Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations, territoires et arrangements coopératifs

 | 
Sonia Maria Karam Guimarães
, 
Bernard Pecqueur

Première partie. Territoire et innovation

Innovation et territoire ou l’histoire d’une relation particulière

L’exemple de Grenoble

Claude Courlet

Résumé

Pour la technologie, comme pour la recherche fondamentale, l’apprentissage est un produit de l’activité. Il y a donc du savoir tacite dans l’activité même de recherche. Tout cela confirme l’importance de la proximité géographique entre acteurs économiques et incite à tenir compte du poids des réseaux spatialisés de connaissances. On trouve cette idée dans très nombreux travaux qui s’appuient sur l’observation des regroupements dits « high tech » dans les villes (Sillicon Valley, Route 128, Grenoble, Toulouse etc.), et qui se résument autour de la notion de milieux innovateurs.

Plus récemment, cette idée est considérablement enrichie par l’économie du savoir et de la connaissance pour transformer radicalement les approches traditionnelles du développement. Les tenants des théories du savoir et de la connaissance considèrent que le « savoir » a remplacé les ressources naturelles et le travail physique comme outil du développement économique. Dans ce nouveau contexte, les villes et le territoire sont les bases pour attirer les talents nécessaires à la création et à l’innovation.

La théorie des milieux innovateurs et les investigations récentes de l’économie de la connaissance fournissent une grille de lecture intéressante pour aborder l’analyse de cas concrets sur longue période : c’est ce que présente ce chapitre en prenant l’exemple de Grenoble en France.

Le chapitre montre tout d’abord en quoi Grenoble est un territoire innovant, pour aborder ensuite l’analyse de sa trajectoire scandée par de fréquentes bifurcations.

Placée en effet dans le cadre de cette problématique, l’agglomération de Grenoble est un « village » dans le réseau mondial des sciences et des technologies. Elle est le produit d’une histoire exemplaire et présente toutes les caractéristiques d’un milieu innovateur. Sa dynamique de longue période est liée à la mise en place d’effets relationnels qui se construisent et doivent se renouveler dans le temps avec des processus de rupture/bifurcaction liées aux enjeux de l’économie de la connaissance.

Tout au long de l’histoire, on constate le rôle des réseaux entre acteurs ; on parle d’effets relationnels. Mais cela n’est pas automatique et l’histoire de Grenoble est marquée par des phases de stabilité et des phases d’instabilité. On constate des systèmes d’alliances entre des catégories d’acteurs, qui certes, peuvent avoir des conflits entre eux, mais qui parviennent cependant à adopter un point de vue commun et à le défendre à l’extérieur du territoire grenoblois.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Parallèlement aux externalités qui affectent la fonction de production dans les districts industriels et les systèmes productifs localisés, il y a des externalités opérant dans des réseaux de connaissances. Informations et connaissances s’échangent difficilement ou sont très coûteuses à transmettre malgré les grands progrès des technologies de l’information. Les connaissances parmi les plus utiles restent du domaine du tacite et se transfèrent par contacts. Des firmes proches géographiquement ont plus de chances d’échanger des connaissances formelles ou informelles. Pour la technologie, comme pour la recherche fondamentale, l’apprentissage est un produit de l’activité. Il y a donc du savoir tacite dans l’activité même de recherche. Tout cela confirme l’importance de la proximité géographique entre acteurs économiques et incite à tenir compte du poids des réseaux spatialisés de connaissances. On trouve cette idée dans de très nombreux travaux qui s’appuient sur l’observat...

Auteur

Professeur émérite
Université Pierre Mendès France – Grenoble-II
claude.courlet@upmf-grenoble.fr