Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

37. Diversité et unité de l’Europe

Texte intégral

1Johann Gottfried Herder (1744–1803i), poète, philosophe et traducteur allemand, développe sa philosophie de l’histoire dans son traité philosophique Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit (1784–1791), (Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité). Ici il met en évidence l’idée de la diversité de l’Europe qui fait en même temps sa force. Le philosophe se montre également conscient de l’eurocentrisme et défend l’idée de la relativité culturelle.

2Pourquoi l’Europe se distingue-t-elle par la variété de ses nations, de ses coutumes, de ses arts, et plus encore par l’influence qu’elle a exercée sur toutes les parties du monde ? Je sais bien qu’il y a une combinaison de causes que nous ne pouvons tracer ici séparément ; mais il est physiquement incontestable que son territoire, coupé et brisé dans ses formes, a été une des causes accidentelles qui y a contribué. À mesure que les peuples d’Asie s’avancèrent par des chemins et en des temps différents, que de baies et de golfes, que de rivières dont le cours était varié, que de collines dont les chaînes se contrariaient l’une l’autre, se présentèrent à leurs regards ! Ils purent être réunis et vivre séparés ; ils purent agir les uns sur les autres, sans que la paix fût troublée. Ainsi, dans la variété de ses formes, cette partie du monde représenta en abrégé le lieu d’assemblée de tous les peuples de la terre. La Méditerranée seule a tant influé sur le caractère de toute l’Europe, que nous pouvons voir en elle le milieu par lequel se sont propagées toutes les civilisations depuis l’antiquité jusqu’au moyen âge. Bien loin après elle, vient la mer Baltique, qui, s’étendant beaucoup plus au Nord, entre des nations grossières et des terres stériles, est comme un défilé où se presse le commerce du monde : c’est elle qui donne la vie à tout le nord de l’Europe ; sans elle, plusieurs des terres adjacentes seraient barbares, glacées et inhabitables. Les mêmes effets sont produits par l’échancrure du sol entre l’Espagne et la France, par le canal qui sépare la France et l’Angleterre, et par la configuration de la Grande-Bretagne, de l’Italie et de l’Ancienne Grèce. Changez la forme de ces contrées, prolongez ici un détroit, là faites circuler un canal ; les progrès et la dévastation du monde, le destin de tous les pays suivront pendant des siècles un cours entièrement différent. […]

3Je ne continuerai pas à errer plus longtemps à travers l’Europe ; tant de formes, tant de mélanges s’y rencontrent ; elle a modifié de tant de manières sa nature par l’art et la culture, que je ne sais où puiser quelques remarques générales sur les nations bien organisées qui se sont mêlées et confondues sur son sol. […]

4Johann Gottfried Herder,
Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité (1784–1791).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1828) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k68507x
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k68507x/​f8.vocal
Pour lire le texte original en ligne (édition allemande de 1786) : https://books.google.co.uk/​books?id=GegOAAAAQAAJ&printsec=frontcover

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k