Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

46. Un avènement spirituel

Texte intégral

1L’écrivain romantique allemand, Novalis — de son vrai nom Georg Philipp Friedrich von Hardenberg — (1772–1801i) compose en 1799 un long fragment, resté inédit de son vivant, dans lequel il voit le triomphe du christianisme comme une issue aux guerres qui déchirent l’Europe.

2Tournons-nous à présent vers le spectacle politique de notre temps. Le monde ancien et le monde nouveau sont en lutte l’un avec l’autre. Des phénomènes épouvantables ont mis en évidence les défauts et les insuffisances de l’organisation des États jusqu’à présent. Et si ici aussi, comme dans les branches de la connaissance, des contacts de plus en plus étroits et nombreux entre les États européens étaient le but historique premier de la guerre ? Et si un nouvel éveil d’une Europe jusqu’ici assoupie entrait en jeu ? Et si l’Europe s’éveillait et que nous nous retrouvions confrontés à un État des États, une théorie politique de la connaissance ! Est-ce que la hiérarchie, cette figure symétrique fondamentale des États pourrait être le principe d’unification des États, comme intuition intellectuelle du moi politique ? Il est impossible que des forces laïques trouvent l’équilibre ; seul un troisième élément, à la fois séculier et surplombant, peut résoudre ce problème. Entre les pouvoirs en lutte, aucune paix ne peut être établie. Toute paix est une simple illusion, une simple trêve. Du point de vue des cabinets ou de la conscience commune, aucune cohabitation n’est concevable. Les deux partis ont des exigences importantes et urgentes et doivent les formuler : ils sont mus par l’esprit du monde et de l’humanité. Ce sont tous deux des pouvoirs indestructibles dans le cœur de l’homme : d’un côté la révérence pour le passé, l’attachement à un système historique, la vénération des monuments des ancêtres et de l’ancienne et glorieuse dynastie, et la joie d’obéir ; de l’autre, la jouissance du sens de la liberté, l’espoir sans limites de sphères d’activité considérables, le goût du nouveau et de la jeunesse, les relations familières avec tous les citoyens de l’État, le sentiment de de la fierté face à des valeurs humaines universelles, l’exercice de ses droits personnels et des biens de la collectivité, ainsi que la pleine conscience du droit de la citoyenneté. Qu’aucun des deux n’espère détruire l’autre. Aucune conquête ne prend sens ici car la capitale intérieure de tout royaume ne se trouve pas derrière des murailles et ne saurait être prise d’assaut.

3Qui sait si la guerre a assez duré ? Mais elle ne finira jamais à moins que quelqu’un s’empare de la palme que peut seule tendre une puissance spirituelle. Le sang coulera à flots en Europe jusqu’à ce que les nations perçoivent la folie effrayante qui les fait tourner en rond jusqu’au moment où, arrêtés par une musique sacrée et apaisés, ils s’approchent des anciens autels dans une fusion colorée et entreprennent des œuvres de paix ; jusqu’à ce qu’un grand repas d’amour se célèbre comme festival de paix, parmi de chaudes larmes, sur les champs de bataille encore fumants. Seule la religion peut éveiller à nouveau l’Europe, rassurer ses peuples et installer visiblement le Christianisme sur terre avec une nouvelle splendeur dans son ancien office d’établissement de la paix.

4Novalis, La Chrétienté ou l’Europe (1799).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1799) : http://www.zeno.org/​Literatur/​M/​Novalis/​Essay/​Die+Christenheit+oder+Europa

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k