Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Livre blanc — Une Science ouverte dans une République numérique — Guide stratégique

 | 
Direction de l’Information Scientifique et Technique - CNRS

Propositions pour l’application de la loi

La création d’un réseau de conservateurs des données

Texte intégral

Modélisation d’un conservateur type de données

1Des structures de conservation et de mise à disposition des données existent déjà en France, le Centre de Données astronomiques de Strasbourg pour les données astronomiques ou encore le Huma-Num pour les données en sciences humaines et sociales.

2Afin de modéliser un conservateur de données type, il est proposé de procéder à l’analyse précise de ces réservoirs de données existants notamment en termes de structure, de sécurité, de puissance, de capacité, de personnel, de fonctionnalités, d’utilisation par la communauté scientifique, d’indicateurs.

Mise en réseau des conservateurs

3Il est proposé de s’appuyer sur ces structures existantes et de construire des structures proches dans chacune des disciplines scientifiques.

4Ces structures doivent avoir comme fonctions communes :

  • la conservation des données scientifiques de la discipline ;

  • la mise à disposition et l’accessibilité des données scientifiques de la discipline par une plateforme ;

  • l’enrichissement des données et la fourniture d’outils de traitement ;

  • le maintien en conditions opérationnelles ;

  • la tenue d’un répertoire des données de la discipline.

  • 1 Florence Millerand, « La science en réseau. Les gestionnaires d’information « invisibles » dans la (...)

5Par ailleurs, afin de permettre les recherches et l’analyse trans et multidisciplinaire, il convient de privilégier la mise en place d’une science en réseau1. S’il existe déjà certains échanges théoriques et de corpus, la création de réservoirs de données par discipline scientifique et leurs mises en réseau facilitera le partage de la connaissance.

6Enfin, l’archivage des données et leur préservation dans le temps pourra être assurée par ces conservateurs de données avec l’appui du Cines.

7Cette mise en réseau et la construction de hubs informatiques entre les conservateurs de données de chaque discipline scientifique implique la définition de formats standards et d’une réflexion sur l’interopérabilité des données.

Notes

1 Florence Millerand, « La science en réseau. Les gestionnaires d’information « invisibles » dans la production d’une base de données scientifiques », Revue d’anthropologie des connaissances, Vol. 6, 2012/1, pp.163-190.

Lire

Open access

Acheter