Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que la cartographie du web ?

 | 
Franck Ghitalla

Postface

Dominique Boullier

Texte intégral

1Comme le lecteur pourra le constater, la conclusion de cet ouvrage manque. Parce que c’est Franck qui nous manque et qu’il n’a pas terminé cette tâche, somme toute rare chez lui, d’une publication complète. Est-il nécessaire, d’ailleurs, de produire une conclusion à ce récit d’un parcours de recherche, toujours ouvert et toujours en cours, et toujours collectif qui plus est ? On l’aura noté, le « nous » (du collectif, pas de majesté !) est tout aussi présent que le « je » dans ce texte. Cette omniprésence de l’équipe et de la joie du travail d’équipe, souvent sensible dans la narration, et attestée par tous ceux qui ont pu collaborer avec Franck, paraît parfois contradictoire avec cette singularité qu’il revendiquait tout aussi fermement. Sans doute est-ce parce que sa capacité à attirer, à mobiliser dépendait précisément de la singularité forte de sa passion, de sa curiosité, de son désir constant d’exploration qui était tant présent en lui et qui ne l’a pas fait dévier de sa trajectoire. La recherche était tellement chevillée en lui que même le travail de publication, qui tend à clore l’exploration, à produire de la « science faite » selon des normes académiques conventionnelles, lui paraissait parfois inutile, voire insupportable. Le blog s’est révélé ainsi être la forme adaptée de publication, sans souci de validation, de formatage pour un public ou selon des normes, avec le temps et les formats nécessaires à l’explication, au didactisme méthodologique merveilleux que l’on peut constater de nouveau dans cet ouvrage. Au fond, on peut vraiment dire que Franck Ghitalla, dans sa recherche comme dans ses publications, était « un enfant du Web ». Et plus précisément du Web 1.0, celui des liens hypertextes, que du Web 2.0, car les applications et les réseaux sociaux n’ont jamais été son terrain de jeu favori ni même son espace de publication.

2Pourtant, ce Web n’était pas inscrit dans sa trajectoire de formation, ni technologique ni scientométrique. Mais sa formation de linguiste structuraliste, que nous avons partagée, est pourtant restée marquante dans sa façon de traiter ces méthodes d’exploration du Web qu’il a développées. Jean Gagnepain avait en effet produit à Rennes un cadre théorique extrêmement formalisé, inspirant et totalisant, sur les compétences humaines, sur les raisons qui nous permettent d’agir de façon à la fois structurée et toujours unique. Dans ce cadre, la raison langagière n’a pas la primauté sur la raison sociale, la raison éthique ni la raison technique qui se combinent toutes, mais doivent être distinguées et disposer de leurs propres concepts. Lorsque Franck Ghitalla vint entreprendre une deuxième thèse avec moi à l’UTC en 1997, il portait en lui cet équilibre des raisons, et notamment cette impérieuse nécessité de prendre au sérieux la technique. Après tout, Compiègne était sans doute le meilleur endroit où atterrir en France puisque l’objet même de l’université (de technologie) et de l’équipe de recherche en SHS (Costech, Connaissances, organisations et systèmes techniques) était la technique, ses outils, son industrie, sa fabrique, ses usages, et sa dimension constitutive des humains. Sur ce point, en venant tous deux d’une formation comme celle de la théorie de la médiation de Jean Gagnepain, nous étions d’emblée en phase avec ce milieu. Mais alors que l’écriture aurait pu être l’objet préféré d’un linguiste s’intéressant à la technique, Franck avait adopté un angle d’attaque particulier, celui de l’image, autre technique de représentation, possédant ses propres règles. Sa profonde sensibilité à la puissance des images a continué à irriguer ses expérimentations en dataviz dont on peut lire un florilège dans cet ouvrage et que ses anciens étudiants ont prolongées, en développant des images de graphes de toutes sortes, au-delà du « plat de spaghettis » qu’il mentionne.

3C’est d’ailleurs ce type d’image qu’il m’a présenté en tout premier en 2000 quand, après avoir obtenu son poste de maître de conférences en linguistique, il m’a annoncé travailler désormais sur le Web : une image d’un réseau de boules rouges (car elles étaient en 3D !) censé représenter je ne sais plus quel réseau sur le Web. Développée avec un collègue de Nantes, cette image était supposée emporter la conviction par elle-même et l’on sent encore dans cet ouvrage son émerveillement constant devant la belle image et un certain étonnement devant l’incompréhension ou la demande d’explication du lecteur. Notre commune admiration pour Jacques Bertin et ses principes graphiques facilitait sans doute la traduction pour me convaincre qu’il existait bien « quelque chose », moi qui travaillais sur le numérique et les réseaux depuis près de 20 ans. Mais je restais quand même déstabilisé par cette entrée dans le domaine sous forme d’une carte de « sites », qui prétendait produire du « social », de nœuds qui devenaient aussitôt des « acteurs » et de clusters qui devenaient encore plus vite des « communautés » ! Il fallut toute la passion de Franck pour me faire lire Kleinberg, dont il était déjà fan absolu (avant d’y ajouter Watts ou Barabási évidemment), qui me permit de comprendre le lien avec la scientométrie, que je connaissais à travers les travaux de Callon et Courtial et toute la théorie de l’acteur réseau, que Franck ne fréquentait guère. De même, il parvint à me faire accepter (il fallut quelques années !) une approche inductive qui se satisfaisait des approximations que toute la science des données pratiquait depuis longtemps et qu’elle continue de pratiquer avec toute la sophistication des probabilités contemporaines du machine learning.

4Trois principes donc :

  1. la technique est une raison équivalente aux autres ;
  2. les images et en particulier les cartes (et donc la dataviz) sont des voies d’accès cognitif puissantes à de grands ensembles de données et des vecteurs rapides de conviction ;
  3. l’induction, et les proxies qu’elle suppose, est une voie de connaissance scientifique créative et valide.

5Autant dire trois occasions de percuter les conventions établies dans les SHS ou tout au moins dans une partie d’entre elles. Et de se sentir sans doute définitivement en marge des grands courants, tout en revendiquant ce statut de pionnier, que cet ouvrage devrait contribuer à rendre encore plus évident pour ceux qui ne le connaissaient pas et qui pourtant utilisent des outils ou visualisent des cartes directement inspirées de ses travaux. De ces trois principes, je peux aussi tirer trois remarques qui m’ont toujours frappé dans les travaux et dans mes relations avec Franck.

6La technique est une pratique (et non un commentaire sur la technique) et de préférence une pratique artisanale, comme Franck l’indique à plusieurs reprises, en se désignant comme « artisan de haute technologie ». Tout son récit accepte de faire part des bricolages, des « astuces », équivalent ordinaire des approximations dans la science des données sans doute, mais aussi art de « faire avec » les ressources, de calcul par exemple. Et ce fut souvent une préoccupation obsédante pour Franck et ses équipes, obtenir les capacités de calcul nécessaires à leurs projets ambitieux. L’artisan en lui devenait proche de l’artiste quand il pratiquait la mosaïque chez lui, et sans doute avait-il bien perçu la proximité visuelle et technologique entre son art d’assembler des nœuds ou des fragments de pierre ou de céramique (sans parler du fait que le premier navigateur du Web en 1992 s’appelait Mosaïc !!).

7Les images de graphes sont un chemin d’accès perceptif privilégié pour voir les structures. En cela, Franck n’a pas dévié de sa formation, fondée sur la détection des structures, des combinatoires, devenues dans ses travaux des patterns, terme si souvent utilisé dans cet ouvrage. Cette forme de visualisation du tout, de vue en surplomb, a présenté des avantages politiques évidents par l’effet de « révélation de ce qui était caché » aux yeux des pratiquants d’un domaine scientifique par exemple, mais aussi aux yeux du public quand il s’agit de rendre enfin visibles les stratégies de la secte de l’Église de scientologie ou celles des membres du CAC 40 qui furent parmi les premières visualisations produites au tout début des années 2000. Je me souviens encore de la délectation avec laquelle Franck nous révélait ces réseaux, avec le sourire de celui qui joue un bon tour aux puissants. Cependant, malgré son positionnement politique personnel affirmé, notamment en faveur de la laïcité, qui lui a sans doute fait choisir certains terrains plus que d’autres, jamais il ne s’est aventuré dans un commentaire politique de ses cartes (alors que le succès de la prédiction du « non » au référendum de 2005 réalisée par ses anciens étudiants de Linkfluence lui aurait permis d’en faire un argument de poids pour des interprétations savantes). Mieux même, tout se passait comme si, confiant dans le pouvoir de révélation de ses cartes, il s’abstenait d’aller plus loin dans l’interprétation. La description modeste, mais robuste des liens entre entités semblait parler d’elle-même. On comprend que cela n’enthousiasmait pas les éditeurs qui, en France plus qu’ailleurs, goûtent avant tout les envolées brillantes qui prétendent diagnostiquer les maux et l’avenir de nos sociétés à partir d’une tête d’épingle empirique, quand Franck préférait accumuler patiemment et artisanalement un tableau précis d’une situation complexe qui, de fait, empêchait de tirer des leçons simples. On peut percevoir cependant dans ce livre que, l’expérience aidant, il se soit senti en mesure de conseiller un peu plus directement le prince que ce soit en matière de stratégies d’innovation (comme le raconte le dernier chapitre) ou en matière de sécurité (avec ses projets – brutalement interrompus –de suivi de l’activité terroriste).

8Enfin, l’acceptation de l’induction et des approximations peut sembler, elle, totalement opposée à sa formation de linguiste structuraliste, fondée sur un modèle qui se décline et qui se vérifie, mais qui ne se met que très difficilement à l’épreuve. Pourtant, c’est parce que Franck a toujours été d’une rigueur conceptuelle systématique et d’une clarté de pensée remarquable qu’il a pu arpenter sans dériver un domaine aussi émergent et propice aux fausses promesses et aux discours marketing. Son attachement à la découverte de structures s’est trouvé cependant perturbé par la question du temps, dans le Web comme dans les représentations formelles des graphes. Il en fait part dans tout le chapitre 8 intitulé « Broadcast et viralité ? », qui reprend les analyses de réseaux des années 2000 (dont Strogatz notamment). La question de la propagation, des dérivations (dont le topic drifting peut être un équivalent sur le plan méthodologique) commençait à le préoccuper. Il trouvait cependant là aussi des « astuces » pour combiner sa vision structurale et son approche inductive, pour concilier l’instantané de la photo du réseau et la nécessité de suivre son évolution, en utilisant par exemple ce terme de « plasticité structurale », tout en reconnaissant l’immensité de la tâche à venir. Nous en avions discuté, souvent à la sauvette, car il savait que c’était mon thème de recherche de prédilection, et je reste avec ce regret profond de ne pas avoir pu mettre en place les collaborations que nous avions imaginées avec tant de joie.

9Alors, dans ce domaine pour ce qui me concerne, et dans bien d’autres pour tous ceux qu’il a formés et inspirés, Franck, sache bien que nous continuons l’arpentage, que nous retenons ta leçon de modeste et brillant artisan, que ton œuvre se propage et féconde de nouveaux champs et de nouveaux chercheurs, même si, toi et ton œil affûté et malicieux, vous nous manquez.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search