Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un forum internet ?

 | 
Camille Paloque-Bergès

Héritages et distinctions d’une nouvelle république de savants sur Internet

Texte intégral

  • 1 « Usenet est un endroit pour la conversation ou la publication, comme un grand salon de café [coff (...)

1Les listes électroniques expérimentent la communication numérique dans une culture internet en construction ; on peut les penser, dans une certaine mesure, comme des formes d’épistolaire numérique rappelant les réseaux de correspondance des savants de l’âge classique. De fait, les forums numériques primitifs sont souvent associés dans l’imaginaire de l’internet à quatre images récurrentes qui mettent en jeu cette filiation historique savante1 :

  • la bibliothèque : le savoir documenté, sédimenté, préservé ;
  • la maison d’édition : le savoir mis en forme, reproduit et diffusé ;
  • le salon de café « public » : le savoir mis en débat dans la conversation éclairée ;
  • le coin des orateurs : le savoir mis en discours par le savant dans son rapport à l’espace public, et donc l’émergence de la figure de l’intellectuel.

2L’idée d’une République des informaticiens à la genèse des forums numériques est une belle image – mais tient-elle la comparaison avec la République des lettres qu’elle sous-entend ? À l’aune des relations entre technologies et culture, une filiation nette peut être tracée entre l’humanisme qui nourrit le projet de la République des lettres et l’universalisme des réseaux informatiques qui sous-tend la globalisation contemporaine, comme l’a montré l’historien Thomas J. Misa dans Leonardo to the Internet (2004). Toutefois, mettre en comparaison les « Républiques » des lettres, des sciences et des informaticiens implique de se référer avant tout à un imaginaire qui ne dit pas tout de la réalité hétérogène des communautés érudites de l’âge classique qui évoluent entre les xvie et xviiie siècles (Waquet et Bot, 1997). S’appuyant sur cet imaginaire, la théoricienne de la communication Rita Figueiras avance que l’internet permettrait aux communautés numériques du savoir de retrouver un projet d’origine idéal inscrit dans la modernité des Lumières. Elle souligne que ce projet ciblant l’élargissement et de diversification des communautés au moyen du numérique n’est pas départi des limites déjà présentes dans les réseaux savants classiques, comme, à travers la reformation de « petits mondes », le renforcement des élites (Figueiras, 2012).

3Si l’internet reproblématise la place du savant dans la cité, il faut toutefois s’interroger sur le sens même du savant en environnement numérique. Le sociologue André Grelon s’est attaché à comprendre la « relation intime entre science et technologies » au cours de la seconde moitié du xxe siècle du point de vue d’une histoire scientifique et technique des ingénieurs des Trente Glorieuses, considérés comme nouvelle catégorie savante. Génération au sein de laquelle le numérique est né, elle a accompagné l’évolution d’une classe ouvrière vers des métiers hautement qualifiés, favorisant l’autonomie et des positions stratégiques dans les industries à caractère scientifique : « l’accumulation de ces travailleurs "savants" aux qualifications abstraites obtenues dans des écoles spécialisées aurait comme conséquence le développement de solidarités professionnelles » (Grelon, 1993, p. 81). La réflexion sur les forums savants doit ainsi prendre en compte ces réseaux professionnels qui renouvellent la figure du savant lui-même, aussi bien dans son entre soi que dans son rapport social au monde.

4Nous en avons éclairé quelques aspects liés au monde de la recherche en informatique dans la première partie. La suite élargit cette perspective, s’intéressant à la manière dont le savoir se pense et se discute au prisme de son ingénierie et (donc) de problématiques disciplinaires, et dont les nouvelles figures du savant se déclinent dans un espace public numérique en construction. La liste est aussi bien un instrument qu’un milieu pour le savant, car elle n’est pas seulement un outil d’information et de communication scientifique : elle est aussi un terrain d’observation, propre à la réflexivité ordinaire du chercheur ainsi qu’à l’enquête ethnographique (Beaulieu et Høybye, 2011).

5Pour cela, je creuserai la comparaison avec la République des lettres à partir des qualités principales de la communauté érudite et réflexive des hommes de lettres de l’âge classique telles que rappelées par Françoise Waquet et Hans Bots (1997). Ainsi je m’intéresserai d’abord aux réglages normatifs qui président au régime de publicité et d’indépendance de l’espace numérique savant ; en particulier l’éthique de la communication dont « l’esprit de réseau » témoigne. Ensuite, je montrerai comment le forum de liste prend forme à l’aune des différentes identités et solidarités socioprofessionnelles qui s’y expriment ; en particulier en termes de différenciation disciplinaire face aux rapports entre savoir et technique. Enfin, je soulèverai la question du rapport positif entretenu par l’imaginaire des forums internet à l’idée d’universalité du savoir. Les listes nourriraient l’idéal d’un État universel du savoir, où l’on distingue une géopolitique révélatrice à la fois d’un contexte historique et de la fiction normative démocratique que portent les espoirs d’une société numérique.

Le forum numérique : un espace public de communication indépendant ?

  • 2 Pour un aperçu des premières problématisations de l’espace public dans le champ des sciences de co (...)

6Le développement des « nouveaux médias », médias électroniques de masse puis numériques en réseau, a été accompagné d’une littérature abondante explorant leurs capacités à redéfinir l’espace public2. Les médias de masse auraient contribué à rendre invisible la figure de l’intellectuel, à réduire sa légitimité dans l’espace public, signalant le déclin du projet des Lumières. Dans ce contexte médiatique, le savoir serait diversifié, désacralisé, disséminé. Corrélativement, les qualités d’indépendance, d’autonomie, d’intervention publique et d’universalité d’esprit caractérisant le projet savant des Lumières auraient perdu de leur évidence (Figueiras, 2012). Or, selon Rita Figueiras, l’internet permettrait aux savants de recréer les conditions de ce projet (en particulier le modèle de forum qu’est le salon savant) reconfiguré dans le contexte des réseaux numériques.

7Laissons de côté la question de l’intervention du savant dans l’espace public, et étudions la question de son indépendance. La cyberculture considère le principe d’indépendance des communautés de réseau comme fondateur de la culture des réseaux numériques (Lévy, 2001 ; Silver, 2000). Le manifeste de cette pensée cyberculturelle est sans conteste le texte célèbre de John Perry Barlow, « A Declaration of the Independance of Cyberspace », publié sur le Web et promu par l’organisation de défense des libertés numériques Electronic Frontier Foundation dès 1996, en réaction aux premières tentatives des gouvernements occidentaux de réguler l’expression en ligne. Si cette « cyberindépendance » est largement métaphorique dans ses réalités sociales et économiques, elle prend tout son sens quand on regarde de plus près ce qui légitime culturellement le savoir et le discours du savoir dans les forums internet : une critique interne du discours public en contexte de communication savante. Cette critique interne (conçue et défendue par les communautés de pairs pour leur propre compte) se fonde sur trois aspects majeurs de l’ethos du discours spécialisé revu à la lumière des forums : les règles normatives conditionnant la prise de parole ; le partage entre discours ordinaire et discours spécialisé ; la représentation et la fédération de la communauté savante à travers la discussion en ligne.

8Tout d’abord, et comme pour l’espace épistolaire des Lumières, une éthique accompagne, normalise et optimise la communication du savoir dans les forums numériques, par le biais du « bon usage » discuté plus haut, qui s’apparente à ce que Florence Mourlhon-Dallies et Jean-Yves Colin (1995) appellent un « esprit de réseau ». Cet esprit tient ensemble la communauté rassemblée dans le forum grâce à des rituels énonciatifs hérités de la communication scientifique. Dans un équilibre entre langue technique (le jargon scientifique) et langue courante (l’expression informelle sur les forums), ce sont les lignes de partage dans l’expression, plutôt que dans la nature du savoir, qui déterminent la possibilité d’un accès à la discussion savante. Cette problématique des conditions d’accès au champ scientifique n’est pas un fait sociologique nouveau. Mais un nouvel ingrédient culturel vient s’ajouter à la légitimité de la prise de parole technique : les règles tacites de l’expression sur Internet, régies par l’esprit de réseau hérité de la République des informaticiens.

9Plus loin, la question de la « langue courante » pratiquée sur les forums, par différenciation avec une langue technique formalisée (par exemple dans les conférences ou à travers les publications) ne peut être réduite à l’ordinaire trivial de la communication. L’ordinaire relève plutôt de ce qui existe avant la prise de parole « en ligne » : le tissu social de la discussion informelle entre savants, sur leurs lieux de travail par exemple, et dont le contenu n’est pas forcément trivial. Dans ce qu’on appelle familièrement « les conversations de couloir » se déploient parfois des enjeux importants de savoir et de pouvoir. Philippe Hert, qui s’est intéressé aux listes électroniques comme objet privilégié d’une « étude anthropologique de l’usage d’Internet en milieu scientifique » dans un cadre communicationnel (Hert, 1998), analyse cette migration de l’ordinaire savant sur les listes de discussion comme une forme de valorisation d’un savoir « banal ». Il s’est notamment penché sur une liste de discussion entre chimistes permettant entre autres d’échanger des ressources entre laboratoires de la région. La liste a fonctionné « comme un espace de reformulation d’éléments de leur pratique quotidienne » :

Ce travail de reformulation peut être rapproché de l’activité de vulgarisation scientifique, dans le sens où celle-ci participe du travail d’acculturation des énoncés scientifiques hors du collectif et dans la mesure où elle permet une reformulation des énoncés scientifiques en ayant recours à une connaissance du monde familière et commune. (Hert, 1999b, p. 253)

10Ainsi, l’indépendance de certains forums est garantie justement par leur ancrage dans un contexte local, leur référence à une réalité sociale quotidienne. Le forum permet de créer, indépendamment des contraintes institutionnelles, un terrain d’entente pour des actions communes, des pratiques collectives qui structurent en retour leur milieu.

11En définitive, cette indépendance reste un idéal du discours en ligne, mis à l’épreuve des réalités du groupe qui se réunit et converse sur la liste. Si le discours de forum présente des qualités d’oralité, cette oralité reste largement une illusion, mais une illusion qui donne un sens à la communauté (Hert, 1999a). Cette oralité illusoire donne l’impression à la communauté d’exister, de partager un sens commun, et ce précisément parce qu’elle est une écriture fixant des règles communes à partir des échanges archivés de la conversation.

  • 3 Deux dénominations l’identifient derrière l’acronyme STS : Science and Technology Studies, et Scie (...)

12Cependant, ces deux qualités qui construisent l’indépendance du forum, la normativité par le bon usage d’une part, la référence à un ordinaire de la communication savante d’autre part, sont également fragilisées par l’illusion du sens commun. Ayant analysé un autre forum savant, la liste internationale Sci-Tech-Society, dont le but est de rassembler et définir la communauté des études en Sciences, technologie et société (STS)3, Hert montre que l’échange en forum peut être un « moyen de créer artificiellement une position médiane au sein de la communauté réelle, à partir du sentiment de communauté construit sur Internet » (Hert, 1998, p. 221). Cette analyse va à l’encontre de l’idée, dominante dans les Internet studies, selon laquelle l’appropriation sociale collective des techniques de communication numérique créerait par défaut un sens commun (Baym, 1995). Les débats sur Sci-Tech-Society illustrent plutôt l’effet d’arène produit par la discussion en forum, c’est-à-dire les phénomènes de division particulièrement visibles alors que la communauté STS est impliquée dans l’affaire Sokal, au milieu des années 1990, voyant critiquée son épistémologie postmoderne. Les formes d’autorité qui dominent la liste, défendant un consensus, masquent en fait la profonde hétérogénéité de ce courant interdisciplinaire.

13Ainsi, si le forum valorise l’ordinaire de la communication scientifique, c’est également dans ses aspects les plus complexes. Il révèle les coulisses de la science en train de se faire (Hocquet, 2013), voire il la met au premier plan, précipitant et accentuant les termes du désaccord scientifique, sur le plan épistémologique ou idéologique.

  • 4 Liste du Special Interest Group Computers, Information and Society (SIGCIS) [URL : http://www.sigc (...)

14La référence à une éthique de la communication en forum, à une indépendance du débat, n’est pas départie d’effets d’autorité structurels, de rapports de force socialement construits – hiérarchiques, voire identitaires (genrés et racisés). La liste des historiens de l’informatique, SIGCIS, a ainsi récemment été le théâtre d’une violente dispute entre partisans de l’analyse culturelle, défendant la prise en compte de critères identitaires et fondée sur le témoignage subjectif d’usagers, et partisans d’une histoire technique, fondée sur des archives et des témoignages d’autorités présentés comme objectifs. Ces arguments méthodologiques se sont transformés en attaques ad hominem alors que le partage entre jeunes chercheuses racisées défendant l’analyse culturelle et chercheurs blancs expérimentés défendant l’histoire technique se dessinait. La liste a finalement été fermée le temps d’une révision de sa charte d’usage permettant d’introduire des critères plus fins de régulation des disputes scientifiques4. Dans ces « microcultures » de forum, selon le terme avancé par Florence Thiault, l’instrumentation des échanges verbaux dans un dispositif technique où se négocie le sens de la communauté rassemble ainsi des « actes sociodiscursifs allant du partage d’expérience au débat favorisant le conflit » (Thiault, 2011, p. 372).

Solidarités de travailleurs savants

15Certes, les listes électroniques favorisent l’expansion, locale, nationale ou internationale, de sodalitates numériques, c’est-à-dire de communautés savantes où la production, l’évaluation et le partage du savoir sont au centre des pratiques. Mais l’existence même de ces sodalitates numériques est déterminée par des solidarités préexistantes à la collaboration numérique. La République des informaticiens, ainsi, s’inscrit dans une histoire de la participation des communautés d’ingénieurs R&D en télécommunications et en informatique à des problèmes de standardisation négociés à l’interface des milieux académiques, industriels, et de gouvernance publique (Russell, 2014). Le rôle des informaticiens dans l’acculturation des milieux scientifiques aux usages numériques a été sociologiquement illustré (par exemple Carmagnat, 1996), aussi bien sur le plan de la diffusion des savoirs techniques que de l’ethos qui nourrit une culture – un « esprit » – d’Internet historiquement identifiée. Mais cette acculturation passe aussi par l’inscription dans des traditions savantes d’appropriation des techniques de communication.

16On peut identifier une continuité dans la grande tradition du « faire œuvre » ensemble, à savoir la pratique collective qui caractérise par définition le champ de la science moderne. De fait, l’une des propriétés de la République des lettres est la participation d’auteurs à la production d’œuvres avec autrui (Waquet et Bots, 1997). Le forum s’inscrit ici dans une histoire « ordinaire » de ce collectif – à savoir les situations quotidiennes où du savoir se construit en amont d’une formalisation dans les publications.

17Dans ce qui suit, ce sont les logiques disciplinaires qui seront mises en avant dans la rencontre sur les forums entre gens de sciences et hommes de lettres, associés à des ingénieurs et techniciens du savoir, des administrateurs de systèmes informatiques aux professionnels de l’information scientifique et technique. Je pense ici cette problématique disciplinaire en termes foucaldiens, aussi bien sur le plan de l’identité des savoirs dans des ordres sociaux (des statuts professionnels, des lieux) que sur celui de la distribution des pouvoirs (le pouvoir de dire, de faire et de reconnaître la science). Les listes sont, de fait, des espaces privilégiés pour observer des disputes disciplinaires, au sein des discussions et pratiques sur l’inter-, la pluri-, voire la postdisciplinarité qu’elles accueillent et suscitent.

Une acculturation par l’ingénierie informatique des sciences

  • 5 D’après une série d’entretiens menés depuis 2013 par l’auteure, sur les communautés d’ingénieurs a (...)

18Ces solidarités numériques ont évolué à la faveur de l’entrée en sciences de nouvelles disciplines, et de leur reconnaissance par le milieu académique. On trouve, dans les deux premières décennies du développement d’Internet, des associations d’utilisateurs professionnels d’équipement informatique regroupant chercheurs et ingénieurs des mondes académiques comme privés. Ils jouent, à l’instar des informaticiens du mouvement Unix qui a initié et fédéré l’espace des groupes Usenet dès 1979, un rôle moteur dans ce développement. Cette dynamique s’appuie sur des réseaux associatifs à plusieurs échelles (du local à l’international), qui organisent des conférences pendant lesquelles, entre autres, ils promeuvent et démontrent l’utilité des réseaux internet pour la communication scientifique. Les forums numériques vont devenir des instruments d’ingénierie de la communication scientifique… avec leurs propres distinctions internes. Par exemple, les listes sont à l’origine perçues comme des outils professionnels, sérieux et efficaces, focalisés sur la collaboration dans la logique des communautés de pratique. Les groupes Usenet, eux, sont davantage associés à des communautés d’intérêt : l’on s’y rend pour s’informer sur les développements scientifiques en cours, mais il est conseillé de limiter son temps pour éviter la trivialité de discussions non focalisées. De nombreux acteurs scientifiques des mondes Unix, utilisateurs précoces des forums Usenet, avouent avoir restreint leur usage à mesure que les sujets devenaient plus généralistes et diversifiés5. La motivation première à utiliser les forums pour des raisons d’ingénierie scientifique, c’est-à-dire pour mieux développer les instruments de la pratique et de la communication des sciences, est marquée par certaines limites dans les processus de construction du savoir. La culture numérique qu’ils contribuent à forger rencontre donc des lignes de partage dans le champ savant.

  • 6 Ces deux textes font partie d’un rapport intitulé « Internet et les chercheurs », remis au ministè (...)

19Au milieu des années 1990, un groupe de travail de la cellule Informatique littéraire de l’École normale supérieure (ENS) de la rue d’Ulm est constitué pour étudier la manière dont sont utilisées les listes de diffusion et de discussion récemment rendues accessibles à tous les enseignants et étudiants6. Deux rapports en particulier produits par ce groupe montrent que les sciences de l’ingénieur jouent un rôle de transmission. « Internet à l’ENS a d’abord été une affaire d’informaticiens », souligne le premier rapport. De fait, l’introduction des réseaux dans cette grande école est exemplaire de l’histoire française de l’équipement des établissements du supérieur dont les clés sont détenues par les ingénieurs des centres de calcul et services informatiques. Ils participent aux premières installations des réseaux dans la première moitié des années 1980, à la faveur de l’acquisition de mini-ordinateurs (en particuliers les Vax, best-seller parmi les machines Unix), initient l’usage du courrier électronique en interne et en externe, en passant par les liaisons réseaux administrées par l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), haut lieu de la recherche française en informatique. Puis, au début de la décennie suivante, ils contribuent au raccordement au premier réseau national officiel de la recherche en France, RENATER, et accompagnent la découverte d’applications permettant un usage simplifié d’Internet, les navigateurs web en tête… :

  • 7 Rapport de Rupert Hasterok, « L’usage du courrier électronique au sein des départements “littérair (...)

L’introduction et la progression d’Internet à l’ENS se trouvent étroitement liées à celles de l’informatique en général, qui a pris, à des degrés toutefois très variables, une importance de plus en plus grande dans de nombreuses disciplines représentées au sein de l’École. […] [Il faut aussi mentionner le] rôle clé des responsables informatiques, travaillant au sein des différents départements. D’un point de vue sociologique, ils nous paraissent intéressants à plusieurs titres. Détenteurs d’une tradition souvent orale sur l’histoire de la mise en place des réseaux, des serveurs et des nouvelles utilisations de l’informatique, ils occupent également une place privilégiée dans l’articulation entre les disciplines scientifiques et l’informatique. Au sein de leur département de rattachement, ils font souvent partie de ceux que nous avons appelés « innovateurs »7.

  • 8 Le rapport maintient cette distinction dans le contexte d’une identification des deux directions g (...)

20Le rôle des informaticiens et de leurs outils relève de l’évidence, en particulier parce qu’ils ont souvent un pied dans les laboratoires de recherche, un autre dans les départements des services qui participent à l’équipement et à la maintenance des outils informatiques dans les établissements du supérieur. Mais c’est en convoquant le champ plus large des disciplines dites « scientifiques », par opposition aux disciplines dites « littéraires8 » que s’éclaire le processus d’appropriation, qui passe par l’abonnement aux listes :

  • 9 Rapport d’Éric Guichard, « Usages du courrier électronique chez les élèves de l’ENS » (1998), in G (...)

Même si les 12 abonnés les plus intensifs se recrutent parmi toutes les disciplines, l’abonnement aux listes est un fait des scientifiques. Et si seulement 39 de ces listes sont implantées en France, 15 proviennent de l’INRIA et au moins 7 d’autres centres exclusivement scientifiques (X, ENST, IBP…)9.

21L’enquête mentionne l’importance des « élèves-relais » ou « élèves gourous », dans une acculturation qui se fonde d’abord sur la transmission, ensuite sur une appropriation. De fait, ces expressions appartiennent à un imaginaire de la culture magique, voire cultuelle, de l’informatique qui sous-tend la « logique de l’usage », c’est-à-dire, au sens de Jacques Perriault (2008), les processus d’appropriation ordinaire de technologies.

22C’est aussi l’évolution convergente des sciences dures et de l’ingénieur dans un espace technoscientifique qui est en jeu. Comme le montre Alexandre Hocquet à travers une analyse des débats d’un forum prenant pour thème la chimie computationnelle, l’intérêt pour les méthodes logicielles de traitement et d’interprétation de données par le numérique rassemble une communauté hétérogène (Hocquet, 2013) : les débats ont aussi bien à voir avec l’économie et la politique de ces nouveaux instruments de travail (privilégier les logiciels libres ou non ?) qu’avec l’épistémologie du domaine (la chimie computationnelle étant un sous-domaine distinct des méthodes traditionnelles de la discipline chimiste).

23Enfin, les listes accompagnent et rendent visibles des processus de différenciation par spécialisation, via l’ingénierie scientifique. Exemple éclairant, le site web d’un réseau international de biologistes spécialistes de virologie, virology.net, offre une vision panoptique des sujets d’intervention et de communication d’un domaine à travers un écosystème de forums rassemblés dans une branche thématique des groupes Usenet appelée BIOSCI10. Il présente une compilation exhaustive de tous les groupes électroniques de la branche, liste intéressante à plusieurs égards. Tout d’abord, elle perpétue « l’esprit de réseau » des cultures primitives d’Internet, avec des groupes dédiés à des tutoriels expliquant le monde complexe de Usenet, assumant ainsi une fonction didactique d’accompagnement à la découverte des mondes documentaires des réseaux (Paloque-Bergès, 2013). Ensuite, elle expose la diversité catégorielle de cet écosystème, très représentative de Usenet où les groupes sont créés sur simple déclaration d’intérêt (bien que plébiscités et validés par la communauté). On y trouve ainsi des groupes marqués par :

  • la proximité géographique et/ou l’affiliation associative de leurs membres (par exemple bionet.prof-society.cfbs – Newsgroup for the Canadian Federation of Biological Societies – CFBS) ;
  • des domaines ou sous-domaines disciplinaires (bionet.toxicology – Research in toxicology, bionet.biology.tropical – Research in tropical biology) ;
  • des thèmes et sujets de recherche précisant l’utilisation d’une méthode ou d’un instrument (bionet.software.acedb – Discussions by users of genome DBs using ACEDB) ;
  • des discussions théoriques (bionet.info-theory – Biological information theory), ou méthodologiques (BIOHERV/Prototype – Discussions about human endogenous retroviral elements) ;
  • des articles mis en débat (bionet.journals.letters.biotechniques – Discussion of articles from the journal Biotechniques) ;
  • des discussions sur les instruments informatiques (bionet.molbio.bio-matrix – Computer applications to biological databases, bionet.software – Information about software for biology) ;
  • des entrepôts documentaires plus ou moins spécialisés (bionet.software.www – WWW resources for biologists) ;
  • des débats sur des problématiques sociales et réflexives du milieu scientifique (bionet.women-in-bio – Discussions about women in biology).

24Cette branche est maintenue par des volontaires, grâce notamment à des levées de fonds pour payer les serveurs et le trafic. Une séparation nette est opérée entre ses usagers habituels, des professionnels chercheurs et ingénieurs, et les profanes curieux, redirigés vers des groupes de discussion plus généraux ailleurs sur Usenet (l’exemple donné étant sci.bio.misc, dont le dernier terme « misc » – abréviation de miscellaneous, ou « divers » – traduit l’éloignement de discussions spécialisées). Enfin, on constate dans cette liste l’évolution, et surtout la différenciation des lieux et usages de la discussion électronique. En effet, l’apparition du Web permet de consulter les groupes sur le logiciel de navigation web et non plus sur des logiciels de lecture de listes spécialisés, ce qui facilite l’accès aux ressources pour de nouvelles audiences.

25Les forums numériques, listes et groupes en tête, semblent ainsi accompagner la transmission, la diversification, le renouvellement et l’accès à de nouvelles connaissances scientifiques et techniques. Cependant, ils présentent, en particulier dans ces communautés technoscientifiques, des limites rappelées par Philippe Hert à l’occasion de l’analyse d’une liste de discussion de physiciens en pleine controverse sur la fusion froide à la fin des années 1990. Si la discussion en liste a permis d’obtenir des données précises sur l’expérience débattue, les chercheurs n’ont pas réussi à véritablement produire un nouveau savoir scientifique, les débats souvent vifs introduisant trop d’informations non pertinentes : la nuance, l’évaluation, la recontextualisation, entre autres processus nécessaires à l’élaboration d’un savoir nouveau, devenant impossibles, perdues dans le bruit généré par la controverse (Hert, 1999b).

Des humanités en ligne aux humanités numériques

26Ces limites ne se font pas seulement jour au sein des communautés de « sciences dures » aux prises avec des problématiques technologiques. Se penchant sur le domaine de l’« éducation aux technologies » (technology education) au sein d’une réflexion plus large sur les arts industriels, Kenneth S. Volk constate que le flou entourant le concept est relayé par les professionnels, voire amplifié auprès de publics non spécialistes par les débats de forum :

[…] la liste précise dans son message d’accueil que le forum est dédié au sujet de l’éducation aux technologies. Pourtant, malgré cet avertissement, la liste est régulièrement inondée de discussions centrées sur les technologies éducatives et l’utilisation de l’ordinateur. […] Reconnaissant que la terminologie reste floue, le directeur de l’association internationale de l’éducation aux technologies (ITEA) a déclaré : « La confusion est partout ! Ce qui est sûr, c’est que la plupart des éducateurs ne connaissent pas eux-mêmes la différence ». (Volk, 1996)

27L’utilisation de l’informatique en tant qu’outil réflexif pour n’importe quel domaine scientifique, et a fortiori dans les sciences humaines et sociales et les disciplines auxiliaires de l’ingénierie des connaissances, est loin d’être aussi tardif que l’idée d’une acculturation par les milieux ingénieurs et les scientifiques « durs » ne pourrait le laisser penser. Historiquement, les domaines privilégiant une approche statistique, quantitative, ou plus généralement computationnelle (comme en sociologie ou en linguistique) ont été précocement familiarisés avec les ordinateurs via leurs ressources en réseau. En témoigne la naissance dans les années 1970 de deux associations telles que l’Association for Computer and the Humanities (ACH, 1973), ou l’Association for Literary and Linguistic Computing (ALLC, 1978). Là encore, des communautés professionnelles structurent et accompagnent l’accès des chercheurs aux réseaux informatiques et à leurs forums. Ces réseaux professionnels se sont également acculturés à l’« esprit de réseau », tout en y apportant une tradition de discussion savante – sous le signe des humanités, au sens large du champ disciplinaire rassemblant sciences humaines et sociales. En témoigne H-NET (Humanities and Social Sciences Online), une organisation internationale de coordination de listes de discussions savantes depuis 1994, qui convoque dans son projet l’ethos humaniste et universaliste de la République des lettres : la collaboration transnationale fondée sur un enrichissement interculturel, la remise en cause des frontières et identités nationales, la pratique du mécénat scientifique, l’apport d’outils et compétences techniques au service des savoirs spécialisés et transversaux, etc. Principes inscrits dans sa charte initiale, ils sont également ancrés dans un esprit de réseau tributaire des pratiques didactiques de la République des informaticiens : en particulier la formation aux outils numériques par la communauté à travers des tutoriels et des guides de bons usages, un fonctionnement démocratique et autonome et une gouvernance distribuée et autorégulée des réseaux11.

28Un intérêt thématique pour l’informatique est bien entendu une façon privilégiée pour ces disciplines de se mobiliser autour des ressources de forum. Par exemple, la liste LITOR a rassemblé les chercheurs et auteurs français s’intéressant aux interactions entre programmation informatique et littérature. Initiée dès 1999 par des chercheurs de l’université Paris 3, elle a accueilli un vaste panel de thèmes :

  • recherche et échanges de textes numérisés ;
  • information sur les corpus numérisés disponibles (gratuits, payants) ;
  • recherche et échanges d’ouvrages et d’articles spécialisés ;
  • règles et problèmes de la reconnaissance de caractères (OCR) ;
  • disponibilités et fonctionnalités des logiciels de lexicométrie ;
  • bases et nouvelles avancées théoriques de la lexicométrie ;
  • applications pédagogiques, résultats et commentaires ;
  • outils de recherche électroniques en histoire littéraire ;
  • règles de bibliographie ou de typographie pour l’établissement des textes électroniques ;
  • problèmes techniques et administratifs des échanges réticulaires (organisation d’équipes multilocales, prépa de colloques virtuels, etc.) ;
  • actualité du Web littéraire (sites, revues, blogs, etc.) ;
  • et tout ce qui vient d’être oublié ou qui reste à inventer12

29L’accès aux forums et leur utilisation sont également favorisés par l’intégration aux méthodes scientifiques d’outils, instruments et de concepts pensés et développés dans le cadre des environnements numériques.

  • 13 Site web Zembla, créé en 1995 et dédié à l’œuvre de Nabokov.

30On se situe bien dans la logique de l’extension du bureau électronique à la genèse de la République des informaticiens. La liste peut être un lieu de transition pour s’acculturer plus largement aux moyens offerts par l’informatique pour communiquer et publier ressources et résultats des recherches. Comme en témoigne Jeff Edmunds, initiateur d’un des premiers sites web dédiés à la recherche littéraire13, les racines du site se trouvent dans une liste de discussion dédiée au même auteur, NABOKV-L, initiée deux ans auparavant au profit des chercheurs, enseignants et amateurs de littérature russe (Edmunds, 2008).

31Les listes sont cependant, et là encore comme pour les « sciences dures », des moteurs de différenciation disciplinaire – que cette différenciation soit d’ordre méthodologique, sociologique et/ou institutionnel. Dans l’étude de 1998 déjà citée sur les usages étudiants des listes électroniques à l’ENS d’Ulm, on relève un panel varié de listes pour antiquisants :

[…] certaines listes s’occupent de l’Antiquité par domaines : l’archéologie (ARCH-L), l’histoire (ANCIEN-L), la philosophie (SOPHIA) ou la rhétorique (H-RHETOR). D’autres abordent les problèmes par périodes chronologiques : la civilisation byzantine (BYZANS-L), le Moyen Âge latin (MEDTEXTL). D’autres se restreignent à un auteur, voire à une seule œuvre : Homère (HOMER), Thucydide (THUC-L), la Bible (B-GREEK), la Poétique d’Aristote (POET-L). D’autres enfin traitent des différents problèmes concernant l’usage de l’ordinateur dans les sciences de l’Antiquité (CAAL et TECHEVAL). (Guichard, 1998)

  • 14 Voir par exemple les travaux de Stéphane Pouyllau, en particulier autour de l’infrastructure de re (...)

32La suite de l’étude montre que les enjeux disciplinaires réintroduisent des hiérarchisations et des évolutions disciplinaires. L’auteur mentionne le mépris des étudiants « antiquisants » pour ces outils, dans la mesure où ils viendraient mettre en danger leurs compétences en matière d’histoire de l’écriture et de sciences auxiliaires (en particulier la paléographie). En effet, les technologies d’encodage informatique des caractères anciens ne sont pas encore, dans les années 1990, assez performantes pour répondre aux besoins des antiquisants. Si ces problèmes ont été jugés mineurs par l’auteur de l’étude à l’époque, ils apparaissent aujourd’hui comme un moment de l’évolution de l’édition critique en sciences humaines au prisme du numérique : avant eux, les usagers français se plaignent de l’absence de caractères accentués pour échanger dans leur langue ; après eux, les humanités numériques font de l’encodage, de la structuration et de la standardisation des données une pratique cruciale de la pratique scientifique aujourd’hui14.

33Les domaines et sous-domaines disciplinaires, mouvements et courants académiques, caractérisés par exemple par le qualificatif de studies, sont de bons exemples des transformations du savoir dont les forums savants numériques peuvent témoigner. D’une part, les studies présentent une appétence épistémologique pour l’inter-, la multi-, et la transdisciplinarité. Celle-ci peut être doublée par des nécessités pratiques d’alliances institutionnelles pour les domaines aux marges de la légitimité scientifique. D’autre part, et pour les mêmes raisons, elles sont le lieu d’une hybridité épistémologique, institutionnelle, et sociale, à la croisée de plusieurs champs et milieux académiques et professionnels. Comme en témoigne l’étude de deux listes de women studies étudiées par Anne Beaulieu et Mette Høybye (2011), le lien à la recherche-action, notamment dans le domaine de l’action sociale, est une motivation forte des discussions en liste. C’est aussi le cas pour les nouvelles disciplines de sciences humaines et sociales proches des milieux professionnels et de l’ingénierie comme les sciences de l’information et de la communication, de gestion, l’étude des sciences et des technologies en sciences humaines et sociales… Comme le rappelle Philippe Hert dans son analyse des controverses qui ont déchiré la liste Sci.Tech.Society :

[l]’origine multidisciplinaire des participants (sociologues, anthropologues, historiens des sciences, mais également scientifiques, ingénieurs, administrateurs de la recherche et économistes) a constitué un terrain favorable pour lancer le dialogue autour de questions qui les préoccupaient à partir de leurs positions respectives. (Hert, 1999b)

  • 15 Citation extraite du fil de discussion « Other mailing-lists ? », novembre 2012 [URL : http://list (...)

34La liste de l’Association of Internet Researchers (AIR-L) dédiée aux Internet studies est fréquemment traversée de débats sur les buts de la recherche prenant pour objet les médias numériques : doit-elle avoir des objectifs pratiques ou théoriques ? Être à visée de prédiction ou de comparaison critique des usages ? Quel rôle doit assumer le chercheur face au développement rapide des technologies qu’il étudie (Paloque-Bergès, 2010) ? On perçoit à travers un récent échange sur cette liste l’hybridité socioprofessionnelle assumée et revendiquée de certains abonnés : « Voici un mélange positif [healthy mix] d’académiques, de gens de l’industrie, d’experts et de régulateurs », proclame un abonné face à la variété des réponses à une demande de renseignement sur d’autres listes proches de AIR-L15.

35La question de la coexistence et de l’hybridité des compétences et disciplines vient jusqu’à se poser pour des disciplines plus classiques, comme en témoigne la forte émergence du courant des humanités numériques au sein des études littéraires, de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie… La liste dh, « Liste francophone de discussion autour des Digital humanities », a été pendant ses premières années sujette à des discussions sur son épistémologie, ses méthodes, ses outils, ses territoires institutionnels et géographiques, son identité scientifique plus généralement. Le réseau savant qu’elle abrite constitue une tentative d’homogénéisation d’un courant soumis à de nombreuses définitions, voire reformulations (en « humanités digitales », par exemple ; Le Deuff, 2014). La liste a accompagné, voire précipité les chercheurs dans une réflexivité sur leur propre situation, scientifique, sociale, professionnelle, et politique.

De la communication à l’information scientifique et technique

36Ces mécanismes d’acculturation savante à la communication numérique mettent en lumière des dynamiques d’ingénierie du savoir. La réflexivité sur les problématiques disciplinaires engage ainsi les compétences techniques liées aux métiers auxiliaires des sciences – et dont le monde de l’information scientifique et technique (IST) témoigne explicitement, en particulier dans le domaine de la documentation. Parce qu’ils entretiennent un rapport spécialisé au texte, apte à adopter une « culture gestuelle nécessaire à l’appropriation » de la textualité numérique (Guichard, 2002, n. p.), les professionnels de la documentation sont des intermédiaires entre savoir-faire numérique spécialisé et profane.

37Les deux modèles principaux d’échange scientifique sur lesquels se fonde la conférence ou liste électronique sont le salon et l’épistolaire – deux formes fondamentales de l’échange dans la communication de la République des lettres (Goodman, 1994). Cependant, le savant du xviiie siècle ne se comprend pas sans l’imprimerie, les œuvres publiées, livres et journaux scientifiques, que les salons et les réseaux épistolaires font circuler pour mieux en débattre. Les travaux de Jeanne Peiffer et Jean-Pierre Vittu sur les origines du journalisme savant éclairent la manière dont la publication périodique participe à créer les conditions d’acceptation sociale de la science moderne, à lui donner un caractère public – du moins dans les domaines les plus « appliqués » comme la médecine (Peiffer et Vittu, 2008 ; Vittu, 2013). Que devient ce processus au sein des forums numériques ? Il semble évident que la mise en circulation et en débat en soit partie prenante, mais ici je souhaite surtout éclairer les mécanismes de capitalisation de connaissances, fortement caractéristiques des listes électroniques. En effet, alors qu’elles relèvent davantage de dispositifs de communication que de documentation, les listes produisent deux effets documentaires majeurs sur l’information en contexte numérique, fondé sur leur capacité à faire relation entre les savants et à structurer ces relations en ressources.

  • 16 Site web The Virtual Librarian, maintenu par Cynthia L. Hetherington, dernière mise à jour : 2002 (...)

38Tout d’abord, l’efficacité des dispositifs de capitalisation des listes passe au moins autant par des réseaux de « personnes ressources » que par des affordances techniques (Kolmayer, 2003), déployant le capital relationnel de la liste. À ce titre, le modèle des guides et des questions-réponses du « bon usage » est particulièrement présent dans les listes, en vertu d’un didactisme réticulaire, qui s’adapte à la culture, au temps et à l’espace des réseaux. Ainsi, en 1998 un « bibliothécaire virtuel » s’enorgueillit d’avoir « répondu aux questions sur Internet depuis 1992 » tout en présentant un riche manuel d’usage des listes électroniques de l’époque16. La construction et l’apprentissage des concepts scientifiques se feraient ainsi grâce aux liens relationnels tissés (notamment) à travers des références qui elles-mêmes compilent des références. La liste Biblio-fr (1993-2009), restée dans les mémoires comme l’une des plus importantes de la période dans le monde académique français, est un cas exemplaire de réseau de personnes-ressources dans le monde de l’IST. Inspirée par son homologue internationale PACS-L, elle participe à légitimer le modèle d’une liste qui sélectionne et dissémine des références auprès d’un métier en évolution, celui des « cyberdocumentalistes » qu’elle contribue ainsi à étendre et structurer : « Biblio-fr a beaucoup plus de bénéficiaires que ses 5 700 abonnés […] il existe une capitalisation de l’information extraite de la liste par les biblio-friens [sic]. Cette information est conservée, classée, rediffusée » (Burget et al., p. 10-11).

39Ce type de liste inscrit résolument la gestion documentaire de l’information scientifique dans une histoire longue remontant au moins à la genèse des revues savantes, quand sont rassemblés dans les « journaux » des « bouquets » de savoir (Vittu, 2013 ; Peiffer et Vittu, 2008). Cette forme documentaire ne se limite pas aux listes de diffusion, se répandant dans les listes et groupes de discussion à travers les pratiques de « best of », « repost » et « crosspost » (des compilations, des republications et publications des messages de compilation dans plusieurs listes) sur l’internet, Usenet, ou encore les BBS (Driscoll, 2014 ; Paloque-Bergès, 2011).

40Ainsi, ce ne sont pas seulement les « gourous » informaticiens qui relaient et acculturent les néophytes aux forums de réseau et aux connaissances qu’ils recèlent, mais aussi les professionnels de l’IST. Ces nouvelles formes numériques s’appuient sur des formes traditionnelles d’autorité légitimées par le métier et le statut institutionnel, comme le montre Florence Thiault dans son analyse de la liste Cdidoc regroupant des spécialistes de documentation scolaire :

La liste Cdidoc présente des sources auctoriales diversifiées : des organismes officiels (réseau CRDP/SCEREN, IUFM, Educnet…), des associations professionnelles (ADBS, FADBEN, ARDEP…), des formateurs (TICE…), des personnes d’autorité (chercheurs, jury du Capes…), et des praticiens réfléchissant sur leurs pratiques et souhaitant la faire partager. (Thiault, 2011)

41C’est une culture professionnelle qui se trouve réactualisée et renforcée par cette diffusion d’information, comme le souligne Thiault, permettant au champ du savoir de réfléchir non plus seulement à ses frontières disciplinaires internes, mais aussi aux champs de compétences et de métiers qui l’animent.

  • 17 Ce répertoire a été coordonné par Lisbeth King (ARL Office of Scientific and Academic Publishing) (...)

42Plus loin, la liste peut donner lieu à une formalisation accrue de ces compilations de références, jusqu’à aller à être pensée comme une publication à part entière. Biblio-fr et PACS-L sont explicitement présentées comme des e-journaux. Le Directory of Electronic Journals, Newsletters and Academic Lists17 rend compte d’une volonté de structurer, hiérarchiser et standardiser les canaux de circulation de l’IST à travers des « sites de pairs » (peer sites) qui prennent la forme de listes de listes. Ces pratiques numériques de documentalistes sont imprégnées des règles de l’esprit de réseau, avec la mise en avant d’autorités sociotechniques comme celle du « modérateur » déjà convoqué. En témoigne cet extrait du répertoire dédié aux listes, appelées ici « e-conferences » (pour electronic conferences) :

Directory of Scholarly E-Conferences [...]
This directory contains descriptions of electronic conferences (e-conferences) on topics of interest to scholars. The 8th revision includes relevant new e-conferences created as of January 1, 1994. E-conference is the umbrella term that includes discussion lists, Internet interest groups, e-journals, e-newsletters, Usenet newsgroups, forums, etc. [...] We have placed the entries into categories by deciding the *dominant* academic subject area of the electronic conference. [...] Many LISTSERV e-conferences have peer sites, in order to save space we have only listed the main LISTSERV node for these. [...]
We chose the term *moderator* as the umbrella term to describe:  contact person, coordinator, listowner, editor, moderator, etc.; whoever is in charge.
****************************************************
The field labels are as follows:
LN: (e-conference name)
TI: (topic information)
SU: (subscription information)
ED: (edited? Yes or No - Private lists were called edited)
AR: (archived?  if Yes, frequency, Private=subscribers only)
MO: (moderator, editor, listowner, manager, coordinator, etc.)
SA: (submission address(es))
KE: (keywords)

  • 18 Voir la signature des messages envoyés par le rédacteur de la liste FIYFrance en 1992 [URL : http: (...)

43Les listes peuvent même être pourvues d’un numéro de dépôt légal propre aux périodiques, comme dans le cas de la liste FIYFrance18.

44Enfin, les listes sont considérées dans les années 1990 par leurs promoteurs comme le futur de la publication numérique, hybridant parfois des fonctions de communication et de diffusion (Le Crosnier, 1995). Elles élargissent l’IST à la circulation de littérature grise, articles en cours d’écriture, cas d’étude en construction, méthodologies expérimentales qui peuvent être discutées collectivement dans les conférences électroniques… Ainsi, elles révèlent et valorisent des aspects plus informels de la documentation et de l’IST, y intégrant des services de communication. Mais elles en font aussi évoluer l’économie, en déplaçant les limitations propres à la diffusion de la littérature imprimée (délais, coûts…) à l’équipement informatique. Au final, elles accompagnent la volonté de rendre la science davantage publique, accessible au plus grand nombre (ibid.), en théorie tout du moins.

45Il faudrait, pour prolonger cette réflexion, suivre au-delà des années 2000 cette convergence des technologies de communication et d’information dans les forums numériques pour comprendre les mutations de l’écrit scientifique. On pourrait commencer par les blogs, dont les « billets » acquièrent maintenant un statut de quasi-publication scientifique (Dacos et Mounier, 2011).

46En définitive, cette ingénierie du savoir que rendent visible les forums numériques savants prolonge ce que Bruno Latour appelle les « humanités scientifiques » dans une économie du champ savant en ligne. Dans Cogitamus, en effet, et dans la lignée de ses travaux sur la science en train de se faire, il prend les controverses scientifiques, aujourd’hui largement relayées et amplifiées par les forums numériques, comme l’occasion de réfléchir au « partage qui finit par être établi, in fine, entre le vrai et le faux, entre le discours scientifique et le discours du café du commerce, au terme d’un cheminement sinueux à travers les disputes à plusieurs ». Ces disputes sont exemplaires du Cogitamus contre le Cogito, et donc du savoir discuté et élaboré collectivement. Plus encore :

  • 19 Extrait d’un entretien radiophonique dans l’émission Place de la Toile (10/11/2009) cité par Jean- (...)

Le Web rematérialise des choses qui étaient virtuelles : on peut suivre, maintenant, des appartenances, des échanges d’arguments, on peut rendre traçables des choses qui ne l’étaient pas, et donc se reposer la question de savoir ce qu’est le fait d’avoir une position politique, de prendre position19.

47La prise en compte de la matérialisation de ces échanges est particulièrement tangible dans les forums dans la mesure où l’on peut en effet suivre à la trace, grâce aux données et métadonnées liées aux intervenants, les modalités de leur prise de parole (on y reviendra plus tard). Toutefois, ces prises de position n’ont pas qu’une fonction de dévoilement : elles peuvent renforcer les lignes du partage du savoir au sein de « petits mondes » qui se forment, se déforment et se reforment au gré des reconfigurations du champ. Des « microscènes » révélant le conflit (Cardon, 2008) aux « microcultures » le favorisant (Thiault, 2011), les forums laissent entrevoir des diffractions contrastant fortement avec les idéaux universalistes qui sous-tendent son imaginaire.

État du savoir : géopolitique des forums

48Les réseaux savants, des Lumières ou des informaticiens, sont peut-être des « républiques » métaphoriques, mais les enjeux d’organisation sociale et de gouvernance politique qui se discutent dans la réunion des savants via des dispositifs autogérés, sont loin d’être de simples images. On a jusqu’à maintenant mis l’accent sur des problématiques internes à ces organisations, tout en éclairant quelques éléments contextuels historiques et contemporains. On souhaite ici éclairer leur rapport aux institutions, question cruciale pour bien comprendre ce que fait Internet (ou non) à l’espace public. Il serait futile de postuler une révolution numérique sans questionner l’évolution institutionnelle de la société concernée (Agre, 1998, 2004). C’est du rapport entre savant et géopolitique dont il sera question ici, en élargissant l’exposé aux problématiques externes à l’espace des forums.

  • 20 Voir par exemple « A brief history of NSF and the Internet », publié sur le site de la NSF en 2003 (...)

49Au creux de la comparaison avec la République des lettres, existe cette idée forte selon laquelle les forums savants promeuvent et dessinent les contours d’un État universel du savoir, caractéristique de la modernité politique comme scientifique (Waquet et Bot, 1997). On a déjà mentionné le programme de 1945 « Science as an Endless Frontier » du conseiller scientifique auprès du gouvernement américain Vannevar Bush. L’expansion d’Internet est l’une des conséquences à moyen terme de cet effort politique scientifique. Le gouvernement américain a financé l’ARPA depuis 1958, à travers ses budgets consacrés à la défense et aux sciences et technologies, et l’implication de la NSF est déterminante pour le succès d’Internet dès le milieu des années 198020. Au cours des premières décennies des réseaux informatiques, des agences de financement public, par exemple l’agence américaine Carnegie, ciblent spécifiquement des laboratoires travaillant sur la communication médiée par ordinateur, dans l’idée de promouvoir des relations internationales pacifiques à travers les échanges scientifiques. Les forums savants numériques, dans ce contexte, sont à l’avant-garde d’un progressisme technologique qui souhaite repousser, voire abolir les frontières géopolitiques.

Frontières géopolitiques des netizens

50Entre 1992 et 1997, la mission scientifique de l’ambassade française à Washington maintient une liste internet de diffusion et discussion par l’entremise de Bruno Oudet, attaché scientifique chargé du secteur des technologies de l’information : Frognet, le réseau des chercheurs français à l’étranger, sera un exemple remarqué de listes électroniques savantes à caractère international et diplomatique.

51Cette appropriation du média des messages électroniques par certaines des institutions les plus formelles des États, même si l’appropriation se fait souvent à l’initiative informelle d’une « personne ressource » sans programme dédié au préalable, va de pair avec l’idée que l’usager des réseaux annoncerait l’ère de la citoyenneté connectée. Le terme netizen, forgé par Ronda et Michael Hauben, définit l’utilisateur des forums Usenet et internet, comme un « citoyen du net » (« net citizen »). Celui-ci participerait à un État-réseau mondial, le « Worldnet », idéal d’« une société qui fonde ses espoirs dans le progrès » (Hauben et Hauben, 1997, p. 133).

  • 21 Cette technique a été expérimentée et appropriée par les expéditeurs de spam, qui font leurs armes (...)

52Usenet est en l’occurrence un écosystème de groupes électroniques si vaste que beaucoup testent son extension cartographique et la confrontent à la réalité du territoire mondial mis en réseau : jusqu’où un message peut-il aller et combien de destinataires peut-il atteindre21 ? Cette interrogation sous-tend une expérience, relatée par les Hauben, menée sur Usenet par un étudiant à la fin des années 1980. Son postulat : la difficulté d’un message à atteindre un pays est proportionnelle au manque de structures démocratiques de ce pays (liberté d’expression, libre circulation de l’information, ouverture des réseaux de communication…). Derrière ce postulat, c’est le bloc soviétique qui est essentiellement ciblé. Les réponses issues des pays d’Europe de l’Est sont donc valorisées dans les résultats de l’enquête : elles illustreraient le potentiel démocratique des technologies d’Internet à créer de la communication malgré la structure politique autoritaire et fermée des pays du bloc. Parmi les réponses reçues d’Europe de l’Ouest, ressortent en particulier celles d’usagers habitant la France socialiste, qui expérimente au même moment le système d’un équipement de réseau distribué gratuitement à tous les citoyens par des PTT encore publics : le Minitel (Schafer et Thierry, 2012). Les réponses des Français se plaignant des routes complexes que prend le trafic des messages électroniques illustrent un lieu commun, le « retard français » en matière de technologies numériques. Cette critique s’appuie sur l’idée que la France, suite au plan Calcul souverainiste lancé dans les années 1960 par le général de Gaulle, aurait rendu le pays presque « communiste » en matière de technologies informatiques (Paloque-Bergès, 2017b). Christian Huitema, chercheur et ingénieur en informatique très impliqué dans le développement et la gouvernance d’Internet à l’international, compare la situation locale avec les modèles américains, britanniques ou allemands : « C’est une honte. Pour être honnête, je vois cela comme une preuve de sous-développement, et même une résistance à la modernisation du monde et à l’énorme ouverture permise par les ordinateurs » (Huitema, 1995). Son ouvrage, Et dieu créa Internet… fait par ailleurs des forums électroniques l’un des hauts lieux de la gouvernance numérique.

  • 22 Eric S. Raymond, gourou du mouvement open source, est également l’un des promoteurs les plus ferve (...)

53L’image d’un réseau faisant progresser les lumières démocratiques dans le monde laisse entrevoir ses failles dès lors que l’on replonge dans la micro-histoire des groupes de discussion. On se référera aux « guerres du net » qui font aussi la réputation de Usenet et des premiers forums numériques (Grossman, 1998). En cette période de réchauffement après la guerre froide, comme le rappellent les Hauben, des disputes très polémiques sur des questions géopolitiques peuvent détruire le lien communautaire. Mais elles peuvent aussi bien le renforcer, ces thèmes de dispute faisant figure de folklore référentiel (Paloque-Bergès, 2011). En témoigne le poisson d’avril de la « blague de Kremvax » (Kremvax joke), un faux message mimant la connexion du Kremlin à Usenet en 1984 fomenté par les administrateurs des réseaux Usenet en Europe (Hauben et Hauben, 1997) – plaisanterie saluée et consacrée par la culture hacker22. Au-delà du folklore, ces disputes électroniques signalent l’existence de « frontières internes » aux cartes des réseaux informatiques de communication, dont les lignes de partage concernent l’accès forcément inégal non seulement aux technologies, mais aussi à la maîtrise rhétorique du débat en contexte de communication numérique (Johnson et Post, 2001 ; Healy, 1997).

Les listes comme tests de démocratie électronique

54Les forums sont donc des espaces fortement réflexifs dans le paysage numérique qui s’étend, l’internet étant à l’avant-garde de la progression d’une « culture globale » dans l’histoire des technologies occidentales (Misa, 2004). Nous passerons rapidement sur la manière dont les forums ont été analysés comme des objets politiques à part entière, exemplaires des problématiques d’une « démocratie Internet » (Cardon, 2010 ; Mounier, 2002 ; Auray, 2000). Les forums électroniques, on l’a vu, sont en effet des formes motrices dans l’organisation scientifique du réseau sur ARPANET ; mais aussi dans ses marges et extensions, à travers l’organisation sociale et politique des contre-cultures – comme le montre bien Fred Turner dans son analyse du « network forum » des hippies technophiles et communalistes aux hackers et entrepreneurs du Web entre les années 1970 et 1990 (Turner, 2012). Les « galaxies Internet » introduites par Manuel Castells (2002) sont ancrées dans l’élargissement d’un internet des initiés vers un internet plus populaire. Mais on ne peut oublier que leurs qualités démocratiques, par exemple en termes de délibération, sont conditionnées non pas seulement par leur manière de s’organiser dans l’espace virtuel, mais aussi et surtout par les aspects structurels des profils sociaux « hors ligne » de leurs usagers (Zhang et al., 2013). Revenons au cas des forums savants dans un environnement géopolitique numérique.

55Plus que des outils de démocratisation, on préfère les envisager comme des tests, des outils réflexifs pour des usagers issus de sociétés démocratiques qui souhaitent questionner le rapport des communautés en ligne à l’action. Jean-Baptiste Meyer (2007) analyse le rôle des forums dans la formation et/ou le maintien et l’expansion de « réseaux diasporiques de savoir » (« Diaspora Knowledge Networks »), notamment dans le cas de R-CALDAS, la liste du « Réseau colombien de chercheurs et ingénieurs à l’étranger ». Il montre comment son élargissement au-delà d’un groupe fondateur fortement politisé crée des situations conflictuelles quand de nouveaux abonnés souhaitent participer. Ce problème traditionnel de communication devient plus intense dans des situations potentiellement « déconnectées de l’action » comme les forums numériques. Les Hauben (2000), qui rappelons-le ont une vision très apologique du « citoyen du net », présentent des exemples plus réussis d’action politique de savants coordonnée via des forums. Par exemple, la liste China News Digest, une lettre d’information maintenue à partir de 1989 par des groupes d’étudiants chinois localisés en Amérique du Nord, est issue de l’évolution et de la reconfiguration des groupes Usenet de la branche soc.culture.china. Les membres l’ont utilisée pour coordonner des actions d’aide et de lobbying auprès du Congrès américain afin d’obtenir des visas étudiants.

  • 23 Les modérateurs de la liste ont proposé pour les vingt ans du forum un récit historique collaborat (...)

56Si les forums servent de plateforme pour tenter de coordonner et de réaliser des actions ponctuelles, leur temporalité permet parfois de suivre l’évolution sociopolitique des communautés formées ou renforcées sur les forums. Les communautés technocentrées présentent une réflexivité particulièrement intéressante, car elles suivent de près l’évolution du média qui les fait vivre. Le cas de la liste nettime est éclairant. Créée en 1995 pour favoriser les échanges entre penseurs, artistes, activistes souhaitant intégrer et échanger sur les médias numériques, elle perdure jusqu’à aujourd’hui. Elle est exemplaire de l’autogestion des forums savants numériques, valorisant l’informalité, la polymorphie, la capacité d’adaptation, la dissémination et la critique des informations et de la connaissance, ainsi que le débat sur l’actualité. Elle hérite de traditions communautaires antérieures aux réseaux, la culture critique de l’activisme grassroots en particulier, mise à jour dans le contexte numérique, et imprégnée de culture historique de l’internet, en particulier celle des utopies numériques. Elle se déploie dans les marges du monde académique (cyberféminisme, crypto-anarchisme, etc.), en maintenant un accès privilégié à ses équipements informatiques. Son évolution éclaire certaines des ambiguïtés cruciales logées dans une structure fondée sur l’homologie sociotechnique. En effet, son identité se fonde sur des valeurs technoprogressistes d’ouverture et d’universalité, reflétées dans son infrastructure même, qui revendique une identité idéaliste non commerciale et autonomiste23. Cependant, ses protagonistes eux-mêmes déplorent que son identité pragmatique, la réalité sociologique du groupe et son rapport à l’action politique soient beaucoup moins divers et efficaces que ce que la liste voudrait représenter. La communauté reste majoritairement occidentale, blanche et masculine, et très autocentrée. La critique internationale rêvée par la liste n’a finalement quasiment pas eu de poids dans les évolutions institutionnelles qu’elle a appelées de ses vœux, au-delà d’un rôle pionnier d’appropriation du numérique par les courants critiques qui place la communauté de la liste dans une logique d’avant-garde artistique.

57La question des frontières au sein et aux marges des forums est donc cruciale. La liste doit être interrogée en termes d’espace et de temps sociogéographique. Il s’agit de se prémunir contre les fantasmes d’un déterminisme technique, largement exploité et perpétré par l’imaginaire d’Internet et de ses porte-parole utopistes, qui penserait que le forum, média « éclairé » par nature, redéfinirait par lui-même les espaces savants et leur espace d’action politique.

Notes

1 « Usenet est un endroit pour la conversation ou la publication, comme un grand salon de café [coffee house] avec des milliers de pièces ; c’est aussi la version numérique du coin des orateurs [Speaker’s Corner] de Hyde Park à Londres, […] une immense maison d’édition où chacun peut publier sans sélection » (Rheingold, 1993, P. 194) ; « […] une vaste bibliothèque, où chacun serait libre d’errer, de se perdre, de se former ou de former les autres » (Marc Tertre, voir note 7 du chapitre 1).

2 Pour un aperçu des premières problématisations de l’espace public dans le champ des sciences de communication, déterminantes dans l’évolution épistémologique de la discipline ainsi que de disciplines proches comme la sociologie des médias, voir le chapitre dédié dans Bougnoux éd., 1993.

3 Deux dénominations l’identifient derrière l’acronyme STS : Science and Technology Studies, et Science, Technology and Society. En France, les « études de sciences » en sont proches également (Le Marec éd., 2010).

4 Liste du Special Interest Group Computers, Information and Society (SIGCIS) [URL : http://www.sigcis.org], consultée le 2 janvier 2018. Voir les archives de la liste pour l’année 2017.

5 D’après une série d’entretiens menés depuis 2013 par l’auteure, sur les communautés d’ingénieurs ayant participé à la diffusion des technologies de réseau aux États-Unis et en Europe (Paloque-Bergès, 2017b).

6 Ces deux textes font partie d’un rapport intitulé « Internet et les chercheurs », remis au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Direction de l’information scientifique et technique des bibliothèques) (Guichard, 1998).

7 Rapport de Rupert Hasterok, « L’usage du courrier électronique au sein des départements “littéraires” de l’ENS : un premier bilan » (1996), in Guichard 1998.

8 Le rapport maintient cette distinction dans le contexte d’une identification des deux directions générales des cursus de l’ENS : « scientifique » (sciences formelles, naturelles et de l’ingénieur) et « littéraire » (sciences humaines et sociales).

9 Rapport d’Éric Guichard, « Usages du courrier électronique chez les élèves de l’ENS » (1998), in Guichard, 1998.

10 Site web virology.net [URL : http://virology.net/garryfavwebnews.html], consulté le 2 janvier 2018. Je remercie Christine Prat de m’avoir indiqué cette source précieuse.

11 « H-Net-Charter », charte rédigée en 1998 [URL : https://networks.h-net.org/node/513/pages/59039/h-net-charter], consultée le 2 janvier 2018.

12 J’emprunte cette liste à une communication d’Evelyne Broudoux intitulée « Qu’apportent les sciences de l’information à l’étude des sources ? » (journée d’étude « Les sources nativement numériques pour la recherche en histoire et patrimoine : pratiques et méthodes », Labex HASTEC, 9 décembre 2013).

13 Site web Zembla, créé en 1995 et dédié à l’œuvre de Nabokov.

14 Voir par exemple les travaux de Stéphane Pouyllau, en particulier autour de l’infrastructure de recherche HUMANUM.

15 Citation extraite du fil de discussion « Other mailing-lists ? », novembre 2012 [URL : http://listserv.aoir.org/pipermail/air-l-aoir.org/2012-November/thread.html#27027], consulté le 2 janvier 2018.

16 Site web The Virtual Librarian, maintenu par Cynthia L. Hetherington, dernière mise à jour : 2002 – 1998 pour la page consacrée aux listes électroniques [URL : http://www.virtuallibrarian.com/research/mailinglists.html], consultée le 2 janvier 2018.

17 Ce répertoire a été coordonné par Lisbeth King (ARL Office of Scientific and Academic Publishing) et Diane Kovacs (Kent State University Libraries), et édité par le Bureau de publication scientifique et académique de l’Association of Research Libraries (ARL) pour être consulté sur le Web. On en trouve une version complète accessible sur Google Books [URL : https://books.google.fr/books?id=v2rgAAAAMAAJ], consultée le 2 janvier 2018.

18 Voir la signature des messages envoyés par le rédacteur de la liste FIYFrance en 1992 [URL : http://www.fyifrance.com/Fyarch/fy920715.htm], consulté le 2 janvier 2018.

19 Extrait d’un entretien radiophonique dans l’émission Place de la Toile (10/11/2009) cité par Jean-Marc Manach dans un billet publié sur le blog du site Internetactu.net (22/06/2010) [URL : http://www.internetactu.net/2010/06/22/bruno-latour-on-est-passe-du-virtuel-au-materiel-et-pas-du-materiel-au-virtuel/], consulté le 2 janvier 2018.

20 Voir par exemple « A brief history of NSF and the Internet », publié sur le site de la NSF en 2003 [URL : https://www.nsf.gov/news/news_summ.jsp?cntn_id=103050], consulté le 2 janvier 2018.

21 Cette technique a été expérimentée et appropriée par les expéditeurs de spam, qui font leurs armes sur Usenet, considéré comme le lieu d’origine de cette nouvelle forme de publicité indésirable par les réseaux informatiques (Brunton, 2013).

22 Eric S. Raymond, gourou du mouvement open source, est également l’un des promoteurs les plus fervents de la culture des utilisateurs du premier système ouvert, Unix, berceau des forums de Usenet. Son dictionnaire en ligne du folklore hacker, The Jargon File (version 4.4.8, 2003) mentionne l’anecdote de Kremvax et autres références culturelles notamment forgées dans les groupes de Usenet [URL : http://catb.org/~esr/jargon/html/K/kremvax.html], consulté le 2 janvier 2018.

23 Les modérateurs de la liste ont proposé pour les vingt ans du forum un récit historique collaboratif. Je me fonde ici sur la première version, par ses initiateurs Ted Byfield et Felix Stalder, publiée sur la liste le 1er novembre 2015 [URL : http://nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-1511/msg00001.html], consultée le 2 janvier 2018.

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr