Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Livre blanc — Une Science ouverte dans une République numérique — Guide stratégique

 | 
Direction de l’Information Scientifique et Technique - CNRS

Préface

Renaud Fabre

Texte intégral

1L’adoption par le Parlement de la loi « Pour une République numérique » ouvre une importante étape de mise en œuvre. Les décrets et modalités d’application vont pouvoir bénéficier du fort consensus qui a prévalu jusqu’ici dans la recherche publique. Toutes les communautés de chercheurs, d’usagers et de bénéficiaires des dispositifs numériques de science (Conseil scientifique du CNRS, ADBU, Couperin, EPRIST, CPU, CNum…) ont convergé pour soutenir intensément les dispositions législatives qui viennent d’aboutir.

2Ce Guide stratégique a été construit pour jalonner et faciliter l’application de la loi : il est ainsi en phase avec les visées des initiateurs du Livre blanc « Une science ouverte dans une République numérique » qui ont tous souhaité associer clairement une vision nouvelle pour la recherche et une pratique qui la traduise dans les faits.

3Rapport complémentaire du Livre blanc, ce Guide ambitionne un accompagnement des acteurs dans des démarches souvent complexes : chercheurs, techniciens, éditeurs, usagers des résultats de la science publique ont besoin aujourd’hui d’avancer dans l'esprit de découverte qui est celui des grands projets numériques pour la science, et d'abord pour l'Investissement d’Avenir ISTEX qui en est l'élément moteur.

4Ce Guide stratégique contient des éléments comparatifs des pratiques étrangères et des propositions ou réflexions qui pourront être utiles à l’application de la loi. Celle-ci doit intervenir, selon les orientations données par le Premier ministre, pour la fin du mois de janvier 2017. Ce court délai justifie, à lui seul, que la DIST du CNRS ait eu à cœur de produire ce document immédiatement après le vote conclusif du Parlement, intervenu au Sénat le mercredi 28 septembre avec l'adoption du Projet de loi, à une forte majorité, dans des termes voisins de ceux de l'Assemblée nationale.

5La genèse de la loi révèle la construction progressive d'un riche consensus au sein du Parlement, majorité et oppositions confondues, au sein du Gouvernement où les ministres en charge de la recherche et du numérique ont fait très tôt cause commune en faveur du TDM et de la libre circulation des publications scientifiques à des fins de recherche : Gouvernement et Parlement ont ainsi rejoint les attentes exprimées lors de la Consultation nationale lancée par le Premier ministre en septembre 2015 et soulignées ensuite par les Présidents des Universités et Organismes de recherche.

6En liaison étroite avec la réflexion française, les choix de l'Europe se sont affinés dans le sens d'une liberté plus grande laissée à la libre circulation et à l’exploration intensive des résultats scientifiques. A l'heure où l'application de la loi s'engage en France, la référence européenne est évidemment autant un horizon qu'une force nouvelle : la compétitivité du travail scientifique est à la clef de cette nouvelle étape de Science ouverte engagée sous l’impulsion du Commissaire européen Carlos Moedas, en charge de la Recherche.

7Qu'il soit permis sur ces bases de tirer quatre leçons de ce Guide stratégique :

  • Agir de manière globale : de nombreuses interactions juridiques, scientifiques et techniques sont à prendre en considération, souvent de façon spécifique à chaque écosystème de la recherche. Des analyses systémiques précises permettront d’éviter des approches trop verticales et formelles, en se nourrissant bien entendu des exemples étrangers.

  • Se positionner au niveau européen : notre pays entretient désormais sur ces sujets une relation dynamique avec la Commission européenne où l’expérience de la France a sa place. Les projets de révision en cours des directives européennes sont à suivre de près et donneront leur feuille de route aux grandes infrastructures numériques qui vont stimuler la compétitivité de la recherche communautaire.

  • Optimiser les interactions entre les dispositions de la loi : la libre disposition des données publiques, le libre partage des publications scientifiques, la fouille de textes et de données sont trois approches indissociables, qui doivent faire l’objet d’une vision générale au service du chercheur mais aussi des usagers et des bénéficiaires de la recherche publique.

  • Ouvrir une phase d’expérimentation : on ne saurait nier l’importance et la taille des changements qui se dessinent ainsi dans l’organisation numérique du travail de la Science, tout comme on ne saurait sous-estimer la complexité des interactions qui vont être à l’œuvre dans le système numérique de l’IST. Il faudra semble-t-il expérimenter, évaluer les formules nouvelles en évitant de les figer d’emblée. Cette tâche nécessitera sans doute de rédiger des rapports d’étape.

8La nouvelle ingénierie des connaissances numériques poursuit ainsi sa mue. Un effort de rattrapage est amorcé : il conduit à une nouvelle étape de compétitivité pour la recherche, étape qu’ont déjà anticipée les grandes universités motrices en la matière regroupées dans la LERU.

9Telles sont les idées clés de ce Guide stratégique, construit pour être un vecteur d’application de cette loi fondatrice pour le travail de la science et le partage de l'IST.

Les signataires du Livre blanc « Une science ouverte dans une République numérique » :

Les membres du Comité exécutif du projet d’Investissement d’Avenir ISTEX :
Grégory Colcanap, Coordonnateur du Consortium Couperin
Renaud Fabre, Directeur de la DIST du CNRS
Jérôme Kalfon, Directeur de l’ABES (jusqu’en septembre 2016)
Jean-Marie Pierrel, Professeur à l’Université de Lorraine
Laurent Schmitt, Responsable du département Projets et Innovation, Inist-CNRS

Les Grands Témoins :
Alain Beretz, Président de l’Université de Strasbourg
Jean Chambaz, Président de l’UPMC
Bruno Chaudret, Président du Conseil Scientifique du CNRS
Bruno David, Président du Muséum National d’Histoire Naturelle
Daniel Egret, Astronome (PSL) ancien Président de l’Observatoire de Paris
Claude Kirchner, Conseiller du Président d’Inria, Directeur de Recherche
Benoit Thieulin, Président du Conseil National du Numérique

Auteur

Directeur de la DIST du CNRS

Lire

Open access

Acheter