Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

49. Aux origines de l’unité européenne

Texte intégral

1August Wilhelm Schlegel, cité par Germaine de Staël, de qui il était proche, dans son essai De l’Allemagne (1813i), évoque le Moyen Âge comme une période d’unité et de progrès pour l’Europe entière.

2L’Europe était une dans ces grands siècles, et le sol de cette patrie universelle était fécond en généreuses pensées, qui peuvent servir de guide dans la vie et dans la mort. Une même chevalerie changeait les combattants en frères d’armes : c’était pour défendre une même foi qu’ils s’armaient ; un même amour inspirait tous les cœurs, et la poésie qui chantait cette alliance exprimait le même sentiment dans les langages divers.

3Ah ! la noble énergie des âges anciens est perdue : notre siècle est l’inventeur d’une étroite sagesse, et ce que les hommes faibles ne sauraient concevoir n’est à leurs yeux qu’une chimère ; toutefois rien de divin ne peut réussir, entrepris avec un cœur profane. Hélas ! nos temps ne connaissent plus ni la foi, ni l’amour ; comment pourrait-il leur rester l’espérance ! »

4Germaine de Staël, De l’Allemagne (1813).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1841) : https://books.google.mu/​books?id=pEZbAAAAQAAJ&printsec=frontcover

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k