Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

30. L’empire de la raison

Texte intégral

1La pensée politique de Stanislas Leszczynski (1677–1766i), roi de Pologne puis duc de Lorraine, est faite d’un mélange de pragmatisme et d’idéalisme : pour vivre en paix avec ses voisins, un État doit savoir s’en faire craindre ; mais il n’exercera durablement son empire que par la sagesse de ses lois et la vertu de son souverain. Dans l’Entretien d’un Européen avec un insulaire du Royaume de Dumocala, il fait dialoguer un voyageur, dont le vaisseau a fait naufrage sur une terre australe inconnue, avec un homme vénérable, « espèce de brachmane », rencontré au troisième jour de son arrivée.

2Vous vous trompez, reprit [le brachmane] : notre île est isolée, il est vrai ; mais elle est immense : nous n’en possédons que la principale partie, et nous avons des voisins qui devraient naturellement être d’autant plus jaloux de notre puissance, qu’il n’est aucun d’eux qui puisse l’égaler : peu redoutables chacun par eux-mêmes, ils pourraient le devenir par leur union ; mais notre système nous met à l’abri de leurs insultes. Par notre bonne foi, nous avons gagné leur confiance, et ils ont tant de preuves de notre désintéressement, qu’ils nous croient du moins aussi portés à ménager leur repos, qu’ils le devraient être eux-mêmes.

3Moins tranquilles entre eux, parce qu’ils se méfient les uns des autres, ils s’attaquent presque toujours ; et leurs guerres sont d’autant plus cruelles, qu’elles deviennent plus opiniâtres par l’égalité de forces qui balance leurs succès.

4Il n’est que l’ascendant que nous donne sur eux l’opinion qu’ils ont de notre sagesse qui puisse mettre fin à leurs malheurs. Ils prennent notre souverain pour arbitre de leurs querelles ; et notre souverain, d’ailleurs assez puissant pour leur faire accepter la paix, trouve plus de gloire à la leur donner, qu’il n’en aurait à profiter de leur épuisement pour étendre à leurs dépens les bornes de son empire.

5C’est là une espèce de monarchie universelle, d’autant mieux fondée, que ceux-là même qu’elle subjugue en effet, sont plus empressés de s’y soumettre, que les peuples qu’ils gouvernent ne le sont d’obéir à leurs lois.

6De là vient aussi que, pour la maintenir comme ils le souhaitent, nos troupes sont toujours prêtes à marcher où leurs besoins les appellent ; mais ces troupes, contre l’usage ordinaire de celles de vos pays, n’étant destinées à faire la guerre que pour la terminer, ne soulèvent point contre nous des nations qui trouvent leur avantage dans notre supériorité ; et qui, prêtes à se confédérer pour la détruire, si nous voulions en abuser, cherchent au contraire à la maintenir, parce que réellement nous ne nous occupons qu’à la leur rendre utile.

7Comparez donc à présent, ajouta le brachmane, votre politique avec la nôtre, et voyez laquelle est plus estimable, plus sûre, plus utile en effet, ou celle qu’on ne peut éviter de suspecter, parce qu’elle n’a jamais de succès qu’autant qu’elle s’applique à ne point paraître, ou celle qui, se montrant à découvert, devient parmi les nations un principe de liaison et d’amitié, plutôt qu’un motif de méfiance et de crainte.

8Stanislas Leszczynski,
Entretien d’un Européen avec un insulaire du Royaume de Dumocala (1752).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1752) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k84469n

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search