Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

50. La diversité européenne à travers le regard étranger

Texte intégral

1 Sur le modèle des Lettres persanes de Montesquieu, l’Espagnol José Cadalso (1741–1782i) imagine des visiteurs marocains en Espagne, rendant compte à leurs proches de ce qu’ils découvrent, et permettant ainsi aux lecteurs de découvrir à nouveaux frais leur quotidien en apprenant une forme de relativité culturelle.

Lettre I. De Gazel à Ben-Beley

2J’ai pu rester en Espagne après le retour de notre ambassadeur, tout comme je l’avais désiré depuis longtemps et que je te l’avais écrit maintes fois pendant son séjour à Madrid. Je m’étais proposé de rendre mon voyage utile, objectif souvent difficile à atteindre quand on fait partie de l’entourage des grands seigneurs, a fortiori s’ils sont d’Asie ou d’Afrique. Ceux-ci ne voient pour ainsi dire que la surface du pays qu’ils parcourent ; leur faste, l’absence de toute connaissance préalable des choses dignes d’être examinées, le nombre de leurs domestiques, l’ignorance des langues, la méfiance qu’ils doivent inspirer aux gens des pays qu’ils traversent et tant d’autres circonstances leur ôtent beaucoup de possibilités ouvertes à l’individu qui voyage avec moins d’éclat.

3Je suis maintenant habillé comme ces Chrétiens, introduit dans beaucoup de leurs maisons, je maîtrise leur langue et suis devenu ami intime d’un Chrétien nommé Nuño Núñez, qui a connu maintes vicissitudes de fortune, carrières et leçons dans l’art de diriger sa vie. Il se tient maintenant à l’écart du monde et, selon ses mots, reste enfermé en lui-même. Les heures passées en sa compagnie sont pour moi un plaisir comme il s’efforce de m’instruire dans tous les domaines sur lesquels je l’interroge ; et il le fait avec une telle sincérité que des fois il me répond : « De cela, je ne sais rien », et d’autres fois : « De cela, je ne veux rien savoir ». C’est dans cet esprit que je me propose d’examiner non seulement la cour, mais toutes les provinces de la Péninsule. J’étudierai les coutumes de ce peuple en distinguant celles que partagent les autres pays de l’Europe de celles qui lui sont particulières. J’essayerai de me défaire des nombreuses préventions que nous avons, nous Maures, contre les Chrétiens, et contre les Espagnols en particulier. Je noterai tout ce qui me surprendra pour en discuter avec Nuño et pour ensuite t’en faire part, ainsi que de son jugement là-dessus. […]

Lettre II. Du même au même

4Je ne suis toujours pas en mesure de répondre aux instances renouvelées que tu me fais de te confier les observations que je vais faisant dans la capitale de cette vaste monarchie. Sais-tu combien de choses sont nécessaires pour se former une idée véritable du pays où l’on voyage ? Il est bien vrai qu’au prix de mes nombreux voyages à travers l’Europe, je suis plus à même d’y arriver que d’autres Africains, ou plus exactement j’y trouve moins d’obstacles ; nonobstant, j’ai constaté tant de différences entre les Européens que la connaissance d’un des pays de cette partie du monde est insuffisante pour juger des autres États qui la composent. Les Européens ne semblent pas être voisins ; leur cuisine, leurs théâtres, leurs boulevards, leurs armées et leurs objets de luxe ont beau être en apparence les mêmes, la législation, les vices, les vertus et le gouvernement sont cependant extrêmement différents et partant les coutumes particulières à chaque nation. […]

5José Cadalso, Lettres marocaines (1789).

Pour lire le texte original en ligne (édition espagnole) : https://es.wikisource.org/​wiki/​Cartas_marruecas

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k