Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

47. Le café : endroit de sociabilité européen

Texte intégral

1Pour Louis-Antoine Caraccioli (Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française, 1777), le café paraît être devenu l’endroit de sociabilité par excellence dans toutes les grandes villes européennes du XVIIIe siècle.

Des Cafés

2Qui se serait imaginé il y a deux cents ans, qu’une petite fève venue d’Arabie, ferait éclore en Europe une multitude de boutiques aussi agréables que commodes, où les citoyens se rassembleraient, où les étrangers se donneraient rendez-vous, où par des jeux innocents on dissiperait le chagrin et l’ennui.

3Rome, Paris, Londres, goûtent tous les jours le prix d’une telle institution. On voit à Venise, jusqu’aux femmes les plus distinguées, fréquenter les Cafés, et prouver par leur exemple, (qui pourrait être quelquefois suivi), combien un lieu décent, ouvert à tous les honnêtes gens, renferme d’agréments et d’avantages.

4C’est aux Cafés qu’on doit une infinité de liaisons contractées par les voyageurs. Ils sont dans chaque ville un signe de ralliement ; et bien des personnes seraient embarrassées de leur temps, s’ils n’existaient pas.

  • i L’Encyclopédie, coordonnée par Diderot et D’Alembert contient un bref article anonyme à l’entrée «  (...)

5Le Dictionnaire Encyclopédiquei les qualifie de Manufactures d’esprit, tant bonnes que mauvaises, et il faut avouer qu’ils furent souvent des lieux d’escrime pour les auteurs. On se rappelle encore combien les Cafés qui dans Paris avoisinaient la Comédie Française, étaient fréquentés, lorsque certains écrivains à la mode, y tenaient école de politique, de littérature et de philosophie.

6Il en existe encore de cette espèce, où l’étranger apprend à débiter des nouvelles, tant fausses que vraies, et à discerner les bonnes comédies des mauvaises, pourvu toutefois que la cabale ne s’en mêle pas.

7Les Cafés, d’ailleurs, étant le rendez-vous des jeunes gens qui suivent les modes de préférence, on est sûr d’y voir les nouvelles frisures, les nouvelles boucles, les nouvelles étoffes.

  • ii Le mot ne fait son entrée dans le Dictionnaire de l’Académie française que dans la sixième édition (...)

8Il en est de même des Cafés chez les diverses nations. Le Français qui voyage, curieux de voir et d’être vu, ne manque pas de s’y présenter, et dans un clin-d’œil il instruit tous ceux qui s’y trouvent, de la manière de nouer une cravate, d’étager les cheveux, de boutonner un fracii. On le dévore des yeux, tant il paraît leste et élégant, tandis qu’il se fait écouter de tous ceux qui l’environnent.

9S’il ne sait pas la langue du pays, il parle la sienne. Chacun se dit à l’oreille, qu’il est réellement intéressant, et chacun se propose de l’imiter. Dès le jour même, des tailleurs sont appelés, afin de copier exactement la forme de son habit.

10Les pères attachés à la vieille routine regardent cette démarche comme un attentat fait à leurs mœurs ; ils murmurent, ils entrent en fureur : mais leurs fils sont déjà vêtus selon la nouvelle mode, et c’est un torrent qu’on ne peut plus arrêter.

11Ainsi mille fois dans les Cafés, tant à Munich, qu’à Berlin, tant à Liège, qu’à Rotterdam, on prit, à la seule inspection d’un Français, sa manière de se mettre, de se présenter, et d’exister.

12Les Cafés étant la résidence ordinaire de plusieurs jeunes gens, c’est toujours par eux, comme ayant le talent singulier de saisir les nouveautés, que l’élégance des modes s’introduit. On se plaît à les voir arborer le pavillon de la variété.

  • iii Il faut comprendre connaître au sens de reconnaître.
  • iv Le dîner désigne alors le repas du milieu de la journée.

13Autrefois les Européens se tenaient claquemurés dans leurs maisons : maintenant ils se produisent, et ils aiment à converser. S’il existe encore certaines Nations fières, qui craignent de se compromettre en paraissant au Café, des princes mêmes ont dû leur apprendre, qu’on ne perd rien de sa grandeur, en s’y faisant voir. Plus d’une fois, en voyageant, ils y parurent incognito, quoique tout le monde les connûtiii. Cela n’empêche pas qu’un Café ne soit un lieu pitoyable pour quiconque y passe ses jours à végéter ; et malheureusement il n’y a que trop d’oisifs qui suivent ce train de vie. Ils s’y trouvent dès dix heures du matin, attendant avec impatience le moment de dîneriv, et ils y rentrent sur les trois heures après midi, dans l’espoir d’y faire un leste souper.

14Louis-Antoine Caraccioli,
Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1777) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961/​f3.vocal

Notes

i L’Encyclopédie, coordonnée par Diderot et D’Alembert contient un bref article anonyme à l’entrée « Caffés [sic] » selon lequel : « ce sont des lieux à l’établissement desquels l’usage du café a donné lieu : on y prend toutes sortes de liqueurs. Ce sont aussi des manufactures d’esprit, tant bonnes que mauvaises. »

ii Le mot ne fait son entrée dans le Dictionnaire de l’Académie française que dans la sixième édition (1832–1835) : « Habit d’homme qui ne couvre par devant que la poitrine, et qui se termine par derrière en deux longues basques plus ou moins étroites. »

iii Il faut comprendre connaître au sens de reconnaître.

iv Le dîner désigne alors le repas du milieu de la journée.