Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

69. Connaître le monde pour le rendre meilleur

Texte intégral

1 La découverte de l’Amérique a eu, d’après Condorcet, un impact considérable pour l’humanité entière et la liberté des peuples en Europe comme ailleurs. Il espère un avenir républicain pacifique.

2C’est à cette époque seulement que l’homme a pu connaître le globe qu’il habite ; étudier, dans tous les pays, l’espèce humaine modifiée par la longue influence des causes naturelles ou des institutions sociales ; observer les productions de la terre ou des mers dans toutes les températures, dans tous les climats. Ainsi, les ressources de toute espèce, que ces productions offrent aux hommes, encore si éloignés d’en avoir épuisé, d’en soupçonner même l’entière étendue, tout ce que la connaissance de ces objets peut ajouter aux sciences de vérités nouvelles, et détruire d’erreurs accréditées ; l’activité du commerce, qui a fait prendre un nouvel essor à l’industrie, à la navigation, et, par un enchaînement nécessaire, à toutes les sciences comme à tous les arts ; la force que cette activité a donnée aux nations libres pour résister aux tyrans, aux peuples asservis pour briser leurs fers, pour relâcher du moins ceux de la féodalité : telles ont été les conséquences heureuses de ces découvertes. Mais ces avantages n’auront expié ce qu’ils ont coûté à l’humanité, qu’au moment où l’Europe, renonçant au système oppresseur et mesquin d’un commerce de monopole, se souviendra que les hommes de tous les climats, égaux et frères par le vœu de la nature, n’ont point été formés par elle pour nourrir l’orgueil et l’avarice de quelques nations privilégiées ; qu’au moment où, mieux éclairée sur ses véritables intérêts, elle appellera tous les peuples au partage de son indépendance, de sa liberté et de ses lumières. Malheureusement, il faut se demander encore si cette révolution sera le fruit honorable des progrès de la philosophie, ou seulement, comme nous l’avons vu déjà, la suite honteuse des jalousies nationales et des excès de la tyrannie.

3Marie-Jean-Antoine-Nicolas de Caritat, Marquis de Condorcet,
Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (1794).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1822) : https://books.google.de/​books?id=hRIPAAAAQAAJ&printsec=frontcover

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search