Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un forum internet ?

 | 
Camille Paloque-Bergès

Conclusion

Texte intégral

  • 1 « Are topic-based discussion boards dying ? », sujet de discussion de mars 2015. Les archives de c (...)

1Sur la liste de l’Association internationale des chercheurs d’Internet (Association of Internet Researchers – AOIR), une discussion a été initiée au printemps 2015 au sujet de la disparition des forums numériques1. Leur réputation de nouveaux lieux d’expertise, bien que controversée, serait en train de réduire comme une peau de chagrin. Les nouveaux espaces du « Web social » perdraient les qualités savantes des forums historiques, à savoir la discussion critique et participative sur l’information et la connaissance, qualités qui seraient en cours de migration vers des genres plus formalisés : les blogs, les revues et les enseignements « massifs » en ligne (Massive Open Online Course – MOOC). L’initiateur de cette discussion suggère que les forums internet se limitent aujourd’hui à des « petites sphères publiques » (« public sphericules »), symptôme d’un déclin historique de la culture savante primitive d’Internet.

  • 2 Voir la série de billets « Ce qu’Internet n’a pas réussi » publiée par Hubert Guillaud sur le blog (...)
  • 3 Un « générateur de polémique » (flame generator) datant probablement des années 1980 et ayant conn (...)

2Cette critique est elle-même symptomatique d’un constat répandu, celui de la fin des utopies numériques d’Internet (Guillaud, 2014)2. Gardons cependant à l’esprit que les forums ont eux-mêmes toujours été des lieux privilégiés d’annonce de la fin d’un âge d’or des réseaux informatiques – la « mort imminente d’Internet » étant depuis longtemps un topoï folklorique des polémiques de forum3. D’un point de vue culturel, cette critique signale des moments d’évolution et de tournant dans l’économie des techniques et usages des réseaux, depuis les premières statistiques d’utilisateurs sur les forums de Usenet en 1981 (Paloque-Bergès, 2011) en passant par la massification du trafic symbolisé par le « Septembre éternel » de 1993, tournant symbolique de la massification des usages de l’internet (Schafer, Paloque-Bergès et al., 2015), jusqu’aux débats sur l’exploitation des données des utilisateurs de l’internet par le big data et l’intelligence artificielle aujourd’hui.

3L’histoire des forums, qui par une micro-histoire de l’internet ouvre à une histoire plus large du savoir en réseau, montre que les utopies numériques ne se sont jamais incarnées dans les communautés virtuelles ; que l’idéal d’une communication universelle n’a jamais été même souhaité par les précoces usagers de l’internet ; que les savants numériques n’ont jamais atteint de véritable consensus ; que l’adresse au profane et son implication dans les espaces savants ont toujours été compliquées. Au contraire, les forums capturent l’imagination par une banalité numérisée inscrite dans de nouvelles technologies intellectuelles, ainsi qu’un sens de l’inachevé qui aujourd’hui laisse des traces complexes à décrypter dans les nouvelles archives du numérique.

4Les listes et groupes de forum internet subsistent par contre grâce à une forme de simplicité d’accès et d’usage qui, dans le quotidien du savoir professionnel comme profane, donne une valeur à cette banalité et à cet inachevé. Je laisserai un dernier mot optimiste au Reporter’s Guide to Internet Mailing-Lists, qui prodigue ses conseils en 1997 dans un grand moment de transformation où les technologies de recherche d’information sur le Web viennent rivaliser avec le bazar organisé des listes :

  • 4 Version archivée par la « Wayback Machine » de la fondation Internet Archive (avril 1997) d’une pa (...)

La prochaine fois que vous allez en ligne pour faire des recherches sur un sujet, dégainez votre logiciel de messagerie plutôt que votre navigateur web. Ce n’est pas aussi chic, mais n’importe quel écrivain qui a un logiciel de messagerie a un accès inédit aux toutes dernières nouvelles, à des histoires originales et une vaste archive de savoir collectif4.

Notes

1 « Are topic-based discussion boards dying ? », sujet de discussion de mars 2015. Les archives de cette discussion ont malheureusement disparu suite à un problème technique rencontré par l’administration de la liste [http://listserv.aoir.org/pipermail/air-l-aoir.org/].

2 Voir la série de billets « Ce qu’Internet n’a pas réussi » publiée par Hubert Guillaud sur le blog Internet Actu, les 4 et 5 février, 18 mars 2014 [URLs : http://www.internetactu.net/2014/02/04/ce-que-linternet-na-pas-reussi-14-des-reves-des-pionniers-a-un-monde-post-snowden/ ; http://www.internetactu.net/2014/02/05/ce-que-linternet-na-pas-reussi-24-renverser-les-inegalites/ ; http://www.internetactu.net/2014/03/18/ce-que-linternet-na-pas-reussi-34-distribuer-lautorite/], consultés le 2 janvier 2018.

3 Un « générateur de polémique » (flame generator) datant probablement des années 1980 et ayant connu maintes versions, propose de cocher une case « Imminent Death of the Internet », formule accompagnée d’une mention ironique de copyright, pour déclencher une dispute. Voir par exemple la version sauvegardée sur le site patrimonial de l’archiviste et historien amateur d’Internet Jason Scott, textfiles.com [URL : http://www.textfiles.com/humor/cform2.txt], consulté le 2 janvier 2018.

4 Version archivée par la « Wayback Machine » de la fondation Internet Archive (avril 1997) d’une page personnelle académique [URL : http://web.archive.org/web/19970428163544/http://www.daily.umn.edu/~broeker/guide.html], consultée le 2 janvier 2018.

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr