Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

58. Équilibre des pouvoirs et paix future

Texte intégral

1En 1752, dans un essai sur l’équilibre européen (Of the Balance of Poweri), destiné à devenir célèbre, le philosophe écossais David Hume évoque les guerres européennes passées et son souhait que les relations entre les différentes puissances évoluent de manière à garantir la paix, plutôt qu’à susciter des combats futurs.

  • ii Celles terminées par les Traités de Paix des Pyrénées, de Nimègue, de Ryswick et d’Aix-la-Chapelle. (...)
  • iii Celle terminée par la Paix d’Utrecht. [NdA]
  • iv À la fin du Discours VIII. sur le Crédit public, l’Auteur n’est pas si rassuré ; il prétend, au con (...)

2Depuis plus d’un siècle l’Europe a été sur la défensive, contre la plus grande force qui peut-être ait jamais été formée par la combinaison civile ou politique du Genre humain ; et telle est l’influence de la maxime dont nous traitons ici, que quoique cette ambitieuse Nation ait été victorieuse dans quatreii des cinq dernières guerres générales, et malheureuse seulement dans uneiii, les Français n’ont pas de beaucoup augmenté leurs domaines, et n’ont pas acquis un entier ascendant sur l’Europe ; au contraire, il nous y reste quelque espérance de leur résister encore assez longtemps pour que la révolution naturelle des choses humaines, et les événements imprévus puissent nous mettre à l’abri d’une Monarchie universelle et préserver le monde d’un si grand maliv.

3Dans les trois dernières de ces guerres générales, l’Angleterre a été à la tête de cette glorieuse résistance, elle conserve encore son poste comme Gardienne des libertés générales de l’Europe et comme la Patronne du Genre humain. Outre l’avantage de ses richesses et de sa situation, ses Peuples sont animés d’un tel esprit national, et sont si pleinement convaincus du bonheur inestimable de leur Gouvernement, que l’on peut espérer que la vigueur qu’ils ont fait paraître dans la défense d’une cause si nécessaire et si juste, ne languira jamais ; au contraire, si nous en pouvons juger par le passé, il semble que leur ardeur a plutôt besoin d’être modérée : ils ont plus souvent erré par un excès louable que par une nonchalance répréhensible.

4En premier lieu, nous paraissons plutôt avoir été animés par cette jalouse émulation des anciens Grecs, que conduits par les vues prudentes de la Politique moderne. Nos guerres avec la France ont commencé avec justice, peut-être même étaient-elles nécessaires ; mais elles ont toujours été poussées trop loin par obstination et par passion. La même paix qui fut après signée à Ryswick en 1697, avait été offerte dès l’année 1682. Celle conclue à Utrecht en 1712 aurait pu être finie à des conditions aussi avantageuses à Gertruydenberg en 1708, et nous aurions pu souscrire à Francfort en 1743 aux mêmes conditions que nous avons été bien aises d’accepter à Aix-la-Chapelle en 1748. Nous voyons par-là que plus de la moitié de nos guerres avec la France et toutes nos dettes publiques, sont plutôt l’effet de notre véhémence imprudente, que de l’ambition de nos voisins.

  • v Allusion à un passage de Tacite. Othon, qui se soulève contre l’empereur Galba, se plaint que lui e (...)

5En second lieu, nous sommes connus pour être si opposés à la puissance de la France, et tellement ardents à la défense de nos Alliés, que ceux-ci comptent sur nos forces comme sur leurs propres, et que se flattant de pousser la guerre à nos dépens, ils refusent les propositions d’accommodement les plus raisonnables. Habent subjectos, tanquam suos, viles ut alienosv. Tout le monde sait qu’au commencement du dernier Parlement, le vote factieux de la Chambre des Communes, et les esprits échauffés de la Nation ont rendu la Reine d’Hongrie inflexible, et ont prévenu l’accord avec la Prusse qui aurait rétabli sur-le-champ la tranquillité de l’Europe.

6En troisième lieu, nous épousons une querelle avec tant de bonne foi, que lorsque nous y sommes une fois engagés, nous perdons toute sensibilité, et pour nous-mêmes et pour notre postérité, et que nous ne nous occupons que des moyens de nuire à l’ennemi le plus qu’il nous est possible. Lorsqu’à un prix si cher nous avons engagé nos revenus dans des guerres où nous n’étions qu’auxiliaires, nous avons sûrement donné dans l’erreur la plus fatale qu’on ait jamais pu reprocher à une Nation qui a quelque prétention à la Politique et à la prudence. Ce remède de papiers sur les fonds publics, si c’est un remède et non pas plutôt un poison, doit du moins être réservé pour la dernière extrémité, et il n’y a que le plus grand malheur qui dût nous porter à recourir à un expédient si dangereux.

7Les excès où nous sommes portés sont préjudiciables, et peuvent avec le temps le devenir encore davantage d’une autre manière, en engendrant comme il est d’ordinaire l’extrémité opposée, et en nous rendant totalement insensibles au destin de l’Europe. Les Athéniens après avoir été le Peuple le plus intrigant et le plus guerrier de la Grèce, trouvant qu’ils s’étaient trompés, en se mêlant de chaque querelle, abandonnèrent toute attention aux affaires étrangères, et ne prirent dans la suite aucune part dans les guerres qui survinrent, que par leurs complaisances et leurs flatteries pour le vainqueur.

  • vi Si l’Empire Romain a été de quelque avantage, cela n’a pu venir que de ce qu’avant son établissemen (...)

8D’énormes Monarchies telles que celle où l’Europe est peut-être à présent en danger de tomber, sont probablement destructives pour la Nature humainevi, dans leurs progrès, dans leur durée, et même dans leur chute, qui ne peut jamais être loin de leur établissement. Le génie militaire qui a agrandi la Monarchie, abandonne bientôt la Cour, la Capitale et le centre d’un pareil Gouvernement, tandis que les guerres se font à de grandes distances et intéressent une si petite partie de l’État. Les anciens Nobles qui sont attachés à leur Souverain, vivent à la Cour et n’accepteront pas des emplois militaires qui les forceraient d’habiter des frontières reculées et barbares, et qui les éloigneraient de leurs plaisirs et de leur fortune ; ainsi il faut que les armes de l’État soient confiées à des étrangers mercenaires, sans zèle, sans attachement, sans honneur, prêts à chaque occasion à les tourner contre le Prince, et à se joindre au premier mécontent qui leur offre la paye et le pillage. Voilà le progrès nécessaire des choses humaines ; ainsi la nature s’arrête ellemême dans ses vaines élévations.

9Ainsi l’ambition travaille aveuglément pour la destruction du Conquérant, de sa famille, et de tout ce qui lui est cher. Les Bourbons se reposant sur la bravoure, la fidélité et l’affection de leur noblesse, voudront pousser leurs avantages sans retenue et sans bornes. Ces Nobles tandis qu’ils seront animés par la gloire et par l’émulation, pourront supporter les fatigues et les dangers de la guerre ; mais ne se soumettront jamais à languir dans des garnisons d’Hongrie ou de Lituanie, oubliés à la Cour et sacrifiés aux intrigues d’une maîtresse ou des favoris du Prince. Les troupes seront remplies de Croates, de Tartares, de Hussards, de Cosaques, mêlés peut-être de quelques soldats de fortune des meilleures provinces. Enfin le triste sort de l’Empire Romain se renouvellera par les mêmes causes, jusqu’à la dissolution finale de la Monarchie.

10David Hume,
« Of the Balance of Power »,
Discours politiques (1752).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1754) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k111321p
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k111321p/​f3.vocal
Pour lire le texte original en ligne (édition anglaise de 1752) : https://books.google.co.uk/​books?id=m0gVAAAAQAAJ&printsec=frontcover

Notes

i http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111321p

ii Celles terminées par les Traités de Paix des Pyrénées, de Nimègue, de Ryswick et d’Aix-la-Chapelle. [NdA]

iii Celle terminée par la Paix d’Utrecht. [NdA]

iv À la fin du Discours VIII. sur le Crédit public, l’Auteur n’est pas si rassuré ; il prétend, au contraire, qu’il ne faut qu’être dans son bon sens, pour prophétiser cet événement, qu’il fait envisager comme n’étant pas fort éloigné. [NdT]

v Allusion à un passage de Tacite. Othon, qui se soulève contre l’empereur Galba, se plaint que lui et ses partisans soient traités en esclaves, comme s’ils appartenaient à leur oppresseur, lequel les juge sans valeur, comme s’ils appartenaient à un tiers. [NdT]

vi Si l’Empire Romain a été de quelque avantage, cela n’a pu venir que de ce qu’avant son établissement, le Genre humain en général était dans un état de désordre et de barbarie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k