Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage et subjectivités

 | 
Myriam Cottias
, 
Hebe Mattos

Deuxième partie. Esclavage, citoyennetés et histoires de vie

Les malheurs de Rufina

Esclavage, liberté et traite des êtres humains à la frontière sud du Brésil au xixe siècle

Keila Grinberg
Traduction de Laure Schalchli

Résumé

Dès les débuts du processus d’indépendance en Amérique hispanique, il était clair que celle-ci signifierait l’abolition de l’esclavage. En 1825, presque tous les pays d’Amérique Hispanique avaient déjà approuvé des lois d’émancipation. La situation fut différente au Brésil, ou l’indépendance ne s’accompagna pas de discours favorables à l’abolition de l’esclavage. De fait, toute proposition relative à l’émancipation des esclaves dans la région était vue comme une menace par les autorités brésiliennes, en particulier celles du Rio Grande do Sul. Ce chapitre traite des cas de rapt et d’esclavage qui eurent lieu dans la zone frontalière entre le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine vers les années 1840 et 1850. À travers l’histoire de l’Africaine Rufina et de sa famille, enlevée par des capitão do mato [Hommes chargés au Brésil de surveiller les esclaves et de capturer les fugitifs (ndlt)] en Uruguay en 1854 et emmenée au Brésil pour y être vendue, nous chercherons à montrer que ces cas de rapt, qui ont entraîné de longues négociations et des conflits diplomatiques entre le Brésil, l’Uruguay et l’Angleterre, peuvent être considérés comme des tentatives de mise en place d’un réseau de trafic d’êtres humains après l’abolition de la traite atlantique des esclaves par le Brésil.

Note de l’éditeur

Traduit du portugais par Laure Schalchli.

Texte intégral

Rufina

  • 1 Note de l’auteure : nous remercions Anita Correia Lima de Almeida, Flavio Limoncic, Mariza de Carv (...)

1Nous sommes1 le 22 mai 1854, à Porto Alegre. Rufina et sa fille Francisca sont amenées à la résidence du sous-commissaire de police, où Laurindo José da Costa est déjà interrogé. Il s’agit à ce stade seulement de soupçons : la veille, on a rapporté à la présidence de la province du Rio Grande do Sul que le bateau venant de la rive opposée du fleuve Jacuí aurait transporté jusqu’à la ville de Porto Alegre un homme accompagné d’une négresse et de deux enfants, dont il assure être le maître. Soupçonné de ne pas l’être, Laurindo a été arrêté.

  • 2 Le récit de l’histoire de Rufina s’appuie sur les sources suivantes : Assemblée législative provin (...)

2Laurindo José da Costa est blanc, il sait lire et écrire. Âgé de quarante ans, fils de Francisco José da Costa et d’Emerenciana Maria da Conceição, il est né dans le Rio Grande do Sul et réside dans le district de Canguçu. Il déclare à la police qu’il est parti de chez lui pour se rendre dans la ville de São Leopoldo, en amenant l’esclave Rufina et ses deux enfants, Francisca, âgée de treize ans à peu près, et son frère d’environ six mois, qui n’a pas encore été baptisé. Les esclaves auraient été commandés par un parent. Il ajoute qu’il a acheté Rufina et ses enfants à Bagé, la veille de son départ, à un certain capitaine Fermiano Favilha, qui les a lui-même obtenus de l’héritier de feu José Cabral qui habite Uruguaiana, à l’extrême sud de l’Empire du Brésil2.

3Laurindo déclare détenir les titres de vente qui prouvent qu’il est le propriétaire légitime de l’esclave. Il a laissé les documents chez lui, mais João Lourenço Torres, son cousin et futur acheteur de Rufina, peut se porter caution de sa bonne conduite, au besoin. Cela ne sera pas nécessaire. Laurindo José da Costa est autorisé à sortir de prison pour aller chercher les papiers, en promettant qu’il va revenir pour les apporter. Quelques temps plus tard, le président de la province déclarera que la police a laissé Laurindo partir pour la seule raison qu’elle « n’était pas encore informée de ce trafic d’un nouveau genre » (Assemblée législative provinciale, 1854, Rapport du président…, p. 8-9).

4Laurindo parti, Rufina, Francisca et le bébé restent. Interrogées en l’absence de leur prétendu maître, la mère et la fille content une histoire bien différente de celle que le sous-commissaire de police vient d’entendre.

5Rufina déclare habiter à Passo do Pereira, sur les bords du Rio Negro, près de Tacuarembó, en Uruguay, à la frontière du Brésil. Elle y vit avec son compagnon Matheus et ses six enfants, dont Francisca. Elle dit qu’elle est libre et que son titre de liberté, ainsi que ceux de toute sa famille, est en possession de Batista de Castro, son collègue et voisin, avec qui se trouvent également deux de ses enfants, Ignácio et Catharina. Elle raconte qu’elle et Matheus, avec qui elle vit depuis des années, ont été les esclaves du colonel José Cabral et de sa femme Francisca du même nom, mais qu’à la mort de leurs deux maîtres, elle et sa famille se sont jugées libérées. Comme les maîtres plus jeunes habitaient à Montevideo et ne voulaient plus entendre parler d’eux – d’autant que l’esclavage n’existait déjà plus dans ce pays –, ils sont partis chez Manoel Cardoso, qui habitait à côté, puis de là ont rejoint la ferme d’un Brésilien nommé Marcos Leivas, d’où elle ne serait jamais partie s’il elle n’avait pas été kidnappée.

  • 3 Lors de son premier interrogatoire, Fermiano déclare que son vrai nom est Fermiano José de Mello, (...)

6Elle ne se sait plus quel jour c’était exactement, mais se souvient qu’une nuit de mars, un groupe de quatre hommes menés par un Blanc appelé Fermiano a pénétré par effraction dans leur ranch et les a enlevés, elle, Matheus, Francisca, leur jeune fils Brum et leur deux autres enfants mineurs, Maria do Pilar et Pantaleão. Il s’agissait du capitaine Fermiano Favilla, dont on découvrirait plus tard le vrai nom, Fermiano José de Mello3. Il était accompagné de deux Indiens et d’un mulâtre, parlant tous portugais. Les Brésiliens les ont obligés à marcher toute la nuit. À l’aube, ils ont traversé le torrent Tarariros (ou Traíra), dont le lit était si serré qu’il devait pratiquement être suivi de branche en branche. Une fois de l’autre côté, l’un des quatre hommes, l’Indien Jacinto, s’est éloigné du groupe en emmenant Matheus, qui était toujours attaché à lui. Les trois autres ont poursuivi leur route avec Rufina et ses quatre enfants.

7Rufina raconte encore qu’après trois semaines de marche, où ils avançaient toujours de nuit et restaient cachés dans les bois le jour, ils sont arrivés à Canguçu, au Brésil. Là, ils ont été remis à un certain Joaquim da Silva Soares. Deux mois se sont encore écoulés avant que n’apparaisse le capitaine Fermiano, avec Laurindo José da Costa. Rufina, Francisca et Brum ont été vendus à Laurindo, tandis que Maria do Pilar et Pantaleão sont restés sur la commune de Piratini.

  • 4 Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 1855, Dossier de procédure judiciaire criminell (...)

8Le sous-commissaire croit davantage au récit de Rufina qu’à celui de Laurindo José da Costa. Il ordonne donc la détention de Fermiano José de Mello et fait rechercher les deux enfants de Rufina, qui ont déjà été vendus. Le lendemain, il remet Rufina et ses enfants au juge des tutelles. Il insiste alors bien sur le fait qu’à partir des interrogatoires, « on recueille clairement que ces nègres sont libres » et demande au juge de leur donner une destination adéquate4.

  • 5 Le dossier indique que Rufina, Francisca et Brum ont été remis à une « personne de confiance ». No (...)

9Ainsi Rufina a-t-elle été réduite une seconde fois en esclavage. Quelques jours après sa détention, alors qu’elle est déjà sous la garde du juge des tutelles et en présence de son curateur, le Dr João Capistrano de Miranda e Castro, Rufina déclare que son compagnon, Matheus, est « nègre de la Nation de la Côte » et qu’elle-même est Mina5. De tous les documents auxquels nous avons eu accès dans les diverses archives sur Rufina, c’est le seul qui mentionne son origine africaine. Nous n’avons à ce stade pas pu obtenir davantage d’informations sur son arrivée dans les Amériques. Néanmoins, il est possible d’émettre quelques hypothèses à ce sujet.

10Il n’était pas particulièrement rare de trouver des Africains à la frontière entre l’Uruguay et le Brésil au milieu des années 1850. Mais cela aurait dû l’être bien davantage. De fait, quelle que soit la manière dont Rufina est parvenue entre les mains de son premier et unique maître, le lieutenant-colonel des colorados João José Cabral, une chose est sûre : l’épisode s’est déroulé à un moment où la traite des esclaves était déjà illégale.

  • 6 Sur l’illégalité de l’entrée des Africains au Brésil après 1831, voir Grinberg et Mamigonian éd., (...)

11Personne n’a demandé son âge à Rufina, ni à l’occasion de son interrogatoire par le sous-commissaire de police, ni lors de celui mené par le suppléant du juge des tutelles – peut-être était-il plus prudent de ne rien lui demander pour ne pas soulever la question de l’illégalité de l’entrée des Africains dans le pays6. Étant donné que sa fille la plus âgée, Francisca, avait treize ou quatorze ans à l’époque de leur enlèvement, nous pouvons pourtant supposer qu’elle avait au moins trente ans. Peut-être en avait-elle trente-cinq au plus, puisque le plus jeune de ses six enfants était âgé d’à peine six mois en 1854.

  • 7 Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 1855, Interrogatoire du 30 mai, Dossier de proc (...)

12Supposons donc que Rufina soit née entre 1820 et 1825 et qu’elle ait accouché de Francisca à quinze ou vingt ans. Comme elle a déclaré au juge des tutelles qu’elle se rappelait avoir été achetée « encore gamine » par José Cabral, « au temps où il y avait de l’esclavage en Uruguay » – soit avant les années 1840 –, il est probable que son arrivée en Amérique remonte au début des années 18307.

  • 8 Dans les dernières décennies de la traite atlantique des esclaves, les ports de Ouidah et de Lagos (...)
  • 9 Au Congrès de Vienne, les Britanniques ont surtout fait pression sur le Portugal et l’Espagne pour (...)

13Puisque Rufina déclare être une Mina, nous pouvons en déduire qu’elle a embarqué vers l’Amérique depuis les côtes de l’Afrique de l’Ouest, probablement à Lagos (dans l’actuel Nigéria), qui est devenu, après 1825, le principal port de la région pour l’exportation des Africains8. Or cette ville est située au nord de la ligne de l’Équateur, donc dans une zone où la traite des esclaves était illégale depuis 1815, selon les accords signés après que l’Angleterre a fait pression sur le Portugal et l’Espagne au Congrès de Vienne9.

14Il est en revanche plus difficile de déterminer le lieu de naissance de Rufina. Parmi les nombreuses dénominations des ethnies africaines, le terme « Mina » est particulièrement complexe car sa signification a évolué avec le temps et selon les régions d’Amérique. Au Brésil (et probablement aussi en Uruguay, par extension, puisque les routes de la traite des esclaves y étaient contrôlées par les mêmes réseaux), le nom Mina est associé aux Africains venus de la région du golfe du Bénin. Au xviiie siècle, il s’agit en général de personnes parlant les langues gbe ; au xixe siècle, le terme peut aussi faire référence à ceux parlant le yoruba (Soares, 2007, p. 17, 2004 ; Reis et Mamigonian, 2004 ; Hall, 2004).

  • 10 Curtin, 1994, p. 203-208 ; O’Hear, 2004 ; Reis, 2003. Même si nous n’approfondirons pas ici cette (...)

15Même si nous ignorons quelle est sa langue maternelle – et par extension la région dont elle est originaire –, si Rufina a effectivement embarqué à Lagos, il est possible d’attribuer son esclavage à la désorganisation sociale provoquée par les nombreuses guerres qui ont frappé cette région à la fin du xviiie et dans la première moitié du xixe siècle. Cette époque est marquée par le déclin de l’empire d’Oyo, jusqu’alors principal fournisseur d’esclaves pour la traite atlantique, et par l’ascension politique de la ville d’Ilorin, qui en prend le pas au milieu du xixe siècle et devient le premier exportateur d’esclaves de la région. Le climat de guerre constant dans la région favorise le banditisme, les enlèvements et les rafles de milliers de personnes réduites illégalement à l’état d’esclave. La manière dont Rufina a été kidnappée en Uruguay apparait ainsi très similaire aux méthodes qu’elle a connues pendant son enfance en Afrique10.

  • 11 Même s’il avait été établi en 1791 que Montevideo serait l’unique porte d’entrée des esclaves sur (...)

16Bien que nous ne sachions pas non plus exactement quelle route Rufina a empruntée jusqu’à son arrivée dans le Nord de l’Uruguay, l’éventail des possibilités est ici plus limité. Elle a pu débarquer au Brésil, avant d’être emmenée jusqu’à Montevideo ; ou peut-être a-t-elle directement accosté dans cette ville ; une hypothèse nettement moins probable est qu’elle soit arrivée dans un port brésilien avant de rejoindre directement le Rio Grande do Sul, où elle a été achetée par João José Cabral. Les deux premières hypothèses sont plus plausibles dans la mesure où, depuis l’ouverture des ports du Rio de la Plata au commerce des esclaves à partir de 1791, les marchands de Montevideo ont construit de solides relations avec leurs homologues luso-brésiliens, plus expérimentés en matière de traite des esclaves dans l’Atlantique Sud11. Bien que les relations entre les commerçants de Rio de Janeiro et ceux du Rio Grande do Sul soient tout aussi solides, si Rufina était passée par cette province, elle aurait sans doute eu d’autres maîtres avant d’être revendue à Cabral. Or, cela ne correspond pas à son récit (Osório, 2004 ; Berute, 2006).

  • 12 L’arrivée de ces Africains dans le Rio de la Plata, toujours selon Borucki (2009a), est le princip (...)
  • 13 Ordre de ne pas emmener les nègres des ports maritimes vers des terres qui ne sont pas des territo (...)

17Selon les données collectées par Alex Borucki, entre 1777 et 1812, sept cent douze traversées de navires négriers ont été réalisées sur la route entre le Brésil, l’Afrique et Montevideo, correspondant à l’introduction d’au moins soixante mille Africains dans le Rio de la Plata12. Sur ce total, seuls cent soixante-dix voyages n’ont pas eu comme première escale, comme étape intermédiaire ou comme destination finale le Brésil. Tout indique donc que les marchands, les acheteurs et les autorités ignoraient délibérément l’ordre de 1751, qui interdisait à la cour portugaise d’exporter des esclaves hors de l’Empire portugais13.

18Entre 1812 et 1828, les conflits sont si nombreux dans la région – contrôlée d’abord par le régime colonial espagnol, puis par le gouvernement révolutionnaire de Buenos Aires, puis encore sous l’emprise locale d’Artigas et enfin sous l’occupation luso-brésilienne – qu’il est impossible d’y suivre les mouvements d’entrée des esclaves. En revanche, après la proclamation de l’indépendance de l’Uruguay, les liens avec les marchands brésiliens se renforcent à nouveau, au moment même où la traite des esclaves devient illégale au Brésil et en Uruguay.

19Comme chacun sait, les négociations entre l’Angleterre et le tout nouvel Empire du Brésil concernant la fin de la traite des esclaves ont débuté par la reconnaissance, par l’Angleterre, de l’indépendance du Brésil. En 1826, la convention entre les deux pays sur la traite des esclaves – préparée par Robert Gordon, ambassadeur britannique à la cour, et par le marquis d’Inhambupe, ministre des Affaires étrangères, et contresignée par Pierre Ier – détermine son abolition dans un délai de trois ans. Alors que cet accord interdisant la traite entre les deux pays est déjà en vigueur, la loi du 7 novembre 1831 condamne non seulement l’entrée d’esclaves au Brésil, mais accorde également la liberté aux Africains introduits illégalement à partir de cette date. Notons cependant que cette loi n’assimile pas la contrebande d’esclaves à un crime de piraterie, comme l’auraient souhaité les Anglais. Elle reconnaît néanmoins la responsabilité criminelle des marchands, des commandants et autres employés des navires négriers, ainsi que des intermédiaires et des acheteurs d’Africains réduits en esclavage. Comme déjà établi dans la convention de 1826, les navires négriers éventuellement saisis feraient l’objet de poursuites et seraient jugés par la Commission mixte Brésil-Angleterre (Bethell, 2002).

  • 14 « Lei para inglês ver » [Notre traduction]

20Bien que cette dernière ait été qualifiée de « loi pour faire illusion aux Anglais14 », nous avons aujourd’hui suffisamment d’éléments pour affirmer que, dès 1826, l’idée était bien d’interrompre à court terme la traite des esclaves. Ceci peut expliquer la ruée vers l’esclavage de nouveaux Africains et leur revente au Brésil, ainsi que la hausse généralisée du prix des esclaves et l’intensification du mouvement des navires négriers ayant accosté entre 1826 et 1830 en divers points du pays (Bethell, 2002 ; Conrad, 1985 ; Florentino, 1997 ; Parron, 2011 ; Grinberg et Mamigonian, 2007). Pourtant, au milieu des années 1830, rien n’a été interrompu – le nombre d’Africains importés en tant qu’esclaves a bien diminué de façon drastique juste après la promulgation de la loi de 1931, mais la traite des Africains réduits en esclavage, devenue désormais de la contrebande, a ensuite repris.

  • 15 La traite des esclaves ne sera à nouveau interdite qu’en 1839, une décision ratifiée par le traité (...)

21En Uruguay, le commerce des esclaves vers la région du Rio de la Plata commence à faire l’objet de restrictions en 1812, année de son interdiction par les Provinces unies du Rio de la Plata, qui incluent à l’époque l’Argentine et l’Uruguay (Borucki, 2009a). L’introduction d’Africains continue malgré tout dans la région lorsqu’elle passe sous domination luso-brésilienne, de 1817 à 1828. Durant la guerre de Cisplatine, qui débouche sur l’indépendance de l’Uruguay, le gouvernement provisoire décrète en 1825 la fin de la traite atlantique des esclaves vers le pays. Cette mesure n’a cependant que peu de conséquences, puisqu’elle ne s’applique ni à Montevideo, ni à Colonia del Sacramento, ces deux villes étant encore occupées par les Portugais et les Brésiliens. En 1830, la constitution uruguayenne interdit la traite des esclaves et, suivant la tendance des autres républiques latino-américaines, établit la liberté du ventre. C’est ainsi que 1812 et 1830 sont considérées comme des étapes fondamentales pour l’abolition de l’esclavage en Uruguay15.

  • 16 L’escale de Montevideo a continué à être systématiquement observée par les Anglais au moins jusque (...)

22Il est certes impossible de dissocier le processus d’indépendance de l’Uruguay des débuts de l’émancipation des esclaves dans ce pays. Néanmoins, on ne peut pas non plus faire l’impasse sur le lien entre les mesures prises pour l’abolition de la traite des esclaves et sa reprise dans les années 1830, alors même qu’elle est déjà illégale en Uruguay comme au Brésil. C’est d’ailleurs justement à cette période que se renforcent à nouveau les liens entre les trafiquants d’esclaves brésiliens et uruguayens. En effet, les marchands du Brésil commencent alors à utiliser la ville de Montevideo dans leurs manœuvres pour tromper les Anglais en s’arrêtant à l’aller comme au retour dans la capitale uruguayenne dans le but d’effacer toute référence, dans les registres officiels, aux embarquements et débarquements en Afrique. Ce subterfuge fonctionne mal : Thomas Hood, consul d’Angleterre à Montevideo, relève entre novembre 1832 et mars 1835 l’arrivée de dix-huit navires portant pavillon portugais. Ses avertissements restent toutefois lettre morte et le trafic continue. Selon les calculs de Borucki, 12 % de l’ensemble des Africains arrivés à Rio de Janeiro dans les années 1830 sont passés par Montevideo16.

  • 17 Parfois, le nombre d’esclaves amenés était très réduit, assimilant l’expédition à un voyage en com (...)

23Dans le même temps, certains esclaves introduits en Uruguay sont amenés par petits groupes depuis le Brésil – des données de Rio de Janeiro montrent qu’au moins deux cent un esclaves ont été envoyés de cette ville vers Montevideo entre 1830 et 1833. Un plus grand nombre vient directement d’Afrique, introduits en tant que colons par les marchands brésiliens17.

24En effet, entre 1832 et 1834, le gouvernement uruguayen se sert d’un subterfuge pour contourner les dispositifs constitutionnels qui interdisent la traite des esclaves vers le pays : il engage un groupe de marchands brésiliens pour ramener des « colons africains ». Le mouvement prend une ampleur telle que, sur l’ensemble des navires appréhendés et déférés devant la Commission mixte Brésil-Angleterre à Rio de Janeiro pendant cette période, six capitaines déclarent qu’ils ne font pas du trafic d’esclaves, mais qu’ils amènent des colons africains en Uruguay. L’introduction d’Africains se poursuit même après l’arrivée d’Oribe au pouvoir et l’interruption début 1835 du contrat avec les marchands brésiliens. Des calculs de l’époque (Arredondo, 1928, p. 25-27 et 56, cité par Borucki, 2009a, note 37) indiquent que pour la seule année 1834, cinq cent cinquante-six Africains sont arrivés comme colons, suivis entre 1835 et 1842 par quatre mille cinq cent quarante autres, dont deux mille sept cent quarante hommes et mille huit cents femmes. Sur ce total, seules deux cent vingt personnes ont été inscrites dans les livres de la police de Montevideo en tant que colons. Les autres ont été vendus comme esclaves. Ils représentent la dernière génération d’Africains à rejoindre Montevideo.

  • 18 Borucki, 2009. Paul Lovejoy s’appuie sur les données issues de ses propres recherches et sur celle (...)

25Il n’est pas exagéré de supposer que Rufina faisait partie de ce contingent. Le contrat signé entre les autorités uruguayennes et les marchands brésiliens stipulait en effet que tous les colons africains devaient avoir au maximum seize ans. Il semble que l’accord ait été respecté, non pas tellement par zèle légal, car nous savons que ce n’était le fort d’aucune des parties impliquées dans ce commerce, mais plutôt parce qu’à cette époque où la traite touchait à sa fin, le nombre d’enfants réduits en esclavage a dépassé, et de loin, la moyenne des périodes précédentes. Le navire Aguila I, qui a accosté en octobre 1833 avec cent quarante et un Africains, comptait à son bord cent vingt-quatre enfants âgés de huit à douze ans. Dans le navire Delfina, arrivé en 1835 à Montevideo, 70 % des Africains étaient aussi des enfants de huit à douze ans, soit exactement l’âge qu’avait Rufina si nos hypothèses sont exactes. Lors du dernier voyage du vaisseau Rio da Prata, confisqué en 1834 par la Marine britannique, 85 % des cinq cent vingt-deux Africains survivants étaient des enfants, dont cent soixante-dix-neuf filles. Ces données corroborent les recherches d’Eltis, Engerman et Lovejoy, qui ont démontré qu’à partir de 1820, le nombre d’enfants vendus comme esclaves a beaucoup augmenté dans toutes les régions africaines exportatrices d’esclaves vers les Amériques. Ainsi, dans le golfe du Bénin en particulier, les enfants embarqués à partir de 1825 représentent 36 % du total d’Africains réduits en esclavage18.

26Vu le nombre très élevé d’Africains arrivés dans la région, il n’est pas étonnant de rencontrer, vingt ans plus tard, des couples d’Africains libres habitant en Uruguay avec leurs enfants créoles, adaptés à la vie quotidienne locale. Le cas de Rufina et Matheus a ceci de particulier que tous deux sont originaires d’Afrique de l’Ouest, lui « de la Côte », elle mina. Les données disponibles sur l’origine des derniers Africains arrivés en Uruguay révèlent que la quasi-totalité venait de la région centrale de l’Afrique de l’Ouest, et surtout d’Angola, ce qui s’explique par la connexion luso-brésilienne de la traite. Sur les quarante-neuf navires ayant participé au triangle Afrique – Brésil – Uruguay dans les années 1830, quarante sont venus d’Angola, cinq du Mozambique, un de Sao Tomé et deux du Cap-Vert, où la traite était également interdite. L’origine du dernier navire reste inconnue19.

27Il n’en reste pas moins qu’il y avait des Minas en Uruguay. Selon l’extrapolation de Borucki (2009a), de 1777 à 1812, sept mille cent Africains y ont débarqué du golfe du Bénin via le Brésil.

  • 20 Mariza de Carvalho Soares et Sheila de Castro Faria montrent que dans diverses régions du Brésil, (...)

28À ce stade, nous n’avons pas plus d’éléments sur la manière dont Rufina et Matheus sont arrivés en Uruguay. Cependant, le fait qu’ils aient été esclaves du même maître peut laisser penser qu’ils sont venus par le même navire ou qu’ils ont été achetés ensemble. Une autre possibilité est que le nombre de Minas est sous-estimé dans les calculs actuels. Quoi qu’il en soit, il est intéressant de remarquer que Matheus et Rufina, tous deux originaires de la même région, ont fini par vivre ensemble durant de nombreuses années et ont eu beaucoup d’enfants, ce qui n’était pas courant chez les femmes minas20.

29Rien ou presque de ce que nous avons affirmé jusqu’à présent ne peut être prouvé. Par le jeu des liens entre texte et contexte, il nous a été possible d’inscrire les trente premières années de la vie de Rufina dans le processus historique global qui relie l’Afrique à l’Amérique du Sud au xixe siècle, mais il est vrai que concrètement, l’exposé présenté ci-dessus repose seulement sur des hypothèses, fondées sur des preuves insuffisantes pour dépasser le stade de la conjecture. En définitive, nous savons où Rufina a pu naître, mais nous ne sommes pas sûrs de son lieu de naissance ; nous pouvons imaginer quelles étaient ses langues maternelles, mais nous ignorons celle qu’elle a réellement appris à parler ; nous connaissons les mécanismes par lesquels les enfants étaient réduits en esclavage en Afrique de l’Ouest, mais nous ne savons pas ce qui lui est personnellement arrivé. Nous ignorons les noms du port où elle a embarqué pour les Amériques, du navire qui l’a transporté, de celui qui l’a vendue à son premier et unique maître.

30Néanmoins, malgré toutes ces incertitudes, une chose est sûre – et c’est l’argument premier de ce texte : s’il ne fait aucun doute que le second esclavage de Rufina est illégal, et reconnu immédiatement comme tel par les autorités brésiliennes, son premier esclavage l’a été tout autant. Rufina a été illégalement réduite en esclavage, car dans la région d’Afrique de l’Ouest d’où elle était originaire, à l’époque où elle a été capturée, la saisie de personnes et leur vente se déroulaient en marge de la loi locale, à une époque marquée par les guerres et la désorganisation sociale. Rufina a été embarquée illégalement vers les Amériques puisque, selon la législation internationale en vigueur au moment de son voyage, le commerce des esclaves était interdit au nord de la ligne de l’Équateur. Que ce soit au Brésil ou directement en Uruguay, Rufina a débarqué illégalement et a été vendue tout aussi illégalement, puisque l’introduction d’Africains avait déjà été interdite par les deux pays, respectivement en 1831 et 1830. Selon la loi, Rufina n’aurait jamais pu être une esclave. Et pourtant, elle n’était qu’une parmi des milliers d’Africains dans la même situation.

  • 21 À propos de la racialisation au xixe siècle au Brésil, voir Mattos, 2009, p. 349-391 et Chalhoub, (...)

31De même, en Uruguay, Rufina a été à nouveau – et illégalement – réduite en esclavage car elle avait contre elle la présomption de n’être pas libre, une situation partagée par tous les Africains et leurs descendants dans les Amériques. Une femme blanche vivant près de la frontière n’aurait jamais été kidnappée de la sorte pour être vendue comme esclave avec ses enfants. L’esclavage de Rufina en Uruguay n’a pu avoir lieu que parce qu’elle était noire21.

« Une traite d’un nouveau genre »

32Ce n’est pas un hasard si les autorités de Porto Alegre ont cru à la version racontée par Rufina et ont rapidement conclu qu’elle et sa fille étaient libres. Le traitement donné à son dossier démontre que son récit ne les a pas surpris le moins du monde. Ne serait-ce que parce que dans les années 1850, personne dans la province du Rio Grande do Sul, et en premier lieu les autorités judiciaires et policières, n’ignore le fait que des Africains et leurs descendants traversent la zone de frontière avec l’Uruguay, justement dans la région où Rufina dit habiter.

33Rufina et sa famille vivaient dans un ranch à Passo do Pereira, sur les berges du Rio Negro, près de Tacuarembó. Cette zone, qu’Eduardo Palermo appelle la bande Nord, comprenait les territoires au Nord-Ouest du Rio Negro (correspondant aux actuels départements d’Artigas, Tacuarembó, Rivera, Cerro Largo, Salto et Paysandú).

  • 22 À Tacuarembó, les Brésiliens représentaient 69,4 % de la population en 1830 et 59,7% en 1840. En 1 (...)
  • 23 Ibid., p. 218 et passim ; Osório, 2004. Thiago Araújo a dénombré treize mille treize esclaves dans (...)

34Fortement intégrée à l’économie agraire du Rio Grande do Sul, cette région étendue se caractérise alors par sa faible densité démographique. Si certains Brésiliens possèdent des terres jusque dans les environs de Montevideo, c’est surtout au Nord et au Nord-Est de l’Uruguay qu’habitent la plupart d’entre eux, dans des domaines chevauchant les deux côtés de la frontière22. Dans nombre de localités, comme à Tacuarembó, les esclaves représentent jusqu’à un tiers de la population, soit l’équivalent de la situation observée dans le Rio Grande do Sul à la même époque23.

  • 24 L’indépendance de l’Uruguay a été proclamée en 1826, dans le cadre de la guerre de Cisplatine cont (...)

35Comme on peut s’y attendre, les conflits qui ont marqué la région de la Plata depuis le début du xixe siècle ont un profond impact sur la vie de ses habitants, et en particulier sur les Africains réduits en esclavage, comme Rufina. À partir du début des combats pour l’indépendance de cette province, en 1811, certains esclaves ont fui le Brésil, attirés par les promesses de liberté liées au recrutement militaire (même si d’autres ont considéré que le jeu n’en valait pas la chandelle)24.

  • 25 À propos de la révolution Farroupilha, voir Pesavento, 2009 ; Guazzelli, 1998. Sur la Guerra Grand (...)

36La révolution Farroupilha (1835-1845) et la Guerra Grande (1839-1851), une guerre civile uruguayenne opposant blancos et colorados – avec à leur tête Oribe et Rivera, respectivement –, entraînent également des déplacements constants de part et d’autre de la frontière. Elle est alors traversée aussi bien par des esclaves fugitifs que par des maîtres brésiliens qui tentent de protéger leurs propriétés et retirent leurs esclaves des zones des plus affectées par les conflits25.

37La désorganisation sociale liée aux guerres successives dans cette région frontalière s’accompagne d’incursions militaires de part et d’autre, du vol de bétail ou de chevaux et de l’appropriation généralisée des esclaves pour renforcer les troupes. Dans ce contexte, le décret d’abolition de l’esclavage proclamé en 1842 par le gouvernement colorado de Montevideo, dont le Brésil était allié, ne fait qu’attiser les tensions à la frontière.

38Accaparé par les conflits de la Guerra Grande, le gouvernement colorado de Rivera a désespérément besoin d’hommes pour composer les troupes chargées de défendre Montevideo contre les assauts d’Oribe – exilé à Buenos Aires et allié de Rosas depuis que Rivera a pris le pouvoir à Montevideo, en 1838 – qui tente de rétablir le gouvernement blanco. C’est dans ce contexte que Rivera abolit l’esclavage. C’est, selon l’analyse de l’époque, la seule manière d’enrôler les Noirs dans l’armée, les tentatives précédentes de recrutement de population esclave et libre ayant échoué. Les maîtres et les esclaves sont aussitôt avertis de l’existence de cette nouvelle loi, qui exige la comparution immédiate des individus aptes au service militaire. Tout indique cependant que les propriétaires brésiliens ont été plus rapides : les registres révèlent que dans la nuit même du 12 décembre 1842, date d’adoption de la loi d’abolition par l’Assemblée générale uruguayenne, des Brésiliens résidant à Montevideo ont en effet embarqué leurs esclaves sur des navires de guerre brésiliens (Borucki, Chagas et Stalla, 2004, p. 221).

39Avec la conquête d’une partie du territoire uruguayen par Oribe, qui y établit le gouvernement de Cerrito (1843-1851), le besoin urgent de nouvelles recrues pour les blancos soulève à nouveau le débat sur l’abolition de l’esclavage. À la différence de celle de 1842, la loi de 1846 ne fait pas explicitement référence au recrutement militaire, mais c’est aussi son objectif. Quelques jours après sa promulgation, les autorités de Cerrito s’empressent d’incorporer aux troupes blancas les Noirs libérés, avant que les maîtres brésiliens ne gagnent le territoire brésilien avec leurs esclaves.

40Il est ainsi indispensable de prendre en compte le contexte de conflit pour comprendre les deux lois uruguayennes d’abolition de l’esclavage – la colorada de 1842 et la blanca de 1846. Dans les deux cas, l’abolition représente l’unique moyen pour les gouvernements en guerre d’enrôler les Africains et leurs descendants, puisque les propriétaires, qu’ils soient uruguayens ou brésiliens, s’opposent au recrutement des esclaves, même en échange d’indemnisation.

  • 26 Certains éléments indiquent toutefois que des esclaves ont continué à fuir jusque dans les années (...)

41Le décret de 1846 touche fortement les propriétaires brésiliens de la zone frontalière, qui étaient sortis relativement indemnes des tentatives de recrutement menées quatre ans plus tôt à Montevideo. Comme leurs domaines sont situés sur le territoire du gouvernement de Cerrito, beaucoup ne parviennent pas à empêcher leurs esclaves de s’enfuir de leurs propriétés, ou la confiscation de ces derniers par les troupes blancas26.

  • 27 Pour un panorama général de la politique internationale dans le Rio de la Plata durant cette pério (...)
  • 28 La demande du président de la province a entrainé l’élaboration de plusieurs listes d’esclaves fug (...)

42Cette situation subsiste au moins jusqu’à la fin de la Guerra Grande, en 1851, et contribue à détériorer les relations diplomatiques entre le gouvernement de l’Empire et celui de Cerrito, dont l’hostilité s’accroît à mesure que des plaintes lui parviennent sur la confiscation de terres, de bétail et d’esclaves à la frontière27. Les protestations des autorités du Rio Grande do Sul concernant la fuite d’esclaves s’intensifient en 1847, à tel point que l’année suivante, le président de cette province demande aux commissaires de police de ses communes de calculer le nombre d’esclaves fugitifs, pour déposer une plainte formelle auprès des autorités de Montevideo et demander leur restitution28.

  • 29 À propos des traités de 1851 et du contexte politique qui les a précédés, voir Ferreira, 2006. Sur (...)

43Après la défaite d’Oribe, obtenue grâce à l’appui militaire et financier des Brésiliens aux colorados, le gouvernement impérial conclut plusieurs traités avec l’Uruguay. Ces traités, signés le 12 octobre 1851 et en réalité imposés par le Brésil, établissent les limites territoriales, les alliances (une « alliance perpétuelle » garantit le soutien du Brésil si l’indépendance de l’Uruguay s’avère de nouveau menacée, et l’appui de l’Uruguay si la province du Rio Grande do Sul se soulève à nouveau contre l’Empire, comme lors de la révolution Farroupilha), les subventions accordées par le Brésil à l’Uruguay, ainsi que les règles pour le commerce, la navigation et l’extradition des criminels, des déserteurs et des esclaves29.

44Ces traités sont dans leur ensemble très mal accueillis par l’opinion publique uruguayenne – ne serait-ce que parce qu’ils entrent en vigueur sans être approuvés par le pouvoir législatif. Mais c’est le point relatif à la restitution des esclaves qui fait l’objet de plus de critiques. Dans les termes de l’accord, il est établi que ceux qui passeraient la frontière entre le Brésil et l’Uruguay sans le consentement de leurs maîtres pourraient être réclamés aussi bien par le gouvernement brésilien que par les maîtres eux-mêmes et renvoyés en territoire brésilien. Même si notre propos n’est pas ici d’approfondir l’analyse des effets du traité de restitution des esclaves sur la dynamique de l’esclavage en région frontalière, il est important de noter que l’établissement de cette norme n’a pas suffi, et de loin, à réglementer les questions relatives à la fuite d’esclaves vers l’Uruguay (Grinberg, 2009).

  • 30 En 1850, Francisco Pedro Buarque de Abreu, baron de Jacuí, a organisé la plus grande incursion arm (...)

45En l’absence d’indemnisation pour les propriétés confisquées au cours des conflits en Uruguay, ou de réponse aux plaintes formelles déposées par la présidence de la province du Rio Grande do Sul, plusieurs propriétaires s’estiment dans leur bon droit et agissent par eux-mêmes. C’est alors que se déclenchent les californias, lors desquelles des Brésiliens, parfois grands propriétaires, envahissent le territoire uruguayen pour récupérer le bétail et les esclaves qui leur ont été soutirés30.

46Pourtant, Rufina et sa famille ne fuient personne. Confirmant les plaintes qui ont commencé à s’accumuler vers 1848, ils ont été kidnappés par des Brésiliens qui avaient l’intention d’en faire des esclaves et de les vendre dans le Rio Grande do Sul (Borucki, Chagas et Stalla, 2004, p. 149-150)

47Il est vrai que le contexte ne pouvait être plus propice. La fin de la traite atlantique des esclaves vers le Brésil en 1850 a provoqué une hausse du prix des esclaves, qui dépasse les niveaux atteints dans les années 1820. Et rien n’indique un infléchissement de la demande dans le pays, bien au contraire (Florentino, 2005 ; Salles, 2008). L’imprécision des limites entre le Brésil et l’Uruguay, la désorganisation sociale provoquée par les guerres successives, la fuite des esclaves et la position de supériorité du Brésil après la fin de la guerre civile en Uruguay transforment la population noire du Nord du Rio Negro en une proie facile pour un nouveau genre de trafic humain. Cette traite s’organise à la frontière entre le Brésil et l’Uruguay, comme l’ont déjà démontré Rafael Peter de Lima (2010), Jonatas Caratti (2010) et Eduardo Palermo (2010a) dans le cadre de leurs recherches – et comme nous nous proposons de le mettre en évidence dans ce chapitre.

  • 31 Un recensement exhaustif des cas d’esclavage et de leurs circonstances est actuellement en cours d (...)

48Il se trouve que les autorités du Rio Grande do Sul sont parfaitement au courant de cette nouvelle sorte de trafic, même si le président de la province affirme le contraire. Sur la seule période allant de 1849 à 1853, la justice de la province a dû traiter sept cas de ce genre, tous signalés par des consuls uruguayens31. D’ailleurs, une grande partie des enlèvements ont été le fait d’une seule personne, Laurindo José da Costa, ou alors réalisés avec sa complicité. Celui-là même qui a tenté de s’enfuir à São Leopoldo avec Rufina et ses enfants en août 1854.

  • 32 «Reclamaciones…», El Pais, 1864. Ce cas est également cité par Borucki, Chagas et Stalla, 2004. Re (...)

49Fin 1853, Juan Rosa, sa femme Juana Rosa et leur fille Segundina Marta, âgée d’environ quatre ans, viennent demander de l’aide au consul oriental de la ville de Rio Grande ; ils ont été enlevés par Laurindo José da Costa. Laurindo et ses comparses sont entrés chez Juan Rosa en affirmant être mandatés par le gouvernement de l’Uruguay pour « réunir tous les hommes de couleur mariés avec femmes et enfants ». Juan a obtempéré, acceptant d’être attaché et emmené. En chemin, Laurindo a continué à kidnapper d’autres personnes, assassinant ceux qui lui résistaient. Arrivés à Pelotas, Juan Rosa, Juana Rosa et Segundina Marta ont été vendus à un Français, mais ils ont réussi à fuir et sont allés au consulat uruguayen32. Au mois d’avril de l’année suivante, lors d’un assaut dans la région de Durazno, Laurindo José da Costa aurait enlevé la Noire Regina et sa fille de deux ans, ainsi que le Noir Francisco Mollano, âgé de douze ans.

  • 33 O Rio Grandense, 15 juin 1854. Rafael Peter de Lima fait aussi référence à cet enlèvement (2010, p (...)

50Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la police et les autorités de la province aient cru à l’histoire de Rufina, puisque Laurindo José da Costa était déjà connu en tant que criminel. Ce qui paraît incroyable, pour ne pas dire suspect, est qu’ils aient laissé Laurindo partir, en dépit de tous ces antécédents. Ses actes étaient déjà de notoriété publique, comme le révèle l’article publié peu après dans le journal O Rio-Grandense, qui reprenait lui-même le quotidien Correio do Sul. C’était déjà la deuxième fois que les journaux faisaient référence à un enlèvement de son fait33.

  • 34 Archives historiques du Rio Grande do Sul, Lettre du 27 août 1854, Courriers réservés A2-10, no 32

51Puisqu’il parait évident que l’histoire de Rufina et de sa fille est véridique, les autorités agissent finalement assez vite : après leur interrogatoire par le juge des tutelles et par le curateur, toutes deux sont remises à une « personne sûre » à Porto Alegre, pendant que la police part à la recherche de Pantaleão et de Maria do Pilar, qui sont restés à Piratini. On les retrouve à Camaquã, où ils ont été vendus comme esclaves. Les enfants sont emmenés à Porto Alegre en août. Les retrouvailles familiales sont organisées par le président de la province en personne, dans son palais34. Quant à Matheus, personne n’a encore eu de ses nouvelles.

  • 35 Archivo General de la Nación, Uruguay, Lettre du 18 novembre 1854, Fonds Légation, caja 106, s. n. (...)

52Quelques mois plus tard, en novembre, Rufina et ses quatre enfants sont ramenés sous escorte jusqu’à chez eux. Ils embarquent sur le navire de guerre Fluminense qui les transporte jusqu’à Jaguarão. De là, le lieutenant Francisco Jose Gonsalvez da Silva Junior les accompagne tous les cinq de l’autre côté de la frontière, où ils sont confiés à Cipriano Gaetano, commandant de la ville d’Artigas. Le 18 novembre 1854, Gaetano envoie une lettre à Manuel Pereira Vargas, commandant de la frontière et de la garnison de Jaguarão, où il confirme avoir reçu Rufina et ses quatre enfants ; il en profite pour « féliciter et remercier le Gouvernement de cet État pour un procédé si philanthrope35 ».

Une triste fin

53Le récit des malheurs de Rufina en territoire brésilien pourrait s’achever ici. Il s’agirait d’une histoire qui termine bien et tout à fait atypique, puisqu’on ne connait aucun autre cas de retour à la frontière, jusqu’à chez eux, de Noirs enlevés comme esclaves. Nous pouvons seulement affirmer que quelques chanceux ont réussi à contacter les autorités consulaires uruguayennes du Rio Grande do Sul pour protester contre les violences subies ; néanmoins, on ne trouve aucune trace de retour de ces personnes en Uruguay.

54Reste qu’il est important de se demander, au bout du compte, pourquoi les autorités du Rio Grande do Sul ont dans ce cas agi si vite, et avec une telle efficacité. Cela ne leur était pas habituel : un parcours rapide des dossiers judiciaires relatifs aux esclaves conservés dans les archives du Rio Grande do Sul montre que la justice n’avance que quand elle le veut et que la police n’aide pas davantage.

55Il se trouve – et c’est là le troisième et dernier argumentaire de notre discussion – que l’enlèvement de Rufina était différent des autres. Ses répercussions ont placé l’Africaine au centre d’un jeu de pressions internationales qui, si le Brésil avait passé outre, l’auraient mis dans une situation très inconfortable.

  • 36 Antonio Paulino Limpo de Abreu (1798-1883) a obtenu le titre de vicomte d’Abaeté le 2 décembre de (...)
  • 37 Archives historiques du Rio Grande do Sul, Informations du ministère des Étrangers – 1854 à 1858, (...)

56Le 8 juillet 1854, alors que Rufina est déjà reconnue comme libre et longtemps après que Laurindo José da Costa se soit évadé, Antonio Paulino Limpo de Abreu, futur vicomte d’Abaeté et ministre des Affaires étrangères du Brésil36, écrit au président de la province du Rio Grande do Sul, João Luís Vieira Cansansão de Sinimbu. Il lui rapporte les faits dont il vient d’avoir connaissance par l’intermédiaire d’André Lamas, ministre plénipotentiaire de l’Uruguay au Brésil : le 14 avril, dans la nuit du Vendredi saint, onze hommes, tous Brésiliens, avec à leur tête Fermiano José de Mello, ont enlevé plusieurs personnes de couleur à Tacuarembó dans le but de les réduire en esclavage et de les vendre au Brésil. Ce n’était pas le premier cas de rapt, mais il semble que cette fois, les kidnappeurs soient allés plus loin, en blessant ceux qui refusaient de les suivre. Fermiano et son groupe ont pris plus de dix personnes, mais ils ont laissé derrière eux les noirs Antonio Peneiro et sa femme Maria, car ils avaient respectivement soixante-dix et soixante ans et étaient donc trop vieux pour être vendus. Ce sont eux qui sont allés trouver le chef politique de Tacuarembó. Ce dernier a envoyé une lettre au commissaire de Bagé et une autre au ministre des Affaires étrangères de son pays37.

  • 38 Archivo General de la Nación, Uruguay, Lettre du 8 juillet 1854, Fonds Légation, caja 106, no 70, (...)

57Début juillet, Andrés Lamas a connaissance de l’épisode par le biais du ministre du gouvernement uruguayen. Il écrit alors immédiatement à Limpo de Abreu et lui indique qu’il attend des autorités brésiliennes qu’elles prennent les mesures nécessaires, en conformité avec « le droit des gens et les convenances internationales, la législation de l’Empire et les lois spéciales contre la piraterie et l’abominable trafic et introduction d’esclaves ». Pour Lamas, la gravité du crime est telle qu’il ne peut être interprété que comme une offense à l’honneur de la République et une menace pour les droits et la sécurité de ses habitants38.

  • 39 Bien que cela sorte du champ de ce chapitre, il est intéressant de noter que le Brésil adressait a (...)

58Lamas sait parfaitement ce qu’il fait lorsqu’il s’adresse à Limpo de Abreu avec des mots si durs. Certes, les Uruguayens sont à cette époque entièrement subordonnés aux intérêts brésiliens (Lamas lui-même est accusé par de nombreux Uruguayens d’être davantage loyal à la Cour de Rio de Janeiro qu’à Montevideo). De fait, après la Guerra Grande, l’Uruguay est pratiquement soutenu par le Brésil. Néanmoins, dès qu’il s’agit d’esclavage et de traite d’êtres humains, la donne change. En effet, toute la rhétorique brésilienne liée à l’intervention dans les affaires de la Plata, à la fin des années 1840 et au début des années 1850, est fondée sur la défense de l’indépendance de l’Uruguay et de sa souveraineté. Et cette dernière repose, entre autres facteurs, sur l’abolition de l’esclavage. Ne pas reconnaitre ce point reviendrait à donner raison à ceux qui accusent les traités de 1851 de ramener l’Uruguay au statut de « province cisplatine ». Bien que le gouvernement impérial ait fait ouvertement pression pour l’approbation des traités de 1851, principalement pour la partie relative à l’extradition des esclaves, il n’est pas de bon ton, pour un pays qui souhaite battre les cartes de la diplomatie dans la région, d’intervenir ouvertement dans les affaires intérieures d’un autre pays. Encore moins lorsqu’il s’agit de l’Uruguay39.

59Les architectes de la politique extérieure brésilienne dans la région de la Plata au début des années 1850 avancent que le rôle du Brésil a été essentiel pour la reconnaissance de l’indépendance de l’Uruguay et du Paraguay face aux supposées velléités expansionnistes de l’Argentine de Rosas (Ferreira, 2006, p. 226). Lamas sait bien que les autorités brésiliennes ne peuvent pas à la fois assumer une position critique vis-à-vis de l’expansionnisme argentin et, en même temps, prêter le flanc aux accusations de repousser les frontières de l’esclavage au-delà de ses limites territoriales. D’autant plus que, sur le plan des relations diplomatiques brésiliennes, aucun sujet n’est aussi sensible au début des années 1850 que celui de la traite des esclaves.

60Depuis la reprise de la traite dans les années 1830, l’Angleterre a fait pression sur le Brésil pour qu’il adopte des mesures efficaces visant l’interruption de ce commerce. À partir de 1845, toutefois, elle change de politique et commence à réprimer plus directement l’entrée d’Africains au Brésil. Après être parvenue à asseoir ses intérêts dans la région et à maintenir la paix dans la région de la Plata, en 1849, l’Angleterre transfère ainsi une partie de sa flotte d’Amérique du Sud vers le Brésil. En conséquence, le mois de janvier 1850 est plus fructueux que tous les précédents pour la Marine britannique en terme d’appréhensions de navires. Même si des discussions sont déjà en cours au sein du gouvernement brésilien pour abolir définitivement la traite des Africains, il ne fait aucun doute que l’inquiétude causée par ces actions des Anglais joue un rôle fondamental dans la décision du gouvernement brésilien, qui s’engage finalement en septembre 1850 à abolir le commerce des esclaves. Qui plus est, le maintien de la traite illégale ferait obstacle à l’action brésilienne dans la région de la Plata, puisque le Brésil doit s’associer simultanément à Rosas et à la Grande-Bretagne. Cette fois, il est fondamental pour le gouvernement brésilien de mettre en œuvre des actions qui démontrent publiquement son engagement pour l’abolition de la traite des Africains (Bethell, 2002).

  • 40 National Archives, Angleterre, Lettre du 17 août 1854, Foreign Office 84, codex 943.
  • 41 « o governo de sua Majestade [britânica] aprova a representação feita pelo senhor a Limpo de Abreu (...)

61C’est exactement pour cette raison que dès qu’il a connaissance de l’histoire de Rufina, Lamas écrit également à Howard, consul d’Angleterre à Rio de Janeiro, pour l’alerter sur ce cas et le prévenir des incursions fréquentes de Brésiliens sur le territoire uruguayen. Howard ne tarde pas à son tour à informer Vereker, son collègue du Rio Grande do Sul, et lui demande de prendre garde aux pilleurs qui sont entrés en Uruguay pour kidnapper des Noirs et les vendre sur les marchés brésiliens40. Vereker lui répond qu’il a connaissance du cas de Rufina, ainsi que de plusieurs autres crimes commis par des bandes organisées sur le territoire uruguayen. L’ensemble de ces éléments est transmis à Lord Clarendon, ministre anglais des Affaires étrangères. Ce dernier est mis au fait des instructions envoyées depuis Rio de Janeiro à Cansansão de Sinimbu, dans le Rio Grande do Sul, concernant la nécessité de mettre un terme à ces crimes. En octobre de cette même année, Clarendon répond à Howard pour le remercier de ses lettres précédentes et lui communiquer que « le gouvernement de sa Majesté [britannique] approuve la représentation faite par Monsieur à Limpo de Abreu, concernant les pilleurs qui enlèvent des Noirs de l’État de l’Uruguay et les vendent au Brésil41 ».

62La lettre de Clarendon n’a pas dû plaire au ministre brésilien des Affaires étrangères. Il est en effet notoire que le Brésil vit alors une période de durs conflits avec l’Angleterre – qui s’étendra encore pendant près d’une décennie – sur la question de la traite des esclaves. L’approbation en 1850 de la loi Euzébio de Queiroz, qui interdit la traite vers le Brésil, n’a en effet pas suffi à vaincre la méfiance des Anglais, qui craignent que ce commerce continue dans le pays. Et ils ont effectivement de bonnes raisons de le penser. Au début des années 1850, tout indique qu’en l’absence de répression, la traite des esclaves va se poursuivre (Bethell, 2002 ; Parron, 2011).

  • 42 Arquivo Histórico du Rio Grande do Sul, Lettre du 27 août 1854, Courriers reservés A2-10, no 31.

63Alors même que Lamas se plaint auprès de Limpo de Abreu de l’enlèvement de Rufina, en juillet 1854 Vereker, qui est alors consul d’Angleterre à Porto Alegre, attire l’attention de Cansansão de Sinimbu sur le débarquement possible d’Africains sur le littoral du Rio Grande do Sul. Le président de la province estime qu’il s’agit seulement de rumeurs, mais le consul ne semble pas en être convaincu. Sinimbu écrit donc à Limpo de Abreu ; il lui garantit qu’aucun débarquement n’a eu lieu (même s’il ne dit pas clairement si une tentative a été menée) et qu’il fera tous ses efforts « pour éviter au gouvernement le désagrément de voir pratiquer dans cette province [du Rio Grande do Sul] un crime aussi contraire aux Lois et à la Civilisation, et que le même gouvernement s’emploie tant à punir42 ». L’ensemble de la correspondance échangée au début des années 1850 entre les différents consuls d’Angleterre au Brésil et les autorités brésiliennes montre que pour les Anglais, la question de la traite des captifs est loin d’être résolue.

  • 43 National Archives, Angleterre, Foreign Office 84, codex 942, 943 et 944.

64La vente d’Africains introduits au Brésil après 1831, maintes fois dénoncée dans la correspondance échangée en 1854 entre le consul Howard et Limpo de Abreu43, jointe aux tentatives de débarquement d’Africains sur les côtes brésiliennes et aux rapts de Noirs à la frontière sud, signifient pour les Anglais une seule et même chose : la poursuite de la traite illicite des personnes. Avant même d’avoir eu connaissance du cas de Rufina, Vereker écrit dans son rapport annuel à Lord Clarendon, ministre anglais des Affaires étrangères :

  • 44 « Deve ser reconhecido que as leis do Brasil, conforme o estado presente, são totalmente insuficie (...)

Il faut reconnaitre que les lois du Brésil, en l’état actuel, sont totalement insuffisantes pour prévenir ce qui peut être appelé la traite illicite intérieure des esclaves, nous voulons dire, la vente en tant qu’esclaves de personnes nègres qui ne sont pas esclaves même selon les lois brésiliennes. Pour montrer que cette traite existe, il semble suffisant de faire référence au fait que, en proportion, seuls quelques-uns des nègres importés d’Afrique depuis la promulgation des lois brésiliennes déclarant que ces personnes devraient être considérées comme libres, ont depuis lors été reconnues libres ; il est également notoire que des esclaves sont souvent volés à leurs propriétaires pour être vendus ; il parait évident que, si les lois brésiliennes étaient efficaces pour empêcher la traite intérieure des esclaves, la grande majorité des nègres importés au Brésil depuis 1831 aurait été affranchie, et la vente d’esclaves par des personnes qui ne sont pas leurs maitres […] ne pourrait pas avoir lieu, et moins encore l’enlèvement de personnes libres pour être vendues comme esclaves44.

65Devant un tel état de fait, l’unique solution pour la Cour est de faire pression sur la présidence de la province du Rio Grande do Sul, pour que les cas d’enlèvement à la frontière ne se transforment pas en un problème international plus grave encore. Ce qui n’est pas une tâche facile étant donné que le contrôle des frontières est justement réalisé par ceux qui les violent, comme le démontrent les incursions des Brésiliens eux-mêmes.

  • 45 Archives historiques du Rio Grande do Sul, Lettre du 2 août 1854, Courriers réservés A2-10, no 28.

66Puisqu’elle vient d’être retrouvée quand Sinimbu reçoit la lettre de Limpo de Abreu, Rufina constitue justement un cas exemplaire, que le président de la province du Rio Grande do Sul choisit pour montrer que la situation à la frontière est sous contrôle, tous les cas faisant l’objet d’investigations et de punitions. En août 1854, Cansansão de Sinimbu répond à Limpo de Abreu à propos de l’enlèvement du Vendredi saint mené par Fermiano José de Mello, pour le rassurer et lui garantir que « les autorités de cette province ne manqueront pas à leur devoir45 ». D’ailleurs, s’empresse-t-il d’ajouter, elles agissent déjà en ce sens.

  • 46 Ibid.

67Sinimbu ne ménage pas ses mots pour informer Limpo de Abreu, Lamas, Vereker et Howard qu’à cette heure Rufina et ses deux enfants se trouvent déjà en sécurité et que l’ordre a été donné d’arrêter Fermiano46. Le 27 août, « grâce aux mesures énergiques » prises par les autorités de la province, « toute la famille de cette négresse est sauvée ». Et de préciser :

  • 47 « Pelo incluso ofício do Dr. Chefe de Polícia verá V. Excelência que os dois filhos dessa preta, P (...)

Par la lettre incluse en annexe du Dr. Chef de Police, Votre Excellence verra que les deux enfants de cette négresse, Pantaleão et Maria do Pilar, qui avaient été remis après avoir été volés vers Piratini, ont été saisis par le commissaire de Police de cette commune et remis à cette Présidence, qui les a fait remettre ici même au Palais à la négresse Rufina. De cette pauvre famille, seul manque le nègre Mathias, dont on ignore encore le devenir. La négresse sus-citée souhaite retourner dans l’État oriental pour retrouver la compagnie de personnes qui la protègent et, à la première occasion, je lui trouverai un transport jusqu’à Jaguarão, en l’organisant de manière à ce qu’ils arrivent en paix à destination47.

  • 48 Arquivo Histórico du Rio Grande do Sul, Lettre du 27 août 1854, Courriers réservés A2-10, no 32. L (...)

68Sinimbu affirme ensuite que des vérifications sont en cours « sur les auteurs de ce rapt » et que Limpo de Abreu peut être certain que leur punition est non seulement fondamentale, mais aussi « nécessaire pour l’exemple et le châtiment des criminels48 ».

69Le rôle de Cansansão de Sinimbu dans la résolution du cas de Rufina fut crucial pour la construction d’une image du Brésil qui ne serait plus complice des crimes commis par ses citoyens en Uruguay ou d’une possible reprise de la traite des esclaves vers le pays. Il s’agissait en effet de tout ce que les architectes de la politique extérieure brésilienne souhaitaient se démarquer à l’époque, tant dans le cadre des relations avec l’Angleterre que de la politique menée dans la région de la Plata.

70Ainsi, dans l’une de ses lettres, Sinimbu ne manque pas d’assurer à Limpo de Abreu que

  • 49 « pode Va. Exa. ficar certo de que tenho, como Va. Exa. recomenda, redobrado de esforços para faze (...)

Votre Excellence peut être certaine que je n’ai pas ménagé mes efforts, comme le recommande V. E., pour faire tomber avec la plus grande rigueur sous le coup de la Loi tous ceux qui s’adonnent à l’horrible trafic d’enlèvement de personnes de couleur libres de cet État […]. Et pour donner une nouvelle preuve que la police poursuit sans relâche de tels criminels, je transmets dans les mains de V. E. l’original de la lettre que m’a adressée hier le Chef de Police, communiquant en détail les mesures prises, qui leur ont permis au-delà de ce qui a été appliqué à la négresse Rufina, de retrouver aussi à Colonia de São Leopoldo une autre négresse enlevée dans cet État nommée Rosina Rodrigues, aux mains de l’individu Felisbino José da Costa, ainsi qu’un créole nommé [illisible] d’un Allemand appelé Guirino Kray ; lesquels sont déjà emprisonnés et poursuivis par la justice ; et d’autres qui se seraient évadés continuent à être recherchés avec la même énergie49.

71Dans le cas de Rufina, à première vue, la stratégie semble avoir été couronnée de succès. Dans un rapport détaillé à Clarendon rédigé l’année suivante, Howard commente qu’en ce qui concerne les

  • 50 « sequestros de homens livres de cor na Banda Oriental por traficantes de escravos brasileiros, o (...)

enlèvements d’hommes libres de couleur dans la bande orientale par des trafiquants d’esclaves brésiliens, le gouvernement brésilien, représenté par le ministre de Montevideo, n’a pas hésité à prendre des mesures destinées à sa prévention, et à travers l’action énergique du président de la province du Rio Grande do Sul ces pauvres personnes […] ont été découvertes et ont retrouvé leur liberté50.

72Mais en réalité, la stratégie a-t-elle si bien fonctionné ? Pour les autorités brésiliennes peut-être, même si ce fut transitoire. Pour les trafiquants Fermiano José de Mello et Laurindo José da Costa, certainement.

  • 51 Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, Dossier judiciaire no 3 368, liasse 88, Ière Ch (...)
  • 52 Ibid., Dossier judiciaire no 2 914, Ière Chambre civile et criminelle, São Leopoldo, 1854, ainsi q (...)

73Bien que Fermiano José de Mello ait été arrêté et jugé début 1855, et malgré les preuves saisissantes révélant qu’il était le meneur du cartel de traite des personnes, il fut acquitté par les jurés51. En février 1855, il était déjà loin des barreaux. Laurindo José da Costa, qui s’en était déjà tiré à bon compte dans le cas de Rufina, fut finalement jugé avec ses frères Leandro et José Francisco pour le rapt de la Noire Reina Rodrigues et de ses enfants, emmenés eux aussi vers São Leopoldo à la mi-1854. Tous furent acquittés52.

  • 53 «Reclamaciones…», 1864, Lettre du 9 octobre 1857, annexe 11.

74Il est difficile de penser qu’André Lamas ait été convaincu de l’efficacité de la répression des autorités brésiliennes face aux enlèvements de Noirs d’Uruguay, même s’il fit l’éloge de l’action de Sinimbu et de Limpo de Abreu dans le cas de Rufina. Dans une plainte adressée en 1857 au vicomte de Maranguape, Lamas n’hésitait pas à affirmer que Laurindo était tellement persuadé que les autorités brésiliennes ne feraient rien contre lui, qu’ils comptaient même sur ces dernières pour couvrir ses crimes. Déroulant la liste de toutes les plaintes et procédures judiciaires ouvertes depuis 1854, Lamas demandait au gouvernement brésilien d’agir rapidement pour réprimer cette « piraterie organisée et exercée à une échelle d’une taille surprenante », ce qui ne serait jamais le cas53.

  • 54 Parron, 2011, p. 250 ; Bethell, 2002, p. 420-422. Sur Serinhaém, voir aussi Drummond, 1856. En con (...)

75Les Anglais partageaient l’opinion de Lamas selon laquelle le gouvernement brésilien n’arrêtait pas les trafiquants d’esclaves – leurs soupçons quant à l’engagement des autorités impériales pour mettre fin à la traite allait se renforcer en 1855, après le débarquement de plus de deux cents Africains à Serinhaém, dans le Pernambuco. C’était aussi l’avis de l’opposition libérale elle-même, qui accusa en 1852 le cabinet de Saquarema de n’agir qu’« au son des canons britanniques » et de ne pas mettre les grands trafiquants d’esclaves en prison54.

76Pour ce qui est des personnages principaux de cette histoire, il est difficile de spéculer sur les conséquences des événements de 1854 sur le cours de leurs vies. Ignácio et Catharina, les deux enfants qui sont restés lorsque leur famille a été kidnappée, ont sûrement été heureux du retour de leur mère et de leurs frères et sœurs. Rufina, Francisca, Maria do Pilar, Pantaleão et Brum ont probablement pensé qu’ils avaient eu de la chance de pouvoir rentrer chez eux. Beaucoup de leurs voisins et amis ne sont en effet jamais revenus. Ou peut-être n’ont-ils pas fêté leur retour à la maison. Il manquait en effet Matheus, dont personne n’eut plus jamais de nouvelles.

Notes

1 Note de l’auteure : nous remercions Anita Correia Lima de Almeida, Flavio Limoncic, Mariza de Carvalho Soares, Beatriz Mamigonian, Ricardo Salles et Hebe Mattos pour leurs relectures. Pour la version en anglais de cet article, voir « The Two Enslavements of Rufina: Slavery and International Relations on the Southern Border of Nineteenth-Century Brazil », Hispanic American Historical Review, 96:2, mai 2016, p. 259-290.

2 Le récit de l’histoire de Rufina s’appuie sur les sources suivantes : Assemblée législative provinciale, 1854, Rapport du président de la province de S. Pedro du Rio Grande do Sul, João Lins Vieira Cansanção de Sinimbú, en ouverture de l’Assemblée législative provinciale du 2 octobre 1854, Porto Alegre, Typ. du Mercantil ; Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 1855, Dossier de procédure judiciaire criminelle numéro 3 368, liasse 88, Ière Chambre civile et criminelle, Bagé ; journaux O Rio-Grandense, du 14-15 juin 1854 et Diário do Rio de Janeiro du 5 septembre 1854.

3 Lors de son premier interrogatoire, Fermiano déclare que son vrai nom est Fermiano José de Mello, mais que tous l’appellent depuis son enfance Fermiano Faviela (ou Favilha, selon d’autres documents) : Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 1855, Dossier de procédure judiciaire criminelle no 3 368, liasse 88, fo 4v.

4 Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 1855, Dossier de procédure judiciaire criminelle no 3 368, liasse 88, Bureau du juge des tutelles adjoint, 23 mai 1854, fo 9.

5 Le dossier indique que Rufina, Francisca et Brum ont été remis à une « personne de confiance ». Nous pouvons raisonnablement supposer qu’il s’agit du curateur nommé par la justice, João Capistrano de Miranda e Castro (un avocat diplômé de la faculté de Droit de São Paulo en 1834 et inclus depuis 1836 dans la liste de trois noms indiquée au juge des tutelles). Parallèlement à sa profession d’avocat, ce dernier a exercé divers mandats et postes publics, dont celui de député, de procureur et de directeur général de l’Instruction publique. Il a en outre été à plusieurs reprises vice-président de la province du Rio Grande do Sul et président par intérim de cette province en 1848 et 1870. Voir Franco, 2006.

6 Sur l’illégalité de l’entrée des Africains au Brésil après 1831, voir Grinberg et Mamigonian éd., 2007, v. 1/2/3, p. 91-340, ainsi que Mamigonian, 2011.

7 Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 1855, Interrogatoire du 30 mai, Dossier de procédure judiciaire criminelle no 3 368, liasse 88, fos 9 et 10.

8 Dans les dernières décennies de la traite atlantique des esclaves, les ports de Ouidah et de Lagos ont constitué le point de sortie d’environ 90 % des Africains embarqués sur la Côte des Esclaves ; avec la décadence de Ouidah dans la première moitié du xixe siècle et la présence accrue de représentants de sociétés de trafiquants brésiliens à Lagos, ce port est devenu le plus grand exportateur d’esclaves de la région (Eltis, 2004, p. 25).

9 Au Congrès de Vienne, les Britanniques ont surtout fait pression sur le Portugal et l’Espagne pour que ces pays abolissent la traite des esclaves. Bien qu’ils se soient engagés à interdire ce commerce au Nord de l’Équateur, la traite existait toujours au Sud de cette ligne et c’était la région qui fournissait le plus d’esclaves à l’Amérique portugaise et espagnole. Voir à ce propos Bethell, 2002 et Berbel, Marquese et Parron, 2010.

10 Curtin, 1994, p. 203-208 ; O’Hear, 2004 ; Reis, 2003. Même si nous n’approfondirons pas ici cette question, nous nous attacherons ultérieurement à montrer que les rapts et les expéditions d’esclavage réalisés dans les régions Nord de l’Uruguay et de l’Argentine, près de la frontière avec le Brésil, sont similaires aux processus d’esclavage qui se sont déroulés en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. La zone de frontière entre le Brésil et ces deux pays pourrait ainsi être définie comme une nouvelle frontière d’esclavagisme, selon la définition de Joseph Miller utilisée à maintes reprises par l’historiographie africaniste : Miller, 1996 ; Lovejoy, 2002 ; Candido, 2006.

11 Même s’il avait été établi en 1791 que Montevideo serait l’unique porte d’entrée des esclaves sur le Rio de la Plata, Buenos Aires continuait également à recevoir des esclaves, mais ces derniers arrivaient par le biais de connexions avec des marchands qui contrôlaient les routes du Chili et du Pérou : Borucki, 2009a, p. 81-107 ; voir aussi Adelman, 2006 ; Elliot, 2006.

12 L’arrivée de ces Africains dans le Rio de la Plata, toujours selon Borucki (2009a), est le principal événement démographique de la région depuis le début de la colonisation ibérique. D’après cet auteur, la population de Montevideo a augmenté de 119 % entre 1791 et 1810, tandis que la population esclave s’est accrue de 486 % pendant ce même intervalle de temps.

13 Ordre de ne pas emmener les nègres des ports maritimes vers des terres qui ne sont pas des territoires portugais. 14 octobre 1751. Bibliothèque digitale de la Chambre des députés, in http://bd.camara.gov.br, consulté le 11 février 2016.

14 « Lei para inglês ver » [Notre traduction]

15 La traite des esclaves ne sera à nouveau interdite qu’en 1839, une décision ratifiée par le traité anglo-uruguayen de 1842 : Borucki, 2009, p. 427-444 ; Andrews, 2010, 2004.

16 L’escale de Montevideo a continué à être systématiquement observée par les Anglais au moins jusque dans les années 1850. À ce propos, voir aussi Borucki, Chagas et Stalla, 2004, p. 27 ; sur le trafic illégal au Brésil, voir le livre récent de Reis, Carvalho et Gomes, 2010.

17 Parfois, le nombre d’esclaves amenés était très réduit, assimilant l’expédition à un voyage en compagnie du maître, qui n’était pas nécessairement interdit : Borucki, Chagas et Salla, 2010.

18 Borucki, 2009. Paul Lovejoy s’appuie sur les données issues de ses propres recherches et sur celles de David Eltis et Stanley Engerman, selon lesquelles les enfants représentaient 46,1 % du total des Africains vendus en tant qu’esclaves entre 1810 et 1867 : Lovejoy, 2006, p. 200 ; Eltis et Engerman, 1993, p. 308-323.

19 Données consultées sur The Trans-Atlantic Slave Trade Database, www.slavevoyages.org, le 24 février 2012.

20 Mariza de Carvalho Soares et Sheila de Castro Faria montrent que dans diverses régions du Brésil, de nombreux couples africains se sont formés à partir d’individus issus de la même nation, et il en a été probablement de même au Sud du Brésil et en Uruguay. La singularité tient à ce que les femmes minas étudiées par ces historiennes n’avaient en général que peu d’enfants, ou pas du tout : Soares, 2000 ; Faria, 2004.

21 À propos de la racialisation au xixe siècle au Brésil, voir Mattos, 2009, p. 349-391 et Chalhoub, 2011, p. 405-439.

22 À Tacuarembó, les Brésiliens représentaient 69,4 % de la population en 1830 et 59,7% en 1840. En 1860, 50 % du bétail local appartenait à des Brésiliens. Au début des années 1850, selon le recensement réalisé par le gouvernement impérial, la zone à la frontière entre le Brésil et l’Uruguay comptait mille cent quatre-vingt-un propriétaires terriens brésiliens, qui possédaient au total neuf millions d’hectares, sur lesquels paissaient plus d’un million de têtes de bétail. D’autre Brésiliens étaient installés dans les départements frontaliers de Cerro Largo, Minas et Rocha : Palermo, 2010, p. 190 et 191 ; Borucki, Chagas et Stalla, 2004, p. 162 et 163.

23 Ibid., p. 218 et passim ; Osório, 2004. Thiago Araújo a dénombré treize mille treize esclaves dans la zone frontalière en 1857 et 1858, ce qui représente environ 30 % de la population totale de la région durant cette période. Araújo, 2011.

24 L’indépendance de l’Uruguay a été proclamée en 1826, dans le cadre de la guerre de Cisplatine contre le Brésil. Avant cette date, des esclaves et des Africains libres s’étaient également engagés dans les combats pour l’indépendance de l’Argentine : Mallo et Telesca, 2010 ; Aladrén, 2009, p. 439-458 ; voir aussi Menegat, 2009 et Carvalho, 2011.

25 À propos de la révolution Farroupilha, voir Pesavento, 2009 ; Guazzelli, 1998. Sur la Guerra Grande, voir Casas, 2004.

26 Certains éléments indiquent toutefois que des esclaves ont continué à fuir jusque dans les années 1880, le mouvement n’ayant cessé qu’avec l’abolition de l’esclavage au Brésil : Petiz, 2006 ; Borucki, Chagas et Stalla, 2004, p. 129.

27 Pour un panorama général de la politique internationale dans le Rio de la Plata durant cette période et des relations diplomatiques entre l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, voir Ferreira, 2006.

28 La demande du président de la province a entrainé l’élaboration de plusieurs listes d’esclaves fugitifs, datant de 1848 et 1849 : Petiz, 2006, p. 53 et 54.

29 À propos des traités de 1851 et du contexte politique qui les a précédés, voir Ferreira, 2006. Sur la question spécifique des limites territoriales, voir Golin, 2004.

30 En 1850, Francisco Pedro Buarque de Abreu, baron de Jacuí, a organisé la plus grande incursion armée (california) pour récupérer du bétail et des biens en Uruguay. Il avait pour cela enrôlé un petit contingent d’environ trois cents hommes, payés à ses frais. El Pais, 1864, p. xiii ; Ferreira, 2006, p. 116-117 ; Torres, 2011, p. 79-85.

31 Un recensement exhaustif des cas d’esclavage et de leurs circonstances est actuellement en cours dans le cadre plus ample de nos recherches sur l’esclavage illégal, le trafic et les relations internationales à la frontière entre le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine. Sur les dossiers judiciaires existant, voir le catalogue des Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 2010.

32 «Reclamaciones…», El Pais, 1864. Ce cas est également cité par Borucki, Chagas et Stalla, 2004. Regina apparait dans le dossier judiciaire sous le nom de Reina Rodrigues : Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 1854, Dossier judiciaire no 2 914, Ière Chambre civile et criminelle, São Leopoldo.

33 O Rio Grandense, 15 juin 1854. Rafael Peter de Lima fait aussi référence à cet enlèvement (2010, p. 145-146).

34 Archives historiques du Rio Grande do Sul, Lettre du 27 août 1854, Courriers réservés A2-10, no 32.

35 Archivo General de la Nación, Uruguay, Lettre du 18 novembre 1854, Fonds Légation, caja 106, s. n. Sur le voyage de retour de Rufina en Uruguay, voir aussi les Archives historiques du Rio Grande do Sul, Courriers réservés A2-10, no 32.

36 Antonio Paulino Limpo de Abreu (1798-1883) a obtenu le titre de vicomte d’Abaeté le 2 décembre de cette même année 1854 ; voir Magalhães, 1939.

37 Archives historiques du Rio Grande do Sul, Informations du ministère des Étrangers – 1854 à 1858, Courriers réservés B29 (feuilles non numérotées), doc. 1.

38 Archivo General de la Nación, Uruguay, Lettre du 8 juillet 1854, Fonds Légation, caja 106, no 70, s.n.

39 Bien que cela sorte du champ de ce chapitre, il est intéressant de noter que le Brésil adressait aussi des plaintes à l’Angleterre, liées par exemple à la protection de marins esclaves fugitifs. Voir Mamigonian, 2010a, p. 75-91.

40 National Archives, Angleterre, Lettre du 17 août 1854, Foreign Office 84, codex 943.

41 « o governo de sua Majestade [britânica] aprova a representação feita pelo senhor a Limpo de Abreu, a respeito dos saqueadores que vêm sequestrando negros no Estado do Uruguai e os vendendo no Brasil » [Notre traduction]. National Archives, Angleterre, Lettre du 28 octobre 1854, Foreign Office 84, codex 941.

42 Arquivo Histórico du Rio Grande do Sul, Lettre du 27 août 1854, Courriers reservés A2-10, no 31.

43 National Archives, Angleterre, Foreign Office 84, codex 942, 943 et 944.

44 « Deve ser reconhecido que as leis do Brasil, conforme o estado presente, são totalmente insuficientes para prevenir o que pode ser chamado de ilícito tráfico interno de escravos, quero dizer, a venda como escravas de pessoas negras que não são escravas nem de acordo com as leis brasileiras. Para mostrar que este tráfico existe parece ser apenas necessário referir ao fato de que, comparativamente, poucos dos negros importados da África desde a promulgação das leis brasileiras que declaravam que estas pessoas deveriam ser consideradas livres, tiveram desde então suas liberdades reconhecidas; é também de conhecimento geral que escravos são frequentemente roubados de seus proprietários para serem vendidos; parece evidente que, se as leis brasileiras fossem eficientes para impedir o tráfico interno de escravos, a preponderante maioria dos negros importados para o Brasil desde 1831 teria obtido suas alforrias, e as vendas de escravos por pessoas que não fossem seus donos […] não poderia ter lugar, e menos ainda o sequestro de pessoas livres para serem vendidas como escravas. » (Ibid.) [Notre traduction]

45 Archives historiques du Rio Grande do Sul, Lettre du 2 août 1854, Courriers réservés A2-10, no 28.

46 Ibid.

47 « Pelo incluso ofício do Dr. Chefe de Polícia verá V. Excelência que os dois filhos dessa preta, Pantaleão e Maria do Pilar, que haviam sido remetidos depois de roubados para Piratini, foram tomados pelo delegado de Polícia daquele Termo e remetidos a esta Presidência, que os fez entregar aqui mesmo em Palácio à preta Rufina. Dessa pobre família falta apenas o preto Mathias, cujo destino ainda se ignora. A referida preta deseja voltar ao Estado oriental para a companhia de pessoas que a protegem e na primeira ocasião lhe farei proporcionar transporte até Jaguarão, providenciando convenientemente para que cheguem em paz ao seu destino. » (National Archives, Angleterre, Lettre du 30 juin 1855, Foreign Office 84, codex 969) [Notre traduction]

48 Arquivo Histórico du Rio Grande do Sul, Lettre du 27 août 1854, Courriers réservés A2-10, no 32. L’homme mentionné dans le texte sous le nom de Mathias est en réalité Matheus, le compagnon de Rufina.

49 « pode Va. Exa. ficar certo de que tenho, como Va. Exa. recomenda, redobrado de esforços para fazer recair todo o rigor das Leis sobre todos quantos se entreguem ao infando tráfico de arrebatarem pessoas de cor livres daquele Estado […]. E para dar mais uma prova de que a polícia é incansável na perseguição de tais criminosos, passo as mãos de Va. Exa. em original o ofício que ontem me dirigiu o Chefe de Polícia, comunicando circunstanciadamente as providências que tem dado, resultando deles além do que recorreu a suspeita da preta Rufina, ter-se também encontrado na Colônia de São Leopoldo outra preta raptada daquele Estado de nome Rosina Rodrigues em poder de indivíduo Felisbino José da Costa, bem como um crioulo de nome [ilegível] de um Alemão chamado Guirino Kray: os quais já estão presos e em processo; e se prossegue com toda a energia na descoberta de outros, que consta dali se evadiram. » (Arquivo Histórico du Rio Grande do Sul, Lettre du 24 septembre 1854, Courriers réservés A2-10, no 36) [Notre traduction]
«Reclamaciones…», 1864, El Pais. La personne citée s’appelait en réalité non pas Rosina, mais Regina ou Reina Rodrigues : Arquivo Público de l’État du Rio Grande do Sul, Dossier judiciaire no 2 914, Ière Chambre civile et criminelle, São Leopoldo, 1854. Guirino ou Querino, Kray et José da Costa, frère de Laurindo, ont également été inculpés en 1854 dans d’autres procédures judiciaires, accusés de « réduire à l’esclavage des personnes libres » (ibid., Dossier judiciaire no 2 916, Ière Chambre civile et criminelle, São Leopoldo, 1854).

50 « sequestros de homens livres de cor na Banda Oriental por traficantes de escravos brasileiros, o Governo Brasileiro, à representação do Ministro de Montevideo, não hesitou em tomar medidas para sua prevenção, e através da energia do Presidente da Província do Rio Grande do Sul essas pobres pessoas […] foram descobertas e tiveram suas liberdades restauradas. » (National Archives, Angleterre, Lettre du 30 juin 1855, Foreign Office 84, codex 969) [Notre traduction]

51 Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, Dossier judiciaire no 3 368, liasse 88, Ière Chambre civile et criminelle, Bagé, 1855.

52 Ibid., Dossier judiciaire no 2 914, Ière Chambre civile et criminelle, São Leopoldo, 1854, ainsi que les autres inculpés de la quasi-totalité des cas de traite de personnes survenus dans les années 1850 et 1860 à la frontière du Rio Grande do Sul avec l’Uruguay ; nous avons analysé jusqu’à présent trente-cinq dossiers, conservés dans les Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul. Seules trois procédures ont donné lieu à des condamnations. Dans les autres cas, les inculpés ont été acquittés ou relaxés faute de preuve. Archives publiques de l’État du Rio Grande do Sul, 2010, Documents de l’esclavage, dossiers criminels.

53 «Reclamaciones…», 1864, Lettre du 9 octobre 1857, annexe 11.

54 Parron, 2011, p. 250 ; Bethell, 2002, p. 420-422. Sur Serinhaém, voir aussi Drummond, 1856. En conséquence des plaintes des libéraux concernant les connivences entre les conservateurs et les trafiquants d’esclaves, le commandant Breves – membre du parti libéral – a été emprisonné en 1853, accusé d’importer illégalement des Africains. Voir à ce propos Lourenço, 2008, p. 5-38.

Auteur

Professora Associada –Universidade Federal do Rio de Janeiro (UNIRIO) – Doutora em História (UFF, 2000)
Laure Schalchli (Traducteur)