Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

21. La richesse de la cuisine européenne

Texte intégral

1Louis-Antoine Caraccioli, soutient dans Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777) que la cuisine des Français a contribué à un enrichissement général des mœurs culinaires en Europe. Il entrevoit ainsi l’importance future de la gastronomie française.

Des Tables

2C’est certainement aux Français, et personne ne le contestera, que l’Europe doit l’honneur inestimable de ne plus noyer sa raison dans le vin, et l’avantage de manger avec délicatesse. Je sais que les Italiens ne donnèrent jamais dans l’excès de l’ivresse ; mais comme ils ne tiennent point table, et qu’une des principales vertus de la noblesse italienne c’est la sobriété, on ne peut leur attribuer la gloire d’avoir banni l’ivresse des festins.

3Un étranger qui voyageait autrefois dans l’Allemagne et dans la Pologne, et qui se trouvait à la table des grands, essuyait une vexation de la part des convives, s’il ne buvait pas. On le forçait à faire tête à la compagnie, et il fallait boire à la santé des vivants, et même des morts ; car on terminait ordinairement la séance sans trop savoir ce qu’on disait.

4Cette étrange coutume est maintenant abolie, et sans l’excellence et la variété des vins qui donnent aux fêtes allemandes une prééminence sur les festins français, on ne boit pas plus à Varsovie et à Prague, qu’à Paris. Il n’y a que les Anglais qui n’ont pas encore voulu se dessaisir de ce mauvais usage ; ce qui ne contribue pas peu à ralentir leur ardeur pour les sciences.

5Les étrangers, soit en fréquentant les ambassadeurs français, soit en venant eux-mêmes en France, ont enfin appris que la tempérance est spécialement la vertu des gens bien nés, et que s’il arrive de prendre quelquefois dans la crème des vins, une pointe de gaieté, il est odieux d’y perdre sa raison et ses sens. On ne peut néanmoins disconvenir, que nos repas sont devenus très ennuyeux, depuis qu’on a des prétentions à l’esprit, et qu’il n’y a que la bonne chère qui les soutient ; mais elle y est excellente. […]

6Quelle gêne autrefois qu’une table russe, et maintenant quelle liberté, quel agrément ! On y parle avec intérêt, on y rit avec aisance, on y mange avec délicatesse, et c’est encore un miracle français.

7On soupe à Milan, depuis que le maréchal de Villars y introduisit la coutume de donner des repas ; on festine à Turin comme dans un pays qui avoisine Grenoble et Lyon, et l’on commence dans Rome même, d’après le bon exemple des ambassadeurs français, à connaître la bonne chère, et à savoir parfois en user.

8Venez sans façon dîner chez moi, dit amicalement un Napolitain à un aimable voyageur qu’il connaissait ; nous serons moins que les muses, plus que les grâces, le nombre, en un mot, qui convient, pour que la conversation soit générale et pas trop bruyante.

9Oh ! répond l’Étranger, ce n’est pas un Napolitain qui m’invite, mais un Français : il faut en effet convenir qu’on se croit à Paris, et non à Naples, quand on est aussi agréablement invité.

10Louis-Antoine Caraccioli,
Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1777).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1777) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961
Pour écouter le livre audio :
http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1156961/​f3.vocal