Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage et subjectivités

 | 
Myriam Cottias
, 
Hebe Mattos

Troisième partie. Citoyenneté, racialisation et biographies

Les migrations de travail à destination de la Guyane et des Antilles françaises

Sociétés post-esclavagistes, macule servile et genre

Céline Flory

Résumé

De 1854 à 1862, plus de 21 000 hommes, femmes et enfants furent recrutés par le gouvernement français le long du littoral ouest-africain pour aller travailler comme « engagés » à la Guyane et aux Antilles françaises. La quasi-totalité d’entre eux s’installèrent définitivement dans leur colonie d’adoption. Cette migration se composait de deux flux migratoires distincts. Un premier, entre 1854 et 1856, où les recrutements s’effectuaient au sein de populations libres d’Afrique ; et un second, entre 1857 et 1862, où les recrutements s’opéraient au sein de groupes de condition servile avec la méthode dite du « rachat préalable ». Par ce procédé, les recruteurs français achetaient des personnes captives, puis les « affranchissaient » en leur imposant un engagement de travail de dix années à effectuer outre-Atlantique.
En retraçant et en comparant trois moments-clefs – ceux de l’engagement, de la traversée et de la fin du contrat d’engagement – du parcours migratoire de deux femmes appartenant chacune à l’un de ces groupes, nous montrerons qu’en fonction de leur condition au moment de l’engagement – libre pour Yacine Biram et captive pour Baya –, les autorités coloniales ainsi que les membres des sociétés d’arrivée ne les considèrent et ne les traitent pas de la même façon bien qu’elles jouissent du même statut juridique. Cette étude nous permettra ainsi de mettre en lumière les incidences pérennes de la « macule servile » dans les sociétés post-esclavagistes françaises.

Texte intégral

1Le 12 juillet 1854, Yacine Biram, jeune femme âgée de vingt et un ans, prend place à bord du trois-mâts le Cinq-Frères qui s’apprête à quitter l’île de Gorée pour rejoindre, de l’autre côté de l’Atlantique, Cayenne, principale ville portuaire de la Guyane française. Quelques années plus tard, le 4 juillet 1860, c’est une jeune enfant d’à peine douze ans, nommée Baya, qui embarque à l’embouchure du fleuve Congo à bord d’un autre navire, l’Harriet Rally, pour aller rejoindre la ville de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Les trajectoires de ces deux femmes s’inscrivent dans un même courant migratoire mis en œuvre par le gouvernement du Second Empire au cours de la décennie post-abolitionniste. Suite à la réorganisation du travail colonial consécutive à l’abolition de l’esclavage promulguée le 27 avril 1848 dans l’ensemble des territoires français, les administrations coloniales, de concert avec les planteurs, prônèrent le recours à l’immigration de travailleurs extérieurs afin de contrer les revendications salariales et sociales des anciens esclaves (Danquin, 1995 ; Schnakenbourg, 2007). Sensible à leurs sollicitations, le ministère de la Marine et des Colonies édicta deux décrets – le 13 février et le 27 mars 1852 – ouvrant la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et l’île de la Réunion à des travailleurs munis de contrats d’engagement venant de Madère, d’Inde, de Chine et d’Afrique.

  • 1 Dix-huit mille cinq cent vingt d’entre eux sont arrivés outre-Atlantique : mille huit cent vingt-s (...)

2Dans ce cadre, de juillet 1854 à juillet 1862, plus de vingt et un mille hommes, femmes et enfants furent recrutés le long du littoral ouest-africain pour aller travailler en Guyane et aux Antilles françaises1. Bien que dénommée par le terme générique « d’immigration africaine », cette migration se composait en fait de deux flux migratoires distincts. Un premier, entre 1854 et 1856, où les recrutements s’effectuaient au sein de populations africaines jouissant d’un statut de libre ; et un second, entre 1857 et 1862, où les recrutements s’opéraient au sein de populations de condition captive avec la méthode dite du « rachat préalable ». Par ce procédé, les recruteurs français achetaient des personnes captives, puis les « affranchissaient » en leur imposant un engagement de travail à effectuer outre-Atlantique.

3En retraçant et en comparant trois moments clefs – ceux de l’engagement, de la traversée de l’Atlantique et de la fin du contrat d’engagement – du parcours migratoire de ces deux femmes appartenant chacune à un des deux courants, nous montrerons qu’en fonction de leur condition au moment de l’engagement, libre pour Yacine Biram et captive pour Baya, les autorités coloniales ainsi que les membres des sociétés d’arrivée ne les considèrent et ne les traitent pas de la même façon.

Partir travailler outre-Atlantique

  • 2 Archives départementales de la Guyane (désormais ADGuyane), 1M53, Paris, le 19/01/1854, lettre de (...)
  • 3 Archives nationales d’Outre-mer (désormais ANOM), FM (fonds ministériel), SG (série géographique), (...)
  • 4 ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV-23a, Gorée, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent d (...)

4Autorisé en janvier 1854 par Théodore Ducos, ministre de la Marine et des Colonies, à mener une première campagne de recrutement de travailleurs africains à destination de la Guyane2, le capitaine nantais Charles Chevalier s’empresse d’armer son navire le Cinq-Frères. Parti du port de Marseille le 12 mai 1854, ce dernier accoste au comptoir français de Gorée le 3 juillet suivant. Afin de réunir des candidats au départ, Chevalier affiche à travers cette petite île de 0,182 km2 (18,2 ha) ses propositions d’engagement de travail, comme le confirme Pierre Blanchard, agent du gouvernement délégué à la surveillance de cette toute première campagne de recrutement : « Dès son arrivée [à Gorée], [Chevalier] a fait publier les droits et obligations des individus des deux sexes qui voudront émigrer pour la Guyane Française3. » Toujours selon les dires de Blanchard, Chevalier propose six ans d’engagement de travail pendant lesquels l’engagé recevra « […] 15 francs par mois, une case et un petit jardin pour ses plantations, les instruments aratoires, la nourriture, l’habillement, les médicaments et les soins du médecin gratis. Il demeurait du reste entendu que les émigrants auraient droit à être rapatriés à l’expiration de leurs engagements4. »

  • 5 Article 12 de l’affiche publicitaire utilisée par le capitaine Chevalier à Freetown : « The regist (...)
  • 6 « […] la moralité des deux femmes [étant] fort douteuse, j’ai eu le soin de les faire visiter avan (...)
  • 7 Au moment de son engagement, N’Gosé N’Gome est une jeune femme âgée de vingt ans, née et demeurant (...)
  • 8 Annuaire de la Marine, Paris, Imprimerie impériale, année 1854.

5Informée et intéressée par cette annonce, Yacine Biram se rend auprès de l’administration française afin de se porter candidate à l’engagement5. Agée de vingt et un ans, cette jeune femme d’origine wolof, née et domiciliée à Gorée, est majeure et n’a donc pas besoin d’autorisation parentale. Par contre, Blanchard, en charge de faire ces préinscriptions, pose comme prérequis à son admission une visite gynécologique, jugeant que la « moralité » de Yacine Biram ainsi que celle de l’autre femme candidate au départ est « douteuse6 ». Autrement dit il soupçonne ces deux femmes de se prostituer. Aucun élément dans le parcours de vie de Yacine que nous avons pu retracer, ni d’ailleurs dans celui de sa compatriote N’Gosé N’Gome7, ne nous permet de créditer d’une quelconque véracité l’opinion de Blanchard. Il est probable que le fait d’être à la fois une femme, jeune, célibataire et pouvant décider seule de son avenir, ait pu suffire à ce qu’un homme né en France en 18238 les considère comme des prostituées. Quoi qu’il en soit, ces deux femmes, les seules recrutées à Gorée, sont aussi les seules sur qui est portée la suspicion, aucun homme candidat au départ n’étant soumis à une visite médicale de cette nature.

  • 9 ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV-23a, Gorée, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent d (...)

6Acceptant et passant cette visite « avec succès », Yacine Biram est convoquée le jour du départ pour l’engagement définitif qui est entériné par la signature, d’une croix, du contrat d’engagement. Pour sceller l’engagement, elle reçoit, comme chaque engagé, une prime dénommée « denier à Dieu », composée d’un ensemble de marchandises d’une valeur de 40 à 50 F9. Le 12 juillet 1854, elle quitte donc son île natale, Gorée, avec vingt et une autres recrues comprenant vingt hommes et une femme. Son séjour à bord du Cinq-Frères durera plus de quatre mois, dont trois pendant lesquels la campagne de recrutement se poursuit au sein de différents villes et villages le long du littoral allant de Freetown au Cap Coast. Le 6 octobre 1854, date à laquelle le Cinq-Frères s’apprête à quitter définitivement les côtes africaines pour gagner la Guyane, il y a, à son bord, deux cent quarante-cinq travailleurs engagés, dont Yacine Biram et cinq autres femmes. Si les motivations qui poussent Yacine Biram à partir travailler comme engagée pendant six ans dans une colonie française outre-Atlantique restent inconnues, et que des pressions d’ordre social ou économique ne sont pas à exclure, nous pouvons cependant certifier que ce choix ne résulte pas d’une appropriation de sa personne.

  • 10 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 12/08/1860, rapport de la commission de vis (...)

7Toutes autres sont les conditions de recrutement et d’engagement de Baya. Tout d’abord, Baya est une enfant. Bien que son contrat d’engagement porte l’âge de douze ans, les autorités locales de la Guadeloupe réceptionnant le contingent dont elle fait partie notent que ce dernier est composé en autre de « 50 à 60 fillettes [auxquelles on peut] à peine assigner l’âge de 12 ans10. » Son jeune âge discrédite sa capacité à consentir à un engagement de travail de plusieurs années outre-Atlantique ; c’est pourquoi, selon la législation, les recruteurs français auraient dû obtenir l’autorisation de ses parents afin de pouvoir la recruter. Mais point ici de parents ou de consentement, Baya est une enfant captive, recrutée et engagée au moyen du procédé dit du « rachat préalable ».

  • 11 Entre 1859 et 1860, Gillet, agent du gouvernement délégué à terre à la surveillance des opérations (...)

8Baya, comme la très grande majorité de ses futurs compagnons de route, a été achetée par un agent travaillant pour la maison commerciale française Régis Aîné à un marchand d’êtres humains de Boma. Au milieu du xixe siècle, cette ville située sur la rive droite du fleuve Congo, à une centaine de kilomètres de son embouchure, concentre les marchés de captifs les plus importants et les plus dynamiques du littoral ouest-africain (Miller, 1976, p. 109-110 ; Martin, 1972, p. 135). Un important maillage de routes commerciales, s’étendant sur plusieurs centaines de kilomètres et drainant nombre de marchandises, tant des hommes que des matières premières, converge à Boma où sont donc installés de nombreux marchands du monde atlantique. C’est par une de ces routes que, à une époque qui ne nous est pas connue, la jeune enfant a été acheminée pour approvisionner les marchés de captifs destinés à l’exportation outre-Atlantique. Nous ne savons pas non plus si Baya est née esclave ou libre, ni quelles ont été les raisons de sa mise en captivité, autrement dit de sa mise en vente : rapt, guerre, décès de ses parents, famine, acquittement de dettes ou d’une sanction pénale d’un des membres de sa famille ou d’un de ses précédents maîtres11. Quoi qu’il en fût, au cours du premier semestre de l’année 1860, elle est finalement achetée par un des agents d’une importante maison commerciale marseillaise.

  • 12 Archives départementales de la Martinique (désormais ADMartinique), dépêches ministérielles (désor (...)
  • 13 La catégorie « enfant » comprend les garçons et filles âgés de deux à neuf ans. ANOM, FM, Générali (...)

9En effet, le 27 mars 1857, Victor Régis, fondateur et directeur de la maison Régis Aîné, a conclu avec le ministère de la Marine et des Colonies une importante convention d’« immigration africaine12 ». En l’espace de cinq années, il s’est engagé à introduire vingt mille travailleurs africains, moitié en Martinique moitié en Guadeloupe, moyennant une prime de 500 F par adulte, 300 F par « non-adulte » et 50 F par enfant13. Prévoyant de recruter et d’engager ces milliers de travailleurs uniquement au moyen du « rachat préalable », Victor Régis fait donc le choix de s’établir là où l’offre est une des plus prégnantes du littoral, c’est-à-dire à Boma.

  • 14 La valeur de ce paquet sur le marché local est estimée à 35 pièces soit 140 F (1 pièce valant 4 F) (...)

10Obtenant via le versement de taxes diverses l’autorisation des autorités politiques locales de commercer, les agents de cette maison passent différents accords commerciaux avec les courtiers les plus réputés de la place. Suivant les modalités commerciales en place, les deux parties s’entendent à l’avance sur le nombre d’individus à acheter, leur prix et la date approximative de livraison. Dans la région du Loango-Congo, l’unité de valeur largement utilisée est le paquet. Cette monnaie de compte correspond à une quantité donnée de diverses marchandises dites de traite. Par exemple, en 1859, les agents français paient pour l’achat d’un homme : « 1 fusil, 1 baril de poudre de 6 à 8 livres, 4 à 6 pièces de Fazen Da Ley [ou fazenda, tissu de coton avec des carreaux blancs et bleus, qui est la marchandise la plus nécessaire car elle est utilisée comme monnaie], 4 à 5 pièces de Liménéas [tissu], 4 bouteilles de rhum, 1 couteau, 1 manchette, 4 assiettes, 2 grandes bouteilles en verre, porcelaines de Rouen, miroirs, parapluies, brimborions et 2 bonnets de laine14. » Une fois la composition du « paquet » retenue, ces derniers laissent des avances aux courtiers africains puis attendent le retour des « produits », c’est-à-dire des hommes. À leur livraison, ces derniers sont auscultés avant le paiement complet de la transaction. Louis Gaigneron, chirurgien de première classe de la Marine et agent du gouvernement délégué à la surveillance de deux des trente-trois campagnes de la maison Régis Aîné, décrit cette inspection physique à laquelle il assiste :

  • 15 Rapport du 22/08/1859, de Gaigneron, agent-chirurgien du gouvernement, à Sénard, chef du service m (...)

Les Noirs à vendre sont conduits aux factoreries. On les examine attentivement de la tête aux pieds pour voir s’ils ne sont pas atteints ni de malaria ni de défauts quelconques. On doit être surtout en garde contre la maladie du sommeil. Cette inspection finie et le Noir accepté, on procède au paiement15.

11L’agent français auscultant le corps de Baya n’y ayant décelé aucune trace de handicap et de maladie physique ou mentale, elle est acceptée et payée. Au bout de quelques jours, elle est embarquée avec plusieurs dizaines d’individus achetés comme elle à bord d’une grande chaloupe pour rejoindre l’embouchure du fleuve. Après cette descente du fleuve Congo d’au minimum une semaine, Baya arrive à l’embouchure, là où a été érigée la principale factorerie de la maison Régis Aîné : Saint-Victor. Elle y séjournera jusqu’à ce que les agents français disposent du nombre d’individus nécessaire pour constituer le contingent de l’Harriet Rally. Le 4 juillet 1860, cent quatre-vingt cinq « hommes » âgés de plus de quatorze ans, cent quatre-vingt dix « femmes » âgées de plus de douze ans dont Baya, quatre-vingt dix-neuf garçons entre dix et treize ans et filles entre dix et onze ans ainsi que treize enfants âgés de quatre à six mois (six garçons et sept filles), soit quatre cent quatre-vingt sept personnes au total, sont rassemblés dans la cour de la factorerie où ils sont auscultés avec minutie une nouvelle fois juste avant d’être embarqués. Jules Carles, chirurgien de deuxième classe de la Marine et agent du gouvernement délégué à quatre campagnes, décrit l’embarquement comme suit :

Lorsqu’un navire se présente pour effectuer son chargement, le chirurgien délégué à bord, après avoir, conjointement avec le délégué à terre, officier de marine le plus souvent, choisi les hommes les plus robustes et les plus valides, fait rassembler tous ceux qui doivent faire partie du convoi, et là, par le moyen des linguister [sic, interprètes], leur fait expliquer : que l’on va les emmener dans un pays qui s’appelle la France, qu’ils seront employés à travailler, mais qu’on leur donnera une bonne nourriture, des vêtements, des marchandises (pour eux la valeur numéraire est la marchandise) ; enfin qu’ils sont libres. (Carles, 1863, p. 10.)

12Ainsi Baya, comme ses copassagers, aurait été informée de son devenir avant son embarquement, mais le caractère collectif et le recours aux interprètes posent question quant aux possibilités d’écoute et de compréhension. D’autant qu’à plusieurs reprises, les agents soulignent que les interprètes ne se font pas comprendre par tous, ceux qui viennent de pays éloignés parlant parfois des langues inconnues à l’ensemble des habitants du littoral. Par ailleurs, les termes du contrat sont simplifiés à l’extrême. De sorte que même les recrues qui peuvent comprendre les interprètes ne sont absolument pas informées, et donc conscientes des conditions de leur engagement forcé. Baya, comme l’ensemble des recrues, n’est pas en mesure de savoir ce qui l’attend.

13Ce n’est que le jour même de son embarquement qu’un contrat d’engagement est dressé à son nom. Tous les contrats étant établis sur le même modèle, celui de Baya est similaire à celui fait en mars 1859 pour Kiluemba, jeune homme de vingt-trois ans « racheté » et envoyé en Guadeloupe par le navire La Stella. Dans son préambule, le contrat d’engagement postule :

  • 16 ANOM, FM, Généralités, 118/1020, Saint-Victor (rive droite du fleuve Congo), le 29/03/1859, contra (...)

Ce jourd’hui vingt neuf mars mil huit cent cinquante neuf par devant nous [Gillet] Enseigne de vaisseau, commissaire du gouvernement français, agent d’émigration, conformément à l’article 8 du décret du 27 mars 1852, assisté de deux témoins requis, a comparu le nommé Kiluemba, noir libre, né au village de Quibanda côte de Loango âgé de 23 ans lequel nous a déclaré consentir librement et de son plein gré à partir pour une des Colonies Françaises d’Amérique pour y contracter l’engagement de travail ci-après détaillé et présenté par M. Régnier au nom de Mr Régis au profit de l’habitant qui sera désigné par l’administration locale à son arrivée dans la colonie16.

14Le parcours de Baya, similaire à celui des milliers d’autres captifs achetés par cette maison, met en exergue la fiction du « rachat » construite par les Français au moyen du contrat d’engagement de travail. En effet, l’engagement de Baya étant consubstantiel à son achat pour lequel elle n’a eu aucunement son mot à dire, elle ne consent ni « librement » ni « de son plein gré » à partir et à s’engager, contrairement à ce qu’affirme son contrat. Ce processus migratoire et l’engagement de travail lui sont bel et bien imposés. Ainsi, a contrario de ce qui a été à l’œuvre pour Yacine Biram, dans le cadre des recrutements-engagements par « rachat » le contrat d’engagement dressé n’est absolument pas un acte librement consenti reposant sur l’accord de deux volontés. Il illusionne sur les conditions de son accomplissement et permet de gommer le caractère forcé de cette immigration par « rachat » de captifs. Le volontariat ou la contrainte impliquent des dispositions d’esprit très différentes. Le choix de Yacine Biram de s’engager dans cette migration de travail est motivé au moins en partie par l’espoir d’améliorer sa situation, que ce soit sur le plan intime, familial, social et/ou économique ; rien de tel pour Baya, et ce, non du fait de son jeune âge mais bien de sa condition de captive. Elle n’attend rien de particulier de cette migration de travail imposée par la force, qui est loin de s’inscrire dans un projet de vie. Si en se lançant dans cette aventure, nous pouvons dire que Yacine Biram s’inscrit dans la vie, Baya est quant à elle au mieux dans la survie ; rester en vie, tel est probablement, pour le moment, son seul horizon.

Traverser l’Atlantique

15Au départ de Gorée, le 12 juillet 1854, commence alors pour Yacine Biram un périple de plus de trois mois durant lequel le Cinq-Frères stationne successivement en rade des villes ou villages de Freetown, Monrovia, Cap de Monte, Trade Town, Grand Currow, Cavally, Rock Bouco, Tabou, Poor River, Bassa, Biriby, Grand Tahou, Half Tahou, San Pedro et enfin du Cap Coast. C’est de cette ville sous administration britannique que, le 6 octobre 1854, le capitaine Chevalier décide de mettre le cap vers la Guyane. Après trente-six jours de traversée, Yacine Biram et deux cent trente-six de ses compagnons de route fouleront le sol guyanais.

  • 17 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/8, Cayenne, le 12/11/1854, procès-verbal d’arrivée du navire le Cinq-Frèr (...)
  • 18 1 tonneau de jauge brute vaut 100 pieds cube soit 2,832 m3. Le Cinq-Frères jauge 289 tonneaux de j (...)
  • 19 Article 16 du décret du 27/03/1852 « fixant les conditions auxquelles l’importation des travailleu (...)
  • 20 Cela n’est pas le cas pour les deux autres campagnes de travailleurs africains de statut originair (...)
  • 21 ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV-23a, Gorée, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent d (...)
  • 22 ANOM, FM, SG, Guyane, 51/27, Cayenne, le 28/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane, à (...)
  • 23 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/08, Cayenne, le 18/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane à D (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Pour les trente-trois campagnes conduites par la maison Régis Aîné, le taux moyen de mortalité est (...)

16Deux au départ de Gorée, quatre autres femmes les rejoignent : Sadia Maman, jeune femme de vingt ans, est recrutée quelques semaines plus tard au Cap de Monte, puis Macoui, trente ans, et Mapou, seize ans, le sont à Trade Town et une dernière, Wahoury, âgée de vingt ans, l’est à Nana Krou17. À bord, ces six femmes célibataires sont logées avec les deux garçons de moins de dix ans séparément des deux cent trente et un hommes et des six garçons « non-adultes ». Au moment de son embarquement à Gorée, Yacine Biram reçoit un pagne, une couverture de laine ainsi qu’une natte pour la nuit. L’espace dont elle dispose à bord – un homme pour 1,1 tonneau de jauge brute18 – est supérieur à la norme d’un homme par tonneau de jauge prévue par la législation, norme déjà relativement faible pour assurer des conditions minimales d’hygiène et de confort19. Ainsi Yacine Biram et ses compagnes n’ont pas eu à souffrir d’une forte promiscuité20. Par contre, des manquements dans l’équipement matériel devant leur servir au repas sont relevés par Blanchard. Cela conduit probablement à des pratiques peu commodes et surtout peu hygiéniques21. Par ailleurs, Bonard, gouverneur de la Guyane visitant les passagers juste avant leur débarquement à Cayenne, note la légèreté des vêtements portés22. Remis au départ – un pantalon et une vareuse pour les hommes, un pagne pour les femmes – ce maigre trousseau n’a vraisemblablement pas été renouvelé au cours des mois de voyage (de un à quatre mois selon le lieu d’embarquement). Toutefois, bien que les conditions ne soient pas des plus confortables, les émigrants ne semblent pas avoir éprouvé d’importants manquements tant alimentaires que sanitaires. D’ailleurs le gouverneur de la Guyane les décrit à leur arrivée comme « […] dans un parfait état de santé, gais et satisfaits. Ce sont généralement de beaux jeunes gens […]23 ». Cependant, huit hommes engagés, dont un jeune enfant de dix ans, décèderont au cours de cette campagne, et onze autres, un atteint de maladie vénérienne et dix de la gale, gagneront directement l’hôpital à leur arrivée à Cayenne24. Avec un taux de mortalité de 3 %, cette campagne de recrutement est néanmoins l’une des moins meurtrières des quarante-quatre qui composent « l’immigration africaine » dans l’espace atlantique25.

  • 26 Pour le Cinq-Frères, le taux de mortalité est calculé pour la campagne de recrutement et la traver (...)
  • 27 Si nous considérons les six décès survenus dans les jours suivant le débarquement, ce taux monte à (...)
  • 28 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 12/08/1860, rapport de visite à l’arrivée d (...)
  • 29 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissair (...)
  • 30 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissair (...)
  • 31 Selon la législation, deux « non-adultes » comptent pour un « adulte ». Ce qui donne alors quatre (...)

17Alors que le voyage dure trois fois et demi moins longtemps que celui du Cinq-Frères26, le contingent de l’Harriet Rally au sein duquel se trouve Baya perd soixante-sept personnes, soit un taux de mortalité de 14 %27. Baya et ses copassagers ont en effet eu des conditions de voyage exécrables. Pendant les trente-huit jours que durent la traversée de l’Atlantique, première expérience d’un voyage en mer pour Baya, cette dernière est quasi constamment plongée dans l’obscurité, car maintenue dans une partie de l’entrepont non éclairée suite à une pénurie d’huile, et très mal aérée. Vivant dans une humidité constante, Baya peut difficilement se prémunir du froid, l’unique pagne qui lui est donné n’étant pas en laine et la couverture étant rapidement inefficace du fait de son usure28. Par ailleurs, elle est contrainte à une grande immobilité physique du fait de la surpopulation qui règne au sein de son compartiment. En effet, la place assignée aux femmes, aux « non-adultes » et aux enfants, logés ensemble dans l’entrepont divisé pour cela par une cloison transversale, ne correspond pas à la part particulièrement importante – 62 % – qu’ils représentent au sein du contingent29. Auguste Bonte, chirurgien de deuxième classe de la Marine et agent du gouvernement à bord, note aussi qu’en raison de l’encombrement du pont, les « rachetés » n’ont pu y séjourner que très occasionnellement, contrairement à l’usage qui veut qu’ils y passent une partie de la journée notamment pour y prendre les repas30. Par ailleurs, en considérant qu’un « non-adulte » a besoin d’autant d’espace qu’un adulte, quatre cent soixante-quatorze passagers est un nombre bien important pour un trois-mâts de 474 tonneaux de jauge brute31.

  • 32 L’article 16 du décret du 27/03/1852 prévoit « 200 gr de viande salée ou 214 gr de poisson salé, 7 (...)
  • 33 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurg (...)

18En plus de ces conditions de vie précaires et plus qu’éprouvantes, Baya et « ses camarades » ne sont pas nourris convenablement tant en quantité qu’en qualité. Outre que les rations prévues par la législation assurent à peine le strict minimum vital32, une partie des vivres est avariée et ce dès le départ du littoral africain. Jugeant la viande salée de mauvaise qualité, Bonte décide d’en réduire la ration. Pour ne rien arranger d’une situation déjà désastreuse pour leur santé, l’eau qui leur est destinée est en partie insalubre33.

  • 34 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissair (...)
  • 35 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurg (...)
  • 36 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissair (...)

19Par conséquent, en plus du mal de mer qui touche sévèrement l’ensemble des « rachetés », ces derniers contractent de nombreuses maladies parfois mortelles : la dysenterie principalement, mais aussi des affections de poitrine, des fièvres, le scorbut, des crises d’épilepsie et de nombreuses affections cutanées34. En charge de soigner des dizaines de malades quotidiennement, Bonte reconnait avoir été dépassé, manquant de médicaments adéquats et surtout se retrouvant seul face à des malades souvent apeurés, méfiants, refusant de prendre les traitements et avec lesquels il ne peut que très difficilement communiquer faute d’interprète35. De surcroît, l’équipage, composé d’un capitaine et de seize individus, n’est pas assez nombreux pour s’occuper de cinq cents personnes, d’autant plus qu’il est constamment réduit de cinq à six membres trop gravement atteints de fièvres pour pouvoir assurer leurs fonctions de nettoyage, d’entretien et d’encadrement36. Les passagers sont donc livrés à eux-mêmes dans des conditions sanitaires et d’hygiène déplorables.

  • 37 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Marseille, le 06/12/1859, rapport de la commission locale d’im (...)
  • 38 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissair (...)

20Si certains des manquements, des avaries et des infractions rencontrés ici se retrouvent pour l’ensemble des traversées, la première campagne qu’effectue l’Harriet Rally les cumule particulièrement. En consultant les différents rapports y ayant trait, nous constatons que des problèmes d’aménagements sont signalés par des agents du gouvernement avant même le départ du navire de Marseille pour le fleuve Congo, et que d’autres, comme par exemple la qualité médiocre des vivres, le sont avant le départ du fleuve Congo pour la Guadeloupe. Pourtant à chaque fois, le navire a obtenu des autorités gouvernementales l’autorisation de partir37. L’Harriet Rally quitte le fleuve Congo après plus de trois mois de mouillage en rade de la factorerie Saint-Victor dans l’attente de « son » contingent qui tarde à être constitué du fait de difficultés rencontrées sur les marchés d’achat d’hommes et de femmes. Le navire commençant à s’abîmer et à épuiser ses ressources tant logistiques et matérielles qu’humaines, les agents de la maison Régis Aîné et ceux du gouvernement décident de le faire partir, et ce bien qu’ils aient tous conscience d’une part que les passagers composant le convoi ne remplissent pas les critères d’âge exigés ni ne font montre d’une santé solide, et d’autre part que toutes les conditions d’aménagement et d’approvisionnement ne sont pas réunies pour assurer la survie de tous38.

  • 39 « L’incertitude qui plane sur l’avenir de ces opérations conduit à des concessions ; mais il impor (...)

21Cette campagne est symptomatique de la relation de subordination existant entre les agents du gouvernement en charge de surveiller ces opérations et les agents recruteurs. Elle met en lumière la considération que ces différents acteurs coloniaux portent aux individus qu’ils viennent de « racheter ». En effet, redoutant la suspension des introductions de travailleurs dans les colonies, les agents du gouvernement n’affrontent pas les négociants-recruteurs et ferment les yeux sur de nombreuses infractions, bien que celles-ci mettent en jeu la vie des « rachetés », ou tout au moins d’une partie d’entre eux39. Ces opérations commerciales que sont les « rachats » de captifs, telles qu’elles sont conduites, entraînent forcément des pertes humaines conséquentes, et cette « donnée commerciale », bien que non exprimée, est admise par l’ensemble des protagonistes.

22Outre des conditions matérielles de voyage détestables, Baya et ses copassagers sont soumis à un grand nombre de pratiques visant à contrôler au maximum leur état physique et psychique, afin que le plus grand nombre arrive à destination vivant.

  • 40 Supra la citation de Louis Gaigneron.
  • 41 Ces commentaires figurent sur les listes signalétiques de la Clara et de la Stella (premier voyage (...)
  • 42 L’agent-chirurgien du gouvernement délégué à l’immigration Salaün note qu’il embarque des femmes a (...)

23Comme nous l’avons vu précédemment, le premier contact entre Baya et ses acheteurs-recruteurs français se fait par le biais d’une auscultation complète et minutieuse de toutes les parties de son corps40. Ce premier contact donne le ton de ce qui prévaut par la suite. En effet, une fois achetée, c’est-à-dire devenue une « rachetée », Baya ne retrouve pas pour autant la libre disposition de son corps. Au contraire, son corps et son esprit, malades ou potentiellement malades, doivent être surveillés, disciplinés et soignés. Outre cette première auscultation complète, son corps est soumis à une surveillance constante. Chaque matin, à terre comme en mer, il est examiné succinctement. Dans la factorerie de Saint-Victor, avant l’embarquement, une nouvelle inspection physique intégrale est faite, similaire à celle qu’elle a subie lors de son achat. Aucun protagoniste ne décrit précisément le déroulement de ces auscultations, mais des informations portées sur les listes signalétiques – « dents abîmées », « seins tombants », « circoncis », « tatouages »41 et aussi « vaginite », « affections vénériennes », « inflammation de l’anus42 » – permettent d’affirmer que Baya est entièrement nue et que chaque parcelle de son corps, y compris ses organes génitaux, est examinée. Nous ne savons pas si ces auscultations ont lieu dans le dortoir, la cour ou l’hôpital, et si elles sont individuelles ou à la vue de tous. Mais, compte tenu du nombre de recrues et de l’agencement des lieux, le second cas est le plus probable.

  • 43 Gaigneron : « Tout Noir racheté est immédiatement tondu pour éliminer la vermine. » Rapports du 12 (...)
  • 44 SHM, CC2/950, le 19/10/1859, rapport de Delasalle, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup- (...)
  • 45 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Paris, le 11/09/1858, instructions de Régis, armateur-négocian (...)
  • 46 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, le 26/03/1861, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernem (...)
  • 47 L’agent-chirurgien du gouvernement Carles les décrit comme suit : « Tous les jours quant la tempér (...)
  • 48 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernem (...)

24Un ensemble de mesures d’hygiène corporelle contribuent aussi à perpétuer la dépossession de son corps. Dès son achat, elle est immédiatement rasée pour éviter les poux, elle l’est de nouveau avant le jour du départ outre-Atlantique43. Elle est aussi soumise à des toilettes quotidiennes faites sous surveillance44. À terre, tous les matins, elle doit procéder à des ablutions45, c’est-à-dire se laver, à la main, la bouche et le visage dans de grands bacs en fer remplis d’eau de mer disposés à cet effet dans la cour de la factorerie. Pour compléter cette toilette rapide, des bains ont lieu généralement tous les deux jours aux heures chaudes de la journée (entre 13 et 15 h)46. Pour ces bains, hommes et femmes sont séparés mais tous doivent être entièrement nus47. Avant de se rhabiller, ils doivent se frictionner le corps avec de l’huile de palme pour lutter contre les maladies de peau dont ils sont fréquemment atteints et repousser les parasites. En mer, étant donné l’encombrement du pont de l’Harriet Rally, cette procédure n’a pu être respectée aussi régulièrement qu’à terre48. Nue, lavée et auscultée à la vue de tous, principalement des hommes surveillants, aucune considération n’est portée à l’intimité et par ce fait au ressenti de Baya. La question de la nudité est pourtant évoquée dans des rapports, mais uniquement sur le plan médical ou moral : il faut protéger le corps du froid, il faut un pagne suffisamment long pour les femmes. Est mis en avant ce qu’il faut à ces corps, jamais ce que les recrues peuvent éprouver.

25En plus du pagne qui lui est remis, une chaînette qu’elle ne peut enlever est accrochée à son cou avec une plaque métallique, et une mocande (une sorte d’écusson) permettant de l’identifier par un numéro et de la classer.

26Ni Yacine Biram ni aucun des engagés de statut originairement libre n’est soumis à ce type de pratiques qui ne concèdent ni intimité ni individualité. Bien que Blanchard soumette l’engagement de Yacine Biram à une visite médicale, celle-ci ne lui est pas imposée de force. Elle pouvait la refuser, bien que cela lui eût fermé toute possibilité de recrutement. Outre cette visite médicale faite individuellement et dans un cadre privé, en tant qu’engagée elle n’est jamais dans l’obligation de se dénuder. Elle n’a ni tête rasée ni numéro autour du cou.

27Cette comparaison entre les pratiques mises à l’œuvre vis-à-vis de Yacine Biram et de Baya met en exergue que l’appropriation physique se perpétue au-delà de l’acte de l’achat. Objet d’autrui, Baya le reste malgré son « rachat ». Ayant acheté Baya pour la conduire en Guadeloupe, les recruteurs considèrent qu’ils ont des droits sur sa personne, d’autant plus justifié par le devoir qu’ils ont de la maintenir en vie. Rien de tel ne se joue à l’égard des femmes et encore moins des hommes de statut originairement libre et entrés volontairement dans cette migration de travail.

28Ces deux expériences mettent aussi en lumière la différence de nature qui existe entre ces deux courants migratoires. En effet, ce qui fait migration est ontologiquement dissemblable. Achetée, déplacée puis transplantée outre-Atlantique, Baya ne se distingue pas vraiment dans son vécu des autres captifs achetés comme elle sur les marchés de Boma par des marchands négriers pour être revendus comme esclaves outre-Atlantique. A contrario, l’expérience migratoire de Yacine Biram se rapproche de celle des millions de migrants du monde entier qui traversent les océans au cours du xixe siècle pour tenter leur chance ailleurs, et particulièrement en Amérique.

29Mais si dans le cadre du « rachat » le contrat d’engagement est une fiction juridique, à son arrivée sur le sol français de la Guadeloupe, il fait de Baya une personne légalement libre tout autant que Yacine Biram. Elles sont alors toutes deux administrativement définies comme « immigrante[s] africaine[s] » et relèvent de la même législation. Leur expérience migratoire, profondément différente, a-t-elle influencé leur insertion dans les colonies ? L’homogénéisation qui s’opère sous le terme d’« immigrant africain » signifie-t-elle, autant pour l’administration que pour les engagistes, une approche semblable, et par voie de conséquence un traitement similaire, des « rachetés » et des engagés ?

Faire et finir son contrat d’engagement de travail

  • 49 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/8, Cayenne, le 18/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane, à D (...)
  • 50 ADGuyane, Fonds Lohier, X237, Cayenne, le 16/11/1854, lettre de Favard, directeur de l’Intérieur, (...)
  • 51 ADGuyane, Fonds Lohier, X237, Cayenne, sans date, liste des immigrants débarqués par le Cinq-Frère (...)
  • 52 ADGuyane, registre non répertorié des rapports de Ménard, commissaire de l’immigration.
  • 53 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/8, Cayenne, le 18/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane, à D (...)
  • 54 Les immigrants sont répartis en neuf petits groupes : cinq groupes de onze personnes, deux de dix, (...)

30Le 12 novembre 1854, après une dernière nuit passée à bord face au port de Cayenne, Yacine Biram, vêtue de la robe qu’on vient de lui remettre, met le pied sur le sol guyanais sous le regard « étonné » de nombreux cayennais49. L’y attend monsieur Saint-Philippe, mandataire du planteur Mallet qui, par l’intermédiaire de Daubriac, négociant et mandataire du capitaine Chevalier, a, avant même le début des opérations de recrutement, contracté un arrangement avec ce dernier pour l’engagement de trente travailleurs africains50. Accompagnée des cinq autres femmes du contingent, des vingt hommes recrutés à Gorée et de quatre autres recrutés à la rivière San Pédro (Côte-d’Ivoire actuelle)51, elle est de suite conduite sur l’habitation Risquetout qui se trouve dans le quartier mitoyen de celui de l’île de Cayenne, Montsinéry. À peine y est-elle arrivée qu’elle est affectée comme cultivatrice à la culture du rocou, principale production de cette habitation52. Outre Mallet, le régisseur de l’habitation domaniale de Baduel s’occupe de prendre les cent immigrants engagés par l’administration elle-même53. Dans les jours suivants, neuf autres engagistes se répartissent l’embauche des cent sept hommes restants afin, espèrent-ils, de relever leurs productions coloniales de sucre, cacao, café, rocou, girofle et bois54.

  • 55 Archives Départementales de la Guadeloupe (désormais ADGuadeloupe), registre matricule de la commu (...)
  • 56 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissair (...)
  • 57 Ce qui signifie qu’elle est le 5 386e immigrant africain débarqué sur le sol guadeloupéen.
  • 58 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.
  • 59 Le dernier convoi d’immigrants africains arrive le 20/07/1861 en Guadeloupe, le 11/11/1859 en Guya (...)
  • 60 Rapport sur l’épidémie cholérique à la Guadeloupe (1865-1866) du Dr Walther, SHM, CC2/948.
  • 61 99 % des immigrants africains arrivés en Guadeloupe sont recrutés via la méthode dite du « rachat (...)

31L’affectation de Baya chez son engagiste se fait moins rapidement. Débarquée le 11 août 1860 au port de Pointe-à-Pitre, elle n’arrivera sur son lieu de vie et de travail qu’onze jours plus tard55. En effet, étant donné l’état sanitaire du contingent, il est soumis à huit jours de cantonnement au dépôt des immigrants, local prévu à cet effet56. Après que l’administration lui ait assigné le numéro matriculaire 5 38657, Baya est conduite avec plusieurs de ses copassagers chez son engagiste, propriétaire de l’habitation sucrière La Baie en Ville située dans la commune du Moule en Grande-Terre58. Du fait de la présence de plusieurs usines et habitations sucrières d’importance, cette commune reçoit un nombre conséquent d’immigrants africains. Au 1er octobre 1862, soit un peu plus d’un an après la fin des introductions59, ils sont deux cent trente-cinq à y être engagés. Ce « groupe » est relativement stable puisqu’en 1865 ils sont deux cent vingt-deux60. Il est ainsi très probable que lorsque Baya arrive sur cette sucrerie des immigrants africains « rachetés » comme elle par la maison Régis Aîné61 y soient déjà présents et au travail depuis quelques années. Baya est alors rapidement affectée à différents types de travaux puis, quand elle sera un peu plus âgée et familiarisée avec ce type de culture et son organisation, elle sera placée dans les champs de canne, destin réservé à la quasi-totalité des immigrants arrivés aux Antilles.

  • 62 Dans le système qu’est l’engagisme, le temps du recrutement et de l’acheminement ne sont pas compt (...)
  • 63 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.
  • 64 Article 6 du décret du 13/02/1852 sur « l’immigration des travailleurs dans les colonies », Bullet (...)
  • 65 26 (jours mensuels) x 12 (mois) x 10 (ans) = 3 120 jours.
  • 66 Il s’agit des contingents du Cinq-Frères, de La Diane premier (1) et second voyage (2) et de L’Ori (...)
  • 67 Feuille de la Guyane française du 11/08/1860, du 14/12/1861, du 31/05/1862 et du 03/10/1863.
  • 68 Trois contingents (le Joseph, le Phénix et le Méridien) conduisent en Guyane sept cent quatorze «  (...)

32Cette femme et cette très jeune fille ont effectué l’ensemble de leur contrat d’engagement de travail avec le même engagiste et sur la même habitation. Engagée pour six ans, Yacine Biram finit bien son engagement dans le temps défini, puisqu’elle quittera la Guyane le 14 décembre 1860, soit six ans et un mois précisément après son arrivée62. La situation de Baya en la matière est toute différente. Tout d’abord, contractuellement, son temps d’engagement correspond quasiment au double de celui de Yacine Biram puisqu’il est de dix ans. Mais le registre matricule de la commune du Moule, où elle est répertoriée ainsi que tous les autres immigrants, spécifie qu’elle commence son engagement le 22 août 1860 et qu’elle le termine le 7 janvier 1873 soit plus de douze ans plus tard63. En effet, la durée de l’engagement ne se calcule pas de date à date mais en nombre de journées de travail effectuées. Les immigrants doivent vingt-six jours de travail par mois pendant tout le temps de leur engagement. Cependant la législation prévoit que les jours de maladie et d’absence seront décomptés puis ajoutés en fin de contrat et qu’en cas d’absence non autorisée, une retenue de deux jours au lieu d’un sera faite64. Les livres de compte sont tenus par l’engagiste ou un de ses représentants, mettant de fait les immigrants dans une situation de forte dépendance vis-à-vis de leur employeur. Ainsi, Baya effectue plus de huit cent soixante jours en sus des trois mille cent vingt jours dus initialement65. Selon les données que nous avons pu rassembler, les « rachetés », en Guyane comme en Guadeloupe, connaissent tous des temps d’engagement qui dépassent ceux prévus initialement, généralement de plusieurs mois voire d’une ou deux années (Flory, 2011, p. 550-553). Finissant son contrat quasi exactement six ans après l’avoir commencé, Yacine Biram n’aurait-elle jamais été ni malade ni absente pendant toutes ces années ? Il est plus probable que ces prescriptions répressives ne lui aient pas été appliquées, bien qu’elle ait été placée sous la même législation que Baya. En effet, pour les quatre premiers contingents, tous officiellement composés de travailleurs africains de condition originairement libre66, l’administration guyanaise compte de date à date, puisqu’à la fin de leurs six ans de contrat elle leur propose des primes de réengagement ou le rapatriement67. Elle anticipe d’ailleurs cette échéance en sondant ce que désirent faire ces engagés en fin de contrat afin de mettre en œuvre des offres pour les encourager à rester travailler en Guyane. Pour les derniers immigrants africains arrivés en 1858 et 1859, uniquement recrutés par la méthode du « rachat » de captif et « engagés » pour dix ans68, que ce soit en 1868, 1869 ou après, l’administration n’évoque ni la question de leur prime de réengagement ni celle de leur rapatriement ou celle de leur devenir en général. Ainsi, la prise en compte d’un temps d’engagement de date à date et de la possibilité d’un choix en fin de contrat ne semblent s’appliquer qu’aux immigrants africains de condition originairement libre.

33De tous les immigrants qui arrivent aux Antilles et en Guyane dans le cadre de l’engagisme, les « rachetés » sont ceux qui ont le temps d’engagement le plus long. Les Madériens s’engagent pour trois ans, les Indiens pour cinq ans, les Africains de condition originairement libre pour six ans et les Chinois pour huit ans. La durée de l’engagement est établie afin de permettre à l’engagiste d’amortir l’investissement financier que représente l’engagement de ce type de travailleur (coûts du recrutement, du transport et des frais pour un éventuel rapatriement ; voir Ho, 2004, p. 45-46). Ainsi, Mallet verse une prime d’introduction de 329 F pour l’engagement de Yacine Biram, alors que celle versée pour l’engagement de Baya est de 500 F. Ce « surcoût » s’explique par la somme, estimée à 200 F, payée pour son achat, et sert à justifier un engagement de dix ans. Pourtant ce « surcoût » est remboursé par les individus achetés. En effet, comme le stipule l’article 6 de son contrat, Baya, comme les autres « rachetés », rembourse le prix payé par le recruteur pour l’achat de sa personne et pour son entretien jusqu’à son débarquement à la Guadeloupe :

  • 69 ANOM, Généralités, 118/1120, art. 6 de la convention ministérielle conclue le 27/03/1857 entre la (...)

L’engagé reconnait avoir reçu en avance du représentant de Mr Régis, la somme de deux cents francs dont il s’est servi pour sa libération et pour divers frais à son compte. Ces avances seront retenues sur ses salaires à raison de trois francs par mois69.

  • 70 Ibid.

34Pour les « non-adultes », « l’avance » est fixée à 150 F et la retenue mensuelle à 1,50 F70. Avec cet échéancier, Baya, ainsi que les autres rachetés femmes et « non-adultes », rembourse son avance en huit ans et quatre mois, et un homme adulte racheté en cinq ans et sept mois. Son contrat d’engagement étant de dix ans, Baya règle sa « dette » avant le terme de celui-ci. Économiquement, rien ne justifie donc un temps d’engagement aussi long.

  • 71 ADGuyane, Fonds Lohier, X247, art. 4 des contrats d’engagement : « Arrivé à Cayenne, M. Ch. Cheval (...)
  • 72 Cette somme de 15 F est confirmée par deux des agents à l’émigration qui surveillent les recruteme (...)
  • 73 Le salaire des hommes adultes est de 12 F, et celui des « non-adultes » de 8 F sans distinction de (...)
  • 74 ADGuyane, Fonds Lohier, X247, art. 6 et 7 du contrat d’engagement de Ramanji, engagé indien, concl (...)
  • 75 Journal officiel de la Martinique du 17/07/1859, reproduction d’un contrat d’engagement d’immigran (...)

35Par ailleurs cette retenue induit une forte inégalité salariale entre les immigrants « rachetés » et ceux s’engageant librement. Au départ déjà une disparité existe, puisque le salaire de Yacine Biram est fixé contractuellement à 50 c jour71 soit 15 F par mois72, et celui de Baya à 10 F par mois73 ; puis deux retenues vont accentuer cet écart salarial. La première, nous l’avons vu, correspond au remboursement de leur prix d’achat (ou de « rachat ») : les salaires mensuels annoncés se réduisent alors à 9 F pour les hommes, 8 F pour les femmes et 6,50 F pour les « non-adultes ». La somme due étant remboursée avant la fin de l’engagement, nous ne savons pas si leurs engagistes ont alors réévalué à la hausse leurs salaires. L’iniquité de cette retenue est grande. Alors que, contrairement à l’ensemble des immigrants, ces derniers sont des migrants forcés, ils sont de surcroît obligés de payer monétairement la nouvelle situation qui leur est imposée. L’administration ne se contente pas de les acheter, de les transplanter et de les transformer en « engagés », elle leur en fait payer le prix au sens premier du terme. En effet, comme nous l’avons vu, Yacine Biram reçoit un « denier à Dieu » d’une valeur de 40 à 50 F, mais celui-ci ne constitue pas une avance, c’est une prime donnée au moment de son engagement pour mettre en acte celui-ci. Aucune retenue sur son salaire ne lui est faite pour rembourser cette somme. Sa situation, qui est celle des engagés africains, diffère tant de celle de Baya et des « rachetés » que de celle des engagés indiens et chinois qui remboursent sur leur salaire les sommes d’argent qu’ils ont reçues au moment de leur engagement. Par exemple, les engagés indiens qui arrivent en Guyane en 1856 touchent un salaire mensuel de 12,50 F et ont reçu une avance de 50 F à rembourser à la fin de la première année74. Quant aux engagés chinois introduis en Martinique par la maison Assier, ils reçoivent une avance de 13 piastres (65 F) qu’ils remboursent au moyen d’1 piastre (5 F) par mois sur leur salaire mensuel de 4 piastres (20 F)75. De par leur nature et leur montant, ces avances et le « denier à Dieu » ne sont aucunement comparables à la dette imposée à Baya et aux individus recrutés par « rachat » dans leur ensemble.

  • 76 Art. 2 du décret du 13/02/1852, Bulletin des Lois, 1852, no 3724.

36Le salaire de Baya se voit aussi diminué par une deuxième retenue tout aussi inique que la première, et de surcroît illégale. Contrairement à l’article 2 du décret du 13 février 1852 qui spécifie que tout immigrant aura droit à la fin de son temps d’engagement au rapatriement gratuit pour lui, sa femme et ses enfants non-adultes76, l’article 8 de son contrat prescrit :

  • 77 ANOM, Généralités, 118/1020, art. 8 du contrat du 29/03/1859, entre Régis, armateur-négociant, et (...)

À l’expiration de son temps d’engagement le rapatriement sera accordé à l’immigrant pour lui et sa femme et ses enfants non-adultes, à la condition par celui-ci de verser mensuellement à la caisse d’immigration le dixième de son salaire. Si l’engagé renonce à son rapatriement, toute somme versée par lui, lui sera remboursée77.

37Une fois ces deux retenues soustraites le salaire annuel net de Baya est de 84 F, alors qu’il est de 180 F pour Yacine Biram. En rapportant leurs salaires annuels nets à la journée (à raison de trente jours par mois), nous constatons que Yacine Biram ainsi que toutes les personnes engagées volontairement par Chevalier, ont des salaires journaliers deux fois plus élevés que les hommes « rachetés » par la maison Régis Aîné (25 c contre 50 c). Contrairement à ce qui est à l’œuvre pour le « groupe » des engagés, où hommes et femmes ont le même salaire, dans le « groupe » des « rachetés » les femmes ont à la base un salaire inférieur de 2 F à celui des hommes. Ainsi Baya, touchant le salaire dérisoire de 23 c par jour, appartient au groupe des immigrants les plus mal rémunérés, c’est-à-dire celui des femmes « rachetées » par la maison Régis Aîné (voir tableau 1).

38Ainsi les engagés – c’est-à-dire les individus de condition libre et volontaires – ont les conditions salariales les plus favorables, n’étant soumis à aucune retenue spécifique, tandis que les « rachetés » – c’est-à-dire les individus non volontaires – ont les salaires les plus bas, et plus encore les femmes que les hommes. Force est de constater que le gouvernement français fait ainsi les conditions les plus dures à ceux qui n’ont pas le choix de les refuser, puisqu’ils n’ont pas le choix de s’engager. Si de telles conditions salariales étaient librement proposées à des individus susceptibles de s’engager, les candidats au départ seraient peu nombreux.

  • 78 En fournissant des travailleurs qui resteront dans les colonies d’arrivée, ce système migratoire d (...)
  • 79 ADMartinique, DM, procès-verbaux de la séance du 02/03/1857 du Comité consultatif des colonies.
  • 80 Archives du ministère des Affaires étrangères (désormais AMAE), Affaires Diverses Politiques, Afri (...)

39Par ailleurs, la mise en place de cette retenue faisant payer aux « rachetés » leur rapatriement apparaît comme une véritable supercherie puisque, avant même la mise en œuvre de ce procédé du « rachat » de captifs, l’administration comme les planteurs considèrent que ces derniers n’auront pas à être rapatriés. Dans les débats sur l’opportunité de recourir ou non à l’immigration africaine par « rachat » de captifs, le non-rapatriement de ceux-ci est un des principaux arguments avancés pour vanter les vertus économiques78 des travailleurs de cette origine continentale et sociale79. C’est un fait acquis pour tous, même dans les plus hautes sphères politiques et administratives80. Le commentaire de l’engagiste Brafin informe sur le fondement des certitudes des protagonistes français :

  • 81 ANOM, FM, SG, Martinique, 86/705, le 07/03/1858, réponse de Brafin, propriétaire au Marin, au ques (...)

[…] Excepté une partie de ceux du Phénix [navire composé de personnes libres] qui un peu civilisés et libre[s] chez eux s’en retourneront ; je ne pense pas qu’un seul de ceux de la Clara [navire composé de personnes rachetées] veuillent être rapatriés [sic]81.

40Considérant les Africains « rachetés » comme esclaves de tout temps dans leur pays, les membres de l’administration coloniale comme les engagistes ne conçoivent pas que ces individus puissent vouloir y retourner. En contradiction avec la loi, le ministère de la Marine et des Colonies fait ainsi payer aux « rachetés » un rapatriement auquel personne ne croit du fait même de la spécificité de leur mode de recrutement.

  • 82 Le rapport de l’enquête pour vérifier la conformité de la convention Régis avec le décret de 1852 (...)
  • 83 ADGuyane, 1M61, art. 5 de la convention du 30/06/1858 : « Mr Chevalier est autorisé à garantir à l (...)
  • 84 Les contrats d’engagement de travail dressés pour les travailleurs indiens spécifient ce droit. AD (...)

41Avec les travaux initiés en 1858 par le nouveau ministre de l’Algérie et des Colonies, le prince Jérôme, pour s’attaquer aux abus, l’irrégularité de cette prescription est mise à jour82. De ce fait, la dernière convention d’immigration africaine par « rachat » conclue en novembre 1858 ne comporte plus cette spécificité83, s’inscrivant en conformité avec l’article 2 du décret du 13 février 1852 et les usages en cours pour l’immigration indienne84. Mais bien que cette mesure soit reconnue comme illégale et qu’elle discrimine les « rachetés » par rapport aux engagés indiens, chinois et africains, les autorités coloniales ne l’abrogent pas. Leur salaire brut continue à être prélevé d’un dixième durant les dix années de leur contrat pour un rapatriement considéré comme fictif. Au total, l’administration met de côté 120 F pour une femme comme Baya, 144 F pour un homme et 96 F pour un « non-adulte ». Ultime injustice, en cas de renoncement au rapatriement, ces sommes économisées auraient dû être reversées aux intéressés, mais cela ne semble jamais avoir été fait alors qu’aucun individu « racheté » ne sera jamais rapatrié en Afrique.

  • 85 ANOM, FM, SG, Guyane, 53/20 et 22.

42En effet, à l’exemple de Yacine Biram, les seuls immigrants africains rapatriés sont des individus volontaires, de condition libre au moment de leur recrutement et arrivés en Guyane en 1854 et en 1856 par l’entremise du capitaine Chevalier85. Arrivée à la fin des six ans de son contrat d’engagement, Yacine Biram, qui a le choix entre se réengager pour une ou plusieurs années, exercer une industrie ou être rapatriée en Afrique de l’Ouest, opte pour cette dernière option. Le 15 décembre 1860, elle embarque sur le Lawrence, premier des deux seuls navires que le gouvernement guyanais affrète en décembre 1860 et en octobre 1862 pour assurer le rapatriement des immigrants africains. En effet, sur les mille huit cent vingt-six immigrants africains débarqués en Guyane, seuls cent vingt-huit hommes, six femmes et un enfant choisissent mais surtout bénéficient du rapatriement en fin de contrat, soit 7,4 %. En considérant l’ensemble des immigrants africains conduits en Guyane et aussi aux Antilles, les individus rapatriés ne représentent plus que 1,4 %. L’après-contrat que connaît Yacine Biram est somme toute exceptionnel.

  • 86 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.
  • 87 État civil du Moule (Guadeloupe), année 1907, acte de décès no 155, en ligne : http://anom.archive (...)

43À l’issue de son premier contrat, Baya, qui apparaît maintenant dans les documents administratifs sous le nom de « Baya dite Louise »86 ou « Baya dite Louisa »87, en conclut un nouveau en janvier 1873 auprès du propriétaire de La Boissière, puis en 1875 à Caillebotte, autre habitation de la même commune du Moule où elle est arrivée seize ans plus tôt. À son exemple, pour la très grande majorité des immigrants africains, c’est le réengagement qui les attend en fin de premier contrat. Ils n’ont pas les moyens financiers de s’installer et le rapatriement pourtant payé et dû par l’administration n’est jamais proposé.

  • 88 Archives nationales, 5MI 820, État civil, Montsinéry, 1858 : déclaration de naissance le 01/01/185 (...)

44Yacine Biram ne s’apprête pas à retourner seule sur le continent africain. Son projet de rapatriement est familial puisqu’elle part avec son mari et ses deux enfants. En effet, le 18 mars 1858 Yacine Biram se marie en Guyane avec M’Bisame Diouf, l’un de ses compatriotes arrivé en 1854 par le même navire qu’elle. Il est alors âgé de trente-trois ans, cultivateur comme elle sur la même habitation. Deux mois avant leur mariage, le couple a déclaré à l’état civil leur fille Marie Rose Clémentine Diouf, née le 1er janvier 1858 ; puis le 26 octobre 1860 ils déclarent leur fils : Jean Marie Diouf88. Né le 1er octobre, leur dernier enfant à deux mois et demi lorsqu’ils embarquent tous pour regagner le continent africain. Étant donné les conditions de voyage de l’époque, partir avec un nourrisson dénote leur forte volonté de rentrer. Ils arriveront tous les quatre à Freetown en janvier 1861 où ils sont pris en charge par le consul français qui y réside. Bien que leurs traces nous échappent ensuite, il est probable qu’ils embarquent quand l’opportunité se présente à bord d’un navire se rendant à Gorée.

  • 89 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6 et 58 ; 2MI13, procès-verbal du Co (...)
  • 90 État civil du Moule (Guadeloupe), année 1907, acte de décès no 155, en ligne : http://anom.archive (...)
  • 91 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.
  • 92 ADGuadeloupe, registres matricules de la commune du Moule.

45Baya s’est elle aussi mariée avec un immigrant africain, Ouamkéquétoukoula dit Pierre, qu’elle rencontre sur l’habitation Caillebotte. Ce dernier a lui aussi été « racheté » par la maison Régis Aîné quelques années avant elle puisqu’il arrive dans la colonie par le navire La Stella en juillet 1858. Ils se marient en août 1875, soit quatorze ans après l’arrivée de Baya, alors âgée de vingt-six ans environ89. Ils demeurent tous deux en Guadeloupe, comme la majorité des « rachetés ». Ouamkéquétoukoula dit Pierre y décède en 1907 à l’âge de soixante et onze ans90, tandis que Baya dite Louise ou Louisa y décède en mars 1941 à l’âge de quatre-vingt-treize ans91. Leur longévité est assez exceptionnelle puisque 45 % des immigrants africains arrivés comme eux dans la commune du Moule y décèdent au cours de leurs dix premières années92.

46Dans leurs pratiques matrimoniales, ces deux femmes sont représentatives des pratiques ayant cours dans leur « groupe » respectif, celui des « libres » et celui des « rachetés ». Toutes deux choisissent leur conjoint dans leur entourage géographique et au sein de leur « groupe ».

Conclusion

47Si Yacine Biram et Baya subissent la même discrimination, celle d’être femme, celle-ci prend cependant des formes différentes et s’incarne soit par un statut économique inférieur, soit par un contrôle du corps accru. Ainsi, parce que femme, Baya touche un salaire inférieur à celui des hommes de son groupe, ce qui n’est pas le cas pour Yacine Biram. En revanche, cette dernière et ses consœurs, toutes originairement libres, sont soumises à un contrôle médical dont les hommes de leur contingent sont exempts. Tandis que le régime ultradisciplinaire et l’appropriation physique auxquels est soumise Baya sont communs à l’ensemble des membres de son groupe.

48À travers l’analyse du parcours de ces deux femmes, une autre discrimination apparaît, celle du statut initial. Yacine Biram, sujet libre, a consenti à son départ outre-Atlantique et s’est engagée volontairement. Baya, née ou devenue captive, est, elle, achetée, transplantée en Guadeloupe et soumise à un travail forcé : elle subit son sort d’engagée plus qu’elle ne le choisit. Bien qu’une fois « rachetée » par les recruteurs français elle devienne légalement une personne de statut libre tout comme Yacine Biram, elle n’a pas accès pour autant à un traitement similaire. Non seulement sa capacité de choix est déniée, mais son corps reste sous le contrôle des acteurs coloniaux jusqu’à son arrivée chez son engagiste. Par ailleurs, les termes de leur contrat d’engagement respectif ne sont pas les mêmes : durée, salaire et conditions de rapatriement divergent, les conditions d’engagement imposées à Baya étant les plus dures et les plus iniques.

49Être libre au départ ou avoir été « rachetée », autrement dit avoir été captive, engendre bien une divergence dans la façon d’être appréhendée par les autorités coloniales et les planteurs. Ainsi, dans des sociétés post-esclavagistes reposant désormais sur les principes de la liberté, une macule servile persiste, tenant les immigrants africains provenant du « rachat » dans un statut et une situation subalterne.

Tableau 1. Salaires annuels bruts et nets des immigrants africains selon leurs contrats d’engagement de travail (en francs)

Hommes Femmes « Non-adultes »
Brut Net Brut Net Brut Net
Autorisation et convention avec le capitaine Chevalier 180F 180F 180F 180F 120F 120F
Convention avec la maison Régis Aîné 144F 93,50F 120F 84F 96F 68,40F

ADGuyane, 1M53, Paris, le 19/01/1854, lettre de Ducos, MMC, à Chevalier, capitaine, et 1M55, Paris, le 19/04/1855, convention conclue entre Chevalier et Mestro, directeur des Colonies ; ANOM, Généralités, 118/1020, Paris, le 27/03/1857, convention conclue entre Régis, armateur-négociant, et Hamelin, MMC.

Notes

1 Dix-huit mille cinq cent vingt d’entre eux sont arrivés outre-Atlantique : mille huit cent vingt-six en Guyane, six mille cent quarante-deux en Guadeloupe et dix mille cinq cent cinquante-deux en Martinique (Flory, 2015, p. 395-398).

2 Archives départementales de la Guyane (désormais ADGuyane), 1M53, Paris, le 19/01/1854, lettre de Ducos, ministre de la Marine et des Colonies (MMC), à Chevalier, capitaine au long cours. Le ministère de la Marine et des Colonies lui accorde à titre d’essai, le 19 janvier 1854, l’autorisation, de recruter huit cent travailleurs, moitié pour la Guyane et moitié pour la Guadeloupe. Au final, les autorités locales de la Guadeloupe se retirent de cet accord (ADGuadeloupe, 2MI 70 (89), Paris, le 08/03/1855, dépêche ministérielle de Ducos, MMC, à Bonfils, gouverneur de la Guadeloupe).

3 Archives nationales d’Outre-mer (désormais ANOM), FM (fonds ministériel), SG (série géographique), Sénégal et dépendances, XIV-23a, Gorée, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent du gouvernement, à Protet, gouverneur du Sénégal.

4 ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV-23a, Gorée, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent du gouvernement, à Protet, gouverneur du Sénégal.

5 Article 12 de l’affiche publicitaire utilisée par le capitaine Chevalier à Freetown : « The registering of the emigrants will take place before the officer appointed by the French Government and in charge of the emigration. Persons agreeing to the above-mentioned conditions can, from to-day up to the get all further information by applying at the office of […] of this city. » British Parliamentary Papers, « Slave Trade », vol. 44, Class B, 1969, p. 61.

6 « […] la moralité des deux femmes [étant] fort douteuse, j’ai eu le soin de les faire visiter avant l’embarquement », ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XVI-23a, Gorée, le 07/11/1854, lettre de Blanchard, agent du gouvernement, à Protet, gouverneur du Sénégal.

7 Au moment de son engagement, N’Gosé N’Gome est une jeune femme âgée de vingt ans, née et demeurant à Gorée. Elle décédera en Guyane le 8 juin 1863. ANOM, FM, SG, Guyane, 52/8, Cayenne, le 12/11/1854, procès-verbal d’arrivée du navire le Cinq-Frères, et 53/23, Cayenne, le 25/09/1869, liste nominative des immigrants africains arrivés en 1854, 1856 et 1857, dressée par Chaila, commissaire de l’immigration.

8 Annuaire de la Marine, Paris, Imprimerie impériale, année 1854.

9 ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV-23a, Gorée, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent du gouvernement délégué à « l’immigration », à Protet, gouverneur du Sénégal.

10 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 12/08/1860, rapport de la commission de visite d’arrivée de l’Harriet Rally.

11 Entre 1859 et 1860, Gillet, agent du gouvernement délégué à terre à la surveillance des opérations de la maison Régis Aîné, interroge deux mille cinq cent soixante et onze individus achetés « séjournant » à la factorerie de Saint-Victor sur les raisons qui ont conduit à leur mise en esclavage et/ou à leur mise en vente. Sur ces deux mille cent douze individus pour lesquels nous sommes renseignés, 72 % sont des esclaves de naissance, 14 % sont devenus « captifs » suite à des infractions commises par eux ou un de leurs proches, 5 % suite à l’issu d’une procédure judiciaire, 3 % suite à la mort de leurs parents, 2 % pour payer des dettes ou des amendes, 2 % suite à un kidnapping ou à une guerre et 2 % semblent être des individus libres qui, suite à une offense ou par nécessité, sont directement vendus à l’exportation. ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV/23c, rive nord du fleuve Congo, le 24/12/1862, rapport de Souzy, commissaire de l’immigration à terre, à Chasseloup-Laubat, MMC. Il donne les résultats de l’enquête de Gillet.

12 Archives départementales de la Martinique (désormais ADMartinique), dépêches ministérielles (désormais DM), procès-verbaux du Conseil consultatif des colonies du 14/02/1857, du 02/03/1857 et du 07/03/1857.

13 La catégorie « enfant » comprend les garçons et filles âgés de deux à neuf ans. ANOM, FM, Généralités, 118/1020, Paris, le 27/03/1857, convention conclue entre le ministère de la Marine et des colonies et la maison Régis Aîné.

14 La valeur de ce paquet sur le marché local est estimée à 35 pièces soit 140 F (1 pièce valant 4 F). Rapport du 22/08/1859, de Gaigneron, agent-chirurgien du gouvernement, à Sénard, chef du service médical de la Marine ; reproduit en partie dans Salmon, 1995, p. 340.

15 Rapport du 22/08/1859, de Gaigneron, agent-chirurgien du gouvernement, à Sénard, chef du service médical de la Marine ; reproduit en partie dans Salmon, 1995, p. 335.

16 ANOM, FM, Généralités, 118/1020, Saint-Victor (rive droite du fleuve Congo), le 29/03/1859, contrat d’engagement conclu entre la maison Régis Aîné et Kiluemba, captif « racheté ». Les passages en italique sont écrits à la main.

17 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/8, Cayenne, le 12/11/1854, procès-verbal d’arrivée du navire le Cinq-Frères.

18 1 tonneau de jauge brute vaut 100 pieds cube soit 2,832 m3. Le Cinq-Frères jauge 289 tonneaux de jauge brute et embarque deux cent quarante-cinq individus (deux cent trente-sept « adultes », sept « non-adultes » et un enfant).

19 Article 16 du décret du 27/03/1852 « fixant les conditions auxquelles l’importation des travailleurs aura lieu, soit que ceux-ci viennent d’Europe ou de pays étrangers ». Service historique de la Marine (désormais SHM), CC2/950.

20 Cela n’est pas le cas pour les deux autres campagnes de travailleurs africains de statut originairement libre voyageant à bord du navire mixte La Diane, dont le nombre moyen est de 1,81 puis de 1,90 homme par tonneau de jauge nette (Flory, 2011, p. 389-390).

21 ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV-23a, Gorée, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent du gouvernement, à Protet, gouverneur du Sénégal.

22 ANOM, FM, SG, Guyane, 51/27, Cayenne, le 28/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane, à Ducos, MMC : « Ces Noirs avaient effectué leur traversée de la côte d’Afrique à Cayenne entièrement nus ou à peu près. Avant de descendre à terre, j’ai fait délivrer à chacun, deux pantalons de fatigue, une chemise et une vareuse. »

23 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/08, Cayenne, le 18/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane à Ducos, MMC.

24 Ibid.

25 Pour les trente-trois campagnes conduites par la maison Régis Aîné, le taux moyen de mortalité est de 9 % avec des taux par campagne oscillant entre 0,5 % et 19 % (Flory, 2011, p. 464-466).

26 Pour le Cinq-Frères, le taux de mortalité est calculé pour la campagne de recrutement et la traversée de l’Atlantique, soit cent trente et un jours, alors que pour l’Harriet Rally il ne peut l’être que pour la traversée de l’Atlantique, soit trente-huit jours.

27 Si nous considérons les six décès survenus dans les jours suivant le débarquement, ce taux monte à 15 %. ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860 et Basse-Terre, le 15/09/1860, rapports de Huguenin, commissaire de l’immigration, au directeur de l’Intérieur.

28 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 12/08/1860, rapport de visite à l’arrivée de la commission de l’immigration de la Guadeloupe ; et le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernement à Chasseloup-Laubat, ministre de l’Algérie et des Colonies (désormais MAC).

29 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissaire de l’immigration, au directeur de l’Intérieur.

30 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissaire de l’immigration, au directeur de l’Intérieur.

31 Selon la législation, deux « non-adultes » comptent pour un « adulte ». Ce qui donne alors quatre cent vingt-quatre passagers au lieu de quatre cent quatre-vingt-sept ; mais cette manière de compter ne permet pas d’assurer un espace vital correct aux passagers. Article 22 du décret du 27/03/1852. SHM, CC2/950.

32 L’article 16 du décret du 27/03/1852 prévoit « 200 gr de viande salée ou 214 gr de poisson salé, 750 gr de biscuit ou 1 kg de riz, 120 gr de légumes secs et 3 litres d’eau ». SHM, CC2/950.

33 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MAC.

34 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissaire de l’immigration, au directeur de l’Intérieur.

35 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MAC.

36 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissaire de l’immigration, au directeur de l’Intérieur ; et le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MAC.

37 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Marseille, le 06/12/1859, rapport de la commission locale d’immigration à Chasseloup-Laubat, MAC ; Paris, le 14/12/1860 et le 21/01/1860, rapports de la commission supérieure de l’immigration à Chasseloup-Laubat, MAC.

38 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissaire de l’immigration, au directeur de l’Intérieur ; et le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MAC.

39 « L’incertitude qui plane sur l’avenir de ces opérations conduit à des concessions ; mais il importe beaucoup que les commissions locales ne prennent point sur elles d’autres dans cette voie d’exception ; car nous avons pu voir encore, en visitant l’Harriett Rally, combien les armateurs cherchent toujours à éluder les prescriptions de l’administration. » ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Paris, le 02/01/1860, rapport de Chaillié, président de la commission supérieure de l’immigration, à Chasseloup-Laubat, MAC.

40 Supra la citation de Louis Gaigneron.

41 Ces commentaires figurent sur les listes signalétiques de la Clara et de la Stella (premier voyage) dressées en 1857 par Hibert et Huard, agents à l’immigration. Ces deux listes sont les seules que nous avons retrouvées pour les opérations de la maison Régis Aîné. ANOM, FM, SG, Martinique, 127/1137 ; et SHM, BB4/745.

42 L’agent-chirurgien du gouvernement délégué à l’immigration Salaün note qu’il embarque des femmes atteintes de vaginite (navire la Renaissance, 1862), Dangaix que, suite à une visite scrupuleuse, aucune infection vénérienne n’a été détectée (navire la Ville d’Aigues-Mortes, 1861), et Gaigneron que certains sont circoncis (navire le Dahomey, 1859-1860). ANOM, FM, SG, Martinique, 127/1136 et 127/1142 et Guadeloupe, 186/1139.

43 Gaigneron : « Tout Noir racheté est immédiatement tondu pour éliminer la vermine. » Rapports du 12/07 et du 22/08/1859, de Gaigneron, agent-chirurgien du gouvernement, à Sénard, chef du service médical de la Marine ; reproduit en partie dans Salmon, 1995, p. 329, 335.

44 SHM, CC2/950, le 19/10/1859, rapport de Delasalle, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MAC.

45 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Paris, le 11/09/1858, instructions de Régis, armateur-négociant, à Lorenzy, capitaine du navire Anna.

46 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, le 26/03/1861, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MMC. ANOM, FM, SG, Martinique, 127/1139, déc. 1861, rapport de Dangaix, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MMC.

47 L’agent-chirurgien du gouvernement Carles les décrit comme suit : « Tous les jours quant la température le permet, nous faisions laver nos passagers à grande eau […] après le lavage des femmes, venait celui des hommes. Nous les faisions monter tous nus sur le pont et là au moyen des bailles, de la pompe d’étrave, de la pompe à incendie, de celle de la dunette, l’eau salée leur était distribuée sans parcimonie. Quinze minutes après, ils allaient se rhabiller dans le faux pont. » (Carles, 1863, p. 20.)

48 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, le 01/09/1860, rapport de Bonte, agent-chirurgien du gouvernement, à Chasseloup-Laubat, MAC.

49 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/8, Cayenne, le 18/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane, à Ducos, MMC.

50 ADGuyane, Fonds Lohier, X237, Cayenne, le 16/11/1854, lettre de Favard, directeur de l’Intérieur, à Bonard, gouverneur.

51 ADGuyane, Fonds Lohier, X237, Cayenne, sans date, liste des immigrants débarqués par le Cinq-Frères avec, annoté à la main, le nom de leur engagiste.

52 ADGuyane, registre non répertorié des rapports de Ménard, commissaire de l’immigration.

53 ANOM, FM, SG, Guyane, 52/8, Cayenne, le 18/11/1854, lettre de Bonard, gouverneur de la Guyane, à Ducos, MMC.

54 Les immigrants sont répartis en neuf petits groupes : cinq groupes de onze personnes, deux de dix, un de dix-huit et un de vingt et une personnes. ADGuyane, Fonds Lohier, X237, Cayenne, le 12/11/1854, procès-verbal de réception du contingent des Cinq-Frères.

55 Archives Départementales de la Guadeloupe (désormais ADGuadeloupe), registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.

56 ANOM, FM, SG, Guadeloupe, 186/1139, Pointe-à-Pitre, le 25/08/1860, rapport de Huguenin, commissaire de l’immigration, au directeur de l’Intérieur.

57 Ce qui signifie qu’elle est le 5 386e immigrant africain débarqué sur le sol guadeloupéen.

58 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.

59 Le dernier convoi d’immigrants africains arrive le 20/07/1861 en Guadeloupe, le 11/11/1859 en Guyane et le 07/08/1862 en Martinique.

60 Rapport sur l’épidémie cholérique à la Guadeloupe (1865-1866) du Dr Walther, SHM, CC2/948.

61 99 % des immigrants africains arrivés en Guadeloupe sont recrutés via la méthode dite du « rachat préalable » de captifs et acheminés par cette maison commerciale.

62 Dans le système qu’est l’engagisme, le temps du recrutement et de l’acheminement ne sont pas comptabilisés dans la durée de l’engagement, le décompte ne commence qu’à partir du jour de l’entrée au service de l’engagiste.

63 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.

64 Article 6 du décret du 13/02/1852 sur « l’immigration des travailleurs dans les colonies », Bulletin des Lois, 1852, no 3724.

65 26 (jours mensuels) x 12 (mois) x 10 (ans) = 3 120 jours.

66 Il s’agit des contingents du Cinq-Frères, de La Diane premier (1) et second voyage (2) et de L’Orion. Notons néanmoins que, bien que s’effectuant dans le cadre d’une convention ministérielle n’autorisant pas explicitement le recours au « rachat » de captifs, le contingent de L’Orion est majoritairement constitué grâce à cette méthode de recrutement-engagement. Sur deux cent quarante-sept passagers seuls dix-neuf sont de condition originairement libre au moment de leur recrutement-engagement. ANOM, FM, SG, Guyane, 52/13, Grand-Bassam, le 12/12/1857, liste des immigrants de l’Orion.

67 Feuille de la Guyane française du 11/08/1860, du 14/12/1861, du 31/05/1862 et du 03/10/1863.

68 Trois contingents (le Joseph, le Phénix et le Méridien) conduisent en Guyane sept cent quatorze « immigrants », tous sont recrutés par « rachat » de captifs dans la zone gabonaise. ANOM, FM, SG, Guyane, 52/ 11 et 12 et 53/18.

69 ANOM, Généralités, 118/1120, art. 6 de la convention ministérielle conclue le 27/03/1857 entre la maison Régis Aîné et le ministère de la Marine et des Colonies.

70 Ibid.

71 ADGuyane, Fonds Lohier, X247, art. 4 des contrats d’engagement : « Arrivé à Cayenne, M. Ch. Chevalier s’oblige à payer à la dite Yacine Biram pour prix de ses travaux, la somme de 50 centimes par jour, payable par mois […]. » Mention identique pour les contrats des engagés adultes quel que soit leur sexe, conduits par le Cinq- Frères et La Diane 1. Les engagés qui arrivent en juin 1856 avec La Diane 2 et en novembre 1857 avec l’Orion, ont des contrats avec des salaires similaires. Le salaire est de 10 F pour les « non-adultes », sans distinction de sexe.

72 Cette somme de 15 F est confirmée par deux des agents à l’émigration qui surveillent les recrutements en Afrique. ANOM, FM, SG, Sénégal et dépendances, XIV-23a, le 25/10/1854, rapport de Blanchard, agent du gouvernement, à Ducos, MMC, et le 07/12/1855, rapport de Dupuy, agent du gouvernement, à Hamelin, MMC.

73 Le salaire des hommes adultes est de 12 F, et celui des « non-adultes » de 8 F sans distinction de sexe. ANOM, Généralités, 118/1020, Paris, le 27/03/1857, convention conclue entre Régis, armateur-négociant, et Hamelin, MMC.

74 ADGuyane, Fonds Lohier, X247, art. 6 et 7 du contrat d’engagement de Ramanji, engagé indien, conclu le 17/02/1856.

75 Journal officiel de la Martinique du 17/07/1859, reproduction d’un contrat d’engagement d’immigrants chinois, art. 1 et 7.

76 Art. 2 du décret du 13/02/1852, Bulletin des Lois, 1852, no 3724.

77 ANOM, Généralités, 118/1020, art. 8 du contrat du 29/03/1859, entre Régis, armateur-négociant, et Kiluemba, captif « racheté ».

78 En fournissant des travailleurs qui resteront dans les colonies d’arrivée, ce système migratoire devient nettement plus économique que les autres en évitant les frais du rapatriement et la nécessité de réalimenter sans cesse les colonies en main-d’œuvre extérieure sous contrat.

79 ADMartinique, DM, procès-verbaux de la séance du 02/03/1857 du Comité consultatif des colonies.

80 Archives du ministère des Affaires étrangères (désormais AMAE), Affaires Diverses Politiques, Afrique, carton 42, Paris, le 28/11/1857, lettre de Walewski, ministre des Affaires étrangères, à Hamelin, MMC.

81 ANOM, FM, SG, Martinique, 86/705, le 07/03/1858, réponse de Brafin, propriétaire au Marin, au questionnaire du service de l’immigration.

82 Le rapport de l’enquête pour vérifier la conformité de la convention Régis avec le décret de 1852 met en exergue entre autres cette irrégularité. ANOM, Généralités, 124/1088, janvier 1859, rapport de Duvergier, Péraud et Langlais au prince Jérôme, MAC.

83 ADGuyane, 1M61, art. 5 de la convention du 30/06/1858 : « Mr Chevalier est autorisé à garantir à l’immigrant au nom de la colonie son rapatriement gratuit s’il le désire à l’expiration de son engagement. »

84 Les contrats d’engagement de travail dressés pour les travailleurs indiens spécifient ce droit. ADGuyane, Fonds Lohier, X247, contrat d’engagement de Ramanji, engagé indien, conclu le 17/02/1856.

85 ANOM, FM, SG, Guyane, 53/20 et 22.

86 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.

87 État civil du Moule (Guadeloupe), année 1907, acte de décès no 155, en ligne : http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr (consultation le 10 octobre 2013).

88 Archives nationales, 5MI 820, État civil, Montsinéry, 1858 : déclaration de naissance le 01/01/1858, et de mariage le 18/03/1858 ; 1860 : déclaration de naissance le 26/10/1860.

89 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6 et 58 ; 2MI13, procès-verbal du Conseil privé du 19/08/1875, demande d’autorisation de mariage.

90 État civil du Moule (Guadeloupe), année 1907, acte de décès no 155, en ligne : http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr (consultation le 10 octobre 2013).

91 ADGuadeloupe, registre matricule de la commune du Moule, vol. 6.

92 ADGuadeloupe, registres matricules de la commune du Moule.

Auteur

Chargée de recherches – Centre national de la recherche scientifique – Docteur en histoire (EHESS, 2011)