Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

23. La littérature du Nord au Sud

Texte intégral

1Anne Louise Germaine de Staël-Holstein (1766–1817i), fille du banquier Jacques Necker, qui fut ministre sous Louis XVI, est l’auteure de romans (Delphine, 1802 ; Corinne 1807) ainsi que de traités politiques et littéraires. Dans son essai De l’Allemagne (1813), elle fait connaître la littérature d’Outre-Rhin aux Français et réfléchit sur les caractères nationaux des deux pays. Les liens entre la littérature et les contextes socio-historiques sont déjà au centre de son ouvrage de 1800 De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales.

De la littérature du Nord

  • ii En 1760, un poète écossais nommé James Macpherson (1736–1796) recueillit de prétendus chants d’Ossi (...)

2Il existe, ce me semble, deux littératures tout à fait distinctes, celle qui vient du midi et celle qui descend du nord, celle dont Homère est la première source, celle dont Ossianii est l’origine. Les Grecs, les Latins, les Italiens, les Espagnols, et les Français du siècle de Louis XIV, appartiennent au genre de littérature que j’appellerai la littérature du midi. Les Anglais, les Allemands, et quelques écrits des Danois et des Suédois, doivent être classés dans la littérature du nord. Avant de caractériser les écrivains anglais et les écrivains allemands, il me paraît nécessaire de considérer d’une manière générale les principales différences des deux hémisphères de la littérature. […]

3Le climat est certainement l’une des raisons principales des différences qui existent entre les images qui plaisent dans le nord, et celles qu’on aime à se rappeler dans le midi. Les rêveries des poètes peuvent enfanter des objets extraordinaires ; mais les impressions d’habitude se retrouvent nécessairement dans tout ce que l’on compose. Éviter le souvenir de ces impressions, ce serait perdre le plus grand des avantages, celui de peindre ce qu’on a soi-même éprouvé. Les poètes du midi mêlent sans cesse l’image de la fraîcheur, des bois touffus, des ruisseaux limpides, à tous les sentiments de la vie. Ils ne se retracent pas même les jouissances du cœur, sans y mêler l’idée de l’ombre bienfaisante, qui doit les préserver des brûlantes ardeurs du soleil. Cette nature si vive qui les environne, excite en eux plus de mouvements que de pensées. C’est à tort, ce me semble, qu’on a dit que les passions étaient plus violentes dans le midi que dans le nord. On y voit plus d’intérêts divers, mais moins d’intensité dans une même pensée ; or c’est la fixité qui produit les miracles de la passion et de la volonté.

4Les peuples du nord sont moins occupés des plaisirs que de la douleur ; et leur imagination n’en est que plus féconde. [….]

5La poésie du nord convient beaucoup plus que celle du midi à l’esprit d’un peuple libre. […]

6La philosophie, à la renaissance des lettres, a commencé par les nations septentrionales, dans les habitudes religieuses desquels la raison trouvait à combattre infiniment moins de préjugés que dans celles des peuples méridionaux. […]

7Rien ne doit être, en général, si froid et si recherché que des dogmes religieux transportés dans un pays où ils ne sont reçus que comme des métaphores ingénieuses. La poésie du nord est rarement allégorique ; aucun des effets n’a besoin de superstitions locales pour frapper l’imagination. Un enthousiasme réfléchi, une exaltation pure, peuvent également convenir à tous les peuples ; c’est la véritable inspiration poétique dont le sentiment est dans tous les cœurs, mais dont l’expression est le don du génie.

8Germaine de Staël,
De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1880) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k61078256/​f2.image
Pour écouter le livre audio : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k61078256/​f2.vocal

Notes

i https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Madame_de_Staël.jpg

ii En 1760, un poète écossais nommé James Macpherson (1736–1796) recueillit de prétendus chants d’Ossian sous le titre Fragments of Ancient Poetry, Collected in the Highlands of Scotland, and Translated from the Galic or Erse Language. Pour Staël, ces poèmes semblent démontrer l’existence d’une tradition nordique comparable à la tradition homérique. La critique actuelle y voit des compilations réalisées par l’éditeur supposé sans pouvoir déterminer avec précision dans quelle mesure ils sont fondés sur une tradition orale ou d’éventuels documents.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k