Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

36. L’importance du commerce

Texte intégral

1Comme l’abbé de Saint Pierre ou Montesquieu, Louis-Antoine Caraccioli souligne, dans son ouvrage Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777), l’importance du commerce pour l’entente entre les peuples. L’essor des échanges entraîne, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle l’avènement d’une Europe transculturelle sous l’égide de la France.

Du Commerce

2Le commerce étant le lien des nations, il n’est point surprenant qu’il ait beaucoup contribué à rendre l’Europe française. Les Hollandais et les Anglais, furent certainement les deux peuples qui lui donnèrent plus de consistance et plus d’étendue ; mais les Français le rendirent plus actif. On sait qu’ils aimèrent toujours le mouvement.

3Je les vois sur toutes les mers, tantôt se quereller avec les destins, tantôt avec les éléments, à dessein d’amasser du bien ; moins pour s’enrichir, à la vérité, que pour briller. Leur langage insinuant, leur air élégant, leur servent de passeport pour arriver au cœur de ceux qu’ils veulent gagner. Ils ont plus tôt subjugué les étrangers, qu’un Anglais n’a parlé. Les femmes surtout ne peuvent leur refuser leur amitié ; et voilà pourquoi ils se marient si facilement dans des pays lointains, pourquoi ils n’y sont jamais embarrassés.

4On trouve que leurs manières sont aisées, et que le commerce maritime, qui donne ordinairement aux mœurs beaucoup d’âpreté, ne les rend ni grossiers, ni sauvages : soit effectivement la température de l’air, soit le caractère de la nation, quiconque naquit et France, et y fut élevé, est rarement brutal. On y rencontre des hommes pétulants, mais jamais farouches.

5Ainsi par le moyen du commerce même, les Français adoucirent l’Europe. Habiles à s’insinuer, ils se font des prosélytes, dans le temps qu’ils ne s’occupent extérieurement que d’affaires de négoce.

6[…] Je ne parle ici que de la seconde classe des négociants ; car il est des commerçants dans toutes les villes considérables, telles que Nantes, Rouen, Lyon, Marseille, Bordeaux, enfin Paris, qui ont des vues perçantes, des connaissances étendues, qui caressent enfin les muses, et qui leur serviraient de secrétaires, si leur correspondance valait celle de Plutus.

7Rien ne répand l’homme dans toutes les régions du monde, comme le commerce. De son cabinet, le négociant s’entretient avec tous les peuples de l’univers, donnant ordre à ses lettres, d’aller tantôt en Asie, tantôt en Amérique, manifester ses volontés ; comme les feuilles de la Sibylle, dont parle Virgile, il me semble les voir se répandre de toutes parts, et suivre l’impétuosité des vents et des flots.

8C’est par la voie du commerçant que l’or circule, que l’agréable se trouve joint à l’utile, que le monde s’enrichit, et que la France fit connaître dans tous les pays ses modes, ses gentillesses, son industrie.

9Combien ceux qui dirigent les manufactures n’ont-ils pas contribué à l’heureux changement qui fait le sujet de cet ouvrage. Ils ont attiré l’attention des étrangers par la beauté de leur travail. Il n’y a pas de cour en Europe où les étoffes françaises ne soient à la mode. Elles flattent la vanité des grands, la frivolité des femmes ; elles brillent dans les jours de gala. Une robe qui n’a pas été fabriquée à Lyon, un diamant qui n’a pas été monté à Paris, un éventail qui n’y est pas né, sont des objets insipides pour l’étranger. Il ne s’épanouit que lorsqu’il s’aperçoit quelque échantillon du génie Français.

  • i Les Germain sont une dynastie d’orfèvres, les Dulac des marchands merciers à Paris.

10Travaillez donc ingénieux Lyonnais, élégants Parisiens ; tout ce que vous ferez sera exalté comme un chef-d’œuvre, tant on a de confiance dans vos talents. Il est vrai que la plus légère bagatelle qui sort de vos mains, porte l’empreinte de la délicatesse et du goût. Aussi votre nom vole-t-il au-delà des Alpes et des Pyrénées, et l’on connaît jusqu’au fond de la Russie, et l’Empereur, et Germain, et du Laci, etc. etc.

11Louis-Antoine Caraccioli,
Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1777) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961/​f3.vocal

Notes

i Les Germain sont une dynastie d’orfèvres, les Dulac des marchands merciers à Paris.