Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

44. L’Europe entre déclin et renouveau

Texte intégral

1 Friedrich Schlegel (1772–1829 i ), homme de lettres, traducteur, critique littéraire et historien fut l’un des plus importants représentants du Romantisme allemand. Son rôle de médiateur entre les cultures française et allemande trouve son expression dans son Voyage en France publié en 1803 dans le journal qu’il dirigea durant son séjour en France. Il y analyse les différences entre l’Allemagne et la grande nation voisine, ainsi que la situation de l’Europe à l’ère napoléonienne.

2Mais l’Europe est-elle vraiment un pauvre continent, défavorisé et négligé par la nature comme l’Amérique selon le jugement de certains philosophes et géographes ? Non, sûrement pas, et aucun historiographe et aucun physicien n’approuverait ce jugement.

3Dans la déchéance totale même dans laquelle se trouve l’Europe, nous pouvons apercevoir les germes d’un destin plus élevé. […]

4Ce qui fut grand et beau jadis, est tellement détruit que je ne sais pas dans quelle mesure on peut soutenir que l’Europe existe encore comme entité. Il n’existe plus que les résultats inévitables de cette tendance à la séparation. Elle peut être considérée comme aboutie car elle est arrivée au stade de l’anéantissement de l’Europe. Comme tout a été détruit, il y aurait alors au moins de la place pour quelque chose de nouveau. Ainsi on trouve le moyen de tout faire et nous ne pouvons pas manquer de courage pour construire un nouveau monde à partir des ruines. […]

5Reprenons notre argumentation précédente et approfondissons-la un peu. Si les parties du monde que nous appelons l’Orient et le Nord représentent les pôles visibles du bien en ce même monde alors que tout le reste ne paraît être qu’un espace vide, de la matière brute et sans forme, voire même un obstacle à l’union, il faudrait alors unir ces deux pôles. Or, cela ne semble être possible que sur ce continent apparemment si peu favorisé ; et dans ce sens il faut sans doute dire : la véritable Europe est encore à naître.

6Friedrich Schlegel, Voyage en France, 1803.

Estampe allégorique représentant le traité de Paris en 1763. Dessin de Monnet, gravé par Jean-Baptiste Tilliard. Au centre : les principaux pays sous la forme de déesses antiques. Texte : Paix rendue à l’Europe en mille sept cent soixante et trois et publiée à Paris le XXI juin même annéeii

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1803) : http://www.ub.uni-bielefeld.de/​diglib/​aufkl/​europa/​europa.htm

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Estampe allégorique représentant le traité de Paris en 1763. Dessin de Monnet, gravé par Jean-Baptiste Tilliard. Au centre : les principaux pays sous la forme de déesses antiques. Texte : Paix rendue à l’Europe en mille sept cent soixante et trois et publiée à Paris le XXI juin même annéeii
URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k