Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un forum internet ?

 | 
Camille Paloque-Bergès

Introduction

Texte intégral

  • 1 « What tools do you use for scholarly communication ? », sondage des éditions SAGE réalisé en part (...)
  • 2 Toutes les citations issues d’ouvrages anglophones ont été traduites par les soins de l’auteure.
  • 3 En anglais, ce genre de la communication médiée par ordinateur (computer-mediated communication) e (...)

1Les applications pour communiquer entre scientifiques sur le Web sont pléthore, comme en témoigne une enquête de 2016 menée par les éditions SAGE intitulée « Quels outils utilisez-vous pour la communication savante1 ? ». Dans la boîte à outils présentée par SAGE, cependant, point de mention des forums internet, ou même des listes électroniques. Ces dernières sont pourtant quotidiennes dans l’univers académique contemporain, outils numériques de la diffusion et de la mise en discussion de l’information scientifique. La liste, il est vrai, est une technologie discrète des forums académiques sur Internet (Hyman, 2003). « [P]as si récente, de petite échelle, triviale et presque invisible […] omniprésente […] mais éminemment ordinaire2 », elle révèle, si l’on s’y intéresse de plus près, des aspects essentiels des milieux scientifiques qui l’utilisent, en ceci même qu’elle est un outil de communication considéré comme acquis (Beaulieu et Høybye, 2011, p. 257). On entre souvent dans un champ savant en s’abonnant à une liste : celle de son laboratoire de recherche, de son domaine disciplinaire, de sa société savante… Bulletin d’information des réseaux numériques, utilisant le canal du courrier électronique, la liste n’a pas que fonction de diffusion, mais abrite aussi la mise en débat des connaissances, fournissant des espaces collaboratifs de savoir. C’est à cette forme primitive de forum internet, le forum de liste électronique, et à sa forme voisine, le groupe de nouvelles électroniques, ainsi qu’à leur émergence et leur déploiement dans les espaces numériques savants en réseau que sera consacré le présent ouvrage3.

2Qu’est-ce qu’une liste électronique « met en liste » ? Tout d’abord, elle rassemble les membres d’un groupe participant à la circulation de l’information et/ou à la discussion. Ensuite, elle met en exergue une thématique et des discussions liées, identifiées par les objets des messages qui les composent. Enfin, la liste met en liste également ses propres productions en laissant des traces, sous la forme d’archives de listes que l’on peut consulter dans des dépôts.

  • 4 La distinction entre « communautés d’intérêt » et « communautés de pratiques », deux formes de col (...)
  • 5 « Many-to-many communication » : notion à laquelle fait écho celle de Jacques Perriault (« communi (...)
  • 6 Rappelons brièvement la différence entre l’internet, l’ensemble des réseaux informatiques de commu (...)

3La liste prend ainsi sens en tant qu’organe du savoir qui structure un groupe social intéressé par des thématiques et/ou réuni par des pratiques communes. De fait, elle a historiquement servi de support à la structuration de communautés d’intérêt et communautés de pratiques4 dans des environnements peu à peu nommés les forums internet, un phénomène que le journaliste Howard Rheingold a popularisé dans son étude des premières « communautés virtuelles » (Rheingold, 1993). Le forum internet est, depuis Rheingold, l’archétype de la « communication de plusieurs à plusieurs5 », parangon de la capacité des « citoyens du net » à s’organiser, à se réapproprier les outils techniques, sociaux et politiques, à porter le savant sur la place publique et, plus encore, à lui donner un caractère hybride où les frontières des milieux socioprofessionnels s’estompent pour donner place à des engagements intentionnels. Les listes, les groupes et plus généralement les forums ont été déterminants dans l’accroissement et la diversification des usages de l’internet depuis les années 1980, et re-déployés sur le Web au cours de la décennie suivante sous la forme de systèmes automatisés qui gèrent des discussions en ligne pouvant rassembler des dizaines de milliers de participants6. In fine, la liste est autant une forme du savoir réticulaire – qui prend la forme logicielle et sociale d’un réseau – qu’un lieu de savoir qui produit des « bassins référentiels » qui sédimentent et identifient des objets et pratiques du savoir en environnement numérique (Paravel, 2007, p. 1108).

Communiquer dans une « société de l’information »

4Les relations entre réseaux techniques et communication ne sont pas nées avec Internet, que ce soit au sens large des routes de communication (réseaux routiers, ferroviaires) ou au sens plus restreint de média de communication (réseaux épistolaires, télégraphiques, téléphoniques, télévisuels, radiophoniques). La notion de réseau elle-même dépasse largement le domaine des techniques : qu’il soit humain, social, ou national, le réseau matérialise la pensée du gouvernement et du social en jouant un rôle structurant, aux niveaux idéologique et pratique, dans l’organisation des sociétés, du territoire, de la cité (Musso, 2003). Pour Jacques Perriault (2012), les réseaux de communication relèvent d’un « troisième type » à côté des réseaux matériels techniques et des réseaux humains sociaux, établissant une relation de codétermination « sociotechnique ». Ils sont largement liés à l’idée de contrat social, en particulier depuis que la notion de réseau social est apparue chez Durkheim. Les forums numériques sont à la croisée des réseaux d’infrastructure et des réseaux sociaux, dont l’internet constituerait le dernier chapitre en date d’une histoire longue (Standage, 2013).

  • 7 Nat G. Bodian, Bret Scot Press, 1986. Ouvrage partiellement disponible sur le Web.

5L’histoire des réseaux d’information et de communication, intimement liés à l’administration d’un territoire, a connu des « moments topographiques » déterminants pour leur expansion (Keating et Hargitai, 1999) : ainsi, les Empires perse, inca, égyptien et romain déploient des routes de distribution du courrier qui dénotent leur capacité à non seulement diffuser, mais aussi enregistrer et archiver les informations. L’articulation entre outils du savoir et du pouvoir atteint un seuil critique avec le moment topographique crucial que constitue le codage de l’information. Hérodote mentionne déjà le système de codage de l’alphabet grec au sein du dispositif de feu et d’écran inventé par Polybius, deux mille ans avant Jésus-Christ. À l’ère moderne, c’est le télégraphe de Chappe, rendu public dès 1792, qui constitue le point de basculement dans une industrialisation des systèmes d’information. Et comme pour l’internet, l’invention du télégraphe est liée à un moment de crise géopolitique et d’innovation économique où l’on cherche à faire des réseaux de communication plus sûrs, plus rapides, plus efficaces. Les forums numériques vont devenir le lieu symbolique, le modèle de communication de cette société de l’information promue par les nouveaux pouvoirs dans un monde globalisé (Mattelart, 2001 ; Misa, 2004), accompagnant l’émergence d’utopies sociales lui étant associées (Breton, 2004 ; Turner, 2012 ; Broca, 2016). Au cœur des utopies numériques, cependant, c’est aussi le modèle d’une nouvelle économie de la connaissance qui se forge, fondée sur les systèmes et services d’information et de communication, dont les listes seront l’un des ferments comme en a précocement témoigné l’Encyclopedia of Mailing List Terminology and Techniques. A Practical Guide for Marketers7.

6Ces formes génétiques des forums internet sont le fruit de la rencontre et de la socialisation des savants contemporains avec l’informatique connectée. Elles ont accueilli et façonné les cultures d’utilisateurs de l’internet, les formant à l’administration de leurs outils de communication. Plutôt que se demander ce que l’internet apporte au savant et au savoir, cet ouvrage interrogera ce que les pratiques savantes et des professionnels du savoir viennent inscrire dans ces nouveaux outils de travail et de communication.

Pré-histoire des réseaux sociaux numériques

7Si les listes de diffusion sont une forme de migration sur les réseaux informatiques du genre de la lettre d’information, les listes de discussion réinventent, elles, une situation d’interlocution dans un environnement réticulaire médiatisé par l’écrit électronique. Avec les groupes de nouvelles (newsgroups), elles ont aussi été appelées pendant un temps des « conférences électroniques » (Quarterman, 1990) ou « systèmes de conférences » (Rheingold, 1993), gérées au sein de systèmes d’information de manière au moins partiellement automatisée : « […] des enregistrements de commentaires structurés tous supposés être liés à un thème spécifique – un système de conférence » (Rheingold, 1993, p. 235).

8Les listes et groupes électroniques relèvent d’une pré-histoire des médias sociaux d’Internet : ils appartiennent, selon José Van Dijck (2013), à un type de sociabilité en réseau connectée entre pairs, dans une structure souvent autogérée, engageant des processus de familiarisation et de participation active des membres. Ces processus se sont développés dans des environnements réticulaires différents de ceux du « Web social » qui, depuis les années 2000, font de l’encodage et de la gestion automatiques de la sociabilité en ligne des technologies de services à part entière.

9Les blogs, les logiciels de gestion de listes et de courrier électronique ont aidé les communautés en réseau à se former ou à soutenir des groupes hors ligne. Jusqu’au tournant du siècle dernier, « […] le service ne vous connectait pas automatiquement aux autres » (Van Dijck, 2013, p. 5). Penchons-nous un instant sur le portrait que fait Van Dijck d’un certain Pete en incipit de son ouvrage. Pete est l’internaute expérimenté du tournant du millénaire, curieux et familier des nouvelles technologies. Professeur de biologie, il fréquente des réseaux numériques de professionnels plus que d’amis, mais cultive en ligne ses passions (des lézards au parapente) tout en participant à la création de contenu sur ses sujets d’expertise, comme auteur Wikipédia. Pete est un « netizen » – une référence implicite de Van Dijck aux « citoyens du net » autoproclamés de Usenet (net citizens), l’un des grands forums de groupes électroniques nés avant le Web (Hauben et Hauben, 1997). Pete est l’idéal typique d’une culture numérique en formation à l’aube des années 2000 : celui de l’homme de lettres et de sciences, usager éclairé des technologies numériques, qui chérit un savoir public dont le forum internet serait la plus démocratique expression.

Lieux de savoir réticulaires

10Cette filiation du savant technophile éclairé servira de fil directeur à notre exposé – au sens fort du terme proposé par Marc Bloch (1949) : la filiation des héritages, institutions, structures et pratiques qui préexistent et informent, dans notre cas, les technologies de communication numérique. Ainsi, il serait réducteur de penser les forums « primitifs » que sont les listes et groupes électroniques comme l’origine d’un développement de sociabilités marquées par la nouveauté technique. Il est plus intéressant de les repenser dans le temps long des technologies intellectuelles, des outils qui accompagnent la transformation des pratiques du savoir et processus de la connaissance dans une interaction avec les structures et positions sociales de leurs scribes (Goody, 1979). Internet est alors un terrain d’observation intéressant pour comprendre comment le savant évolue en rapport avec les instruments matériels régissant langage, écriture et communication.

11En quoi la forme de la « liste » et celle du « groupe » sont-elles centrales dans la structuration des usages du savoir sur l’internet ? Comment leurs usages communicationnels révèlent-ils les logiques sociales du savant à la fin du deuxième millénaire ? Cet ouvrage avance l’idée que la liste et le groupe électroniques, archétypes primitifs du forum numérique, manifestent une réflexivité explicite entre technè et épistémè intégrant la communication comme instrument de science. Ce faisant, et bien que nous traiterons essentiellement de communication entre savants, les listes offrent également un éclairage sur la manière dont le champ scientifique envisage et structure sa communication informelle et publique, témoignant de son rapport à la société hors du strict espace du professionnel savant.

12Ces réflexions s’inspirent des questions que pose l’anthropologie historique à l’écologie et à l’« ordre matériel » du savoir, selon les propositions de Christian Jacob (2014) et de Françoise Waquet (2015), convoquant à la fois des modèles techniques relatifs à la mise en forme du savoir, et des modèles sociaux relatifs au processus d’autorité qui l’encadrent. Les listes électroniques de la recherche scientifique, avatars des « lieux de savoir » sur l’internet qui déploient également des problématiques liées aux relations entre sciences, techniques et société (Paravel, 2007), se placent dans une généalogie anthropologique des techniques intellectuelles, ou « technologies de l’intelligence » (Guichard, 2002 ; Goody, 1979) qui participent aux conditions matérielles de production et de légitimation du savoir. Ainsi, l’un des traits principaux qu’empruntent les forums internet à cette généalogie réside dans les qualités techniques d’administration du discours savant. La forme de la liste a été étudiée en anthropologie de l’écriture comme instrument administratif de classification du savoir et d’organisation sociale par l’institution, dans la famille des inventaires, tablettes et autres formulaires, ainsi que comme moyen de communication et de réorganisation de l’information et de la connaissance par l’écriture (Goody, 1979).

13La manière dont les savants relaient, voire délèguent l’organisation de leurs échanges aux outils de la communication numérique se révèle précocement dans les inventaires thématiques de références en ligne, par exemple dans les « listes de listes » (annuaires de listes). L’annuaire publié en 1996 sur le site web lizst.com, lieu de passage obligé de l’amateur de listes électroniques à l’époque, présente par exemple une compilation de listes scientifiques thématisées par domaine, via une catégorie se fondant sur les listes existantes.

Humanities
African-American_Studies (2) Folklore_Studies (2) Literacy (1)
American_Studies (2) Genealogy (4) Philosophy (17)
Anthropology (2) Grants (1) Political_Science (2)
Archaeology (4) History (41) Psychology (11)
Classical_Studies (3) Jewish_Studies (2) Religious_Studies (3)
Criminal_Justice (1) Journalism (6) Semiotics (1)
Criminology (1) Journals (1) Social_Work (1)
Critical_Theory (1) Languages (11) Sociology (2)
Cross_Disciplinary (3) Libraries (18) Translation (1)
Culture_Studies (1) Library_Science (8) Women (3)
Economics (2) Linguistics (3) Writing (3)
Science
Agriculture (1) Game_Theory (1) Physics (3)
Astronomy (3) General (2) Regional (1)
Biology (9) Genetics (1) Science_Writing (1)
Chaos_Theory (1) Geography (5) Toxicology (1)
Chemistry (4) Geoscience (1) Veterinary (1)
Earth_Science (2) Graphology (2) Weird (1)
Ecology (1) History (1) Women (1)
Electromagnetics (1) Mathematics (4)
Entomology (1) Microbiology (1)
Ethics (1) Oceanography (1)
Evolution (2) Paleo… (2)

Légende : catégorie « listes de science » du site web lizst.com en 1996 (source : archive du site par la Wayback Machine, sur Internetarchive.org).

14Leur aspect hétéroclite est notamment dû à des erreurs typographiques ou de classement (on pourrait penser que le thème « Women » est plutôt un objet d’étude de sciences humaines/Humanities que de sciences exactes ou naturelles/Sciences ou au primat d’une thématisation quelque peu folklorique prenant le pas sur l’organisation disciplinaire (comme dans le cas du domaine « Weird » qui réfère à une liste qui discute de tous sujets scientifiques considérés comme « bizarres »). Ces catégories savantes peuvent être vues comme l’un des avatars les plus récents des « catalogues de genre (saisis par une fièvre qui prétend consigner l’infini) » (Salinero et Lebeau, 2014, p. 10). On rencontre en effet souvent au cœur des forums en particulier, et de l’internet en général, ces moments où la catégorisation perd la raison, comme dans le bestiaire de Borgès cité par Foucault dans Les mots et les choses (1966). Derrière la généalogie, ainsi, une archéologie dont les listes fournissent quelques artefacts pour comprendre les relations entre savoir, communautés et institutions.

Que disent les listes ?

15On se penchera d’abord sur la manière dont le champ scientifique approche les techniques de communication numériques – et on s’attachera à définir les contours des communautés techniciennes des sciences informatiques ayant façonné et utilisé en pionnières les outils savants de la communication numérique.

16En étude des sciences et des techniques, l’informatique est encore un objet défini au prisme de la réflexion sur l’innovation techno-économique (Bonneuil et Pestre, 2015 ; Jacomy, 2015). Elle est aussi devenue objet d’histoire à part entière, bien que l’historiographie des réseaux informatiques de communication reste prioritairement interrogée par le biais de l’innovation scientifique (Abbate, 2000 ; Flichy, 2001 ; Serres, 2000 ; Schafer, 2012a). Il se dégage de ces travaux l’idée qu’Internet naît au sein d’une « République des informaticiens », par analogie avec le milieu savant des Lumières.

  • 8 « D’un point de vue social, l’histoire de l’informatisation des humanités a impliqué un long comba (...)

17Partant de là, ce sera l’occasion d’étudier un premier héritage : celui d’une culture savante technophile qui se définit comme éclairée et innovante. Le journalisme savant qui introduit au xviiie siècle les premiers débats publics autour des sciences et des arts (Peiffer et Vittu, 2008), ou les clubs de discussion et cercles de rencontre scientifiques de l’époque préindustrielle (Agogué, 2012), sont quelques exemples de cette même filiation hybride de savants tournés vers les technologies et d’industriels tournés vers la science. De fait, l’ingénieur contemporain devient résolument, pendant les Trente Glorieuses, un « travailleur savant », monté en qualification et adepte des solidarités professionnelles (Grelon, 1993). Dans la genèse d’Internet et de ses forums, on retrouve des logiques des associations d’utilisateurs techniciens et ingénieurs travaillant sur les standards des systèmes et des réseaux de télécommunication depuis le xixe siècle en lien fort avec le contexte universitaire (Mounier-Kuhn, 2010 ; Russell, 2014 ; Paloque-Bergès, 2017b). Enfin, les récentes définitions et débats autour du champ des humanités numériques, au cœur de la culture savante des réseaux, sont l’une des instances les plus récentes de cette filiation plaçant l’ingénierie au centre de la production du savoir – cette place étant aujourd’hui le fruit de promotion, d’analyses comme de critiques8.

  • 9 La notion de « laboratoire sans mur » émane de la théorie des « collaboratoires » (Science of Coll (...)

18Notre deuxième grande interrogation portera sur les rapports sciences-société tissés et révélés dans les listes électroniques, en particulier sur les frontières du savant, sociales, (géo)politiques, et économiques. De la gestion d’un espace de discussion en réseau à la négociation des rapports entre ses membres et avec le monde hors ligne, les forums numériques que sont les listes échappent difficilement à une réflexion sur leur organisation interne, pensée par analogie au fonctionnement démocratique des idéaux savants (Mounier, 2002 ; Cardon, 2010). Cependant, si les forums, en tant qu’environnement de sociabilité qui engage aussi une certaine maîtrise des outils techniques, sont des lieux particulièrement favorables à ces débats, ce serait trop s’avancer de dire qu’ils les suscitent par eux-mêmes. On préférera les envisager comme des chambres d’écho particulièrement loquaces des manières de gouverner ou d’organiser la science à une époque donnée. Comment les forums témoignent-ils de l’évolution du champ scientifique, entre autonomie et politique publique ? Plus encore, les forums numériques héritent, évidemment, de conditions sociales préexistantes et d’un environnement plus large que l’espace numérique. En théorie cognitive de l’action, ils ont été pensés comme des outils privilégiés de « communautés de pratiques virtuelles » (Olson, Zimmerman et Bos éd., 20089), elles-mêmes motrices de l’expérimentation savante numérique des « laboratoires sans murs » (Wulf, 1993). Dans ce cadre, on peut interroger l’organisation et le maintien de ces formes de collaboration distribués à travers l’analyse de la communication médiée par les ordinateurs que sous-tendent les listes. Enfin, dans une problématique de Science and Technology Studies, les listes peuvent être considérées comme des arènes, donc des espaces d’opinions divergentes et de négociation sur la définition des buts du groupe communiquant à travers un forum numérique (Bowker et Star, 1999).

Notes

1 « What tools do you use for scholarly communication ? », sondage des éditions SAGE réalisé en partenariat avec un programme de recherche de l’université d’Utrecht aux Pays-Bas [URL : http://library.maastrichtuniversity.nl/what-tools-do-researchers-use/], consulté le 2 janvier 2018 ; [URL : https://innoscholcomm.typeform.com/to/JEx5CP?source=6s2a9G], consulté le 2 janvier 2018.

2 Toutes les citations issues d’ouvrages anglophones ont été traduites par les soins de l’auteure.

3 En anglais, ce genre de la communication médiée par ordinateur (computer-mediated communication) est un objet d’étude sous le nom de Scholarly Electronic Forums (SEFs) ou Scholarly Discussion Groups (SDGs) (Hyman, 2003).

4 La distinction entre « communautés d’intérêt » et « communautés de pratiques », deux formes de collaboration auto-organisées aux marges des réseaux professionnels, peut être comprise à travers le prisme de la sociologie du travail. Alors que la première pointe vers un mode de participation collectif engageant avant tout la sociabilité, la deuxième engage aussi la production d’un artefact (Wenger, 1998).

5 « Many-to-many communication » : notion à laquelle fait écho celle de Jacques Perriault (« communication de groupe à groupe », 2012, p. 23).

6 Rappelons brièvement la différence entre l’internet, l’ensemble des réseaux informatiques de communication, Internet, une infrastructure de réseaux informatiques standardisée reliée par les protocoles TCP-IP, et le Web, un des réseaux de service de l’internet qui, en lien avec TCP-IP, fonctionne avec son propre protocole (http) permettant de donner des adresses à des contenus publiés en ligne (URL : Unique Resource Locator). Le forum web, comme son nom l'indique, est une application de service fonctionnant sur le Web. La liste est une application qui gère des courriels et transmet l’information à travers différents protocoles et réseaux de service.

7 Nat G. Bodian, Bret Scot Press, 1986. Ouvrage partiellement disponible sur le Web.

8 « D’un point de vue social, l’histoire de l’informatisation des humanités a impliqué un long combat pour établir une égalité entre les praticiens de l’informatique et les savants non techniciens » (Deegan et McCarty, 2012, p. 3). Voir aussi Bouchet et al., 2016.

9 La notion de « laboratoire sans mur » émane de la théorie des « collaboratoires » (Science of Collaboratories) conçue par Wulf (1993). Dans sa lignée, deux formes ont été étudiées en particulier : les « communautés virtuelles de pratiques », un « réseau d’individus qui partagent un domaine de recherche en communiquant à son propos en ligne » et les « centres de recherche distribués » qui abritent des projets collaboratifs et mettent en commun des ressources matérielles (Olson, Zimmerman et Bos éd., 2008, p. 62-65).

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr