Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

74. L’Europe sans frontières

Texte intégral

1 Si de nombreux auteurs mettent en évidence les échanges que permet la paix, il revient au marquis de Pezay de trouver une expression épigrammatique des conséquences heureuses de telles relations : « Un peuple fait rarement la guerre à un peuple avec lequel il commerce beaucoup. »

2Après l’avantage que retire le voyageur de la perfection des chemins ouverts dans presque toutes les parties de l’Europe, il naît de cette multiplicité des routes, une idée plus satisfaisante que la commodité même qu’elle procure.

3La commodité du voyageur n’est rien : elle n’est presque que l’inconvénient de la chose, en comparaison des autres buts d’utilité grave, auxquels touche directement la perfection des grandes routes. En effet quand les roches se hérisseraient encore à la rencontre des chars de la mollesse, quand moins d’hommes riches s’amolliraient dans des carrosses, et qu’un plus grand nombre évertueraient, à cheval, leurs membres assoupis comme leurs âmes, il n’y aurait pas grand mal. Mais un bien réel, mais un bien d’où mille autres dérivent, c’est l’appel universel fait à tous les Commerçants de l’univers, par cette facilité des routes, et celle de l’échange des denrées qui la suit ; c’est la chaîne de la société affermie, et étendue par le pouvoir des besoins mutuels, satisfaits par la commodité de cet échange ; c’est la multiplicité des rapports qui en naissent de peuple à peuple ; ce sont les préjugés nationaux étouffés, ou au moins affaiblis par le commerce des Nations ; c’est la douceur des mœurs, la perfection des arts et la paix. Un peuple fait rarement la guerre à un peuple avec lequel il commerce beaucoup.

4Alexandre-Frédéric-Jacques de Masson de Pezay,
Les soirées Helvétiennes, Alsaciennes et Franc-Comtoises (1771).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1771) : https://books.google.co.uk/​books?id=G5sOAAAAQAAJ&printsec=frontcover