Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Révolution dans l’Académie ?

Citer les humanités numériques : l’Old Bailey Online est-il un film ou un article scientifique ?

Adam Crymble
Traduction de Pierre Mounier

Note de l’éditeur

La version originale : « Citation in Digital Humanities: Is the Old Bailey Online a Film, or a Science Paper? », Thoughts on Public & Digital History, 13 janvier 2012, http://adamcrymble.blogspot.fr/2012/01/is-old-bailey-online-film-or-science.html, consulté le 13 août 2012.

Texte intégral

1J’ai récemment écrit un article pour une revue et j’ai dû citer l’Old Bailey Online (OBO). Pas une partie du contenu de l’archive, mais le projet lui-même comme exemple remarquable de travail numérique en sciences humaines. Pour ceux qui ne connaissent pas ce projet, il s’agit d’une base de données contenant la transcription de procès historiques pour une longueur totale de 127 millions de mots massivement balisés en XML. C’est encore un projet phare dans son domaine, selon moi. Mais j’ai eu du mal à décider qui en étaient les auteurs, c’est-à-dire, quels étaient les noms que je devais citer selon les bonnes pratiques de l’édition savante. À qui en revenait le crédit ? Il m’arrive de rencontrer régulièrement l’un des chercheurs principaux du projet, Tim Hitchcock, de l’université de Hertfordshire, et j’ai soulevé la question avec lui autour d’un verre au pub – incidemment le pub est l’endroit le plus attrayant pour discuter de sujets aussi « secs » que les pratiques de citation et plus la soirée avance, plus la discussion devient passionnante. Comme il arrive souvent, le projet eut plus de quarante contributeurs connus qui ont participé activement à sa création. Sa première réponse a été de dire que l’équipe a décidé de ne mentionner aucun nom pour citer le projet, afin d’éviter de laisser un certain nombre de contributeurs de côté et de concentrer tout le crédit sur un petit nombre de membres de l’équipe. La citation résultante ressemble à ceci :

Old Bailey Proceedings Online. Version 6.0, March 2011. http://www.oldbaileyonline.org/​

2C’est très noble de la part des responsables du projet, mais je ne crois pas que ce soit la bonne solution. En s’efforçant de ne pas mettre l’accent sur les contributions de certains par rapport à celles des autres, cette politique rend la plupart des contributeurs totalement invisibles. Cela est particulièrement important pour les personnes qui suivent une carrière académique alternative (alt-ac), dont la carrière et, dans de nombreux cas, le prochain repas dépendent de l’importance de leur portefeuille de réalisations. Ces gens jouent un rôle dans la gestion de projets, la construction des bases de données, et la conception web, domaines essentiels pour s’assurer que les projets eux-mêmes soient de niveau international. Si nous ne mentionnons pas leur nom dans l’équipe, ces personnes ne pourront jamais être citées, alors que les universitaires traditionnels peuvent encore avoir des livres et des articles de revues en sus de leur travail sur un projet numérique.

3Bien que nous ayons rapproché nos positions, la question était trop difficile à résoudre par une bouteille de vin. Nous nous sommes séparés et Hitchcock a ouvert la discussion sur la liste H-Albion, un serveur de liste pour les historiens de Grande-Bretagne et d’Irlande. De nombreux historiens et bibliothécaires y ont exprimé leur opinion sur cette question. Seth Denbo a ensuite transféré le débat sur la liste Humanist, une autre liste de diffusion pour les chercheurs en humanités numériques. Une autre conversation s’y est ouverte. Plutôt que de contribuer à l’une ou l’autre de ces conversations, j’ai décidé d’aborder la question ici avec l’espoir qu’elle trouve de nouveaux contributeurs qui ne l’auraient pas vue sur les listes précédemment mentionnées.

4La question la plus intéressante à se poser jusqu’ici est de savoir si les projets numériques de sciences humaines comme OBO sont des films ou des documents scientifiques. Pas littéralement bien sûr, mais en termes de modèle de crédit qui sera attribué aux contributeurs du produit fini. Car les deux, les films et les revues scientifiques, ont développé des modèles uniques sur ce point. Dans les films, les crédits défilent à la fin de l’œuvre. Dans les articles scientifiques, tous ceux qui ont apporté une contribution significative sont mentionnés comme auteur et ceux qui ont fait des contributions mineures ont droit à des remerciements. Je voudrais défendre l’idée que les humanistes numériques rendraient un grand service à leur domaine en adoptant les deux modèles simultanément. Les OBO et les projets similaires sont à la fois des films et des articles scientifiques.

Films

5Malcolm Shifrin, un ancien bibliothécaire qui répondait sur la liste, a suggéré que le but d’une citation était de conduire à la source, pas d’accorder du crédit. En ce sens, il n’est pas important que les noms figurent dans la citation, tant qu’il n’y a pas d’ambiguïté et que l’article peut être identifié. Toutefois, si tel était le cas, nous pourrions simplement citer les numéros ISBN des œuvres citées, ce qui permettrait de réduire considérablement la taille des notes de bas de page. Ou, dans presque tous les cas, les titres seuls suffiraient. Par exemple, si je vous demandais de trouver une copie du document: « An alternative definition of the scapular coordinate system for use with RSA » sans plus d’information, je suis convaincu que vous ferez votre chemin jusqu’à un article de ma charmante épouse, publié dans le Journal of Biomechanics. Citer n’est pas seulement trouver un article. C’est aussi créditer, mais, comme le souligne Shifrin, il n’est pas essentiel que le crédit apparaisse dans une citation. Un autre modèle est celui utilisé par l’industrie du film dans lequel une partie du produit fini permet à chacun de savoir qui a participé à sa création.

6Les sites web des projets les plus importants, y compris l’OBO, font déjà cela. L’OBO liste, sur sa page « À propos de ce projet », vingt-quatre des principaux contributeurs, ainsi que leurs rôles. En cela, il imite efficacement la méthode de présentation des crédits pour un film. Une liste de ce genre est importante car elle offre un système de reconnaissance « sur site » qu’il est difficile de contrefaire sans enfreindre la loi, en détournant le site pour y ajouter son propre nom. Ceci permet à chacun d’orienter de futurs employeurs potentiels vers les preuves de son travail qui peuvent être vérifiées de façon indépendante. Je suis certainement partisan que tout projet en humanités numériques réserve une page de ce type sur son site web. Cela n’entraîne absolument aucun coût, mais peut être déterminant pour le développement de carrière des membres de son équipe. Mais je ne pense pas que cela soit suffisant.

7Nous ne savons pas où le monde des carrières académiques alternatives va, et il serait sage de s’assurer que le plus grand nombre de portes restent ouvertes aux personnes qui occupent actuellement cette zone grise du milieu universitaire. Certains membres peuvent aspirer à être titularisés et il peut être difficile de convaincre les professeurs les plus conservateurs que la page web de type crédits de film s’apparente à des téléchargements sur JSTOR. Et parce que ces attitudes conservatrices évoluent lentement, il serait téméraire pour les humanistes numériques d’abandonner un modèle bien établi quoique daté, simplement parce que nous voulons nous rebeller au nom du progrès. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

Articles scientifiques

8C’est là que le modèle utilisé par la communauté scientifique est particulièrement utile. Dans les sciences humaines, en général, si quelqu’un a été payé pour faire le travail dans le cadre d’une subvention ou à temps partiel, nous faisons comme s’il n’existait pas. Le travail « a été fait » plutôt que « a été fait par Untel ». Nous n’attendons pas de McDonalds que tous les membres de l’équipe soient mentionnés lorsqu’ils vantent la qualité de leurs frites. Peu importe qui a fait vos frites. Ce sont des gens qui ont été payés pour le faire ; ils ont ainsi renoncé à leur droit à être crédité pour leur travail.

9Dans le domaine des sciences, tous ceux qui apportent une contribution significative ont droit à une part de la paternité d’un document. En supposant que chacun des vingt-quatre membres de l’équipe OBO satisfasse à ces critères, une citation de l’OBO pourrait ressembler à ceci :

Hitchcock T., Shoemaker R., Emsley C., Howard S., Hardman P., Bayman A., Garrett E., Lewis-Roylance C., Parkinson S., Simmons A., Smithson G., Wilcox N., Wright C., Clayton M., Bankhurst B., Lingwood D., MacKenzie E., Rogers K., McLaughlin J., Henson L., Black J., Newman E., O’Flaherty K., Smithson G. Old Bailey Proceedings Online. Version 6.0, March 2011.
http://www.oldbaileyonline.org/​

10La citation est plus longue à lire que l’exemple précédent mais au moins, elle reflète plus précisément le travail que chacun a mis dans le projet. Les critères exacts pour déterminer une « contribution significative » sont en général définis par chaque revue. Un exemple typique du Comité international des rédacteurs de revues médicales exige que chaque auteur doit avoir fait des contributions substantielles pour les points suivants, sans exception :

  • la conception et le design de l’étude, ou l’acquisition de données, ou l’analyse et l’interprétation des données ;

  • la rédaction de l’article ou la révision critique de son contenu intellectuel important ;

  • l’approbation finale de la version qui sera soumise.

11Évidemment, ces critères ont été conçus par quelqu’un qui avait en tête le modèle d’évaluation d’un article de revue par les pairs. Toutefois, ils peuvent facilement être adaptés aux besoins d’un projet web en humanités numériques qui est généralement divisé en deux parties : le projet lui-même, et l’infrastructure numérique pour permettre au public d’interagir avec le projet. Un « auteur » en humanités numériques pourrait être quelqu’un qui doit avoir apporté une contribution substantielle à l’ensemble des points suivants :

  • la conception et le design du projet ou du site web, ou l’acquisition de données ou de matériaux, ou l’analyse, la transformation et l’interprétation des données ou des matériaux ;

  • la rédaction ou la création de n’importe quel texte, illustration, son, vidéo, flux de travail, interface, expérience utilisateur, ou un code, qui faisait partie intégrante de la réussite du projet et qui aurait été sensiblement différent s’il avait été accompli par quelqu’un d’autre ;

  • l’approbation finale du produit fini.

12Dans le cas de l’OBO, cela peut éliminer certaines personnes de la liste. Comme je ne suis pas l’une de ces personnes, ce n’est pas à moi d’en décider. Mais il est quelque chose, il me semble, qu’en tant que communauté nous devons commencer à discuter dès que l’équipe d’un projet est rassemblée. Quel est le résultat attendu et comment la contribution de chaque personne sera-t-elle créditée ? Cela peut sembler une conversation étrange au début, mais c’est une solution proactive pour enlever l’épine du pied de ceux qui sont engagés dans des carrières académiques alternatives.

Conclusion

13L’OBO est à la fois un film et un document scientifique. Les responsables de projets web en humanités numériques favoriseraient leur domaine s’ils s’assuraient que leur projet dispose à la fois d’une page de crédits comme ont les films, qui mette en valeur les différents contributeurs et leur rôle, et en même temps d’une liste des principaux contributeurs et auteurs comme pour un article scientifique, qui puisse être affichée de manière visible pour quiconque souhaite faire une citation.

14Cette approche en deux volets peut aider les humanités numériques à trouver leur place au sein du monde académique. C’est le modèle qui maintient la plupart des portes ouvertes pour les membres de nos équipes qui sont engagés dans des carrières académiques alternatives et qui sont incertains des orientations futures de leur carrière. Il reconnaît l’énorme travail d’équipe qui est propre aux projets d’humanités numériques de rang international, ce qui les distingue des articles mono-auteur. Et elle ne dénature pas ou ne conduit pas à mal interpréter les objectifs de chaque modèle de crédit. La citation n’apporte peut-être pas grand-chose à un professeur titulaire, mais elle peut aider à lancer la carrière de quelqu’un dans le monde académique alternatif. Et si la citation peut être un peu moins élégante lorsque nous utilisons le modèle scientifique, au moins, elle est un reflet honnête de la réalité du travail réalisé.

Auteur

Doctorant au King’s College de Londres.
Pierre Mounier (Traducteur)
Ingénieur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) et fondateur d’Homo Numericus.

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr