Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et société

 | 
Alain Quemin
, 
Glaucia Villas Bôas

Quatrième partie. Lecture et lecteurs

Lire, élire, se construire : les livres de chevet et leur dimension identitaire

Clara Lévy

Résumé

Ce chapitre présente une recherche portant sur un objet jusqu’ici inédit en sociologie de la lecture : les livres de chevet – c’est-à-dire les ouvrages préférés, ou de prédilection, des personnes interrogées. À partir d’une trentaine d’entretiens approfondis, nous montrerons que le livre de chevet participe, selon des modalités qui peuvent être très diversifiées, au processus de la construction identitaire des enquêtés. En effet, il apparaît que le livre de chevet fait écho (parfois consciemment pour l’enquêté, parfois sans qu’il en ait lui-même conscience) à une ou plusieurs des composantes identitaires des personnes interrogées.
Pour l’établir, nous nous efforcerons d’abord, dans un premier temps, de montrer que le livre de chevet tient une place particulière parmi les lectures choisies (par opposition aux lectures imposées, en particulier dans le cadre scolaire), dont les enquêtés rendent compte en valorisant l’histoire et le style de leur ouvrage préféré. Cela amène plusieurs des lecteurs à un attachement très intense à l’objet-livre même, qui n’est pas rangé n’importe où, ni toujours prêté aisément. Nous nous intéresserons ensuite, dans un second temps, aux circonstances de la rencontre (et des éventuelles retrouvailles, parfois réitérées) entre le lecteur et son livre de chevet, en analysant à la fois le registre de la « rencontre par hasard » mobilisé par les enquêtés, mais aussi les facteurs (tels que la sociabilité familiale ou entre pairs) qui ont favorisé cette rencontre. Nous mettrons enfin en évidence, dans un troisième et dernier temps, quelques-unes des modalités possibles selon lesquelles ces livres de chevet participent de la construction de soi des lecteurs, en entrant en résonance avec des composantes identitaires qui peuvent se rattacher à des sphères extrêmement différentes (l’identité familiale ; l’identité professionnelle ; identité ethnico-religieuse, etc.).

Texte intégral

  • 1 Nous n’utilisons pas ici par cette expression au sens des livres que l’on pose concrètement sur sa (...)
  • 2 On peut citer les exemples, très différents, de quatre pages dans un numéro de 2003 de Marie-Clair (...)

1Ce chapitre présente une recherche portant sur un objet jusqu’ici inédit en sociologie de la lecture : les livres de chevet1. Ce thème peut donner parfois lieu à des sondages ou à des micro-trottoirs, voire à de mini-enquêtes pour journaux ou magazines2, que l’article de presse proposé soit alors centré sur le livre de chevet ou que celui-ci intervienne de manière périphérique (au milieu d’une série de questions portant sur un lieu de prédilection, un film préféré, une recette de cuisine tout particulièrement appréciée, etc.), que les personnes enquêtées soient connues (personnalités politiques, artistes, intellectuels, écrivains…) ou totalement anonymes. Dans tous les cas, est présente en filigrane l’idée (sur laquelle nous reviendrons par la suite) selon laquelle connaître le livre de chevet d’une personne permet de mieux appréhender les goûts de cette personne et donc revient, au final, à mieux connaître cette personne elle-même. C’est, semble-t-il, la même idée qui prévaut sur un certain nombre de réseaux sociaux tels que Facebook, où les livres préférés s’affichent sur la page de profil des utilisateurs (du moins de ceux qui ont choisi de renseigner cette rubrique – systématiquement proposée à tous – et de la rendre visible à leurs contacts, voire à l’ensemble des internautes). Mais, au-delà du titre même de l’ouvrage cité (que ce soit par les personnes interrogées dans les articles de presse ou, donc, par les usagers des réseaux sociaux en ligne), presque aucun renseignement complémentaire n’est fourni sur les raisons qui ont amené la personne à élire précisément ce livre-là parmi l’ensemble des livres lus ni sur les modalités de l’élection.

  • 3 Pour reprendre une expression utilisée par Stéphanie Tralongo (2001) dans son travail sur la récep (...)

2Cette interrogation n’avait pas encore suscité non plus d’analyse sociologique. Il est vrai que la sociologie de la lecture s’est longtemps principalement centrée sur des analyses de type quantitatif, avec la production de statistiques éclairant des tendances lourdes (comme celles du lien entre origine sociale ou niveau de diplôme et propension à la lecture) ou permettant d’appréhender des problèmes sociaux liés à la lecture (comme l’illettrisme ou l’analphabétisme) (Hersent, 2000). Or il paraît également intéressant de s’attarder, dans une perspective plus qualitative, et à côté de ce type de questions canoniques, sur des cas de « rencontre heureuse »3 entre un lecteur et un ouvrage (ou un auteur). Comment expliquer et comprendre une telle rencontre, qui élève un ouvrage au rang de livre de chevet, de livre d’une vie (ou, parfois, de livre d’une phase de cette vie) ? Dans quelle mesure la boîte à outils sociologiques – que ce soit du point de vue des méthodes d’enquête pour recueillir les données comme de celui des théories mobilisables pour les analyser – permet-elle d’appréhender ce type de rencontres entre un lecteur et un ouvrage, puis d’éclairer la manière dont la relation entre ce lecteur et cet ouvrage se noue et évolue au fil du temps ?

3Il est bien sûr impossible d’observer directement la rencontre et l’évolution des relations entre un individu et son livre de chevet ; la méthode d’enquête indirecte que constitue l’entretien s’impose donc ici. Nous avons travaillé par entretiens approfondis avec une centaine de personnes interrogées en détail d’une part sur leurs lectures en général, et d’autre part sur le rapport particulièrement intense qu’elles entretiennent avec un ouvrage ou un auteur spécifique. L’enquête ne prétend évidemment ni à l’exhaustivité, ni même à la représentativité de l’ensemble du lectorat français actuel. Cela ne signifie pas, pour autant, que les personnes interrogées le seront de manière totalement incontrôlée. En effet, plusieurs variables permettent une réelle diversification du corpus d’entretiens : le rapport à la lecture (professionnel – c’est-à-dire caractérisant ceux dont la profession implique un usage régulier de l’écriture et/ou de la lecture : libraires, bibliothécaires, écrivains, éditeurs, enseignants - ; non professionnel (Chartier, Hébrard, 1989) ; le genre (tenter d’interroger à peu près autant d’hommes que de femmes – même si la lecture est une activité traditionnellement plutôt féminine (Donnat, 2005) ; l’âge ; le niveau de diplôme ; le lieu de résidence (Paris, ville de province, zone rurale).

4Cela apparaît essentiel pour permettre de poursuivre et d’affiner l’analyse sociologique en proposant des pistes pour la compréhension des situations appréhendées : tenter de saisir le sens des affinités existant entre un ouvrage (ou un auteur) et un lecteur, en s’efforçant de contextualiser sociologiquement ces affinités.

  • 4 C’est dans cette perspective de la comparaison avec une rencontre amoureuse que s’inscrit le choix (...)

5Cette contextualisation s’effectuera sur différents plans. Dans un premier temps, par rapport à l’ensemble des pratiques culturelles des enquêtés – puisque les enquêtes d’Olivier Donnat (2009) pour le ministère de la Culture mettent au jour une logique de cohérence et d’accumulation dans les pratiques culturelles privilégiées par les individus. On essaiera donc de ne pas considérer la pratique de lecture de manière trop déconnectée des autres pratiques de culture et de loisir de l’individu (sorties, cinéma musique, télévision, informatique…). Dans un second temps, par rapport au profil de lecture des enquêtés : il s’agira de retracer ces profils – tant du point de vue quantitatif (est-il un gros, un moyen ou un faible lecteur ?) que du point de vue qualitatif (quels sont ses supports de lecture (livres, magazines, bandes dessinées…) ? Quels sont ses genres de lecture (romans, poésie, essais, ouvrages utilitaires ?)). La reconstitution de ce profil de lecture permet de situer la rencontre entre l’enquêté et son livre de chevet – à la fois dans le temps (rencontre tardive ou précoce dans le parcours de lecture) et par rapport aux autres lectures (rencontre cohérente ou atypique par rapport aux autres goûts du lecteur, ce qui ne relèvera d’aucun jugement de valeur). On tentera également d’éclairer les éventuelles sociabilités (ou l’éventuelle absence de sociabilité) déployées autour du livre de chevet : une personne extérieure a-t-elle joué le rôle de prescripteur en conseillant la lecture de cet ouvrage ? La personne enquêtée a-t-elle déjà discuté de son livre de chevet et avec qui ? L’a-t-elle conseillé (et si oui, avec quel bonheur ?) à d’autres lecteurs ? Si l’écrivain est encore vivant, y a-t-il eu des tentatives pour nouer des relations avec lui ? Dans un troisième et dernier temps, on interrogera la relation éventuelle entre la position de l’enquêté et la position de l’auteur de prédilection dans l’espace littéraire : on fait ici l’hypothèse que la sociologie spontanée qu’exprimeront les enquêtés (ou qu’exprimera une partie d’entre eux) mettra largement en avant la dimension du hasard – comme lors des explications du coup de foudre amoureux4. En revanche, de la même façon que le sociologue de la famille peut, à partir de la mise en évidence de la tendance globale de la société contemporaine à l’homogamie, relativiser le discours des enquêtés sur le hasard présidant aux rencontres amoureuses (Girard, 1964), le sociologue de l’art et de la culture peut s’appuyer, pour rendre compte du coup de foudre livresque, sur des résultats classiques en sociologie de la lecture – par exemple les travaux de Pierre Bourdieu sur l’homologie structurale entre les positions sociales des lecteurs et les positions dans le champ littéraire des écrivains et des œuvres qu’ils lisent (Bourdieu, 1979) ou encore l’adéquation mise en évidence par Patrick Parmentier (1986) entre le niveau de diplôme des lecteurs inscrits en bibliothèque et le genre de livres appréciés (plus le diplôme est élevé, plus les genres littéraires privilégiés sont légitimes).

  • 5 Je remercie les étudiants inscrits en sociologie de la culture en troisième année de licence de so (...)
  • 6 La relation entre la lecture et tout ce qui relève des nouvelles technologies (blogs, posts, twitt (...)
  • 7 Les composantes identitaires dont il est ici question peuvent se rattacher à des sphères extrêmeme (...)

6Une trentaine d’entretiens exploratoires ont été menés5, ce qui a offert (malgré certains biais de la population interrogée, où sont largement sur-représentés d’une part les jeunes entre 20 et 25 ans, d’autre part les étudiants) différentes possibilités : premièrement de tester puis d’améliorer la grille d’entretien, deuxièmement d’orienter la recherche vers de nouvelles pistes qui n’avaient pas été envisagées ou pas assez explorées6 et enfin, troisièmement, de valider l’hypothèse principale qui guide l’ensemble de la recherche. On postule en effet que le livre de chevet participe (ou a participé), à un moment crucial, selon des modalités qui peuvent être très diversifiées, au processus de la construction identitaire de l’enquêté. Cette formulation, un peu vague, renvoie aux premiers résultats de la pré-enquête, présentés ci-dessous, où il apparaît que le livre de chevet fait écho (parfois consciemment pour l’enquêté, parfois sans qu’il ait en lui-même conscience) à une ou plusieurs des composantes identitaires des personnes interrogées7. Il conviendra tout d’abord de proposer un panorama assez large des activités de lecture des personnes enquêtées. Nous nous intéresserons ensuite aux circonstances de la rencontre (et des éventuelles retrouvailles, parfois réitérées) entre le lecteur et son livre de chevet. Nous mettrons enfin en évidence quelques-unes des modalités selon lesquelles ces livres de chevet participent de la construction de soi des lecteurs.

  • 8 Cette distinction est assez classiquement mise en évidence dans la plupart des travaux de sociolog (...)

7Dans pratiquement tous les entretiens recueillis, une distinction est immédiatement établie (surtout par les jeunes gens, encore en train d’effectuer des études) entre lectures imposées d’une part (souvent dans le cadre scolaire) et lectures choisies et librement décidées d’autre part8. On peut néanmoins relever quelques contre-exemples de lectures imposées (essentiellement par les professeurs) qui sont au final réappropriées par les lecteurs comme des lectures choisies et qui sont même devenues des livres de chevet :

  • 9 Nous indiquerons, chaque fois que nous citerons un extrait d’entretiens, les informations suivante (...)

Bah, au fait au collège, on avait la possibilité de rencontrer l’auteur de ce livre, Olivier Adam. Mais pour ça, il fallait lire au moins un livre qu’il avait écrit. Il y avait lui [La Messe anniversaire] et puis On ira voir la mer… Enfin, le titre La Messe anniversaire m’a interpellée tout de suite. J’ai eu envie de commencer par lui. Je ne pensais pas que j’allais aimer ce livre de cette façon.
[Femme, 22 ans, éducatrice spécialisée pour adultes, licence de psychologie / Olivier Adam, La Messe anniversaire]9

8Est souvent revendiquée l’importance de la sociabilité et des échanges autour du livre, échanges matériels comme échanges verbaux (soit sur les livres lus, soit sur les livres à lire). On se prête ainsi fréquemment des ouvrages en famille ou entre amis. Il arrive même que le livre de chevet appartienne objectivement à quelqu’un d’autre, mais que l’enquêté l’ait tant apprécié qu’il se l’est, de fait, approprié, même matériellement :

Déjà, à la base, il est pas à moi puisque c’est ma sœur qui me l’a donné, vu qu’elle avait pas aimé et puis quand elle a vu que j’avais adoré, beh, elle m’a dit : « Garde-le ! »… C’est un peu sentimental aussi, en fait… Ça reste dans la famille ! C’est pas un livre que j’ai acheté, neuf… C’est un cadeau de ma sœur et je trouve que c’est encore plus significatif du fait que ce soit mon livre préféré… C’est peut-être aussi parce que c’est ma sœur qui a su le trouver pour moi, en fait ! Ça montre qu’elle me connaît bien et c’est super important pour moi, en fait ! Il a une histoire en quelque sorte, ce livre…
[Femme, 21 ans, étudiante en L2 LEA anglais-espagnol / Marc Lévy, Sept jours pour une éternité]

  • 10 Certaines des lectures qu’ils imposent peuvent en effet se transformer, comme nous l’avons déjà si (...)

9L’entourage joue en effet un rôle déterminant, et en particulier l’espace de socialisation primaire que constitue la famille (et tout spécialement la mère, qui tient une place classiquement prépondérante dans la transmission des pratiques culturelles à ses enfants (Octobre, 2005) – mais aussi le groupe de pairs (les amis – parfois le (la) meilleur(e) ami(e) –, les camarades de classe, les colocataires). Interviennent relativement peu les intermédiaires professionnels de lecture, à l’exception des enseignants10.

Ce livre, je l’ai rencontré quand j’étais élève, je pense, étudiante… On m’a demandé de le lire pour les cours si je me souviens bien. En fait, en y repensant, c’est grâce à mon professeur que je l’ai lu. Enfin, je ne peux pas savoir si de moi-même, je l’aurais lu plus tard.
[Femme, 61 ans, professeur de français à la retraite, Capes / Jean Anouilh, Antigone]

10En fait, les livres sont conseillés le plus souvent par des proches, qui connaissent bien les goûts de l’enquêté et qui sont donc susceptibles de savoir, même avant lui, que l’ouvrage préconisé va lui plaire.

  • 11 Un certain nombre d’enquêtés refusent ainsi de résumer de manière trop détaillée l’intrigue de leu (...)
  • 12 Là encore, on ne fait que retrouver un résultat déjà largement mis en évidence par les travaux ant (...)

11Plusieurs des enquêtés éprouvent un véritable plaisir, qu’ils verbalisent au moment de l’entretien, à discuter de leur livre de chevet. Ils expliquent d’une part qu’il ne leur est pas toujours possible d’en parler avec d’autres personnes – qui ne comprennent et ne partagent pas toujours leur engouement – et d’autre part que, en même temps qu’ils entretiennent une relation intime avec ce livre, ils éprouvent souvent une forte envie de le faire découvrir à d’autres (dont l’enquêteur)11. Malgré cette intimité revendiquée avec le livre de chevet, on constate aisément que la connaissance d’un certain nombre d’informations concernant l’ouvrage (par exemple, les dates et lieux de publication) se révèle assez clivante socialement12. La plupart des enquêtés s’étonnent de la question (voire la disqualifient : « ce n’est vraiment pas cela l’important ! »), se trompent parfois (une lectrice dont l’auteur français Marc Lévy est l’auteur de prédilection croit qu’il s’agit d’un écrivain étranger qui publie en anglais). Seuls quelques-uns, souvent les plus diplômés ou les plus experts – comme par exemple les lecteurs de manga – peuvent répondre sans problème, voire citer les différentes éditions ou traductions du texte... Tous ou presque sont capables, en revanche, de proposer une description très précise et minutieuse de la couverture de l’ouvrage, surtout lorsqu’il y a une illustration – qui est alors restituée dans le détail : objets ou personnages représentés, couleurs utilisées, mise en page du titre par rapport à l’illustration, etc. ; lorsqu’on confronte la description des enquêtés avec les couvertures réelles des ouvrages, on constate que les descriptions sont systématiquement assez exactes.

12La rencontre avec le livre de chevet est spontanément décrite par un certain nombre d’enquêtés en puisant dans le lexique de l’amour : coup de foudre, coup de cœur, relation passionnelle, relation fusionnelle, relation exclusive (cela est rare, voire exceptionnel, mais certains lecteurs ne veulent pas parler à leur entourage de ce livre de chevet parce qu’ils veulent le garder pour eux exclusivement) sont ainsi des termes qui reviennent dans plusieurs des entretiens de notre corpus. De ce fait, et de manière assez cohérente, la rencontre avec le livre de chevet est narrée sur le mode de la rencontre amoureuse – c’est-à-dire en précisant les circonstances objectives de cette rencontre puis, simultanément ou immédiatement après, le ressenti subjectif de cette première confrontation avec ce qui va devenir l’ouvrage d’une vie. Deux scénarios apparaissent envisageables lors de la rencontre avec le livre de chevet. Dans le premier, on s’aperçoit immédiatement qu’il s’agit du livre de sa vie : on le dévore, même si on n’est habituellement pas un gros lecteur ; on rit et on pleure, alors que, habituellement, ces émotions-là ne se ressentent pas avec les livres mais grâce à la musique ou au cinéma ; on le relit immédiatement, dans la foulée, parfois :

Je travaillais dans une association qui s’occupe des enfants et des adolescents malades ou handicapés, l’ENVOL, qui se trouve du côté de Fontainebleau. Et en fait, je rentrais de ce séjour qui avait été émotionnellement assez riche. Et sur le trajet du retour dans le train, en fait, je lisais ce livre… Ça a vraiment été une révélation pour moi parce que je frissonnais, alors qu’il faisait une chaleur énorme dans le train ! Je frissonnais, tellement il me faisait vivre des émotions intenses, ce bouquin […] J’ai un souvenir très intense du moment où je l’ai lu, le contexte dans lequel j’étais et aussi ce qu’il m’a fait vivre. Et à chaque fois que je le lis, je ressens à peu près les mêmes sensations.
[Femme, 27 ans, médiatrice de vie scolaire, inscrite en M1 information, documentation et titulaire d’un M1 de psychologie / Marc Lévy, Sept jours pour une éternité]

  • 13 C’est ainsi le cas d’une lectrice de Marc Lévy, bien consciente du caractère kitsch et « neuneu » (...)

13Dans le second scénario, l’attachement ne s’installe que progressivement ; la rencontre en elle-même n’a rien de miraculeux ou d’exaltant. Parfois, le lecteur est porteur de préjugés contre l’ouvrage ou l’auteur au départ – qui s’évaporent lorsqu’on entame la lecture13 :

  • 14 Le livre de chevet est ici – comme pour plusieurs jeunes hommes du corpus – une série composée de (...)

— Le livre t’a-t-il plu tout de suite ?
— En fait, c’est marrant parce que non… Au début, j’ai lu le premier tome14. Puis le deuxième, puis j’ai arrêté, ça m’a fait chier… Et j’ai pas réalisé tout de suite le potentiel du bouquin et, en fait, c’est parce que ça part vraiment au bout du quatrième tome […] Je ne me suis pas lancé dedans. Il m’a fallu, en fait… Je m’y suis mis, j’avais 18 ans, j’ai lâché et je m’y suis remis vers 21, 22 ans… pour faire toute la suite des 13 tomes en à peine trois mois.
[David, 24 ans, inscrit en M1 et titulaire d’une licence en droit / Robin Hobb, L’Assassin royal]

  • 15 Alors que, par comparaison, les enquêtés expliquent que regarder la télévision vide la tête mais n (...)

14Souvent, le livre de chevet a été relu à de multiples reprises, (même pour des lecteurs qui sont très jeunes), au moins une deuxième fois et même, dans les cas « extrêmes » plus de vingt fois ! Nombreux sont ceux qui expliquent que le livre de chevet est repris parce qu’il a une fonction en quelque sorte anxiolytique. Il a parfois « fait du bien » au moment de la première lecture – et le relire (en entier ou par passages) au moment où on est fatigué, tendu, inquiet procure de l’apaisement15. Et cela même lorsque les lecteurs sont conscients du fait que leur livre de chevet ne paraît pas particulièrement doté de vertu apaisante d’un point de vue extérieur :

Celui-là, je le lis particulièrement quand j’ai eu une sale journée. Quand j’suis très fatigué, je lis ce bouquin. Il m’apaise même si c’est ultra-gore. C’est ultra-violent mais j’sais pas, il m’apaise… Il me tranquillise et j’sais qu’après, je vais passer une bonne nuit. »
[JH, 28 ans, employé à Groupama, titulaire d’un BTS hôtellerie-restaurant / Patricia Cornwell, Jack l’éventreur : affaire classée]

15Le livre de chevet est quelquefois relu aussi quand on ne sait pas quoi lire (on n’a pas envie d’essayer un autre livre dont on n’est pas sûr qu’il plaise) ou même quand on ne sait pas quoi faire (la lecture comme passe-temps au sens propre du terme) :

Je dois le lire une fois tous les deux ou trois mois en fait… C’est dès que j’ai un moment de libre et que je n’ai aucune lecture intéressante à me mettre sous la main. Du coup, je prends celui-ci et je le lis dans les transports, quand je fais la queue à un guichet, quand je m’ennuie à la maison… C’est un peu mon livre passe-temps, je crois [rires]
[Femme, 23 ans, master d’économie gestion / Amélie Nothomb, La Métaphysique des tubes]

16Ce qui plaît dans le livre de chevet, ce qui explique l’attachement si spécifique qu’on lui porte renvoie, quand il s’agit d’un texte littéraire, aux deux composantes que sont l’histoire et le style (même lorsque l’ouvrage est traduit). La hiérarchisation entre les deux dépend des lecteurs, plutôt que de la qualité littéraire attribuée aux auteurs par les instances de légitimation. Le style d’un auteur peu légitime dans le champ littéraire (Bourdieu, 1991) comme Marc Lévy est ainsi très prisé par ses lectrices (les ouvrages de Marc Lévy sont cités à de multiples reprises dans nos entretiens, et toujours par des femmes) : ce style est simple et en même temps expressif, parlant, vivant.

17Sont également valorisés l’humour, l’apport de connaissances, le fait d’être touché (parfois au-delà de ce qu’on attendait d’un livre) par la lecture :

— Qu’est-ce qui te plaît dans cette histoire ?
— Tout… Mais absolument tout ! J’ai pleuré et j’ai rigolé en lisant ce livre. Ça ne m’était jamais arrivé avant. J’étais tellement à fond dedans…
[Femme, 23 ans, inscrite en master sciences de l’éducation / Marc Lévy, Où es-tu ?]

18En plus de l’histoire et du style, la matérialité de l’ouvrage (déjà mentionnée avec la couverture) revêt une réelle importance. Les lecteurs parviennent presque toujours immédiatement à indiquer le lieu où se trouve leur livre de chevet – et c’est un lieu qui n’a rien d’anodin même s’il varie énormément d’un lecteur à l’autre :

Il est en haut à droite de ma bibliothèque et euh, à chaque fois que je refais ma bibliothèque, quand j’en rajoute ou là, récemment, quand j’en ai enlevés, je les range, je les reclasse et puis je les remets et ceux-là, c’est les seuls qui ont toujours leur place et que j’enlève très rarement, tous ensemble pour les remettre en place, parce qu’ils ont leur place. Alors que d’autres, peu m’importe qu’ils soient à gauche ou à droite dans la bibliothèque.
[Homme, 21 ans, inscrit en L3 d’histoire / Série de mangas : Full Metal Alchemist]

19On constate donc que le livre de chevet n’est jamais un objet anodin, déposé n’importe où mais qu’il tient au contraire une place (aux deux sens du terme) tellement essentielle dans la vie du lecteur que celui-ci doit savoir et pouvoir le localiser presque immédiatement. Nous avons là un des indices de l’attachement au livre – à la fois au livre-objet (Chartier, 1993) et au texte –, attachement lié, selon nous, au fait que le livre de chevet renvoie souvent à une partie de l’identité du lecteur. Cela ne signifie pas seulement que l’ouvrage fait partie de la vie du lecteur, mais bien qu’il participe de la construction de soi, de l’élaboration de l’identité singulière du lecteur qui l’a élu, entre tous les ouvrages rencontrés et lus, comme ouvrage de prédilection. Pour éclairer notre propos, il nous semble maintenant important d’indiquer un certain nombre de pistes qui permettront de mettre au jour ce lien affinitaire très fort entre le livre de chevet et une composante identitaire de son lecteur. Ces composantes identitaires varient d’un lecteur à l’autre – parfois pourtant pour un même ouvrage.

20Une première modalité d’intégration du livre de chevet à la construction de soi consiste, assez simplement, à s’identifier à l’un des personnages ou l’une des situations de l’ouvrage. Celui-ci paraît donc s’adresser directement au lecteur qui se reconnaît dans le texte, puisqu’il repère certaines de ses caractéristiques identitaires dans un des personnages ou qu’il voit décrites certaines des situations qu’il a vécues. Le processus d’identification avec les personnages peut être mis en place même lorsqu’il existe des décalages objectifs entre l’identité du lecteur et celle du personnage – par exemple même si on est une fille et que le personnage central est un jeune garçon…

— Vous identifiez-vous au personnage ?
— Ben oui et non, en fait. Si vous voulez, non, car c’est un garçon, mais oui, car moi, j’aime tout ce qui est imaginaire, même que certaines personnes disent que j’ai ce qu’on appelle le syndrome Peter Pan. Alors oui, j’aurais aimé être cette personne, pour être dans ce monde imaginaire où l’on pense que tout est beau, enfin oui… pour goûter au monde magique, fuir le monde réel […] Mais si c’était une fille, j’aurais aimé être ce personnage, quoi.
[Femme, 18 ans, terminale L (histoire de l’art) / Lois Lowry, Le Passeur]

21Ce processus d’identification intervient même lorsque la projection de soi-même dans un texte n’est pas forcément favorisée par le texte lui-même, qui ne semble pas y inviter particulièrement le lecteur. Témoin, l’enquêté dont le livre de chevet est la Bible et qui s’est retrouvé, lorsqu’il était plus jeune, dans le personnage de Timothée dont l’histoire est, du même coup, devenue son passage préféré :

— Alors, quand j’étais jeune, je m’identifiais à Timothée. Timothée, c’est un petit jeune qui suivait Paul qui était un apôtre, et Paul voyageait avec Timothée, et quand il se déplaçait, quand il rencontrait de nouvelles personnes avec qui il échangeait sur les conditions de la vie humaine, Dieu, il laissait Timothée là pour continuer à analyser les choses avec eux, et donc, je trouvais que Timothée avait une approche […] En même temps c’est un personnage très simple, mais voilà, c’est quelqu’un à qui je m’identifiais, de façon… parce que Paul a écrit une phrase, en lui disant : « Que personne ne méprise ta jeunesse. »
[Homme, 50 ans, directeur général d’établissement médico-sociaux / La Bible]

22La proximité entre l’intrigue de l’ouvrage et un épisode de la vie du lecteur peut également jouer comme un facteur d’identification puissant, qui amènera le lecteur à accorder une place particulière, parmi ses lectures, à l’ouvrage qui lui paraît rendre compte de manière précise et exacte de ce qu’il a vécu lui aussi :

Le livre est arrivé à une période difficile, celle de l’adolescence. Cette bande d’amis, c’était comme la mienne. Je vivais l’histoire car j’avais le même genre de vie, d’amis… J’avais l’impression que c’était mon histoire. Et quelques temps auparavant, j’avais perdu un ami dans un accident de voiture. Alors du fait que cela se reproduise dans le livre, ça m’a bouleversée […] En fait, les personnages me parlaient, je pouvais presque me prendre pour une amie de la bande. Et je me reconnaissais un peu dans chaque ado, avec un caractère différent. Je crois que c’est ça qui m’a surprise, que j’arrive à m’identifier à des personnages et à vivre avec eux leur vie…
[Femme, 22 ans, éducatrice spécialisée pour adultes, licence en psychologie / Olivier Adam, La Messe anniversaire]

23Il est également très intéressant de noter que le processus d’identification à l’œuvre dans le choix du livre de chevet ne s’adosse pas forcément à l’identité réelle (celui que l’on est en réalité) mais aussi, parfois, à une identité fantasmée (celui que l’on voudrait être ou qu’on regrette de ne pas être devenu). C’est particulièrement visible dans une toute autre configuration, pour ce lecteur, professeur d’anglais dans le secondaire, qui explique que son livre de chevet est un ouvrage de linguistique générale, qui, certes, lui sert marginalement dans son travail, mais qui renvoie surtout à celui qu’il aurait aimé être, en poursuivant des études plus poussées :

Y’a un livre que j’relis tout le temps, c’est un livre sur le langage, et paradoxalement, je suis incapable de te donner le nom de l’auteur… Parce que c’est un linguiste et tout, voilà… De toute façon, c’est le seul sujet qui m’intéresse. Si j’avais commencé les études avant, parce que j’ai repris les études sur le tard, et… J’aurais voulu faire un troisième cycle, faire de la linguistique… C’est un peu mon thème de prédilection. Ce bouquin, j’y reviens car c’est que des choses qui m’intéressent […] Je l’ouvre au hasard et ça m’inspire, en fait… Des fois sur les phonèmes… Je pense que c’est le genre de recherches que j’aurais voulu faire, mais je me pensais trop âgé pour pouvoir…
[Homme, 53 ans, professeur d’anglais en collège, Capes / ?, Le Langage]

24De manière plus attendue, l’identité professionnelle peut également servir de socle au choix d’un livre de chevet qui devient alors partie prenante de l’activité professionnelle. Cela se vérifie tout particulièrement avec plusieurs professeurs de français interrogés, dont le livre de chevet se situe au croisement entre identité personnelle et identité professionnelle :

— Combien de fois l’avez-vous lu et relu ?
— Bah, disons que je l’ai lu en tant qu’élève et puis je l’ai lu avec mes élèves parce que je l’ai travaillé plusieurs fois, plusieurs années avec mes élèves de 3e… Bon, je l’ai relu pour moi aussi mais c’est difficile à dire dans la mesure où j’ai travaillé énormément dessus […] Je l’ai fait étudier parce qu’il me plaisait et ça leur a beaucoup plu.
[Femme, 61 ans, professeur de français à la retraite, Capes / Jean Anouilh, Antigone]

25On peut également repérer, dans le discours des enquêtés, des références à leur identité géographique : certains expliquent ainsi le choix de leur livre de chevet en reliant l’émotion que celui-ci leur a procurée avec le fait que l’intrigue se déroule dans un lieu qui est signifiant pour eux. Il est d’ailleurs remarquable que, dans les cas où cette explication a été avancée, ce lieu renvoie à la trajectoire familiale (parents et grands-parents) plutôt qu’à l’histoire propre de l’enquêté lui-même :

J’aime bien que ça parle de choses que je connais et où je me retrouve […] Ce qui m’a beaucoup plu, c’est qu’il était de Lyon. Mes grands-parents ont vécu à Lyon très longtemps ! […] Alors déjà quand il commence à parler de Lyon, du parc de la Tête d’Or, etc., moi, ça me rappelle… Bon, j’y ai été une fois avec mes grands-parents. Et puis il en parlait beaucoup, mon grand-père, c’est… Enfin, j’adorais mon grand-père, vraiment, et euh, en plus, il habite Lyon et en fait il commence à raconter qu’il habite dans un théâtre, dans le théâtre de l’Eldorado où a travaillé mon grand-père.
[Femme, 51 ans, employée à la CAF / Azouz Beggag, Un mouton dans la baignoire]

26Dans le même ordre d’idée d’une construction identitaire de soi qui puise à une source familiale, on peut noter que certaines formes d’identité ethnico-religieuse sont explicitement citées par les lecteurs pour rendre compte de leur rapport privilégié à telle ou telle œuvre. C’est ainsi le cas des lecteurs qui ont cité comme livre de chevet la Bible ou le Coran, correspondant à leur croyance religieuse. Mais au-delà des croyances et des pratiques, le livre de chevet peut également faire référence à une identité culturelle, dont on peut trouver la trace aussi bien dans la trajectoire de vie du lecteur que dans l’ouvrage qu’il préfère :

  • 16 Cette enquêtée, juive, déclare apprécier l’ensemble des ouvrages de Marc Lévy mais a élu comme liv (...)

Pour les livres, j’accorde beaucoup d’importance aux sujets qui traitent de la seconde guerre mondiale… C’est aussi dû à mes origines religieuses [rires]… Non, plus sérieusement, c’est vrai que je suis plus sensible à certaines histoires que, je sais, ont touché ma famille.
[Femme, 19 ans, inscrite en L1 / Marc Lévy, Les Enfants de la liberté]16

27Le livre devient parfois une partie tellement constitutive de son identité qu’on peut en faire figurer des extraits sur son profil Facebook, ou encore être surnommé comme un des personnages centraux de l’ouvrage ou même utiliser ce surnom pour créer son adresse mail :

Dans ce livre, tout ce que dit Edward est tellement magnifique, mais c’est vrai que l’une des phrases m’a marquée… D’ailleurs, plein de lectrices… C’est : « Tu es comme une drogue pour moi, c’est comme si tu étais ma propre marque d’héroïne. » J’avais d’ailleurs mis cette phrase en statut Facebook, tellement elle m’avait plu !
[Femme, 26 ans, en recherche d’emploi, titulaire d’un BTS gestion / Stéphanie Meyer, Twilight. Fascination]

  • 17 Il s’agit de la jeune femme de 27 ans, déjà citée plus haut, médiatrice de vie scolaire, et dont l (...)

28Une autre enquêtée17 expliquera que de nombreuses personnes l’ont identifiée à l’héroïne de son livre de chevet – si bien qu’elle a adopté comme surnom celui de cette héroïne (en en modifiant légèrement l’orthographe : Zophia – au lieu de Zofia, dans le roman) et qu’elle en a même fait l’identifiant dont elle se sert pour son adresse mail.

29Au travers de l’ensemble des extraits d’entretiens cités et analysés, se dégage donc l’idée d’une relation particulièrement forte et intense entretenue par nos enquêtés avec leurs livres de chevet respectifs – et ce quels que soient l’âge, la position sociale, le niveau de diplôme et la nature de l’engagement par ailleurs dans les pratiques de lecture (faibles, moyens et forts lecteurs sont susceptibles d’avoir élu un livre de chevet). L’intensité de cette relation peut se comprendre, au moins partiellement, grâce à l’hypothèse d’un écho identitaire dont le livre de chevet constituerait le support. Cet écho peut renvoyer à de multiples facettes selon les lecteurs concernés. Identification aux personnages, aux situations ; projection dans l’individu que l’on souhaiterait être ; identité professionnelle ; origine géographique ; identité ethnico-religieuse : telles sont les multiples pistes qui ont été esquissées ici et qui ont été plus systématiquement explorées dans la suite de notre enquête. Si l’on admet que la construction identitaire est un processus jamais véritablement achevé qui puise à un grand nombre de sources (Dubar, 1997), alors les sources littéraires aussi peuvent rendre compte de la manière dont un individu devient lui-même. Les livres de chevet, au-delà du moment de la rencontre (et de sa dimension éventuellement presque magique, si elle est vécue sur le mode du « coup de foudre ») tiennent une place essentielle dans la vie de nos enquêtés.

Notes

1 Nous n’utilisons pas ici par cette expression au sens des livres que l’on pose concrètement sur sa table de chevet mais au sens, plus répandu en français et plus large, d’ouvrages préférés ou de prédilection, auxquels on revient bien souvent. Contrairement à la plupart des livres, leur usage ne s’épuise pas dans la première lecture qui en est faite mais, au contraire, se trouve renouvelé et renforcé par une fréquentation répétée si ce n’est assidue (Levy, 2015).

2 On peut citer les exemples, très différents, de quatre pages dans un numéro de 2003 de Marie-Claire, intitulées « Quel est votre livre culte » et de l’enquête de mars 2009 de Télérama sur les livres de chevet de 100 écrivains francophones (http://www.telerama.fr/livre/les-10-livres-preferes-de-100-ecrivains,40420.php - lien consulté le 1er septembre 2011).

3 Pour reprendre une expression utilisée par Stéphanie Tralongo (2001) dans son travail sur la réception de l’œuvre de Christian Bobin.

4 C’est dans cette perspective de la comparaison avec une rencontre amoureuse que s’inscrit le choix du titre de l’ouvrage de Gérald Cahen (2000).

5 Je remercie les étudiants inscrits en sociologie de la culture en troisième année de licence de sociologie à l’université Paris-Est en 2010-2011, qui m’ont aidée à recueillir ces premières données, ainsi que leur enseignant, Alain Quemin. Depuis, deux autres vagues d’entretiens ont été menées, et l’ensemble des résultats (que préfigurait largement la recherche menée sur la première vague d’entretiens analysés ici) est présenté dans Lévy (2013)

6 La relation entre la lecture et tout ce qui relève des nouvelles technologies (blogs, posts, twitter, Facebook) n’avait pas suffisamment été prise en compte, alors qu’elle tient désormais une place non négligeable – certes en particulier pour les plus jeunes générations, mais pas seulement.

7 Les composantes identitaires dont il est ici question peuvent se rattacher à des sphères extrêmement différentes : soit à l’identité familiale (reprendre à son compte le livre de chevet d’un parent disparu), soit à l’identité professionnelle (universitaires qui, en littérature, se spécialisent sur leur auteur de prédilection), soit à une identité marginale et parfois stigmatisée dont on retrouve l’écho dans un texte littéraire (par exemple, la judéité). Il pourrait être intéressant de confronter ces modalités de construction identitaire avec celles qui président aux comportements des fans dont le goût s’exerce dans d’autres domaines : musique, cinéma – acteurs, metteurs en scène, films – télévision, etc. (voir « Passionnés, fans et amateurs », Réseaux, 27-153, janvier-février 2009)

8 Cette distinction est assez classiquement mise en évidence dans la plupart des travaux de sociologie de la lecture.

9 Nous indiquerons, chaque fois que nous citerons un extrait d’entretiens, les informations suivantes sur la personne interrogée : son genre, son âge, sa profession et/ou son niveau de diplôme puis l’auteur et le titre de son livre de chevet.

10 Certaines des lectures qu’ils imposent peuvent en effet se transformer, comme nous l’avons déjà signalé plus haut, en lectures appréciées, voire en livres de chevet.

11 Un certain nombre d’enquêtés refusent ainsi de résumer de manière trop détaillée l’intrigue de leur livre de chevet, ou encore le dénouement de cette intrigue, au motif que l’enquêteur sera peut-être amené à lire cet ouvrage et qu’il convient de ne pas lui gâcher le plaisir de la première lecture. Plusieurs soulignent même explicitement qu’ils espèrent avoir « donné envie » à l’enquêteur de découvrir et d’apprécier leur ouvrage de prédilection.

12 Là encore, on ne fait que retrouver un résultat déjà largement mis en évidence par les travaux antérieurs de sociologie de la lecture, et ce même au plus jeune âge (Singly (de), 1989).

13 C’est ainsi le cas d’une lectrice de Marc Lévy, bien consciente du caractère kitsch et « neuneu » de l’histoire qu’elle est en train de résumer, qui confesse qu’elle-même pensait cela initialement mais qui explique que « ça marche quand même », que quelque chose fonctionne au-delà du caractère convenu de l’intrigue.

14 Le livre de chevet est ici – comme pour plusieurs jeunes hommes du corpus – une série composée de plusieurs tomes.

15 Alors que, par comparaison, les enquêtés expliquent que regarder la télévision vide la tête mais n’apaise pas ; faire des parties de jeux vidéo détend dans un premier temps, mais excite ensuite.

16 Cette enquêtée, juive, déclare apprécier l’ensemble des ouvrages de Marc Lévy mais a élu comme livre de chevet le seul ouvrage de cet auteur à orientation autobiographique et non fictionnelle, qui retrace la parcours du père de Marc Lévy pendant la seconde guerre mondiale.

17 Il s’agit de la jeune femme de 27 ans, déjà citée plus haut, médiatrice de vie scolaire, et dont le livre de chevet est Sept jours pour une éternité de Marc Lévy.

Auteur

Professeur en sociologie à l’Institut d’Etudes Européennes / Université Paris 8 – Chercheur au LabTop-CRESPPA