Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

25. La diversité linguistique en Europe

Texte intégral

1Louis-Antoine Caracciolii constate dans Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777), la suprématie de la langue française sur les autres langues européennes. Il entre ainsi dans un débat auquel participeront nombre d’autres penseurs du temps, dont Rivarol.

Des langues

2Chaque peuple exprime ce qu’il est par sa manière de parler. La liberté polonaise, la gravité allemande, la souplesse italienne, la fierté espagnole, la légèreté française, se font remarquer dans les diverses langues, et dans la manière de les prononcer. L’un traîne ses mots, l’autre les précipite, celui-ci les étouffe, celui-là les fait sonner.

3Si c’était ici le lieu d’assigner à chaque langue le rang qui lui est dû, je dirais, qu’après la grecque et la latine, l’italienne, comme insinuante et sonore, la française, comme élégante et précise, méritent la préférence. Si cette dernière est maintenant la triomphante, c’est que, naturelle et concise dans ses expressions, elle est le langage de la société ; l’italienne, à raison de son harmonie, paraît beaucoup moins propre à la conversation qu’à la musique et à la poésie.

4[…] Il faut revenir à la langue française, quand on veut converser ; moins diffuse que toute autre, moins difficile à prononcer, elle n’exige ni une abondance de mots ni des efforts de gosier, pour donner du corps aux pensées ; que dis-je, elle les revêt de manière à leur communiquer beaucoup d’agréments sans les énerver ni les enfler.

5Si certains écrivains affectèrent de publier qu’elle est extrêmement pauvre, c’est qu’ils n’eurent pas le talent de la faire valoir ; mais elle est bien vengée de leurs fausses imputations par le plaisir que les Européens goûtent à la parler.

6D’ailleurs qu’on écrive comme Pascal, comme Malebranche, comme Bossuet, comme Rousseau ; et bientôt on persuadera le public que la langue française est véritablement riche, et que, si elle ne varie pas ses tours à l’infini, elle donne aux pensées une élégance et une énergie dont les auteurs médiocres ne la croient pas susceptible. […]

7L’étranger a senti ce charme puissant, et il a été entraîné, comme malgré lui, à oublier sa propre langue, pour parler celle des Français. On est tout étonné d’entendre converser à la Cour de Vienne, de Pétersbourg, de Varsovie, comme à celle de Versailles. C’est la même expression, le même accent.

  • ii Nous dirions en français moderne « appliquez-vous ».

8Français, sentez tout le prix d’un pareil honneur, et vous appliquezii plus que jamais à enrichir une langue devenue presqu’universelle.

9Le Parisien qui voyage en Europe s’aperçoit à peine qu’il a quitté Paris, il ne trouve point de ville où l’on ne lui réponde.

10Cette langue a l’avantage d’avoir fourni aux Anglais presque tous les termes des sciences et des arts. Ces fiers insulaires qui veulent ne rien devoir à personne, ont été forcés de dérober aux Français mêmes une multitude de mots énergiques ; et il n’y a point de saison où ils ne viennent en France par essaims pour y apprendre la langue des Corneille et des Racine. C’est encore un autre avantage de la langue française, de s’élever en poésie, autant que cet art est sublime, et de donner un nouvel éclat aux plus brillantes pensées.

11Louis-Antoine Caraccioli,
Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1777) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961/​f3.vocal

Notes

i https://www.flickr.com/photos/63794459@N07/6362446103

ii Nous dirions en français moderne « appliquez-vous ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search