Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

14. La richesse de l’Europe : son héritage culturel !

Texte intégral

1 Voltaire (1694–1778 i), dans son écrit historiographique, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756) insiste notamment sur la richesse de l’héritage culturel du continent, qu’il décrit comme une partie du monde « incomparablement plus peuplée, plus civilisée, plus riche, plus éclairée » qu’elle n’était du temps de l’empire romain, même si l’Italie seule a perdu de son rayonnement. Il revient au passage à la fois sur la crainte du dépeuplement du globe — partagée avec d’autres philosophes du temps, dont Montesquieu — et sur l’aberration que constitue à ses yeux le célibat des religieux.

2Que l’on considère, depuis Pétersbourg jusqu’à Madrid, ce nombre prodigieux de villes superbes, bâties dans des lieux qui étaient des déserts il y a six cents ans ; qu’on fasse attention à ces forêts immenses qui couvraient la terre des bords du Danube à la mer Baltique, et jusqu’au milieu de la France ; il est bien évident que quand il y a beaucoup de terres défrichées, il y a beaucoup d’hommes. L’agriculture, quoi qu’on en dise, et le commerce, ont été beaucoup plus en honneur qu’ils ne l’étaient auparavant. […]

3Dans quel état florissant serait donc l’Europe, sans les guerres continuelles qui la troublent pour de très légers intérêts, et souvent pour de petits caprices ! Quel degré de perfection n’aurait pas reçu la culture des terres, et combien les arts qui manufacturent ces productions n’auraient-ils pas répandu encore plus de secours et d’aisance dans la vie civile, si on n’avait pas enterré dans les cloîtres ce nombre étonnant d’hommes et de femmes inutiles ! Une humanité nouvelle qu’on a introduite dans le fléau de la guerre, et qui en adoucit les horreurs, a contribué encore à sauver les peuples de la destruction qui semble les menacer à chaque instant. C’est un mal, à la vérité très déplorable, que cette multitude de soldats entretenus continuellement par tous les princes ; mais aussi, comme on l’a déjà remarqué, ce mal produit un bien : les peuples ne se mêlent point de la guerre que font leurs maîtres ; les citoyens des villes assiégées passent souvent d’une domination à une autre, sans qu’il en ait coûté la vie à un seul habitant ; ils sont seulement le prix de celui qui a eu le plus de soldats, de canons, et d’argent.

4Les guerres civiles ont très longtemps désolé l’Allemagne, l’Angleterre, la France ; mais ces malheurs ont été bientôt réparés, et l’état florissant de ces pays prouve que l’industrie des hommes a été beaucoup plus loin encore que leur fureur. Il n’en est pas ainsi de la Perse, par exemple, qui depuis quarante ans est en proie aux dévastations ; mais si elle se réunit sous un prince sage, elle reprendra sa consistance en moins de temps qu’elle ne l’a perdue. […]

5Quand une nation connaît les arts, quand elle n’est point subjuguée et transportée par les étrangers, elle sort aisément de ses ruines, et se rétablit toujours.

6Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1829) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k375239

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k