Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que la cartographie du web ?

 | 
Franck Ghitalla

Études cartographiques

Chapitre 13. Révélations

Texte intégral

« Nous avions dessiné alors un vaste schéma, que j’ai toujours avec moi. Il fait huit mètres une fois déplié. Il serpente depuis le bureau d’un directeur des hydrocarbures d’Elf, jusqu’à l’ouverture de comptes obscurs alimentés par le Gabon, aux mains d’Omar Bongo : quarante ans de pouvoir et une difficulté récurrente à distinguer sa tirelire et sa famille d’une part, le budget de l’État et le gouvernement d’autre part. J’emporte souvent ce schéma avec moi, au fil des rendez-vous. Je l’étale sur les tables, un peu comme un capitaine au combat sort ses vieilles cartes. Les positions ont sans doute varié, les techniques de camouflage se sont sophistiquées, mais le système est là : les tyrans sont des amis, que la France a placés au pouvoir et dont elle protège la fortune et l’influence par de vastes réseaux de corruption ; en échange ils veillent sur les intérêts et les ressources des entreprises françaises venues creuser le sol. Tout ce beau monde a intérêt à ce que rien, jamais, ne stimule ni les institutions ni l’économie des pays », Eva Joly, La force qui nous manque, 2007.

  • 1 https://humanitesdigitales.files.wordpress.com/2012/11/lmd.pdf.
  • 2 http://web.archive.org/web/20170315085705/http://owni.fr/2012/11/29/la-nebuleuse-suisse-des-copinag (...)

1« ARGENT PUBLIC : Voici comment des fonctionnaires et des ex-fonctionnaires profitent des mandats de la Confédération. Un petit Atlas du copinage ». En ce matin du 25 novembre 2012 en Suisse, les termes utilisés par les éditions du Matin Dimanche et du SonntagsZeitung étaient forts et accusateurs1. Je me précipitai sur les articles dès que l’on me signala leur diffusion sur le Web : l’enquête des journalistes était accompagnée d’une carte du réseau de « contacts amicaux » entre des acteurs qui semblaient « organiser » la publication comme l’attribution de marchés publics de la Fédération helvétique à leur profit2. L’article m’est tout de suite apparu comme un exemple remarquable de data journalism. Signé de J. Schmidli, M. Stoll et T. Plattner, il étonne par la précision dans la description des dysfonctionnements du système d’attribution des commandes de la Confédération helvétique et la cartographie réalisée par Martin Grandjean constituait un exemple techniquement abouti et enthousiasmant de visualisation de données. Comme le rappelle l’article, le data journalism met « à disposition de la Confédération » cet outil qu’est la cartographie d’information « pour lutter plus activement contre la corruption et le copinage ! ». Si les mots décrivent, le graphe réalisé avec Gephi (évidemment) frappe parce qu’il atteste de la réalité d’un phénomène qui semble massif et systématique : le marché public helvétique est « noyauté par la très grande mobilité de ses hauts fonctionnaires, qui, au passage du public au privé (ou l’inverse), font profiter leurs entreprises de la manne gouvernementale ».

Image 13.1

Image 13.1

Le réseau de Martin Grandjean dans « ARGENT PUBLIC : Voici comment des fonctionnaires et des ex-fonctionnaires profitent des mandats de la Confédération. Un petit Atlas du copinage ».

2Les articles des journaux suisses illustraient remarquablement la façon dont la transformation d’une information sous forme de réseau venait conquérir des niches depuis son terrain d’origine, le Web. Au moment où paraissent la cartographie et les deux articles associés, bon nombre de compétences humaines, de méthodes et de technologies ont déjà migré depuis l’exploration du Web vers l’étude de silos locaux d’informations, et particulièrement des silos d’où il serait possible d’extraire des graphes concernant des acteurs ou des organisations, ce que l’on appelle des graphes d’entités nommées. Sur le Web, de grands acteurs industriels comme LinkedIn et Facebook en construisent aussi, et de très vastes puisque ce sont par nature des réseaux sociaux. Mais il est possible, en modifiant les technologies web et les ingénieurs qui les conduisent, d’aller aborder des bases locales d’informations ou de connaissances, capitalisées de longue date et richement contrôlées. Parfois, cette migration n’est qu’une revisitation comme lorsque l’on produit des graphes d’inventeurs ou de technologies à partir des bases de brevets ou des champs disciplinaires, des revues ou des auteurs dans des bases bibliographiques comme Scopus ou le WoS le Web of Science de Thomson Reuters. Dans ces deux domaines, de nombreux travaux à base de graphes existent depuis les années 1960, notamment aux États-Unis3. C’est pourquoi l’arrivée de méthodes et de technologies nouvelles imaginées pour le Web est souvent vécue par les spécialistes de ces domaines comme une forme d’intrusion ; la diversité et la robustesse des nouveaux algorithmes (HITS, PageRank, Modularity, OpenOrd notamment) comme l’étendue des masses traitées permettent de « voir » les documents juridiques et les publications scientifiques sous de nombreux aspects inédits4. Mais il existe une foule d’autres terrains informationnels à explorer, entièrement nouveaux. Et parfois, cela a tout d’une prise d’assaut si l’on pense à certains types de données libérées dans le mouvement actuel de l’open data. C’est là que les instruments cartographiques développés pour l’exploration du Web et de sa structure hyperliée font merveille, surtout quand il s’agit d’extraire des données rattachées à des « entités nommées », aux interactions qui les lient en réseaux parfois inextricables. Autrement dit, des patterns relationnels qui peuvent être interprétés comme des formes implicites d’organisation sociale, dont certaines semblaient cachées jusqu’à présent. Si l’on associe cette sorte d’appétence naturelle que nous partageons tous pour les révélations (en particulier si elles concernent des événements ou des personnages de premier plan), aux capacités actuelles de traitement de l’information (sur le Web ou ailleurs), on comprend rapidement les pouvoirs de l’approche par graphe. Tout ce qui participe de la dynamique sociale à titre d’activité organisée (entreprises, marques, ministères, établissements publics, partis politiques, associations, mouvements, familles et proches…) peut un jour se trouver cartographié (ce qui n’est déjà pas anodin sous certains aspects), et sous un jour nouveau à partir d’informations sensibles et/ou de divers silos informationnels croisés entre eux. Et publiques la plupart du temps. Le procédé n’est pas nouveau au regard de l’histoire des médias ou du journalisme d’enquête, mais la cartographie permet d’embrasser l’ampleur d’un phénomène, objectivant d’un coup un ensemble des mécanismes collectifs complexes… et parfois très discrets jusque-là.

  • 5 http://www.lemonde.fr/international/visuel/2010/12/06/wikileaks-lire-les-memos-diplomatiques_144970 (...)

3Lors de la parution des deux articles suisses, cela fait déjà quelque temps que certains des ingénieurs qui m’avaient accompagné jusqu’alors dans l’exploration du Web se sont mis à occuper certaines niches de services autour de l’information stratégique, des outils de monitoring ou de l’aide à la décision. Certaines affaires qui ont défrayé la chronique au cours des années passées ont été pour eux l’occasion de communiquer sur leurs compétences techniques en accompagnant quelques fameux « lanceurs d’alerte ». Les premiers auront été les fondateurs de la société Linkfluence (fondée en 2005, spécialisée aujourd’hui dans le monitoring du web social et dans la mesure de l’influence des « entités sociales »). Ils ont ainsi équipé des équipes de journalistes dans l’analyse et la publication sous forme de cartographies des câbles diplomatiques américains dans l’affaire WikiLeaks. Le dispositif CableGate Radar5 hébergé sur le site du journal Le Monde, très abouti techniquement, permet ainsi de naviguer publiquement dans les dépêches secrètes des ambassades américaines dans le monde en faisant des recherches croisées par mots-clés, zones géographiques, segments temporels ou personnes citées :

Image 13.2

Image 13.2

Le CableGate Radar de Linkfluence.

  • 6 https://matlo.com/.
  • 7 https://linkurio.us/.
  • 8 https://www.icij.org/.

4D’autres sont partis travailler à l’exploration des données sociales chez LinkedIn. Plus récemment, l’Atelier Iceberg6 s’est spécialisé dans la visualisation des données internes des entreprises, de véritables trésors informationnels quand elles sont qualitativement contrôlées et remises à jour. C’est aussi la start-up Linkurious7 et son web service d’exploration dynamique d’informations très contextualisées comme les données téléphoniques dans la résolution d’affaires criminelles, les réseaux de comptes bancaires ou les réseaux d’investisseurs de la base Crunchbase. Linkurious, au passage, équipe aujourd’hui les journalistes de l’ICIJ (l’International Consortium of Investigative Journalists8), un réseau international de 190 journalistes d’investigation issus notamment des grands journaux américains) dans leurs travaux autour du SwissLeaks. De plus jeunes encore dessinent en ce moment même le projet de cartographier les réseaux juridiques opaques du LuxLeaks (ou « Luxembourg Leaks ») où 343 sociétés multinationales ont mis en place un système d’optimisation fiscale au Luxembourg avec l’aide de cabinets spécialisés. Le terrain des documents juridiques représente à lui seul aujourd’hui un immense territoire vierge de toute exploration cartographique, une formidable terre d’aventure pour les amoureux des data sciences.

  • 9 http://dievolkswirtschaft.ch/fr/2015/06/2015-07-tanner-franz/.

5On comprend que les méthodes de cartographie des réseaux peuvent devenir des vecteurs de communication très polémiques et les graphes spatialisés des armes politiques redoutables lorsqu’elles sont diffusées dans l’espace public. Le principe d’accessibilité aux données permis par le Web (par exemple sous la forme d’applications coopérantes via des API) et des technologies ouvertes comme Gephi participent de la culture actuelle de l’analyse et du croisement des data. Selon moi, les premières pistes ouvertes par des organisations de la société civile, des start-up, des journalistes, des associations ou de simples citoyens ne constituent qu’une première étape modeste au regard des innombrables silos informationnels qui attendent d’être explorés, croisés, interprétés. Personnellement, je souhaite vivement que ce mouvement se développe comme le montre l’exemple suisse9. Ce travail de recueil et d’analyse de l’information peut d’ailleurs être entamé modestement, à la manière d’une pratique artisanale, comme en marge des data sciences très équipées. C’est le chemin emprunté par les journalistes suisses, en trois opérations majeures : rassembler, croiser, spatialiser.

6Les lignes et les colonnes du fichier Excel, remplies soigneusement au fur à mesure de l’enquête, n’attendent plus que d’être croisées puis spatialisées, une fois passé un seuil quantitatif suffisant pour faire apparaître… l’organisation d’un système illégal. Et les journalistes suisses prennent soin de noter tous les détails de la métamorphose des data en carte : « Quand un de mes collaborateurs est venu dans mon bureau avec la liste des 55 mandats du projet Insieme délivrés de gré à gré, se souvient le vice-directeur de l’Office fédéral de la construction et de la logistique René Graf, j’ai tout de suite vu que nous avions un souci ».

7C’est de cette opération que naît la puissance de la cartographie d’information à base de graphes relationnels : la « carte » rassemble et concentre (comme un atlas), mais elle croise aussi et enrichit (comme un filtre) en distribuant des liens qualifiés entre les éléments de ce vaste système de corruption :

  • 10 https://www.simap.ch/.

À chaque fois que la Confédération achète quelque chose, elle le fait pour 5,4 milliards de francs par an – elle se déplace dans un environnement où les relations entre fonctionnaires fédéraux et entreprises privées s’entremêlent. C’est ce que montre une analyse du Matin Dimanche. Les données de 1 745 mandats fédéraux publiés sur la plateforme officielle Simap10 entre 2009 et 2012 ont systématiquement été examinées en fonction des réseaux de relations. Cela a permis de mettre au jour une série de cas problématiques, dont certains relèvent clairement du copinage.

8Et c’est toute la valeur de cette carte publiée dans les deux journaux suisses : les parcours inédits qu’elle propose s’inscrivent au niveau où sont croisées les informations, et non sur les « données brutes » qu’il a fallu construire au départ. Et les journalistes suisses poursuivent ainsi :

Le travail journalistique peut donc, une fois cette liste de correspondances établie, se porter sur l’étude de ces quelques cas particuliers, mettant au jour des relations d’affaires teintées de favoritisme ou de copinage. Ce travail sur les bases de données offre une vision que ni la Confédération, ni les entreprises, ni les autorités de contrôle externes n’étaient jusqu’alors en mesure d’apprécier.

9Ce n’est donc pas seulement la possession des données qui importe, mais l’art de mettre en scène les réseaux qu’elles dessinent. Pour la gloire du cartographe… ou à ses risques et périls.

*****

  • 11 Les termes ne sont pas les bons dans notre perspective, pas plus que d’autres termes ou concepts mo (...)

10Nous touchons là les particularités des cartographies du « social », « individus » ou « organisations »11. Car nous ne sommes plus seulement dans la prouesse technique ou l’art de la synthèse, mais aussi dans le champ politique des indicateurs de gouvernance, des technologies de l’identité (les noms propres sont mentionnés dans les cartes, et donc dans les journaux en Suisse) et l’analyse des formes organisationnelles (c’est l’ensemble d’un système d’ententes illicites qui est dénoncé). La cartographie d’entités nommées a donc quelque chose à voir avec la traçabilité du social. Rendre public l’ensemble d’une structure à travers les schèmes d’interaction d’un ensemble d’entités, la révéler à la lumière d’une carte peut ainsi constituer une arme redoutable, et difficile à manier. Car il ne s’agit plus de cartographier des gènes, des sites web, des brevets ou des espèces animales dans un biotope, mais bien nos contemporains eux-mêmes en rassemblant et en croisant les informations qu’ils produisent (souvent malgré eux ou sans se soucier la plupart de temps du fait qu’elles peuvent être rendues publiques). C’est tout le principe du social data mining : les données, une fois considérées comme des traces, finissent par composer des empreintes. La cartographie d’entités sociales et de leurs relations mutuelles relève donc d’un pouvoir, exercé en premier lieu sur ceux qui figurent dans les cartes. Dans certains cas, ces cartes d’entités nommées sont mobilisées à titre d’indicateurs pour la décision ou la stratégie et il m’est arrivé bien des fois d’en produire dans le cadre d’une diffusion restreinte (notamment pour des entreprises). Mais, plus le cercle de leur diffusion grandit, plus l’exercice de ce pouvoir de révélation devient délicat à manier. À titre de scientifique, le cartographe peut développer ses procédures comme s’il s’agissait d’élargir ou d’enrichir l’observation d’un phénomène. Mais c’est toujours à titre d’acteur qu’il assume (plus ou moins) son pouvoir d’observation (ou plutôt la traçabilité) du social, lui-même pris dans le jeu complexe des phénomènes humains. Les journalistes suisses trouvent ainsi dans la cartographie un puissant moyen d’accompagner un discours d’analyse, mais aussi une arme dénonçant une réalité qu’ils contribuent à modifier ou à tenter de le faire. Le contenu de la cartographie comme le moment de sa publication ou les médias qui lui servent de vecteurs contribuent à transformer l’instrument en arme politique.

  • 12 http://greenpeace.fr/facenuke/.

11Entrons-nous dans un âge de la transparence ? Peut-être. Pourtant, ce qui explose ce 25 novembre 2012 en Suisse est encore relativement rare, mais nourrit, en tous les cas, cette curieuse appétence pour la visualisation des « réseaux d’influence », des « lobbies », des « groupes informels », des systèmes de propriétés et des prises de participation, voire bientôt des transactions financières, des appels d’offres de marchés publics et leurs attributions à différents types d’acteurs économiques. À l’extrême, la cartographie d’informations et d’entités sociales peut aussi alimenter l’obsession des complots généralisés, comme ces cartes des flux bancaires qui attestent de la complexité des transactions commerciales mondiales, mais non, à mon sens, d’une stratégie explicite de dissimulation. Tous ceux qui se lancent dans ce type de cartographie peuvent très vite s’apercevoir de leur pouvoir, mais aussi de ses limites légales, éthiques ou politiques. Ainsi, quelques mois avant la parution de l’étude suisse, il en est certains parmi l’équipe de jeunes ingénieurs qui m’accompagnaient qui ont contribué d’un point de vue technique et méthodologique à un projet initié par Greenpeace-France, FaceNuke12. Lancée le 13 avril 2012, la cartographie interactive (en SigmaJS, la librairie développée par Alexis Jacomy) avait pour objectif de décrire le réseau de relations qui unissait la plupart des acteurs connus du « lobby français de nucléaire ». Très rapidement, la belle cartographie du réseau social fait place sur le site web de Greenpeace-France au message suivant :

Image 13.3

Image 13.3

Cet outil est une cartographie des personnalités, des organisations, une visualisation du réseau social qui compose aujourd’hui la politique énergétique de notre pays. FaceNuke permet ainsi de visualiser les personnalités connues et moins connues, les enchevêtrements d’entreprises, d’associations… C’est la volonté de faire la transparence sur le fonctionnement du système énergétique et notamment nucléaire français qui a guidé cette démarche. Certaines des personnalités présentes dans la cartographie n’ont pas apprécié cette démarche de transparence et ont souhaité que soient retirés leurs noms. Pas parce que les informations étaient erronées, non. Parce que leur nom était utilisé sans autorisation. Plutôt que déséquilibrer le graphe de FaceNuke en en retirant certains des noms les plus importants, car, au cœur même du système, nous avons choisi de mettre l’outil en suspens. Le temps, pour nous, de revenir avec de nouveaux éléments. Parce que nous pensons que, dans les mois à venir, la transparence sera plus que jamais nécessaire.

Source : FaceNuke, par Greenpeace France.

12C’est le genre d’événement qui permet de mesurer le pouvoir sociétal de la cartographie d’information, et du cartographe. En un sens, ce type de sociogramme propulse la cartographie d’informations relationnelles au centre d’un débat où se mêlent les questions politiques (car il s’agit dans le cas de FaceNuke des puissants de ce monde), éthiques (peut-on tout dire ou dévoiler ?) ou stratégiques (quand communiquer ?). Personnellement, j’aime ces rares moments où l’on perçoit la carte comme un événement et non plus seulement comme un instrument, illustrant le savoir-faire artisanal du cartographe. Quand elles génèrent le « buzz » pour leur pouvoir de synthèse et de dévoilement, les cartes à base de graphes retrouvent une place de premier plan alors qu’elles sont le plus souvent à peine tolérées en marge des techniques de knowledge discovery ou de data analysis, toujours « coincées » dans les organisations entre « service informatique » et « documentation » ou « veille ». Le projet FaceNuke comme la grande carte publiée en Suisse en décembre 2012 illustre parfaitement le rôle de pivot que joue la technique cartographique entre les data d’origine et les multiples interprétations possibles qui s’ensuivent. Les spécialistes du data journalism empruntent ainsi le même parcours que les expérimentateurs en web mining face aux patterns statistiques et visuels des graphes d’URL et de liens hypertextes. À une différence près, et de taille : entreprendre de cartographier le « social », surtout s’il s’agit de dévoiler les coulisses des pouvoirs en place, c’est immanquablement s’exposer (ou se voir rappeler) le rôle politique du cartographe lui-même. En d’autres termes, on ne peut douter qu’en dévoilant les structures ou les méandres du pouvoir exercé par des acteurs-clés (groupes ou acteurs individuels), la cartographie devient un instrument particulièrement efficace de transformation de ce même pouvoir.

*****

13Dans ces moments-là, le cartographe apparaît clairement comme un maître du jeu. Il contrôle, en premier lieu, toute la machinerie sémiologique que suppose une mise en scène de l’information. Il décide de l’éclairage appliqué aux données, comme un point de vue particulier, délibérément assumé. L’exercice de dévoilement démontre combien toutes les cartographies d’information relèvent d’une stratégie de communication, variable suivant les contextes et les objectifs poursuivis. Même dans les univers scientifiques les plus « aseptisés » où la recherche « d’objectivité » semble dominer, chaque choix importe en termes de traitement des données. On ne choisit jamais impunément les opérations d’extraction, de qualification, de croisement des data originelles qui, projetées sous forme de graphe spatialisé, font apparaître ce qui ne pouvait l’être sous forme de listes ou de tableau de données. Et c’est sur ce type de pouvoir que jouent les journalistes suisses quand ils rendent présents et attestables des connexions sociales et leurs patterns jusque-là implicites ou auparavant inconcevables dans leur forme (un réseau de connivences) comme dans leur contenu (les marchés publics). Et il faut dire que le champ du croisement des informations associées aux entités nommées, en masses accessibles sur le Web aujourd’hui, en est à ses balbutiements et que le potentiel est infini. Par exemple, certaines personnalités qui sont intervenues pour interdire la publication en ligne de FaceNuke sont par ailleurs présentes dans d’autres cartographies que les ingénieurs qui m’accompagnent aiment à produire régulièrement (disons à titre « d’exercice pédagogique »). Il leur arrive ainsi de générer régulièrement le graphe des personnalités plurimandataires des entreprises du CAC 40 : en premier lieu, le graphe (bipartite) où chaque personnalité est reliée aux entreprises où elle siège dans le conseil d’administration, dessinant ainsi un réseau d’influence potentielle ou de partage de l’information alors que nous sommes censés évoluer dans une société de la concurrence. La loi française en autorisant jusqu’à 6 mandats occupés simultanément dans des entreprises du CAC 40, on peut alors extraire des données (issues de Wikipedia) une vue intéressante des réseaux qui se dessinent à grande échelle, comme celui des réseaux d’entreprises du CAC 40 reliées entre elles par différentes densités de « partage » d’administrateurs communs.

Image 13.4

Image 13.4

Enquête sur les administrateurs du CAC 40.

  • 13 L. Marin, Le récit est un piège, Paris, Minuit, 1978.

14Maître de la mise en scène sémiologique, le cartographe joue aussi du pouvoir social que lui confère sa capacité à agréger des traces numériques qu’il transforme en empreintes d’entités sociales, presque en portrait. Dans ce travail, on ne saurait décider s’il s’agit d’une sociographie qui vise la description ou d’un travail engagé politiquement ou éthiquement et qui, lui, vise la dénonciation. Je sais, la frontière est mince, surtout si l’on exerce dans le champ des sciences humaines et sociales où les deux se confondent largement. Mais la carte que nous livre le cartographe fonctionne comme un piège de la même façon que Louis Marin décrivait l’appareillage rhétorique du récit13. Devant la cartographie des réseaux d’influences potentielles du CAC 40, comme dans celle publiée en 2012 par Le Matin en Suisse, chacun doit s’interroger sur l’interprétation de ces patterns en termes de « concurrence » fictive ou de réseaux d’entente illégaux. Tout comme chacun doit s’interroger sur la question du partage de secrets des affaires dans l’univers des grandes sociétés du CAC 40. Mais, surtout, on devine combien le cartographe pourrait aller plus loin pour obtenir d’autres empreintes d’entités sociales et/ou leurs patterns d’interaction, selon les mêmes principes de croisements des données, mais livrant des portraits beaucoup plus riches, plus précis. Par exemple, les données de cette « carte du CAC 40 » pourraient être croisées avec celles livrées par les biographies des plurimandataires (elles aussi disponibles sur Wikipedia pour la plupart) ou encore les documents juridiques dans lesquels ces personnalités sont partie prenante. Évidemment, la loi, ou l’éthique, en interdirait partiellement le principe. En un sens, cela soulignerait un peu plus le pouvoir technique de la cartographie, et son potentiel de subversion.

15La cartographie d’information peut donc être mobilisée comme un instrument de stratégie et d’action, instrumentalisée dans un processus de décision. Ce pouvoir de dévoilement de patterns d’interactions sociales qu’elle détient a récemment suscité l’intérêt de différents types d’acteurs occupant, de différentes façons, des responsabilités en termes de gestion des compétences et des organisations. C’est le cas notamment des services des ressources humaines de grands groupes industriels : à partir des données d’inventeurs dans les brevets, de comptes de réseaux sociaux et/ou de la documentation interne des entreprises, il est possible d’observer précisément la structure et l’intensité des réseaux d’innovation technologique en R&D. De les observer… et de les évaluer, les orienter ou les réorganiser. On peut aussi cartographier les activités d’un concurrent… Ces terrains d’expérimentation restent encore discrets, et toujours très sensibles. En entreprises comme dans les institutions publiques, la production de cartographies d’entités nommées génère la plupart du temps les mêmes réactions. J’ai souvent observé combien les spectateurs suivent un cheminement intellectuel très précis dans leurs premières appréciations d’un travail cartographique : le « Comment c’est fait ? » s’efface après quelques explications techniques pour faire place au (fameux) « Où suis-je ? Où sont mes collègues ? Où sont nos services et nos projets ? Où sont nos concurrents ? ». Le troisième temps, quand il advient, a toujours quelque chose d’une réussite pour le cartographe : « Comment utiliser cette carte dans mes activités ou mes projets ? » ou, mieux encore, « Comment modifier ma position, pour devenir plus central, plus relié à mon environnement, couvrir l’ensemble du domaine ? ». Je me revois discuter, parfois âprement, des choix techniques jusqu’au moindre détail, sans oublier les fois où l’on me demanda d’anonymiser une carte dans le cadre d’une démonstration publique ou d’adopter une autre technique de spatialisation des données qui serait moins défavorable à tel ou tel acteur ou organisation. Indéniablement, la cartographie est un exercice techniquement difficile, mais aussi socialement, et frise parfois le numéro d’équilibriste.

*****

16J’accepte souvent de réaliser ce type de cartographie, et pour deux raisons. La première paraît évidente d’un point de vue technique : même lorsqu’elles sont données sous forme d’ID anonymes (identifiants dans une base), les entités nommées constituent un principe simple et puissant d’agrégation et de croisement des informations. Cette « facilité » technique s’explique par le développement exponentiel du big data très orienté par l’exploitation des données personnelles, notamment sur les plateformes sociales ou les sites de e-commerce, sans parler de la sécurité. Si l’on ajoute à cela le développement du marché des données privées ou le rachat des start-up qui en produisent par de grands groupes, on comprend l’intérêt pour les grands graphes d’entités nommées. Car, après tout, ce sont les hommes et leurs activités que ces immenses stocks de données servent à décrire, à observer… ou à orienter. Les entités sociales sont donc à la fois des sources (productrices de traces) et des cibles (commerciales, politiques, citoyennes, actives…) dans un mouvement global où s’agrègent les informations temporelles, géographiques ou l’immense data lake des données d’usage. Imaginez ce que pourront produire demain comme data nos objets connectés…

17L’autre raison tient dans ce que peut apporter la cartographie d’entités sociales dans ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui la « conduite du changement » ou la transformation progressive des hommes et des métiers dans les organisations (dont les entreprises). C’est un autre rôle du cartographe comme acteur social, mais le changement qu’il vise ne s’effectue pas sur le mode de la révélation ou de la dénonciation. Il m’est arrivé de nombreuses fois de constater, souvent avec surprise, que les cartes d’acteurs, de projets communs, de relations de partenariat ou de collaborations personnelles peuvent accompagner (ou même susciter) une réflexion générale sur des questions d’organisation, qu’il s’agisse de la conserver, de la modifier ou de la transformer. En révélant, la cartographie peut aussi servir de levier. Parmi les nombreuses anecdotes qui illustrent ce pouvoir de transformation des organisations, l’une concerne une fameuse école dont la direction voulait « rationaliser » l’organisation de ses cinq équipes de recherche en les fusionnant en partie pour en constituer trois seulement. Suite à la demande de la direction de l’établissement, nous avions produit une cartographie où figurait l’ensemble des chercheurs reliés aux différents projets financés sur les dix dernières années. L’examen collectif de la carte imprimée en grand format laissa l’équipe de direction quelque peu perplexe : cette carte faisait clairement apparaître quatre communautés de chercheurs et non pas les cinq laboratoires existants, ni les trois qu’aurait voulu constituer la direction. Si l’on tenait compte de la dynamique de coopération spontanée des chercheurs, notre chiffre indiquait clairement qu’il fallait revoir la façon de distribuer les chercheurs dans de nouvelles équipes. Mais plus encore : trois chercheurs parmi les 250 de l’école semblaient occuper des positions de « relais » entre les quatre communautés actives de recherche, ce qu’en théorie des graphes on désigne par centralité (plus précisément le beetweeness centrality). Ils ne figuraient pas parmi les plus reconnus de l’école, et ne « rayonnaient » probablement pas en termes de reconnaissance académique. Or, visiblement, ils participaient régulièrement aux projets de recherche, mais chaque fois différemment, en se connectant aux quatre communautés détectées dans notre méthode (cinq ou trois pour la direction) de façon presque alternative. Enlevés du graphe (ce que je fis plus tard avec Gephi), ils laissaient apparaître un univers très cloisonné avec des « chemins » (ou un diamètre) très longs d’un bout à l’autre de la carte. Nous avions donc affaire à trois éléments « pollinisateurs », des « passeurs de concepts » ou simplement des « médiateurs » sans lesquels beaucoup moins de relations transversales existeraient entre les équipes. Apparemment peu spécialisés dans un domaine particulier de la recherche en ingénierie, ils jouaient pourtant un rôle clé en termes de structuration de l’espace d’interaction scientifique de l’établissement. Je laissai là l’équipe de direction, plongée dans une certaine perplexité.

18Cet impact à long terme, presque fortuit au départ, a été le point de départ d’une réflexion globale sur les conditions de « félicité sociale » d’un projet cartographique pour et dans les organisations dont l’une des conditions repose clairement sur sa dimension collective et partagée. Entre la révélation publique (comme celle des journaux suisses) et les cartes confidentielles calculées pour les directions et la stratégie, il existe une autre voie, un type collectif de révélation, une expérience unique où une organisation semble parfois se révéler à elle-même. Si l’on prend le temps d’expliquer publiquement les techniques, de discuter des types de calculs appliqués et de décider des types d’indicateurs sélectionnés pour construire les graphes (de collaborations, de partenariats, d’activités et de projets…), alors la cartographie se transforme petit à petit en miroir où chacun peut se voir, mais aussi, relativement, l’ensemble des autres acteurs. Comme une révélation intime, et pourtant collégiale. Dans ce cas, la cartographie d’entités nommées peut devenir un instrument précieux de stratégie collective, notamment en termes d’évaluation (d’un acteur, d’un projet, d’une recherche…) qui ne peut plus s’effectuer individuellement. De telles cartographies ont le mérite, le plus souvent, de mettre en exergue les foyers d’interactions intenses (par exemple dans certains projets innovants) et des espaces vides, ou peu développés. C’est toute la différence avec l’organigramme censé identifier et organiser verticalement les services et les métiers. Dans tous les cas, les cartes d’entités sociales et de leurs interactions mutuelles dans une organisation (avec les qualités et les défauts qu’elles soulignent) pointent de façon magistrale les fonctions de management (existantes ou défaillantes), depuis la gestion des ressources humaines jusqu’aux directions fonctionnelles. Là réside leur véritable potentiel de subversion.

19De là, les pouvoirs des représentations de réseaux, si elles sont fondées sur l’exploitation de données d’usage, notamment en entreprise. Sur ce point, je suis toujours aussi surpris lorsque l’on me demande à propos d’une carte « Ce sont nos données ? », illustrant le manque ou la faiblesse de l’exploitation des jeux de données potentiellement accessibles depuis les fichiers clients, les catalogues produits ou la mise en place de projets transversaux en interne. Mais, une fois dépassée la question, il est symptomatique de voir les acteurs s’emparer petit à petit des cartes comme des espaces à occuper, à modifier éventuellement, à renforcer ou à abandonner… En somme, à conquérir. Cet effet de réalité ainsi produit me laisse entrevoir (mais très faiblement) l’importance des enjeux idéologiques de la cartographie d’entités nommées qui semble annoncer, comme au moment de la Renaissance, que la maîtrise des territoires (éventuellement sociaux) reposera aussi peut-être sur le système symbolique et culturel qui permet de les cartographier. Évidemment, les interactions sociales n’ont rien de commun avec les territoires physiques à titre d’objets, mais, en rendant présents sur une surface des mécanismes aussi abstraits que ceux liés à des interactions sociales, avec le jeu méthodologique, technique, graphique proposé par le cartographe, voilà d’un coup l’avènement d’un code partagé, de territoires à cultiver et d’une carte pour s’orienter. Des moments rares dans les organisations, et une forme d’expérience où le cartographe saisit de façon privilégiée que révéler, c’est là aussi être le premier.

Notes

1 https://humanitesdigitales.files.wordpress.com/2012/11/lmd.pdf.

2 http://web.archive.org/web/20170315085705/http://owni.fr/2012/11/29/la-nebuleuse-suisse-des-copinages-public-prive/.

3 Voir le chapitre 4 des Carnets cartographiques, « Cartographier la science », https://ateliercartographie.wordpress.com/2016/12/22/cartographier-la-science-le-chapitre-4-des-carnets-cartographiques/.

4 Voir par exemple : http://web.archive.org/web/20180308055220/http://lexmex.fr/

développé par Jacques Verrier en 2012 et la vidéo associée sur l’évolution du Code civil.

5 http://www.lemonde.fr/international/visuel/2010/12/06/wikileaks-lire-les-memos-diplomatiques_1449709_3210.html.

6 https://matlo.com/.

7 https://linkurio.us/.

8 https://www.icij.org/.

9 http://dievolkswirtschaft.ch/fr/2015/06/2015-07-tanner-franz/.

10 https://www.simap.ch/.

11 Les termes ne sont pas les bons dans notre perspective, pas plus que d’autres termes ou concepts mobilisés en sociologie comme « types», « catégories », « habitus », « classes » ou « champs ». La cartographie d’entités nommées est basée sur des graphes relationnels et donc sur l’étude de patterns d’interaction à grande échelle et à partir de données en masses. Les « objets » qu’elle vise à interroger suivent des logiques génératives de consécution (les interactions s’enchaînent entre différentes entités sociales) ou de complémentarité (les entités sociales interagissent à l’unisson ou en complémentarité). Je ne sais pas ce que vaut cette distinction, mais elle a le mérité d’insister sur l’étude du social comme dynamique de l’enchaînement plutôt que comme pertinence des types.

12 http://greenpeace.fr/facenuke/.

13 L. Marin, Le récit est un piège, Paris, Minuit, 1978.

Table des illustrations

Titre Image 13.1
Légende Le réseau de Martin Grandjean dans « ARGENT PUBLIC : Voici comment des fonctionnaires et des ex-fonctionnaires profitent des mandats de la Confédération. Un petit Atlas du copinage ».
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/15510/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Image 13.2
Légende Le CableGate Radar de Linkfluence.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/15510/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Image 13.3
Légende Cet outil est une cartographie des personnalités, des organisations, une visualisation du réseau social qui compose aujourd’hui la politique énergétique de notre pays. FaceNuke permet ainsi de visualiser les personnalités connues et moins connues, les enchevêtrements d’entreprises, d’associations… C’est la volonté de faire la transparence sur le fonctionnement du système énergétique et notamment nucléaire français qui a guidé cette démarche. Certaines des personnalités présentes dans la cartographie n’ont pas apprécié cette démarche de transparence et ont souhaité que soient retirés leurs noms. Pas parce que les informations étaient erronées, non. Parce que leur nom était utilisé sans autorisation. Plutôt que déséquilibrer le graphe de FaceNuke en en retirant certains des noms les plus importants, car, au cœur même du système, nous avons choisi de mettre l’outil en suspens. Le temps, pour nous, de revenir avec de nouveaux éléments. Parce que nous pensons que, dans les mois à venir, la transparence sera plus que jamais nécessaire.
Crédits Source : FaceNuke, par Greenpeace France.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/15510/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Image 13.4
Légende Enquête sur les administrateurs du CAC 40.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/15510/img-4.png
Fichier image/png, 7,8M

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search