Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations, territoires et arrangements coopératifs

 | 
Sonia Maria Karam Guimarães
, 
Bernard Pecqueur

Première partie. Territoire et innovation

Postfordisme, territoire et durabilité

Bernard Pecqueur

Résumé

Ce chapitre traite du rôle des dynamiques territoriales dans les mutations de l’après fordisme. On constate en effet, l’émergence de nouvelles formes d’organisation et d’articulation, au même niveau, des filières de production, avec l’émergence de chaînes d’offre et de chaînes logistiques. L’hypothèse de travail retenue ici est que le local peut être la base d’une reconstruction institutionnelle postfordiste. Ainsi, on s’interroge sur les fondements d’une telle reconstruction.

La France a une tradition industrielle ancienne tandis que le Brésil est venu plus tardivement à l’industrie fordiste, pourtant les deux trajectoires ont des traits communs. On propose d’intégrer ces deux économies au sein d’un cycle de plus grande ampleur concernant l’industrie et son exaspération taylorienne.

Dans une première partie, on oriente la réflexion à partir de trois caractéristiques qui représentent un dépassement du noyau dur du modèle fordiste : la secondarisation de l’objet matériel, le découplage de la superposition de l’espace de production et de celui de la consommation et enfin, l’émergence de la dimension méso économique.

Les hypothèses à valider sont celles de l’éloignement plus ou moins accéléré de ces caractéristiques comme fondements du modèle post fordiste.

Dans une seconde partie, le texte cherche à mettre en évidence les conséquences des tensions vécues par les acteurs du système global : la disjonction lieu de vie versus lieu de travail qui produit une contradiction entre activités résidentielle et productive d’une part, et la compatibilité territoire versus durabilité d’autre part qui menacent la cohérence des territoires. En effet dans le modèle postfordiste en émergence, la question de la durabilité apparait comme cruciale pour permettre le renouvellement des ressources. C’est bien à travers cette notion de ressource que la durabilité rejoint le territoire.

Une troisième partie aboutit à l’esquisse de ce que pourrait être un modèle de « développement territorial durable ». Le modèle esquissé est différent du modèle ricardien de dotation-spécialisation en ce que les perspectives de création de richesses tiennent ici aux capacités de groupes à s’organiser et à élaborer des processus originaux d’émergence des ressources. On ne peut donc parler, à propos des actifs et ressources spécifiques, d’avantages comparatifs mais plutôt d’avantages “différenciatifs” qui supposent, pour être produits ou valorisés, des stratégies radicalement différentes de celles qui visent à susciter ou conforter des avantages comparatifs. En d’autres termes, la productivité apparente n’est plus le seul moteur de la compétitivité des territoires producteurs.

Texte intégral

Introduction

1La crise du modèle dominant de production, dit fordiste, peut s’analyser comme la fin de l’industrie comme modèle dominant et surtout la fin d’un modèle productif fondé sur l’individualisation de la productivité et la généralisation de la production d’objets standards c’est-à-dire reproductibles à l’identique. Après le fordisme, on vivrait le postfordisme. Aujourd’hui, dans la littérature d’expression francophone, la théorie de la régulation (R. Boyer, 2004) qui avait forgé la notion de fordisme comme un régime particulier d’accumulation, tente un regard sur l’après avec l’idée du capitalisme cognitif (G. Colletis et B. Paulré, 2008), qui intègre la variable géographique dans l’analyse : « Non seulement, nous assistons à une réallocation des lieux de production au niveau mondial, mais on constate aussi l’émergence de nouvelles formes d’organisation et d’articulation, au même niveau, des filières de production, avec l’émergence de chaînes d’offre et de chaînes logistiques. » Ce constat induit l’existence des clusters et de toutes les familles d’organisation spatialisée de la production (Becattini, Bellandi, Da Propris, 2009) et plus généralement de la nécessité de l’apport du régional et du local comme entrée pour comprendre les conditions actuelles de la globalisation. Pour J.-L. Klein (2008), « le local peut être la base d’une reconstruction institutionnelle postfordiste. »

2Ainsi, on s’interroge sur les fondements d’une telle reconstruction. Bâtir une conception du postfordisme, c’est d’abord réfléchir dans un cadre qui refuse le linéaire et qui s’inscrit dans le cyclique. C’est là le premier supposé, implicite, de notre réflexion.

3Mais alors, le cycle demande une mesure. Les cycles de crise et de croissance ont tendance à se situer dans des laps de temps de court et moyen termes (Kitchin et Juglar), puis sur les cycles plus amples et plus admis que sont les Kondratieff (de la crise productive et bancaire de 1929 à la crise bancaire et financière de 2009, il y a quatre-vingts ans tout juste, soit un Kondratieff complet).

4Dans une perspective comparatiste entre la France et le Brésil, la mutation fordiste et sa crise n’ont pas forcément suivi le même parcours. La France a une tradition industrielle ancienne (le démarrage de la révolution industrielle en France correspond grosso modo à l’avènement du second Empire – 1852) bien que largement postérieure à celle de l’Angleterre (un siècle plus tôt). Elle est fondée sur la transformation des matières premières (charbon, fer) et de l’énergie des grands cours d’eau, formant les premières zones de grandes industries autour de ces sources : la métallurgie-métallique près des mines et le textile près des grands fleuves. Cette structure de l’industrie française va bien sûr se complexifier notamment avec l’avènement de politiques publiques volontaristes de construction de grands groupes industriels (le Meccano industriel). Cette tradition s’éteint lorsque les matières premières d’origine disparaissent ou cessent d’être exploitées pour cause de coûts de production trop élevés. On entre alors dans une période de reconversion où l’on observe la réémergence des traditions « proto-industrielles » et l’apparition d’une économie intégrant connaissance et culture dans les biens et services produits (D.-G. Tremblay et D. Rolland, 2003). Le Brésil est venu plus tardivement à l’industrie fordiste. Pratiquée au moment de la Seconde Guerre mondiale, la stratégie de « substitution des importations » n’a pas enclenché immédiatement le cercle vertueux de la croissance du PNB par le jeu de la consommation de masse répondant à la production de masse. En effet, la base productive était trop étroite pour réellement créer du pouvoir d’achat dans les catégories les plus modestes des salariés. La production industrielle brésilienne, fortement marquée par l’exploitation des matières premières puis la sous-traitance internationale, n’est donc entrée que récemment dans la phase fordiste. Pour autant, les effets d’usure ou d’obsolescence du fordisme sont mondiaux et le Brésil et la France sont désormais quasiment sur le même plan, avec le défi de la diversification et de la spécificité productive à relever.

5On propose d’intégrer ces deux économies au sein d’un cycle de plus grande ampleur, concernant l’industrie et son exaspération taylorienne. Si l’on retient l’idée d’une vaste parenthèse industrialiste engagée en Angleterre dès 1750 et s’essoufflant à la fin du xxe siècle, on obtient deux cent cinquante ans de production culturellement unifiée qui, aujourd’hui, laisserait la place à autre chose et que certains voudraient nommer « économie de la connaissance », d’autres « économie de l’environnement » ou d’autres encore « économie de l’immatériel », mais qui en fait ne se laisse pas capter par une dénomination quelconque et se rebelle à tout apprivoisement (J. Gadrey, 2000). On cherchera donc ici à pointer les traits les plus saillants de ce que pourrait être ce postfordisme fortement marqué par les territoires et qui suggère une nouvelle géographie du capitalisme (O. Bouba-Olga, 2006) selon des formes spécifiques à chaque pays, comme en témoignent les arrangements productifs locaux observables au Brésil (Azevedo et alii, 2009).

6On propose donc, dans une première partie, d’orienter la réflexion à partir de trois caractéristiques qui représentent un dépassement du noyau dur du modèle fordiste : la secondarisation de l’objet matériel, le découplage de la superposition de l’espace de production et de celui de la consommation et, enfin, l’émergence de la dimension méso-économique. Les hypothèses à valider sont celles de l’éloignement plus ou moins accéléré de ces caractéristiques comme fondements du modèle postfordiste. Dans une seconde partie, on cherchera à mettre en évidence les conséquences des tensions vécues par les acteurs du système global : d’une part la disjonction lieu de vie/lieu de travail, qui produit une contradiction entre activités résidentielles et productives, et d’autre part la compatibilité territoire/durabilité, qui menace la cohérence des territoires. Une troisième partie aboutit à l’esquisse de ce que pourrait être un modèle de développement territorial durable.

De quelques bouleversements émergents avec le postfordisme

L’objet matériel secondarisé

  • 1 Le roman Babbit, paru en 1922, présente à travers le personnage de George Babbit – notable d’une pe (...)

7Dans l’imaginaire collectif, une pièce mécanique paraît plus rassurante pour les élus et les populations préoccupées par l’emploi qu’un service touristique et il est des productions qui font plus « sérieux » que d’autres. C’est dire à quel point le fordisme est identifié avec la matérialité de la production. La littérature s’en est fait la traductrice avec des textes comme Babbit de Sinclair Lewis aux États-Unis ou, plus récemment, Les Choses de Georges Perec1 en France.

  • 2 On se réfère ici à la notion de système technique développée par B. Gille (1978) dans son Histoire (...)

8L’objet matériel est au cœur du fonctionnement fordiste en ce qu’il induit des « systèmes techniques » spécifiques conduisant à des effets cumulatifs sur la consommation2.

9Par ailleurs, la production matérielle facilite le calcul de la productivité individuelle, fondement du calcul de la performance économique. Comme le rappelle P. Veltz (2009), « on peut mesurer facilement un nombre de pièces produites par ouvrier et par jour, mais comment mesurer la capacité d’agir face à des situations relationnelles […] comment mesurer la capacité de bâtir des coopérations pertinentes […] la performance est devenue une notion composite qui comporte de multiples dimensions. »

10Enfin, la consommation elle-même évolue vers l’indifférenciation entre biens et services. Le consommateur est alors, selon l’expression de Ph. Moati (2001), perçu comme une « microentreprise de production d’utilité » qui cherche moins à acquérir des biens qu’à trouver « des solutions à ses problèmes de consommation », sous forme de « bouquets de consommation ». On peut alors conjecturer sur ce que sera la « vraie » production. Probablement aura-t-on affaire à un mixte de plusieurs produits et services où le contenu cognitif (Moulier-Boutang, 2007), technologique et spécifique sera grandissant.

La disjonction des lieux de consommation et de production

11Le fordisme fixe le travailleur sur son espace de production. Du travail à l’habitat, il ne doit pas y avoir de longs espaces ni de longues distances. L’usine et le logement sont proches. Le triomphe du système réside dans le passage du salarié au statut de consommateur sur place. Ainsi, la représentation d’un territoire économique reste celle d’une micronation dans laquelle on peut retrouver l’égalité comptable du modèle national selon laquelle, dans le cas étudié, tout ce qui est produit donne lieu à un revenu qui est entièrement dépensé (en consommation ou en épargne). Les territoires sont alors de petits systèmes productifs où les autres acteurs (consommateurs notamment) n’ont guère leur place. Aujourd’hui davantage qu’hier, plus la focale d’observation se rapproche de la petite dimension, moins la superposition des lieux de production, de revenu et de dépense est pertinente. En d’autres termes, ce qui est bon pour l’entreprise n’est plus, a priori, automatiquement bon pour les populations qui accueillent l’entreprise en question. Il y aurait donc autonomie relative des territoires et foisonnement des initiatives et des ruses pour contourner la crise économique. La tendance, en se renforçant, va modifier en profondeur les stratégies d’acteurs et mettre en cause, dans leurs combinaisons, les niveaux classiques de politique publique (Europe, nations, régions). Ces évolutions sont analysées dans les travaux portant sur l’économie « présentielle » qui explore notamment les conséquences à venir de la disjonction proposée ici (M. Talandier et L. Davezies, 2009).

La fin de la macroéconomie  ?

12La délocalisation individuelle comme tendance illustrative de la globalisation tend à jouer sur un mécanisme typiquement fordiste de recherche de coûts de production faibles en séparant à nouveau les populations productrices des populations consommatrices. Cette projection dans un monde où les cadres de l’échange sont de moins en moins les États-nations mais plutôt les « régions » au sens anglo-saxon ou les « territoires » – au sens où l’expression se développe en Europe, c’est-à-dire des configurations spatialisées construites et non données – , remet en cause le modèle type ricardien de l’échange international à base d’« avantages comparatifs ».

  • 3 C’est l’intuition de M. Vanier (2008) qui développe la question de l’articulation des territoires e (...)

13Ainsi, la représentation du monde en quelques « touts » interconnectés, ne fonctionne plus. En effet, plus l’accès des acteurs au vaste monde est facilité, plus il demande des médiations que sont les « territoires ». Nous faisons donc ici l’hypothèse que l’avantage comparatif, à l’aune de la globalisation, devient un « avantage différenciatif ». Il s’agit donc pour les territoires non plus de se spécialiser dans un schéma comparatif mais plutôt d’échapper aux lois de la concurrence lorsqu’elles sont impossibles à suivre en visant la production pour laquelle ils seraient (dans l’idéal) en situation de monopole. Un tel type de comportement remet en cause le découpage par systèmes productifs nationaux (espaces donnés) puisque les initiatives ne résultent pas d’une politique centralisée à l’échelle d’un État-nation mais de groupes d’acteurs mobilisés pour résoudre un problème productif. Ces groupes existent à un niveau d’agrégation intermédiaire entre l’individu et le « tout » qui est « méso-économique ». Si la tendance se confirme, c’est l’irruption du « multiscalaire » et des combinaisons spatiales complexes3 qui va s’imposer aux acteurs. La relation global/local s’en trouve profondément métamorphosée.

  • 4 DIACT, 2009, Une nouvelle ambition pour l’aménagement du territoire, La Documentation française, 81 (...)

14Ces trois types d’évolution vont avoir un impact évident sur la structuration spatiale du territoire national4. Une analyse prospective approfondie permettrait de mieux approcher la densité des mutations.

15On pressent cependant l’émergence d’un modèle « postfordiste » d’adaptation au capitalisme qui passe par de nouveaux rapports entre le local et le global, de nouveaux processus cognitifs qui engagent les territoires et une nouvelle géographie de la production. Le chantier de définition prospective du modèle est devant nous. On peut néanmoins souligner quelques conditions et quelques caractéristiques qui pourraient fonder un tel modèle.

Une exigence de cohérence territoriale

16La disjonction spatiale résidence/travail et celle entre lieux de vie (et de consommation) et lieu de production (formation du revenu), l’augmentation du temps libre, l’allongement de la durée de vie, les progrès technologiques, l’amélioration des niveaux de revenus des ménages… ont permis l’essor des mobilités et ont eu raison de la logique « un individu-un territoire ». C’est cette multi-appartenance territoriale qui explique qu’aujourd’hui la production et la consommation peuvent être déterminées par des lois géographiques et économiques différentes.

Le résidentiel contre le productif

17Cette déconnexion spatiale et temporelle de l’offre et de la demande a fait émerger un fait nouveau et sans précédent pour l’économie des territoires : le désajustement entre la création de richesse et l’amélioration des conditions de vie des populations. L’un des signaux fort de ce désajustement tient dans « l’effet ciseaux » observé entre le PIB/habitant et le revenu/habitant des régions françaises (Davezies, 2008). En effet, à partir des années 1980, les disparités interrégionales en termes de PIB/habitant se mettent à progresser (après plusieurs décennies de convergence) et, dans le même temps, les disparités de revenu/habitant n’ont cessé de diminuer. Les régions les plus riches en termes de PIB sont donc de plus en plus compétitives et créatrices de valeur ajoutée, alors même que le revenu de leur population connaît une diminution relative (ou progression moins rapide que dans les autres régions). C’est ainsi que l’Île-de-France, par exemple, est passée de 27 % du PIB français en 1976 à 29 % aujourd’hui, mais que sur la même période le revenu des Franciliens est passé de 25 % du revenu français à 22 %.

18Ce désajustement entre croissance et développement à l’échelle infranationale s’explique par de puissants mécanismes de redistribution publique et privée entre les territoires. Ces flux de revenus irriguent les territoires indépendamment de leur capacité productive et constituent une ressource économique majeure et un levier d’action pour les territoires. Ces revenus influent fortement sur le développement économique, social et démographique de nombreux territoires, qu’ils soient urbains, périurbains ou ruraux. En effet, pour beaucoup, le développement économique local dépend encore quasi exclusivement de la qualité de son système productif.

19Donc, à partir des années 1980, on observe une concentration de la production dans les grandes agglomérations et leur proche périphérie. Ces métropoles permettent de limiter les coûts de transaction grâce aux effets positifs de l’agglomération (flexibilité et taille du marché du travail, présence d’une main-d’œuvre qualifiée, proximité des fournisseurs, échange de savoir, etc.) et favorisent la compétitivité et la réactivité des firmes. Le développement perçu à l’aune de ces puissants processus d’agglomération génère de fortes incertitudes pour les territoires non métropolitains, isolés ou encore non dotés de systèmes productifs singuliers et réactifs.

20Mais tandis que la production se concentre dans les métropoles, la population – et avec elle les revenus – ne cessent de se déployer sur le territoire national. La géographie de la croissance s’est ainsi peu à peu déconnectée de la géographie du développement. Ainsi, le développement d’un territoire dépend de sa capacité à capter ces flux de revenus, tout autant qu’à créer de la richesse et à en assurer la circulation interne (B. Pecqueur, 2006). Le couple résidentiel/productif, organisé dans une mixité complexe et mouvante, va caractériser les tissus économiques postfordistes.

Le territorial et le durable : une compatibilité dynamique

21Dans le modèle postfordiste en émergence, la question de la durabilité apparaît comme cruciale pour permettre le renouvellement des ressources. C’est bien à travers cette notion de ressource que la durabilité rejoint le territoire. Pourtant l’identification du développement territorial et du développement durable n’a rien d’évident, comme le note Olivier Godard (2007) pour qui le développement régional – à supposer que régional soit synonyme de territorial – peut parfaitement ne pas être durable. Dans cette perspective, le couple territorial/durable va se discuter en fonction de la définition retenue du territoire et du territorial.

22On propose ici d’examiner brièvement deux approches possibles et distinctes du territoire, qui induisent deux situations au regard de la durabilité :

  1. L’entrée par les échelles : le territoire se définit dans ce cas, comme un plus petit par rapport à un plus grand. C’est l’infranational qui a longtemps défini l’espace régional. Ce type de territoire est postulé à l’avance, il est « donné ». Dans ce cas, la question de la durabilité – notamment mais pas seulement environnementale – devient un problème périphérique car elle apparaît comme une contrainte à gérer où les politiques publiques dominent. Cela ne veut pas dire pour autant que la durabilité soit totalement secondarisée. Pour François Mancebo (2008), il faut dans ce cas une « appropriation territoriale » comme condition du succès des politiques de développement durable. La durabilité y a ainsi une place grandissante. L’intégration des coûts environnementaux joue le même rôle qu’autrefois les coûts de transport. On doit intégrer des coûts cachés (les sunk costs de Williamson) qui n’étaient à court terme payés par personne, puis qui se retrouvaient comme coûts collectifs, payés ni par le producteur ni par le consommateur mais par la société, en termes non marchands de mal-vivre et de coût social. L’entrée par les échelles conduit in fine à une situation de réintégration et de redestination des coûts collectifs induits par l’occultation ou, simplement, par la négation de ces coûts cachés.

  2. L’entrée par les institutions : ici, par contre, le territoire résulte des constructions d’acteurs. Il n’est pas donné a priori. Ce type de territoire est « construit », c’est-à-dire qu’il résulte des stratégies d’acteurs (stakeholders) qui sont véritablement parties prenantes. Dans ce cas, l’approche territoriale du développement durable considère le territoire comme une brique de base du développement durable. La durabilité devient centrale car elle apparaît comme une solution aux problèmes et aux besoins des acteurs pour qui le « vivre-ensemble » est le but de la construction territoriale. La figure centrale de l’espace construit est l’habitant, figure dynamique, résultat de stratégies plutôt endogènes (cf. Anquetin, Freyermuth, 2009). L’habitant est une figure plus dynamique que le salarié puisqu’elle indique que le territoire ne se définit pas quantitativement par le nombre d’emplois avérés ou potentiels du lieu mais comme une communauté d’individus qui ont pour objectif de mieux vivre ensemble (voir à ce propos autour d’Amartya Sen, les travaux sur de nouveaux indicateurs post PIB).

23Si on convient donc de considérer le territoire comme un construit social avec des ressources, des acteurs et des gouvernances, la problématique du développement durable appelle à considérer, au-delà du territoire, le « territoire durable ». Qu’entendre par territoire durable  ? Il est clair qu’une définition telle que territoire pérenne est insuffisante. En effet, au-delà de la seule pérennité, le territoire durable requiert une compatibilité entre le territoire et des conditions écologiques et sociales. On retrouve là l’exigence qui fait que certains auteurs préfèrent l’expression « développement soutenable » à « développement durable ». La qualification de « durable » appliquée au territoire suppose, par exemple, que certains objectifs du développement durable puissent être satisfaits : équité intergénérationnelle, équité intragénérationnelle, préservation des ressources naturelles, anticipation des risques, etc. Elle suppose aussi que certains modes d’approches des politiques publiques puissent être privilégiés : prévention, précaution, intégration, participation citoyenne, etc. La satisfaction de ces conditions n’est pas qu’interne au territoire. En dépit d’un apparent paradoxe, elle doit valoir aussi à l’externe, autrement dit de manière supraterritoriale. Cela signifie déjà que la recherche de la durabilité sur le territoire ne saurait s’obtenir au détriment de la durabilité globale ou de la durabilité des autres territoires. Mais, bien plus que cette exigence minimale, la conception et la mise en œuvre d’un développement durable territorialisé paraît devoir retenir, entre autres fondements, un principe de solidarité active à l’égard des autres territoires (P.-F. Vieira, A.-A. Cazella et C. Cerdan, 2006).

Le modèle de qualité ou de développement territorial durable : esquisse

24La notion de concurrence entre les territoires est une notion qui peut suggérer une concurrence entre territoires postulés ou existants comme tels, c’est-à-dire associant une dotation particulière à un territoire circonscrit, bien identifié dans l’espace. Comme on l’aura compris, les facteurs de concurrence spatiale que nous proposons de retenir relèvent d’une autre représentation des processus de construction territoriale. Ainsi, un nouveau modèle territorial est d’abord une remise en cause de la division du travail reposant sur le seul « avantage comparatif » ricardien et met l’accent sur la question décisive de la coordination ainsi que sur celle de la création de ressources.

De l’avantage comparatif à l’avantage différenciatif

25La capacité de production de ressources spécifiques peut constituer un avantage productif dans la concurrence de territoires à géométrie variable, se définissant non pas en rapport à des frontières, mais en lien avec un patrimoine tel que nous l’avons appréhendé, c’est-à-dire articulant, de manière non mécanique et en fonction d’une architecture en permanente redéfinition, le passé et l’avenir possible. Ce patrimoine n’est pas un capital. Il est encore moins un stock de ressources disponibles en l’état. Il n’a en effet de valeur que contextuelle. Comme nous l’avons écrit (S. Coissard et B. Pecqueur, 2007), les seules ressources dont un territoire dispose (et non contient) sont des ressources liées à une trace d’activités de coordination passées (mémoire, confiance) et à un potentiel ou à une virtualité de nature cognitive (ressources cognitives virtuellement complémentaires).

26Ici, et sans nullement nous inscrire dans une appréhension de territoires comme si ceux-ci existaient comme tels, il est possible d’observer une grande diversité de configurations spatiales en termes de processus de construction territoriale. C’est précisément cette diversité qui est suggérée lorsque, avec d’autres (G. Colletis et alii, 1999), nous proposons de distinguer trois modes de développement local : l’agglomération, la spécialisation et la spécification. Nous indiquons que chacun de ces trois modes fait appel à une combinaison particulière des trois dimensions de la proximité (géographique, organisationnelle, institutionnelle). Comme l’écrit Ph. Simmonot, « l’essence de l’échange […] c’est que les hommes sont différents. Et l’échange, en réalité, ne se fait pas entre les nations (on n’a jamais vu l’« Angleterre » commercer avec le « Portugal », ni la « France » avec l’« Allemagne ») – qui n’étaient pas des concepts plus pertinents au temps de Ricardo qu’aujourd’hui, ils l’étaient plutôt moins – mais entre les hommes ou entre les groupes d’hommes [nous soulignons] qui eux aussi sont forcément différents, avec des coûts ou des avantages différents, et donc qui sont incités à l’échange. » Peut-on alors reprendre et ajuster la théorie ricardienne de l’avantage comparatif non plus à des nations constituées mais à des territoires impliqués dans la mondialisation et aux organisations mouvantes, provisoires et à géométrie variable qu’ils constituent  ?

27Plutôt que de raisonner en termes de protection face aux aléas de marchés mondiaux, il convient de penser la construction de trajectoires territoriales en fondant celles-ci sur la production de ressources cognitives spécifiques comme facteur d’enrichissement et de viabilité d’un patrimoine territorial sans cesse redéfini en fonction du passé et des nouveaux problèmes à résoudre. Le passage allant de la spécialisation entre des nations en fonction de leur dotation factorielle à la différenciation entre les territoires passe par une réflexion en des termes nouveaux de ce sur quoi se fonde l’avantage comparatif. L’avantage comparatif ricardien met en jeu des facteurs (de facto) génériques qui sont comparés sur la base des coûts et des prix d’un pays à l’autre. Ceci induit un schéma de spécialisation fondé tantôt sur une mobilité des produits (échanges de produits ou de services dans le commerce international), tantôt sur une mobilité de facteurs de production classiques (l’investissement direct et, dans une moindre mesure, les migrations internationales). Dans les deux cas, la spécialisation est expliquée par le jeu du prix des facteurs et ne tient que peu ou pas compte de dynamiques qui peuvent être de nature à attribuer aux ressources ou à la production de celles-ci une valeur hautement contextuelle, difficilement redéployable ou transférable et ne se prêtant pas aux comparaisons ordinales. Nous rejoignons ici la notion de ressources spécifiques. En effet, la spécificité « cloue » la ressource à son contexte productif et/ou territorial.

28L’avantage comparatif ne se joue plus dès lors sur une gamme ordinale de productivité comparée, le caractère spécifique de l’actif ou de la ressource rompant avec ce type de comparabilité. On ne peut donc parler, à propos des actifs et ressources spécifiques, d’avantages comparatifs mais plutôt d’avantages différenciatifs qui supposent pour être produits ou valorisés des stratégies radicalement différentes de celles qui visent à susciter ou conforter des avantages comparatifs. Le modèle proposé est différent du modèle ricardien de dotation-spécialisation en cela que les perspectives de création de richesses tiennent ici aux capacités des groupes à s’organiser et à élaborer des processus originaux d’émergence des ressources. La mondialisation, qui consiste essentiellement en l’interconnexion des marchés (surtout financiers) et qui crée des liens de cause à effet de plus en plus denses entre les acteurs économiques, produit en même temps des dynamiques et des procédures singulières de création de ressources.

Vers un modèle de qualité territoriale

29On propose ici une sélection des comportements d’acteurs qui aboutissent à deux modèles, qui sont bien sûr un peu tranchés mais qui résument les enjeux discutés.

Tableau 1. Modèle de productivité et modèle de qualité territoriale

Modèle de productivité

Modèle de qualité territoriale

1) Dotation de facteurs à optimiser

Ressources à construire

2) Baisse des coûts et baisse des prix : contrainte par les coûts de production

Maintien de prix élevés : contrainte de labellisation

3) Individualisation de la productivité

Globalisation de la productivité

4) Généricité des produits (différenciation)

Spécificité des produits (spécification)

5) Gouvernance globale (dans les logiques de firmes)

Gouvernance locale (dans les logiques d’acteurs pluridimensionnels)

6) Concurrence comme dynamique dominante

Échapper à la concurrence comme stratégie

7) Logique de firmes

Logique de territoires

8) Profit

Rente

9) Innovation exogène

Innovation endogène

10) Distinction entre biens publics et privés

Combinaison entre biens publics et privés

30De ce tableau il ressort que la stratégie de placement au cœur de la concurrence (avec les avantages classiques de la compétitivité par les coûts) ne constitue pas une stratégie payante d’adaptation à la globalisation. La caractéristique principale du développement territorial est précisément de tenter de s’extraire de la concurrence par la recherche de rente. Cette stratégie repose sur des produits spécifiques, c’est-à-dire que ces produits sont marqués par le territoire. Ils le sont de diverses manières : la plus évidente est l’utilisation de l’origine comme facteur discriminant ; le patrimoine culturel ou le paysage peut être utilisé également comme marqueur territorial de la production ou encore le savoir-faire construit et accumulé selon les processus de constitution de mémoire cognitive collective, etc. On a donc dans la réalité empirique, une combinaison des deux modes de valorisation, dans laquelle la productivité (du travail), moteur principal du fordisme, est fortement pondérée par la capacité des territoires à se distinguer par la qualité et la spécification.

Conclusion

31Au terme de ces quelques réflexions sur la nature du postfordisme émergent, on retiendra que la notion de territoire comme agglomération partielle d’acteurs, ancrés spatialement, tend à s’imposer comme solution aux tensions consécutives à la globalisation des échanges à l’échelle mondiale. Nous avons proposé ici quelques caractéristiques intuitives qui mériteraient d’être plus solidement étayées. Ce chantier est celui de la science régionale (regional studies) renouvelée. Cette dernière « constitue un versant assez neuf des sciences sociales répondant aux problèmes présentés par la région et par la division territoriale des activités. » (Cassio et alii, 2010.) La science régionale se renouvelle à l’aune des territoires. Ceux-ci fonctionnent comme les expressions du paradigme productif et doivent être lus et compris comme vecteurs d’une conception durable du postfordisme.

Notes

1 Le roman Babbit, paru en 1922, présente à travers le personnage de George Babbit – notable d’une petite ville américaine, obnubilé par la consommation – le premier portrait de l’Amérique des années 1920, obsédée par les spéculations et l’acquisition d’objets de la nouvelle consommation de masse comme les automobiles, les réfrigérateurs... Plus tard, en 1965, avec Les choses. Une histoire des années soixante, G. Perec reprendra le thème dans la France qui s’éveille à la consommation de masse.

2 On se réfère ici à la notion de système technique développée par B. Gille (1978) dans son Histoire des techniques où l’auteur montre notamment que la machine à vapeur, invention de base de la révolution industrielle anglaise, va entraîner un développement des transports maritimes et par rail, mais aussi l’essor des textiles et des progrès dans les matériaux (fer, fonte, acier) et donc dans la construction et les machines-outils, etc.

3 C’est l’intuition de M. Vanier (2008) qui développe la question de l’articulation des territoires entre eux et la nécessaire pensée conjointe de plusieurs niveaux d’agrégation d’acteurs.

4 DIACT, 2009, Une nouvelle ambition pour l’aménagement du territoire, La Documentation française, 81 pages.

Auteur

Chercheur, professeur à l’Université Joseph Fourier – Grenoble-I
bernard.pecqueur@ujf-grenoble.fr