Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

13. L’Europe et l’Islam

Texte intégral

1 Quant au rapport entre l’Europe, conçue comme chrétienne, et les pays musulmans, les suggestions de Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre dans son Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, ne sont pas dénuées d’un certain eurocentrisme fondé, qui plus est, sur la conception d’une Europe unie par la religion chrétienne.

2Tout le monde sait que la grande raison qu’ont les souverains mahométans de ne point établir des collèges, et d’éloigner leurs sujets de l’étude des sciences et des belles-lettres, c’est la crainte qu’ils ont des schismes et des guerres que causent souvent les disputes des théologiens. Jusqu’ici ils ont cru qu’il n’y avait qu’une profonde ignorance qui pût les mettre à couvert de ce malheur ; mais dès qu’ils verraient qu’étant en association avec la Société Européenne, ils auraient sûreté de la conservation de la paix au-dedans et au dehors de leurs États. Il est vraisemblable qu’ils prendraient bientôt les méthodes des États chrétiens pour l’éducation de la jeunesse, et pour l’avancement des arts et des sciences ; ainsi ce serait pour eux un nouveau motif de contribuer de tout leur pouvoir à former et à affermir ce grand établissement. L’Église y gagnerait, en ce que plus les Mahométans auraient de lumières, moins ils seraient attachés à leurs dogmes, et plus ils seraient disposés à sentir la beauté et la perfection de la religion chrétienne.

3Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre,
Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe (1713).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1713, tome I) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k86492n?rk=21459;2
Pour lire le texte original en ligne (édition de 1713, tome II) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k864930?rk=42918;4