Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’identité numérique ?

 | 
Olivier Ertzscheid

Conclusion

Texte intégral

Le complexe de l’antilope

L’une des pionnières de la documentation en France, Suzanne Briet, dans un ouvrage intitulé Qu’est-ce que la documentation ? publié en 1951, écrivait ceci :

L’antilope qui court dans les plaines d’Afrique ne peut être considérée comme un document. Mais si elle est capturée et devient un objet d’études, on la considère alors comme un document. Elle devient une preuve physique.

1L’ingérence des géants du Web dans notre présence en ligne, le systématisme dont ils font preuve dans la collecte et le réagencement de traces discursives ou de fragments identitaires nous fait, à notre tour, courir le risque de n’être à leurs yeux que des documents comme les autres, Facebook devenant alors le premier zoo de la planète avec son milliard d’antilopes rassemblées.

Une activité documentaire permanente et consubstantielle à notre présence en ligne

  • 1 L’une des démonstrations les plus frappantes fut le portrait « Marc L*** », Le Tigre, 7 janvier 200 (...)

2Dans le monde réel, nous disposons tous de documents d’identité factuels, lesquels documents et identités peuvent être documentés de différentes manières, par exemple par des services de police ou par des services sociaux. Dans le monde virtuel, les sites de réseaux sociaux comme Facebook permettent de documenter en permanence notre identité connectée, qu’elle soit ou non en adéquation avec notre identité réelle : la description identitaire est ici fragmentée, enrichie et complétée par d’autres. Je me définis par la manière dont je me décris mais également par la nature de mes relations, des réseaux auxquels j’appartiens, des opinions des groupes ou des communautés que je fréquente. Cette documentation particulière et permanente est à la fois très frappante et très prégnante du fait de l’essor et de l’engouement auprès des publics jeunes des sites de réseaux sociaux. Ce qui permet d’indiquer que pour la première fois, à l’échelle de la culture informationnelle, le premier terrain documentaire est celui de ma propre subjectivité : c’est « moi »1.

3L’une des toutes premières explorations documentaires des adolescents et des jeunes adultes aujourd’hui, ce n’est plus celle d’un document physique ou même numérique : c’est celle de leur subjectivité connectée. Ceci peut peut-être expliquer un certain nombre de changements, de dysfonctionnements, de naïvetés constatées dans l’approche qu’ont les étudiants et les publics novices du fait documentaire. Une autre manière de voir les choses est de se dire que c’est là un retour au « Je suis moi-même la matière de mon livre » de Michel de Montaigne. À cette différence près qu’en s’inscrivant sur Facebook à quinze ans, on n’a que très peu souvent conscience d’entrer en documentation de soi.

Notes

1 L’une des démonstrations les plus frappantes fut le portrait « Marc L*** », Le Tigre, 7 janvier 2009, http://www.le-tigre.net/Marc-L.html, consulté le 30 octobre 2012.