Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

76. Quel avenir pour l’Europe ?

Texte intégral

1Jean de Muller [Johannes von Müller] (1752–1809i), érudit suisse, en commerce épistolaire suivi avec des écrivains contemporains, évoque, dans une lettre, en 1778, l’importance de l’histoire pour tenter de comprendre ce que l’avenir peut nous réserver. Il sent que l’équilibre européen est sur le point de changer.

  • ii L’épistolier écrit Bourgoyne. Il s’agit d’une allusion à un célèbre militaire britannique, John Bur (...)

2On ne sait pas à quel point l’histoire est belle ; mais on ne sait pas non plus combien de connaissances l’historien doit réunir. On pourrait dire qu’il lui faut toutes celles qu’un roi devrait posséder, puisqu’il est obligé d’écrire sur toutes les parties de l’administration. Le mauvais succès de Burgoyneii doit être une leçon pour nos historiens ; car, comme il se prépare des temps où notre Europe ne sera peut-être plus la première des quatre parties du monde, les bagatelles locales qui n’ont d’importance à présent que pour nos princes, seront alors totalement oubliées. On considérera l’histoire ancienne et moderne sous le même point de vue ; elle sera par rapport aux nouvelles révolutions que l’avenir doit amener, un dépôt de maximes politiques, dont chacune trouvera tôt ou tard son application. L’Europe joue peut-être son dernier acte, et nous serons, par la suite, plus en état qu’à présent, d’apprécier chaque incident du grand drame dont le dénouement s’approche, et de lui assigner dans nos annales la place qui lui convient.

3Müller, Jean de, Lettre L (1778),
Lettres de Jean de Müller à ses amis De Bonstetten et Gleim.

Pour lire le texte original en ligne : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k9633042c
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k9633042c/​f9.vocal

Notes

i https://commons.wikimedia.org/wiki/File:JvMueller.jpg

ii L’épistolier écrit Bourgoyne. Il s’agit d’une allusion à un célèbre militaire britannique, John Burgoyne (1722–1792). Pris en étau par les forces américaines, alors qu’il tentait de mettre fin à la rébellion en Nouvelle-Angleterre, il dut se rendre, avec les 6200 hommes qu’il commandait le 17 octobre 1777, ce qui marqua un tournant dans la guerre d’indépendance.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search