Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

19. Le commerce européen

Texte intégral

1 Dans L’Esprit des lois (1748) Montesquieu (1689–1755i) est amené à écrire au Livre XXI une histoire du commerce pour mesurer les effets des « révolutions » qui l’affectent. La nouvelle situation géopolitique mondiale est différente de ce que peuvent offrir « les histoires de toutes les nations », il faut donc en retracer l’histoire propre. La mondialisation des échanges a pour pivot l’Europe, mais elle produit un décentrement. Loin de conduire à un simple européocentrisme, l’examen des relations multiples et complexes nées de la révolution du commerce invite à renouveler le questionnement des rapports entre l’économique et le politique et met à l’épreuve l’idée de « doux commerce. »

2C’est encore une loi fondamentale de l’Europe, que tout commerce avec une colonie étrangère est regardé comme un pur monopole punissable par les lois du pays : et il ne faut pas juger de cela par les lois et les exemples des anciens peuples, qui n’y sont guère applicables.

3Il est encore reçu que le commerce établi entre les métropoles n’entraîne point une permission pour les colonies, qui restent toujours en état de prohibition.

4Le désavantage des colonies, qui perdent la liberté du commerce, est visiblement compensé par la protection de la métropole, qui la défend par ses armes, ou la maintient par ses lois.

5De là suit une troisième loi de l’Europe, que, quand le commerce étranger est défendu avec la colonie, on ne peut naviguer dans ses mers que dans les cas établis par les traités.

6Les nations, qui sont à l’égard de tout l’univers ce que les particuliers sont dans un État, se gouvernent comme eux par le droit naturel et par les lois qu’elles se sont faites. Un peuple peut céder à un autre la mer, comme il peut céder la terre. Les Carthaginois exigèrent des Romains qu’ils ne navigueraient pas au-delà de certaines limites, comme les Grecs avaient exigé du roi de Perse qu’il se tiendrait toujours éloigné des côtes de la mer de la carrière d’un cheval.

7L’extrême éloignement de nos colonies n’est point un inconvénient pour leur sûreté : car, si la métropole est éloignée pour les défendre, les nations rivales de la métropole ne sont pas moins éloignées pour les conquérir.

8De plus, cet éloignement fait que ceux qui vont s’y établir ne peuvent prendre la manière de vivre d’un climat si différent ; ils sont obligés de tirer toutes les commodités de la vie du pays d’où ils sont venus. Les Carthaginois pour rendre les Sardes et les Corses plus dépendants, leur avaient défendu, sous peine de la vie, de planter, de semer et de faire rien de semblable ; ils leur envoyaient d’Afrique des vivres. Nous sommes parvenus au même point, sans faire des lois si dures. Nos colonies des îles Antilles sont admirables ; elles ont des objets de commerce que nous n’avons ni ne pouvons avoir ; elles manquent de ce qui fait l’objet du nôtre.

9L’effet de la découverte de l’Amérique fut de lier à l’Europe l’Asie et l’Afrique. L’Amérique fournit à l’Europe la matière de son commerce avec cette vaste partie de l’Asie qu’on appela les Indes orientales. L’argent, ce métal si utile au commerce, comme signe, fut encore la base du plus grand commerce de l’univers, comme marchandise. Enfin la navigation d’Afrique devint nécessaire ; elle fournissait des hommes pour le travail des mines et des terres de l’Amérique.

10L’Europe est parvenue à un si haut degré de puissance, que l’histoire n’a rien à comparer là-dessus, si l’on considère l’immensité des dépenses, la grandeur des engagements, le nombre des troupes et la continuité de leur entretien, même lorsqu’elles sont le plus inutiles, et qu’on ne les a que pour l’ostentation.

  • ii Le jésuite français, Jean-Baptiste Du Halde (1674–1743) est l’auteur d’une célèbre Description de (...)

11Le père Du Haldeii dit que le commerce intérieur de la Chine est plus grand que celui de toute l’Europe. Cela pourrait être, si notre commerce extérieur n’augmentait pas l’intérieur. L’Europe fait le commerce et la navigation des trois autres parties du monde ; comme la France, l’Angleterre et la Hollande font à peu près la navigation et le commerce de l’Europe.

12Montesquieu, L’Esprit des lois (1748).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1748) : http://classiques.uqac.ca/​classiques/​montesquieu/​de_esprit_des_lois/​partie_4/​esprit_des_lois_Livre_4.pdf

Notes

i https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Montesquieu_1.png

ii Le jésuite français, Jean-Baptiste Du Halde (1674–1743) est l’auteur d’une célèbre Description de l’empire de la Chine (1735).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k