cadre du CNRS, sous la forme d’un groupement de recherche (2002-2003), puis d’un groupement de recherche international (2004-2007). Ce regard rétrospectif est aussi un bilan d’étape provisoire de ce travail collectif et de la façon dont il se concrétise sur le plan éditorial, sous la forme des deux premiers volumes des Lieux de savoir, publiés par les éditions Albin Michel en 2007 et 2011. Ce livre me donne également l’occasion d’une réflexion prospective et programmatique sur la suite de ce chantier intellectuel, qui va se déployer dans d’autres lieux, sous d’autres formes et avec d’autres partenaires.

3L’objet de cet essai – et ce qui en fait toute la difficulté – est d’expliciter sous une forme synthétique les concepts, les hypothèses de travail, les enjeux théoriques et méthodologiques d’une nouvelle approche des savoirs humains, au carrefour de l’histoire et de l’anthropologie. Succédant aux essais introductifs et aux textes d’articulation que j’ai écrits dans les deux premiers volumes des Lieux de savoir, ce livre me conduit à baliser de nouveau ce champ de recherche, à tenter d’expliciter mes présupposés théoriques, et à tracer une feuille de route pour les investigations à venir, tant pour les nouveaux collectifs de travail en formation que pour tous les lecteurs ou chercheurs qui voudraient s’engager dans des cheminements parallèles.

4Je dois exprimer ma dette, ma reconnaissance à toutes celles et tous ceux qui ont accompagné mon cheminement, aux vétérans comme aux nouveaux compagnons… Quelques noms parmi beaucoup d’autres : Nicolas Adell, Aurélien Berra, Jean-François Bert, Jean-Marc Besse, Anne Cheng, Florence Dupont, Wolf Feuerhahn, Luce Giard, Jean-Jacques Glassner, Marc Jahjah, Pierre Lardet, Bruno Latour, Rafael Mandressi, Sylvain Piron, Antonella Romano, Christiane Sinding, Sarah et Guy Stroumsa, Pierre Vesperini. Je remercie les premiers lecteurs de ce manuscrit pour leurs observations et leurs critiques. Les participants à mon séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales, en cette année 2012-2013, ont aussi grandement contribué, par leur écoute, par leurs questions et par leurs commentaires au fine tuning de ces chapitres.

5J’exprime aussi mon amitié et à ma reconnaissance à Marin Dacos, Pierre Mounier, Martin Dulong, Solène Roulet et à toute l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) et d’OpenEdition Press pour la vision qui est la leur de ce que doivent être le partage des savoirs et le devenir de l’édition savante.

6Je dédie cet essai à tous les chercheurs qui ont contribué à donner corps et réalité à ce projet exploratoire et utopique, et qui ont nourri de leurs savoirs et de leurs expertises les deux volumes publiés comme tous les séminaires et ateliers qui les ont accompagnés et suivis.