Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

20. La tolérance religieuse

Texte intégral

1Dans son Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, l’abbé de Saint-Pierre, vise la tolérance religieuse et le dialogue entre les différentes communautés qu’elles soient catholique, protestante, musulmane ou orthodoxe.

2L’union qu’on propose n’est pas la conciliation des religions différentes, mais la paix entre nations de différentes religions. Or qu’y a-t-il d’impossible ? Les luthériens d’Allemagne, par exemple, ne sont-ils pas en paix avec les catholiques allemands ? Les différends de religions ont-ils empêché l’Espagne de s’unir avec la Hollande ? Si l’on ne faisait la guerre que pour la religion, l’objection aurait de la force ; mais dans le projet on laisse chacun dans sa religion, comme dans ses autres possessions ; ainsi, il n’est point question de concilier sur cet article toutes les nations du monde ; j’ai dit seulement, et je le dis encore, que s’il y a quelques moyens humains qui puissent contribuer à amener peu à peu les diverses sectes au point de vue de la vérité, l’établissement d’une paix perpétuelle, est le plus solide de tous ces moyens, et même le fondement de toute conciliation. Par le fréquent commerce les opinions seront fréquemment comparées, et avec le seul secours des fréquentes comparaisons on peut espérer que les opinions les plus raisonnables prendront à la fin le dessus, et par conséquent que la raison servira beaucoup à amener tous les hommes à la véritable religion. […]

3On m’a objecté que c’est un article de la religion des Mahométans, de ne faire que des trêves, et jamais aucun traité de paix avec les Chrétiens : mais ceux qui parlent ainsi, ne sont pas bien informés d’une distinction essentielle : il leur est défendu de faire la paix solide et durable avec des ennemis chrétiens ou égaux en force, ou presque égaux ; mais avec des chrétiens qui seraient de beaucoup supérieurs en forces, il ne leur est pas défendu de faire une paix solide et durable, puisque sans cela serait exposer leur religion dans un péril évident. Or si le grand seigneur seul devenait ennemi de la société européenne, son empire et sa religion ne seraient-ils pas dans un danger évident ? Et d’ailleurs puisqu’il leur est permis de faire des trêves de vingt ans et les renouveler, et ces longues trêves toujours renouvelées, n’opèrent-elles pas le même effet que la paix perpétuelle ?

4Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre,
Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe (1713).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1713, tome I) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k86492n?rk=21459
Pour lire le texte original en ligne (édition de 1713, tome II) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k864930?rk=42918