Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

41. Rapprochement des Européens

Texte intégral

1Louis-Antoine Caraccioli, dans la conclusion de son ouvrage Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777) constate un rapprochement bénéfique des peuples européens au XVIIIe siècle. Il l’attribue au commerce plus fréquent entre les différentes nations. Ainsi, les idées des Lumières, telle la tolérance, circulent plus largement. Il constate avec une certaine satisfaction la suprématie du goût français qui semble s’imposer partout en Europe.

2Oh ! Je respire. L’Europe est donc maintenant le plus agréable séjour de l’univers. Je n’y vois plus ces ronces, ces landes, ces marais, ces précipices qui blessaient la vue, qui désespéraient le voyageur. La plus riche campagne, le plus riant parterre, la plus belle perspective, les plus belles routes. Voilà ce que j’aperçois, et c’est la France qui a contribué plus qu’aucun autre pays, à cette heureuse métamorphose.

3Et qu’a-t-on employé pour un pareil succès ? De grands et de petits moyens, comme je l’ai observé. Des ressources faibles en apparence, sont souvent du plus grand secours.

4Rien de plus avantageux que d’avoir franchi, par le moyen des chemins publics et des postes, l’intervalle immense qui séparait les Européens les uns des autres. Il semble qu’il n’y ait plus de distance entre eux. Paris touche Pétersbourg, Rome Constantinople, et ce n’est plus qu’une seule et même famille qui habite différentes régions. J’appelle la Pologne, la Suède, le Danemark, je les prie de me donner la main, et déjà nous nous saluons, nous nous embrassons, nous fraternisons. C’est le même esprit qui nous vivifie, la même âme qui nous anime.

5Je ne rencontre plus ce fanatisme qui prenait le langage de la religion pour soulever peuple contre peuple, et pour éterniser des disputes et des dissensions ; je n’entends plus ces cris de guerre qui excitaient la vengeance et la haine ; si l’on se tue encore, c’est du moins sans animosité.

6La manière d’étudier est presqu’uniforme. Les écoles espagnoles ressemblent aux écoles allemandes. On y forme les mêmes disciples, on y apprend également à discerner le faux et le vrai, à ne regarder que comme opinion, ce qui n’est pas de foi. La superstition se cache, et la religion se montre ; elle qui ne craint que d’être ignorée.

7Si j’examine la société ; je la trouve la même chez tous les Européens, à quelques nuances près. La douceur en fait la base ; l’aménité, le vernis. On joue les mêmes jeux, on tient les mêmes propos, on a les mêmes idées, les mêmes sentiments. Les femmes sont instruites à Naples comme à Paris, à Londres comme à Madrid ; et elles font l’agrément des sociétés.

8Le bel-esprit qui joue sur le mot, commence à n’être plus écouté. Il n’y a que l’Italien qui conserve ses concetti, et qui les gardera, parce qu’ils tiennent à sa langue pour laquelle il est justement passionné.

9On recherche de toutes parts tout ouvrage qui porte l’empreinte de la délicatesse et du génie, et l’on désire universellement qu’il soit écrit en français ; c’est la seule langue qu’on aime à parler, et qui deviendrait unique, si la plupart des Européens étaient consultés.

10Il n’y a plus de modes que celles qui sont françaises. L’Anglais a toute la peine du monde à soutenir les siennes, qu’il ne conserve que par vanité.

11On s’habille à Vienne comme à Paris, et l’on se coiffe à Dresde comme à Lyon. La plupart des Européennes employaient autrefois toute la matinée à se rendre ridicules le reste du jour. C’était un mélange de gothique et de moderne, une bigarrure de couleurs disparates qui contrariaient l’âge ou la physionomie. Maintenant c’est le goût qui préside à toutes les toilettes ; et ce goût est celui de Paris. […]

12La politesse française n’a point trouvé de nation réfractaire quand elle s’est introduite chez les différents peuples. Il n’y a personne qui n’aime l’aisance et l’honnêteté.

13L’Europe est donc maintenant un tableau dont toutes les parties sont admirablement liées ; l’œil y aperçoit un ensemble qui le flatte, une ordonnance qui le satisfait ; d’où je conclus qu’on ne peut résister aux charmes de la douceur et de l’insinuation, et que plus les années s’accumuleront, et plus l’aménité française dominera, cette aménité, qui donne de l’agrément aux choses les plus sérieuses, comme de l’intérêt aux plus petits riens.

14Louis-Antoine Caraccioli,
Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777).

Galerie des Modes, « Jeune Dame de Qualité en grande Robe coëffée avec un bonnet ou pouf élégant dit la victoire » (1778). Dessiné par Claude-Louis Desrais, gravé par Voysanti.

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1777) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961/​f3.vocal

Table des illustrations

Légende Galerie des Modes, « Jeune Dame de Qualité en grande Robe coëffée avec un bonnet ou pouf élégant dit la victoire » (1778). Dessiné par Claude-Louis Desrais, gravé par Voysanti.
URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search