Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

24. Des caractères nationaux

Texte intégral

1 L’abbé François-Ignace d’Espiard de La Borde (1707–1777), fils d’un président au parlement de Franche-Comté, fut grand-vicaire de l’évêque de Troyes, puis conseiller-clerc au parlement de Bourgogne. On ne lui connaît qu’un Essai sur le génie et le caractère des nations (Bruxelles, 1743) réédité en 1752 sous le titre d’Esprit des nations. Il y expose la théorie de l’influence des facteurs physiques, liés à la géographie, sur le caractère national, assurant que « Le climat est pour une nation la cause fondamentale de son génie, en y ajoutant celles qui lui sont subordonnées dans le même genre, comme la qualité du sang, la nature des aliments, la qualité des eaux et des végétaux. » Il examine des applications particulières de sa théorie en s’intéressant notamment aux femmes et à l’amour.

2Nous divisons tous les peuples qui habitent la terre en trois parties. La première renferme les trente degrés depuis l’équateur en deçà que nous attribuerons aux régions ardentes et aux peuples méridionaux. Les trente degrés suivants renfermeront les peuples des régions moyennes et tempérées, jusqu’au soixantième degré vers le pôle ; et de là jusqu’aux pôles seront les 30 degrés des peuples septentrionaux, et les régions d’une froideur excessive.

3La même division pourra se faire des peuples au-delà de l’équateur, en tirant vers le pôle antarctique. […]

  • i Le Nord-Ouest de l’Asie Mineure.
  • ii La Roumanie.

4Du 40 au 50 sont situées l’Espagne ultérieure, la France, l’Italie, la haute Allemagne jusqu’au Main, l’Hongrie [sic], l’Illyrie, les deux Mysiesi, le pays des Dacesii, la Moldavie, la Thrace, et la Macédoine, une grande partie de l’Asie mineure, la Sogdiane bornée au midi par la Bactriane, enfin l’Arménie et la Province des Parthes. […]

5Les peuples de l’Amérique et ceux de l’Europe, sont des peuples guerriers, qui jamais n’ont renfermé les femmes. Ni les sauvages, ni les Scythes, ni les Goths, etc. malgré leur barbarie, ne songèrent à les priver de la liberté. Au contraire, elles jouirent toujours d’une espèce d’égalité dans la société de l’homme. Leur bonheur commença en Europe, dès que ces peuples furent parvenus à quelques établissements : c’est-à-dire aussitôt qu’il put commencer. Plus on avance vers le nord, plus leur autonomie s’augmente, et plus la jalousie diminue. On n’oserait rapporter l’indifférence des anciennes lois allemandes à ce sujet. Mais ces mêmes Visigoths, transplantés en Espagne, prirent les lois de la jalousie du pays, nécessaires dans les climats de cette nature ; si l’incontinence des femmes, qui jouissent de quelque liberté, à Cusco, à Lima, à Goa, et dans les Indes, est aussi grande que les voyageurs la représentent.

6On laisse aux écrivains de ces aventures et de ces nouvelles ingénieuses le détail de l’esprit de la société, des mœurs, et de la galanterie française. Un coup d’œil philosophique convient seul à notre dessin, et le remplit. On aura l’idée générale de l’esprit et du cœur des différentes nations modernes en ce genre.

7La beauté inspire ou la passion, ou le désir des sens, ou la gaieté, ou l’admiration. L’Espagnol mélancolique et profond tend plus directement à l’objet naturel de la passion, qui est la beauté. Il la préfère à l’esprit et à la gaieté. L’Italien biaise déjà un peu : il tend directement, non à l’objet de la passion, qui est la beauté, mais à son but, qui est la volupté. Il préfère une beauté timide. Dans la passion de l’Espagnol, il n’entre que la nature : dans celle de l’Italien, il entre déjà de l’imagination et de l’esprit.

8Le Français, moins profond dans ses sensations, s’écarte plus de l’objet et du terme de la beauté. Il préfère une femme de bonne humeur, et l’esprit à la gaieté. L’Allemand, enfin, s’en éloigne beaucoup plus. La beauté fait naître chez lui l’admiration et le respect, qui n’en sont point les effets essentiels. Aussi l’extrême beauté des femmes allemandes n’a pu dissoudre le phlegme de la nation, ni communiquer au style et aux arts ce beau feu, que l’Italie et la France ont dérobé à l’antiquité.

9La manière d’aimer particulière à chaque nation répond à son principe. L’Espagnol joue le personnage d’un fol, et menace de tout perdre, s’il ne réussit. S’il échoue, il en vient aux macérations, et à toutes ces pénitences amoureuses dont leurs romans ont fait des peintures si agréables. Il n’y a pas cinquante ans, et peut-être encore aujourd’hui, les Espagnols ont-ils à la Cour une secte particulière de ces amoureux en titre, et par état, appelés Embevecidos, c’est-à-dire enivrés d’amour. Ils ont permission d’étaler leurs transports publiquement. On ne prend point garde à leur contenance, et à leur parure ; parce que l’amour, qui les possède tout entiers, doit leur servir d’excuse.

10L’Italien attaque par les images d’une volupté polie et d’une impudence raffinée. Les termes et le génie de sa poésie annoncent les délices. Sa passion éclate par la musique et les concerts. Rien n’égale sa fécondité pour les vers. Il ne quitte point, qu’il n’ait fait sa conquête, ou qu’il ne se soit vengé de son rival.

11Le Français est léger, inconstant, et brillant. La gaieté de son amour éclate par les chansons, les plaisanteries, les saillies comiques, et les repas agréables. S’il se fait aimer, l’inconstant bientôt se dégoûte. Si sa maîtresse demeure insensible, il menace, et médit : puis il se console ; et l’orage n’est pas de longue durée.

12L’Allemand, froid, circonspect, pensif, est difficile à émouvoir : mais, quand une fois il est amoureux, il verse les présents à pleines mains. C’est le grand art de sa galanterie. D’ailleurs, embarrassé, timide, appréciateur exact des bienséances. S’il a le bonheur de se faire aimer, on le voit bientôt revenir à son phlegme, ou s’il est malheureux, demeurer tel qu’il était.

13[…] Au reste, nous n’avons que ces quatre branches dans cette passion ; et toutes les manières d’aimer chez les différentes nations se rapportent à celles-ci, combinées quelquefois ensemble, ou séparément.

14François-Ignace d’Espiard de La Borde, Esprit des nations (1752).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1753) : https://books.google.co.uk/​books?id=o2Q9AQAAMAAJ&printsec=frontcover

Notes

i Le Nord-Ouest de l’Asie Mineure.

ii La Roumanie.