Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

28. L’union économique ?

Texte intégral

1Dans son Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, défie les détracteurs du projet européen en soulignant l’impact d’une union économique pour la prospérité des pays qui y participent.

2Si par le traité d’Union, m’a-t-on dit, le commerce augmente en France, en Espagne, en Danemark, en Portugal et ailleurs, cette augmentation ne pourra se faire qu’au préjudice de l’Angleterre, et surtout de la Hollande, qui sont aujourd’hui le plus grand commerce du Monde. Mais il est aisé de répondre à cette objection, et de montrer que cette augmentation des uns ne nuira en rien à l’augmentation du commerce des autres ; c’est qu’à la vérité le commerce augmentera chez toutes les nations, mais il augmentera partout proportionnellement. La nation qui faisait la douzième partie du commerce d’Europe, fera un plus grand commerce ; mais comme toutes les autres augmenteront le leur à proportion, elle ne fera alors que la douzième partie du commerce : celle qui seule faisait le tiers de ce commerce, augmentera le sien, et continuera à faire encore le tiers du total. Ainsi les nations qui ont chez elles le plus de moyens de faire le commerce, continueront à avoir le plus de part au commerce.

3Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre,
Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe (1713).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1713, tome I) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k86492n?rk=21459
Pour lire le texte original en ligne (édition de 1713, tome II) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k864930?rk=42918

Table des illustrations

Légende Claude-Joseph Vernet, Vue côtière (1771i).
URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k