Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

42. L’Italie et les origines de la culture européenne

Texte intégral

1 Corinne, protagoniste du roman éponyme de Germaine de Staël (1766 – 1817 i), personnifie le génie créateur au féminin. Les personnages fictifs permettent à l’auteure de dépeindre les caractères nationaux européens. Ici, le discours du Prince Castel-Forte en l’honneur de l’héroïne à l’occasion du couronnement de celle-ci au Capitole, évoque les origines italiennes de la civilisation moderne. Corinne devient ici un personnage quasi allégorique qui incarne le berceau de la culture européenne.

2Je ne me flatte pas, dit en terminant le prince Castel-Forte, d’avoir pu peindre une personne dont il est impossible d’avoir l’idée quand on ne l’a pas entendue ; mais sa présence [de Corinne] est pour nous à Rome comme l’un des bienfaits de notre ciel brillant, de notre nature inspirée. Corinne est le lien de ses amis entre eux ; elle est le mouvement, l’intérêt de notre vie ; nous comptons sur sa bonté ; nous sommes fiers de son génie ; nous disons aux étrangers : — regardez-là, c’est l’image de notre belle Italie ; elle est ce que nous serions sans l’ignorance, l’envie, la discorde et l’indolence auxquelles notre sort nous a condamnés ; — nous nous plaisons à la contempler comme une admirable production de notre climat, de nos beaux-arts, comme un rejeton du passé, comme une prophétie de l’avenir ; et quand les étrangers insultent à ce pays d’où sont sorties les lumières qui ont éclairé l’Europe ; quand ils sont sans pitié pour nos torts qui naissent de nos malheurs, nous leur disons : — regardez Corinne.

3Germaine de Staël, Corinne ou l’Italieii (1807).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1807) : https://www.archive.org/​stream/​corinneoulitalie01stauoft

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search