Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et société

 | 
Alain Quemin
, 
Glaucia Villas Bôas

Quatrième partie. Lecture et lecteurs

Conditions et modalités de formation de la valeur littéraire en situation coloniale et post-coloniale

Approche comparative des œuvres de Kateb Yacine, Mohamed Dib et Assia Djebar

Kaoutar Harchi

Résumé

Le présent chapitre, directement issu d’une recherche doctorale, aborde la problématique de la reconnaissance littéraire et sociale en contexte colonial. À travers l’analyse comparative des conditions et modalités de consécration de trois écrivains algériens francophones – Kateb Yacine (1929-1989), Mohamed Dib (1920-2003) et Assia Djebar (1936-) – par le champ littéraire français, il devient possible de comprendre de quelles manières et à quelles fins un texte de fiction ainsi que son auteur se voient attribuer une place privilégiée au sein de ce champ. Le recueil et l’étude critique d’articles généralistes, de comptes rendus de lecture, d’articles spécialisés, de notices, d’entretiens, de correspondances privées – documents produits entre 1954 et 2009 – révèlent les mécanismes sociaux de formation de la valeur littéraire, à l’époque coloniale et postcoloniale. Ces mécanismes nous apparaissent comme étant, dans une grande mesure, ceux mis en avant par Jacques Dubois et Pierre Bourdieu. En effet, d’une part, l’appareil institutionnel continue d’occuper, dans le processus de consécration des écrivains algériens francophones, une certaine place et, d’autre part, la théorie des champs demeure, jusqu’à un certain point, efficace quant à la compréhension des stratégies de légitimation développées par les agents. Néanmoins, les spécificités économiques, politiques et idéologiques du contexte dans lequel s’inscrit ce phénomène de consécration, nous conduit à opérer une réévaluation de l’universalité de ces vastes ensembles théoriques. Car, si notre chapitre s’attache à reconstruire les différentes scènes consécratoires par lesquelles passe chacun des écrivains de notre corpus ainsi que l’effet de ce passage sur leur carrière respective, il interroge, aussi, la composition des textes de fiction. Cette prise en compte de la dimension esthétique des œuvres fait ainsi apparaître des éléments d’analyse supplémentaires tendant à prouver que la consécration littéraire serait le résultat d’un long et lent consensus des institutions à sélectionner des textes de fiction qui élargissent le champ des possibilités d’écriture tout en maintenant une correspondance forte avec la norme narrative en vigueur.

Texte intégral

  • 1 Hafid Gaifati, Kateb Yacine. Un homme, une œuvre, un pays, Voix Multiples, Alger, 1986, p. 13.

Je sais ce que signifie le milieu littéraire français et je ne veux absolument pas y retourner. Je ne veux pas renouveler ces rapports d’aliénation, je veux y mettre fin.
Kateb Yacine1

Présentation

1Alors que la Suisse, la Belgique, le Canada et le Québec, tous trois pays en partie francophones, jouissent d’une ancienne tradition littéraire de langue française, l’Algérie, elle, n’a vu qu’assez récemment éclore une littérature de langue française, puisque ce n’est que vers les années cinquante qu’une première génération d’auteurs « indigènes » émerge en prenant alors position contre la présence coloniale.

  • 2 Mouloud Feraoun, Le Fils du pauvre, Éditions des Cahiers du nouvel humanisme, Le Puy, 1950.
  • 3 Mouloud Feraoun, La Terre et le sang, Seuil, Paris, 1953.
  • 4 Mouloud Mammeri, La Colline oubliée, Plon, Paris, 1952.
  • 5 Mohamed Dib, La Grande Maison, Seuil, Paris, 1952.

2L’angle ethnographique est la première porte d’entrée par laquelle le lectorat métropolitain a connu le roman algérien de langue française. Trouvant sa pleine expression dans le genre romanesque, Le Fils du pauvre2, La Terre et le sang3 de Mouloud Feraoun (1913-1960), La Colline oubliée4 de Mouloud Mammeri (1917-1989) ou encore La Grande Maison5 de Mohamed Dib (1920-2003) sont des romans qui dépeignent la vie traditionnelle des paysans algériens, dans les premières décennies du xxe siècle.

3Feraoun, Mammeri et Dib ont connu des trajectoires sociales proches, toutes très fortement marquées par leur expérience de l’école française, dont l’enseignement des lettres était particulièrement axé sur la mise en valeur des œuvres de romanciers français tels que Stendhal (1783-1842), Honoré de Balzac (1799-1850), Émile Zola (1840-1902) ou encore Guy de Maupassant (1850-1893). Les auteurs algériens cités ont été très influencés par leurs lectures des grands classiques et, considérant avoir affaire à de véritables modèles, ils ont tenté, à travers leurs propres productions littéraires, de s’en approcher.

4Plus qu’une simple retranscription du réel, la description s’est alors voulue monstration du trouble introduit par la présence étrangère, au sein de la tribu. La méthode descriptive utilisée par ces romanciers a consisté, en ce sens, à saisir, au plus près, les scènes quotidiennes de tension et d’éclatement vécues par les populations indigènes. Dans l‘esprit de ces premiers écrivains, cette proximité du réel et cette volonté d’écrire la réalité, étaient les plus susceptibles de faire comprendre à la population française métropolitaine les douleurs de la guerre d’Algérie et ses conséquences irrémédiables.

5Galina Djougachvili, dans son ouvrage Le Roman algérien de langue française (1976), avance l’idée selon laquelle la période ethnographique aurait été « une période d’essai » que la guerre d’Algérie – déclarée le 1er novembre 1954, suite à l’insurrection algérienne –, aurait renforcée, amenant ainsi les auteurs à prendre conscience des violences inédites et durables dans lesquelles leur pays sombrait. Cette rupture historique semble être sensible dans les productions littéraires survenues par la suite.

6Le roman L’Incendie de Mohamed Dib (1954), par exemple, a fait disparaître les longues descriptions, la multiplication des effets de réel, et cela au profit de la mise en scène légendaire d’un « continent oublié », où « la civilisation n’a jamais existé ». La progression narrative est fondée sur l’accentuation, non plus de la tonalité moralisatrice, mais de la tonalité critique, soit une importante remise en cause de l’idéologie impérialiste et coloniale portée par un groupe de paysans dynamiques, producteur de discours et acteur de son existence. Assia Djebar (1936 - ), à travers son premier roman, La Soif (1957), s’est éloignée, elle aussi, d’une écriture ethnographique pour développer un univers fictif réinvestissant et reformulant la question fondamentale des rapports familiaux dans l’Algérie des années 1950. Là encore, la figure du narrateur omniscient s’est peu à peu effacée pour laisser la figure de l’individu en quête de modernité s’exprimer, s’affirmer et déstabiliser, par son regard lucide sur le monde, à la fois la société coloniale et la société colonisée. Kateb Yacine (1929-1989) semble, quant à lui, avoir définitivement refusé d’inscrire ses productions littéraires au sein du courant réaliste à la française. Son roman Nedjma présente en effet une temporalité volontairement obscure et dilatée, un enchâssement des récits, une multiplication des points de vue et surtout une disparition définitive des descriptions.

7Cette succincte présentation des modifications à l’œuvre dans les productions littéraires francophones des auteurs algériens des années 1950 indique que la ruine de la description, provoquée par l’abandon du modèle narratif réaliste français, constitue une étape importante de l’histoire de la littérature algérienne.

  • 6 Yacine Kateb, « Pourquoi j’ai écrit Le Cadavre encerclé », France-Observateur, Paris, 1958, p. 12.

8Dib, Kateb, Djebar, et d’autres, en maintenant le choix du genre romanesque mais en pratiquant un régime d’écriture en rupture avec celui qui dominait depuis 1920, en continuant d’écrire en français, en ne publiant que dans des maisons d’édition parisiennes, en décidant de faire de leur discours promotionnel sur leurs œuvres respectives un discours critique sur la colonisation française en Algérie, ont, selon la théorie de l’action symbolique de Pierre Bourdieu, pris position au sein du champ littéraire, c’est-à-dire engagé des stratégies orientées vers une fin en fonction d’intérêts à satisfaire et d’enjeux à concrétiser parmi lesquels la reconnaissance occupe une place plus qu’importante. Et cela, aussi bien au niveau individuel – voir ses productions littéraires socialement valorisées – qu’au niveau collectif – parvenir, par le développement d’un patrimoine littéraire national, à imposer la légitimité du peuple algérien à disposer de lui-même, ce que Kateb Yacine a résumé ainsi : « J’écris en français pour expliquer aux Français que l’Algérie n’est pas française »6.

9Se rappelant, toujours avec Pierre Bourdieu (1992, p. 223), que « faire date, c’est inséparablement faire exister une nouvelle position au-delà des positions établies, en avant de ces positions, en avant-garde, et, en introduisant la différence », nous notons que l’auteur algérien francophone qui s’est, de manière objective, le plus distingué est justement Kateb Yacine. Qualifié par certains agents du champ littéraire comme « le fondateur de la littérature maghrébine » et « le père de la nation algérienne », il a occupé et continue d’occuper, malgré sa disparition, une position prestigieuse.

10Charles Bonn (1996), chercheur spécialisé en littératures maghrébines, qui a eu le souci de constituer une base de données bibliographiques recensant l’ensemble des travaux réalisés soit sur le roman Nedjma, soit sur son auteur Kateb Yacine, soit sur l’un et l’autre à la fois, quantifie ainsi :

Cette base de données comporte trois tables principales : une table de références de livres (environ 9 000 références en 1996), une table de références d’articles (environ 20 000 références en 1996) et une table de travaux universitaires (environ 1 850 références en juin 1996). À ces tables principales sont jointes des tables secondaires donnant des renseignements complémentaires (biographies rapides, par exemple), ou servant aux différents contrôles de validité ou au codage des informations entrées. Soit un total de 40 000 entrées.

11Ces chiffres, sans aucune commune mesure avec la somme des écrits produits sur les autres écrivains algériens apparaissent comme de pertinents indices nous permettant de mesurer à quel point Kateb Yacine et son roman Nedjma ont suscité un vif intérêt des consciences, de part et d’autre de la Méditerranée, intérêt matérialisé par ce que nous pourrions appeler une édifiante inflation des discours critiques qui n’a fait que s’accroître depuis.

12Sur le plan qualitatif, notons que la critique française de l’époque a reçu ce roman dans un éblouissement admiratif, suspendant toute velléité du jugement esthétique, ce qui fera dire à Jean-Pierre Faye que Nedjma est un « livre-jalon […] où quelque chose se produit avec la forme » et où se donne à voir et à lire « un échange généralisé des narrations, capable d’éclairer le champ idéologique qui se constitue autour de l’écriture » (Faye, 1970, p. 25). Par la suite, d’aucuns ont qualifié l’œuvre katébienne de « monumentale » (Khadda, 1958), de « révolutionnaire » (ibid.), d’« incandescente » (Rosenman, Trevisian, 1958), de « mythique » (ibid.), y voyant ainsi une entrée pertinente pour s’interroger sur « les pouvoirs de la littérature » ou encore « les modalités […] par lesquelles l’œuvre a pu opérer une forme de diction-prémonition de l’Histoire » (ibid.). Et si, dans ce propos introductif, nous n’étions pas limités, nous pourrions, sans aucune difficulté, continuer à multiplier de pareils exemples et citations, les sources semblant, à cet égard, infinies.

13Dans cette perspective, nous voyons se construire, peu à peu, des réseaux d’investissement intellectuel et de valorisation formelle de Nedjma qui ont pour effet premier de distinguer la place qu’occupe le texte dans le corpus romanesque algérien francophone.

14La position occupée par Kateb Yacine dans ce que Pierre Bourdieu (1980b) appelle le sous-champ de production restreinte, où « les producteurs n’ont pour clients que les autres producteurs qui sont aussi leurs concurrents les plus directs […] et dont l’économie des pratiques se fonde, comme dans un jeu à qui perd gagne, sur une inversion des principes fondamentaux du champ du pouvoir et du champ économique », s’est ainsi renforcée et le temps semble avoir confirmé cela puisqu’en 2009, sur décision du ministère de l’Éducation nationale, Nedjma a figuré au programme du concours d’entrée de l’École normale supérieure de Lyon. À cet égard, Charles Bonn écrit :

  • 7 Charles Bonn, « Nedjma de Kateb Yacine. Dossier pour les classes préparatoires. », http://www.lima (...)

Ce qui semblerait une évidence pour qui n’est pas familier de la frilosité du système universitaire français apparaît pourtant aux familiers de ce système comme une véritable révolution7.

15Ce que ce dernier juge être « une évidence » (comprenons par-là une prétendue qualité essentielle de Nedjma au nom de laquelle ce roman méritait naturellement de figurer au programme de l’ENS), relève selon nous, au contraire, du lent, complexe et conflictuel processus par lequel une œuvre artistique ou littéraire est consacrée. Consécration que Nathalie Heinich, dans son ouvrage L’Épreuve de la grandeur. Prix littéraires et reconnaissance, juge « ambivalente » et cela en raison de « la pluralité des instances de consécration […] propre aux activités soumises au régime de singularité dont relèvent, à l’époque moderne, les mondes […] de la création » (Heinich, 1999c, p. 262). Et elle ajoute quelques lignes plus loin que cette pluralité « est elle-même indissociable d’une duplication de la temporalité en matière de reconnaissance, puisque seul le passage à la postérité permet de reconnaître les véritables écrivains, capables de satisfaire […] l’attente à long terme d’une œuvre véritable » (ibid., p. 263). Dans cette perspective, l’œuvre de Kateb Yacine semblerait être passée par plusieurs scènes consécratoires dont il nous importe de comprendre les possibilités, conditions, modalités d’accès et d’intégration.

Construction de l’objet et problématique

16La recherche de doctorat, ici présentée, s’intéresse au procès de consécration littéraire de Nedjma de Kateb Yacine et cela à travers une approche comparative convoquant principalement les cas de Mohamed Dib et Assia Djebar afin d’en user comme des contre-points de l’analyse.

17Le cas littéraire algérien émerge à partir d’un lieu soumis, pour reprendre l’expression de l’historien Daniel Rivet (2002, p. 373), « au feu de la colonisation ». Or, si le Maroc et la Tunisie peuvent aussi apparaître comme des lieux soumis à ce même « feu », il semble que l’Algérie, parce qu’elle obéit au régime politique de la colonie – entendons par là une assimilation de l’Algérie à la France –, et non du protectorat – c’est-à-dire une mise sous tutelle des pouvoirs locaux au pouvoir métropolitain –, soit placée dans une situation à part, irréductible à celle des deux autres pays du Maghreb précédemment cités. « Pour être eux-mêmes, le chemin à parcourir, pour les Marocains et pour les Tunisiens, est balisé par le sentiment d’avoir seulement à recouvrer leur personnalité aliénée par l’occupation coloniale et non pas d’avoir, comme les Algériens, à la reconstruire ex nihilo, au prix d’une déchirante dispute historique qui est livrée à soi autant qu’à l’étranger », précise à nouveau Daniel Rivet (p. 374). Le lieu dans lequel se réalise cette littérature comporte ainsi, et cela plus que n’importe quel autre lieu, un faisceau d’indices identitaires et relationnels, tendant à faire du contexte colonial algérien, un contexte extérieur extrême et spécifique à la fois, de création artistique et de pratiques littéraires.

18Les processus de valorisation, voire de consécration d’une œuvre littéraire ainsi que de son auteur, sont des objets qui ont très brillamment été analysés par de nombreux sociologues parmi lesquels nous pouvons citer : Pierre Bourdieu, et ses ouvrages (1992, 1979a) Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire ainsi que La distinction. Critique sociale du jugement ; Jacques Dubois (1978) et L’Institution de la littérature. Introduction à une sociologie ; Alain Viala (1985) et l’ouvrage Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique. Néanmoins, il semble que les œuvres littéraires de langue française produites pendant la période coloniale souffrent d’un manque théorique et conceptuel que nous aimerions contribuer à réduire. Ainsi, l’analyse de la réception des littératures dites francophones se révèle être, pour la science sociologique, certes un terrain particulièrement ardu mais dont l’étude rendrait possible et riche la compréhension des rapports que nouent ensemble l’institutionnel, le linguistique et le littéraire, car, comme le rappellent Gisèle Sapiro, Georges Steinmetz et Claire Ducourneau,

« les écrivains, artistes et chercheurs des sociétés issues de la décolonisation, défient […] par leurs lieux d’édition, leurs langues d’écriture ou par la référence à la culture des anciens colonisateurs, les frontières nationales des champs littéraires, artistiques et savants » (2010).

19Comment, à une époque où la société coloniale et la société colonisée sont imbriquées, allant jusqu’à former une totalité – soit « un système complexe de relations de pouvoir où toutes les composantes du social interagissent dans un continuel réajustement de leurs relations » (Smouts, 2007, p. 29) –, s’est opérée la reconnaissance, la validation, la valorisation des propriétés esthétiques de Nedjma ainsi que des propriétés biographiques de son auteur ?

20Il convient de saisir le cadre rituel, voire cérémonial, à travers lequel l’œuvre katébienne (tout autant que la figure même de Kateb Yacine) a été conduite à être considérée, par la communauté des critiques éditoriaux, littéraires, universitaires et journalistiques, du moment de la parution du roman Nedjma jusqu’à une époque très récente, comme l’œuvre majeure de la période coloniale et cela, en les comparant aux trajectoires de Mohamed Dib et d’Assia Djebar.

Constitution du corpus d’études et méthodologie

21Œuvrant à comprendre comment, à partir d’un échange entre une entité émettrice et une entité réceptrice, le texte bénéficie d’une lecture reconnaissant l’économie des signes linguistiques comme constitutive d’une littérarité définie en tant que valeur forte dans le système des lettrés, il nous importe, tout logiquement, de convoquer les traces substantielles de cet échange car, comme l’écrit Benoît Denis, « analyser les processus de consécration implique peut-être de faire porter son attention sur les agents et instances de consécration plus que sur les œuvres et auteurs consacrés » (2010). Ainsi, pour mener à bien notre recherche, il est fondamental de pouvoir clairement définir le corpus d’études sur lequel nous travaillons.

22Le corpus primaire comporte cinquante documents relatifs à la biographie de Kateb Yacine ainsi qu’à ce que Kateb Yacine a pu dire de lui-même, de son œuvre, de la découverte de sa vocation littéraire et de son rapport à l’art en général. À cela, nous avons joint trois cents textes critiques ayant été produits sur l’œuvre de Kateb Yacine et ce dès la parution de son premier roman Nedjma. Ainsi, ces documents vont de l’année 1956 où le journaliste Jean-Marie Domenach publie un article intitulé « Nouvelles écritures » (1956, p. 23-32), jusqu’à l’année 2010 où, sous la direction de trois chercheurs en littérature (Julien, Colette, Authier, 2010), a paru un ouvrage collectif ayant pour titre Kateb Yacine et l’étoilement de l’œuvre. Ces documents, principalement sélectionnés parce qu’ils sont issus de sources très différentes, relèvent de plusieurs ordres, du plus savant au plus vulgarisé.

23Le corpus secondaire comporte aussi cinquante documents liés à la biographie respective de Mohamed Dib et Assia Djebar ainsi qu’à tout ce qu’ils ont pu exprimer sur eux-mêmes et sur leurs travaux littéraires. À cela, nous avons joint trois cents textes critiques produits sur les œuvres de Mohamed Dib et Assia Djebar, par des critiques, des professeurs, des journalistes, des éditorialistes, des éditeurs, des groupes de lecture collective, notamment. Ces documents qui vont de l’année 1954 à l’année 2009 présentent le grand avantage d’avoir été, dans bien des cas, écrits par des individus ou ont émané de structures qui, au même moment, produisaient des écrits sur Nedjma. Ces données, comme celles du corpus primaire, ont été retenues en fonction de la diversité des sources qu’elles présentaient. Le taux de scientificité de ces documents varie, là aussi, du plus fort au plus faible.

24À travers leur article « La certification de la valeur de l’art. Experts et expertises », Raymonde Moulin et Alain Quemin (1993, p. 1445) attirent notre attention sur le fait suivant : « L’expertise devient ainsi un des mécanismes majeurs de construction de la valeur de l’art. Il n’est pas interdit de s’interroger […] sur la certification des experts authentifiant la valeur de l’art et sur les critères auxquels ils se réfèrent pour construire la certification de la valeur de l’art et de la réputation des artistes. » Dans cette perspective, nous sommes particulièrement sensibles, non seulement à ce qui a été écrit et continue de s’écrire sur l’œuvre katébienne mais aussi aux modalités d’acquisition des compétences d’expertise littéraire des « experts » à l’origine des écrits critiques en question.

25Nous avons fait le choix d’appréhender le corpus primaire et le corpus secondaire à travers une même grille d’analyse, découpée en quatre grandes thématiques : les parcours, les positionnements, les autoreprésentations ainsi que la réception. La première piste vise à reconstruire les trajectoires des trois auteurs considérés. La deuxième a pour objet d’étudier les prises de position de ces derniers. La troisième piste s’intéresse à la manière dont les auteurs ont investi et occupé leur position dans le champ. Enfin, la quatrième piste envisage les modalités à travers lesquelles les œuvres littéraires ont été reçues ainsi que le traitement critique qui leur a été réservé.

Hypothèses de travail

26Au sein du paradigme de la sociologie de la littérature, nous notons que la notion de consécration a été peu théorisée. Jacques Dubois, dans son ouvrage L’Institution de la littérature. Introduction à une sociologie, lie constamment cette notion à des instances structurées et structurantes. Voici ce qu’il écrit (1978, p. 87) :

On peut se représenter chacune de ces instances de consécration comme exerçant sa juridiction à un point précis de la chaîne qui permet l’entrée d’un écrit ou d’un écrivain dans l’histoire : 1° le salon ou la revue supportent l’émergence ; 2° la critique apporte la reconnaissance ; 3° l’académie sous toute forme engage, par ses prix ou ses cooptations, la consécration ; 4° l’école avec ses programmes et ses manuels, intègre définitivement à l’institution et garantit la conservation.

27Nous ne sommes qu’en partie d’accord avec ce qu’énonce ici Jacques Dubois, car nous pensons que cette entrée en matière privilégie trop fortement le schéma et cela au détriment d’une approche processuelle. En ce sens, nous faisons l’hypothèse H1 selon laquelle la consécration d’un auteur est le résultat d’un équilibre, permis par l’institution, entre, d’une part, une spécialisation de la production littéraire et, d’autre part, sa capacité à ne pas déstabiliser les normes esthétiques en vigueur, à une époque donnée.

28Le propos défendu dans le cadre de cette recherche de doctorat implique néanmoins de noter que, s’agissant de l’ensemble que constitue la littérature algérienne de langue française produite en situation coloniale, le concept de champ littéraire tel que défini par Pierre Bourdieu mérite d’être précisé, car il existe une certaine difficulté à repérer, dans le temps, et à l’appui d’œuvres clairement distinctes, « les trois états du champ » que sont « la conquête de l’autonomie », « l’émergence d’une structure dualiste » ainsi que « le marché des biens symboliques ». De plus, la constitution de l’histoire de la littérature francophone algérienne n’est pas assimilable à celle de l’histoire de la littérature française et, comme le précise Bernard Mouralis, « le développement d’une littérature qui entend se consacrer au dévoilement et à la dénonciation de la situation coloniale et dont les auteurs jouent parfois un rôle politique semble révéler une autonomie fort relative du champ littéraire » (2001). Cela signifie-t-il pour autant que la théorie des champs ne permette pas la compréhension de la production algérienne francophone des années 1950 ? Nous ne le pensons pas, car, comme l’indique Pierre Bourdieu, il est possible d’envisager « une situation dans laquelle une frontière politique vient diviser le champ littéraire » (Bourdieu, 1998b, p. 13) et, ajoute-t-il, « on peut être libre politiquement et dominé littérairement ». Il semble à cet égard que le cas de l’Algérie colonisée fasse état d’une domination à la fois politique et littéraire. Ainsi, nous pouvons formuler une seconde hypothèse H2 selon laquelle il n’existerait, à proprement parler, pas de champ littéraire algérien, au sens d’un réseau national de relations objectives entre des positions mais plutôt un sous-champ littéraire algérien rattaché au champ littéraire français.

Présentation des premiers résultats

29En entamant cette recherche de doctorat, nous pensions que la question de la consécration de Kateb Yacine (comme celle des auteurs consacrés en général) était fonction d’une instance détenant le pouvoir de consacrer et pour lequel les agents du champ littéraire institutionnel luttaient afin de le conserver. Or, nous nous sommes très rapidement rendu compte que cette représentation de l’institution littéraire, en tant qu’unique foyer consacrant, ne correspondait que peu à ce que nous observions empiriquement.

30Par une approche comparative respectant l’ordre chronologique de production des documents interprétatifs portant sur L’Incendie de Mohamed Dib, Nedjma de Kateb Yacine et La Soif d’Assia Djebar, par exemple, nous observons que ces textes littéraires ont grandement circulé à travers les réseaux complexes de la réception critique, les maisons d’édition étant elles-mêmes incluses dans ces réseaux.

  • 8 Op.cit, p. 5.
  • 9 Ibid.

31Décidée à préparer, à maîtriser et à orienter au mieux la diffusion et surtout l’interprétation de Nedjma au sein du lectorat français, l’équipe éditoriale du Seuil a pris la décision d’accompagner ce texte d’un « avertissement », comme aurait dit Gérard Genette, où, entre autres, « les éditeurs » ont écrit : « Conçu et écrit en français, Nedjma reste une œuvre profondément arabe et sur laquelle on ne peut porter un jugement valable si on la sépare de la tradition à laquelle jusque dans ses reniements, elle ne cesse d’appartenir »8. Quelques lignes plus loin, on peu lire : « La pensée européenne se meut dans une durée linéaire, la pensée arabe évolue dans une durée circulaire où chaque détour est un retour, confondant l’avenir et le passé dans l’éternité de l’instant »9. Il est intéressant de remarquer qu’à cette période-là et parmi l’ensemble des romans publiés par les éditions du Seuil, seul le roman Nedjma est précédé d’un prière d’insérer d’autorité exclusivement éditoriale ; ce qui nous laisse penser, dans un premier temps, que les « éditeurs » de Kateb Yacine avaient eux-mêmes un rapport, une appréhension, voire une interprétation de Nedjma qui justifiaient à leurs yeux un traitement spécifique matérialisé par l’adjonction du paratexte en question. Dans un second temps, le contenu de ce dernier laisse apparaître une construction de la valeur littéraire au moyen d’un appareil argumentaire principalement fondé, non pas tant sur la démonstration de sa littérarité exceptionnelle propre que sur l’écart qu’il serait parvenu à instaurer à l’égard du modèle romanesque français et européen.

32En 1958, le journaliste littéraire Olivier de Magny publie dans la revue Esprit (qui soutient la décolonisation en Indochine et en Algérie) un article intitulé « Panorama d’une nouvelle littérature romanesque » où il tente de comprendre ce que des écrivains qui lui sont contemporains doivent à tous les grands écrivains qui les ont précédés et il écrit :

[Il s’agit] de noter encore l’entreprise qui se développe dans tel roman de Faulkner, singulièrement dans Absalon, Absalon et cela pour comprendre que les œuvres de Michel Butor et de Kateb Yacine et de Claude Simon ne répètent ou ne reprennent pas ces orientations, ces entreprises et ces méthodes mais les présupposent » (Magny (de), 1958, p. 3).

  • 10 Ibid., p. 49.

33Notons tout d’abord, qu’au moment où Olivier de Magny rédige cet article, pas moins de dix romans de langue française, certes de facture très diverse, d’auteurs algériens, sont publiés dans cinq maisons d’édition parisiennes et le nom de Kateb Yacine est celui qui est le plus souvent cité. Quelques lignes plus loin, Olivier de Magny écrit : « La critique [évoquant par-là les éditeurs de Nedjma] a le plus souvent salué Nedjma comme le meilleur roman algérien en langue française, ce qui n’est pas d’ailleurs contestable. Ce livre extraordinaire dépasse toutefois, et de loin, cette catégorie un peu « régionaliste » de jugement. En intégrant au roman occidental une certaine architecture propre à la cosmologie arabe, il enrichit et renouvelle vigoureusement le genre qui nous occupe ici »10. La dimension extraordinaire au sens littéral et l’écart « arabe » sur lesquels l’équipe éditoriale des éditions du Seuil insistait se trouvent, ici, à nouveau mis en avant. Non plus dans une perspective d’exclusion, d’éloignement (supposé fascinant) de l’esthétique littéraire française, mais plutôt de volonté d’intégration à cette dernière.

  • 11 Ibid., p. 11.

34À travers ces deux exemples critiques, certes très circonscris, nous pouvons pourtant entrevoir ce qui, à notre sens, se joue à l’intérieur des processus de consécration du roman Nedjma, à savoir non pas tant des conflits entre des structures institutionnelles validant ou invalidant les productions littéraires qui souhaitent solliciter l’attention de ces dernières en vue d’obtenir la reconnaissance de leur littérarité, mais plutôt un consensus de ces mêmes structures à sélectionner des textes élargissant le spectre des possibilités d’écriture tout en maintenant une correspondance forte à la norme esthétique en vigueur. Ainsi, nous comprenons mieux ce qui suit, sous la plume d’Olivier de Magny : « On n’en finirait plus de montrer comment le « nouveau réalisme » de Michel Butor est une recherche de la réalité totale et correspond à l’ambition cosmique de James Joyce. Les romanciers qui aujourd’hui remettent en question le roman oscillent donc entre la recherche du roman par lui-même (Butor, Cayrol, Simon, Kateb) et la négation du roman par lui-même (Samuel Beckett, Maurice Blanchot, Robert Pinget auxquels il faut ajouter les auteurs qui fondent leurs romans sur le mensonge comme Jean Lagrolet, avec Les Vainqueurs du Jaloux, Louis René Des Forêts avec Le Bavard et même Jean Genêt »11. Le nom de Kateb Yacine figure certes entre parenthèses, mais une parenthèse où l’on retrouve aussi et surtout ce que l’on pourrait qualifier d’avant-garde d’un courant littéraire en expansion, à la fin des années 1950, le Nouveau Roman.

35Les documents que nous avons jusqu’ici réunis et analysés ne permettent pas une large généralisation des résultats. Néanmoins, nous sommes convaincus que l’organisation et la gestion de la distance entre le déviant et le normé, le spécialisé et le général, le particulier et l’universel sont ce que le champ littéraire français a continuellement tenté de maîtriser, allant jusqu’à faire de la quête de l’équilibre de ces antagonismes l’un des critères à partir duquel l’œuvre katébienne a été « con-sacrée ». Cette idée pourrait être étendue sur une période plus longue ainsi que sur la quasi-totalité des documents du corpus primaire et secondaire.

36L’examen des mécanismes de construction de la valeur littéraire, à partir du cas de l’écrivain algérien de langue française Kateb Yacine, à l’époque coloniale et post-coloniale, montre que la théorie des champs développée par Pierre Bourdieu s’avère d’une application intéressante puisque, comme nous avons voulu le montrer, des dispositions, des prises de position, des positions, des concurrences et des stratégies sont clairement identifiables et permettent de rendre compte de la production des œuvres littéraires ainsi que de leur socialité. Cela étant, il s’avère peu pertinent d’évoquer l’existence d’un champ littéraire algérien autonome. En effet, dans les années 1950, Paris, en tant que centre littéraire incontournable concentrant en son sein le pouvoir d’éditer, de traduire, de faire connaître et de reconnaître, domine le monde littéraire et transforme ainsi toutes les autres régions du monde, l’Algérie y compris, en périphérie. Il semble alors que nous ayons affaire à un champ littéraire français dont les frontières ne sont pas nationales mais linguistiques ; ce qui impliquerait de penser la question de la valorisation de l’œuvre katébienne à travers la question de la francophonie. À ce stade de notre recherche et dans la perspective de sa poursuite, il nous semble plus que jamais pertinent et prometteur de penser sociologiquement le phénomène de consécration dont l’œuvre katébienne – comparée aux réceptions critiques de Mohamed Dib et Assia Djebar – a fait l’objet. Phénomène qui résulterait d’un montage social complexe, pluriel, contradictoire, constitué d’éléments discursifs orientés et d’ajustements axiologiques auxquels auraient contribué les instances institutionnelles et académiques classiques.

Notes

1 Hafid Gaifati, Kateb Yacine. Un homme, une œuvre, un pays, Voix Multiples, Alger, 1986, p. 13.

2 Mouloud Feraoun, Le Fils du pauvre, Éditions des Cahiers du nouvel humanisme, Le Puy, 1950.

3 Mouloud Feraoun, La Terre et le sang, Seuil, Paris, 1953.

4 Mouloud Mammeri, La Colline oubliée, Plon, Paris, 1952.

5 Mohamed Dib, La Grande Maison, Seuil, Paris, 1952.

6 Yacine Kateb, « Pourquoi j’ai écrit Le Cadavre encerclé », France-Observateur, Paris, 1958, p. 12.

7 Charles Bonn, « Nedjma de Kateb Yacine. Dossier pour les classes préparatoires. », http://www.limag.refer.org/Cours/2009Nedjma/2009Nedjma.htm, consulté le 31 juillet 2011.

8 Op.cit, p. 5.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 49.

11 Ibid., p. 11.

Auteur

Docteure en sociologie, université Sorbonne Nouvelle Paris 3